• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’annonce et la perspective du « Brexit » dope l’économie (...)

L’annonce et la perspective du « Brexit » dope l’économie britannique

L'annonce et la perspective du « Brexit », dope l'économie britiannique. La Grande Bretagne caracole aujourd'hui en tête des Nations pour son économie. Toutes les prévisions apocalyptiques post "référendum Brexit » s'avèrent inexactes. Si on pensait vraiment Frexit ?

Le 23 juin 2016, à la suite d'un référendum, le peuple britannique s'est exprimé à près de 52% pour la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne. Le premier ministre en exercice, David Cameron, porteur de la voix du « maintien » annonce, le 24 juin, son intention de démissionner . Le 13 juillet 2016, Mme Thérésa May est nommée premier ministre.

 

Pendant toute la période précédant ce référendum, tous les médias français, sans exception, d'une manière unanime, presque concertée, ont annoncé toutes les catastrophes à la Grande Bretagne en cas de succès du « leave » outre Manche. Des montagnes de prophéties apocalyptiques ont été proférées par les tous les médias dominants. Ces prévisions alarmistes condamnaient à coup sûr la Grande Bretagne, en cas de succès du « oui » à la sortie de l'Union européenne, à un déclin certain de son économie, à une régression sociale terrible.

Et pourtant, plus de huit mois après ce référendum, la Grande Bretagne se porte comme un charme. Les signaux favorables, dans tous les domaines, sont au vert. Tous les experts « européistes » auto-proclamés, omniprésents dans les « grands médias », se sont fourrés le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Sans doute voulaient-ils protéger leurs intérêts particuliers, ceux des puissances de l'argent qui les commandent, pour donner encore et toujours une image « positive » de la construction européenne qui, il faut bien le souligner, fonctionne comme un rouleau compresseur d'une pensée dominante qui ne peut jamais être contredite. En France, tout débat sur l'appartenance de notre pays à l'U.E est interdit et prohibé. Et ce n'est pas Ségolène Royal qui pourrait me contredire (lien 1).

 

Dame Christine Lagarde, patronne du Fond Monétaire International, s'est rendue à Londres le 13 mai 2016 pour expliquer, lors d'une conférence de presse, que le PIB britannique pourrait subir un manque à gagner compris entre 1,5% et 9,5% en cas de Brexit. Selon elle, ceci présentait un risque important pour l'économie mondiale et que ce n'était pas une question intérieure mais une question internationale (lien 2) ! Et le résultat nous l'avons aujourd'hui devant les yeux. Le PIB britannique a été revu à la hausse pour le troisième trimestre 2016 (lien 3) ainsi que pour le quatrième trimestre 2016 (lien 4). Et pour l'année 2017, les autorités britanniques viennent de relever les prévisions du taux de croissance de 1,4% à 2% (lien 5). Christine Lagarde avale son chapeau et ses mensonges.

 

Les travaillistes britanniques, électeurs de gauche faut-il le rappeler, partisans du Brexit, ont mis en ligne, sur leurs sites internet, un tableau comparatif mettant en confrontation les déclarations officielles d'avant et après résultat de l'annonce du Brexit (lien 6). C'est un florilège de revirements, un festival de retournements de veste.

  • Cameron avant : « l'économie du Royaume uni s'effondrera si nous sortons de l'UE »

  • Cameron après : « le Royaume uni se portera bien en dehors de l'U.E

  • Mark Carney, gouverneur de la banque d'Angleterre, avant : « nous aurons des difficultés économiques si nous sortons de l'U.E »

  • Mark Carney après : « le Royaume uni se portera bien en dehors de l'U.E »

  • George Osborne, chancelier de l'échiquier, avant : « le Brexit nous imposera un budget de punition, les taux d'intérêts vont exploser ».

  • George Osborne, après : « pas de budget de punition, les taux d'intérêts vont chuter" 

 

Tous ces « européistes » convaincus, ces oiseaux de mauvaise augure, ont tenu le discours que les puissances de l'argent leur demandaient de tenir. Leurs propos, totalement infondés, servent à désinformer le grand public, à jouer sur le registre des peurs, à apporter aux débats des éléments de sidération, de manière à faire en sorte, et à tous prix, que les pays membres de l'U.E ne désertent pas le navire de l'euro-dictature. Parce qu'il s'agit bien de cela. La Commission européenne, à travers l'article 17 alinéa 2 du Traité sur l'Union Européenne – TUE – dispose, seule, de l'initiative législative (lien 7). Dans quel pays démocratique du monde, un organe non élu, non représentatif du peuple, s'arroge t-il le pouvoir de l'initiative législative ? Cela n'existe nulle part ailleurs ! Peut être en Corée du Nord. Dans les démocraties, dignes de ce nom, ce sont les représentants des peuples qui possèdent l'initiative législative.

 

L'élément clé de la réussite du vote référendaire en faveur du « Brexit » a été la prise de conscience que le peuple, à travers ses représentants, son gouvernement, son parlement, ne possédait plus la souveraineté, ne décidait plus collectivement de son destin, que les décisions concernant la Grande Bretagne étaient prises à Bruxelles, par d'autres que des Britanniques. En France, cette prise de conscience ne peut se faire parce que l'oligarchie, protégeant les intérêts d'un petit groupe de privilégiés, interdit tout débat, dirige l'opinion, à travers les médias, vers l'euro-béatitude. Aucune critique n'est possible, n'est même pas envisageable sur le principe de la « souveraineté nationale » pourtant inscrite en lettres de feu dans la constitution de la 5ème République française.

 

Depuis le résultat du référendum sur le « Brexit », chaque jour qui passe nous apporte son lot de confirmations sur la santé retrouvée de la Grande Bretagne. Même si elle n'a pas encore déclenché l'article 50 du TUE, et cela ne saurait plus être que l'affaire de quelques jours, les investisseurs britanniques et étrangers procèdent comme si le Royaume Uni était déjà sorti. Les industriels n'envisagent pas leurs investissements à la petite semaine mais sur du long terme. Alors, que la Grande Bretagne ait déclenché ou pas encore l'article 50, ne constitue pas un obstacle pour ceux-ci. Ils investissent, encouragés par le Brexit à venir.

 

Les chiffres parlent d'eux même. Le taux de chômage a reculé en Grande Bretagne à 4,7% pour atteindre son taux le plus bas depuis..... 1975 ! Le taux de l'emploi, quant à lui, se hisse à 74,6%, son plus haut niveau depuis.... 1971 (lien 8).

 

Non seulement la perspective du Brexit n’a pas fait fuir les entreprises, mais elle attire celles qui veulent échapper à la Commission européenne ! En janvier 2017, McDonald’s a installé « le siège de toutes ses activités non américaines » à Londres. Elles étaient jusque-là au Luxembourg (lien 9).

De même Google va-t-il migrer d’Irlande à Londres, où le Campus Google pourrait accueillir jusqu’à 7000 salariés (lien 9). Facebook fait de même et s'installe au Royaume uni (lien 10).

Les industries britanniques connaissent leur plus fort taux de croissance depuis plus de trois ans, grâce à la baisse de la valeur de la livre sterling après le vote du Brexit et grâce à la reprise des principaux marchés en Europe (liens 11 et 12).

 

Les preuves, toujours plus nombreuses, du bien fondé du Brexit à venir, s'accumulent. La peur que dissimulent les « européistes », celle qui consiste à craindre la réussite insolente d'un pays membre qui quitterait l'Union européenne, se réalise devant nos yeux, grâce au sang froid et à la clairvoyance des Britanniques. Une démocratie c'est un peuple et des institutions souveraines s'efforçant de mettre l'intérêt général, l'intérêt commun et l'intérêt collectif au premier rang.

 

La France engluée dans l'Union européenne, privée de sa souveraineté nationale, portant portée haut dans notre loi fondamentale, s'enfonce inexorablement dans la paupérisation. Entre 800 et 1000 personnes basculent « tous les jours » en France, sous le seuil de pauvreté selon l'INSEE (lien 13) La France a remis son destin entre les mains d'une Commission non élue, elle même soumis aux pressions incessantes des lobbies bruxellois, des multinationales et cartels de tout genre oeuvrant pour leurs intérêts particuliers.

 

Les élections présidentielles nous offrent l'opportunité incroyable de voter pour un candidat qui propose le « Frexit », un Frexit immédiat par l'utilisation de l'article 50 du TUE. Sans une prise de conscience que la situation de la France ne peut que s'aggraver, que nos représentants ne nous représentent plus, qu'ils font de la figuration, obéissant aux injonctions de la Commission européenne, aucune perspective d'amélioration des conditions de vie n'est envisageable. Seul un Frexit peut nous tirer d'affaire. L'exemple de la Grande Bretagne devrait nous inspirer et nous conduire vers le Frexit. Ne nous laissons pas collectivement être intimidés par les prophéties de malheur si la France quittait l'UE. Les Britanniques ont gardé leur sérénité et la suite leur a donné raison. Je terminerai en citant François Asselineau, candidat à l'élection présidentielle, le lanceur d'alerte bien connu du net sur son site UPR .FR, détesté des médias dominants, et pour cause. « Libérer la France, c'est d'abord raisonner par soi-même, comparer toujours les prédictions aux résultats, et ne plus jamais croire à la terreur et à l'intimidation des euro-dictateurs ».

 

 

  1. https://www.youtube.com/watch?v=ZSzvwhTiaYs

  2. https://www.challenges.fr/entreprise/royaume-uni-un-brexit-peserait-sur-la-croissance-et-la-stabilite-des-marches-fmi_24758

  3. http://www.boursier.com/actualites/economie/le-pib-britannique-revu-en-legere-hausse-au-3eme-trimestre-34100.html

  4. https://www.lesechos.fr/01/04/2016/LesEchos/22162-026-ECH_le-pib-du-royaume-uni-revu-a-la-hausse.htm

  5. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/03/08/97002-20170308FILWWW00174-la-croissance-britannique-revue-a-la-hausse.php

  6. https://www.upr.fr/actualite/europe/travaillistes-partisans-brexit-dressent-liste-propheties-partisans-maintien-apres-referendum

  7. https://fr.wikipedia.org/wiki/Article_17_du_traité_sur_l%27Union_européen

  8. http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/03/15/20002-20170315ARTFIG00381-royaume-uni-le-chomage-au-plus-bas-depuis-1975.php

  9. https://civilwarineurope.com/2016/12/12/le-brexit-attire-a-londres-les-entreprises-qui-fuient-la-commission-europeenne-lapocalypse-attendra

  10. http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/11/21/32001-20161121ARTFIG00101-facebook-va-installer-un-nouveau-siege-a-londres.ph

  11. http://www.euractiv.com/section/economy-jobs/news/uk-manufacturers-enjoy-post-brexit-surge-in-orders/

  12. https://www.upr.fr/actualite/europe/industrie-britannique-forte-poussee-de-commandes-depuis-brexit

  13. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2512042

     


Moyenne des avis sur cet article :  3.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

146 réactions à cet article    


  • hunter hunter 20 mars 10:17

    J’ai voté 5 étoiles pour votre article, pour me faire pardonner de ne pas l’avoir lu !
    Illustration d’un principe média simple : une trop jolie photo d’illustration ( just my humble opinion), peut nuire au contenu.

    « humain trop humain » sans aucun doute, comme disait Nietzsche !

    Vraiment désolé !

    adishatz

    H/


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 20 mars 10:19

      @hunter

      moi aussi je suis là pour pour la photo ^^


    • velosolex velosolex 20 mars 10:39

      @bouffon(s) du roi
      La photo de pin up publicitaire ?..Méfiez vous, une fois que la belle aura défait jarretelles et silicone, les fémurs seront peut être un peu moins bandants. Article donc outrageusement simpliste, et qui réchaufferait le cœur des partisans du Brexit, certains ne savant plus très bien où ils en sont. Peut être qu’il y a quelque chose quand même de pourri au royaume d’Angleterre, comme dirait shakespeare. Nostalgie d’un vieux monde où la GB damnait la pion au monde ?...Bien malin si les provocations à la Thatcher, qui ont présidé au choix de Cameron de mettre l’avenir du pays dans la main des nostalgiques de l’empire et des gueules cassées du libéralisme, l’UE jouant la dedans le rôle de bouc émissaire, ne vont pas être le pas de trop ?

      Déjà l’Ecosse qui connaissent le danger de jouer avec les fantômes freinent des quatre fers, ne veulent pas quitter l’union, exigent un référendum. Ne parlons pas des irlandais du nord..
       Bien sûr la chute de la livre déjà à l’oeuvre et qui ne fait pas l’affaire des expatriés, n’est qu’un hors d’oeuvre. Il aurait simplement honnête, pour être crédible, de faire le constat, au lieu de jouer « the pound saved the queen » que toutes les entreprises sont loin d’être emballé par cette histoire. Quand à moi, à l’heure où Eerdogan et May tentent de saboter le navire, jamais je ne me suis jamais senti autant européen.
      Ces entreprises qui ne veulent pas du Brexit - Le Figaro

    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 20 mars 11:09

      @velosolex

      Que voulez-vous, c’est le printemps ^^ smiley


    • rogal 20 mars 12:24

       »@velosolex
      « certains ne savant plus très bien où ils en sont ». Défaut de sachoir ?


    • Alren Alren 20 mars 19:03

      @velosolex

      Si Mélenchon est élu, l’UE actuelle n’existera plus.

      Qu’allez-vous devenir, mon pauvre velosolex, d’être obligé de vous sentir Français ? 

      Si Mélenchon est élu, l’UE actuelle n’existera plus.

      Elle implosera après le départ de la France vraisemblablement suivie par d’autres pays, car ayant eu l’habileté que n’aurait pas eu Asselineau, de proposer une réforme radicale de ses orientations qui sera refusée par au moins un pays de l’assemblage hétéroclite, ce qui entraînera un référendum victorieux sur le frexit, les Français ayant alors ouvert les yeux sur ce qu’est l’UE actuelle.

      Avec un référendum sur le frexit « bille en tête », la victoire n’est en effet pas assurée, ce que les perroquets de l’UPR n’ont pas compris.

      Vous imaginez la situation si les Français votaient « non » au frexit, messieurs les UPR ?


    • dobertou 20 mars 19:22

      @Alren
      Ces élus font tous des promesses, mais ils font tous le contraire de ce qu’ils disent.
      Un exemple, Flamby !


    • MERLIN MERLIN 20 mars 20:24

      @velosolex
      Je comprend mieux le choix de la monture « solex », peut être que « eurosolex » serait plus adéquate ?
      A l’image de cette Europe trainante et pétaradante et ne pouvant entrainer pas grand chose, somme toute....


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 20 mars 20:54

      @hunter
      .
      J’ai lu l’article et j’ai voté 5 étoiles !

      Merci Ar zen pour cet article. smiley
      .
      Malgré le Brexit, le Royaume-Uni affiche la plus forte croissance du G7
      http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/01/26/malgre-le-brexit-le-royaume-uni-affiche-la-plus-forte-croissance-du-g7_5069680_3234.html
      .
      Brexit : jusqu’ici tout va bien - Libération

      http://www.liberation.fr/planete/2017/01/16/brexit-jusqu-ici-tout-va-bien_1541248
      .
      Malgré le Brexit, l’économie britannique se porte bien - Economie Matin
      http://www.economiematin.fr/news-malgre-le-brexit-l-economie-britannique-se-porte-bien
      .
      Contrairement aux attentes post-Brexit, l’économie britannique a le vent en poupe

      https://fr.sputniknews.com/economie/201701031029451738-brexit-economie-britannique/
      .
      Brexit : l’économie britannique est-elle prête au grand saut dans l’inconnu ?
      2% de croissance en 2016 et une prévision équivalente pour 2017 d’après l’Office of Budget Responsibility (OBR), organisme de prévision économique attaché auprès du gouvernement britannique. La France et bien des États européens rêveraient de tels chiffres.
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/03/13/20002-20170313ARTFIG00241-brexit-l-economie-britannique-est-elle-prete-au-grand-saut-dans-l-inconnu.php
      .
      L’UPR propose aux français que se rêve devient réalité et rompre avec la politique désastreuse des instances européennes.
      .
      L’UPR est le seule parti politique de proposer aux français, de sortir de l’UE de l’Euro par l’article 50 et de l’OTAN, sans détour, comme certains autres partis politique qui proposent aux français un référendum (c’est une perte de temps et encore il faudrait organiser se référendum) si non un Plan A si non Plan B, de renégocier etc.
      https://www.youtube.com/watch?v=UPpXKtSJcRI
      .
      http://www.upr.fr


    • Pic de la Mirandole Pic de la Mirandole 21 mars 15:05

      @Alren

      Si Mélenchon est élu, l’UE actuelle n’existera plus.


      C’est ce que disait les Grecs avec Tsypras déjà.

      Maintenant, on dit des Grecs qu’ils se sont faits Syrisés !!! 

      Comme avec Merluchon : plan A, plan B, plan C, plan D, plan Q

      En gros plan dans celui des Françaises et des Français !

      Solution : www.upr.fr

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 mars 05:50

      @Alren
      Quand Mélenchon parle de l’Europe à la télé, de quelle Europe parle-t-il ?
      Celle du Pan A, du Plan B, du Plan C ou Z ? C’est flou...


      On s’y perd un peu, surtout qu’ à Rome, au sommet du Plan B, il a expliqué :
      « Le Plan B est internationaliste, ce n’est pas un Plan nationaliste où chacun rentre chez soi ».
      Le Plan B consiste donc à rester dans l’ UE.

    • Alpo47 Alpo47 20 mars 10:32

      J’ai toujours pensé que sortir de l’UE serait bénéfique pour les Anglais, à moyen et long terme. Si c’est le cas à court terme, tant mieux pour eux. Cela reste encore à confirmer.

      Effectivement, le seul choix important aujourd’hui, c’est « qui garantit de sortir de l’UE ? ». Il en va de nos libertés et de notre survie.
      Pour l’instant, il n’y a que Dupont Aignan et Asselineau. Les autres veulent « négocier ». On sait ce que cela donne. Flamby pourrait nous raconter.

      Donc ...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 mars 10:42

        @Alpo47

        Mais non, vous n’avez rien compris, Dupont Gnangnan ne veut pas sortir, c’est un parti leurre, comme les autres.

        Seul FA, la lumière de notre siècle, veut sortir par l’article 50

         smiley smiley



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mars 11:06

        @Olivier Perriet
        Et oui, vous zavez tout comprendu, il n’y a que l’UPR qui veut sortir de l’ UE !
        Vous voyez, vous faites des progrès ...
        « Les 10 raisons de sortir de l’ Europe »


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mars 11:45

        @Alpo47
        C’est le Président du Parlement européen qui explique que les 27 pays n’arrivent jamais à se mettre d’accord sur rien !

        Alors, rêver qu’ils vont remettre à plat les Traités et se mettre d’accord de manière unanime, c’est de l’enfumage pour les gogos !

        Mais cela a un mérite pour ceux qui le proposent, c’est de ne pas se prononcer sur la priorité du Frexit.

         


      • Ar zen Ar zen 20 mars 10:34

        J’ai beaucoup hésité, pour l’illustration, entre les photos de Christine Lagarde et de Thérésa May.

        Ne pouvant me décider, j’ai opté pour cette troisième option. 
         
         

        • velosolex velosolex 20 mars 11:51

          @Ar zen
          Les deux en bas résilles, ou même sans, dansant le french cancan serait sans doute le meilleur avertissement, pour nous mettre en garde contre des dangers d’un monde sans régulation aucune...

          It’ s too awful !...

        • troletbuse troletbuse 20 mars 12:21

          @Ar zen
          Pour Lagarde, à la place de faire une peinture sur corps, il vaudrait mieux lui peindre le visage pour éviter les cauchemars aux enfants.  smiley


        • troletbuse troletbuse 20 mars 12:41

          @Ar zen
          Tiens un que Lagarde fait bander est passé  smiley


        • tobor tobor 20 mars 14:32

          @troletbuse
          "Pour Lagarde, à la place de faire une peinture sur corps, il vaudrait mieux lui peindre le visage pour éviter les cauchemars aux enfants. "
          Tu dis ça parce que tu n’as jamais vu son corps...


        • doctorix doctorix 20 mars 16:04

          @Ar zen
          L’horrible vioque a réussi à faire sauter toutes les photos où elle posait nue.

          Nos enfants échapperont à ce spectacle consternant.
          Ca va leur éviter bien des cauchemars.

        • troletbuse troletbuse 20 mars 17:56

          @tobor
          Je ne parlais que de sa tête . Ca suffit pour les horreurs


        • foufouille foufouille 20 mars 10:37

          c’est certain que le arbeit macht freï british, au sens propre car tu doit travailler sous assistance respiratoire, n’aides absolument pas à faire baisser le chômage.
          les emplois jetables et sous payés, les nombreux esclaves importés.
          l’upr en rêve pour ne plus avoir besoin de vendre des tee shirts chinois.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mars 11:09

            @foufouille
            Sinon, quand vous aurez les preuves de ce que vous avancez, n’hésitez pas à nous les communiquer...
            Par contre, si Asselineau n’est pas élu, « voici la politique économique et sociale qui s’appliquera. »


          • foufouille foufouille 20 mars 11:52

            @Fifi Brind_acier
            ta boutique upr ..............
            c’est bien un article qui prétend que c’est grâce au brexit que l’économie se porte bien et non au libéralisme GB ????????
            ou aux crève en travaillant ????
            toi pas comprendre quoi ??????



          • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 mars 13:39

            @foufouille

            rhô foufouille, vous êtes vraiment rabat-joie pffff smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 mars 07:48

            @foufouille
            L’UPR est pour des syndicats indépendants de Bruxelles et du patronat.
            Le rôle d’un gouvernement est d’assurer les conditions pour créer des entreprises et des emplois. Et le rôle des syndicats est de défendre les salaires et les conditions de travail, chacun ses responsabilités !


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 mars 10:40

            Il est marrant cet article ; il me fait penser à ceux de Jeussey de Sourcesure, qui nous expliquaient, 2 semaines après le vote, que le Brexit n’aurait jamais lieu.

            Je rappelle juste que rien n’a encore véritablement changé ; donc, en fait tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne sait pas grand chose.

            De là à en faire des caisses, dans un sens ou dans l’autre, il y a un grand pas...


            • velosolex velosolex 20 mars 10:59

              @Olivier Perriet
              Wait and see...On ne sait pas grand chose, à moins de lire dans le marc de thé. 

              L’avenir n’est écrit nulle part, et dépend de la capacité des hommes politiques à défendre des principes et à s’adapter au réel. 
              Cameron pensait lui aussi, tout en le provoquant, que le Brexit n’aurait jamais lieu. Les coups de billard à trois coups et la croyance naïve à croire qu’on peut maitriser les choses une fois qu’on a lancé un train sans freins sur les rails a déjà jouer d’un tour à plus d’un pays. La guerre de 14 a commencé ainsi, dans une sorte de poker menteur, où chacun pensait que l’autre reculerait. 

            • Ar zen Ar zen 20 mars 11:10

              @Olivier Perriet

              Ce que veut souligner cet article, c’est que toutes le prophéties apocalyptiques tombent à l’eau les unes après les autres. 

              Ces prophéties concernaient les mois suivants le résultat du référendum. Elles étaient donc fausses parce que les faits leur donnent tort. Quant à la suite, wait and see.

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mars 11:26

              @Olivier Perriet
              c’est qu’on ne sait pas grand chose.

              Alors, lisez l’article , vous saurez ! On sait au moins que le Brexit n’a pas fait de ravages chez les blaireaux, si si, le Brexit devait détruire la nature et particulièrement les blaireaux ! Et si je me souviens bien, le Brexit devait aussi déclencher la 3e guerre mondiale !


              Le chômage en GB est au plus bas depuis 1975, sans doute une très mauvaise nouvelle pour les sans dents qui ont voté pour le Brexit, non ? Rien qu’en dévaluant la livre de 10 %, et avant même la sortie officielle de l’ UE.

              La sortie de la France de l’ UE et de l’euro, ce sera plusieurs millions d’emplois, la cata, non ? Car l’euro est bien trop élevé par rapport au dollar et plombe les exportations françaises. « Il y a une vie après l’UE et l’euro ! » par Philippe Murer, économiste, qui a travaillé avec Jacques Sapir sur la sortie de l’euro. 

              En fait, quel sont les gros malheurs qui arrivent à la GB ? Les Mamamouchis européens n’invitent plus les Britanniques à leurs sauteries inutiles, mais est-ce vraiment une grande perte que de plus voir Hollande et Merkel ?

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 20 mars 11:51

              @velosolex
              Quel rapport entre la souveraineté et la guerre ?
              L’Europe devait nous apporter la paix et la fin des guerres, non ? On nous aurait menti ? Yougoslavie, Afghanistan, Syrie, Libye, Ukraine, Centrafrique, Mali etc......Sans parler des attentats terroristes en Europe.


              L’Europe ne nous a protégé de rien, ni des guerres, ni du chômage, alors les européens se demandent pourquoi y rester ? Logique, non ?

            • velosolex velosolex 20 mars 12:13

              @Fifi Brind_acier
              2000 ans de nationalisme nous a mené au résultat que l’on connait, le vingtième siècle détenant le pompon....C’est déjà miracle qu’on soit encore en vie après ces sorties de route sans airbag. L’europe a coté n’en est qu’à ses balbutiements, un machin sans aucun doute perfectible, et qui n’aura de puissance que dans l’entente, et dans l’abandon de quelques souverainetés qui ne font que le bonheur de quelques oligarchiques jaloux de leurs prérogatives.... Les test « Trump » et autre « Erdogan », sont en ce moment intéressants, dans le sens où l’on voit que l’UE indispose assez fortement quelques nationalistes pour que ceux ci la provoque, voulant lui faire la peau...Pourquoi voudriez vous que ces satrapes essaient de la démolir, si l’Europe ne leur faisait pas de l’ombre..Les anglais, jamais remis de l’impérialisme britannique ont toujours été à contre mesure, finissant par adhérer à l’UE pour mieux la torpiller...Le « Give me my money back » de Margaret fait valeur de sens, et a installé les anglais dans une dynamique de chantage permanent, avec une réussite certaine. Mais arrive toujours un moment où le maître chanteur est victime de ses excès. Il faut que l’Europe possède des divisions !.... Pas seulement guerrières, pour répondre à votre interrogation. La comparaison sur la guerre de 14 n’étant qu’une métaphore qu’il faut replacer dans le présent. Mais cette guerre, qu’un écrivain britannique a baptisé de conflit de somnambules n’a été du qu’à une série de postures héritées du passé, sur la certitude que le conflit sera une bonne affaire, sur fond d’amnésie des conséquences, la guerre étant presque oubliée....J’ai la certitude que nous ne sommes rien divisés, dans cet espace européen, où tout nous unit . Peut être que nous ne sommes pas fait pour le bonheur et que nous préférons l’illusion des postures, recroquevillés sur des archaïsmes. 

              Les somnambules - Été 1914 : comment l’Europe a marché vers la ...

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 mars 12:27

              @ velosolex

              Pourquoi voudriez vous que ces satrapes essaient de la démolir, si l’Europe ne leur faisait pas de l’ombre..

              Ah ah ah C’est du second degré smiley ?

              Je remarque que vous citez Erdogan et Trump mais pas Poutine, qui lui a quelques bonnes raisons d’être fâché contre l’UE.

              Pour les deux autres c’est moins clair, le premier a abandonné l’idée d’y rentrer, le second s’en tamponne.

              Et pour ce qui de démolir, pas besoin de satrape, ça s’écroule de soi même.


            • velosolex velosolex 20 mars 12:37

              @Olivier Perriet
              Trump manifestement s’en tamponne pas du tout. 

              Les usa n’ont jamais apprécié de voir une monnaie leur faire de l’ombre, et les échanges dollar reste du monde ont notoirement baissé. Poutine ne respecte que ceux qui ont la force et il nous méprisera tant que l’europe ne sera pas une réalité politique. Erdogan peut être l’idiot utile, de même que Trump. Rien de mieux pour savoir qu’on existe, de savoir que quelqu’un veut vous descendre..
              .Pour l’avenir, nous verrons. Je suis surpris du défaitisme matois qui règne sur ce site, comme si tous les internautes n’avaient qu’une envie, que l’europe et leur pays sombre .Où vous croyez vous assis ?

            • Olivier Perriet Olivier Perriet 20 mars 14:22

              @velosolex

              Vous êtes surpris du défaitisme qui règne ici ?

              Peut-être parce que lorsqu’on a beaucoup promis, beaucoup, déçu et beaucoup menti, on n’est plus crédible ?

              J’étais petit à l’époque de Maastricht, mais je me souviens que la ratification du traité devait faire couler le miel sur le pays. On a vu ce qu’il en était avec le recul.


            • velosolex velosolex 20 mars 14:55

              @Olivier Perriet
              Je suis beaucoup plus vieux que vous, étant né l’année de Dien bien Phu, ce qui fait un temps fou. Toute mon enfance a été bercé par l’écho des guerres, des oncles morts en 14 de la résistance et des bombes. 

              Notre point de vue sur le paysage dépend de l’endroit d’où l’on se situe, et aussi de la route qu’on a fait pour y parvenir. 
              L’histoire des pays est toute aussi fondamentale, et la résistance anglaise par rapport au continent, sur fond d’impérialisme et de calcul matois reste dans l’ADN de l’Angleterre, un pays qui n’a vu les valeurs de son isolationnisme dérangé par la guerre, bien au contraire. 
              Ce qui explique en grande partie qu’elle revienne à ses valeurs, qu’elle n’a jamais en fait abandonnées, à une époque de doute. Ce pays continue à vivre dans le passé glorieux de l’empire, une époque où la livre faisait la loi...L’Allemagne par contre a été immunisé pour longtemps contre les expériences nationalistes, et l’Europe a été pour elle un sacré courant d’air. Maintenant l’europe est ce qu(on en fait, et sans aucun doute, les anglais qui tirent à boulet rouge dessus sont ceux précisément qui lu ont apporté le pire. Ils reprochent le libéralisme, et l’ouverture des marchés, mais pourtant c’est précisément à ce qu’ils aspirent, mais à leur simple profit. Un vrai cas de dissociation dont la city est l’expression.. En un mot on ouvre les frontières du fric, et l’on ferme les fenêtres, se bouchant le nez devant les émanations et les flatulences. . 

            • julius 1ER 20 mars 15:24

              @Olivier Perriet


              homme blanc parler sagement !!!!

              surtout que le Brexit sera déclenché le 29 Mars et pour reprendre un mot assez fin d’un journaliste 

              après le Brexit on va avoir l’exbrit lorsque le Royaume Uni va se désagréger et je doute que les conséquences aient été calculées de manière fine et judicieuse .....

              maintenant l’ agit-prop Assholinesque va continuer jusqu’aux élections pour nous dire que la GB c’est merveilleux que sortir de l’UE va tout régler et que ce continent atomisé sera bien mieux après ! 

              je sais vraiment maintenant ce qu’est un vrai pompier -pyromane !!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires