• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Gruyère suisse

Gruyère suisse

  Il est des banques qui poussent la sollicitude jusqu'à venir vous contacter et proposer leurs services désintéressés jusqu'au coeur de votre vie privée.
A condition que vous ne soyez pas n'importe qui, le premier smicard venu...


_UBS par exemple, est toujours au service des Français bien argentés, soucieux de bonne gestion de leur fortune jusqu'à vouloir échapper à un fisc prédateur, pratiquant un sport assez répandu appelé exil fiscal, pour fuir d'horribles spoliations.
C'est chez nos voisins helvètes que l'on trouve les meilleurs refuges, une Suisse au dessus de tout soupçon, ou qui lave plus blanc écrivait déjà J.Ziegler il y a bien des années, pays accueillant s'il en est.
Que des avantages à vivre au bord du Lac ou à y déposer quelques euros...

 Une enquête très sérieuse, exemplaire, menée patiemment par un journaliste d'un organe non réputé de gauche, JPEGvient de le montrer : UBS organise une fraude fiscale massive à partir de la France, détournant ainsi de notre pays, par des méthodes peu orthodoxes, des sommes considérables depuis des années.
Une fraude d'une ampleur exceptionnelle révélée au grand jour, un aspect majeur de la finance prédatrice, comme disait l'excellent J.de Maillard.
On se frotte les yeux, on croit rêver, mais non, ce n'est pas une mauvaise fiction.
Un manque à gagner que l'on ne soupçonnait pas et qui ne concerne pas que la Suisse.
On ne parlera pas de la City, plus connue, mais plus polyvalente et opaque.
Et on s'étonne que les caisses soient vides, que la sécu aille mal, que l'investissement productif soit défaillant, etc...
Faire payer les riches, vous n'y pensez pas, mon bon Monsieur...Leur fortune profite à tous, nous disait-on...
Cet organisme bancaire un peu particulier, déjà visé en France par plusieurs enquêtes, pratique des méthodes un peu particulières, engage des traders un peu spéciaux et ne plaisante pas avec la conduite de son personnel, poussant loin le détail de ses exigences...

Qui disait vouloir contrôler certaines pratiques bancaires et mettre fin aux paradis fiscaux, enfers de l'économie réelle ?
. Le 23 septembre 2009, Nicolas Sarkozy assurait aux Français qui l'interrogeaient sur TF1 et France 2 : "les paradis fiscaux, le secret bancaire, c'est terminé..."
-Hum...Pourquoi tu tousses ?

JPEG - 11.2 ko

Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Tall 26 mars 2012 13:23

    Oui, j’ai entrevu un doc là-dessus. Le politique est beaucoup trop laxiste pour tout ça.

    Il n’y a que la gauche radicale qui peut combattre ça. Donc pas celle de Hollande.
    Et elle devra s’internationaliser.
    Ya du boulot.

    • jef88 jef88 26 mars 2012 14:10

      Faire payer les riches, vous n’y pensez pas, mon bon Monsieur...Leur fortune profite à tous, nous disait-on...

      Salut Zen !
      On le dit encore ....

      Pour aller plus loin.
      Le problème n’est pas de droite ou de gauche, il est de l’intérêt bien compris de la nation, mais les politiques ne voient que leurs poches ....


      • Annie 26 mars 2012 14:43

        Bonjour Zen,
        Pourquoi UBS se gênerait-il alors que les USA ont décidé d’abandonner leurs poursuites ? http://www.lavoixeco.com/actualite/Fil_Info/2010/10/23/article_evasion-fiscale-dubs-les-etats-unis-aban.shtml


        • Aiane Aiane 26 mars 2012 16:47

          Bonjour,

          Sans vouloir prendre la défense de qui que ce soit et encore moins de l’UBS, permettez-moi de vous dire que votre article est malhonnête.
          Vous laissez entendre que UBS a « volé » 600 milliards à la France. Ce qui est totalement faux. L’article dont vous parlez précise d’ailleurs : « Antoine Peillon additionne notamment « les 100 milliards d’avoirs de Français fortunés dissimulés en Suisse », les « 220 autres milliards qui se cachent dans l’ensemble des paradis fiscaux », ainsi que les 370 milliards de placements des grandes entreprises dans ces mêmes places offshore. »
          Il faut sans aucun doute possible lutter contre l’évasion fiscale, mais les articles tendancieux ne font certainement pas avancer le problème dans le bon sens.
          Depuis quelques années, la Suisse a fait beaucoup d’efforts pour éviter le blanchiment par l’intermédiaire d’un organisme de surveillance nommé la Finma, par exemple.
          Par ailleurs, et je laisse aux plus fortunés le plaisir de tenter l’expérience : si vous déposez une somme supérieure à € 5’000.— au guichet d’une banque suisse, votre pièce d’identité vous est demandée.
          Ce qui n’empêche pas qu’il y a encore beaucoup à faire, j’en conviens.
          Enfin, vous parlez de Monsieur Ziegler et là, vous avez tout de même l’honnêteté de préciser : « il y a bien des années ».
          Mélanger le passé et le présent pour donner du poids à des arguments n’est pas très intellectuellement honnête, convenez-en.

          • ZEN ZEN 26 mars 2012 18:20

            Bonjour Ariane
            Je crains que vous n’ayez pas bien lu le document sur lequel je me suis appuyé, n’ayant pas encore eu le temps de lire de A.Peillon.
            L’auteur de Alteréco n’y parle pas de « vol », mais de « pratiques frauduleuses »
            Si la Suisse a fait des efforts, dites-vous,certaines banques continuent de vieilles pratiques et Ziegler n’a pas perdu de son actualité sur l’essentiel, la Suisse n’étant qu’un cas particulier de pays pratiquant la pêche aux fortunés, qui nuit aux finances des pays d’origine.
            A quand une application des belles paroles entendues au G20 ?
            J’ai de la famille en Suisse et l’article ne vise pas à discréditer ce pays en tant que tel
            Lisez donc Jean de Maillard et suivez le fil...Ariane


            • Aiane Aiane 27 mars 2012 08:09

              Vous dites « je n’ai pas encore eu le temps de lire A. Peillon », mais c’est bien la couverture de son livre que vous utilisez pour illustrer vos propos.
              Vous reconnaissez qu’il y a d’autres paradis fiscaux, mais concentrez vos attaques quasiment uniquement sur la Suisse.
              Mais vous oubliez allègrement de préciser que :
              Les intérêts sur les comptes bancaires en Suisses sont taxés à 35 %, dont une partie est rétrocédée aux pays d’origine des fonds. Si la France signait le même traité que l’Allemagne et la Grande-Bretagne, ce ne serait pas moins d’un milliard d’euros par an que la France engrangerait.
              80’000 frontaliers vont chaque jour travailler, rien qu’à Genève, avec les rétrocessions d’impôts pour les communes et la région française.
              Pour lutter contre le blanchiment, la Finma exige que les REELS détenteurs de trusts ou fonds de pension soient identifiés.
              J’en passe et bien d’autres.
              Croyez-vous que les îles anglo-normandes, Hong-Kong ou même la City en fasse autant pour l’économie française ?
              Soyons sérieux, soit vous êtes mal informé, soit vous êtes de mauvaise foi (ce qui est un comble pour un lecteur de « La Croix ».


            • ZEN ZEN 27 mars 2012 08:35

              Ariane, je ne lis pas la Croix
              Encore une fois, si vous vous contentez d’une première de couverture, en laissant de côté les documents argumentés et les problèmes de fond en cette période de crise, pas étonnant que vous fassiez des contre-sens
              Prenez connaissance de tous les scandales qui affectent UBS depuis seulement quelques mois..googelisez bien !
              Mais je cois comprendre que vous êtes helvète (salut au passage !) et que vous considérez toute critique contre certains aspects des pratiques de certaines banques vous affecte..
              La Suisse, heureusement, c’est aussi autre chose.. ;


            • Aiane Aiane 27 mars 2012 10:07

              Bonjour M. Zen.
              Mettons les choses au point :
              1) Je ne suis pas suisse, mais italienne de langue maternelle française, ce qui fait que j’ai parfaitement saisi votre façon d’écrire : vous affirmez, laissant des liens que peu de lecteurs suivront. A l’arrivée, seules les affirmations sont retenues.
              2) Vous attaquez sans doute possible la Suisse et non pas seulement par l’intermédiaire des agissement douteux de UBS. Par le titre d’abord (que je sache, le gruyère ne porte pas le label UBS. Puis par votre phrase : « C’est chez nos voisins helvètes que l’on trouve les meilleurs refuges, une Suisse au dessus de tout soupçon », ou encore une autre : « pays accueillant s’il en est. Que des avantages à vivre au bord du Lac ou à y déposer quelques euros... ».
              3) Pour information, l’essentiel de l’argent déposé auprès de l’UBS n’a jamais vu les Alpes suisses, mais estinvesti dans des trusts ou autres fonds dans des pays bien plus accueillants que la Suisse, tel la Grande-Bretagne, parce que :
              4) En Suisse, les véritables détenteurs des trusts ou autres fonds doivent être identifiés et communiqués à la Finma, les lois contre le blanchiment ayant été considérablement renforcées ces dernières années.
              Bref, vous attaquez bel et bien la Suisse, sans prendre en compte l’ensemble des données de façon claire (si ce n’est à travers des liens que peu de gens ne suivent).
              Cessez donc de rêver, si la Suisse ne disposait plus de son système bancaire, mis à genou par les politiques à la solde des autres places financières, eh bien... la France subirait la même évasion fiscale, l’argent ne faisant que changer de pays, mais de plus, ne verrait pas la moindre couleur de cette évasion et augmenterait également son nombre de chômeurs.
              Attaquez donc l’UBS, elle le mérite largement. Mais de grâce, cessez ces attaques idiotes contre un pays qui n’est pas responsable des FRAUDEURS FRANCAIS.


            • JL JL1 26 mars 2012 19:10

              « Faire payer les riches, vous n’y pensez pas, mon bon Monsieur...Leur fortune profite à tous, nous disait-on... »

              Bon, maintenant tout le monde sait que les connaissance de Sarkozy en matière d’économie se limitent à la stupide théorie du ruissellement.





                • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 26 mars 2012 23:05

                  La cuisine de ZEN !

                  Un article sous la forme d’une recette de cuisine !

                  Ça commence mal : « Gruyère suisse », un titre en forme de pléonasme, comme si le « Gruyère AOC © » pouvait ne pas être suisse ?

                  En effet, parle-t-on de « Roquefort français », de « Maroilles français » ou de « Munster français », les deux derniers pour nous rapprocher géographiquement de notre chroniqueur culinaire …

                  Bref, passons maintenant à la recette de ce soufflé au fromage façon ZEN :

                  Prenez un sujet d’actualité, disons les évadés fiscaux français, ajoutez-y de méchantes banques qui ne peuvent être que suisses comme chacun sait, et si l’une d’entre elles s’appelle UBS, c’est encore mieux.

                  Malaxez le tout et ajoutez-y une vieille épice qui fait toujours fureur en France, l’immaculé Jean Ziegler, contempteur d’une lavandière nommée Helvétie, encore meilleur après un long séjour dans la naphtaline. Ne lésinez surtout pas sur la quantité. Le Ziegler c’est vieux, c’est rance, ça éructe, ça dit beaucoup de sottises, mais ça fait toujours recette en France, pays des traditions culinaires autant que séculaires. Le cliché fait vendre !

                  Reprenons. Touillez le tout avec une spatule en forme de « croix » — la religion, très important pour la crédibilité, la déglutition et la digestion. —, estampillée « Peillon », on pense immédiatement à Vincent, mais non c’est Antoine, l’éponyme. Avec un tel prénom c’est déjà l’antichambre de la canonisation ...

                  Passez l’amalgame au four, laissez mijoter quelques instants et servez immédiatement.

                  Goûtez-moi ça. « On se frotte les yeux, on croit rêver, mais non, ce n’est pas une mauvaise mixtion. », c’est un soufflé, ça s’appelle « Prédation & Paradis fiscal » !

                  Merci ZEN !

                  Pour la digestion, je vous recommande une petite balade à vélo dans les collines de l’Artois, sous la conduite de notre chroniqueur pour évacuer tous ces cauchemars helvétiques …

                   


                  • ZEN ZEN 27 mars 2012 08:25

                    Pas mal l’exercice, Monsieur Jean !
                    ça vaut son pesant d’Emmental
                    Un peu lourde cependant la recette, qui pratique ce qu’elle prétend dénoncer : l’amalgame
                    Une autre fois, je vous expliquerai le rapprochement gruyère/suisse
                    Sur le fond, on attend encore un éclairage et non une entourloupe facile qui noie le poisson dans une bouillabaise indigeste
                    Try again !


                    • potatoes potatoes 27 mars 2012 10:37

                      Si j’extrapole vos arguments :
                      C’est la faute à Conforama ou autre LCL si je suis dans les dettes jusqu’au cou, c’est eux qui m’ont donné une carte de crédit, right ?

                      Sachez Zen, que la Suisse a des lois et des réglementations pour ses banques. Si les étrangers (français et autres) décident de VENIR placer leur fric en Suisse, ce n’est pas le problème de la Suisse tout de même !
                      Vous êtes pathétiques d’accuser la Suisse et ses banques pour l’ingérence socio-économique inhérente à VOTRE pays.

                      bonne journée et santé !


                      • celui qui maugréé celui qui maugréé 27 mars 2012 11:48

                        Aurions nous part hasard quelques élus ou leur famille parmi les clients de ces « honorables » institutions suisses ?

                        Enfin je dis ça je dis rien msieur comme disait Columbo, c’est juste une hypothèse.


                        • katakakito 1er avril 2012 13:54

                          Ce que personne ici ne semble avoir compris, ce n’est pas à la Suisse et à son gruyère que le livre s’en prend, mais à certains français.
                          Oui il montre le pillage de la France par des français et pour des riches français. Les banquiers suisses font leur boulot ,c’est tout.
                          Alors on comprend que certain français des vrais aient honte !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès