Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Florence Cassez, Française ou condamnée ?

Florence Cassez, Française ou condamnée ?

Les coups de menton inopportuns ne font mal qu'à ceux qui en usent.

Depuis plusieurs jours, Florence Cassez est revenue au premier plan de notre actualité. Condamnée à soixante années de prison par les autorités judiciaires mexicaines, pour complicité d'enlèvement et séquestration, elle n'a pas eu gain de cause dans son dernier recours. Immédiatement, un soutien fort s'est manifesté qui a culminé par la réception à l'Elysée des parents de Florence Cassez et de son avocat Me Frank Berton.

Il est difficile pour moi de traiter d'un sujet qui tient terriblement à coeur à mon ami Berton, remarquable et infatigable avocat. Mais je ne vais pas aborder la question de l'innocence de Florence Cassez. Pour parler brutalement, seules trois personnes y croient absolument : ses parents et Me Berton. Pour ma part, en dehors de la confiance que j'accorde à ce dernier - mais défendre c'est aussi noblement s'abuser, non ? -, je ne dispose d'aucun élément qui me permettrait d'être sûr de sa culpabilité ou du contraire (Le Figaro, Le Monde, Mediapart, France 2).

Aussi, ce qui m'importe, c'est de tenter de déterminer les raisons pour lesquelles la diplomatie judiciaire mise en oeuvre au plus haut niveau semble outrancière ou inadaptée. J'ai l'impression qu'avec Florence Cassez, on n'a pas cessé d'être dans la confusion, dans une forme d'ambiguïté qui renvoie d'ailleurs à beaucoup de précédents concernant le sort malheureux de Français à l'étranger. S'agit-il de venir systématiquement en aide aux citoyens français dès lors qu'ils sont accablés par un destin hostile, qu'ils aient été condamnés ou simplement victimes d'aléas malencontreux ? S'agit-il au contraire de s'impliquer dans un combat où sans véritable connaissance on cherche à toute force à démontrer l'injustice d'une condamnation et donc la certitude d'une innocence ? Parce que, selon le registre choisi, la démarche de l'Etat, si ce dernier estime de son devoir de s'engager à ce point, ne peut pas être la même.

La France a-t-elle d'ailleurs privilégié l'une des branches de l'alternative ou bien s'est-elle efforcée, à ses risques et périls diplomatiques, de jouer sur les deux tableaux à la fois ? S'attacher à porter assistance à notre compatriote et, en même temps, battre en brèche la démocratie mexicaine qui l'aurait peu ou prou condamnée de manière inéquitable. Le premier objectif, qui paraissait être le plus légitime et le plus efficace, au fil de l'actualité s'est trouvé réduit au profit du second qui, pourtant, cumulait le double désavantage d'humilier le Mexique et d'être quasiment impossible à atteindre, sauf à espérer un revirement miraculeux de la justice mexicaine.

En effet, comment analyser autrement l'entrée dans un rapport de force, dans une escalade dont la première marche serait déjà excessive, quand Michèle Alliot-Marie d'emblée menace de supprimer l'Année du Mexique en France ? Attitude dénoncée si justement, et il a été l'éclaireur, par Vincent Jauvert (nouvelobs.com). Quoi d'autre qu'une terrible blessure d'amour-propre national pouvait résulter de ce décret extrême, d'ailleurs vite amendé mais le mal était fait. Ensuite, la mise en cause de l'Etat de droit mexicain, comme si nous étions une démocratie parfaite en face d'une justice "en voie de développement", n'a fait qu'aggraver un processus infiniment mal engagé. Evident que pour se situer dans le registre de l'innocence de Florence Cassez, de telles poussées d'hostilité étaient non seulement inutiles mais contre-productives.

J'ose soutenir que l'apothéose dans l'imprudence a été proposée par le président de la République quand il a manifesté l'intention de dédier cette Année du Mexique en France - dont le Mexique, et ce n'était pas inattendu, s'est retiré - à Florence Cassez ! Qu'on songe à la condamnée ou à la Française, aux crimes reprochés ou à la malheureuse enfermée, cette dédicace me semble relever plus d'un élan démagogique, d'un hommage inopportun et dangereux que du coeur qui, républicain, a tout de même le droit d'être lucide. Quoi qu'ils pensent de Florence Cassez, dans leur for intérieur combien de Français sont enthousiasmés d'être ainsi mis à contribution dans cette aventure où la France en fait trop et le Mexique forcément de moins en moins (20 Minutes) !

En réalité, à l'encontre de ce tintamarre, de cette diplomatie de "la mentonnière", pour satisfaire la seule finalité plausible - faire exécuter la peine par Florence Cassez en France, quelles que soient les disparités, non insurmontables, entre les deux pays pour la nature des sanctions -, il aurait convenu de faire preuve de modestie et de retenue. La moindre des choses aurait été de ne pas venir avec une parole ostensiblement conquérante pour persuader un pays, qui la détient, de nous faire retour d'une Française. Florence Cassez l'a bien saisi qui en exprimant son angoisse a dissuadé les arrogants et les imprudents qui voulaient encore plus "se payer" le Mexique et donc l'accabler, elle, encore davantage. Me Berton aussi qui, malgré l'intensité de ses répliques judiciaires, n'a jamais rendu tout compromis impossible sur ce plan.

Il est encore temps de choisir clairement. Dans le silence et la discrétion, parvenir à faire revenir Florence Cassez en France. Ou continuer, dans le bruit et la fureur, à prétendre faire disculper une condamnée au Mexique.


Les réactions les plus appréciées

  • Fergus (---.---.---.126) 16 février 2011 10:12
    Fergus

    Bonjour, Philippe.

    Comme vous l’avez souligné, personne ne sait véritablement si Florence Cassez est coupable ou innocente des faits qui lui sont reprochés. Une chose semble pourtant établie : elle n’a pas bénéficié de procès équitable et la peine à laquelle elle a été condamnée semble disproportionnée.

    Pour autant, rien ne justifiait l’emballement médiatique de ces derniers jours et l’incroyable arrogance dont on fait preuve Alliot-Marie puis Sarkozy vis-à-vis d’un pays souverain. Une attitude totalement irrresponsable et à l’évidence contreproductive, Calderon ayant, grâce aux rodomontades françaises, réussi à ressouder l’opinion mexicaine derrière lui alors qu’il était en grande difficulté politique.

    Dans cette affaire, seule Florence Cassez a eu raison : il fallait à l’évidence ne pas braquer le Mexique et travailler dans l’ombre diplomatique à son transfert en France. Mais de cela, Sarkozy n’a cure car ce qu’il cherchait, dans cette affaire comme dans l’affaire Laetitia, c’est bel et bien jouer sur l’émotion pour en tirer un avantage personnel dans l’opinion publique.

    Ce type est une plaie pour notre pays, et une plaie chaque jour un peu plus douloureuse !

  • impertinent3 (---.---.---.185) 16 février 2011 10:55
    impertinent3

    J’ai quand même un peu de mal à comprendre comment F. Cassez a pu vivre plusieurs mois en intimité avec le chef d’un gang de kidnappeurs, dans une ferme isolée dans laquelle sont détenues près d’une dizaine de personnes sans s’apercevoir de rien.

    Soit elle est d’une bêtise à bouffer de la paille, soit ...

    Maintenant, que Sarko fasse le pitre à ce propos, rien d’étonnant, c’est son attitude habituelle.

    À cause de ses pitreries, maintenant il est devenu impossible que F. Cassez soit transférée en France.

    Une solution avait été évoquée, une grâce présidentielle mexicaine. Le président mexicain considérant qu’avec 5 ans de prisons elle a payé sa dette (si tant est qu’elle a une dette à payer, ce que, ne connaissant pas le dossier en détail, j’ignore). À cause à cause des rodomontades de Sarko, cette grâce est devenue totalement impossible.

    Si F. Cassez passe les 55 prochaines années de sa vie en taule au Mexique, elle le devra en bonne partie au pantin qui occupe l’Élysée.

  • cedric11 (---.---.---.97) 16 février 2011 10:19

    Sinon pour réagir, je reste EBAHI (et le mot est faible) que Nicolas Sarkozy ne réalise pas qu’en se montrant aggressif, ça ne peut que braquer le Mexique. Même un gosse de 5 ans le comprendrait ! C’est fou ! On ne vient pas donner des leçons à un pays et le lendemain demander le transfèrement, ça n’a aucune chance d’aboutir, c’est même exactement ce qu’il faut faire pour obtenir un refus.

  • Imhotep (---.---.---.113) 16 février 2011 10:58
    Imhotep

    écrire ceci Les coups de menton inopportuns ne font mal qu’à ceux qui en usent est très mal venu car en l’occurrence ces coups de menton ne font pas de mal qu’à ceux qui en usent mais aussi à Florence Cassez en particulier et à la France en général. Voilà à quoi amène la volonté de faire un éclat par une phrase quand bien même le reste de l’article est juste.


    N’oublions pas non plus qu’à propos du silence concernant Nicolas Sarkozy sur la révolte tunisienne, celui-ci déclarait qu’il n’intervenait jamais dans les affaires intérieures d’un pays souverain (voici donc la preuve que c’est faux, et lorsqu’il le fait c’est une catastrophe) et que toute honte bue et tout cynisme en pleine voile, il demande à tous de se calmer quand lui-même a jeté de l’huile sur le feu.

Réagissez à l'article

87 réactions à cet article

  • cedric11 (---.---.---.97) 16 février 2011 10:10

    Alors là chapeau Philippe ! C’est probablement le meilleur article que j’aie lu depuis le début de cette affaire !

  • Fergus (---.---.---.126) 16 février 2011 10:12
    Fergus

    Bonjour, Philippe.

    Comme vous l’avez souligné, personne ne sait véritablement si Florence Cassez est coupable ou innocente des faits qui lui sont reprochés. Une chose semble pourtant établie : elle n’a pas bénéficié de procès équitable et la peine à laquelle elle a été condamnée semble disproportionnée.

    Pour autant, rien ne justifiait l’emballement médiatique de ces derniers jours et l’incroyable arrogance dont on fait preuve Alliot-Marie puis Sarkozy vis-à-vis d’un pays souverain. Une attitude totalement irrresponsable et à l’évidence contreproductive, Calderon ayant, grâce aux rodomontades françaises, réussi à ressouder l’opinion mexicaine derrière lui alors qu’il était en grande difficulté politique.

    Dans cette affaire, seule Florence Cassez a eu raison : il fallait à l’évidence ne pas braquer le Mexique et travailler dans l’ombre diplomatique à son transfert en France. Mais de cela, Sarkozy n’a cure car ce qu’il cherchait, dans cette affaire comme dans l’affaire Laetitia, c’est bel et bien jouer sur l’émotion pour en tirer un avantage personnel dans l’opinion publique.

    Ce type est une plaie pour notre pays, et une plaie chaque jour un peu plus douloureuse !

    • impertinent3 (---.---.---.185) 16 février 2011 10:55
      impertinent3

      J’ai quand même un peu de mal à comprendre comment F. Cassez a pu vivre plusieurs mois en intimité avec le chef d’un gang de kidnappeurs, dans une ferme isolée dans laquelle sont détenues près d’une dizaine de personnes sans s’apercevoir de rien.

      Soit elle est d’une bêtise à bouffer de la paille, soit ...

      Maintenant, que Sarko fasse le pitre à ce propos, rien d’étonnant, c’est son attitude habituelle.

      À cause de ses pitreries, maintenant il est devenu impossible que F. Cassez soit transférée en France.

      Une solution avait été évoquée, une grâce présidentielle mexicaine. Le président mexicain considérant qu’avec 5 ans de prisons elle a payé sa dette (si tant est qu’elle a une dette à payer, ce que, ne connaissant pas le dossier en détail, j’ignore). À cause à cause des rodomontades de Sarko, cette grâce est devenue totalement impossible.

      Si F. Cassez passe les 55 prochaines années de sa vie en taule au Mexique, elle le devra en bonne partie au pantin qui occupe l’Élysée.

    • lenainbleu (---.---.---.12) 16 février 2011 10:56
      lenainbleu

      « et la peine à laquelle elle a été condamnée semble disproportionnée. »

      Plus disproportionnée que la perpétuité en France ?

    • le poulpe entartré (---.---.---.144) 16 février 2011 13:13

      Lorsque l’on se renseigne un tant soit peu, sur le fonctionnement des gangs qui ont comme activité principale l’enlèvement de personne sans distinction (homme, femme, enfant) pour extorquer par la suite une rançon : le cas de la pov’ F.Cassez laisse pour le moins perplexe.
      Pour être recruté par une de ces structures, il est demandé au nouveau coopté d’accomplir un vol, un acte de torture ou parfois même un homicide. Cela sert de brevet ou valide votre appartenance au dit, gang. La question que l’on peut se poser c’est comment la brave Flo a pu devenir le 5 à 7 de cet immonde individu qu’est Israel Vallarta. Admettons que l’amour rende aveugle, en permance.
      Elle n’aurait donc jamais vu, ni aperçu Cristina Ríos Valladares qui a déclaré que son fils et elle, reconnaissent Florence Cassez comme leur ravisseuse par sa voix et son accent français. Autrement dit, il s’agissait d’une colonie de vacances où l’on jouait en permanence à Colin Maillard.
      Cette pauvre enfant était en plus sourde, elle n’a pas entendu les captifs se plaindre de l’enfermement dans lequel ils étaient maintenus. Dans le ranch qu’elle a partagé pendant plus d’un an avec l’auteur de dix enlèvements et d’un meurtre, elle n’est à priori pas sortie de sa chambre ou de sa cuisine. Est ce seulement possible ? Pensait elle participer à une de ces émissions de télé-réalité à la noix ?

      A présent condamnée et au frais pour longtemps, elle estime qu’il faut que ça s’arrête. Elle veut sauter du tramway en marche. La taule c’est pas fun. C’est autre chose que de faire la pom-pom girl d’un kidnappeur pour profiter de l’argent facile et du train de vie qui va avec.

      La dessus, des politiques bien intentionnés tentent de la transformer en victime d’une justice (forcément lamentable) d’une république bananière, pour se muter en chevaliers blancs de la lutte contre l’injustice. Ces esprits éclairés oublient les exemples fabuleux, les modèles rayonnants de ce que peut être la justice made in France.

      Patrick Dils, quinze ans de prison pour rien, condamné deux fois à 25 ans de prison, innocenté en avril 2001 pour être libéré....le 24 avril 2002. Les juges ont le sens de l’humour. Le procès dit d’Outreau où le juge Fabrice Burgaud et surtout le proc Gérald Lesigne, se sont distingués par une acuité d’analyse sans précédent. Le juge Fabrice Burgaud a été promu au parquet de Paris à la section anti-terroriste puis à celle de l’exécution des peines. Les juges ont décidément le sens de l’humour.L’embastillement des jeunes épiciers de Tarnac ; combien de mois d’incarcération pour du bidon ?

      Comme il est plus confortable de focaliser l’attention sur des supposés travers de la justice mexicaine (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas) que de regarder son propre système judiciaire. La pov’ Flo est photogénique ; ça fait vendre du papier. Est ce que cela change quelque chose à sa participation par passivité ou nonchalence à une bande organisée dans l’enlèvement de personne ?
      Elle tombe cependant à pic pour masquer un temps, la destruction systématique des services publics, des échecs économiques, des comportements de certains ministres en villégiature, d’une diplomatie avec un électroencéphalogramme plat. Donc, merci Flo.

    • Philou017 (---.---.---.67) 16 février 2011 15:52
      Philou017

      Les grandes gueules du café du commerce se déchainent, sans rien connaitre du dossier. J’ai répondu ici :

      http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/qui-a-casse-florence-88968#forum2824837

    • PAS GLOP PAS GLOP (---.---.---.246) 17 février 2011 08:59
      PAS GLOP PAS GLOP

      « la peine à laquelle elle a été condamnée semble disproportionnée. »
      @ lenainbleu : perpet en France n’existe que sur le papier. Personne n’est enfermé à vie, malheureusement pour certaines qui le payent au prix de leur vies.
      Concernant la peine elle même sans préjuger de la culpabilité ou non de FC, elle a au moins le mérite de palier à la récidive , si nos violeurs sortaient de tôle 60 ans plus tard , ils seraient ou morts ou au minimum dans l’incapacité de recommencer .

    • zelectron (---.---.---.180) 18 février 2011 10:29
      zelectron

      Et si c’était l’occasion pour le Mexique de montrer son pouvoir d’état à peu de frais afin de braquer quelques projecteurs internationaux sur sa fermeté, sa justice et la légalité de son gouvernement dont chacun sait qu’il ne s’agit pas du moindre des corrompus à tout point de vue. En ce qui nous concerne nous sommes tout de même bien loin de leurs tristes records y compris de ceux qu’on n’ose pas évoquer tellement l’abjection dont ils sont entourés nous donnerait des hauts le cœur à tout le moins. L’insigne maladresse dont a et fait preuve notre propre chef d’état le dégrade et le disqualifie en tant que tel.

    • dom y loulou (---.---.---.186) 20 février 2011 22:01
      dom y loulou

      oui et puis son cher et tendre s’amusait quand même à décapiter des gens et les torturer, ce qui fait pas mal de bruit dans une maison en général

      et sa douce moitié rabattait et a été convaincue d’assistance au meurtre donc

      mais les mexicains ne savent rien de leur propre pays c’est bien connu ... arg

      c’est plutôt aux niveau des complicités sionistes avec ces tueries sans fin au nord du mexique qu’il faudrait investiguer A FOND

  • cedric11 (---.---.---.97) 16 février 2011 10:19

    Sinon pour réagir, je reste EBAHI (et le mot est faible) que Nicolas Sarkozy ne réalise pas qu’en se montrant aggressif, ça ne peut que braquer le Mexique. Même un gosse de 5 ans le comprendrait ! C’est fou ! On ne vient pas donner des leçons à un pays et le lendemain demander le transfèrement, ça n’a aucune chance d’aboutir, c’est même exactement ce qu’il faut faire pour obtenir un refus.

  • cedric11 (---.---.---.97) 16 février 2011 10:28

    > la peine à laquelle elle a été condamnée semble disproportionnée.

    Disproportionnée PAR RAPPORT A NOTRE PAYS où le pire des criminels est généralement relâché au bout d’une quinzaine d’années (et parfois récidive). Mais quand on va dans un pays étranger on accepte de se soumettre à sa justice, je ne vois pas (si elle est coupable) pourquoi elle serait traitée différemment.

    • Fergus (---.---.---.126) 16 février 2011 10:43
      Fergus

      Bonjour, Cédric.

      Ne tombez pas dans ce panneau d’un prétendu laxisme judiciaire que cherche précisément à vendre Sarkozy aux naïfs : nombre de criminels dangereux effectuent de très longues peines, à l’image de Patrick Henry, libéré après 25 ans de prison avant de replonger pour 4 ans pour des faits mineurs commis durant sa libération conditionnelle.

  • cocasse (---.---.---.36) 16 février 2011 10:31
    Cocasse

    Ce que je trouve disproportionné aujourd’hui, c’est le nombre d’articles consacrés à cette affaire mineure.

    • Fergus (---.---.---.126) 16 février 2011 10:37
      Fergus

      Bonjour, Cocasse.

      Une affaire qui, par l’inconséquence d’un pouvoir politique totalement dans l’aberration diplomatique, devient de facto une affaire d’Etat ne peut être une affaire mineure.

    • cocasse (---.---.---.36) 16 février 2011 10:52
      Cocasse

      Bonjour Fergus,
      Soit, votre argument est convaincant.

      Alors disons plutôt que je n’éprouve aucun intérêt personnel pour tout cela, et je vais donc m’abstenir de commenter davantage.
      Je me pose quand même la question d’une énième « agitation » montée de toutes pièces.

    • LeManu (---.---.---.133) 16 février 2011 13:00
      Emmanuel Aguéra

      Voilà qui sonne sincère, une fois n’est pas coutume, de la part de notre Marin National...
      Pas d’intérêt personnel = no comment.
      Merci d’avoir eu la franchouillardise de l’avouer.

      Candidat suivant, Simone ?

  • JL (---.---.---.25) 16 février 2011 10:46
    JL

    Merci pour cet article qui explique bien des choses sur ce sujet d’actualité.

    Vous écrivez : « S’agit-il de venir systématiquement en aide aux citoyens français ... ? S’agit-il au contraire de s’impliquer dans un combat où sans véritable connaissance on cherche à toute force à démontrer l’injustice d’une condamnation ... ? »

    Il est clair que le second cas implique l’hypothèse d’une incompétence rare à ce niveau de responsabilité.

    Dans le premier cas, on perçoit dans cette démarche comme une idéologie de cinéma, je pense à « Il faut sauver le soldat Ryan » ou bien « raid sur Entebbe », pour ne citer que ces deux films là qui me viennent spontanément à l’esprit. Dans cette optique, je voudrais mettre en parallèle la lamentable et dramatique intervention pour sauver nos ressortissants Antoine de Léocour et Vincent Delory, 25 ans, enlevés et assassinés au Niger.

    La photo qui illustre l’article nous interpelle en ce qu’elle est emblématique de la personnalité du président : je dirais que c’est un emphatiste - à ne pas confondre avec emphatique - au sens que lui donne Serge Tisseron, à savoir quelqu’un qui manifeste une empathie qu’il n’éprouve pas et qui s’en sert pour se faire valoir auprès des victimes ou des tiers.

    Cette fausse empathie qui est une caractéristique sinon une spécificité du sarkozysme, n’a rien à envier aux populismes les plus dévoyés.

  • Imhotep (---.---.---.113) 16 février 2011 10:58
    Imhotep

    écrire ceci Les coups de menton inopportuns ne font mal qu’à ceux qui en usent est très mal venu car en l’occurrence ces coups de menton ne font pas de mal qu’à ceux qui en usent mais aussi à Florence Cassez en particulier et à la France en général. Voilà à quoi amène la volonté de faire un éclat par une phrase quand bien même le reste de l’article est juste.


    N’oublions pas non plus qu’à propos du silence concernant Nicolas Sarkozy sur la révolte tunisienne, celui-ci déclarait qu’il n’intervenait jamais dans les affaires intérieures d’un pays souverain (voici donc la preuve que c’est faux, et lorsqu’il le fait c’est une catastrophe) et que toute honte bue et tout cynisme en pleine voile, il demande à tous de se calmer quand lui-même a jeté de l’huile sur le feu.
    • JL (---.---.---.25) 16 février 2011 11:17
      JL

      @Imhotep

      Il y a des jours où l’on se demande si Nicolas Sarkozy n’a pas une mémoire de poisson rouge !

       smiley

      Ce que l’on peut dire avec certitude c’est qu’il a une mémoire très sélective. En fait, entre l’urgent et l’important, son cerveau ne sait gérer que l’un ou l’autre à la fois, mais de manière terriblement efficace, au contraire d’u cerveau normal qui fait la part de l’un et de l’autre. Je dirais que la manière de fonctionner de Sarkozy est typiquement celle d’un dominant. Ceci n’étonnera personne, on le savait déjà.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès