Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’histoire d’un masque, le principe d’une (...)

L’histoire d’un masque, le principe d’une révolution…

Tout le monde a vu ce masque un peu partout avant la révolte tunisienne et encore aujourd’hui pendant le mouvement égyptien ; pourtant très peu savent l’histoire de ce masque et surtout de quel mouvement il est en train de devenir l’implacable symbole. C’est en 2006 qu’un film met en image une série de bandes dessinées réalisées de 1989 à 90. Le film n’a pas eu le succès qu’il méritait, pourtant comme disent les jeunes, c’est aussi « puissant » que matrix…

Mais comment un masque tiré du film « V comme Vendetta » lui-même inspiré des bandes dessinées du même nom, devient-il le symbole, l’emblème des « anonymous », célèbre mouvement de hacker dont la franchise tunisienne autoproclamée prit une part très active sinon décisive à la chute de Ben Ali le funeste ?

Surtout quand on sait que le film, les bandes dessinées s’inspirent d’un personnage qui a lui, bel et bien, existé : Guy Fawkes, principal responsable du plan connu sous le nom de « la conspiration des poudres » qui visait pas moins qu’à assassiner un roi, sa famille et la plupart de l’aristocratie d’un coup en faisant exploser le palais de Westminster le 5 novembre 1605 lors de la session d’ouverture du parlement.

De là que jusqu’à nos jours, chaque 5 novembre est fêtée la « Guy fawkes night » au Royaume-Uni jusqu’en Afrique du sud et ailleurs... Peu importe, un peu de googlage devrait vous permettre d’en savoir plus, ce n’est pas le sujet. Le sujet étant le masque qui représente ce personnage mais qui désormais représente quiconque adhère à une philosophie de lutte qui n’a plus rien à voir avec la conspiration des poudres qui n’était en réalité qu’une Saint-Barthélemy light où un groupe d’activistes catholiques voulaient en finir avec un roi protestant.

De nos jours, ce masque représente tout à fait autre chose. Il représente la dernière forme de lutte possible contre un système quelconque quand il devient trop puissant et quasiment invincible, une sorte de big Brother, écoutant tout, conditionnant psychologiquement tout, prisonnier de sa propre mécanique au point qu’on ne puisse plus imaginer ce que serait le monde sans lui !

C’est le sujet de ce genre film qu’on appelle dystopique car c’est un « récit de fiction peignant une société imaginaire, organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur, et contre l'avènement de laquelle l'auteur entend mettre en garde le lecteur. »

A voir ou revoir absolument si vous l’avez raté en 2006 ou si vous avez cru qu’il s’agissait là d’un film pour adolescent. Pourtant à l’époque, je me souviens d’un jeune de son temps qui l’a trouvé nul ! Heureusement sinon cela signifierait qu’il est devenu non seulement adulte avant l’âge mais surtout conscient de la mécanique du monde et de l’impuissance des gens de bien…

Toujours est-il que le principe c’est de savoir comment peut-on lutter contre un système monstrueux sans passer par les formes d’organisations conventionnelles où sitôt que vous vous organisez, vous êtes découverts donc pris. Il s’agit de réfléchir à un moyen de combattre un système devenu décadent et monstrueux sans jamais se connaître mais en ayant tous le même but : faire tomber le système !

Qui peut arrêter une conspiration ourdie par des esprits supérieurs pour des gens qui ne se connaissent pas et ne se rencontreront jamais et qui chacun œuvrant de son côté n’a pour unique objectif que la chute du système ? Le combat des anonymes pour le bien de tous !

C’est là un principe révolutionnaire qui sera celui du millénaire qui commence.

Principe redoutable s’il est impulsé par des esprits brillants ayant bien pensé la dynamique et pour laquelle il ne suffira que du soutien d’autres anonymes tout aussi brillants ayant chacun la liberté d’action pour atteindre l’objectif.

Il n’y a aucune place pour la peur ! C’est le combat des désespérés lucides ! C’est le combat d’un reste de bien contre la toute puissance du mal !

Il va de soi qu’une pareille rhétorique peut être reprise par des groupuscules, des sectes, et autres pour semer la terreur ou juste renforcer le système ; c’est là qu’intervient un tout autre élément sans lequel tout le reste devient falsifiable, cet ingrédient naturel c’est la toute simple bonne foi !

C’est compter sur des anonymes en doutant quasiment de leur existence tellement vous pensez être le seul à penser ainsi pour le bien de tous, c’est compter sur la seule force de la vérité dont aucune falsification ou pâle copie ne saurait jamais atteindre la toute puissance de la force de conviction qu’elle apporte à chacun.

Un programme bien ficelé et ciao ciao tout système tyrannique…

Ça laisse rêveur…


Les réactions les plus appréciées

  • pyralene (---.---.---.243) 2 février 2011 16:57
    Pyrathome

    Quand le gouvernement viole les droits du peuple,

    l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple
    le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    Déclaration des droits de l’homme et du citoyen art.35 1793.

  • Fergus (---.---.---.157) 2 février 2011 14:43
    Fergus

    Bonjour, Vlane.

    Excellent article, qui laisse rêveur en effet.

    Car si les désespérés sont chaque jour plus nombreux, il manque encore à beaucoup cette lueur de lucidité qui leur fera prendre conscience de la réalité. Comment pourrait-il en aller autrement dans une société où le consumérisme individuel a pris le pas sur la solidarité ?

    Gardons toutefois espoir, comme le suggère Perseus.

  • Alpo47 (---.---.---.6) 2 février 2011 17:08
    Alpo47

    Oui, bel article ...
    Effectivement, si nous voulons éviter le pire qui se profile, il faut sortir des moyens habituels, qui sont tous sous controle, et innover.
    Tout rassemblement ou organisation « classique » est vouée à être infiltrée, corrompue, trahie.
    Le plus tragique, c’est que les analyses que nous sommes quelques milliers à partager ici, sont partagées par une grande partie de nos concitoyens. Le salut du système actuel est dans la peur, la méfiance, la division et l’ignorance.
    Un moyen de passer outre, va dans la bonne direction. Ce pourrait même être un pas décisif.

  • gimo (---.---.---.189) 3 février 2011 00:57

    les gouvernement doivent craindre les citoyens non l’inverse


Réagissez à l'article

47 réactions à cet article

    • plancherDesVaches (---.---.---.12) 2 février 2011 17:03

      Hé bien, même les modérateurs ignorent l’origine du masque...

      Ainsi, c’est en « république » de Gènes qu’apparut le masque en 1653 pour aller revendre des « avoirs » pourris et des biens bien concrets de façon anonyme afin de disposer d’argent frais permettant de se nourrir.
      Nous passerons pudiquement sur la prostitution de la classe « noble » allemande dans les années 1929-1936 afin d’avoir juste de quoi manger aussi...

      Bientôt partout dans le monde... (vu à la télé)

    • BOBW (---.---.---.43) 2 février 2011 20:56
      BOBW

      @ vlane : citoyen du monde au nom de la libre expression sans « langue de bois » tu peux trés bien exprimer ton avis selon l’éthique heureuse de ce site à l’esprit Républicain.

    • gimo (---.---.---.189) 3 février 2011 00:57

      les gouvernement doivent craindre les citoyens non l’inverse

  • Fergus (---.---.---.157) 2 février 2011 14:43
    Fergus

    Bonjour, Vlane.

    Excellent article, qui laisse rêveur en effet.

    Car si les désespérés sont chaque jour plus nombreux, il manque encore à beaucoup cette lueur de lucidité qui leur fera prendre conscience de la réalité. Comment pourrait-il en aller autrement dans une société où le consumérisme individuel a pris le pas sur la solidarité ?

    Gardons toutefois espoir, comme le suggère Perseus.

    • kemilein (---.---.---.237) 3 février 2011 07:43
      kemilein

      une scission sociétale.

      vous vous partez par la, poursuivez votre chemin de désespoir, nous nous bifurquons, on va par la, ouep, la bas.
      comme dirait le n’indien dedans la ville : chacun sa route, chacun son chemin.

      suffit tout simplement d’avoir la possibilité de mettre en route quelque part un projet alternatif, du genre zeitgeist (-quoi qu’il manque d’être honnête notamment sur la question de limitation de la procréation-)
      la france est un pays un et indivisible ou les lois de la République s’applique partout et a tous. (normalement) notre alternative ne peux donc s’y passer.

      il faudrait juste un lieu, je n’en vois qu’un : les océans !
      les eaux internationales n’étant sous aucune juridiction (sauf internationales... donc pas vraiment légale) il est donc possible techniquement d’y mener un projet de société alternative.

  • pyralene (---.---.---.243) 2 février 2011 16:57
    Pyrathome

    Quand le gouvernement viole les droits du peuple,

    l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple
    le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

    Déclaration des droits de l’homme et du citoyen art.35 1793.

    • Chris Lefebvre (---.---.---.239) 3 février 2011 00:22
      Jean Lannes

      Mais oui pyralene. Vous faites un drôle de révolutionnaire en venant me traiter de propagandiste quand je défend Dieudonné et quand je cite Soral. Quel bel esprit de résistance que de suivre l’avis des médias concernant deux dissidents du système !

      PS : merci l’adresse IP (et l’analyse des messages postés) pour nous permettre de savoir que le compte « pyralene » et le compte « V » sont la même personne ;) Manquez-vous à ce point de soutien pour vous démultiplier ainsi ?

    • kemilein (---.---.---.237) 3 février 2011 07:52
      kemilein

      la 5ième République, forfaiture d’un homme (grand pourtant ,dans sa vision indépendantiste de l’Empire).
      au sortir de la guerre, après le despotisme illégale de pétain, un homme, de gaulle, a décider que cette constitution était la plus appropriée. tel Napoléon et son Consulat, nous avons eu De Gaulle et sa 5ieme, celle du monarque présidentiel élu.
      alors que pourtant dans les formes la constitution ne donne pas tant de pouvoir a l’homme.

      il nous faut reprendre le pouvoir usurper, et pour cella il nous faut nous même rédiger notre constitution spécifiant expressément qui fait quoi comment, qu’est ce que les élu peuvent faire et ne pas faire. bref Une Constituante.

      vous brailler tous contre le Mélenchon, vous vous plaignez tous aussi du peu de démocratie réelle que nous avons, alors puisqu’il est le seul a vouloir donner la parole au peuple...
      si c’est pas lui qui le fait, personne, et alors nous devrons reprendre la France aux tyrans par la force et le sang

    • Morpheus (---.---.---.78) 3 février 2011 14:36
      Morpheus

      @ Vlane

      Article 11. Tout acte exercé contre un homme hors des cas et sans les formes que la loi détermine, est arbitraire et tyrannique ; celui contre lequel on voudrait l’exécuter par la violence a le droit de le repousser par la force.

      La loi EST arbitraire et tyrannique. Aucune loi n’a jamais - JAMAIS - résolu un problème. Résoudre un problème demande de considérer les causes environnementales qui provoque le problème ; la loi, elle, n’est jamais - ET NE SERA JAMAIS - qu’une action visant à contrer les symptômes du problème, pas ses causes. La loi est donc inadaptée et inappropriée pour résoudre les problèmes rencontré par la société. Concept à revoir.

      Article 21. Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d’exister à ceux qui sont hors d’état de travailler.

      Voilà une mesure qui agit dans le paradigme d’une société régie par une économie basée sur la monnaie et sur le travail contraint. Le travail est contraint, parce que pour vivre, une personne doit « gagner sa vie » et donc gagner de l’argent. Cela signifie que pour obtenir ce dont il a besoin pour vivre dignement, un être humain, dans cette société, doit se soumettre à la loi du système monétariste, et donc se prostituer. Où comment se tirer une balle dans le pied : il est dit que la société doit pourvoir en cas d’absence de travail, mais cela devient vite impossible dans une société régie par le profit et l’argent. Concept à revoir.

      Une alternative ?

      EBR : économie basée sur les ressources.

      " Une économie basée sur les ressources utilise les ressources existantes - plutôt que l’argent - pour fournir une méthode de distribution équitable de la manière la plus humaine et efficace possible. Dans un système dans lequel tous les biens et services sont mis à disposition de chacun sans l’utilisation d’argent, de crédit, de troc ou toute autre forme de dette ou servitude. "

      Concept à voir...

  • Alpo47 (---.---.---.6) 2 février 2011 17:08
    Alpo47

    Oui, bel article ...
    Effectivement, si nous voulons éviter le pire qui se profile, il faut sortir des moyens habituels, qui sont tous sous controle, et innover.
    Tout rassemblement ou organisation « classique » est vouée à être infiltrée, corrompue, trahie.
    Le plus tragique, c’est que les analyses que nous sommes quelques milliers à partager ici, sont partagées par une grande partie de nos concitoyens. Le salut du système actuel est dans la peur, la méfiance, la division et l’ignorance.
    Un moyen de passer outre, va dans la bonne direction. Ce pourrait même être un pas décisif.

  • chuppa (---.---.---.137) 2 février 2011 17:21

    Désobéissance civile...... ou si vous voulez « anarchie douce » en guise d’apéro

  • JL (---.---.---.22) 2 février 2011 17:25
    JL

    Le contraire de la vérité c’est un mensonge ! mais le contraire d’un mensonge n’est pas la vérité : c’est le plus souvent un autre mensonge. Comment fait-on ?

    • JL (---.---.---.22) 2 février 2011 19:07
      JL

      @ Frida, vous écrivez : « c’est là qu’intervient un tout autre élément sans lequel tout le reste devient falsifiable, cet ingrédient naturel c’est la toute simple bonne foi ! »


      Vous avez raison, la foi dit-on, soulève des montagnes. La bonne foi seulement, la mauvaise foi , en tant que « mal diseuse des choses », ajoute aux malheurs du monde.

      Cordialement.

    • JL (---.---.---.22) 3 février 2011 10:39
      JL

      Désolé pour ce commentaire qui n’a pas sa place ici.

  • OMAR (---.---.---.248) 2 février 2011 18:09

    Omar 33

    Bonjour Vlane.

    Oui, quand on a faim.
    Quand on a froid.
    Quand on est méprisé.
    Quand l’horizin est gris.
    Quand c’est la mort qui nous attend.....

    Il n’y a aucune place pour la peur ! C’est le combat des désespérés lucides 

     

  • Ariane Walter (---.---.---.47) 2 février 2011 20:09
    Ariane Walter

    V comme vendetta est un de mes films préférés ! je l’adore ! Quelle excitation ! On a tellement envie de faire pareil et le masque est superbe. il faudrait qu’ils le sortent en France pour les manifs.

    merci de lui faire de la pub !

  • yvesduc (---.---.---.4) 2 février 2011 20:28
    Je me souviens encore lorsque j’ai découvert cette BD ; j’avais 23 ans et elle m’avait fait une très grosse impression. Le dessin peut déplaire à certains (moi, il me plaît) mais le scénario est à la fois universel et original. Une BD qui fait partie du petit lot de celles qui m’ont marqué politiquement (aux côtés par exemple des Eaux de Mortelune).

    Le film, très réussi, déroule un scénario légèrement différent afin de s’adapter à la réalité de l’après-11-Septembre. Ça lui donne à mon avis une valeur propre, complémentaire de la BD.

    La BD diffuse un puissant message de résistance à l’oppression, à la dictature et à la corruption qu’elle entraîne, mais message un brin désabusé aussi : la Résistance est un éternel recommencement.

    Le film frappera plus fortement tous ceux qui doutent de la pensée unique diffusée par nos médias, s’amusent de la bien-pensance et de l’arrogance qu’ils répandent et du caractère complètement virtuel de certaines informations (le 11-Septembre en particulier).

    La BD se rapproche plus des récents événements tunisiens (et, je l’espère, égyptiens !).

    La BD existe en intégrale.
  • amipb (---.---.---.23) 2 février 2011 20:46
    amipb

    Un billet plein d’espoir, mais un mode de révolution malheureusement très dépendant des moyens de communication, à mon humble avis.

    Pour cette simple raison, difficile d’extrapoler ce genre de mouvement dans un système un cran plus autoritaire que les régimes tunisien et égyptien. Ce type de manifestations ne pourra jamais voir le jour en Russie, Iran, Corée du Nord ou Chine.

    Une chose apparaît malgré tout clairement : tous les peuples oppressés rêvent d’une démocratie, même imparfaite comme celle qui règne en occident.

    Et ce au grand dam de ceux qui répètent à l’envi que ce modèle politique et social n’est pas compatible avec les autres cultures...

  • BOBW (---.---.---.43) 2 février 2011 21:02
    BOBW

    vlane : sincères félicitation pour ce trés bel article à la gloire des droits de l’homme et de la Liberté sans esprit partisan !! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

vlane

vlane

.


Voir ses articles

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès