• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’appel aux Celtes de Charles De Gaulle

L’appel aux Celtes de Charles De Gaulle

(Ou quand De Gaulle parlait breton). Pour sa campagne en faveur de sa réforme du sénat, le grand Charles choisit la seule ville de Quimper. C’était un 2 février 1969 et il parla aux Bretons comme jamais aucun président ne le fit avant lui ou après lui. Son discours marquant dans la capitale de la Cornouaille était clairement un appel aux Celtes, dans la lignée de son oncle Charles De Gaulle qui composa l’« Appel aux Celtes ».

 
En visite à Quimper en février 1969, le général de Gaulle clama son amour pour la Bretagne et les Bretons. Il ne se contenta pas de rappeler avec force les hauts faits des héros bretons, il annonça un plan routier et la poursuite du développement économique sans précédent dont il fut l’artisan.
 
Avec sa vision de l’Histoire, il évoque avec ferveur Bertrand Du Guesclin, Anne et Claude de Bretagne, La Motte-Picquet, Surcouf, Chateaubriand...et rend un hommage appuyé à la Bretagne pour son rôle majeur pendant la Seconde Guerre mondiale.
 
Lorsque le président parle de la transformation du Sénat qui nécessitera un prochain référendum, il reçoit une ovation de la foule. Cette réforme aurait permis un essor démocratique au sein de nos institutions, si les forces conservatrices, Giscard et les centristes en tête - ne s’y étaient opposés. Mais la réforme si prometteuse, qui contenait le ferment de l’évolution nécessaire à laquelle Charles de Gaulle aspirait depuis longtemps, n’aura pas eu lieu à cause d’un état jacobin pas décidé à donner la parole à la société civile et aux citoyens.
 
Certains craignaient alors une montée des autonomistes mais pas De Gaulle qui évoque le problème de l’autonomie de la Bretagne en fin de discours et obtient sans peine que la foule entonne "la Marseillaise". Le Général conclut comme c’était le cas pour ses grandes interventions en saluant les bras en V.
 
Le Général aimait beaucoup la Bretagne. Son oncle, qui se nommait comme lui Charles De Gaulle (1837 - 1880), l’aimait tout autant. Il apprit le breton et le pratiqua comme sa langue maternelle. Il rédigea même des poésies en breton. Il rêva de la résurrection des langues celtiques comme langues littéraires. Il est auteur de L’Appel aux Celtes que le Général connaissait et dont il récita un passage en breton ce 2 février 1969 à Quimper.
 
Il s’agit du deuxième quatrain du poème "Da Varsez Breiz" ("Aux Bardes de Bretagne").
 
 
 "Va c’horf zo dalc’het Med daved hoc’h nij va spered, Vel al labous, a denn askel, Nij da gaout he vreudeur a bel "
 
Traduction : "Mon corps est retenu mais mon esprit vole vers vous, comme l’oiseau à tire d’aile vole vers ses frères qui sont au loin "

La vidéo intégrale se trouve sur le site de l’INA. En voici le lien.
 
Aujourd’hui, on peut s’étonner que l’hymne national breton Bro goz ma zadou soit entonné par des milliers de supporters de foot au Stade de France, ou qu’un chanteur américain insiste pour apprendre une phrase en breton et pour la prononcer devant la foule en ouverture d’un festival. Mais on s’indigne assez peu que l’Etat français méprise encore la dernière langue celtique encore parlée sur le continent, cette langue millénaire, riche de la culture de l’Armorique.
 
Certains ne comprennent pas encore la ferveur qui entoure les évènements comme la Breizh Touch ou autre rassemblements festifs de la nation bretonne ou, plus largement, celtique. Pourtant, l’âme celte est une réalité qu’il ne faut pas dédaigner. Le président Sarkozy semble en avoir enfin pris conscience en accordant un concours financier de l’Etat au Festival interceltique de Lorient.
 
Cette âme celtique s’exprime en de foisonnantes œuvres musicales ou littéraires. Elle est bien loin d’être morte et connaît même un regain assez salutaire. La Bretagne aime à se réunir. C’est pourquoi, aucun breton ne pourra jamais admettre qu’une partie de son pays lui ait été ravie sur décret du Maréchal Pétain et pas encore restituée. Il y a des réalités à regarder en face. L’homme qui saura capter l’âme bretonne - souvent rebelle et insaisissable ...-, l’homme qui saura gagner le cœur des Celtes, celui-là pourra se prévaloir d’une force considérable et sans faille...
 
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • impertinent3 impertinent3 22 juillet 2009 10:07

    C’est vrai que ça change beaucoup d’avec la déclaration de Sarko du printemps 2007 :
    "Qu’est-ce qu’on va foutre dans un centre opérationnel sinistre à regarder un radar ? Je me fous des Bretons. Je vais être au milieu de dix connards en train de regarder une carte !".

    C’est vrai que c’est complètement débile de ma part de vouloir comparer un petit bonhomme, qui voudrait bien avoir l’air, mais qui n’a pas l’air du tout, avec le général De Gaulle. On ne compare l’incomparable.


    • ladhraa ladhraa 22 juillet 2009 18:58

       
       @ Impertinent 3
       
       Bravo pour cette réaction certains se croient arrivés pour se mesurer à de vrais Chefs . Celà me rapelle ce sinistre« philotrope » qu’est BHL lançant un appel à la jeunesse iranienne « révoltez-vous » empècher votre gouvernement de posséder le nucléaire c’est une chasse-gardée des sionistes seul Israel en a le droit c’est son outil pour mener à bien la spoliation des terres incendier les cultures priver d’eau et de soins les palestiniens gardés prisonniers et otages dans la patrie qui est la leur .De nos jours sans vergogne combien d’hypocrisie !.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 juillet 2009 10:53

      J’aime ces prétendus progressistes qui, pour mieux abaisser la France, fustigent « l’Etat français », en souvenir du régime de Vichy probablement ??
      Quoi de mieux que cette attitude pour faire oublier que les indépendantistes bretons furent les piliers de la collaboration, au nom d’une conception ethnique de la nation, qu’ils partagent avec le nazisme ?

      Dommage pour Bayrou d’être soutenu par cette mouvance, et d’en faire partie lui même (par solidarité avec la bretonnitude, la basquitude, ou la béarnitude)


      • Paul Cosquer 22 juillet 2009 10:58

        Et quoi de mieux que d’évoquer une poignée d’indépendantistes bretons momentanément ralliés à une mauvaise cause mal comprise pour faire oublier que toute la France ou presque collaborait, s’étant rangée derrière son Maréchal. Heureusement, il y eut des foyers de résistance, et en Bretagne en particulier comme le rappelle le général dans la vidéo complète. Le général qui, il me semble, connaissait mieux la question que Lucky Luke.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 juillet 2009 11:33

        « Toute la France collaborait »
        Sauf le Général donc, qui est bien utile pour légitimer une certaine idéologie nauséabonde qui n’a rien à envier à celle du FN


      • Redj Redj 22 juillet 2009 12:38

        Les indépendantistes bretons ne sont pas les bretons. Il y a une part de bretons racistes et indépendantistes et alors ? Vous croyez que la plupart des bretons les soutiennent ? La bonne blague...
        Sachez quand même qu’une grande part de bretons se sont engagés au côté du général, ont rejoint l’angleterre à leur risque et péril, et se sont battus pour libérer la France.

        Et arrêtez de penser que tous les bretons sont des terroristes !


      • crawfish crawfish 22 juillet 2009 17:57

        Bayrou soutenu par les indépendantistes bretons ??? On aura tout lu !


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juillet 2009 11:04

        Lol, « je me pose en moralisateur », au secours !
        Et l’auteur de l’article, il se pose en quoi ?


      • Paul Cosquer 23 juillet 2009 11:13

        Ah ben vous savez, vertueux gauchiste qui savez bien distinguer le Bien du Mal, nous les fachos, les nazis, nous disons forcément souvent des bêtises.


      • L'enfoiré L’enfoiré 22 juillet 2009 11:00

        Paul,
         Dommage qu’il a fait d’autres discours qui laissent encore des traces aujourd’hui.
         Je veux parler du Québec, bien sûr.
         Il a créé un nationalisme qui n’était pas vraiment de bon aloi.
         Enfin, ici, Sarko ne viendra pas annoncer « vive la wallonie libre ». C’est déjà ça.


        • Paul Cosquer 22 juillet 2009 12:10

          Salut Guy,

          pour moi « libre » ne veut pas nécessairement dire « indépendant ». Quelquefois, l’indépendance conduit à moins de liberté voire à une grande pauvreté. Etre libre, c’est refuser l’oppression, défendre sa culture et ses valeurs.


        • L'enfoiré L’enfoiré 22 juillet 2009 13:53

          Paul,

           Absolument d’accord avec toi.
           Sur notre Terre, nous sommes dans une phase dans laquel les sépartismes, les egoïsmes, les corporatismes, les souveraintés, les régionalismes... le diviser pour régner.
           Si tu as lu mon derniers article entre les lignes, c’est de la psychologie, de la sociologie pure, dont je parle.
           La liberté, c’est dans la tête que cela se passe avant tout.
           
           


        • Paul Cosquer 22 juillet 2009 14:05

          La Bretagne est une terre libre, Sarkozy n’y règne pas en maître. Mêmes les élus UMP sont de forte têtes et gardent leur libre arbitre et leur franc parler (Goulard, maire de Vannes, Marc Le Fur, conseiller général dans les Côtes d’Armor, Le Guen dans le Finistère, etc.).

          Donc, dans nos têtes, ça va.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 22 juillet 2009 11:11

          « Et quoi de mieux que d’évoquer une poignée d’indépendantistes bretons momentanément ralliés à une mauvaise cause mal comprise pour faire oublier que toute la France ou presque collaborait, s’étant rangée derrière son Maréchal. Heureusement, il y eut des foyers de résistance, et en Bretagne en particulier comme le rappelle le général dans la vidéo complète. Le général qui, il me semble, connaissait mieux la question que Lucky Luke. »

          Une mauvaise cause ? Très bien comprise en tous cas.
          Heureusement que le différencialisme de gauche anti Vichy est plus présentable que l’ethnicisme nazi. Le point commun des deux ?
          La France, coupable de tous les péchés du monde, trainée dans la boue.


          • Paul Cosquer 22 juillet 2009 12:26

            Franchement, je ne comprends rien de ce que vous me dites. Je ne vois qu’une chose : vous exprimez le gauchisme du plus mauvais goût, celui qui se pose en moralisateur et se croit omniscient. Fustiger en proférant les mots-clés du prêt-à-gueuler gauchiste comme « nazi ! », « fasciste », « nauséabond », ne mène à rien. Ce sont des mots en l’air.

            Rengaine ton revolver Lucky Luke de pacotille : tu tires à hue et à dia, tu vas finir par te blesser.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juillet 2009 10:57

            @ bayroulâtre

            Loin de moi l’idée d’excommunier les bretonphiles mais.....parler de « l’Etat français » n’est qu’une manière, loin d’être innocente, d’assimiler France et régime de Vichy. Retour à l’envoyeur.
            Quant au régime de Vichy, justement : quel rapport entre la régionalisation des années 1980 (entamée dans les années 60) et le fait que le regroupement de départements crée pour les besoins de la rationalisation pendant la guerre excluait la loire-atlantique ?
            Ces syllogismes de propagande nécesitent explication...


          • mandrier 22 juillet 2009 12:17

            Je me souviens bien de ce discours : j’avais 20 ans... Je me tenais près du petit pont de l’Odet...
            A l’époque j’avais écouté cela un peu distraitement .... Parmi une bande de Francais libres dont mon père.

            Quand il a commencé à parler Breton, j’en ai vu qui avaient les larmes aux yeux...
            40 ans après, avec ce que l’on a pu voir avec des Giscard, des Chirac et maintenant celui qu’on connait on mesure la différence et le divorce entre la France, la Nation, son Peuple et certaines soi-disant élites qui ne sont pas à leur place : nous avons mis au pouvoir des imposteurs... Notre pays , notre Nation, notre peuple est trahi... C’est la chienlit !

            (PS : je ne mets pas Mitterand sur le même niveau... car il a quand même été un grand Président...) et pourtant je suis de droite et Gaulliste et ancien militant de l’UJP (mais pas encarté à l’UMP où je ne me reconnais pas d’affinités...)


            • Paul Cosquer 22 juillet 2009 12:44

              Mais heureusement, nous sommes bretons...


            • mandrier 22 juillet 2009 14:15

              Il faudra faire avec !...


            • Paul Cosquer 22 juillet 2009 15:27

              « Feravec ? Encore un breton ! » smiley


            • Fergus fergus 22 juillet 2009 13:41

              La preuve que De Gaulle aimait la Bretagne : il aimait aussi l’Irlande, ce cousin d’outre Manche.

              Quant à dire en parlant de la langue bretonne qu’elle est la dernière a être parlée sur le continent, il faut évidemment comprendre à l’exclusion des îles britanniques où sont encore usitées des langues celtes (Irlandais, Gallois, Ecossais, Mannois).


              • Mohammed MADJOUR Mohammed 22 juillet 2009 13:53

                Charles Magnus parlait beaucoup de langues, du moins il prononçais quelques mots d’une langue étrangère (Anglais, Allemand, Russe...) à chacune de ses visites !

                Il n’a jamais proncé un mot en arabe ! Quand il avait crié à Alger « Je vous ai compris », dans sa langue maternelle, il s’adrerssait naturellement à « l’Algérie des généraux réticients et nostalgiques » ! Un laps de temps les indigènes croyaient ...

                Aux Bardes de France : Endossez votre lourde Barda de l’histoire !

                Mohammed.



                • Reinette Reinette 22 juillet 2009 14:08


                  Prenez en de la graine http://www.dailymotion.com/torapamavoa/video/x3fjg4_la-cam-du-pecheur-insulte-sarkozy-g_politics

                  un dialogue de sourd reconstitué http://www.youtube.com/watch?v=3kGlpa9AIHc&NR=1



                  La Roche-aux-Fées, commune d’Essé, Ille-et-Vilaine, Bretagne, France. C’est un dolmen de type « allée couverte », le plus grand de France, datant de -2500 à -2000.



                  allez c’est ma tournée : http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/9/9f/Breizh_Cola.jpg





                  • ASINUS 22 juillet 2009 14:31

                    @taverne
                    pourtant, nous les generaux depuis 14 la saignée, le pays est mort en 14 vous le savez non ?
                     les regiments bretons jetés par paquet ,la faute au recrutement regionnal diront ils plus tard
                    et ceux de 1870 que l on a laissé croupir decimés par la maladie la 3e de gambetta se mefiant des « baragouineurs » yep tout le monde connais chez nous l anecdocte du general tout brodé sur son cheval remontant une colonne d infanterie qui vient de dérouillér et les gus au galonné ar ker ma général ! ar ker ! l autre baderne les braves gens ils veulent retourner au combat ! yep mill ch’ast pour, les generaux yep


                    • Mr Pigeon Mr Pigeon 22 juillet 2009 17:29

                      La ferveur indépendantiste que connaissent certaines de nos régions, est avant tout un problème de reconnaissance culturelle. Il ne s’agit pas de faire sécession.

                      Pour nous imposer une certaine idée de la France, on a tenté de détruire les langues de nos Régions, comme on l’a fait en Afrique-Noire au temps des colonies.

                      Pour finir de nous achever, nos élites nous impose l’anglais et l’immigration de masse, pour mieux dissoudre les frontières des nations dans une Europe. Les anciens peuples d’Europe, brassés entre eux et avec diverses cultures orientales, ne formeront plus qu’un seul nouveau peuple, aseptisé, malléable et corvéable.

                      Aujourd’hui, l’État préfère subventionner des musés dédiés au Romains, aux Égyptiens, à l’art abstrait ou même académique, comme ces « chefs-d’œuvre » que l’on peut admirer au milieu de ronds-points ou de places publiques. Par contre l’accès aux cultures celtes, basques, kanak, etc, est plus difficile d’accès.


                      • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juillet 2009 11:00

                        Assimiler provinces et colonies n’est-ce déjà pas être sur le chemin de la sécession ?


                      • Mr Pigeon Mr Pigeon 25 juillet 2009 04:49

                        Entre les voies de l’unité et de l’Indépendance, il y a la voie de l’autonomie. Qui est vécu au quotidien par la Catalogne espagnole, le Val-d’Aoste italien et l’ensemble de régions suisses. C’est une forme de respect des différences.


                      • ASINUS 22 juillet 2009 18:25

                        Ce qui fut fait à ceux des miens
                        Qui fut exigé de leurs mains
                        Du dos cassé ,des reins vrillés

                        Vieille à trente ans, morte à vingt ans
                        Quand le regard avait pour age
                        L’age qu’on a pour vivre clair

                        Ce qui fut fait à ceux des miens
                        Pas de terre assez pour manger
                        Pas de temps assez pour chanter

                        Et c’est la terre ou c’est la mer
                        Le travail qui n’est pas pour soi
                        La maison qui n’est pas pour toi

                        Quatorze pour les rassembler
                        L’armistice pour les pleurer
                        L’alcool vendu pour les calmer

                        Un peu d’amour pour commencer
                        Quelques années pour s’etonner
                        Quelques années pour supporter

                        je ne peux le pardonner


                        e guillevic

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès