• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Goldman Sachs : une banque au-dessus de tout soupçon

Goldman Sachs : une banque au-dessus de tout soupçon

  Ou comment la virginité revient aux banques

Non, on n'avait pas tout vu...
 
___La plus grande banque de Wall Street, Goldman Sachs l'autre façon d'être une banque , cheville ouvrière de la crise des subprimes, celle qui s'était aussi distinguée à masquer la dette grecque, en jouant un double jeu ("l'ogre bancaire Goldman Sachs a fait beaucoup d'argent en aidant les dirigeants grecs à maquiller les comptes, tout en spéculant à la baisse dans leur dos sur leur dette et gagnant sur les deux tableaux, spécialité maison de cette banque sans foi ni loi."), se félicite d'être finalement quasi innocentée, l'enquête menée à son sujet étant abandonnée, faute de preuves.
Quand on ne cherche pas, on ne trouve pas...
Pourquoi pas une crise sans causes pendant qu'on y est ? 
 
___Finalement rien de bien grave et on n'est même pas sûr que les faits reprochés soit avérés.
De deux choses l'une : soit la justice est corrompue, soit le secteur financier est devenu intouchable...
Goldman Sachs reste donc au-dessus des lois.
Les règles de Wall Street continuent à s'imposer aux politiques, malgré quelques menaces symboliques et des réformettes sans grandes conséquences.
Pourquoi la Maison Blanche continue-t-elle à accueillir de gentils conseillers de GS ? Bonne question...
 __Le capitalisme financier toxique continue donc son bonhomme de chemin, contournant ou détournant les règles, quand elles existent Jean de Maillard avait bien noté que "la fraude est un rouage essentiel de ce type d'économie".

_______________"Goldman Sachs, la banque qui symbolise toutes les déviances de Wall Street et du monde financier, ne sera pas inquiétée par la justice. Les autorités fédérales américaines ont annoncé, jeudi 9 août, qu’elles avaient clos les enquêtes menées sur le géant bancaire. « Il n’y a pas de base solide pour engager une procédure criminelle contre la banque ou ses employés », a expliqué le ministère de la justice...."

Un long rapport senatorial avait pourtant fait un constat accablant :
 « La crise n'a pas été le résultat d'une catastrophe naturelle, mais celui de produits financiers complexes et à haut risque ; de conflits d'intérêts tenus secrets et de l'échec des régulateurs, des agences de notation et du marché lui-même à brider les excès de Wall Street. »
_Goldman Sachs tenait dans ce rapport une place de choix. Les sénateurs y confirmaient les révélations de la presse, notamment celles de Michael Lewis dans son ouvrage The Big short (Le casse de siècle, éditions Sonatine), sur le rôle de la banque dans le marché hypothécaire immobilier. Avec la Deutsche Bank, dont le poids a été aussi prépondérant dans cette affaire, Goldman Sachs a été l’acteur principal de toute l’invention financière – CDO, RMBS, CDS – dont on découvrira la toxicité par la suite. Durant ces belles années, la banque a émis pour plus de 100 milliards de dollars de produits titrisés sur l’immobilier. 
__Les commentaires ont été nombreux sur les sites de presse américains à la suite de la publication de cette information. Certains rappellent avec insistance que Goldman Sachs est un grand donateur des campagnes présidentielles. Comme le reconnaissait avec cynisme un trader de la banque, interrogé par la BBC, à l’automne dernier : « Ce ne sont pas les gouvernements qui dirigent le monde. C’est Goldman Sachs qui dirige le monde », avant d’ajouter qu’il espérait une récession, « car il y avait beaucoup d’argent à se faire en cas de crise ».
__La décision du ministère de la justice, en tout cas, paraît lourde de conséquences. Wall Street va continuer à jouir d’une totale immunité. «  Ces annonces sont aussi les dernières indications que les enquêtes fédérales sur la crise financière faiblissent, alors que le temps de la prescription approche », note le New York Times. « Depuis le début de la crise, personne n'est en prison », n’a cessé de s’affliger Charles Ferguson, réalisateur du documentaire Inside Job, dévoilant toutes les turpitudes de Wall Street. Les derniers événements lui donnent malheureusement encore raison... (Martine Orange) 
 
La banque a bien tiré parti de la crise. Bénéficiant des largesses de l'Etat, elle a mis à terre ses concurrents. Too big...The winner is... Goldman Sachs
---------Les critiques de Stiglitz restent plus que jamais d'actualité

Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • JL JL 13 août 2012 11:02

    S’il fallait une preuve que notre démocratie est devenue un fascisme, ou plus exactement un corporatisme totalitaire, celle-là ne serait pas la moins pertinente.


    • bigglop bigglop 13 août 2012 19:49

      Bonsoir à tous,

      Pourquoi Goldman-Sachs peut-il se ’’permettre’’ de ne pas être poursuivi, comme d’autres établissements financiers, hedges-funds , etc ? Il en va de même pour le scandale du Liborgate où des lampistes de luxe seront condamnés.


      Personnellement, je fixe ce moment au jour où les politiques ont décidé d’abattre les accords de Bretton-Woods le 8 janvier 1976, par les Accords de la Jamaïque qui confirment officiellement l’abandon du rôle légal international de l’or.

      Ensuite les politiques de dérèglementation des activités financières (Reagan, Thatcher) qui se sont poursuivies ont favorisé ’’l’ingéniérie financière’’ avec la titrisation synthétique et les subprimes.


      L’essentiel de la responsabilité appartient à la classe politique qui a favorisé des intérêts particuliers à l’intérêt général at qui ont renoncé a maintenir des portes étanches entre les dirigeants des sociétés multinationales/transnationales et les responsabilités politiques (en Europe : Draghi, Monti, Papademos, ex-Goldman-Sachs)


      Le capitalisme a dérivé vers un financiarisme des échanges mondiaux par leur globalisation et la concentration des pouvoirs par des firmes transnationales


      Elle a commencée en 1970 aux Etats-Unis , en Grande-Bretagne (Reagan et Thatcher) et s’est poursuivie jusqu’à aujourd’hui, accompagnant la mondialisation, la globalisation des échanges reposant sur le dogme néolibéral de l’autorégulation des marchés financiers.

      En France, elle a débutée en 1983, après l’échec du Programme Commun avec Mitterrand et Fabius, Jacques Delors (Acte Unique Européen, loi bancaire 1984 instituant la Banque Universelle abrogeant la séparation des activités bancaires du CNR de 1945), Bérégovoy (produits dérivés de la titrisation des créances), et les autres, Balladur, Giscard, Chirac, Sarko.


      Pendant ce temps, les « gauchistes » du PS valident l’existence du HFT, légalisent le racket des banksters tout en les taxant.

      Simultanément, la BCE autorise l’état grec à fabriquer 6 mds € de fausse monnaie pour ses banques en échange de collatéraux (dette grecque). Ainsi les banques grecques vont acheter des bonds à court terme de l’état pour payer une créance de 3 mds €............................................à la BCE.

      Aujourd’hui, le Conseil Constitutionnel a décidé que la règle d’or du Pacte Budgétaire ne nécessitait pas une révision constitutionnelle ouvrant la voie à un vote à la majorité simple du Parlement

      Un grand pas démocratique vers l’austérité qui nous sauvera malgré nous.

      Depuis l’accession au « trône » de Sarko, la meute des nouveaux chiens de garde a phagocyté l’information et la désinformation, la propagande règnent en maîtres. Cette situation arrange bien Hollande, car après le MES, la même chape de plomb couvre le TSCG interdisant tout débat démocratique comme en 2005 (mauvais souvenir pour le PS).

      Enfin après la crise financière de 2007/2008, ils parlent d’une crise de la dette des Etats, des banques, de l’Euro. Mais il s’agit d’une crise systémique bancaire internationale résultant des dérives du capitalisme avec la globalisation et la financiarisation des échanges internationaux.
      Au final, les pertes, les dettes privées sont transférées à la dette des états, les profits étant privatisés (paradis fiscaux). Il n’y a pas de crise de l’Euro.

      L’Espagne ne veut pas de « plan de sauvetage » qui impliquerait de nouvelles mesures d’austérité complémentaires à celles prises pour le « sauvetage » de son système bancaire (annoncé 100 mds€ mais au final, octobre 2012, bien plus). En attendant, le sauvetage serait de plus de 500 mds €, sans compter les Régions (Communidades Autonomas) qui sont en faillite.

      On peut parler de théorie des dominos, le Portugal (Faillite technique), l’Irlande, l’Espagne, l’Italie entrent dans un scénario à la Grecque car les prétendus « remèdes » sont les mêmes.

      Le pseudo accord de croissance « renégocié » (rapport Cheuvreux-N Doisy) par Hollande, n’est pas près de voir le jour, car les derniers indices économiques démontrent une aggravation de la récession pour 2012,2013.

      Maintenant, ils parlent :
      - intervention directe de la BCE auprès des Etats par un quantitative easing massif, mais il faut modifier fondamentalement les statuts de la BCE (référendum ?) et Merkel y est opposée en raison des risques d’inflation. Les derniers QE aux Etats-Unis n’ont pas donné les résultats escomptés.

      • de donner une licence bancaire au MES, mais cela serait une modification substantielle des statuts du traité et donner un pouvoir exorbitant à un "organisme international" , par une activité bancaire sur les marchés financiers et spéculatifs. Mais ce Machin ne pourra pas être mis en place avant le 4ème trimestre 2012 et n’aura la capacité financière d’action. D’ici là, toutes les catastrophes peuvent survenir.

      • En l’état actuel, le FESF ne possède pas les fonds suffisants pour ’’aider’’ l’Espagne et surtout pas pour l’Italie plus tard compte tenu des utilisations précédentes pour l’Irlande, le Portugal, la Grèce (le Private Sector Involvement-restructuration dette, n’a rien amélioré). Même en l’augmentant à +1000mds€ avec une garantie des états de 20% (effet de levier de 5), ce sera insuffisant.

      • Le futur MES ne pourra pas être mis en œuvre avant le 4ème trimestre 2012, bloqué dans l’attente de la décision la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe le 12 septembre 2012 .

      • ’’Ils’’ étudient une nouvelle restructuration de la dette grecque détenue par la BCE et les banques centrales nationales. Lors de la première, la BCE et les BCN s’étaient ’’exclues’’ du périmètre. Mais depuis l’arrivée de Draghi, la BCE est devenue un ’’hedge fund’’ ne possédant, majoritairement, que des créances pourries (Irlande, Portugal, Espagne, Italie, Grèce, Malte, plus les collatéraux apportés lors des deux LTRO) et la BDF détient encore beaucoup de dette grecque (recapitalisation ???)

      Depuis 2008, « ILS » pratiquent la méthode Coué et la procrastination ou l’art de ne rien résoudre en appliquant les remèdes de l’idéologie néo libérale pour « rassurer », convaincre" les marchés.
      Il me souvient des paroles fortes :"je veux combattre cette finance folle, sans visage", qu’en est-il aujourd’hui ???

      Relisez ces propos de M Draghi sur : le modèle social européen est mort

      Les solutions non orthodoxes :

      Réintroduire ces articles du code pénal et du code civil dans ce qui tient lieu de Constitution Européenne et les constitutions nationales :

       - art 421 : « Les paris qui auront été faits sur la hausse ou la baisse des effets publics, seront punis d’un emprisonnement d’un mois au moins, d’un an au plus. » [Article 421 du Code pénal, abrogé en 1885. NB : « effet » = obligation]

      - art 422 : « Sera réputée pari de ce genre, toute convention de vendre ou de livrer des effets publics qui ne seront pas prouvés par le vendeur avoir existé à sa disposition au temps de la convention, ou avoir dû s’y trouver au temps de la livraison. » [Article 422 du Code pénal, abrogé en 1885]

      - art 1965 C Civ : « la loi n’accorde aucune action pour une dette de jeu ou le paiement d’un pari (article 1965 du Code Civil 1804 abrogé)


    • bigglop bigglop 13 août 2012 19:51

      Suite

      ou

      - art L 432-20 : ’’ Nul ne peut, pour se soustraire aux obligations qui résultent d’opérations à terme, se prévaloir de l’article 1965 du code civil, lors même que ces opérations se résoudraient par le paiement d’une simple différence.’’ (art L 432-20 Code Monétaire et Financier Abrogé par Ordonnance n°2009-15 du 8 janvier 2009 - art. 3 )

      Simultanément organiser un défaut partiel ou total (restructuration) sur la dette publique de la zone Euro,et par conséquent les pays de la zone euro se retrouvent non seulement avec la monnaie commune (qu’ils avaient déjà) mais avec une dette commune ayant subi la décote correspondant à la restructuration. La zone euro aura opéré sa métamorphose : elle peut désormais fonctionner comme une zone monétaire ordinaire. Elle est sauvée.

      Autre avantage, remettre en cause la prédominance du dollar comme monnaie d’échange et de réserve et provoquer un Bretton-Woods 2 pour créer une monnaie supranationale, le Bancor (JM Keynes) basé sur un panier de monnaies fluctuant dans une fourchette déterminée.

      Une autre solution consiste à utiliser les DTS (droits de tirages spéciaux du FMI) qui sont un instrument du FMI qui sert à remplacer l’or monétaire dans les transactions internationales importantes, d’où son nom d’or papier ; il complète les réserves officielles existantes des pays membres. Le DTS est un crédit qu’une nation à balance commerciale excédentaire peut obtenir d’une nation à balance déficitaire. C’est donc une unité de compte pour le FMI et pour certains organismes internationaux.

      L’intérêt du système de DTS du FMI réside dans le fait qu’il permet un accès au financement à tous les pays du monde (ce qui n’est pas le cas des unions monétaires, par définition restreintes). Cette solution avait la faveur de D Strauss-Kanh, alors Directeur Général du FMI, à la suite des propositions de Zhou Xiaochuan, gouverneur de la Banque centrale de Chine, de la Russie malgré l’opposition agressive des USA.

      L’inconvénient, le FMI pourrait devenir le ’’gestionnaire’’ de cette nouvelle monnaie mondiale

      Voilà de quoi réfléchir.......

      Des lettres ouvertes existent contre le Pacte Budgétaire :
      - ATTAC et la Fondation Copernic
      - le Front de Gauche




    • Louise M 14 août 2012 11:10

      @ bigglop


      vous devriez publier en article vos commentaires

    • Ouallonsnous ? 14 août 2012 13:19

      Difficile de publier un article de fond sur Avox actuellement, ils sont tous censurés au profit des articles dignes de la presse de caniveau !


    • bigglop bigglop 14 août 2012 23:58

      Bonsoir @Louise M,

      J’ai publié trois articles sur Avox, dont un « technique » sur la restructuration de la dette grecque et les deux autres sur la construction européenne à travers le MES et le TSCG

      2012 : Voter pour rien
      Dette grecque : PSI bidonné
      Silence sur le Pacte Budgétaire

      Malheureusement, cela n’a intéressé qu’un petit nombre déjà motivé par ces thèmes.


    • rastapopulo rastapopulo 15 août 2012 19:56

      C’est exactement la position de Solidarité&Progrès. L’article sur InterAlpha rappelle par exemple l’opposition des financiers à Bretton Woods :
      http://www.solidariteetprogres.org/Inter-Alpha-et-le-complot-contre-Bretton-Woods_07222

      Il y a aussi la question d’un militant au directeur de l’Autorité des Marchés Financiers en 2009 :
      http://www.solidariteetprogres.org/Jean-Pierre-Jouyet-Je-ne-veux-pas-etre-assassine-lundi-matin_05827
      « Concernant le Glass Steagall Act que vous avez mentionné – la séparation entre banques de dépôts et banques d’affaires – sans lequel tous les plans de renflouements sont voués à l’échec, puisque que l’argent n’est pas transmis à l’économie réelle, c’est une mesure de salut public qui relève du bon sens et sur laquelle je pense que vous serez d’accord. Comme cela n’est pas fait, dites-nous plutôt quelle est la guerre politique qui a lieu sur la question, mettez en lumière pour nous la scène sur laquelle se déroule cette bataille. »

      Acquiesçant tout le long de la question, M. Jouyet répondit clairement : « A peu près tout le monde est d’accord, sauf toutes les grandes banques françaises, qui ont bâti leur compétitivité internationale sur l’absence de cette distinction. (…) Mais moi, je ne veux pas être assassiné lundi matin ! »


    • Soi même Soi même 13 août 2012 13:23
      Goldman Sachs : une banque au-dessus de tout soupçon, pour ceux qui comprennent que puik et les naïfs, les autres savent très bien à quoi sans tenir !

      • mortelune mortelune 13 août 2012 13:40
        Goldman Sachs : une banque au-dessus de tout soupçon
        Je traduis par « Goldman Sachs : une banque en dessous de tout »

        En tout cas les mecs qui dirigent cette banque sont fichtrement compétent pour nous plumer. A moins qu’effectivement ils soient tellement en dessous de tout que les coups qu’ils portent aux peuples ne soient que des coups bas. Quand je pense que ce n’est qu’une des nombreuses tentacules de la pieuvre mondialiste je tremble de peur en craignant le pire.

        • Leo Le Sage 16 août 2012 00:49

          @Par mortelune (xxx.xxx.xxx.111) 13 août 13:40
          Vous dites : "En tout cas les mecs qui dirigent cette banque sont fichtrement compétent pour nous plumer. A moins qu’effectivement ils soient tellement en dessous de tout que les coups qu’ils portent aux peuples ne soient que des coups bas"
          C’est sous cet angle qu’il faut regarder la chose et en particulier il faut rester vigilant.
          La plupart des remarques sur Goldamn sAXE est du style :
          « Ce sont des ... »
          Ces remarques ne mènent à rien, il vaut mieux se poser des questions plus pertinentes comme :
          « Comment se débarasser d’eux en toute légalité ?? Quelles lois créer si nécessaire ? »

           
          Cordialement

          Leo Le Sage
          (Personne respectueuse de la différence et de la pluralité des idées)


        • Papat 13 août 2012 13:50

          Voyons cela du bon coté.
          Si GS avait désigné un bouc emissaire pour se faire lyncher par la justice et l’opinion publique, ca aurait au moins donner l’impression d’une independance de la justice.
          Maintenant on sait que GS manipule absolument tout.
          Le peuple n’en sera que plus exaspéré, en esperant les reactions adéquates.


          • Fergus Fergus 13 août 2012 19:28

            Bonjour, Papat.

            Bien vu, même plus besoin de donner des lampistes en pâture.

            Le peuple en sera-t-il exaspéré au point de susciter des « réactions adéquates ». Pas sûr, hélas, tant il est dépassé par la complexité des dossiers.


          • lebreton 13 août 2012 20:55

            pourquoi pas une 3eme guerre mondiale ça arrangerait beaucoup de monde non ? GS et qui ?


          • lucmentin 13 août 2012 14:05

            En attendant, soyons à l’écoute pour ne pas louper le coup à porter le moment venu.

            Et là, il n’y aura pas démission.


            • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 14:20

              « Les critiques de Stiglitz restent plus que jamais d’actualité »

              Dommage que l’article n’évoque même pas la solution à ce bazar : Glass-Steagall Global.


              • ZEN ZEN 13 août 2012 15:06

                Bonjour Roosevelt

                Je ne l’évoque pas, car ce n’était pas l’objet de mon analyse
                La solution à ce bazar, ce n’est pas demain la veille, si l’on en croit cette analyse


                • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 16:16

                  Visiblement, Paul Jorion ne sait pas comment arriver à bout d’un noeud gordien... ça l’aiderait beaucoup, lui et ses lecteurs :)


                • ZEN ZEN 13 août 2012 17:36

                  Il faut connaître P.Jorion pour saisir parfois sa mordante ironie critique et , en ce moment , son scepticisme accablé concernant toute vélléité de réforme bancaire de fond, pour que tout continue comme avant...
                  Je partage cet accablement
                  Voir ce passage :
                  "...Des deux côtés de l’Atlantique, et aussi de la Manche, les banques se battent sur un autre front, celui des projets de séparation de leurs métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement. Aux Etats-Unis, l’application de la loi Dodd-Frank de régulation financière est « encore en chantier », deux ans après son adoption. Il en est de même de la règle Volcker, qui statue sur cette séparation et pour laquelle on attend toujours la rédaction et l’adoption des décrets qui en permettront la mise en œuvre.

                  Au Royaume-Uni, les conclusions de la commission Vickers ont été adoptées par le gouvernement britannique, mais leur application a été dans un même mouvement repoussée. Le temps pour le diable de se mêler de détails tels que le tracé exact des frontières entre les activités qui doivent être strictement séparées et la hauteur des barrières élevées à cet usage… Il est pour l’instant prévu que la réforme commence à être appliquée en 2019 afin que les consultations puissent se dérouler en toute sérénité.

                  Les banques françaises ne sont pas en reste pour défendre leur modèle de « banque universelle » mis en cause par ce vent de réforme mondial. L’argument est qu’il ne faut pas faire dépendre les banques d’investissement uniquement du marché pour se financer et de continuer à les adosser aux banques de dépôts afin de les protéger et de leur permettre de tenir leur rang dans la compétition internationale. Heureusement, Frédéric Oudéa, président de la Société Générale et de la Fédération bancaire française, se déclarait à ce propos récemment rassuré : « J’ai l’impression en ce début du mois de juin qu’aucun pays ne va mettre en oeuvre un Glass-Steagall Act qui conduirait à une séparation stricte entre les métiers de banque de dépôt et de banque d’investissement, ni au Royaume- Uni, ni aux États-Unis, ni à mon avis en Europe »


                  • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 19:59

                    "Il faut connaître P.Jorion pour saisir parfois sa mordante ironie critique et , en ce moment , son scepticisme accablé concernant toute vélléité de réforme bancaire de fond, pour que tout continue comme avant..."

                    C’est une manière polie de dire que le gars n’est pas la hauteur de la tâche...


                  • ZEN ZEN 13 août 2012 20:20

                    Roosevelt
                    P.Jorion n’est qu’un économiste...
                    Il n’a aucun pouvoir de décision


                  • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 20:25

                    Etre économiste n’empêche pas de travailler avec les meilleurs... encore faut-il en avoir le courage, bien sûr :)


                  • ZEN ZEN 13 août 2012 17:40

                    Je sais, comme disait Larrouturou, que le fatalisme aggrave la situation.
                    Mais, comme soeur Anne, je ne vois rien venir...sauf l’orage


                    • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 20:22

                      N’en faites pas trop, ça commence franchement à se voir... sans parler que vos petits camarades parisiens sont de plus en plus verts !
                       


                    • Fergus Fergus 13 août 2012 19:32

                      Bonsoir, Zen.

                      Excellent article qui mériterait une diffusion plus large. En tout état de cause, un travail à prolonger pour, petit à petit, faire prendre conscience au plus grand nombre de la réalité de l’imbrication des intérêts financiers et politiques au plus haut niveau.


                      • asterix asterix 13 août 2012 20:13

                        Bonjour Zen.
                        Obama, candidat Président très très à droite qui trouve sur son chemin encore plus à droite que lui.
                        La Goldman-Sachs a encore de beaux jours devant elle. Quatre de ses plus influents conseillers sont passés par l’organe décisionnaire de la Goldman-Sachs.
                        Autant dire qu’avant de réduire sa puissance à zéro...


                        • ZEN ZEN 13 août 2012 20:14

                          Bonsoir Fergus

                          Que du déjà connu !
                          Mais que c’est affligeant de constater que les forces financières aveugles et finalement destructrices continuent, au plus haut niveau, leur travail de sape de l’économie réelle !



                          • ZEN ZEN 13 août 2012 20:29

                            Preuve ?
                            Les excuses et les déclarations d’intention, on en a connu depuis 2008 !...
                            Attendons le prochain G20, qui produira encore du vent, sauf si le boulet passe trop près...


                            • Roosevelt_vs_Keynes 13 août 2012 21:01

                              Enorme. Avec Larrouturou, vous êtes bien placé pour parler « déclaration d’intention » MDR :) 


                            • katakakito 13 août 2012 21:00

                              Très bien Zen, en particulier de citer « l’arnaque » de Jean de Maillard, livre essentiel pour comprendre la grande escroquerie que représentent les marchés financiers..


                              • totor totor 13 août 2012 22:15

                                Ou comment la virginité revient aux banques

                                peut être hors sujet ?
                                on jouis quand on dépucelle une banque ?
                                LOL !!!


                                • Canine Canine 14 août 2012 00:21

                                  Evidemment qu’ils sont au dessus de tous soupçons, ils peuvent s’acheter la justice.


                                  • Wendigo Wendigo 14 août 2012 03:11



                                     Non je ne suis pas d’accord avec cet article et encore moins avec les réactions complotistes qui le commentent !
                                     Il faut savoir faire confiance à la justice et si elle n’a pas reconnut de malversations c’est tout bonnement qu’il ne devait pas y en avoir.
                                     Allons réfléchissez un peu, ce serait une très mauvaise politique pour Gs de faire une chose pareille car comme l’un d’entre vous le souligne, cela ferait voir une certaine toute puissance pour ne pas dire omnipotence, que GS ne peut pas se permettre aux yeux des investisseurs avec lesquels elle travaille et qui en sont actuellement plainement satisfait.
                                     Oui certe ils ont pu faire quelques erreures, mais qui n’en fait pas ? maintenant il est très facile de reprocher à un organisme banquaire de bonne notoriété et qui a fait ses preuves depuis plus de cent ans, toutes les misères du monde dont seul nous sommes les resposables.
                                     C’est trop facile de jeter le pierre de nos erreures sur cette entreprise honnète.

                                     Allons redevenez un peu adulte, gardez la tête sur les épaules, il est préférable d’être bien vu par cette compagnie qui ne veut que notre bien, et ce dans sa totalité, ce qui est révélateur de leur grande ampathie et de son coté philantrope et puis on ne mort pas la main qui vous nourrit ... au contraire on la remercier pour de magbifique travail fait pour le communauté et le bien de tous... enfin pour ma part c’est ce que je compte bien faire avec cette glorieuse banque, dont le patron se trouve être être le « banquier de Dieu », et ma foi en notre seigneur tout puissant et misdéricordieux, m’encourage à lui accorder toute ma confiance et toute ma dévotion afin d’accomplir la volonté divine.

                                     Et puis vu qu’il est en passe de devenir maitre du monde, il est donc de bonne intelligence de commencer dès à présent à lui lècher le cul et lui tendre notre croupe soumise .

                                    Alors svp arrètez de verser votre fièle et au contraire célébrez le fait que la justice aura cette fois ci fait ressortir toute la vérité sur cette affaire. Soyez reconnaissant et honte aux sénateurs que la jalousie et la petitesse aveuglent !


                                    • ZEN ZEN 14 août 2012 07:59

                                      @Wendigo

                                      Merci pour votre dévotion et votre défense et illustration de cette firme si utile et si vertueuse, si injustement décriée ! smiley
                                      Vous m’avez mis de bonne humeur pour la journée smiley


                                      • robin 14 août 2012 08:22

                                        Et dire qu’il se trouvera encore des idiots utiles (ou patentés pour jouer les idiots) pour oser prétendre que les banques ne dirigent pas le monde et crier au complotisme, salopards de collabos oui.



                                          • paul 14 août 2012 11:43

                                            D’après un article du Monde le 13/08 ( cf Rezo.net ) l’abandon d’une enquête sur Goldman Sachs
                                            suscite peu de réactions : habitués ou résignés ?

                                            Il s’agissait d’une enquête sur les transactions des prêts hypothécaires Subprime .
                                            Cette décision du 10 aout suit celle du 9 aout, prise par la SEC - régulateur des marchés boursiers ( ! ) - d’abandonner une autre enquête liée à des produits financiers adossés à des titres immobiliers .
                                             Une banque au dessus d’un l’État peut tout se permettre .


                                            • Philippe MEONI Philippe MEONI 15 août 2012 18:39

                                              « habitués ou résignés ? »

                                              Non : Obéissants !


                                            • Jean Jolly Jean Jolly 15 août 2012 21:43

                                              Tant que les « veaux » voteront, que les agneaux agneront et que les traders traduiront notre époque... Tout roule a priori.

                                              Il n’y a aucun lézard en vue, tout me semble parfait dans ce monde « normal » dont le président semble aussi « normal » que la Constitution l’autorise.

                                              Il ne manque plus que la démocratie quoi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès