• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’aboyeur privé, perroquet gouvernemental

L’aboyeur privé, perroquet gouvernemental

En ce moment, à la télévision, avec ce Tour de France, on a la tête comme une calebasse tous les jours. Un des présentateurs dont le nom m’échappe ne commente pas : il hurle. Pour rien, il hurle. Pénible que cet aboyeur de la télévision publique, qui doit avoir des problèmes d’audition, ce n’est pas possible. Pénible. Remarquez, être aboyeur, c’est aussi un métier. Ça l’a été très longtemps, et avec les temps qui courent, ça revient même au premier plan.

Car des aboyeurs, il y en a toujours eu, ou presque. Dès l’instant où l’on avait un régime qui se définissait comme au-dessus de la plèbe, il a fallu trouver des intermédiaires. Parler directement au peuple, c’était obligatoirement de la condescendance, le roi ne pouvait parler en direct à la populace. Les rois de France introduisent dans la tête des gens l’idée qu’ils sont des extraterrestres, ou tout comme, pour asseoir leur emprise sur la populace. Le roi est non seulement l’élu de Dieu, il a aussi le sang bleu. C’est invérifiable pour le commun des mortels : le seul à s’approcher des veines royales c’est son médecin personnel, qui va passer sa vie à la charmante occupation consistant à humer dès le matin les urines ou les défécations du souverain, à le saigner et à le clistèriser. A mort : Louis XIII en mourra, épuisé. Quand ce n’est pas noter sur un petit cahier les premières érections royales. Tant qu’on ne lui coupe pas la tête, à ce roi, on ne peut donc pas vérifier qu’il n’est qu’un être humain comme les autres. Ce sera fait le 21 janvier 1793, et pour les raisons que l’on vient de vous donner : le seul moyen de changer de régime, c’est de démontrer que ses assises sont fausses. Pas de sang bleu, pas d’écrouelles, pas de sélection divine, le régime s’effondre. Le roi n’est qu’un serrurier endimanché. Et les révolutionnaires pas nécessairement sanguinaires, même si après ils vont faire dans la décapitation industrielle.

Avant de trancher le problème, donc, cette royauté absolue qui ne daignait pas mettre le nez dehors, ou si peu, ou qui se poudre de blanc pour se distinguer du serf hâlé (c’est tout l’inverse aujourd’hui !), s’adressait parfois à son entourage... par personnes interposées. A la Cour ça se bouscule tellement pour venir mettre la dernière couche de cirage journalier sur la pompe royale que l’on est un peu obligé de faire du rangement et des listes d’attente. Parfois, pour rencontrer le roi, on utilise l’organisation d’un bal. Le bal a remplacé la joute de chevaliers moyenâgeuse, où un héraut clamait avant la rencontre les prouesses des combattants. Un crieur de CV chevaleresques, en quelque sorte, les trois quarts bidonnés, c’était déjà la mode. Un bal, c’est moins d’énergie à dépenser : depuis le XIIIe siècle surtout, les rois sont devenus un tantinet bien fainéants, pire que ceux des siècles précédents qui avaient laissé leur empreinte au point de devenir génériques.

Un bal, donc, comme ça le roi fait d’une pierre deux coups ; il ne s’ennuie pas, et discute quinze secondes avec qui il veut : un conseiller, un intrigant ou la jeunette sur lequel il a déjà jeté son dévolu (soigneusement annoté par le médecin, qui ne rate pas une seule manifestation de bossage de culotte royale). Pour faciliter l’agenda du monarque, on lui organise une présentation orale des invités... comme ça, ceux-là aussi peuvent savoir qui les méprise ou qui leur marche sur les pieds dès que le roi surgit. Comme le roi ne peut pas tout faire, au contraire même, tant on le ménage, on a recours à un individu, qui va donc énoncer les titres des invités du bal royal. Et comme la Galerie des Glaces est grande comme un hall de gare TGV, on le surnomme vite l’aboyeur. Habillé en majordome, il énonce du mieux qu’il peut les noms de la noblesse de l’époque, les atomisant parfois, une soirée de bal au XVIIe ressemblant effectivement à une véritable chambre à particules.

Très vite, l’homme acquiert une certaine notoriété, surtout s’il arrive à glisser dans la présentation une remarque grassement payée. Tout un art. C’était déjà du lobbying, n’ayons pas peur des mots. Cette tradition, puisque c’en est devenue une, restera pour tous les spectacles futurs, l’homme sur le trottoir vantant cette fois le contenu du bâtiment : cinéma, théâtre, etc. A Paris, aujourd’hui, de candides touristes se font harponner sur les trottoirs devant le Lido, le Moulin Rouge, ou d’autres spectacles moins reluisants par des aboyeurs modernes d’un tout autre style, plutôt costards gris, cheveux gras, lunettes noires. Les aboyeurs du XXIe siècle, chargés désormais de vendre leur soupe et non plus d’énoncer à la cantonade le nom du japonais qui vient de se faire harponner à regarder trop longuement deux frou-frous et quatre plumes dans le derrière. Ils étaient déjà réapparus au début du siècle, pour tout dire, aux temps du Chat noir de Bruant, de Toulouse Lautrec ou d’Yvette Guilbert, l’ancêtre de Carla Bruni. Aujourd’hui, dans les soirées parisiennes branchées, on fait à nouveau appel à eux. Avec des vedettes parmi elles, comme Calixte de Nigremont l’animateur mondain par excellence. Pas dépourvu de talent, notre aboyeur-faiseur.

Résumons : l’aboyeur, sorte de présentateur à la Lucien Jeunesse ou à la Julien Lepers des jeux royaux est devenu en trois cents ans à peine un vendeur de cravates au parapluie, un de ces bonimenteurs comme on en trouve sur les marchés, toujours prêts à vous vendre en lots le bidule en plus dont vous n’avez bien sûr pas besoin. L’aboyeur moderne est donc devenu, c’est clair un attrape-gogos. Vantant les mérites d’un produit auquel il ne croit pas lui-même, mais dont il vit grassement en errant de chambre d’hôtel en chambre d’hôtel, profitant de sa verve pour séduire la donzelle subjuguée par ses talents et... l’épaisseur de son portefeuille. L’homme est un charlatan, et il sait bien au fond de lui-même, mais en profite le plus qu’il peut...

Aujourd’hui que la République est conduite par un vendeur de cravates se prenant pour un monarque, il est logique d’y trouver des aboyeurs royaux. Des gens que l’on va envoyer éructer sur d’autres, ce qui évitera au prince concerné de le faire. C’est plus discret dans la forme, ça l’est moins dans le fond. Notre homme s’appelle Frédéric Lefebvre. A côté, ses deux acolytes, Dominique Paillé et Chantal Brunel, les deux autres porte-parole de l’UMP, ne pèsent pas lourd dans les médias : on ne les entend pas. Lui, si, et de quelle manière ! La raison de son poids actuel ? Une indéboulonnable amitié avec la présidence, et le fait d’être enfin devenu député à la faveur de la nomination d’André Santini au ministère : c’était son suppléant. Devenu donc également maire-adjoint de Garches, "en charge de la jeunesse, des sports et des grands évènements". Son style de porte-parole est un peu différent de celui d’une Rachida Dati, qui en son temps... ne disait rien, sinon des bourdes. Lui, c’est plutôt le lance-missile présidentiel, qui aurait dû défiler au milieu des armes de destruction massive proposées ce 14 juillet. Jugez-en plutôt :

Juste après l’incendie du centre de rétention de Vincennes, il accuse les associations venues soutenir les étrangers d’en être responsables : "Il n’est pas tolérable que des ’collectifs’, type RESF (Réseau éducation sans frontières) viennent faire des provocations aux abords de ces centres au risque de mettre en danger des étrangers retenus". Encore un peu, et devant les centres on devrait n’avoir que d’innocents touristes japonais.

Au sujet de la mainmise présidentielle, son tact légendaire ne fait qu’un tour en proposant d’oublier tout ça, car il est "temps que l’équipe de Patrick de Carolis se mette au travail", ce qui laisse entendre qu’elle n’en fiche pas une ramée. C’est bien connu, ces fichus fonctionnaires ça ne bosse pas.

Le jour où Ségolène Royale se fait tancer par un conseil de Prud’hommes, notre président, en conseil des ministres, relate Le Canard, trouve que les médias n’en ont pas assez parlé. A croire que contrairement à ce qu’il avait pu faire dire pendant la campagne électorale, elle reste son adversaire principal. Qu’à cela ne tienne, il y a un aboyeur sur place. Et très vite il aboie... sur l’AFP, censée avoir minimisée les communiqués vengeurs de l’UMP à propos des déboires... Royaux. "L’AFP censure l’UMP, c’est ce que nous avons pointé dans notre communiqué. L’AFP a repris l’UMP seulement après que nous avons diffusé notre communiqué dans les rédactions…" Notre homme fait toujours dans la même dentelle. Ah, ce n’est pas Fillon qui rappelons-le avait commencé sa carrière par... un stage à l’Agence France-Presse à Paris en 1976... Rien n’échappe à son ire, même pas la SNCF. Les opposants faisant de "mauvais procès".

Il n’hésite pas à s’attaquer aux caissières de supermarché qui auraient l’outrecuidance de réclamer des emplois qui ne soient pas au rabais. Auquel cas ces menaces directes pleuvent alors sur leurs employeurs et sur les "exos de charge" pour les entreprises de la grande distribution qui ne passeraient pas au temps partiel"... A bon entendeur, la grande distribution n’a plus qu’à se mettre au garde-à-vous, et les caissières une diminution... d’horaires.

Evidemment, pareil aboyeur est incapable de tenir sa laisse. Le bout d’une grève qui pointe, et voilà les gauchistes de Mai-68 qui en sont à l’origine, pour sûr. "La gauche pousse des cris d’orfraies et feint de s’étonner que le président de la République tienne les engagements pris devant les Français. Il faut qu’elle s’habitue à ce que le président fasse ce qu’il dit ! Empêcher les blocages du pays et les prises en otage des usagers des services publics lors des conflits sociaux, c’est tout simplement respecter les libertés des Français, celle d’aller et venir, celle de travailler ou celle du libre accès à l’école". Bref, on le voit, avec un pareil porte-voix, Nicolas Sarkozy peut faire l’économie d’une grossièreté ou d’un emportement par jour : suffit de lâcher au bon moment la bête dépourvue de muselière...

Les derniers aboiements en date sont les phrases assassines sur le cas du cambriolage sur Ségolène Royal, où l’individu la traite à mots couverts de folle celle qui a brigué le suffrage universel… la dame n’en était pas à son premier, comme on l’a déjà évoqué ici, et avait déjà laissé entendre chez Drucker qu’il y avait derrière une nuisance souhaitée et téléguidée... quand ce n’est pas l’aide de la police, qui retrouve subitement une coupable ignorée pendant deux ans. Mais, pour Lefebvre, ce n’est pas le problème, "puisqu’à lui aussi c’est arrivé". Propos invérifiable, à moins de se coltiner toutes les mains courantes des commissariats où il a vécu. C’est le type d’argument lancé à la volée, et dont on sait en le disant que personne n’ira le vérifier. Lefebvre n’a peur de rien, à peine de lui-même. Il fait partie d’un staff, se sent protégé en haut lieu, et se permet donc tout. Comme le dit justement Marianne, "Lefebvre, c’est le retour de La Firme", vous savez ce film fabuleux de Sydney Pollack où l’on assiste à la mainmise de quelques-uns sur une personne et l’installation d’un système de broyage de l’individu

L’homme qui s’adresse à ces militants les mains dans les poches n’a en réalité aucune tenue, à l’image de son mentor et employeur. L’homme des cravates à pois sur chemises à carreaux est à l’image de la société qu’il souhaite mettre en place. Celle de la veulerie, celle où tous les coups sont permis, pourvu qu’au bout seuls quelques-uns ramassent la mise. Un clanisme s’installe avec lui, il en est le grand thuriféraire. La République devient un lobby comme un autre, prête à se vendre au plus offrant. Et pas avec des manières de bien élevé.

Or notre vendeur de cravate n’est pas que porte-parole. L’homme est le fondateur de Pic Conseil, société dont il était toujours actionnaire alors qu’il était déjà place Beauvau, dans le bureau d’un ministre de l’Intérieur de l’époque. Avec Stéphan Denoyes (l’ancien assistant parlementaire de Christian Estrosi, devenu celui de son suppléant, Charles Ange Ginesy) il dirigeait en même temps une société de lobbying vantant les mérites de l’alcool et du tabac aux députés français. Tout en travaillant au ministère... L’acronyme de sa société prête fortement à sourire, aujourd’hui : PIC, c’est en fait les initiales de Perroquet institutionnel communication… Le président a choisi depuis longtemps d’avoir un perroquet comme porte-parole. Et le problème des perroquets, c’est que ça vit longtemps.

Que faire donc d’un aboyeur, me direz-vous une fois la fête finie ? Ou comment s’en débarrasser, le jour où il aura été trop loin, ce qui ne va plus beaucoup tarder, au rythme effrayant de ses monstrueuses sorties actuelles ? Le mettre sur orbite est une solution à laquelle on peut penser naturellement : la petite chienne soviétique envoyée en 1957 dans l’espace, pour ne jamais en revenir, s’appelait Laika. Ce qui, en russe, signifie "aboyeur". Comme à Kourou, en ce moment, on prépare un pas de tir de Soyouz, l’idée est fort tentante je l’avoue... En plus ça tombe bien, le premier tir est prévu pour la fin de cette année... Le carnet de lancement est bien rempli. Reste pile une fenêtre à partir de mai 2012... Voilà qui tomberait à PIC...


Moyenne des avis sur cet article :  3.08/5   (71 votes)




Réagissez à l'article

159 réactions à cet article    


  • Gül 23 juillet 2008 21:45

    Yep !

    mais va falloir redescendre papy, nous on est toujours en bas !!!


  • Dame Jessica Dame Jessica 23 juillet 2008 23:11

    @ Gül,

    Bonjour chère rose entre toutes les roses ! Quel plaisir, vous ici ! Oserai je mes affectueux hommages ? allez, j’ose, soyons fous !


  • Grimbergen 18 novembre 2008 09:06

    L’autre gars voilà qu’il s’appele "Jessica" maintenant !

    C’est le bal des travelos chez Avox


  • morice morice 18 novembre 2008 09:15

     par Papy (IP:xxx.x7.82.194) le 17 novembre 2008 à 22H16 

     
    Bonsoir Morice, 

    Pourrais je avoir le lien du site danois ? ?par Papy (IP:xxx.x7.82.194) le 17 novembre 2008 à 22H16 
     
    Bonsoir Morice, 

    Pourrais je avoir le lien du site danois ? ?
    abus signalés.

  • morice morice 23 juillet 2008 12:36

    par Papy (IP:xxx.x06.128.14) le 23 juillet 2008 à 11H59 Bonjour Morice,

    Je me permet une première petite précision, et puis je retourne lire la suite de votre article...

    « Le roi est non seulement l’élu de Dieu, il a aussi le sang bleu » : On disait que la noblesse avait le sang bleu car à l’époque des « ridicules », la noblesse se poudrait de blanc tout le corps, ce qui accentuait la couleur des veines ressortantes ainsi bien bleues...

    on n’est pas dans « on le disait » mais bien dans une croyance imposée : si le roi est dieu, on n’a pas ENVIE et on CRAINT de le tuer : le système idéal, non, pour celui qui en hérite... non ? Le « sang bleu » est une CROYANCE fabriquée sciemment...


    • Castor 23 juillet 2008 12:56

      Bonjour Morice et Papy.

      Morice, quand tu as 5mn, tu penseras à répondre à mes questions sur ton article précédent ?
      Parce que ça m’inquiète beaucoup ce que tu dis sur la censure sur notre média si toyen.


    • brieli67 23 juillet 2008 14:00

      M l’atrabilaire sortez vos autres pseudos

      affirmez haut et fort ICI :  Je suis collabo de la Famille Snoopy

      Cartes sur table  que voulez vous faire d’Avox ?






    • Djanel 23 juillet 2008 17:04

      Doucement le Furtif.

      D’abord vous n’avez pas répondu à la question de Briéli. Je vous la repose donc. Sur l’honneur, c’est à dire sur l’estime que l’on a de soi-même de ne pas se rabaisser à faire ce que l’on condamne, dites nous si vous êtes venu troller les files de Morice sous un pseudo quelconque. Je n’y connais rien en informatique mais mon petit doigt me dit que les IP sous lesquelles vous vous êtes connecté sont enregistrées. Une vérification de vos déclarations est donc possible et ainsi nous pourrions savoir si vous êtes homme de parole. La réponse est simple. C’est oui ou c’est non. Dans l’affirmative, sous quelles pseudos.

      Quant à la modération, j’ai aussi à m’en plaindre pour m’avoir censuré mais comme ils peuvent agir à la demande de l’auteur, je les accepte parce qu’ils étaient hors sujet par rapport à l’article mais conformes aux commentaires. Bref. Je m’en fous.

      Mais ici : « Un article a été validé par la procédure dite des Mille Modérateurs puis par le contrôle du comité d’édition.....Il a été publié ajouté d’une illustration. » Il y a un petit problème si ce n’est pas l’auteur qui a publié la première illustration ce n’est pas de la censure lorsqu’elle fut remplacée par une autre plus convenable. J’ai cru comprendre à un moment que le comité de rédaction plaçait des photos en illustration des articles quand l’auteur n’en mettait pas. La magie de l’image pour attirer l’attention, beaucoup de gens y croient.

      Quant à moi, j’ai trouvé la première illustration complètement idiote, je regrette de ne pas être intervenu pour démolir l’auteur de cet article en lui reprochant son choix mais … comme on ne sait plus qui fait quoi, je m’en suis abstenu. J’ai gardé en mémoire dans ma tête la mise en scène de la photo que je trouvais plus porno qu’un nu intégral parce qu’elle était perverse. Une pastèque fendue pour symbolisée une chatte placée entre les cuisses écartée d’une femme nue afin de paraître pudique en cachant le sexe. En plus s’était hors sujet puis qu’on voulait parler du viagra, c’est une betterave en érection qu’il aurait dû choisir. Le fusil et non pas la cible.


    • Traroth Traroth 23 juillet 2008 17:48

      D’où me vient cette impression de ne strictement rien comprendre à une conversation commencée ailleurs et dont il manquerait par conséquent la moitié la plus significative ?


    • Olga Olga 23 juillet 2008 19:23

      Djanel

      " J’ai gardé en mémoire dans ma tête la mise en scène de la photo que je trouvais plus porno qu’un nu intégral parce qu’elle était perverse. Une pastèque fendue pour symbolisée une chatte placée entre les cuisses écartée d’une femme nue afin de paraître pudique en cachant le sexe. En plus s’était hors sujet puis qu’on voulait parler du viagra, c’est une betterave en érection qu’il aurait dû choisir. Le fusil et non pas la cible. "

      Merci pour la description de la photo Djanel. Cette pastèque fait beaucoup causer, mais je n’ai pas eu le loisir de voir la première photo, apparemment très choquante pour certains yeux. Dommage, je suis arrivée trop tard sur l’article en question...
      Je ne sais pas si votre évocation de l’image est du meilleur goût (chatte, betterave, fusil, cible...), mais elle a le mérite d’exister. Quant à "l’affaire" qui semble prendre une ampleur démesurée, nous pourrions aisément en trouver de véritables, qui méritent certainement d’y passer du temps...


    • Olga Olga 23 juillet 2008 19:58

      Philippe

      Ce n’est pas franchement étonnant que quelqu’un ait demandé, que l’on remplace cette photo par une autre. Rien n’interdit à quelqu’un de faire part de son mécontentement, par rapport au contenu d’un article, d’un commentaire ou d’une illustration de l’article. Par contre, ceux qui l’ont supprimée, auraient dû clairement dire que la photo qui illustrait l’article avait été remplacée, pour telle ou telle raison. En s’excusant au passage envers ceux qui auraient été "choqués" par la photo et ceux qui l’auraient été par la "censure".
      En tout cas, ça ne va pas m’empêcher de manger de la pastèque...


    • brieli67 23 juillet 2008 20:53

      j’attaque les statues d’AVOX oui !  Snoopy et sa famille - il y a père et fils d’où certains textes incongrus ! Pour son trollage avec multiples avatars dont Germaine Brieli Pour ses attaques continues de me traiter d’alcoolique notoire de débile d’avoir bien voulu me casser la gueule dans ma jeunesse
      Monsieur l’Historien  lisez Les échanges récents entre Olga Snoopy et moi .... d’abord la négation puis la minimisation des faits de guerre des troupes de son père. 

      D’autre part moi novice naïf et ignare par vos interventions Furtif Renève sur le fil Pastèque donnent du blé à moudre autant que celles du vétéran Marsu ici sur ce fil. Tous les trois vous êtes des MODOS. Ce texte -Chien de Morice est annoncé depuis belle lurette. Alors pour vous dédouaner pouvez vous nous les bêtas lecteurs lambdas  faire l’historique des votes sanctions des changements ordonnés et imposés sur ce texte ?

      Citrulline viagra en plus chez un primo-auteur  et celà passe ? Vous vous qd même pas qu’on vous dessine et explique le cycle de Krebs. Pas besoin de pastèque pour produire et vendre cette pastèque ....
      Soyez donc un peu logique avec le nombre de boites de STIMOL vendues depuis des années ce bon et bel effet secondaire serait connu et exploité....
      Svp Renève Furtif  ...... Pourquoi la critique sur la forme et non sur le fonds de cet article citrulline

      http://www.nutranews.org/article.php3?id_rubrique=24&id_article=72&#160 ;
      tout un bouillon de pseudo-culture scientifique
      vous trouvez le malétate de Viagra dit stimol entre Otipax et Ultra-levures et pas d’essais cliniques en cours

      http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-4726.html
      partenaire très douteux  au Togo par exemple. 


    • Djanel 23 juillet 2008 21:20

      papy

      .

      .

      "tu finiras à la fourrière avant de pouvoir les débêtir." Je croyais qu’elles me couraient après, est ce l’inverse ?

      Mais papy vous faut retourner en classe de CM1. Il faut réapprendre vos analyses de phrase. Voici : Il croit avoir rajeuni et qu’elles viennent le draguer. Il y a peut être une faute de français avec l’emploi de la conjonction « et » qui relie une préposition conjonctive à une.. heu.. chépa je l’appellerais conjonctive tronquée parce que j’aurai pu l’écrire comme çà il croit qu’il rajeunit et qu’elles viennent le draguer. J’ai trouvé que trois consonnes dures croi queue queue n’étaient pas jolies mais tout compte fait la deuxième version est mieux que la première.

      Mon cher papy si je dois prendre quinze jours pour savoir à chaque phrase qu’elle sera la meilleure formule, vous allez finir par vous ennuyer. Néanmoins, je n’ai pas dit qu’elles vous draguaient mais que vous l’aviez cru. Logiquement elles courent après vous pour vous ramener aux Charités. Les pauvres saintes quelle réputation leur faites-vous.


    • Djanel 23 juillet 2008 21:26

      Pour Le Furtif

      Je remarque que vous n’avez pas répondu à la question de Briéli et que vous avez considéré que changer de pseudo continuellement est une tricherie. Donc affaire à suivre, la comparaison avec Tall est fausse parce que je ne suis pas méchant. Je ne relancerai pas cette polémique. Et je reconnais avoir eu tord de ne pas avoir critiqué le choix de la photo sur le fil en question. Je reconnais que la censure nuit à la liberté d’expression et que je n’aurais pas apprécié qu’on retire la photo enlevant ainsi toute signification à la critique si j’en avais rédigé une. Quant à mes commentaires supprimés pour certains je m’en fous mais pour d’autres pas du tout. Par exemple celui où je raconte ma petite histoire qui m’était arrivé au service militaire … etc. celui-ci ne comportait aucune injure et il était en plein le sujet puisque dans la conclusion, j’ai comparé les jugements de Sarkozy contre l’armée avec celui du colonel qui m’avait envoyé au trou parce que j’avais laissé une cartouche à blanc dans mon fusil et qui explosa dans l’armurerie. Mais comme les réactions que j’en obtenais, étaient sarcastiques, je me suis retrouvé content de pouvoir leur répondre que leurs sarcasmes n’avaient plus de signification.

      Sans rancune


    • Dame Jessica Dame Jessica 23 juillet 2008 23:19

      @ Traroth

      Merci trés cher, je craignais d’être la seule a pédaler dans la semoule, exercice pénible s’il en est, me voici rassurée, ma totale incompréhension de ce curieux échange est donc légitime...Dites, il s’en est passée des choses pendant mon absence, et des choses graves qui plus est, c’est tout a fait passionnant... Peut on en savoir plus ?



    • Olga Olga 23 juillet 2008 23:28

      Bonsoir Dame Jessica

      C’est trop compliqué...
      Une histoire de pastèque fendue, prise en photo sur une chaise en plastique, sous un lampadaire bleu, au moment même où un catho passait par là avec Morice. La pastèque ne s’en est toujours pas remise...


    • L'équipe AgoraVox L’équipe AgoraVox 23 juillet 2008 23:38

      La photo avait été ajoutée au moment de la publication samedi dernier non pas par l’auteur mais par un membre de l’équipe de rédaction. Ensuite, face aux premières remarques elle a été retirée pour éviter que l’auteur puisse être critiqué pour un choix qui n’était pas le sien. Rien de plus.


    • claude claude 23 juillet 2008 23:46

      bonsoir papy !

      morice a son propre aboyeur dans l’équipe d’av...

      tiens, au fait, où est notre bon tall ???

       smiley


    • Dame Jessica Dame Jessica 23 juillet 2008 23:47

      @ Olga

      Seigneur !Dites moi pas que tout ce foin et ces échange de politesses entre gens de bonne compagnie c’est réellement pour ça ? Si ? vous me le dites ? oulà, j’vais prendre mes gouttes je crois, je suis fatiguée d’un coup...

      Et la pastèque, elle est suivie psychologiquement ? Un tel traumatisme peut laisser de graves sequelles sur une jeune pastèque en pleine crise identitaire...Il ne faut pas plaisanter avec ça !
      Merci belle Olga pour vos lumineuses explications


    • claude claude 24 juillet 2008 00:11

      mon cher papy,

      vous voilà en pleine forme ce soir !

      moi aussi, je bois du petit lait : enfin un domaine que je connais : l’histoire !
      et où je peux voir que notre momo national prend ses rêves pour la réalité !

      de 2 choses l’une,
      soit, momo est sous substances illicites quand il écrit ses articles,
      soit, comme lerma, il s’attache des médailles qu’il n’a pas !

       smiley

      j’ai une petite poire de derrière les fagots, ça vous tente ???



    • Olga Olga 24 juillet 2008 00:18

      Claude

      C’est inqualifiable toutes ces personnes qui s’attachent des médailles qu’elles ne méritent pas.
      Est-ce que je viens me vanter d’avoir été élue miss camping 2007 aux flots bleus ? Eh bien non, je reste modeste et je ne sors jamais dans la rue avec mon écharpe de miss...


    • claude claude 24 juillet 2008 00:34

      bonsoir Olga !

      un goutte de ce délicieux breuvage ou une autre décoction magnifique ? profitons de cette belle soirée...
      les cigales s’en donnent à coeur joie....


    • Vilain petit canard Vilain petit canard 24 juillet 2008 09:09

      Décidément, partir de Lefebvre pour arriver à une pastèque... "On" retire une photo assez vulgaire, somme toute, et voilà, en vrac, un Complot, la Censure, la Liberté de la Presse et le Retour des Grands Persécuteurs. Comme quoi une banale faute de goût peut nous emmener très loin... Bon je vous laisse, j’ai une pastèque à finir.


    • enzoM enzoM 24 juillet 2008 20:57

      Lolll  - 


    • daniel_perat 23 juillet 2008 13:56

      C’est un bon article, bien écrit, très documenté, et que j’ai dévoré.
      Un grand bravo à son auteur, dont je lirait à l’avenir les articles.

      Amitié,

      Dany.


      • claude claude 23 juillet 2008 23:56

        @ daniel pérat,

        à votre place je ne m’y risquerais pas, la notion de chronologie chez morice n’étant pas la même que celle de la plupart des historiens...
        sa naturelle fantaisie et sa prise de recul par rapport à la ligne officielle du continuum espace-temps, riquerait de vous attirer maintes moqueries !

        en effet, il situe ces bons gros rois fainéant, antérieurs à charlemagne, à l’époque des croisades et de saint louis (vous savez, le roi qui rendait la justice sous un chêne...) soit à 5 siècles de distance !


      • claude claude 24 juillet 2008 00:16

        et c’est pour cela qu’il ne peut mettre des l’ordre dans ses idées : avec le trou que clovis lui a fait dans la tête, cela doit être ben dur !

         smiley


      • La Taverne des Poètes 23 juillet 2008 14:34

        Je propose une nouvelle émission jeu : "Fort aboyeur". Avec tout ce qu’on trouve comme serpents, araignées et autres bestioles immondes à l’Elysée, on pourrait le faire. Nico dans le rôle de Passe-partout évidemment.


        • morice morice 23 juillet 2008 14:51

           "Pour le reste de votre article, je ne suis pas entièrement d’accord avec votre forte critique sur Lefevbre. Chaque président a eu son aboyeur, qui tenait souvent des propos tout au haut que le président pensait tout bas. Celui là me parait mesuré dans ses propos".  

          mesuré dans ces propos ??? visiblement on appartient pas à la même planète là... ce qui explique que ce qui n’est pas injurieux pour vous... ce mec est injurieux. donc si les locaux des rétentiosn ont brûlé, c’est de la faute des associations de défense... 


          • morice morice 23 juillet 2008 14:52

             par ancien du gud (IP:xxx.x8.131.180) le 23 juillet 2008 à  14H13 

             
            Frederic Lefebvre est un vrai homme de droite cela veut dire qu’il n’hésite pas à botter le cul de la doxa socialo-trotskiste. 
            La France a besoin de plus d’hommes politiques comme lui pour lutter contre l’influence nauséabonde de gauchiasses pleurnicheuses sur la vie politique française.

            confirmation de ce qu’il est donc, merci, venant d’un spécialiste on y croit. 

          • morice morice 23 juillet 2008 14:53

             
            Question à l’auteur ? Puis-je vous citer sur mon blog ? 

            sans adresse ?? c’est nouveau... 


          • morice morice 23 juillet 2008 14:54

             par Le furtif (IP:xxx.x0.41.61) le 23 juillet 2008 à  13H46 

             
            Morice la paille et la poutre 

            Morice notre aboyeur d’Avox, notre "cartho pratiquant" résistant de gauche qui condamne Philippe Val que c’en est admirable..... 

            athée, cher ami, athée, c’est un pote à moi.Catho à mort. Et très sympa pour autant, comme quoi...

          • K K 23 juillet 2008 21:29

            J’ai apprécié cet article et je vous félicite pour les nombreuses informations qu’il contient.

            Par contre, hors sujet..., je ne vous soutiens pas du tout pour la demande de retrait de la photo d’un article qui n’est pas le votre. On ne doit pas se soumettre aux diktat des intégristes, quel que soit leur clan. Cela me surprend beaucoup de votre part, je vous ai connu agressif envers les extremes pourtant.


          • morice morice 23 juillet 2008 15:03

             par daniel_perat (IP:xxx.x4.189.153) le 23 juillet 2008 à  13H56 

             
            C’est un bon article, bien écrit, très documenté, et que j’ai dévoré. 
            Un grand bravo à son auteur, dont je lirait à l’avenir les articles. 

            Amitié, 

            Dany.

            votre blog ?

            • morice morice 23 juillet 2008 15:06

               euh le mec qui dit que je suis catho là, lui aussi il parle du sang bleu...

              http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=35136


            • morice morice 23 juillet 2008 15:08

               allez, un bon sujet pour l’aboyeur en chef... 


              • Marsupilami Marsupilami 23 juillet 2008 15:17

                 @ Morice

                "L’homme qui s’adresse à ces militants les mains dans les poches n’a en réalité aucune tenue, à l’image de son mentor et employeur. L’homme des cravates à pois sur chemises à carreaux est à l’image de la société qu’il souhaite mettre en place. Celle de la veulerie, celle ou tous les coups sont permis, pourvu qu’au bout seuls quelques uns ramassent la mise".

                Alors comme ça les mecs qui portent des cravates à pois et mettent les mains dans leurs poches sont d’affreux veules ?

                Ça s’appelle du délit de sale gueule. Je précise que j’ai des chemises à carreaux, que je mets les mains dans mes poches et que je ne mets jamais de cravate. Je sens qu’avec un post pareil je vais me faire traiter de nazillon.


                • claude claude 24 juillet 2008 00:04

                  gilbert bécaud portait des cravates à pois, est-ce à dire que ???...

                  mais je suis sûre que vous, marsu êtes craquant avec les mains dans les poches ! smiley


                • morice morice 23 juillet 2008 15:20

                   Je trouve.... , j’affirme que ce procédé d’où qu’il vienne est un sabordage d’Agora vox....et qu’il revient à poser le même vieux problème de la transparence des procédures et de la nature de la fondation annoncée.... 
                  Un problème qui m’importe beaucoup Je rappelle qu’au même moment ou presque Morice condamnait l’attitude de Philippe Val, ajoutant l’imposture à un jugement qui reste plus que discutable... 

                  dans ce cas là il a déjà eu lieu un fois, et vous n’avez pas payé comme un putois à l’époque. Cessez de joueer au con..


                  • morice morice 23 juillet 2008 15:51

                     Vous me qualifiez assez étourdiement d’atrabilaire, vous avez oublié teigneux et pugnace

                    moi pas... je n"ai jamais utilisé atrabilaire à votre égard personnellement et l’allusion "C’est dommage de terminer ainsi le mois de Juillet avec un déguisement d’homme de main de la direction ...Vous auriez pu vous renseigner avant.... " est FAUSSE et sans fondement sérieux.Si vous avez été prof, vous manquez de responsabilités là..."C’est dommage de terminer ainsi le mois de Juillet avec un déguisement d’homme de main de la direction "...Vous auriez pu vous renseigner avant....  on s’est renseigné. Votre ire actuelle ne tien pas debout.. calmez vous, ce dont vous m’accusez est la même  chose que les trolleurs habituels : qu’un prof tombe dans le panneau est une déception. Bienvenue au club, saluez vos nouveaux amis : ceux qui veulent TUER Agoravox sont là. Prochaine fois, choisissez le bon camp... le jour où ils vont pisteront, vous comprendrez. Le jour où vous serez convoqué au poste aussi. Comprenez ce que vous voulez dans cette phrase, je ne l’explique pas. Vous êtes assez grand pour comprendre en tant que prof.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès