• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Grippe H1N1 : Margaret Chan et Roselyne Bachelot doivent-elles démissionner (...)

Grippe H1N1 : Margaret Chan et Roselyne Bachelot doivent-elles démissionner ?

Il y a peu, les Français ont pris connaissance de ces quelques cas de caissières, pardon, hôtesses de caisse, licenciées pour avoir utilisé des bons de réduction laissés par les clients. Quel préjudice pour la boîte ? Aucun, ces bons auraient pu très bien être utilisés, entrant dans la comptabilité ordinaire. Si arnaque il y a, le montant est de quelques euros, peut-être quelques dizaines. Par contre, le coût d’une incompétence en matière de gestion de la grippe se chiffre en milliards d’euros. Sans compter les dommages moraux envers les populations affolées par le pandémon H1N1. La question se pose donc. Y a-t-il eu une série d’incompétences dans la gestion de cette grippe que l’on sait maintenant aussi anodine mais que les experts continuent à présenter comme dangereuse, en sélectionnant quelques arguments et chiffres dont l’opinion publique commence à douter sérieusement ? L’une des priorités de ces experts est de ne pas perdre la face. Annoncent-ils des chiffres exacts, présentent-ils la réalité de manière impartiale ? Quelques citoyens n’appliquent pas le principe de précaution mais celui du doute. Ils ne font plus confiance aux experts.

Pas plus tard que le 7 septembre, un invité de l’émission C dans l’air a évoqué explicitement une incompétence des autorités dans la riposte face à cette grippe bénigne. Incompétence dans les mesures administratives de fermeture d’établissement, les données fournies aux médias et surtout, la précipitation dans la production d’un vaccin. Les voix se délient, ainsi que je l’exposais dans mon billet du 7. Marc Gentilini avait pointé un emballement politico-médiatique, sans pour autant désigner une chaîne d’incompétences car ce monsieur était président de la Croix rouge au moment de la grande canicule et, même s’il n’a rien à se reprocher, il ne peut que se sentir en porte-à-faux surtout que les médias, en juges vengeurs, ne se gênent pas pour le titiller sur cette affaire. La canicule de 2003, parlons-en. D’abord, y a-t-il eu faute ou bien un bug de communication. Oui, des vieux sont morts en surnombre et alors ? Ils seraient de toute façon partis l’année suivante. On n’allait pas arrêter un pays pour quelques décès. Disons qu’il y a eu une erreur de communication du gouvernement qui aurait dû jouer la transparence, annonçant dans les médias la situation, afin que les personnes concernées puissent intervenir s’il y avait lieu. Les années suivantes, l’affaire était réglée, un plan canicule a été mis en place. Mais dans cette affaire de grippe, la canicule a bon dos. Est-ce parce que les autorités ont manqué de réactivité dans cette affaire que le cas doive faire jurisprudence morale et justifier une réaction démesurée pour tout problème sanitaire, en l’occurrence pour un banal épisode que cette grippe de 2009 ? Il peut y avoir incompétence en cas de réaction sous dimensionnée ou bien excès de précaution. Hélas, ce satané principe de précaution, édicté par des philosophes moribonds minés par l’esprit animal, sert de paravent à tous les excès bureaucratiques dès lors qu’il faut palier une menace dont le risque n’est pas égal à zéro.

Pas plus la canicule que le principe de précaution ne doit servir d’excuse à l’incompétence. Quand on fait mal son job, on mérite d’être sanctionné si c’est une faute professionnelle et même licencié si cette faute est d’une gravité extrême. Quand on est ministre, si on gère de manière inconséquente une situation, on démissionne ou on est démissionné. C’est ce qui arriva au ministre de la Santé Jean-François Mattéi après la canicule. Si nous étions dans une réelle démocratie, la gestion de la grippe de 2009 devrait faire l’objet d’une commission d’enquête. La réponse du gouvernement, face à cette soi-disant crise sanitaire majeure, mérite d’être jaugée par des parlementaires afin que des sanctions soient prises s’il s’avère qu’une chaîne d’incompétences s’est glissée dans les rouages de l’Etat français. Quant à Margaret Chan, son mandat devrait être révisé s’il s’avère qu’elle a annoncé le niveau 6 de pandémie en cautionnant le bidonnage bureaucratique ayant amené l’OMS à revoir la définition d’une pandémie, tout en s’affolant de quelques cas détectés mais pas significatifs d’une menace réelle. Elle n’était pas obligée d’agir ainsi. S’il s’avère que c’est une faute professionnelle elle doit être débarquée par les gouvernements en usant du principe de Peter. Cette dame aurait-elle agi en toute incompétence ? Il appartient aux responsables politiques de réagir. Mais il y a fort à parier que rien ne bougera. Sauf cas vraiment improbable de fronde citoyenne planétaire. La démocratie est morte. Les citoyens sont moribonds et les opposants décimés par le virus de la précaution. Ils n’ont même plus la force de demander une commission d’enquête. Les gens vivent et pensent comme des porcs. Il est naturel en somme qu’ils soient touchés par la grippe porcine. D’autres gens raisonnent, il est naturel en somme qu’ils songent à demander des explications et des enquêtes. Même s’il n’y a pas eu fraude. Simplement une faute, et l’incompétence en est une. Quand un chauffeur de bus a un accident, il y a bien une enquête et parfois une garde à vue. Pourquoi les élites seraient-elles au-dessus des règles appliquées aux citoyens ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • iris 8 septembre 2009 10:27

    les hommes politiques sont dans notre pays pardonnés pour leurs erreurs-c’est le culot qui les sauve- et la négligence, l’indolence de nous tous-voyez fabius-carrignon -etc. etc....
    ils s’en tirent toujours et ont droit malgré leurs erreurs ou corruption à une bonne retraite.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 septembre 2009 10:58

      Ces ampoulés au culot, pas facile de les visser


    • Arcane 8 septembre 2009 12:10


      A .......... Atchoum !


    • Gourmet 8 septembre 2009 10:58

      Bah, rien de nouveau sous le soleil hein ?
      Les pauvres en sont réduits à se tenir à carreaux (c’est le but du jeu pour les maintenir en place, ils sont si nombreux) tandis que les autres peuvent rigoler, se vautrer, se planter.

      Il suffit d’observer le monde de la grosse entreprise :
      - je plante sérieusement mon entreprise (Alcatel au hasard mais également Continental, Molex) ce qui signifie que des licenciements vont mettre des dizaines de milliers de gens sur la paille mais je suis viré avec les honneurs (parachute doré, retraite-chapeau, stock-options). Ben oui quoi c’est normal. Je ne fais pas partie de la mélasse nauséabonde, MOI !

      Il suffit d’observer le monde bancaire :
      - je plante le monde, sérieusement, ce qui signifie des millions de licenciements mais je fais le gros dos 9 mois et je me gave à nouveau de bonus, de stock-options et de retraite-chapeau. Non mais !
      Ce ne sont pas 5 milliards de crève-la-faim qui vont me dire ce que j’ai à faire non ?

      La compétence n’est PLUS, depuis fort longtemps, la règle de progression.
      La règle désormais c’est le relationnel !

      Pour en revenir à l’article, ben oui, la caissière de Mammouth ne peut pas avoir d’enfants, ne peut pas avoir de soucis de santé (sic), ni de chagrins, ni même un rhume (alors la grippe vous pensez). Elle ne peut pas parler, ni aller aux toilettes (ou alors en moins de 5 secondes, y’a des clients qui attendent). Normal elle n’a pas de relations, elle !
      Et malgré tout cela son avenir est sombre : elle sera remplacé quoi qu’il arrive par des robots. Comme quoi le client on s’en tape bien au final !

      Tandis que les ministres peuvent dire et affirmer ce qu’ils veulent, disparaître, revenir, dire 3 grosses conneries qui foutent des milliers de gens sur la paille au passage et ils SERONT toujours là, tout comme les chefs de grande entreprise.
      Normal encore une fois : ils ont des relations, eux !

      Un exemple en dernière date : l’Albanel. Des monceaux de bêtises, de conneries (qui ne tuent personnes au passage sauf, peut-être, de rire). Et, pas de soucis, elle aura un autre portefeuille (elle reste présidente de l’établissement public du musée et du domaine national de Versailles au passage, tout de même !).
      Et son chef de cabinet qui a provoqué en dépit d’une séparation public-privé qu’on croyait acquise et figée dans le marbre (Affaire TF1 - Bourreau-Guggueheim) ? Et bien, le président de la république l’a nommé président du directoire de l’Opéra de Paris. C’est-y pas beau ?

      C’est ça le monde mon p’tit bonhomme.
      Mais c’est un monde que nous avons accepté, sans broncher (ou si peu).

      Alors, inutile de rédiger un nième article sur le sujet (quoique ça contribue à enfoncer le clou) on sait tout cela.

      Il serait plus utile de proposer des solutions !

      db


      • Bardamu 8 septembre 2009 10:59

        La question à se poser ne serait-elle pas au contraire :

        -N’y a-t-il pas une exemplaire COMPéTENCE dans la gestion de cette grippe ?

        Une compétence INCONSCIENTE, peut-être, lorsqu’elle est guidée par un enfermement dans les mailles serrées -jusqu’à provoquer l’étouffement- du sacro-saint « Principe de PRéCAUTION » ?
        Ou bien plus une compétence CYNIQUE, si elle SERT l’intérêt de pareille manipulation des masses.

        Mais qu’importe, on ne saura JAMAIS lequel des épithètes choisir, quel degré d’inconscience (psychose) et de cynisme (propagande) il y a en l’affaire.

        N’en demeure pas moins que cette grippe TOMBE à POINT !
        Qu’elle se « développera » donc encore, pour empêcher le peuple de RéFLéCHIR à plus GRAVE, plus important.
        Plus la grippe GONFLERA, plus l’économie sera suspecte de FLANCHER donc, et plus l’appareil répressif sera suspect de se mettre EN PLACE -pour preuve la prolongation des gardes à vue déjà à l’étude, après la fin du juge d’instruction.
         
        Alors, 1984 d’ORWELL ne se rapproche-t-il pas ?... déjà le début du roman MOROSE en 2010 ? 


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 septembre 2009 11:06

          Une compétence ?

          Vue de l’intérieur la machine sanitaire se croit compétente
          Pour nous c’est différent. Le fric qu’ils dépensent, c’est nous qui le payons

          Les gens s’illusionnent tellement sur leur compétence qu’ils se croient les ayants-droits de bonus chez les traders et de promotions dans cette machine sanitaire bureaucratique

          au fait, seriez-vous le Bardamu qui sévissait sur les forums du Monde ?


        • Bardamu 8 septembre 2009 11:45

          M.DUGUé, lisez les gens avant tout... et leur SECOND degré aussi !

          Ainsi, si cette grippe SERT les gouvernements en place, leur incompétence supposée -le ressenti de certains- ne devient-elle pas alors de la COMPéTENCE -cette pandémie faisant l’affaire des gouvernants ?

          Exemple d’un banquier qui vous arnaque :
          -ce que vous voyez comme étant de l’INcompétence de sa part -puisque, par exempe, vous perdez de l’argent-, n’est-elle pas de la COMPéTENCE pour lui, au contraire, puisqu’il gagne de l’argent grâce à vos pertes ?

          Et encore, l’incompétence d’une dictature -puisqu’elle rend certains malheureux-, n’est-elle pas SA compétence -puisque tel est aussi SON but, SON moyen de se perpéter !

           Je reprends M.Dugué, ou avez-vous l’esprit GRIPPé ?... je plaisante !


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 8 septembre 2009 12:09

          Nous sommes d’accord,

          le banquier vous arnaque mais son compte en banque augmente

          La machine sanitaire dilapide les fonds publics qui ne finissent pas dans une poubelle, enfin, c’est vite dit, dans 3 ans, les stocks de Tamiflu finiront dans les ordures, au passage, les labos ont prélevé la dîme de la peur, cet impôt nouveau, la taxe grippale, qu’on appelle la pandîme !

          Un ministre qui dilapide les fonds publics doit-il rester


        • Bardamu 8 septembre 2009 12:25

          Je taclais un peu, mais j’apprécie vos démarches sanitaires et salutaires, salutaires car parfois aussi anti-sanitaires.
          Le problème est qu’elle -Bachelot- fait bien son boulot au sein d’un gouvernement castrophique.
          Là aussi, de l’ironie !
          Alors, demander son départ pour l’instant reviendrait à réclamer celui du potentat en chef.

          Cependant, si ça tourne au vinaigre le gourou à talonnettes mettra en avant sa baleine, se planquant derrière le protée corpulent.
          Alors, pour se protéger, la virera-t-il !
          Sinon, aucun espoir de la voir s’évanouir dans la nature.
          Peut-être aussi par ce que cette nature a horreur... du vide !... si plein de lui-même soit-il !
          Merci pour l’article !


        • Bardamu 8 septembre 2009 11:46

          Rajout :
          -il ne faut pas se contenter de penser dans les salons, la philosophie se fait aussi à coups de marteau !


          • curieux curieux 8 septembre 2009 13:00

            Démissionner ? Non, il faudrait virer tous ces parasites (plus que ces deux là) et très vite car la dictature s’installe :

            http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hw_3x08StN7KWjhI_d86033R HT1Q


            • iris 8 septembre 2009 15:01

              cette grippe ne serait telle pas l’occasion de tester sur nous tous des mesures d’exception qui pourraient durer ou se transformer en mesures pour sauver notre économie et notre crise ......selon certains politiques...
              on pourrait nous dire 
              du temps de la grippe H1N1 on n’avait pas ça et ça marchait quand mème !!
              alors supprimons des postes et faisons plus travailler ceux qui y sont sur le terrain.


              • BA 8 septembre 2009 17:18

                A propos de Margaret Chan, il est quand même très étonnant qu’aucun journal télévisé ne reprenne les pourcentages de victimes. Pourquoi les pourcentages calculés par l’OMS n’ont-ils pas été diffusés à la télévision  ?

                Lisez cet article  :

                Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), estime que le fait « le plus préoccupant » de la grippe H1N1 est que « 40 % des décès concernent des jeunes adultes en bonne santé ».

                « Ce virus voyage à une vitesse incroyable, inédite », et « en six semaines parcourt la même distance que d’autres virus en six mois », souligne la directrice de l’OMS dans une interview au Monde daté de dimanche-lundi.

                Elle insiste aussi sur le nombre « sans précédent » de personnes infectées, estimant que « jusqu’à 30 % des habitants des pays à forte densité de population risquent d’être infectés ».

                « 60 % des décès surviennent chez des personnes ayant des problèmes de santé sous-jacents », relève aussi le Dr Chan. « Ce qui signifie que 40 % des décès concernent des jeunes adultes - en bonne santé - qui meurent en cinq à sept jours d’une pneumonie virale ».

                « C’est le fait le plus préoccupant », dit-elle, estimant que « soigner ces patients est très lourd et difficile ».

                http://www.lesechos.fr/info/sante/afp_00178228.htm


                • xray 11 septembre 2009 11:23


                  Médical terreur !
                   

                  Le but est de pourrir la vie du plus grand nombre. 

                  En matière médicale, les virus sont toujours imaginaires. 
                  Les virus imaginaires, qu’ils soient du Sida, de la Grippe aviaire ou de la Grippe porcine ne sont pas des affaires médicales,  mais des affaires politiques. 

                  Les virus de curés 
                  http://levirusmachin.hautetfort.com/ 



                  • Dr Gamin Dr Gamin 10 janvier 2010 19:18

                    Bonjour,

                    Je partage tout à fait votre position sur la grippe, d’ailleurs on commence maintenant à vous ( à nous) donner raison, mais je ne pense pas que Ray anderson soit un jour inquiété. Le pouvoir économique est plus fort que la lutte anticorruption. Voir l’histoire de Monsanto qui est aussi un bijou du genre aussi. Je suis médecin et j’ai un blog de pédiatrie, actuellement très orienté « grippe » dont j’ai suivi avec attention le développement théâtral

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires