• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gaz de schistes : nul n’y échappera

Gaz de schistes : nul n’y échappera

On peut douter de la capacité à se faire entendre de ceux qui voudraient protéger nos territoires des dégâts que produira inévitablement l'exploitation des gaz de schistes, si ceux-ci se révélaient plus abondants que prévus. Nous sommes en face d'une course à la performance entre ceux qui veulent consommer toujours plus d'hydrocarbures et ceux qui veulent en extraire toujours plus. Aucun mécanisme collectif efficace ne semble pouvoir arrêter cette course, quels que soient les dégâts et risques pouvant en découler.

Drill, baby, drill

Le récent rapport de l'agence internationale de l'Energie (voir références ci-dessous) a été accueilli chaleureusement par les promoteurs de l'exploitation des réserves de gaz naturels dont disposerait l'Europe. Les « experts », qui bien évidemment prêchent pour leur paroisse, y font valoir que grâce à l' « indépendance énergétique » procurée aux Etats-Unis par les gaz de schistes, tout un plan de la géopolitique du monde va changer. L'Amérique n'aura plus besoin des pétroles du Moyen-Orient et pourra se désinvestir, y compris militairement, de cette partie du monde où elle accumule les ennemis. Selon l'expression de Raymond Cartier, les sultans arabes n'auront plus qu'à transformer leur pétrole en shampoings. Ne parlons pas de la Russie et de l'Algérie, qui perdront une bonne partie des acheteurs de leur gaz. Par ailleurs, diminuant sa consommation de charbon dont elle est riche, l'Amérique pourra revendre celui-ci à la Chine dont la soif d'énergie est inextinguible et qui se montrera ainsi plus docile. Le Canada bénéficiera des mêmes avantages.

Comme le continent nord-américain est vaste et peu peuplé, peu de populations se plaindront des nuisances provoquées par l'exploitation industrielle des gaz et pétroles de schistes. En fait, les plaintes sont déjà nombreuses, comme le relatent la presse et les réseaux sociaux, mais elles émanent de gens ayant peu de pouvoir et qui ne sont pas politiquement audibles. Les réserves étant apparemment considérables, l'avenir de l'exploitation et celui de la nouvelle puissance américaine paraîssent assurés pour de longues années.

Quant aux Verts américains qui s'inquièteront de la production de nouveaux tonnages de gaz à effet de serre, la réponse est déjà toute prête : compte tenu des limites imposées de facto à l'augmentation de la production des énergies vertes et à celle des économies d'énergie, les besoins en énergies fossiles mondiaux demeurent considérables. L'Amérique du Nord serait suicidaire si elle n'exploitait pas à fond le nouvel atout dont elle se trouve dotée (par Dieu, of course). Tant pis pour le réchauffement.

L'Europe va suivre

Il ne faut pas être grand devin pour comprendre que nous sommes là en face d'un mécanisme déterministe s'imposant aux sociétés industrielles en compétition, malgré les résistances individuelles. Dans le langage utilisé sur ce site, l'on pourrait parler d'un méga-processus anthropotechnique qui ne serait pas contrôlable par des décisions volontaires, ceci pour une raison simple : il ne se trouvera pas de volontés assez fortes politiquement pour s'y opposer, face à la conjonction des intérêts agissant en sens contraire. Les éventuelles manifestations d'activistes n'y changeront rien.

Si nous appliquions ce postulat – que certains optimistes refuseront sans doute, en lui reprochant de faire le jeu des pétroliers. – à la situation européenne, les conclusions en seraient simples. A supposer que l'Europe dispose de réserves significatives en hydrocarbures de schistes, rien n'empêchera gouvernements et industriels de les exploiter, quels que soient les dommages à terme ou même immédiats pouvant en résulter. Les insatiables consommateurs d'énergie que nous sommes leur en seront reconnaissants. Les victimes de ces exploitations pourront tout au plus être admis à faire valoir des droits à indemnisation.

Il en sera de même en France. Les esprits attardés pourront y dire adieu à la paix de nos campagnes, car nul n'écoutera leurs plaintes. On verra en eux les derniers résistants d'un mode de vie qui a déjà changé.

Source
* North America leads shift in global energy balance, IEA says in latest World Energy Outlook
http://www.iea.org/newsroomandevents/pressreleases/
2012/november/name,33015,en.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • frugeky 15 novembre 2012 08:49

    Vous nous dites, en fait, que rien ne sert de résister et que les jeux sont faits puisque la parole citoyenne ne peut se faire entendre et que ce n’est qu’histoire de temps. Donc, laissons faire.

    Pour ma part, je pense « qu’il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour recommencer » et que si ce jeu de dupe doit être joué alors il doit être joué avec opiniâtreté et ce dans le but de gagner. Gagner quoi ? Une autre consommation, une autre utilisation de l’énergie, une autre énergie, gagner peut-être la lutte de David contre Goliath. Pour le plaisir de lutter contre quoi on n’est pas d’accord mais avec la rage de vaincre, la même rage que mettent les grosses corporations à nous enfumer, pour leur plaisirs et profits. Oui, un autre monde est possible. Pas certain, possible. Et ça ne dépend pas du vote de mon voisin, ça ne dépend que de moi.

    • Automates Intelligents (JP Baquiast) 15 novembre 2012 10:27

      A Frugéky. Je ne dis pas qu’il ne sert à rien de résister. Ce serait irresponsable. Je dis seulement qu’il ne faut pas se faire d’illusion. Des observations aussi objectives (scientifiques) que possible doivent porter sur l’efficacité de telles résistances. Quand un mille-pattes tombe dans mon lavabo (cela arrive) il a beau résister, il finit par être entraîner au fond, parce que la nature ne l’a pas doté de pattes à ventouses.


    • frugeky 15 novembre 2012 10:39

      Oui, j’avais bien compris votre propos et bien que me sentant tout aussi insignifiant que le mille-pattes auquel vous me comparez, une fois l’eau coulée je remonte par le siphon. Et si je suis un mille-pattes, ceux à qui je m’oppose ne sont faits différemment. Il suffit d’une catastrophe, ou pire, d’un mauvais rendement, pour qu’une technologie disparaisse ou ne voit pas le jour.


    • gaijin gaijin 15 novembre 2012 12:42

      « Je ne dis pas qu’il ne sert à rien de résister. Ce serait irresponsable....... »
      non vous ne le dites pas vous dites juste que la bataille étant objectivement perdue ça ne sert a rien de résister smiley
      il y a quelques temps en arrière de gens qui considéraient que l’ennemi ayant gagné d’avance la bataille était inutile ça s’appelait des traitres et des collaborateurs

      ( hein quoi ? point godwin ? oui mais face a un tel monument d’hypocrisie je l’assume )


    • Traroth Traroth 15 novembre 2012 13:48

      « Je ne dis pas qu’il ne sert à rien de résister. Ce serait irresponsable. Je dis seulement qu’il ne faut pas se faire d’illusion » : Donc, êtyre responsable, c’est résister même si on pense que ça ne sert à rien.


      Moi, ce que je comprends de votre article, c’est que les modes de résistance de la population sont inefficaces, que le peuple ne peut pas se faire entendre, qu’en fait, nous ne sommes pas en démocratie.

    • Romain Desbois 16 novembre 2012 10:13

      Ils l’ont fait parce qu’ils ne savaient pas que c’était impossible smiley


    • jmdest62 jmdest62 15 novembre 2012 09:45

      @ l’auteur
      vous écrivez :
      ".....L’Amérique n’aura plus besoin des pétroles du Moyen-Orient et pourra se désinvestir, y compris militairement, de cette partie du monde où elle accumule les ennemis. ......... les sultans arabes n’auront plus qu’à transformer leur pétrole en shampoings.....« 

      GENIAL !  : plus de guerre à cause du pétrole dont le prix va »dégringoler« puisque l’offre sera supérieure à la demande et en plus les Zuniens vont s’auto-détruire avec leur gaz....

      Mais je m’emballe , je m’emballe ....j’oublie qu’il reste encore à régler le problème des »méchants Iraniens« qui menacent les »gentils Israéliens" et puis quand les Zuniens auront pollué toutes leurs nappes phréatiques ...ils repartiront en guerre pour trouver de l’eau..de toute façon , à croire que ç’est dans leurs gênes , il faut qu’ils fassent la guerre .

      Mais peut-être l’empire implosera-t-il d’ici peu ...qui sait ?  smiley


      • joshuadu34 joshuadu34 15 novembre 2012 10:41

        le seul soucis, c’est que pour que le prix du pétrole dégringole, il va falloir trouver un autre moyen d’exploitation puisque, pour que l’exploitation de pétrole de schiste soit rentable, le cours du baril doit au moins être de 113 dollars, ce qui est actuellement son prix... Donc, non, aucune dégringolade à attendre... Désolé !

        Quand aux guerres, ben là non plus, pas grand chose à attendre, puisque les seules richesses de cette partie du monde, ce sont les richesses extraites de l’exploitation pétrolière ! Que pensez vous qu’il se passera lorsque ces richesses ne seront plus qu’un doux souvenir pour les plus riches et le symbole d’une relative paix sociale passée pour les populations ? Accepteront-ils d’être encore plus pauvres qu’ils ne le sont déjà et encore plus sous le joug des dictatures sans réagir ?

        Donc, pour les deux points que vous soulevez, désolé, mais non, rien ne sera réglé, ni le prix de l’essence, ni le danger de guerre présent... Bien au contraire !


      • jmdest62 jmdest62 15 novembre 2012 20:58

        BIBI est en train de prendre tout le monde de court ....tant pis !!!! on parlera énergie + tard  smiley

        @+


      • FritzTheCat FritzTheCat 15 novembre 2012 10:12

        La crise économique aidant, la dette s’accroissant, les velléités d’opposition se feront de plus en plus rares à l’exploitation des gaz et pétrole de schistes. Et seuls les escrolos de service (avec les Duflot, Cohn-Machin et Mamère...) continueront à couiner mais personne ne sera là pour les entendre.


        • Romain Desbois 15 novembre 2012 10:20

          J’en ai marre d’être toujours insulté, purée je crois que le mieux en fait c’est de vous laissez dans votre merde et vous laissez vous en barbouiller.

          Les escrolos comme vous dites seraient bien plus heureux à se dorer la pilule dans les Cévennes ou aux Antilles.

          Votre poujadisme finira pas faire fuir les meilleurs. Et là vous pourrez pleurer à juste titre.

          Gras comme la France, ingrat comme un français !!!!!


        • FritzTheCat FritzTheCat 15 novembre 2012 10:37

          A Romain-machin,

          Je sais pas qui tu es et pourquoi tu déboules de cette façon. Quoiqu’il en soit, le commentaire posté par mes soins ne fait que décrire une situation qu’on soit d’accord... ou pas ! La crise, la dette et notre addiction aux hydrocarbures feront pencher la balance et c’est pas la mère Duflot et ses sbires qui y changeront quoique se soit.

          Pour finir, un commentaire pour les escrolos qui hurlent qu’en posant des zeoliennes sur tout le territoire on aura résolu le chomage, fermé les centrales nucléaires et arrêté l’utilisation des produits pétroliers, est une véritable FUMISTERIE pour ne pas dire le dernier degré du crétinisme.


        • oncle archibald 15 novembre 2012 10:55

          @ le félin fridolin : s’il est vrai que les solutions dites écologiques ne sont absolument pas capables de régler nos problèmes à ce jour parce que d’une part l’énergie produite ainsi est très chère et d’autre part la quantité d’énergie produite par des installations pourtant impressionnantes est également très faible, et qui plus est non stockable, ça n’est pas une raison pour ne pas penser à demain ...

          Perso je ne crois pas aux grands machins bidules qui sont des usines à gaz sans gaz si j’ose dire, mais je crois beaucoup à une production à l’échelle d’une consommation directe et immédiate partout où cela est possible, notamment dans la foultitude de maisons individuelles qui recouvrent les campagnes de France (à mon grand regret), ou petits immeubles, ou d’une entreprise, etc etc .... 

          Oui je crois que lorsqu’on aura fait baisser le coût des installations on verra se multiplier les petites installations. Le mec va recharger sa bagnole et faire tourner sa machine à laver voire alimenter sa pompe à chaleur avec l’électricité produite par quelques panneaux voltaïques ou une éolienne verticale silencieuse .. Il faut faire évoluer rapidement les moyens de stockage, ces batteries si chères pour le moment, et ces « petites solutions » se multiplieront, allégeant d’autant les besoins de production nationale ... 

          Quoi qu’il en soit à plus ou moins court terme les énergies fossiles seront épuisées ... Que sont cinquante ans à l’échelle de l’histoire des hommes ? rien ! et ceux qui ont su voir venir à temps les problèmes ont toujours été les grands gagnants ..

        • joshuadu34 joshuadu34 15 novembre 2012 10:55

          Commentaire intéressant, puisque exempt de toute argumentation... Bien sûr, certains resterons adepte de la méthode Coué, mais peut-on réellement soigner la douleur d’une fracture d’un membre en cassant l’autre ? Peut-on penser, ne serait-ce qu’une seconde que cette exploitation règlera le moindre problème social ou économique ? Peut-on penser une seule seconde qu’en déplaçant le problème de l’économie à l’écologie (ce qui finira forcément par un problème économique, tout se payant un jour), on règle quoi que ce soit ? Je vous laisse avec vos fantasmes faits de clivages et de peur, tout en sachant pertinemment que c’est cette peur et ces fantasmes, et surtout l’utilisation systémale qui en est faite, qui nous ont menés, puisqu’ils sont malheureusement légions, dans la situation que nous vivons...

          Cracher sa haine sans réflexion aucune ne sert, malheureusement, que ceux qui utilisent cette réaction là ! Ne pas aimer un groupe politique est une chose, ne pas savoir argumenter pour étayer cette haine en est une autre et n’est surtout, que la preuve d’un manque de réflexion flagrant !


        • joshuadu34 joshuadu34 15 novembre 2012 10:56

          ps : il est évident que ma réaction est une réponse à fritz..


        • walden walden 15 novembre 2012 11:12

          parlons fumisterie, parlons faits,
          pourquoi le gaz de schiste est une alternative crédible selon vous ? n’y a-t-il pas eu un rapport de la CE qui en mettait en doute la viabilité économique ?
          pourquoi les énergies renouvelables, je pense notamment à la géothermie, ne sont pas une solution économique alors qu’elles sont peu polluantes et gourmandes en main d’oeuvre dans un continent où le chômage est endémique ?
          pourquoi vous sentez-vous obligé d’insulter les écolos, vous avez peur d’eux ?
          comment voyez-vous la fin du pétrole traditionnel, inéluctable d’ici une trentaine (cinquantaine, vingtaine ?) d’années ?
          des faits, pas des noms d’oiseaux qui ne font rien avancer, merci


        • Romain Desbois 15 novembre 2012 11:51

          AREVA est l’entreprise qui consomme le plus d’électricité en france !
          Donc déjà si on se passe du nucléaire, on n’aura pas besoin de produire autant.
          Plus les déperditions dues à la centralisation de la production que les énergies renouvelables peuvent ne pas avoir (sauf si on continue cette politique de concentration de la production).

          Je suis à la NEF et la NEF a financé des bâtiments « négawatts » qui non seulement consomment peu mais produisent plus qu’ils ne consomment.

          Rien que l’éclairage électrique, un des plus gros budget des communes pourraient être fait avec du solaire , voire du petit éolien. Cela aurait en plus l’avantage de ne pas avoir des rues éventrées à tout bout de champs et de permettre une plus grand flexibilité (le lampadaire est mal placé ? On le déplace sans tout casser. Il en manque un ? un riverain en réclame un ou se plaint de la gêne ? En une journée , le problème est réglé.)

          la france était à la pointe de l’innovation il ya 40 ans dans le domaine du solaire et de l’Eolien.
          Maintenant on pleure que les chinois s’y sont mis.

          En fait on ne veut pas que les gens soient autonomes énergétiquement !

          Les opposants sont plus des obscurantistes qui veulent que l’on reste à la machine à vapeur (nucléaire).

          Mais c’est vrai que ce sont les mêmes qui disaient il y encore un an ou deux que la voiture électrique c’était de l’utopie.

          https://www.youtube.com/watch?v=OHHvjsFm_88&feature=player_embedded


        • Corinne Colas Corinne Colas 16 novembre 2012 18:16
          Quand on gère un immense troupeau d’individus, la meilleure des manipulation, c’est de les diviser (phénomène identitaire) par la création de plus petits troupeaux qui seront tantôt des boucs émissaires tantôt des minorités à défendre voire appelées à remplacer un autre cheptel. Généralement, cela fonctionne bien. Chacun meuglant ou bêlant dans son coin, la cacophonie est si grande qu’il devient difficile de s’entendre. Pour autant, on est bien obligé de les convaincre que c’est pour le bien commun, et non pour des motifs bassement économiques, un calcul au bénéfice d’une élite. Diverses méthodes ont fait leurs preuves que l’on ne va pas énumérer ici. 

          De temps en temps, le contrôle est plus difficile. La télé est alors un formidable moyen pour créer une fausse majorité. Les rebelles, les contestataires ont l’impression d’être seuls, qu’ils sont minoritaires face à un consensus pourtant artificiel. Toute la communication y compris dans certains organes soi-disant alternatifs tend ainsi à nous présenter une information limitée. La pire des manipulations ici consistant à faire croire à une majorité que son opinion ne vaut rien... 

          Les moyens sont là encore très divers et hautement sophistiqués.

          A bon entendeur, salut !

          Revenons à l’article et ses commentaires...


          Quand les gens sont dans la mouise sur le plan environnemental, ils « couinent » tous... même ceux qui détestent les écolos, une entité d’ailleurs imprécise.

          Le blabla donc sur les « escrolos » peut faire illusion sur Agoravox mais il est dépassé heureusement.

          Les collectifs « non aux gaz de schistes » sont très nombreux y compris au sein d’un même département. Ils rassemblent des gens de tous « bords », qui ont fait le choix de laisser de côté leurs divergences d’opinion afin de se concentrer sur la menace commune. Face à elle, personne ne se préoccupe de connaître la religion, l’orientation politique ou sexuelle, la couleur de peau, les goûts, traditions ou culture... des habitants d’une région menacée par les permis.Des ponts sont créés avec d’autres collectifs étrangers. Le Québec est solidaire avec les Français par ex, la contribution à l’information est internationale...

          Renseignez-vous auprès de 





          Ce n’est pas chez nous qu’il faut compter venir pour « se dorer la pilule ». 
          Amenez plutôt votre fourche ! 

          Notre région est menacée, nous sommes les premiers mobilisés ! 


          Des nouvelles des mille-pattes à ventouses qui ne tomberont jamais au fond du siphon :



          Des nouvelles permanentes pour surveiller les camions :

          Et pas une semaine sans une réunion, hier c’était à St Julien de Cassagnas, ce sera à Saint Gervais ce soir :

          STOP AUX GAZ DE SCHISTES § CHARBON

               Réunion Publique d’Information

                       Permis du Gard
          Plaine d’Alès-Bassin d’Alès, Nîmes- Montélimar- Navacelles

                     Où en est-on ?

          Vendredi 16 nov à 19h30 Salle Communale “La Coquillone” SAINT GERVAIS

          N° Alerte BastaGaz : 07 80 02 45 69
          N° Vigilance Ardèche : 06 23 66 15 51
          Contact BastaGaz : collectifgaz.30@free.fr
          Site BastaGaz : www.bastagazales.fr

        • Le péripate Le péripate 15 novembre 2012 10:22

          Alors que la France possède la deuxième zone économique exclusive au monde, après les USA, ce qui fait d’elle, à la louche, le deuxième producteur au monde de shalegas, on va prendre au moins 10 ans de retard à cause d’un film sur le méthane biogénique.


          Ce pays est foutu.

          • walden walden 15 novembre 2012 13:07

            au pire vous aurez du pétrole quand les américains auront épuisé leur stock. Pas de quoi paniquer.
            au mieux, vous aurez gardé vos ressources aquifères, ça peut servir.


          • Traroth Traroth 15 novembre 2012 13:50

            @péripate : vous avez déjà pris votre billet d’avion, j’imagine...


          • Nums Nums 15 novembre 2012 14:21

            au mieux, vous aurez gardé vos ressources aquifères, ça peut servir.


            C’est vrai qu’accessoirement ça peut servir. smiley

          • Le péripate Le péripate 15 novembre 2012 18:36

            Les risques ne sont pas nuls, mais ils sont très faibles. Vous me faites pensez à ces conservateurs anglais qui promulguaient le « Locomotive Act », obligeant tous véhicules à être précédé par un piéton porteur d’un drapeau rouge. Résultat, l’Angleterre ratait la révolution automobile et c’est la France plus libérale qui raflait la mise, ce qui nous procuré de la prospérité jusqu’à aujourd’hui encore.

            Des boulets.

          • Traroth Traroth 15 novembre 2012 21:56

            Sacré péripate, toujours en train de tenter de distordre la réalité pour la faire coller à ses théories fumeuses, mais la réalité s’obstine à vouloir être ce qu’elle est. En l’occurrence, les lois en question ont été abolies en 1898, après plusieurs assouplissements successifs.


            C’est à dire l’année de la création de Renault et 21 ans avant la création de Citroën... smiley

          • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2012 10:37

            Comme on ne pourra pas se passer avant très très longtemps du nucléaire , que les energies alternatives resteront longtemps insuffisantes , que le prix des pétroles et du gaz vont flamber , que l’instabilité va s’installer dans les pays musulmans sous le joug des islamistes et dont la production décline , je pense que Flamby va devoir se renier avant la fin de son mandat ....


            • Yohan Yohan 15 novembre 2012 10:43

              Il faut lire entre les lignes de son allocution à la presse. Selon moi Flamby est déjà prêt, il attend seulement un petit signe favorable (genre petite nouveauté technologique) pour franchir le pas.

              Il vient de comprendre que le gaz de schiste peut sauver son mandat. 

            • walden walden 15 novembre 2012 10:55

              pourquoi nommez-vous François Hollande Flamby ? l’insulte ne salit que celui qui la profère.
              je précise que c’est valable pour tous les hommes, toutes les femmes politiques. après tout, ils ne brillent pas toujours par la pertinence de leurs analyses mais ils osent, ils s’exposent. alors, pourquoi les traîner dans la boue ? ça n’ajoute rien en terme de compréhension de la politique, ça ne fait pas avancer les idées, la contradiction, alors pourquoi ?
              si vous vous trouvez drôle, alors l’odyssée ou la chanson de rolland sont bidonnants : on y associe les personnages à un qualificatif automatiquement. chacun ses goûts, mais moi, je trouve qu’il faut respecter les opinions de chacun


            • Yohan Yohan 15 novembre 2012 10:57

              D’autres ne se gênent pas pour appeler Sarko le nabot. Flamby c’est plus soft et ça vient d’ailleurs de son camp.


            • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2012 11:00

              @WALDEN

              pas de bol pour toi , c’est Montebourg qui l’a appelé ainsi le premier !


            • walden walden 15 novembre 2012 11:02

              ça me choque autant de la part de montebourg que de la part du président des skinheads,
              je crois que tu n’as rien compris à ce que j’ai dit,
              tant pis


            • walden walden 15 novembre 2012 11:06

              (bis) ça me choque tout autant qu’on qualifie sarkozy de nabot. je ne vois d’ailleurs pas en quoi sa taille constitue un argument politique, il ne s’agit pas de lancer de nains.
              par contre, ce qualificatif blessant empêche toute intelligence économique, empêche toute évaluation politique du bonhomme : cadeaux fiscaux aux riches, évolution du chômage sous son mandat, mainmise sur les médias, etc.
              personnellement, Sarkozy serait l’homme le plus petit de la terre, je ne verrai toujours pas de quoi le lui reprocher.


            • Romain Desbois 15 novembre 2012 11:20

              walden

              Tout comme j’ai été énervé de voir Joly titillée sur son accent ou LePen père sur son oeil.

              Si le physique est le seul argument politique,c’est qu’on est vraiment tombé très bas en matière de réflexion politique.


            • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2012 11:22

              @WALDEN

              va donner tes petites leçons à tous ceux qui sur ce site appelent le FN  Fhaine
              bon courage !


            • walden walden 15 novembre 2012 11:31

              vous constaterez que je n’ai jamais eu besoin d’avoir recours à ce procédé. j’ajouterais, au risque de me répéter, qu’il m’est odieux - fût-il appliqué à des gens pour lesquels je n’ai aucune sympathie politique tels que le FN ou François Hollande ou Nicolas Sarkozy. Derrière les convictions, il y a des femmes et des hommes respectables.


            • Soi même Soi même 15 novembre 2012 12:04

              Et surtout des grands naïfs, il ont illusions que cela avance dans le bon sens, et en réalité se sont des dormeur du Val !


            • Nums Nums 15 novembre 2012 14:28

              Si ! L’appellation « Le nabot » est justifiée pour Sarkozy ! Pourquoi ? Parce que je considère que quand à 57 ans on est encore complexé par son physique, c’est qu’on est sérieusement à la ramasse. 

              Comment voulez-vous qu’un type qui ne s’assume pas lui même puisse assumer un pays. On a vu ce que cela a donné.

            • Romain Desbois 16 novembre 2012 10:20

              Bien que ce la ne s’applique pas à Sarkosy, la plupart des génies avaient et ont des complexes physiques.

              C’est d’ailleurs à se demander si c’est pas le complexe qui pousse à être performants dans d’autres domaines pour compenser.

              Par exemple les gens laids sont souvent gentils, les beaux rarement.

              Bon je reconnais que je me base que sur ma propre observation et que cela n’a rien de « scientifique ».


            • walden walden 15 novembre 2012 10:50

              par rapport au gaz de schiste, pour ceux que n’intéressent pas leurs seules convictions, je recommande très chaudement le site oil man sur le monde :
              http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/11/13/les-etats-unis-1er-producteur-mondial-de-petrole-en-2017/
              un journaliste honnête, intelligent et complet
              il apparaît que
              -le bilan écologique du gaz de schiste est de toutes façons calamiteux,
              -que son bilan énergétique est sujet à caution (on n’en retire pas énormément d’énergie une fois qu’on en déduit l’énergie investie à l’extraction)
              -que ce type d’énergie augmente rapidement rapidement puis baisse rapidement (un état a déjà passé son maximum d’extraction de gaz de schiste - j’avoue que je ne sais plus lequel)
              -que les chiffres spectaculaires mis en avant sont bidons et ne tiendront pas la longueur (cf. peak oil), qu’ils n’intègrent pas la baisse de rendement du pétrole traditionnel ni l’épuisement rapide des puits de gaz de schiste
              -que l’arabie produit (de mémoire, à peu près) 10,7 mbj (million de barils par jour), que les USA sont à 7mbj mais, si on intègre tous les types de production, on peut effectivement gonfler ce chiffre (si on rajoute l’huile d’olive, la sauce ketch up, on doit arriver à quelque chose comme 10 mbj), certes proche des chiffres de l’arabie saoudite ou de la russie, mais très éloigné de la consommation américaine (18 mbj), très loin de l’autonomie énergétique donc.
              -les champs traditionnels s’épuisent, notamment l’alaska. La production de l’alaska est contrainte à un débit minimum du fait de l’oléoduc qui en achemine la production. D’un jour à l’autre, ce robinet risque donc de se fermer.
              -l’impact économique du gaz de schiste n’est tout de même pas très convainquant : 46 millions d’extrêmement pauvres, une économie qui stagne (un peu moins que l’europe, je vous l’accorde) et une crise financière majeure qui s’esquisse

              drill baby drill ?


              • ZEN ZEN 15 novembre 2012 10:54

                Drill, baby, drill...

                Dixit Sarah Palin...
                Le shit pourra-t-il sauver la Hollande ?
                C’est à craindre
                A moins que la résistance le défasse...


                • walden walden 15 novembre 2012 11:01

                  rien n’est moins sûr. A maastricht, depuis quelques mois, il faut être détenteur d’une carte de résidant pour s’adonner à ce ptit vice. moi qui habite à 35 km, de l’autre côté de la frontière, je constate une relocalisation du secteur, tant pis pour la Hollande et tant mieux pour le gaz de shit.
                   smiley


                • JL JL 15 novembre 2012 11:02

                  Ce matin, Corinne lepage (Le Page ?) était l’invitée de France Culture, à 7H40 et 8H20.
                  Les gaz de schistes étaient le centre de la discussion. Elle y disait notamment que les permis de prospecter, valent en droit minier de permis d’exploiter. Il faut le savoir.

                  Les lobbyistes affirment que les gaz de schistes produisent moins de CO2 que le gasoil (le CO2 n’est pas un danger pour les êtres vivants, et l’effet de serre du CO2 est hautement contestable). Le méthane dégagé par l’exploitation des gaz de schiste en quantités phénoménales est 24 fois plus dangereux pour le réchauffement annoncé que le CO2

                  L’invité canadien de Ruth Stégassy samedi dernier (émission hebdomadaire sur France Culture), disait au sujet des gaz de schistes, je cite de mémoire :

                   "60% des entreprises minières dans le monde sont enregistrées au Canada qui est à cette industrie ce que la Suisse est aux banques. La réglementation y prévoit que le droit du sous-sol prévaut sur le droit du sol, et des autres droits afférents. En d’autres termes, non seulement, une entreprise minière a le droit d’exploiter un gisement qui se trouve sous votre jardin, mais de plus, elle a le droit de venir y faire des forages de prospection.

                  "Les lobbyistes de cette industrie utilisent les même méthodes que les mafias (oui : tuent à l’occasion), et exigent de plus en plus, de la part des gouvernements de par le monde, l’extension de ces droits sur tous les territoires susceptibles de receler des gisements, au nom de la pénurie prévisible de pétrole. " (cité dans l’émission)

                  Qu’on se le dise.

                  Nous savons bien maintenant, à quoi et à qui servent des pharamineux profits versés au détriment des travailleurs : à ceux qui nous pourrissent la vie par le pouvoir que leur confère ces richesses.

                  gaz-et-petrole-de-schiste-tour-dhorizon-dune-mobilisation-citoyenne-internationale 21 septembre 2012

                  « On le sait, désormais : ils iront jusqu’au bout. Ils raseront les forêts. Ils videront les mers des thons, des baleines, des sardines. Ils pressureront les roches. Ils feront fondre les pôles. Ils noirciront l’Alaska. Ils réchaufferont l’atmosphère jusqu’à ébullition. Ils nous vendront un air coté en Bourse. Ils affameront des continents. Ils sauveront les banques avec nos retraites. Ils solderont les routes, les îles, les jardins publics au plus offrant. Ils spéculeront sur nos maisons, notre santé, notre éducation. Ils mettront, à force de stress, la moitié des travailleurs sous antidépresseurs – et l’autre moitié au chômage. Ils lèveront des impôts sur nos égouts, nos chaussettes, notre haleine – plutôt que de toucher à leurs bénéfices. Le doute n’est plus permis : qu’on les laisse faire, et tout ça ils le feront. Voilà leur programme pour ne rien changer, ou si peu. Pour préserver leurs privilèges, leurs dividendes, leurs jets privés, leurs allers-retours en classes affaires. Pour se bâtir des ghettos sociaux, sécuritaires, climatiques – où les plus riches de nos enfants, les plus serviles, les plus laquais, seront admis en leur compagnie. » (Fakir, François Ruffin, 15/2/12)

                  Pour ce qui est des lobbyistes qui causent dans les poste, rélés et gazetrttes, il faut savoir ceci :

                  Gaz de schiste : comment Total & Co travaillent l’opinion Extraits : " « Vous êtes la bienvenue pour un prochain voyage » : Avant de retourner l’opinion du gouvernement, les industriels essaient déjà de de travailler celle des journalistes économiques. C’est dans cet esprit que Total a organisé les 17 et 18 juillet derniers un voyage de presse à Fort Worth, Texas, la ville aux 2 000 puits sur laquelle nous avions publié un reportage financé par J’aime l’info. .. Trois rédacteurs couvrant le secteur de l’énergie, au Monde, au Point et à L’Usine nouvelle, sont allés aux frais de Total visiter les installations de son partenaire américain Chesapeake. Un photographe américain couvrait aussi le déplacement à la demande de Total afin de proposer gratuitement ses services aux journaux."

                  Cela me rappelle les années 1950, lorsque mon père racontait ce que ses amis de la cellule communiste ou syndicale décrivaient de l’URSS où le Parti leur avait offert un voyage visite : tout était beau, tout était joli. Nul doute que Caroline Roux reviendra la tête pleine de jolis paysages proprets.

                  Nicolas Thierry nous livre sur Rue89 sa vision des choses. Extraits : "Invité dans le cadre d’un programme organisé par le département d’Etat Américain, j’achève un parcours de plusieurs semaines ponctué de multiples rencontres avec industriels, ONG et administrations autour des questions énergétiques et environnementales. Ce périple m’a notamment amené en Pennsylvanie et au Texas, hauts lieux de l’exploitation des gaz de schiste.... Le spectacle est édifiant. On peut admirer au Texas des files de camion de plus de trois kilomètres de long qui attendent consciencieusement d’injecter leurs marchandises dans le sous-sol. Le processus de fracturation en lui-même dure environ cinq jours, et le puits doit être alimenté toutes les douze minutes par un nouveau camion. Au final, 80% de l’eau injectée – soit seize millions de litres de cette mixture, stagnent dans le sol, et personne n’est en capacité aujourd’hui d’indiquer le devenir de cette « potion magique »."


                  • JL JL 15 novembre 2012 11:06

                    Quand ils auront pollué les nappes phréatiques, ils nous vendront l’eau à prix d’or.

                    Pennsylvanie : des puits de gaz de schiste explosent les compteurs Geiger ! Selon les documents que s’est procuré Ian Urbina, journaliste au New York Times, les rejets des puits de gaz de schiste de Pennsylvanie contiendraient des quantités effrayantes de matériau radioactif et ultrapolluant. Semées sur la carte d’Ouest en Est de cet état, les relevées de quantités de radium dans l’eau dépassent de 20, 100, 250 parfois même plusieurs milliers de fois les limites légales, atteignant des taux dangereux pour la santé. ..Derrière ces chiffres, les formules secrètes des « liquides de fracturation » : non communiqués par les industriels, les produits chimiques injectés dans l’eau pour faciliter la destruction des couches de schiste renfermant le gaz et leur extraction comprendraient des substances ou dérivés de radium, uranium, benzène, etc. Dans les couches profondes de schiste, la moitié seulement reste emprisonnée, l’autre remontant à la surface pour être traitée. Or, c’est là que le bât blesse : autour des zones d’extraction, les usines de retraitement des eaux n’ont guère été conçues pour filtrer des produits d’une telle toxicité. Selon l’enquête de Ian Urbina, ce n’est pas le fait du hasard, puisque la plupart des usines n’ont pas fait l’objet de mesure de la radioactivité depuis 2006, à la demande de l’Agence de protection de l’environnement (EPA) de Pennsylvanie. En aval des usines de retraitement d’eau, les sources polluées coulent directement dans les réseaux d’adduction d’eau potable. Les eaux rejetées dans la Monongahela River alimentent ainsi 800.000 personnes, notamment autour de Pittsburgh, tandis que celles dirigées sur la Susquehanna River, abreuvent 6 millions d’habitants, dont une partie des riverains de Baltimore, et enfin, les quantités déversées dans la Delaware River arrivent au robinet de près de 15 millions de personnes, dont une bonne partie des habitants de Philadelphie.


                  • Romain Desbois 15 novembre 2012 11:25

                    Excellents commentaires JL.

                    je suis entièrement d’accord avec vous . smiley


                  • alinea Alinea 15 novembre 2012 15:14

                    Vous oubliez JL que beaucoup d’occidentaux sont si confits de sécurité, qu’ils oublient qu’ils ont plus besoin d’eau que de gaz !
                    La perte de nos racines terriennes et animales font perdre le minimum de bon sens à la plupart des citadins !


                  • Fifi Brind_acier Pilou Camomille 15 novembre 2012 17:55

                    Tout ceci est d’autant plus absurde qu’un ingénieur français, installé à Alicante a découvert le moyen de fabriquer en quelques jours du pétrole à partir d’algues contenues dans l’eau de mer.

                    Le projet est totalement opérationnel, puisqu’il vend désormais des usines clef en mains.
                    C’est le bio pétrole.

                    Évidemment, les multinationales du pétrole ne tiennent pas à ce que cette découverte s’ébruite, ce serait la fin de leur business.... 


                  • Romain Desbois 16 novembre 2012 10:23

                    En Franc eil y a des génies mal connu et snobés.
                    Je soutiens une entreprise géniale, prometteuse de ce que sera l’avenir :

                    http://www.metabolic-explorer.com/

                    Un conseil, pour ceux qui boursicotent , investissez dans cette boite (METEX à la bourse).

                    Je lui prédits un grand succès à l’avenir.


                  • Romain Desbois 18 novembre 2012 11:05

                    cassino

                    Bah oui , c’est le propre de la recherche fondamentale mais eux ils font en pus de la recherche appliquée.

                    Mais fondamentalement, ils prouvent que l’on peur se passer des hydrocarbures sans pour autant retourner à la bougie. smiley


                  • ZenZoe ZenZoe 15 novembre 2012 11:24

                    Hélas, trois fois hélas, l’auteur a raison.
                    Dans les années 70, on a déjà eu la même chose avec les premiers écolos (hippies, baba-cools et assimilés), qui tiraient la sonnette d’alarme avec la démographie en hausse, l’abus des ressources et la course sans fin à la consommation. On les a traités de doux rêveurs au mieux, de réacs préhistoriques sinon. Le mouvement fut laminé par le premier choc pétrolier, qui pourtant leur donnait raison !
                    Le pétrole, et plus généralement l’énergie, est depuis lontemps devenu la base et le pivot de toute économie « à l’occidentale » et d’un nouvel ordre mondial, et donc le motif unique des guerres. De nombreux livres alarmistes ont d’ailleurs été écrits dès le début du 20ème siècle (*).
                    Rien ne pourra arrêter le rouleau compresseur maintenant, les forces en présence sont bien trop déséquilibrées. D’un côté les adversaires lucides mais avec peu de moyens, de l’autre les multinationales avec l’argent, le pouvoir, les réseaux, la capacité de nuisance - elles n’ont qu’à ouvrir la bouche pour dire « création de milliers d’emploi à la clé », et tout le monde se prosterne et se tait.

                    (*) il est même suggéré dans l’un de ces bouquins que certains mouvements anti-nucléaires auraient été subventionnés par les compagnies pétrolières, c’est dire...
                    « Pétrole, une guerre d’un siècle : L’ordre mondial anglo-américain », par Willima Engdhal.

                    ***************************************************
                    Résumé du bouquin pour les curieux :
                    « Cet ouvrage remet radicalement en cause l’idée que l’on se fait communément de la politique internationale et de ses enjeux. Il décrit les moyens extrêmes que les Anglo-Américains sont prêts à mettre en œuvre pour conserver une suprématie née en 1815 et renforcée au prix des deux Guerres mondiales. Nous savons, depuis l’élection de George W. Bush, que la politique américaine et le pétrole entretiennent une relation intime. William Engdahl montre que l’économie des Etats-Unis repose sur un approvisionnement en pétrole bon marché illimité, et sur la suprématie du dollar sur les autres monnaies. Vous découvrirez comment le premier choc pétrolier fut une incroyable et cynique manipulation conçue par Henry Kissinger pour opérer un transfert planétaire de capitaux vers les banques de Londres et de New York, au prix de la ruine des pays du Tiers-monde ; comment ces pays en faillite, contraints de s’endetter auprès du FMI, se virent prêter à grands frais ces mêmes capitaux dont ils avaient été auparavant spoliés. Vous verrez comment la géopolitique du pétrole est à l’origine de l’effondrement de l’Union soviétique, de l’éclatement de la Yougoslavie, et de l’arrivée au pouvoir puis de la chute des Talibans. Vous serez surpris d’apprendre comment, dans les années 1970, les mouvements écologistes anti-nucléaires financés par les grandes compagnies pétrolières, devinrent le cheval de bataille visant à entraver l’indépendance que l’énergie nucléaire aurait pu procurer à nombre d’Etats, afin de les maintenir dans l’orbite des pétroliers. Vous comprendrez enfin que la décision d’envahir l’Irak fut prise pour assurer l’hégémonie de la puissance anglo-américaine et le contrôle de l’économie mondiale pour les 50 ans à venir. »


                    • Soi même Soi même 15 novembre 2012 11:26

                      C’est visible se focalisé uniquement sur le gaz de schistes on où tous simplement, il y a des recherches actives qui vont être exploités dès 2013 au Japon des ressources sous marine de gaz qui sont des hydrates de méthane, qui sont plus polluants ce que nous connaissont aujourd’hui !

                      « Hydrates de méthane : après Fukushima, le Japon cherche du gaz

                      Par Jean-Emmanuel Rattinacannou, Futura-Sciences

                      Exploiter le méthane contenu dans les gisements d’hydrates de gaz sera-t-il bientôt possible ? Avec un premier test prévu en mars 2013 et des milliards de yens investis, le Japon s’engage dans un programme de recherche ambitieux le long de ses côtes. Le but : une production commerciale dans les dix ans à venir.

                      La raréfaction des combustibles fossiles ne pousse pas qu’aux économies. La hausse du prix de l’énergie et les avancées technologiques ouvrent la porte à l’exploitation de gisements non conventionnels jusqu’ici inaccessibles.

                      C’est le cas au Japon où, depuis la catastrophe de Fukushima, la question de la dépendance du pays à une énergie nucléaire, dont l’avenir est au minimum incertain, a pris une autre ampleur. Le Japon, pauvre en ressources énergétiques, souffre également d’une économie trop liée aux importations d’hydrocarbures depuis le Moyen Orient. Trouver des sources d’énergie locales est devenu une priorité. Outre l’investissement dans le développement des énergies renouvelables, une forme particulière d’hydrocarbures a la faveur du gouvernement. Celui-ci vient en effet de s’engager à hauteur de 10 milliards de yens dans un programme visant l’exploitation commerciale des hydrates de méthane sous-marins dans les dix ans à venir.

                      Les hydrates de gaz ou clathrates sont des composés formés à partir d’eau et de gaz dans des conditions de haute pression et de basse température. Tout le long du talus continental (la pente qui relie les eaux côtières peu profondes aux abysses), la matière organique qui se décompose produit, comme ailleurs, du méthane. Mais à plusieurs centaines de mètres de profondeur la pression se chiffre en dizaines de bars et il ne fait que quelques degrés. L’eau se combine alors avec le gaz pour former, au niveau moléculaire, une sorte de cage très fine où est enfermé le méthane. Le composé est stable à 600 mètres pour une température de 7 degrés celsius. À l’œil nu, la chose a l’aspect de la neige. Une neige étrange, qui s’enflammerait à la moindre étincelle car elle contient dans 1 cm3, 164 cm3 de gaz. »

                      http://www.futura-sciences.com/fr/n...

                      L’état actuel de la production d’hydrate de méthane

                      « Pour la majeure partie de son approvisionnement en gaz naturel, le Japon est tributaire du gaz naturel liquéfié qu’il importe de l’étranger. En 2011 le volume annuel de ses importations de GNL a pour la première fois dépassé les 100 milliards de mètres cubes, pour un coût record de 4 800 milliards de yen, en augmentation de 37 % par rapport à l’année précédente. Ce pic de consommation était en partie dû à la fermeture en série des centrales nucléaires consécutive au Grand séisme de l’Est du Japon. On prévoit certes que la stabilité des approvisionnements en gaz naturel va s’améliorer grâce à l’augmentation de la production de gaz de schiste aux États-Unis, mais la question des prix reste préoccupante. D’après la Revue des statistiques de l’énergie mondiale (Stastitical Review of World Energy, 2011), le coût des importations japonaises de GNL (prix CAF(*1)) est 2,5 fois plus élevé que les prix au carrefour Henry(*2) aux États-Unis ; L’impact est considérable tant sur le prix de l’électricité au compteur que sur la balance commerciale du Japon.

                      Dans ces circonstances, les ressources d’hydrate de méthane existant dans la zone économique exclusive du Japon ont un coût attrayant pour ce pays pauvre en ressources. Le gaz méthane produit à partir des ressources d’hydrate de méthane est le principal composant du gaz naturel. La mise au point d’une technologie de production à coût raisonnable, qui offrirait au Japon la garantie d’un approvisionnement stable et à long terme, augmenterait par la même occasion son taux d’autosuffisance énergétique. Elle constituerait en outre une carte maîtresse dans le cadre des négociations portant sur les importations de GNL. Le ministère japonais de l’Économie, du commerce et de l’industrie encourage l’exploitation des ressources d’hydrate de méthane et tout est désormais en place pour que les essais de production en mer commencent dès l’année prochaine. »

                      http://www.nippon.com/fr/currents/d...

                      Car il se pourrait bien que l’exploitation du gaz de schistes ne se fasse pas et en contre partie , les pétrolier se tourne vers un gaz infiniment plus facile à exploité, et beaucoup plus abondant et beaucoup plus polluant ?

                      « Le potentiel colossal des hydrates de méthane

                      Mais plus encore que les huiles et gaz de schiste, une autre ressource d’énergie fossile pourrait bouleverser le paysage énergétique mondial avant une dizaine d’années : les hydrates de méthane. Il s’agit de poches de gaz naturel confinées dans des cristaux de glace. Ceux-ci se forment à haute pression et basse température. On les trouve sous les océans dans les bassins sédimentaires ou sous le permafrost des cercles polaires. Le gaz présent dans cette glace se trouve à haute concentration : environ une molécule de gaz pour moins de six molécules d’eau. Ramené à la pression atmosphérique, cela représente un volume de 168 mètres cube de gaz pour 1 mètre cube d’hydrate de méthane.

                      Les réserves d’hydrate de méthane pourraient représenter jusqu’à 10 fois les réserves mondiales de gaz conventionnel s’élevant à 190 milliards de mètres cubes. Au rythme actuel d’extraction de gaz naturel, cela représenterait 140 à 700 ans de production. Selon l’USGS, le service géologique américain, la quantité de carbone ainsi piégé pourrait s’élever à dix mille milliards de tonnes, soit deux fois la quantité du carbone prisonnier de l’ensemble des gisements mondiaux – exploités ou non – de pétrole, de gaz naturel et de charbon !

                      Pour l’instant, il n’existe qu’une seule exploitation commerciale d’hydrate de méthane au monde. Elle fonctionne depuis 1978 et est située sur le champ de Messoyakha au nord de la Sibérie. Dans ce site d’exploitation, les hydrates de méthane se sont décomposés mais sont restés prisonniers d’une poche imperméable située sous le permafrost. Mais dans la majorité des autres sites potentiels exploitables, la situation est toute différente et les hydrates de gaz se trouvent dans des couches sédimentaires poreuses. Leur exploitation par liquéfaction provoquerait une remontée très dangereuse de méthane vers la surface. Tous les grands pays industrialisés tentent donc de mettre au point des techniques d’extraction fiables et adaptées à la nature très instable des hydrates de méthane. Il faut en effet savoir que la moindre modification de température ou de pression risque de provoquer la fonte de la poche de glace et de libérer le méthane dans l’atmosphère. Or, l’impact de ce gaz en matière d’effet de serre est de 25 fois celui du CO2 à quantité égale ! »

                      « En France, le projet expérimental Fordimhys (Formation and Dissociation of Methane Hydrates in Sediments) de production sous pression d’hydrate de méthane, sponsorisé par Gaz de France, Total et l’Institut français du pétrole et conduit par Jean-Michel Herri et Olivier Bonnefoy, du Laboratoire des procédés en milieux granulaires, devrait permettre de mieux évaluer, d’ici quelques mois, la faisabilité d’une exploitation à grand échelle des hydrates de méthane par notre pays.

                      On comprend mieux cet enjeu technologique, économique et énergétique quand on sait que l’exploitation des hydrates de méthane ne se limite pas aux immenses réserves qui tapissent les fonds sous-marins. En effet, les hydrates de méthane pourraient également à terme constituer une voie alternative tout à fait rentable pour le transport du méthane sur des distances relativement longues (jusqu’à 6000 km). Le transport des hydrates par bateau pourrait donc se substituer pour une large part à l’acheminement du gaz naturel liquéfié par gazoduc.

                      Deux siècles après leur découverte par le chimiste britannique Humphrey Davy, la récupération et l’exploitation à grande échelle des hydrates de méthane et l’exploitation massive du gaz de schiste à l’aide de méthodes respectueuses de l’environnement et intégrant systématiquement des systèmes de capture et de séquestration de carbone, pourraient donc révolutionner le paysage énergétique mondial au cours de ces vingt prochaines années. La France, qui a la chance de posséder en grande quantité ces ressources énergétiques précieuses, tant dans son sous-sol que dans son immense domaine maritime, doit, dans un cadre de coopération européenne et internationale renforcée, tout mettre en œuvre pour devenir un pays pionnier dans l’exploitation propre et durable de ce nouvel « or bleu ». »

                      http://www.scoop.it/t/non-au-gaz-de...

                      « Energie & Environnement
                      Une équipe de recherche réussit l’extraction d’hydrates de méthane par injection de CO2

                      http://www.bulletins-electroniques....

                      Alors que le gaz naturel non conventionnel - le gaz de schiste en premier lieu - bouleverse depuis quelques années le secteur de l’énergie, certains travaillent déjà à la prochaine étape. Ainsi, une équipe de recherche américano-japonaise a réussi à extraire de manière continue des hydrates de méthane dans la région de North Slope, en Alaska, a annoncé le Secrétaire à l’Energie Steven Chu le 2 Mai 2012.

                      L’hydrate de méthane, la « glace qui brûle »

                      Les hydrates de méthane, également appelés chlarates de méthane, désignent des molécules de méthane piégées au sein d’une fine « cage » de glace. Il s’agit d’une formation qui survient naturellement dans les milieux à basse température et à haute pression, notamment dans les bassins sédimentaires au niveau du plancher océanique et dans le pergélisol des régions polaires (permafrost). »

                      http://www.bulletins-electroniques....

                      A force de se focalisé que sur un seul aspect, nous sommes nous pas en train de nous faire tous bonnement doubler ?




                      • Soi même Soi même 15 novembre 2012 17:45

                        C’est visible se focalisé uniquement sur le gaz de schistes on oublie  tous simplement, il y a des recherches actives qui vont être exploités dès 2013 au Japon des ressources sous marine de gaz qui sont des hydrates de méthane, qui sont plus polluants ce que nous connaissont aujourd’hui !

                        C’est étonnant comment , la focalisation sur un problème unique et l’on veut pas voir la globalité du problème, en réalité .
                        Ce qui nous dérange dans le gaz de schiste c’est que notre confort est mis en danger, oui avoir de l’eau polluer berque, mais avoir du gaz par exemple des hydrates de méthane pour remplacer le gaz Russe pas de problème !

                        D’ailleurs où est le problème si l’apparence de mon confort ne change pas et si je peu toujours jouir de cette nature.

                        Vous ne voyez pas l’hypocrisie à juste se focalisé sur un point de vue et ne pas voir la globalité de la démarche des pétroliers et des gaziers.

                        Et bien tant que l’on ne renoncera pas un nos habitude de pensé, et d’agir eux , les pétroliers et les gaziers et ceux qui sont derrières auront toujours une longueur d’avance sur nous et que nous refuserons, ils prendrons d’autres moyen pour arrivé à leur fin, c’est comme dénoncer la malbouffe et en même temps on continue avec nos veilles habitudes !

                        et personne réfléchie à cela à cette histoire prémonitoire de notre avenir ?

                        http://www.article11.info/?Nauru-l-ile-de-la-tentation




                        • L'enfoiré L’enfoiré 15 novembre 2012 20:33

                          Je vais me moinsser aussi. Comme cela tout le monde est d’accord  smiley


                        • reveil 15 novembre 2012 11:30

                          J’ai vu d’excellents reportages montrant le résultat de cette catastrophe sur les nappes phréatiques. L’avantage étant que pour faire le plein de votre bagnole, vous aurez juste à brancher votre tuyau d’arrosage.


                          • Romain Desbois 15 novembre 2012 12:34

                            Miantenant on dira : y a du gaz dans l’eau et plus l’inverse smiley


                          • Hermes Hermes 15 novembre 2012 11:31

                            Relayer le message « There Is No Alternative » ? Laissez vous piétiner et massacrer votre pays ?

                            Jolie vision de l’avenir que voilà. En tout cas votre article a lé mérite de stimuler les très pertinentes commentaires de JL. Merci quand même smiley


                            • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 novembre 2012 12:08

                              début de citation
                              Gaz de schistes : nul n’y échappera
                              fin de citation

                              Justement nous devons tous faire pour y échapper aux projets de l’exploitation du gaz de schiste car les dégâts aux États Unis sont devenu innombrables.

                              Les dégâts environnementales et celle de la santé publique causé par l"exploitation du gaz de schiste dépassent largement les bénéfices faites par des compagnies pétrolières !

                              L’article suivant apparue dans le journal The New York Times révèle les effets néfastes de l’exploitation du gaz de schiste dans des nombreuses États aux États Unis.

                              http://www.nytimes.com/2011/02/27/us/27gas.html?pagewanted=1&_r=3&ref=us

                              L’article en américain couvre 5 pages ... c’est à partir de la page 2 que cela devient particulièrement intéressant !

                              Quelques extraits :

                              Other documents and interviews show that many E.P.A. scientists are alarmed, warning that the drilling waste is a threat to drinking water in Pennsylvania. Their concern is based partly on a 2009 study, never made public, written by an E.P.A. consultant who concluded that some sewage treatment plants were incapable of removing certain drilling waste contaminants and were probably violating the law.

                              Yet sewage treatment plant operators say they are far less capable of removing radioactive contaminants than most other toxic substances. Indeed, most of these facilities cannot remove enough of the radioactive material to meet federal drinking-water standards before discharging the wastewater into rivers, sometimes just miles upstream from drinking-water intake plants.

                              “Hydrofracking impacts associated with health problems as well as widespread air and water contamination have been reported in at least a dozen states,” said Walter Hang, president of Toxics Targeting, a business in Ithaca, N.Y., that compiles data on gas drilling.

                              Gas has seeped into underground drinking-water supplies in at least five states, including Colorado, Ohio, Pennsylvania, Texas and West Virginia, and residents blamed natural-gas drilling.

                              Air pollution caused by natural-gas drilling is a growing threat, too. Wyoming, for example, failed in 2009 to meet federal standards for air quality for the first time in its history partly because of the fumes containing benzene and toluene from roughly 27,000 wells, the vast majority drilled in the past five years.

                              In Texas, which now has about 93,000 natural-gas wells, up from around 58,000 a dozen years ago, a hospital system in six counties with some of the heaviest drilling said in 2010 that it found a 25 percent asthma rate for young children, more than three times the state rate of about 7 percent.

                              Anywhere from 10 percent to 40 percent of the water sent down the well during hydrofracking returns to the surface, carrying drilling chemicals, very high levels of salts and, at times, naturally occurring radioactive material.

                              Bref, celui qui prêtent encore que l’exploitation du gaz de schiste est une affaire rentable est un menteur !  Cette technologie contribue à une des plus grandes catastrophes écologique initie par les compagnies pétrolières qui ont la vue très courte, seulement guidé par leur profit à court terme. L’environnement, notre santé, l’avenir de futurs générations ne compte pas pour ses gens !


                              • JL JL 15 novembre 2012 15:03

                                eau-du-robinet,

                                Vous démontrez que, je cite : « Bref, celui qui prétend encore que l’exploitation du gaz de schiste est une affaire rentable est un menteur  !  »

                                Une affaire rentable, qui, sait ? Mais pour qui ?

                                Le fait est, que l’exploitation des gaz de schiste n’est pas du tout rentable pour les populations. Et je crois qu’à l’issue de ce constat, on peut dire ici que ces multinationales si puissantes ont entamé une guerre sans merci contre l’humanité.

                                La seule question qui vaille aujourd’hui, c’est comment détruire ces monstres ?


                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 15 novembre 2012 16:36

                                Bonjour JL

                                Je suis 100% d’accord avec vous.

                                La on parle que du gaz de schiste puis il y les pesticides les ogm la pharmacoindustrie, la crisé financière.

                                Oui ça serra une lute sans merci et il y des victimes innombrables dans le monde !

                                Gardez l’espoir ! L’arme ultime existe il faut juste l’activer ....

                                De quoi s’agit t-il ?

                                Il s’agit du principe pollueur = payeur !

                                Les lois existent et pour l’appliquer il faut de la volonté politique ....

                                Pour combattre les multinationales il faut appliquer le principe Pollueur = Payeur

                                Le principe pollueur-payeur a été adopté par l’OCDE en 1972. Il figure dans l’Acte unique européen signé en 1986.

                                En France, il est défini par à l’article L110-1, II, 3° du code de l’environnement selon lequel « les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur. »

                                Croyez moi si ce principe Pollueur = Payeur été applique, ce qui n’est pas le cas, on serra très vite débarrassé de toutes ses polluants et ses escrots.


                              • joletaxi 15 novembre 2012 12:19

                                des enclumes,il n’y a pas de doutes à avoir

                                comme sur tous les sujets, vous ressassez à l’infini les slogans et autres mensonges que vous prodigue les chiens de garde de la mouvance.
                                Et peut importe si cela ne résiste pas une seconde ,ni à une recherche d’info, ni au raisonnement élémentaire.

                                je vous avis donné un lien où l’on rapporte les tenants et aboutissants des incidents inévitables ,et qui ont été réglés depuis.Comme des enclumes, vous reprenez toujours ces mêmes problèmes, mineurs, car en fait vous n’avez aucun argument sérieux.
                                mais la vraie motivation, qui transparaît dans la bataille que mènent les ONG écolo aux USA(vous êtes des petits rigolos ici à côté des moyens déployés par la mouvance chez l’oncle Sam) c’est la fait que l’émergence de cette filière est l’arrêt de mort de l’investissement dans le renouvelable, secteur dans lequel la mouvance et ses sbires a d’énormes intérêts.

                                comme vous ne répondez pas de façon documentée à ma question:citez moi des cas ,ayant provoqué des catastrophes comparables par exemples à Deepwater(et malgré celle-ci, vous allez toujours à la pompe faire le plein non ?) qui pourrait faire croire qu’il y a une menace environnementale aux USA(pas vos ragots habituels hein.

                                pour vous aider voici un lien

                                http://www.thedailybeast.com/articles/2012/06/20/where-are-all-the-fracking-accidents.html

                                et pour aider les malheureuses victimes une adresse utile

                                http://www.edgarsnyder.com/blog/marcellus-shale-gas-explosion-avella-pa.html

                                notez que vous n’avez même pas à avancer un cent pour tenter une procédure qui peut rapporter plus que l’euromillion.

                                une étude sur le sujet par le MIT,que vous ne lirez pas

                                http://mitei.mit.edu/system/files/NaturalGas_Chapter%201_Context.pdf

                                et dont je vous recommande la conclusion qui, une fois n’est pas coutume, balaie toutes les idioties colportées par la mouvance sur l’effet de cette filière concernant le très problématique problème de RCA

                                @soi meme
                                il ne faut jamais désespérer, voilà que vous commencez à lire des choses intelligentes.

                                Une campagne d’exploitation/validation du procédé est encours, attendons les résultats, mais cela semble tenir la route


                                • frugeky 15 novembre 2012 13:18

                                  Un marteau, au raisonnement élémentaire. 

                                  C’est certainement vous qui allez gagner à cet euromillion là. Qui veut gagner des millions, qui veut gagner des millions...
                                  Lassant.

                                • Soi même Soi même 15 novembre 2012 14:03

                                  @ Joe tu oublies, je fais partie des enclumes !
                                  Ton argumentation toujours aussi cave, ton disque en 75 tours, ta déjà essayés ?


                                • kitamissa kitamissa 15 novembre 2012 12:34

                                  De tout façon, on sera bien obligés un jour ou l’autre de dire merde aux augures, réchauffistes et écolos de tout poil qui veulent revenir à la lampe à huile et à la traction hippomobile ..


                                  on a des réserves de gaz de schiste sous nos pieds, ça peut nous rendre indépendant sur un plan énergétique et créer des emplois !

                                  vu l’état de notre économie et des nos industries, il faut cesser de faire la fine bouche et se mettre au boulot dare dare ...

                                  mais c’est vrai que parler boulot, profit, économie prospère ...ça fait peur aux écolos et à une grande fraction de la gauche...

                                  on aime mieux le monde des fonctionnaires, gentils toutous administrés que l’on peut maintenir dans la médiocrité avec la Dacia made in Roumanie, les clubs de vacances du comité d’entreprise, et les animateurs commissaires politiques qui vous feront découvrir le folklore local....le musée de la binette visité en groupe, boire un bol de cidre chez le Père Sifflard producteur local labellisé Ecologiquement correct ! et le soir animation culturelle avec la troupe Les Joyeux Branleurs de La Charité sur Ridelles , subventionnés par le comité départemental !

                                  on se réunira dans la salle polyvalente Alfred Bougnasal ..ardent syndicaliste et écologiste faucheur , mort en héros d’une surdose de cidre de chez le Père Sifflard !

                                  • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2012 12:53

                                    salut mon pote Maxim ,
                                    t’as juste oublié le fromage de bique le la mère Machu , caprins exclusivement nourris à partir de végétaux non OGM et traits à la manuel par Eduardo Dos Santos , refugié politique cap verdien . smiley  smiley  smiley

                                    et si t’es bien sage , t’as le droit à un bedos bio , garanti pur cannabis des cevennes !


                                  • Soi même Soi même 15 novembre 2012 12:54

                                    @ kitamissa,

                                    A bon, t’es pour « on a des réserves de gaz de schiste sous nos pieds, ça peut nous rendre indépendant sur un plan énergétique et créer des emplois ! » saccager te déranges pas du moment que tu en vie, cela s’appelle manger son blé en herbe ton raisonnement ! 

                                    http://www.article11.info/?Nauru-l-ile-de-la-tentation

                                    http://suite101.fr/article/developpement-durable-nauru-lanti-modele-de-developpement-a24692


                                  • walden walden 15 novembre 2012 13:11

                                    vous avez raison, le Nigéria est un modèle parfait de développement, une lumière dans les ténèbres fonctionnaristes du 21e siècle. aucune régulation, on peut arroser les habitants de tous les déchets de forage qu’on veut, on massacre ceux qui restent, un Etat réduit à une armée et une justice bon marché. Le paradis. Et ils exportent du pétrole, les petits veinards. Pas belle la vie ?
                                    oh, bien sûr le niveau de développement est calamiteux, les machettes ne servent pas que dans l’agriculture et tout le monde caresse un seul rêve : se barrer. c’est le prix du paradis. vous en voulez ?


                                  • kitamissa kitamissa 15 novembre 2012 13:20

                                    Mon Cher Soi Même...


                                    aux début du chemin de fer au 19eme siècle, d’éminents savants déclaraient que c’était un transport voué à l’échec, les humains ne pouvant pas respirer au delà de 30 kms/h ....

                                    la bicyclette un engin pour les imbéciles et un danger pour les piétons !

                                    l’avion de Clément Ader l’inventeur qui réussit pour le première fois à en faire décoller un devant un parterre de militaires, journalistes et savants « ça ne présente aucun intérêt et c’est une invention sans avenir !! » tel était leur verdict !!

                                    idem pour l’automobile, engin dangereux qui ne remplacera jamais le cheval !

                                    l’utilisation de la vapeur : une invention du Diable ! ...

                                    je ne parle pas des Spoutniks qui détraquaient le temps et responsables les intempéries !

                                  • ZEN ZEN 15 novembre 2012 13:24

                                    Drill, drill..
                                     in the backyard of kitamissa smiley


                                  • frugeky 15 novembre 2012 13:24

                                    Et Kitamisa qui nous propose un nouvel écran plat avec son commissaire politique à lui, sur TF1 ou n’importe quelle autre chaîne, en crachant à la gueule des produits français ! Et le chat suit, parce qu’il n’aime pas le fromage de chèvre, même produit en Ardèche, sous prétexte qu’il serait fait par des écolos (le vilain mot). Tu parles d’un patriote. Vu que vous êtes partisan des spécificités françaises à l’ancienne, vous pourriez au moins défendre la veillée autour de l’âtre, cher à vos vieilles lunes.


                                  • gaijin gaijin 15 novembre 2012 13:25

                                    kitamissa
                                    vous avez raison la pensée du 19ème siècle c’est l’avenir ........


                                  • Soi même Soi même 15 novembre 2012 13:29

                                    vous avez des arguments très spécieux pour défendre l’indéfendable !
                                     Visiblement ce qui c’est passé ailleurs ne peut pas être un avertissement !
                                    Je ne sais si les habitants de l’île Nauru où du Nigeria où les victimes de cette industrie accueilleraient votre argumentation avec tous la bienveillance que vous semblez mettre ?


                                  • kitamissa kitamissa 15 novembre 2012 13:30

                                    Salut mon pote Le Chat...


                                    toujours fidèle au poste à ce que je vois ? assailli de toute part par les hordes du Hollandais et de tabulopodosophes , de vésicolanternomanes, d’uroditélémétristes , et de quelques femelles pyropyges amatrices de Bitou garanti 100% Bio !

                                     smiley

                                  • kitamissa kitamissa 15 novembre 2012 13:39

                                    Soi Même.....les pseudo humanistes à la mie de pain, et Don Quichotte de café du commerce me font bien marrer


                                    avant de pleurnicher sur le sort d’une bande de flemmard incapables de prendre leur destin en main ...

                                    regardez donc ce qui se passe chez nous avant d’aller nous lâcher des larmes de crocodiles sur le sort des Bantous ou des Pygmées incapables de se prendre en main et maintenus dans la misère pas leurs dirigeants qui s’en foutent plein les poches avec touts les aides qu’ils perçoivent des bien trop cons d’Occidentaux que nous sommes !

                                  • Soi même Soi même 15 novembre 2012 13:55

                                    Une chose est , tu n’auras pas le prix Nobel de la Paix, et tu ne rentra pas au Panthéon de la République !


                                  • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2012 14:13

                                    @kitamissa
                                    oui , je m’amuse avec les lendemainquichantentutopistes ,les meluchonoïdolâtres et autres bobodroidelhommistesbienpensistes ! smiley


                                  • walden walden 15 novembre 2012 15:29

                                    sans oublier les créateurs de mots valises, les adpersonamistes,


                                  • alinea Alinea 15 novembre 2012 19:05

                                    Vous remarquerez quit’amisça que toutes les inventions dont vous parlez ont bel et bien pourri notre monde !


                                  • gaijin gaijin 15 novembre 2012 12:53

                                    la première raison de résister au gas de shit c’est que c’est issu des mêmes personnes et de la même logique qui nous ont foutus dans la merde actuelle ........
                                    ( et pour servir les mêmes intérêts )
                                    ceux qui nous ont dit que l’on pouvait s’enrichir en s’ endettant
                                    qui nous ont dit que l’ inévitable mondialisation allait nous permettre de créer de la richesse
                                    que l’on pouvait désindustrialiser la france ( vu qu’on allait diriger le monde entier )
                                    que le nucléaire on maitrisait ....
                                    que les ogms étaient sans danger
                                    etc ( la liste serait trop longue )

                                    les mêmes causes produisant toujours les mêmes effets autant s’abstenir


                                    • Davidoute 15 novembre 2012 13:17

                                      Gaz de chic
                                      indignation à la mode
                                      Avec un ordre de grandeur de 1 à 2 millions de morts chaque année dans le monde, peut-être plus, et un nombre bien plus considérable encore de malades gravement atteints, le charbon est la plus dangereuse de toutes les énergies utilisées par l’homme


                                      • Soi même Soi même 15 novembre 2012 13:51

                                        A bon , comme cela parait imparable ce que tu dis, seulement as tu conscience du défaut de logique dans ce que tu dis.
                                        Ce que tu dis, tu n’es pas opposé aux gaz de schistes et à ses conséquences sanitaires, du fait qu’il y tellement de mort par ailleurs, que quelques uns en plus et rien par rapport au profit escompter !


                                      • Devo Devo 15 novembre 2012 14:04

                                        Et ça ne vous indigne pas ?


                                        Parcequ’on fait des conneries encore plus grosses on n’a plus le droit de protester contre rien ? 

                                        Ceux qui s’insurgent contre le gaz de shit aimeraient aussi qu’on arrête de cramer le charbon, le pétrole, etc... 

                                        Pourquoi ne pas vous ranger de leur côté ? Ça vous plaît de savoir qu’on assassine « 1 à 2 millions » de gens ?


                                        On pourrait vous rétorquer que trouver tout normal et inéluctable est une posture de feignasse intellectuelle « à la mode ».

                                      • alinea Alinea 15 novembre 2012 14:44

                                        Il ne s’agit pas de plaintes ! Il s’agit de luttes.
                                        Ces réserves dont personne aujourd’hui peut affirmer la teneur, sont sous des sols « locaux » ; c’est-à-dire que les locaux sont mobilisés, indépendamment d’une ou l’autre formation politique ; à voir ce qui se passe chez moi ( Cévennes), j’ai l’optimisme chevillé au coeur !
                                        Ce combat d’une prétendue indépendance énergétique est si contradictoire du mondialisme des libéraux que je ne vois pas comment cela peut tenir la route !
                                        La conscience globale fait son chemin : il n’y a plus rien d’autre à faire ni rien d’autre à croire pour laisser passer cette pilule mortifère.( je veux dire qu’il n’y a plus d’autres occupations vitales pour nous en éloigner !)
                                        Alors, vous me classerez parmi les optimistes, ce qui n’est pas vraiment le cas mais je sais que quand on touche les gens au coeur, ils se réveillent et j’ai encore la faiblesse de penser que le peuple, s’il s’unit, est le plus fort !


                                        • cevennevive cevennevive 15 novembre 2012 15:36

                                          « mais je sais que quand on touche les gens au coeur, ils se réveillent »

                                          C’est un peu vrai Alinéa.

                                          Cependant, croyez-vous pouvoir toucher Total et Cie au coeur ? 

                                          Personnellement, je pense qu’il va falloir peut-être aussi les toucher « à la gueule » par quelques coups de poings bien placés, car rien n’affirme que nous n’ayons pas à nous battre pour empêcher quelques prospections près de chez nous...

                                          Les Cévenols sont, dans leur ensemble, contre ces prospections qui ne peuvent qu’amener, si elles découvrent des réserves, des extractions fatale aux nappes phréatiques et à tout le reste de la nature.

                                          Là, je parle des Cévennes, mais je suis bien consciente que toutes les régions auraient à souffrir de cela.

                                          « Nul n’y échappera » dit l’auteur en parlant des gaz de schistes.

                                          Nul n’échappera, en effet, grâce à ces fracturations, à la pollution, à la mort des oiseaux, des sauvagines, des ruisseaux, des sources d’eau vive, etc.

                                          Et nous, en réchapperont-nous ?

                                          Cordialement.


                                        • alinea Alinea 15 novembre 2012 15:47

                                          Cevennevive : mais « Total » n’a pas de coeur !
                                          Quand il s’agira de faire un siège sur les sites menacés, vous m’inviterez à boire le café, n’est-ce-pas Cevennevive !!
                                          La psychologie de l’humain quand il est en guerre se transforme ! Certes les guerres ne sont plus les mêmes mais celles qui nous attendent demandent toute notre responsabilité et ne seront plus imposées par un pouvoir qui prétend le conserver en envoyant au casse-pipe ses sujets.
                                          Non, je crois que les locaux ( de Savoie, du Bassin Parisien, d’ici ou d’ailleurs) sont sur les dents.
                                          Il ne faut pas que l’on nous impose cette horreur !


                                        • cevennevive cevennevive 15 novembre 2012 16:59

                                          Bien d’accord Alinéa !

                                          D’accord aussi pour le café (je vis tout près de l’Ardèche où, là, sont prévus toutes sortes de prospections sur les hauteurs)...

                                          Notre belle Cèze, déjà pourrie par un barrage (Sénéchas) -qui ne sert strictement à rien, si encore il faisait de l’électricité !- risque de tourner au cloaque...

                                          Je profite de ce petit commentaire pour dire toute ma honte d’avoir écrit « en réchapperons-nous » avec un « t ». Ma colère m’égare. Pfff !


                                        • alinea Alinea 15 novembre 2012 18:03

                                          Cevennevive : je vous situe près de Chamborigaud ou Genolhac ; à St Christol-les-Alès à la fin de l’été, je me suis inscrite pour « faire le siège » ; disponibilité presque totale si besoin est !
                                          À l’époque, des camions circulaient dans votre région !
                                          Oui, c’est bien que la colère nous fasse perdre notre orthographe !
                                          À bientôt peut-être !


                                        • Soi même Soi même 15 novembre 2012 18:20

                                          La meilleur réponse de la lutte est d’être dans un projet cohérent de société qui met en échec toute ses grandes manœuvres, vue que on a se que l’on mérite avec ces gouvernements successif qui se vautres , nous sonnes pas sortie de se danger qui nous guettes !


                                        • Corinne Colas Corinne Colas 16 novembre 2012 18:40

                                          « Personnellement, je pense qu’il va falloir peut-être aussi les toucher »à la gueule« par quelques coups de poings bien placés, car rien n’affirme que nous n’ayons pas à nous battre pour empêcher quelques prospections près de chez nous... »


                                          Enfin une réaction normale ! 
                                          Vite un psychologue pour vous expliquer que se défendre, c’est mal...

                                          « Ils » attisent la haine et nous poussent à l’exaltation lorsqu’il s’agit de défendre des intérêts économiques dans des contrées lointaines. Dans le même temps, « ils » modèlent un citoyen de base qui reçoit une éducation à la passivité. 

                                        • Cassiopée R 15 novembre 2012 15:08

                                          La surexploitation des ressources naturelles mets en danger l’autosuffisance des populations sur les divers territoires de la planète. Les industries font de la surproduction permanente, subventionner par les instances politiques, ce qui est en train de détruire toutes les chaînes alimentaires des écosystèmes (même en exploitant une seule espèce), et ceci de manière irréversible.

                                          Les industries ne recherchent que les profits et son augmentation constante, pour y arriver, les capacités de captures (d’espèces) ou d’extractions (énergies ou minerais) sont revus à la hausse, par la fabrication ou la restauration des machines, et subventionner par l’ Etat ou une Fédération (comme l’ Union Européenne). Tout en exigeant que la surface d’exploitation aboutisse à une privatisation progressive et complète des lieux d’exploitation.

                                          C’est une destruction de l’artisanat local et un danger pour les ressources de secours (alimentaires,eau,...).

                                          La surexploitation des ressources, les pollutions autour de ce productivisme et la destruction de biotopes causent de si lourds dégâts que l’ensemble du réseau des organismes sont détruits de manière irréversible. De plus, la pression du réchauffement climatique ne fait qu’accroïtre ses tensions, provenant de nouveau des activités humaines, émettrices de taux de Co2 par une utilisation massive de pétrole et de charbon. La culture intensive des industries de l’agroalimentaire agrandit la surface de l’épuisement des sols, qui ne deviennent plus exploitable.

                                          Il suffit pour une (ou des) multinationale (souvent associer à l’ Etat) de verser une somme dérisoire (par rapport aux réels profits), et par un contrat de pouvoir faire venir un nombre non limité d’activités de production, d’avoir accès aux ressources territoriales d’un pays. Même si cette concurrence (déloyale) va être en compétition avec le tissu local, des discours sur la compétitivité masqueront cet état de fait, d’une concurrence à de nombreux niveaux complètement déloyale.

                                          L’exemple de la surpêche montre la mécanisation hyperproductiviste des industries. Le chalut, un navire de pêche, subventionner et exploiter sur le marché de l’industrie de la pêche, est responsable de 72% des rejets. Ainsi, l’estimation est qu’ 1 poisson va à quai, sur 3 poissons pêchés, donc 2 sont rejetés sans vie à la mer. Ses gaspillages qui sont parfois très élevés (comme dans l’exemple), se retrouvent dans d’autres industries, sans volonté de diversification de l’exploitation ou de coopérations diverses.

                                          Le capitalisme continue dans sa logique de faire plus de profits, améliorant ses capacités de production et pratique des horaires de temps de travail élevés avec une faible redistribution des revenus. Ceci alors qu’il y a des seuils biologiques à respecter, pour permettre le renouvellement du cycle naturel.


                                          • Automates Intelligents (JP Baquiast) 15 novembre 2012 15:40

                                            Alain Cardon me demande de publier saréaction à l’article
                                            http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gaz-de-schistes-nul-n-y-echappera-125846

                                            Notre société amplifie sans cesse son déval dans la technologie, en utilisant le maximum d’énergie
                                            qu’elle peut utiliser, et en ne tenant aucun compte des conséquences
                                            sur l’environnement. J’ai traité de l’état du monde dans mon livre « 
                                            Vers un système de contrôle total » pour montrer que le contrôle de
                                            tous les individus était une nécessité pour poursuivre le pillage de
                                            l’écosystème planétaire et le jeu hallucinant du casino financier
                                            mondial. Il y a une équation définie par les chercheurs travaillant
                                            sur l’écosystème Terre, simple à comprendre mais difficile à définir,
                                            posant la relation entre la consommation nécessaire en nourriture pour
                                            la population du monde, et l’état de l’écosystème perturbé par les
                                            actions économiques, afin que l’écosystème puisse absorber tous les
                                            déchets et admettre toutes les activités économiques. Cette équation
                                            est appelée la mesure de l’empreinte écologique. La variable servant
                                            d’unité de mesure dans l’équation est l’hectare global noté Hag. Voici
                                            ce que donne l’empreinte écologique pour 2006 :

                                            La civilisation humaine consommait :
                                            2,6 Hag par humain en moyenne x 6, 6 milliards d’humains = 17, 16
                                            milliards d’Hag
                                            La Terre ne disposait plus en 2006 que de 12 milliards d’Hag bioproductifs.

                                            On en déduit que l’humanité consommait les ressources de 1,4 planètes
                                            Terre par an à cette époque, il y a six ans.

                                            Avec les destructions massives de l’écosystème qui seront causées par
                                            l’usage des gaz de schistes, l’augmentation continue de la population,
                                            de 245 000 personnes par jour, et le développement des transports, des
                                            villes, des usines, des routes, des entrepôts, il restera quoi pour
                                            faire vivre le vivant sur cette planète très très inégalitaire  ?
                                            Peut-on croire que l’on pourra consommer en moyenne 10 planètes Terre
                                            par an, tranquillement ?

                                            Il reste à définir une autre mesure, une autre équation, qui donnerait
                                            la durée admissible avant bifurcation majeure entre les besoins des
                                            populations et l’état du végétal et de l’écosystème, et on arrivera à
                                            la durée de vie restant à l’humanité avant son effondrement par des
                                            morts en masse. Mais il est vrai que les gens qui traitent les
                                            équations ne sont en général écoutés que par eux-mêmes, et que le
                                            problème de ceux qui font et perpétuent le déval technologique dans un
                                            monde qu’ils pensent infini et infiniment modifiable relève d’un
                                            caractère défaillant du psychisme qui a été très bien précisé par
                                            Freud.


                                            • Soi même Soi même 15 novembre 2012 15:56

                                              C’est bien les analyse depuis les années 70, il y a des analyses Dumont à écrit un livre l’Afrique se meurt, le député Zeller a beaucoup écrit sur les sujet économique, et c’est bizarre rien avance et l’on est toujours au même point de départ avec une avanie de plus, et demain quoi d’autre ?

                                              Leur foutre sur la gueule est le meilleurs motif pour leurs triomphe, car il n’attende que cela !


                                              • alberto alberto 15 novembre 2012 16:13

                                                Heureusement, qqs commentaires intelligents ( merci JL !) au milieu des délires et des insultes...

                                                J’ai aussi lu « l’étude » du MIT postée par joletaxi !

                                                En fait d’étude, ce rapport n’est qu’un vibrant plaidoyer à la recherche et au développement de l’utilisation du gaz naturel sous toutes ses formes et en particulier sur le gaz de schiste, se concentrant sur l’aspect économique de la chose.

                                                L’aspect environnemental n’y est abordé que pour reconnaître que l’exploitation peut entrainer certaines pollution :

                                                « The environmental impacts of shale developmentare challenging but manageable.
                                                Shale development requires large-scale fracturingof the shale formation to induce these fractures can also penetrate shallow economicproduction rates. There has been concern that freshwater zones and contaminate them with fracturing fluid, but there is no evidence that this is occurring. There is, however, evidence of natural gas migration into freshwater zones in some areas, most likely as a result of substandard well completion practices by a few operators. »

                                                On n’y trouve qu’une pitoyable recommandation :

                                                « MAJOR RECOMMENDATIONS : The Administration and Congress should support RD&D focused on environmentally responsible domestic natural gas supply.This should entail both a renewed DOE program, weighted towards basicresearch, and a complementary industryled program, weighted towards applied research, development and demonstration, that is funded through an assured funding stream tied to energy production, delivery and use. The scope of the program should be broad, from supply to end-use. »

                                                Vous avez bien traduit : l’Administration et le Congrès devrait développer Recherche et Développement centré sur l’environnement...Autrement dit, en fore d’abord, on se rempli les poches et, ensuite, on étudie pour voir si ça pollue. Merci le MIT ! smiley

                                                Quant à nos merveilleux médias : pas un article, pas une radio, pas un journal TV pour nous rappeler que nous serions vautrés inconscients sur un tas d’or...noir. Hazard ? : smiley


                                                • joletaxi 15 novembre 2012 22:17

                                                  vous lisez l’anglais ?

                                                  car vous interprétez à votre manière ce que dit l’étude.

                                                  Encore une fois, personne ne nie qu’il y a eu une cinquantaine d’accidents, dont la moitié étaient principalement des accidents en surface(combien de morts chaque année rien qu’en france avec le gaz) et d’autres résultants de malfaçons, sur... 100.000 puits.
                                                  Concernant la pollution radioactive, elle n’a été découverte que tardivement.
                                                  mince, la terre est radioactive, on va tous mourir.
                                                  Concernant l’aspect financier, encore une fois, je trouve poilant de vous voir vous agiter pour éviter des déboires aux méchants capitalistes.
                                                  les sociétés activent sur le secteur n’ont pas besoin de la mouvance pour faire ses fins de mois, sauf quand il s’agit de racketter la population pour flanquer des moulins à vent inutiles dans votre jardin, ou se goinfrer avec des centrales solaires dans le nord e la France(le dernier projet en question a bénéficié d’une rallonge de 20 % supplémentaire sur le feedin tarif, merci les écolos)

                                                  Pourtant vous avez des angles d’attaque bien plus fondés,et indiscutables, et qui concernent vraiment les populations,pour sinon emp^cher cette exploitation, du moins assurer toutes les garanties.
                                                  mais comme vous êtes des enclumes, vous répétez vos mantras distillés par vos gourous sans la moindre réflexion,passant à côté de l’essentiel.

                                                  Y-a-t-il un domaine où vous n’avez pas été lamentable ou manipulé ?


                                                • Yohan Yohan 15 novembre 2012 22:33

                                                  Bah ! ces gars là, écolos de mes deux, roulent en voiture et prennent l’avion comme les autres et même plus souvent que les autres. Ils ne veulent pas qu’on fore chez eux mais ça ne les gêne pas qu’on fore chez les autres, le plus loin possible tant qu’à faire. Les tankers qui sillonnent les mers en polluant pour les approvisionner, l’uranium qui fait des dégâts en Afrique, le pétrole Gabonais, il est pourtant bien utile pour fabriquer leur petit PC et l’alimenter en énergie. 

                                                  Alors moi, je voudrais qu’on fore un peu chez nous pour moins polluer les pays pauvres pour notre propre pomme. J’ai tout faux ?

                                                • Romain Desbois 16 novembre 2012 12:36

                                                  "  Bah ! ces gars là, écolos de mes deux, roulent en voiture et prennent l’avion comme les autres et même plus souvent que les autres"

                                                  Affirmation fumeuse d’un fumeux.


                                                • bonnes idées 15 novembre 2012 16:59

                                                  Vous savez les paroles ne remplacent pas l’action et parfois je me sent bien lâche de dialoguer ici même alors que tant de gens meurent. Nous envoyons à l’autre bout du monde nos poubelles sans même se demander ce qu’elles deviennent. Directement nous sommes complices de cette destruction planétaire.
                                                  Tant que nous n’aurons pas jeté nos postes et nos ordinateurs par dessus bord nous resteront prisonnier de nos désirs. Rien de moderne ne rend libre : travail, voiture, réseaux sociaux, vacance et loisirs ne sont rien comparé à la beauté de notre planète et à la vie. La solidarité n’existe plus. Nous sommes seul dans nos maisons et les destructeurs de l’humanité le savent bien et ils en abusent.
                                                  Ils veulent détruire le monde afin qu’ils restent entre eux (les élus sataniques), privilégiés par le compte en banque. Bien sur ils anticipent depuis longtemps cette terrible transition. Ils seront bien à l’abri sous terre pendant que nous crèverons. Peut importe le moyen et la date car chaque jour qui passe ne fait que me donner raison. L’immobilisme du monde me fait froid dans le dos. Alors si il faut dire adieu au progrès pourquoi pas pourvu que nous vivions en paix et en liberté. Un cheval contre une voiture ce serait peut-être pas si mal (épargnez moi la grotte pour une fois).


                                                  • egos 15 novembre 2012 17:39

                                                    Gaz de schistes,
                                                    nul n’en réchappera


                                                    • alinea Alinea 15 novembre 2012 19:06

                                                      Vous êtes discret egos mais vous parlez juste !


                                                    • Claude Simon Claude Simon 15 novembre 2012 18:25

                                                      Je ne suis absolument pas d’accord avec la thèse de l’auteur, il n’y a pas de fatalités.


                                                      Regardez la résistance aux ogms, qui se sont vus interdire de culture en France pendant 20 ans, avant qu’un Seralini nous mettent les preuves sous les yeux.

                                                      Ici, le voisinage des extractions de gaz de schistes nous apportent toutes sortes de preuves, des membres de l’EPA (agence de protection de l’environnement US) nous affirment que son activité est muselé.

                                                      Les écologistes n’ont certes pas toujours le discernement nécessaire, mais là, tout joue pour eux. Du gaz, il y en a tant que tant, rien qu’en Russie. Nos gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche ne s’y sont pas trompés. 
                                                      Pour parler en mode libéral, les externalités de l’exploitation du gaz de schiste sont trop nombreuses, et endommagent trop d’autres ressources (terres agricoles, eau du robinet, air -quand on voit comment Cabot et Cheasapake vaporisent l’eau contaminée, c’est vraiment du grand foutage de gueule) pour décemment rendre cette industrie justifiable, et donc viable.
                                                      Après, que certains défendent ceux qui tueraient pour des billets de monopoly, c’est leur problème.
                                                      Mais les carburants à base de microalgues sont certainement plus prometteurs que, disons-le tout net, cette saloperie.

                                                      • travelworld travelworld 15 novembre 2012 18:26

                                                        Il faut déjà ce poser la question de l’existence du gaz !!!!
                                                        La technique actuelle est inacceptable.
                                                        Ils bossent sur l’arc éléctrique, attendons de voir mais restons vigilants !
                                                        Il est urgent de construire des logements à energie positive (dans le sud) et neutre dans le reste du pays, isolons isolons !!!

                                                        http://www.actu-environnement.com/ae/news/refonte-code-minier-11847.php4


                                                        • parousnik 15 novembre 2012 20:16

                                                          «  »Par ailleurs, diminuant sa consommation de charbon dont elle est riche, l’Amérique pourra revendre celui-ci à la Chine dont la soif d’énergie est inextinguible et qui se montrera ainsi plus docile«  »« 
                                                          C’est en Chine que se trouverait la plus importante réserve de gaz de schiste... que les chinois commencent à exploiter et puis penser que les EU auto suffisant en énergie, rangeront flingues, canons, bombes, espionnages, attentats sous fausses bannières et guerres etc c’est avoir une bien piètre vision de ce monstre gonflé au gaz entre autres »vanité« . Que deviendrait l’immense industrie de guerre US ? L’énergie n’est qu’une des raisons de leurs magouilles guerrières à travers le monde depuis 100 ans. Quand au réchauffement climatique »permanent" il n’est pas prouvé surtout que la température globale semble stagner depuis qlqs années, bref je suis étonné de trouver ici ce genre d’humour...


                                                          • joletaxi 15 novembre 2012 22:27

                                                            ce qui est affligeant, mais on a l’habitude, c’est la manipulation continuelle.

                                                            Si les centrales électriques aux USA passent massivement aux gaz, c’est que les normes anti pollution sont tellement draconiennes,qu’il est devenu techniquement impossible d’y satisfaire, notamment pour le mercure( ce truc qui dorénavant est dans toutes les maisons,tant pis pour les maladroits merci la mouvance)

                                                            Au passage, vous remarquerez que ça rigole pas avec les normes anti pollution chez les zuniens, même si cela compromet de solides compagnies bien capitalistes.

                                                            Comme les normes ailleurs sont moins restrictives(y compris en allemagne,)ces salauds de zuniens nous envoient leur charbon.

                                                            Fou hein ?

                                                            http://sauvonsleclimat.typepad.fr/le_blog_de_lassociation_s/2012/01/energie -lallemagne-est-elle-vraiment-le-mod%C3%A8le-%C3%A0-suivre-.html

                                                            notez que ce lien est celui d’un site on ne peut plus kascherécolo.

                                                            des enclumes


                                                          • yvesduc 15 novembre 2012 21:01

                                                            Cependant la densité de la population est plus élevée en Europe, de sorte que les conséquences sanitaires pourraient avoir une toute allure ici, n’est-ce pas ?


                                                            • Soi même Soi même 16 novembre 2012 02:43

                                                              En lisant votre comentaire, et en apprenant la nouvelle que le Sénat qui rouvre le débat sur le gaz de schistes, et si tous cela était du flan pour la France, et en réalité il mise sur le gaz des hydrates de méthane beaucoup plus abondant.

                                                              Et que cette affaire serait en réalité une intoxication politique, ce qui permettrait ne nous préparer à accepter cette solution !

                                                              C’est une hypothèse, qui se fonde sur une recherche de document.

                                                              La tentation du gaz de schiste et des hydrates de méthane en France 04 avril 2012

                                                              « Pour l’instant, il n’existe qu’une seule exploitation commerciale d’hydrate de méthane au monde. Elle fonctionne depuis 1978 et est située sur le champ de Messoyakha au nord de la Sibérie. Dans ce site d’exploitation, les hydrates de méthane se sont décomposés mais sont restés prisonniers d’une poche imperméable située sous le permafrost. Mais dans la majorité des autres sites potentiels exploitables, la situation est toute différente et les hydrates de gaz se trouvent dans des couches sédimentaires poreuses. Leur exploitation par liquéfaction provoquerait une remontée très dangereuse de méthane vers la surface. Tous les grands pays industrialisés tentent donc de mettre au point des techniques d’extraction fiables et adaptées à la nature très instable des hydrates de méthane. Il faut en effet savoir que la moindre modification de température ou de pression risque de provoquer la fonte de la poche de glace et de libérer le méthane dans l’atmosphère. Or, l’impact de ce gaz en matière d’effet de serre est de 25 fois celui du CO2 à quantité égale ! »

                                                               

                                                              Parmi les grands pays pouvant accéder aux hydrates de méthane, le Japon est sans conteste le pays le plus avancé dans la recherche de moyens d’extraction fiables et industriels des hydrates de méthane. Ce pays mise sur cette ressource pour faire face à sa demande croissante d’énergie et renforcer de manière décisive son niveau d’indépendance énergétique sans recourir à une augmentation de la part du nucléaire, une énergie de plus en plus rejetée par l’opinion publique nippone depuis la catastrophe de Fukushima. Selon les prévisions des scientifiques et du gouvernement japonais, cette nouvelle source d’énergie pourrait couvrir, au rythme actuel de la consommation, les besoins énergétiques de l’archipel nippon pendant plus d’un siècle ! Après plus de 10 ans de recherche, le Japon va commencer ses premiers tests d’extraction d’hydrates de méthane en 2013 et vise l’exploitation commerciale à grande échelle d’ici 2016. »

                                                              « Grâce à ses territoires d’outre-mer, la France regroupe 11 millions de km² de zone marine et possède le second domaine maritime mondial, derrière les Etats-Unis. Elle a en outre entamé une procédure judiciaire internationale pour agrandir d’encore un million de km2 son domaine maritime.

                                                               

                                                              En France, le projet expérimental Fordimhys (Formation and Dissociation of Methane Hydrates in Sediments) de production sous pression d’hydrate de méthane, sponsorisé par Gaz de France, Total et l’Institut français du pétrole et conduit par Jean-Michel Herri et Olivier Bonnefoy, du Laboratoire des procédés en milieux granulaires, devrait permettre de mieux évaluer, d’ici quelques mois, la faisabilité d’une exploitation à grand échelle des hydrates de méthane par notre pays.

                                                               

                                                              On comprend mieux cet enjeu technologique, économique et énergétique quand on sait que l’exploitation des hydrates de méthane ne se limite pas aux immenses réserves qui tapissent les fonds sous-marins. En effet, les hydrates de méthane pourraient également à terme constituer une voie alternative tout à fait rentable pour le transport du méthane sur des distances relativement longues (jusqu’à 6000 km). Le transport des hydrates par bateau pourrait donc se substituer pour une large part à l’acheminement du gaz naturel liquéfié par gazoduc.

                                                               

                                                              Deux siècles après leur découverte par le chimiste britannique Humphrey Davy, la récupération et l’exploitation à grande échelle des hydrates de méthane et l’exploitation massive du gaz de schiste à l’aide de méthodes respectueuses de l’environnement et intégrant systématiquement des systèmes de capture et de séquestration de carbone, pourraient donc révolutionner le paysage énergétique mondial au cours de ces vingt prochaines années. La France, qui a la chance de posséder en grande quantité ces ressources énergétiques précieuses, tant dans son sous-sol que dans son immense domaine maritime, doit, dans un cadre de coopération européenne et internationale renforcée, tout mettre en œuvre pour devenir un pays pionnier dans l’exploitation propre et durable de ce nouvel “or bleu”. »

                                                               

                                                               

                                                              René TREGOUËT (www.tregouet.org), sénateur honoraire, fondateur du groupe Prospective du Sénat

                                                              Parlement européen

                                                              Questions parlementaires 5 juillet 2012 E-005222/2012 Réponse donnée par M. Oettinger au nom de la Commission

                                                              Les hydrates de méthane ont été étudiés dans le cadre de programmes de recherche soutenus par l’Union européenne(1). Cependant, et même si elle suit les recherches en cours, telles que celles entreprises dans le cadre d’un projet du programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE)(2), la Commission ne dispose pas d’informations détaillées concernant le potentiel de ces hydrates dans les eaux européennes. La prospection et l’exploration des sources de gaz naturel en Europe, de même que la production éventuelle ainsi que les développements technologiques qui y sont rattachés devraient, en premier lieu, être financés par des entreprises commerciales. Le travail de la Commission vise à assurer l’intégrité environnementale de toute opération d’une telle nature ainsi qu’à encore améliorer l’infrastructure et les conditions qui prévalent sur ce marché, ce qui faciliterait également la commercialisation de gaz naturel provenant de sources alternatives.

                                                              L’ONU encourage l’exploration des hydrates de gaz

                                                              http://www.enerzine.com/12/10239+lok-îencourage-lexploration-des-hydrates-de-gaz+.html

                                                              D’ici quelques mois voir un où deux ans, ils posséderont le résultat ses premiers tests d’extraction d’hydrates de méthane en 2013 fait par le Japon avant de se lancer dans l’aventure.


                                                            • Soi même Soi même 16 novembre 2012 00:00

                                                               Aujourd’hui Le Sénat rouvre le débat ! Gaz de schiste : le Sénat rouvre le débatLa commission des affaires économiques du Sénat a décidé de rouvrir le débat sur les gaz de schiste en France, avec beaucoup de précautions.

                                                              Le débat sur les gaz de schiste en France n’est toujours pas enterré. Au contraire. ce jeudi soir, la commission des affaires économiques du Sénat a décidé de le rouvrir, avec, certes, d’infinies précautions. Sur proposition de son président, le socialiste Daniel Raoul, cette commission a saisi l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST), une instance où se côtoient parlementaires et scientifiques. Objectif : que cet office examine les solutions alternatives à la fracturation hydraulique.

                                                              http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/11/15/20002-20121115ARTFIG00770-gaz-de-schiste-le-senat-rouvre-le-debat.php


                                                              • rhea 1481971 16 novembre 2012 08:42

                                                                Nous sommes des drogués à l’énergie pas chère, l’énergie pas chère est le terreau du chômage, un patron sera toujours tenté avec une énergie à bas cout de remplacer son personnel par une machine automatique, un ingénieur automaticien de ma connaissance l’a tellement bien compris qu’il s’est suicidé.Pour obtenir de l’énergie à bas cout l’ homo sapiens est prés à découper la planète terre en morceau et à se trouver en suspension dans l’espace n’ayant plus rien sous ses pieds.Il tombera dans le cosmos.


                                                                • Deneb Deneb 16 novembre 2012 08:53

                                                                  Rhea : un travail qu’une machine peut accomplir n’est pas digne d’un humain. Vive les machines qui libèrent l’humanité des abominables corvées, vive l’énergie pas chère du soleil, des vents, des marées, des profondeurs de la Terre, l’énergie dont les politiciens corrompus ne peuvent s’accaparer pour nous vendre très cher la destruction de notre écosystème. L’humain pourra ainsi se libérer des taches pénibles pour se consacrer à l’exploitation de ses véritables avantages : celles d’un Etre capable d’imagination, d’ingéniosité et de créativité.



                                                                • Roi des flans 16 novembre 2012 21:28

                                                                  Non c’est très bien les derricks à coté d’une colonie en béton Duflot ...

                                                                  Le Grand Remplacement organisé par les Colonisateurs Globaux Capitalistes.
                                                                   
                                                                  2006 : 25% de naissances d’origine immigrée (hors UE)
                                                                   
                                                                  2040 : 50%
                                                                   
                                                                  Omerta organisée.
                                                                   
                                                                  D’après l’OCDE, les deux tiers des immigrés arrivant en France ont un niveau d’éducation inférieur au premier cycle des collèges, contre 30% seulement pour la Grande-Bretagne et 22% pour les Etats-Unis. En 2005, il n’y a eu que 11.500 cartes de séjours délivrées au titre de l’emploi, soit 7% des flux.


                                                                  • Romain Desbois 16 novembre 2012 23:42

                                                                    c’est sur , on les voient aux urgences.... soigner nos malades tout en étant sous payés par rapport à leurs diplômes que la France ne veut pas reconnaître ...

                                                                    GRAS COMME LA FRANCE, INGRAT COMME UN FRANCAIS !!!


                                                                  • TSS 19 novembre 2012 09:49

                                                                    Je pense qu’à terme le retour à des actions genre Action directe,Fraction armée rouge seront

                                                                    necessaires pour faire comprendre aux « nabus » qui nous gouvernent jusqu’où ils peuvent

                                                                    aller trop loin.... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès