• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Hiroshima : un mensonge d’une journée d’été

Hiroshima : un mensonge d’une journée d’été

De toute les villes de la planète, seules Hiroshima et Nagasaki ont eu le triste privilège de vivre l'apocalypse nucléaire. L'humanité toute entière, soixante dix ans après, dénonce ces actes de barbarie, ces crimes de guerre demeurés impunis.

Hiroshima : le mensonge sur une journée d’été

9 août 2015, soixante-quinze ans après l’holocauste nucléaire ramenant Hiroshima et Nagasaki à « l’âge de pierre », un devoir de mémoire et de vérité aussi, s’impose. L’Histoire officielle de la Seconde Guerre mondiale, rédigée par les vainqueurs, enseignée à nos jeunes, apporte une version erronée de la réalité. « La solution finale », réservée aux deux villes japonaises, est mentionnée par quatre malheureuses lignes dans le livre d’histoire de la classe de Première, (édition 2007, Hachette page 326) : « Compte tenu de la cohésion du peuple japonais et de son attachement à l’empereur et aux principes nationaux, l’état-major américain estime que la conquête du pays pourrait coûter un million d’hommes. C’est pourquoi deux bombes atomiques sont lancées sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945 ». Et dire que mon rôle de professeur d’Histoire consiste à faire avaler aux générations d’après-guerre ce gros mensonge devant transformer en victoire un grand crime perpétré en toute impunité contre d’innocents civils. Quelle honte !

Aujourd’hui, l’humanité toute entière se souvient. Cet énorme champignon, devenu symbole d’un massacre programmé, demeure gravé dans toutes les mémoires. Des êtres humains, plus de 80.000, volatilisés en quelques secondes, confirment, comme l’a écrit Albert Camus dans son éditorial, paru dans Combat du 8 août 1945, que « la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie. »

L’usage de cette arme de destruction massive fut présenté comme un mal nécessaire pour mettre fin à la guerre et épargner des centaines de milliers de vies humaines.

Tout au long de sa présidence, Truman se vantait d’avoir, grâce à l’emploi de la bombe nucléaire, sauvé plus de cent-vingt-cinq mille âmes entre soldats et civils. À sa guise, il jonglait avec les chiffres : deux-cent-cinquante mille, un demi-million et, pourquoi pas, un million. Beaucoup de chercheurs sérieux doutaient de la finalité du recours à l’arme nucléaire et considéraient fantaisistes les chiffres avancés par l’administration Truman. Le général Dwight Eisenhower évoque dans ses Mémoires : " (…) sur la base de ma conviction (…) le Japon était déjà battu, et donc (…) l’utilisation de la bombe était complètement inutile. (…) notre pays devait éviter de choquer l’opinion mondiale en utilisant une arme qui, à mon avis, n’était plus indispensable pour sauver des vies américaines."

Eisenhower n’avait pas tort. Le 7 mai 1945, lorsque le général allemand Alfred Jodl signe à Reims la reddition de la Wehrmacht, l’Empire nippon agonisait : aviation réduite à sa plus simple expression, marine marchande et de guerre disparue, défense antiaérienne effondrée. Maîtres du ciel, les B-29 américains ont effectué entre le 9 mars et le 15 juin des milliers de sorties sur l’archipel ne subissant que des pertes négligeables. D’ailleurs, le raid sur Tokyo lancé le 10 mars 1945 a causé, en une seule journée, la mort de cent-vingt-cinq mille personnes.

En 1991, lors d’un séjour à Washington, je me rends au centre des archives des États-Unis, la NARA (National Archives and Records Administration). On attire mon attention sur un rapport établi par les services secrets au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et déclassifié en 1988. Un document exceptionnel qui apporte un éclairage étonnant sur les tractations qui ont mené à la capitulation du Japon :

  1. Jugée superflue, l’invasion de la principale île de l’archipel nippon, Honshu, n’était nullement envisagée par les forces américaines ;

  2. L’Empereur, cinq semaines après la capitulation allemande, prend la décision d’arrêter les hostilités et charge son ambassadeur à Moscou d’intervenir auprès des autorités soviétiques afin de mettre un terme à la guerre ;

  3. La décision de l’URSS, le 8 août, d’envahir la Mandchourie occupée par les Japonais constitue la raison majeure qui a poussé le gouvernement nippon à cesser les combats dès le 15 août. En effet, dans les discussions du conseil des ministres il était peu question du bombardement atomique.

Nous avons la certitude aujourd’hui que l’usage de l’arme d’extermination massive contre Hiroshima et Nagasaki ne répondait pas à des nécessités militaires. Depuis leur victoire remportée à l’été 1945, à Okinawa, les GI mouraient de moins en moins sur le champ de bataille et le Japon était encerclé par la marine américaine, qui tenait l’archipel sous un embargo total. Seule la volonté de Staline de déclarer la guerre au Japon à partir du 15 août pouvait justifier un tel empressement de Truman à lancer ses bombes atomiques dans l’espoir de précipiter la capitulation du Japon et de favoriser son occupation par les troupes américaines coupant court aux ambitions de Moscou. D'ailleurs, les dirigeants japonais redoutaient par-dessus tout, une invasion de leur pays par les communistes.

Ce mythe, soigneusement entretenu pendant des décennies, selon lequel les actes de barbaries commis au Japon au terme de la Seconde Guerre mondiale avaient pour objectif d’épargner des vies humaines, ne tient plus. Ce grand mensonge de l’histoire a assez duré. Une nouvelle lecture de ces massacres devient impérative. À inscrire au chapitre de la guerre froide.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  •  
    Oui, c’est le front nord sans troupe face aux russes (déjà aux Sakhalines). Mais le « dit » aux benêts est toujours celui de la classe dominante.
     
    Ce qui est rigolo c’est que Churchill voulait balancer les stocks de Sarin et Tabun teutons sur le Japon .... (les anglais avaient déjà testé les gaz dans leurs colonies)
     
    « Un discours théorique justifie dans une perspective universelle des intérêts de classe [...] L’humanisme écologisant sera le véhicule de la bonne volonté (celle qui pave l’enfer), de l’idéologie [...]
    L’idéologie humaniste et libertaire va se trahir et révéler son opportunisme [c’est fait !] »

     
    Traite négrière destructrice des nations du logos et de l’anti-capitalisme.
     
     
    ’Le capitalisme de la séduction’ 1981 Clouscard


    • elpepe elpepe 10 août 2015 10:26

      Les larmes et pleurs sont vaines et hypocrites, la compassion humaine une foutaise, notre ame est ainsi corrompue et notre esprit tourdu ...

      La guerre est la guerre tous les moyens sont bons, nos hommes politiques et societes ne sont pas meilleurs que Daesh, comme nous memes, prenez un miroir ...
      La vraie question est combien de nous memes sommes nous pret a perdre, pour eviter la guerre, perdre une maison, une retraite, accepter la ruine financiere, accepter une decheance,

      Le default de paiement des pays europeens est programme et imminent, et des millions de gens vont se retrouver sans leur retraite, sans leur boulot, leur compte en banque gele pour rembourser la dette, leur maison vendue aux encheres moitie prix. Il est fort possible qu a ce moment vous aurez envie de tuer la moitie de l humanite, on en reparlera en tout cas smiley
      Desole pour le cynisme, mais les mots ne sont jamais rien, compares a la realite, actes et noiceurs de nos intentions


      • bourrico 7 10 août 2015 12:04

        Un crime de guerre ?

        Le largage des 2 bombes ?
        Et les bombardement incendiaires sur Dresdes et Tokyo (pour ne parler que de ces deux la), c’est quoi ?

        Bon c’est gentil les postures de politiquement correcte, jouer sur le patho, la moralité bisounours et sélective, mais ce serait bien d’arrêter de tout voir au travers du prisme du simplet. 



        • Allexandre 10 août 2015 14:55

          @bourrico 7
          Vous avez intelligemment choisi votre pseudo !! Et au 7ème échelon, c’est encore mieux !!


        • bourrico 7 10 août 2015 16:10

          Si vous ne comprenez pas ce que vous lisez, qu’y puis je ?


          J’ai simplement trouvé aguicheur la notion de « crime contre l’humanité », et donné deux exemples parmi une multitude qui dans ce cas la mériterai aussi le titre de « crime de guerre ».
          Donc ce titre ne distingue en rien pour moi les deux bombardements atomiques, c’est juste du racolage « politiquement correct ».

          Mais ce simple propos semble vous échapper complètement. smiley

        • Le Poilu Le Poilu 11 août 2015 13:28

          @bourrico 7
          Sauf que la bombe atomique n’est pas une bombe comme les autres. La portée symbolique n’est pas la même, de même que sa puissance... Je vous rejoins cependant sur Dresde et Tokyo en englobant tous les bombardements de terreur sur les villes ne contenant que des civils...


        • bourrico 7 13 août 2015 17:58

          @Le Poilu

          Pas sur qu’ils en aient mesuré toutes les conséquences en 1945.

          Certains la considérait juste comme une grosse bombe bien pratique, et envisageaient son usage sans le moindre soucis.

          Je sais pas.

          Mais je pense que trop mettre l’accent dessus rend aveugle aux autres atrocités.

          Un petit parallèle pour Massada, à trop parler des Juifs, on en oublie les millions d’autres exterminés, même ceux de Staline.

          Ca introduit une hiérarchie qui me déplait.

        • Esprit Critique 10 août 2015 15:47

          Quel dommage que vous ne fûtes pas la pour demander gentiment a ce bon Staline de s’arrêter, Le cour de l’histoire en aurait été changé.

          C’est bien triste de penser que des bombardements plus classiques,comme ceux de Tokyo, aurait pu faire durer la guerre plus longtemps, et permis de faire plus de morts, exclusivement japonais, puisque vous semblez avoir un problème avec la comptabilisation des morts américains. 


          • chantecler chantecler 11 août 2015 07:58

            @Esprit Critique
            Mouarf : « esprit critique » s’il vous plait !
            Pour étaler de la doxa en tube on fait pas mieux .
            Staline s’était engagé pour combattre les Japonais sitôt la guerre finie à l’est ...
            Vous savez ce front de l’est et cette guerre d’extermination ouverte en 41 ...
            Qui a couté une bonne vingtaine de millions de victimes russes et autres ...
            Et il a pris son temps .
            Donc je ne vois pas le rapport avec l’usage de la bombe atomique en dehors que les USA comptaient bien prendre le leadership du monde « libre »...
            Et donc démarrage de la guerre froide assez rapidement devenue guerre chaude (Corée, avec ses massacres dignes de la guerre et de ses destructions dans le pacifique ).
            Bref Staline une fois de plus a bon dos .
            Je ne prétends pas que c’était un gentil , mais au moins il ne jouait pas au démocrate et son renommée c’est faite sur cette ignoble guerre d’agression .
            Par contre H. Truman était un vrai démocrate , c’’est sûr et certain . smiley
            En ce qui concerne cet éternel débat sur l’utilisation de la BA je n’ai pas d’avis .
            La guerre se terminait elle avec le Japon quand les USA ont utilisé les deux bombes ?
            Le « Japon »comptait certainement faire payer très cher sa reddition .
            A l ’époque par exemple l’emploi de kamikazes c’était peu répandu .
            Donc les USA ayant fabriqué ces engins ont décidé de les envoyer et la naïveté des « savants » qui les ont fabriqués est déconcertante .
            En temps de guerre tous les moyens sont utilisés pour parvenir à la conclusion .
            Et puis sans doute désir de punir Pearl Harbor dont l’attaque surprise a ouvert la guerre .


          • Esprit Critique 11 août 2015 10:55

            @chantecler
             Devinette :

            Quel est la différence entre Staline et Hitler ?

            Y en a pas , un a gagné la guerre l’autre l’a perdu !

            Vous n’êtes semble t’il pas au courant, mais en septembre 1939 , votre idole Staline a envahit divers pays dont la moitié de la Pologne suivant un plan de partage avec son pot de l’époque , Adolf !

            C’est le « camarade » Staline qui a soigneusement fait exterminer les élites polonaises .....


          • Le Poilu Le Poilu 11 août 2015 13:31

            @Esprit Critique
            27.000.000 de morts côté russe, moins de 500.000 morts côté américain, problème de comptabilité ??? esprit étriqué me semble plus juste...


          • Esprit Critique 11 août 2015 16:00

            @Le Poilu
            Staline a fait périr un plus grand nombre, surtout de son propre camp, que la guerre !


          • smilodon smilodon 11 août 2015 21:30

            @Esprit Critique : et qui aura tué le plus de « gens » ??.. Staline ou hitler ??? Dommage, c’est « Mao » !... Sur la première marche !.. Loin devant Staline (2ème), et hitler (3ème) !.... A condition de ne pas tenir compte des européens de tous pays qui ont « génocidé » les indiens d’amérique !... En prenant en compte les « américains », qui auront tués quelques « bisons » et quelques « tribus originelles », les 3 ensemble(s), Mao, staline et hitler ??!!..... Là, c’est plus « la même » !..... Mais bon, tout le monde s’en fout, non ??!!.. Donc, pas la peine d’en parler. Fin de ma réponse. Finalement, l’histoire, avec un grand « H’ n’est que celle dont on veut bien se souvenir !.... Pas la »vraie", celle dont on refuse de parler !....Pas grave !... Ceux qui veulent savoir savent... Et n’ont pas intérêt de parler !... Une suite logique !.... Pour vivre heureux, vivons cachés !... Mais surtout, fermons nos gueules !... CQFD !...Comment on crame 900 corps par jour avec 3 incinérateurs ??... Je ferme ma gueule !....Pour cramer mon père tout seul il a fallu 4 heures !... Bref !... Je me tais !...J’ai même absolument rien dit !.....Adishatz...


          • gogoRat gogoRat 10 août 2015 15:48

            « L’hypocrisie est un hommage que le vice rend à la vertu » (La Rochefoucauld)
             ou encore :
             Peut-on décorréler de toute responsabilité un quelconque effort de guerre ou d’armement ?
            Et même s’il ne s’agit que d’une complicité, voire même d’une soumission, voire seulement d’un manque d’effort de lucidité sur ce à quoi l’on participe !
              
               
             SVP, ne voyez surtout pas les infos rappelées ci-après comme une justification ni un plaidoyer visant à disculper ou absoudre qui que ce soit ...
             Le but de ces observations ciblées n’est en fait qu’une entrée en matière pour suggérer un infléchissement de nos réflexions collectives vers un peu plus de travail individuel d’introspection.   
             Il ne s’agit bien sûr pas de culpabiliser les victimes ... mais plutôt de nous projeter nous-mêmes dans leur situation historique : n’aurions-nous, nous-mêmes, et actuellement, dans nos attitudes, aucun point de comparaison (’imagée’, peu-être) qui puisse rapprocher ces victimes d’un ’sort’ similaire qui pourrait un jour faire de ces victimes des semblables à un point que nous craignons ou négligeons trop de soupçonner ?
              
              
            Rappels (tirés de https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardements_atomiques_d%27Hiroshima_et_Nagasaki ) :

            • .... « Hiroshima était un centre d’approvisionnement important et une base logistique pour les forces armées. Les environs de la ville était un centre de communications, un lieu de stockage et de rassemblement pour les troupes. La population d’Hiroshima fut mobilisée, comme dans les autres cités japonaises, contre l’envahisseur américain : les femmes et les enfants apprenaient à se battre avec des bâtons et à supporter l’effort de guerre que ce soit dans les bureaux ou les usines. » ....
            •  .... « La ville de Nagasaki était l’un des plus grands ports du sud du Japon et était un pilier du complexe militaro-industriel japonais. Diverses industries y étaient implantées : fabriques d’équipements militaires et de munitions, chantiers navals, usines aéronautiques, etc. »  ....
              
              
             L’évocation historique, ramenée à moi, le pékin moyen lambda, pourrait être schématisée ainsi :
              
             « J’ai un boulot. Je fais bien mon job. Je ne suis en rien responsable des erreurs de ma hiérarchie ... ou des errements commis par les politicards que mes votes ont légitimés ....
             ... mais ai-je toujours suffisamment à cœur la préoccupation consciente d’éviter d’être aspiré par ce ’destin’ qui nous parait ici, à tous, si improbable ici et maintenant (tiré de : http://institut-ethique-contemporaine.org/article%2520ethique_arendt.html) :
            •  » Cet homme qui avait joué un rôle non négligeable dans la déportation des juifs, durant la seconde guerre mondiale, demeura à ses yeux, pour le moins médiocre, avant tout préoccupé par sa carrière : un bourgeois, ni bohème, ni criminel sexuel, ni fanatique pervers, pas même un aventurier, dira-t-elle plus tard dans son ouvrage sur Eichmann « 
              

              
             Corollaires à considérer dans cette optique :
             - jusqu’à l’heure du licenciement collectif, ou de la liquidation judiciaire qui mettra fin à votre emploi, vous serez déclaré »pessimiste« et faiseur de »mauvais esprit« si vous envisagez de telles éventualités. Le secret, institutionnalisé, est même garanti aux frais du contribuable par le côté mauvais tranchant des lois sanctionnant le délit d’inité (Interdiction -plus ou moins théorique - de divulguer ou d’exploiter des informations privilégiées ).
             Pourtant, il est bien évident qu’aucun employeur n’a jamais intérêt de prévenir ses employés de leur lâchage programmé !!
              
             - Quel stratège commettrait l’erreur de se passer d’un atout déterminant : l’effet de surprise, en annonçant à l’avance la date et la cible des attaques qu’il prépare ? ( servitude volontaire ? complicité ? ou trahison subie ? de la part des ’simples militaires, employés, citoyens, irresponsables parce qu’ils n’auront pas été informés au préalable ? )
              
             - Voit-on, dans les faits historiques un mécanisme de prise de décision que l’on puisse qualifier de démocratique  ?
             cf :
              » ... Ce sera le seul ordre écrit concernant l’utilisation de la bombe atomique. Spaatz est chargé d’en informer Mac Arthur et Nimitz. L’ordre n’évoque pas la nature de l’explosif, se contentant de mentionner une bombe spéciale "


            • Esprit Critique 10 août 2015 16:03

              @gogoRat
              Votre commentaire me plait bien, car il fait appel au bon sens.

              Malheureusement j’ai bien peur que vous prêchiez dans le vide.....


            • gogoRat gogoRat 10 août 2015 18:06

              @Esprit Critique

               je ne fais que citer un certain Marc Alpozzo :

              • "Le mal dans sa forme extrême et dans sa forme banale devient un refus de communiquer avec l’autre, de le reconnaître comme tel, comme si l’identification à la loi se substituait à l’identification au semblable. C’est d’ailleurs ainsi qu’Arendt délie volonté et responsabilité. On peut faire le mal sans le vouloir, avoir le sentiment de faire son devoir et pourtant être responsable. Telle est la leçon donnée par le procès Eichmann."

            • zozoter 10 août 2015 16:35

              « Seule la volonté de Staline de déclarer la guerre au Japon à partir du 15 août pouvait justifier un tel empressement de Truman à lancer ses bombes atomiques »


              Staline a déclaré la guerre au Japon le 8 août juste 3 mois après la capitulation nazie, conformément à son engagement à Yalta. çà ne l’emballait pas plus que çà. Par contre les japonais étaient terrifiés à l’idée d’avoir les russes sur le râble. Ils étaient près à capituler AVEC les russes. Caca pour les ricains. ils ont lâché leurs 2 bombes mais pas certain que ce soit çà qui a été déterminant. Les russes avaient commencés à envahir le territoire nippons ( Sakkalines etc..). Les japonais ont donc acceptés l’ultimatum US déjà dans les cartons.

              Ce qui me fait dire que les russes ont gagnés la 2ème guerre mondiales sur les DEUX FRONTS, étonnant non ?



              • Lotus 11 août 2015 13:44

                @zozoter
                 « Ce qui me fait dire que les russes ont gagnés la 2ème guerre mondiales sur les DEUX FRONTS, étonnant non ? »


                Oui, c’est bien :) allez on prend un prozac et on file au lit..

              • antyreac 10 août 2015 16:49

                Sans Hiroshima ou Nagasaki la guerre ne se serait pas arrêtait si tôt il faut le dire,le faire remarquer le signaler...


                • smilodon smilodon 10 août 2015 20:56

                  @antyreac : FAUX !.....Il ne restait aux japonais que des « pilotes » d’à peine 15 ans ou de plus de 60, à qui on apprenait à décoller avec leur « zéro » à bout de souffle, et à plonger sur un bateau (ou pas trop loin) !.... Un verre de « saké » dans le gosier !..... Les plus chanceux arrivaient encore à décoller !.... Si les ricains avaient laisser faire, il ne serait resté au Japon que les femmes, les enfants de moins de 15 ans et les vieux de plus de 60 !..... Sans rien faire !.. Ou pas grand chose !.... Y’avait plus beaucoup d’avions. Y’avait plus du tout de bateaux. Y’avait plus que quelques militaires totalement tarés, des volontaires désignés d’office, et une population qui crevait de faim !... C’était çà le Japon en Août 1945 !.......C’est comme si on envoyait notre marine nationale couler les barquasses des migrants en 2015 !....... Pareil !......Adishatz.


                • air pur air pur 10 août 2015 17:07

                  doit on accorder plus de valeur à une vie humaine plutot qu’à une autre ? serait il mieux de tuer les gens en les bombardant avec du napalm plutot qu’avec une bombe atomique ? on a déjà vu des personnes inventer une arme « efficace » sans qu’un militaire ne s’en serve ? c’est toujours moche la guerre.


                  • smilodon smilodon 10 août 2015 20:43

                    @air pur ; certes !... Le « problème », admettons-le, c’est que c’est souvent les mêmes qui les envoient et aussi souvent les mêmes qui les reçoivent !... Alors forcément, au bout d’un moment, ceux qui « reçoivent » voudraient bien « envoyer » un peu, aussi !....C’est « humain » !..Mettons-nous à leurs places !.....Adishatz.


                  • thierry thierry 10 août 2015 18:37

                    à se demander comment la gouvernement japonais a pu accepter l’énergie nucléaire par la suite


                    • smilodon smilodon 10 août 2015 20:39

                      @ l’auteur : à voir ou revoir sur ARTE : « Hiroshima, la véritable histoire ». Pour ceux qui voudraient se poser d’autres questions. Pour les autres, ceux qui ne veulent pas trop se « casser la tête », restez sur cette « idée » (plus simple), des bons cow-boys et des mauvais indiens !...... Depuis toujours la « vérité » a beaucoup de mal à se tracer une route bien droite !...... Elle est plus souvent sinueuse que rectiligne !...... Ce que les ricains ont fait aux japonais n’est rien d’autre qu’un crime de guerre !.... Mais bon !....L’amérique n’est-elle pas le pays des « hommes libres » ???... Tout comme israël celui des « victimes éternelles » ??.... Oups !.. Je m’éloigne du sujet........ Pardon... J’arrête de me poser de « mauvaises questions » !... Elles n’amènent que de mauvaise réponses, n’est-ce pas ??... En tout cas, merci à vous. Vous êtes prof d’histoire ??... Alors peut-être vous croira-t-on, Vous ????!!... Cordialement.


                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 10 août 2015 23:50

                        Jugée superflue, l’invasion de la principale île de l’archipel nippon, Honshu, n’était nullement envisagée par les forces américaines


                        Faux.


                        L’opération Downfall était prévue pour s’achever au printemps 1946. Elle comprenait deux débarquement successifs, un sur Kyushu, avec l’opération Olympic, et une attaque directe sur la baie de Tokyo, avec l’opération Coronet.

                        Une opération de diversion sur Hokkaido était prévue, à moins de laisser l’ URSS s’occuper de ce secteur.

                        • JL JL 12 août 2015 08:51

                          ’’Et dire que mon rôle de professeur d’Histoire consiste à faire avaler aux générations d’après-guerre ce gros mensonge devant transformer en victoire un grand crime perpétré en toute impunité contre d’innocents civils. Quelle honte !’’


                          Pardon pour la digression, mais je voudrais dire ici qu’une nation capable de soutenir un tel mensonge devant la planète entière et les générations successives est capable d’en soutenir d’autres, et pour n’en citer que deux : la petite promenade sur la lune, les avions sur les tours du WTC.

                          Moi je dis ça, je dis rien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Ghassan Hélou

Ghassan Hélou
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès