• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > L’Intelligence Artificielle incontrôlée : Une arme qui pourrait (...)

L’Intelligence Artificielle incontrôlée : Une arme qui pourrait détruire l’humanité

 « Objets inanimés avez-vous donc une âme ? Qui s'attache à notre âme..et la force d’amer »

Lamartine (Milly ou la terre natale)

 Ce nouveau siècle a vu une accélération des sciences NBIC (Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique Sciences cognitives) notamment celle de l'intelligence artificielle où le mot vivant est de plus en plus galvaudé du fait de son attribution aux machines. On dit que les objets électroniques deviennent « intelligents » s'ils s'adaptent à l'utilisateur et même « vivants » quand ils communiquent avec nous de manière naturelle. Nous devons définir ce que c'est un objet vivant qu'il ne faut pas confondre avec un robot automate aussi sophistiqué soit-il. Le terme s'oppose alors à « vivant » : les objets ne sont pas animés, ils ne sont pas en vie. Ils ne méritent pas le traitement particulier qu'on réserve aux vivants et en particulier celui qu'on réserve aux personnes humaines.

Pour Jean-Claude Heudin, directeur de l'Institut de l'Internet et du Multimédia et spécialiste de l'intelligence artificielle, une tendance décisive est la manière dont ces objets, voitures, maisons ou autres, gèreront eux-mêmes leur énergie, particulièrement dans le cadre d'un smart grid. A propos d'objet intelligent et d'objet smart, il déclare : « Je fais une distinction entre les deux. Dans notre école, le terme 'smart'' correspond à une partie de l'enseignement du Design Interactif. En d'autres termes, ces objets doivent être parfaitement adaptés aux usages des utilisateurs. Leur utilisation doit être simple et évidente. Un objet intelligent, lui, doit en plus être capable de s'adapter à son propriétaire, par exemple en détectant et en mémorisant ses habitudes, en personnalisant ses services... »(1)

« Pourquoi dit-on qu'ils sont « vivants » ? C'est une étape supplémentaire poursuit-il, celle des objets capables de dialoguer selon nos propres modes de communication verbale et non-verbale. En d'autres termes, il s'agit de tirer parti de notre tendance naturelle à considérer ce qui nous entoure comme faisant partie de notre groupe social. Cet anthropomorphisme est le résultat de notre évolution en tant qu'animal social. Cette démarche est très étudiée, en particulier en robotique avec les robots humanoïdes. » (1) « On doit prendre garde à ne pas vouloir pousser trop loin la ressemblance. Ainsi, les androïdes conçus par Hiroshi Ishiguro sont comme des clones humains, mais leur ressemblance inquiète plus qu'elle ne rassure. (...) « L'autonomie des machines, associée au recueil massif des données (le « big data ») va créer des scénarios inédits que le législateur devra prendre en compte. l'un des domaines où les objets intelligents vont apparaître le plus rapidement est celui de l'automobile, en particulier avec les futures voitures autonomes sans conducteur. (...) Si une voiture autonome a un accident, qui est responsable ? (...) Ces technologies coûtent cher à développer et, d'autre part, tous les objets n'ont pas à devenir intelligents ». (1)

La maison smart est une réelle avancée technologique. De la cuisine à la chambre à coucher, des toilettes au salon, le meilleur des nouveautés numériques garnit ce lieu que l'on visite comme un petit musée du futur. Impossible de passer à côté du « mur de service connecté », espace stratégique où l'homme (pourvu d'un smartphone comme excroissance naturelle). (2)

De même, avec l'allongement de la durée de vie, les établissements adaptés aux seniors devraient se multiplier. À quoi ressemblera la maison de retraite du futur ? Les « signaux faibles » de 2013 nous renseignent, et EDF Pulse en déduit trois scénarios. Avant de couler des jours heureux à jouer à la belote avec des amis au minimum octogénaires, encore faut-il savoir dans quel habitat nous vivrons. Trois possibilités se présentent et font l'objet d'expérience en Suisse en France et au Japon (3)

A côté de ces avancées somme toute utiles pour l'humanité et pour le bien-vivre Après le coeur artificiel, il se murmure que c'est au tour du cerveau de quitter le monde organique pour rejoindre celui de l'artifice. Le cerveau pourrait être composé de neurones en nanotubes de carbone, selon des chercheurs américains. À la tête de ce projet les professeurs Alice Parker et Chongwu Zhou, spécialisés en génie électrique à l'université de Californie du Sud. Ils sont parvenus à fabriquer une synapse (zone de contact entre deux neurones) fonctionnant grâce à des nanotubes de carbone, réalisant une avancée significative dans l'utilisation des nanotechnologies pour la construction d'un cerveau synthétique. Pour atteindre ce résultat, qui pourrait révolutionner la science en général en offrant une seconde vie à tous ceux victimes de dommages cérébraux. (4)

« Mais cette trouvaille n'est que la première étape d'un long processus de recherche et de test. Si les scientifiques sont parvenus à construire un circuit pouvant agir comme un neurone, une question de taille demeure : comment réaliser des structures indépendantes de ces circuits qui imiteraient le fonctionnement du cerveau (celui-ci possède 100 milliards de neurones et 10.000 synapses par neurone !). Le but du jeu, à terme, serait bien sûr de rendre cette exacte copie de notre bon vieux cerveau plus puissante et plus intelligente. Alors certes, le cerveau artificiel, ce n'est pas pour demain, mais une chose est sûre : avec ce genre de découverte, la voie de l'intelligence artificielle est ouverte et passera certainement par la prothèse nanotechnologique. À la clé, la guérison de traumatismes ou de troubles cérébraux. Vivement demain. (4)

 

Le revers de la médaille

Toute médaille a son revers. Un site intéressant liste les technologies dangereuses pour l’humanité. Nous les résumons ici sans oublier naturellement l’intelligence artificielle : « Tout d’abord l’armement nanotechnologique. S'il y a bien une chose qui pourrait détruire la race humaine sur Terre, c'est l'utilisation des nanotechnologies à des fins militaires. Le risque vient de deux facteurs importants : l'auto-réplication incontrôlée et la croissance exponentielle. Que ce soit les aérovores (qui bloqueraient les rayons du soleil), le plancton gris (qui dévorerait l'écologie sous-marine), le lichen gris (qui détruirait la géologie terrestre) ou les destructeurs de biomasse (qui s'attaqueraient à divers organismes), il ne faudrait pas plus de 20 mois pour une "écophagie globale". La seul défense possible serait de créer un système qui perturberait les mécanismes internes des nanorobots. La plupart des experts sont donc d'accord pour instaurer un moratoire sur les nanotechnologies utilisées comme arme ».(5)

 « Ensuite et dans l’ordre : « des machines conscientes C'est l'un des rêves des scientifiques : intégrer une conscience artificielle dans une machine. Cependant, il faut absolument réfléchir à ce sujet avant de se lancer. Selon le philosophe Thomas Metzinger, "aucun comité éthique dans un monde démocratique n'acceptera que de tels recherches soient lancées" ». Une super-intelligence artificielle Comme le disais Stephen Hawking l'intelligence artificielle pourrait être la plus grande erreur de notre histoire . Les voyages dans le temps N'importe quel film de SF traitant de voyages dans le temps nous montre les potentiels dégâts que cela pourrait générer, en particulier les paradoxes temporels. Un dispositif de lecture de l'esprit L'idée que des machines puissent lire les pensées et les souvenirs des gens sans leur consentement n'est pas complètement farfelue (…) L'année dernière, aux Pays-Bas, des scientifiques ont croisé des imageries mentales avec des algorithmes informatiques pour déterminer quelles lettres une personne regardait. L'idée est de reconstruire la pensée humaine à un niveau sans précédent, permettant de montrer ce que vous avez vu, pensé ou enregistré » (5)

En sixième position propose l’auteur : « Un dispositif de piratage cérébral .Par extension, il serait également possible d'altérer nos esprits sans que nous le sachions, de la même façon que dans le jeu Remember Me. Dès que nous implanterons des puces dans notre crâne et en supposant que nous n'arrivions pas à développer des pares-feu suffisamment efficaces, nos cerveaux seraient directement exposés à internet et tous ses maux. Une équipe internationale de chercheurs en neurosciences a mis en place une expérience qui a permis aux participants de s'engager dans une communication entre cerveaux sur internet. Bien sûr, c'est excitant, mais cette forme de télépathie pourrait ouvrir la boîte de Pandore ». (5)

« En septième position : « Des robots autonomes conçus pour tuer les humains. L'idée que des machines puissent tuer des humains sans que personne n'appuie sur la détente est effrayante. (…) Le plus grand danger se cache dans une hypothétique course à l'armement. Après quelques cycles d'amélioration, le développement de robots pourrait franchir un seuil dans lequel la dernière génération serait en mesure de dépasser tout système militaire contrôlée par l'homme. (…) Ensuite nous avons d’après l’auteur : « Les armes bactériologiques Un autre sujet perturbant... Comme indiqué par Bill Joy et Ray Kurzweil en 2005, laisser les génomes de virus mortels à portée du premier venu, c'est précipiter la destruction de notre planète. Certains scientifiques parlent même de virus agissant directement sur le génome humain ». Des peines et emprisonnements virtuels Et l’enfer technologique  Dans une perspective d'espérance de vie indéfinie, cet avenir est particulièrement effrayant, avec des possibilités de tortures physiques et psychologiques sans limites ». (5)

 

Les espoirs des apprentis sorciers sur l'intelligence artificielle

Il est de ce fait évident, malgré les assurances des apprentis sorciers, il nous faire très attention. Les conséquences de certaines avancées peuvent constituer un danger pour la condition humaine. Pour Ray Kurzveil de Google en charge des Nbic et du transhumanisme lors d'une annonce en juin 2013 lors du Global Furures 2045 International Congress à New York qui avait pour but de présenter le monde de 2045, il a été indiqué que l'Humanité connaîtrait dans les années à venir, une croissance technologique totalement nouvelle et largement supérieure à celle que l'on connaît aujourd'hui plus connue sous le nom de « Singularité Technologique ». Ce concept tend à l'immortalité digitale, en conservant l'intelligence et le cerveau de l'Homme pour l'éternité. L'Homme a rendu indispensable les nouvelles technologies à sa vie. Kurzweil explique que « nous allons devenir de plus en plus « non-biologiques », au point où les parties non-biologiques domineront et que les parties biologiques ne seront plus importantes. En fait, la partie machine, sera si puissante, qu'elle pourra totalement modeler et comprendre la partie biologique. Du coup, même si cette partie biologique était retirée, cela ne ferait aucune différence. (...) Nous aurons également des corps non biologiques - nous pouvons créer des corps virtuels et une réalité virtuelle aussi réaliste que la réalité réelle. Nous serons donc capables de changer de façon routinière de corps, mais aussi d'environnement, très rapidement. (6)

 

L'intelligence artificielle : Premier risque d'extinction de l'humanité ?

Après ces aspects somme toute positifs, beaucoup de scientifiques s'interrogent sur les « bienfaits et surtout les limites de l'intelligence artificielle. Ainsi une équipe de scientifiques du Future of Humanity Institute et de la Fondation des enjeux mondiaux de l'université d'Oxford, a déterminé les différents scénarios qui pourraient entraîner une extinction de l'humanité. Douze événements apocalyptiques amèneraient la fin de toute vie sur Terre. Pour eux la grande majorité de ces causes pourrait être contrôlée par l'homme, comme c'est le cas pour le réchauffement climatique ou encore la guerre nucléaire. Ce ne sera pas évident s'agissant de l'intelligence artificielle qui peut échapper au contrôle humain. Parmi les autres causes possibles d'extinction de l'humanité, on peut retrouver, une immense pandémie, l'irruption d'un super-volcan, la collision de la Terre avec un astéroïde géant, ou encore un effondrement simultané de tous les fondements de notre société dû à de mauvaises politiques locales. Nous voilà prévenus... « Au lendemain d'une lettre ouverte de la communauté scientifique internationale, recueillant les signatures de grands noms du secteur comme Elon Musk fondateur de Tesla et Space X ou Jaan Talinn, co-fondateur de Skype, l'analyse de l'équipe d'Oxford conforte un point crucial : il est indispensable de développer l'intelligence artificielle avec précaution et dans une démarche positive pour l'humanité. Car si, selon les chercheurs, l'élaboration de machines toujours plus intelligentes pourrait mener l'humanité à sa perte (dans un scénario très proche de celui de la trilogie « Matrix »), il est également avéré que cette même intelligence artificielle pourrait être l'outil le plus adéquat pour empêcher les autres possibilités d'apocalypse imaginées par les scientifiques. (7)

 

Intelligence artificielle : Pourquoi avoir peur ?

Les progrès de l'intelligence artificielle menacent la survie de l'espèce. C'est en tout cas les avis autorisés de Bill Gates, Stephen Hawking et Elon Musk. Quel est le point commun entre Stephen Hawking, Bill Gates et Elon Musk ? Le scientifique, le co-fondateur de Microsoft, et celui de Tesla et SpaceX pensent que l'intelligence artificielle constitue une menace pour l'humanité. « Je ne comprends pas dit Bill Gates pourquoi les gens ne sont pas inquiets. » « Je suis de ceux qui s'inquiètent de la super-intelligence. Dans un premier temps, les machines accompliront de nombreuses tâches à notre place et ne seront pas super-intelligentes. Cela devrait être positif si nous gérons ça bien. Plusieurs décennies plus tard cependant, l'intelligence sera suffisamment puissante pour poser des problèmes. Je suis d'accord avec Elon Musk et d'autres, et je ne comprends pas pourquoi les gens ne sont pas inquiets ». » (8)

« Elon Musk joue depuis quelque temps le rôle du Cassandre de l'intelligence artificielle. 'Je pense que nous devrions être très prudents. Si je devais deviner ce qui représente la plus grande menace pour notre existence, je dirais probablement l'intelligence artificielle. Je suis de plus en plus enclin à penser qu'il devrait y avoir une régulation, à un niveau national ou international, simplement pour être sûr que nous ne sommes pas en train de faire quelque chose de stupide. Avec l'intelligence artificielle, nous invoquons un démon''. » (8)

« Le célèbre physicien Stephen Hawking, se montre lui aussi pessimiste. « Réussir à créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement dans l'histoire de l'homme. Mais ce pourrait aussi être le dernier », prévient-il. Ou encore : « L'impact à court terme de l'intelligence artificielle dépend de qui la contrôle. Et, à long terme, de savoir si elle peut être tout simplement contrôlée ». Mais le plus préoccupant, ce n'est pas cela. C'est la possibilité que la machine se retourne contre l'homme, non parce qu'elle aurait acquis comme par magie une conscience maléfique, mais parce que les capacités de calcul limité des programmeurs ne peuvent pas éviter l'apparition d'effets pervers. » (8)

« Une super-intelligence artificielle pourrait employer des moyens, logiques mais pervers et dangereux, d'atteindre son but (...) Ce genre de bug est inévitable, selon Gérard Berry, informaticien et professeur au Collège de France. Dans une interview à Rue89, il explique : « L'homme est incomplet, incapable d'examiner les conséquences de ce qu'il fait. L'ordinateur, au contraire, va implémenter toutes les conséquences de ce qui est écrit. Si jamais, dans la chaîne de conséquences, il y a quelque chose qui ne devrait pas y être, l'homme ne s'en rendra pas compte, et l'ordinateur va foncer dedans. C'est ça le bug. » (7) L'astrophysicien Stephen Hawking persiste : Pour lui, : « L'intelligence artificielle (IA) est une menace pour le genre humain. L'astrophysicien avait déjà indiqué ses craintes dans une tribune cosignée avec trois autres chercheurs en mai dernier. Interrogé par la BBC le savant estime que « le développement de l'intelligence artificielle pourrait signifier la fin de le genre humain ». Cet avertissement venait en réponse à une question sur la technologie qu'il utilise pour communiquer, qui implique une des formes de base de l'intelligence artificielle. » (9)

« Tout en saluant l'utilité de cette nouvelle technologie, le professeur Hawking dit « craindre les conséquences de la création d'un outil qui pourrait égaler ou dépasser les humains ». Ce type de technique 'pourrait se lancer seule et se reproduire, à une vitesse accélérée''. 'Les humains, limités par la lenteur de leur évolution biologique, ne pourraient pas rivaliser et seraient dépassés''. » (9)

Face à ces dangers, la communauté scientifique se mobilise. A la suite d'une conférence internationale organisée par l'Institut du Futur de l'Humanité, le 2 janvier 2015, l'Institut a publié une lettre ouverte pour inciter le monde de la recherche à ne pas se concentrer uniquement sur le développement des capacités de l'intelligence artificielle, mais aussi sur ses bénéfices pour la société et la constitution de garde-fous. Ces technologies sont à l'évidence utiles mais demandent un temps pour accepter de les intégrer dans l'environnement. L'assistance à l'humain dans des tâches répétitives et usantes ou pour accompagner moralement des personnes isolées est positive.

La place des robots dans notre vie quotidienne est inéluctable : l'éducation des enfants dès la naissance, les actes de chirurgie, la production des biens de consommation. Il faut cependant faire attention que ces objets vivants ne soient pas amenés à nous « échapper » en prenant des décisions à notre place. S'agissant de l'immortalité promise dans trente ans, elle n'aura pas les aspects actuels. Les trans-humanistes nous promettent le téléchargement d'un disque dur de tout ce qui existe dans le cerveau. Bienvenu dans le monde d'Orwell où les biens nés, les riches et les puissants resteront immortels. Les autres resteront esclaves et serviront continuellement de variable d'ajustement. Ainsi ira le monde que nous promet une science prométhéenne à moins d’une prise d conscience universelle où l’égoïsme fait place à l’empathie d’autant plus nécessaire que nous sommes embarqués sur le même vaisseau. A trop jouer avec le feu, on risque de perdre ce qui est notre patrimoine le plus précieux ; notre humanité.

 

1http://pulse.edf.com/fr/les-objets-intelligents-deviendront-ils-vivants?utm_ source=Futura-Sciences&utm_medium=Emailing&utm_campaign=ExpertHeudin

2. http://pulse.edf.com/fr/bienvenue-dans-la-maison-smart

3. http://pulse.edf.com/fr/la-maison-de-retraite-de-demain

4. http://pulse.edf.com/fr/un-cerveau-artificiel-en-2050

5.fandeloup http://fandeloup.centerblog.net/6531169-les-10-technologies-qui-ne-doivent-jamais-voir-le-jour 14/09/2014 

6. http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/2045-l-homme-sera-immortel-147343

7. http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2953478/12-ways-world-end-likely-causes-Apocalypse-identified-scientists-include-mega-virus-nuclear-holocaust-SUPERVOLCANO.html jeudi 19 février 2015

8. Raphaële Karayan 02/02/2015 http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/intelligence-artificielle-attention-danger-meme-bill-gates-a-peur_1647411.html ?

9.Catherine Gouëset 02/12/2014 http:// www.lexpress.fr/actualite/sciences/pour-stephen-hawking-l-intelligence-artificielle-menace-le-genre-humain_1628230.html #ZoQYRd9z0T5 JDKaG.99

 

Article de référence : http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/212890-une-arme-qui-pourrait-detruire-l-humanite.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article    


  • acetrip 22 mars 2015 10:45

    et la force d’aimer


    • lsga lsga 23 mars 2015 11:35

      Cet article est de la pure propagande réactionnaire. 

      Les machines ne sont pas intelligentes, même de manière artificielle. 
      Les petits esprits qui ont déjà eu du mal à intégrer les veilles théories désuètes du fonctionnalisme n’arriveront pas à admettre que le pis d’une vache n’est pas une calculette, et le cerveau non plus. Pour rassurer ces réactionnaires qui veulent lutter contre les moulins à transistors, rappelons leur donc que le nombre de synapses dans le cerveau est de 10 puissance 15 ; et que les neurones travaillent en parallèle ; alors que les plus gros microprocesseurs actuels ont à peine 5,6 Milliards de transistors (le Xéon à 18 coeurs), qui travaillent en sériel. Donc la puissance des ordinateurs est encore à des années lumières d’égaler la puissance du cerveau. 

    • Le p’tit Charles 22 mars 2015 11:07

      l’intelligence artificielle comme son nom l’indique est « Artificielle »...Pour fonctionner cette "intelligence doit disposer d’un logiciel (un programme) créé par l’homme...et en fonction de ce programme elle peut effectuer certaine tâches dans divers domaines..Peut elle prendre un jour le pas sur l’homme et décider par elle même que faire...(en fait supplanter l’homme).. ?

      Aussi perfectionnée soit elle..elle reste une machine et son intelligence n’est que le produit de celle de l’homme.. !

      • SamAgora95 SamAgora95 22 mars 2015 11:32

        @Le p’tit Charles

        Vous-êtes très loin de ce qui se fait actuellement en terme d’intelligence artificielle, un programme d’intelligence artificielle peut parfaitement échapper à son créateur, la reconnaissance vocale par exemple n’est pas programmé avec une série de si alors etc...

        Le fonctionnement d’un réseau de neurones artificiels composé de centaines de milliards d’unité réagissant à des milliards de signaux provenant de son environnement est tout simplement imprévisible et indescriptible même pour celui qui l’a conçu !

        Rien n’interdit que le conscience humaine ne soit que le résultat des interactions synchronisés de nos milliards de neurones ! Alors pourquoi pas une conscience artificielle ?

        -----------------------------

        J’aimerais juste revenir sur le concept de voiture autonome qui parait imminent pour ceux qui ne connaisse pas ce domaine. En réalité nous sommes très loin de posséder une technologie qui permettrait à brève échéance de disposer de tels véhicule, les démonstration de google ne sont que la réplique de ce qui se fait dans le jeu vidéo transposé dans la réalité, tout est sous contrôle, le parcourt et balisé, les incidents contrôlés etc.. etc.. Or la difficulté ne réside pas dans le contrôle du véhicule et le suivie de trajectoire mais dans l’anticipation des situation délicates qui exigent un raisonnement conscient et même intuitif.

        Les machines ne possèdent pas cette capacité aujourd’hui. Je peux donc vous prédire que vous n’êtes pas prêt d’acheter une voiture autonome, en tout cas pas avant une trentaine d’années !

      • Le p’tit Charles 22 mars 2015 12:49

        @SamAgora95...En fait vous soutenez ce qui met les humains au chômage... ?


      • SamAgora95 SamAgora95 22 mars 2015 17:01

        @Le p’tit Charles

        C’est ce qu’on disait de l’informatique et de l’automatisation dans les année 80, aujourd’hui ce secteur emploie des millions de personnes à travers le monde et a remplacé bien des métiers pénibles et dégradants !

        C’est donc un faux problème, des métiers vont disparaître mais ils seront remplacés par d’autre bien plus intéressants, par exemple vaut-il mieux passer son temps à trier des lettres ou à concevoir et entretenir une machine capable de le faire ?

        C’est à la société de prendre en charge les personnes dont le métier disparaît, en les formant, en leur proposant une compensation etc.. toute mutation présente un moment charnière délicat et pénible, c’est à nous de le gérer de façon à le rendre le moins douloureux possible.

        Il ne faut pas se faire d’illusion, tous les métiers suivants disparaîtront à plus au moins brève échéance :

        - Entretien et nettoyage
        - Surveillance et gardiennage
        - Usinage
        - Trie 
        - Programmation informatique dans certain domaine 
        - Restauration
        - Enseignement
        - Armée




      • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 23 mars 2015 10:13

        Ce n’est pas d’un travail dont on besoin les humains mais d’un revenu décent et d’une activité non aliénante.

        D’ailleurs pleurer la disparition de métiers éprouvants pour le corps et peu constructif pour l’esprit montre à quel point nous sommes aliénés.


      • lemi 23 mars 2015 10:48

        @Le p’tit Charles
        vous êtes le champion des arguments merdiques, de l’ignorance crasse et de l’absence totale de remise en question de soi-même ...
        Un beau spécimen de nationaliste !
        Profitez bien des derniers soubresauts des gens de votre espèce ...


      • bourrico6 23 mars 2015 10:51

        @lemi

        Il est bête, tout simplement.


      • lsga lsga 23 mars 2015 11:45

        la question n’est pas de savoir si le programme est prévisible. La question est de savoir si il est conscient. 

         
        La réponse est : la conscience n’est pas un calcul. Le cerveau n’est pas une calculette. Le lait n’est pas le produit d’un calcul. Le pis d’une vache n’est pas une calculette. 
         
        Ressentir une douleur : ce n’est pas faire « 2+2=4 donc 4+4=8 », c’est ressentir. Voir du rouge ce n’est pas faire : « 0001111 proviennent de l’unité x00ffa donc 111101111 », c’est voir.
         
        Au passage, AUCUN ORDINATEUR aujourd’hui n’est capable de simuler l’ensemble du cerveau humain et de ses connexions neuronales. Il y a 10 puissance 15 synapses dans le cerveau, qui travaillent en parallèle (auxquelles il faut ajouter le circuit de cellules gliales qu’on vient tout juste de découvrir), qui n’échangent pas uniquement des informations comme dans une simulation de neurone artificielles, mais qui échangent aussi dans une véritable bouillie chimique faite de neuro-transmetteurs et d’hormones (qui en sont absolument pas simulé).
         
        Bref, aucun ordinateur n’arrive à la cheville du cerveau humain en terme de complexité. La simulation des réseaux de neurones est une simplification à outrance du fonctionnement du cerveau, qui élimine tout ce qui n’est pas calcul. Quand bien-même on simulerait convenablement un seul cerveau humain, dans toute sa complexité chimique (et cela demanderait une puissance de calcul supérieur à tous les ordinateurs au monde réuni), cette simulation ne produirait pas de l’intelligence, de la conscience, pas plus que la simulation du pis d’une vache ne produira JAMAIS du lait
         
        L’esprit est matière chimique, réactions chimico-électriques, pas « information » éthérée. 
        Le calcul n’est qu’une toute petite partie de ce qui le constitue. 

      • Aldous Aldous 23 mars 2015 15:39

        @lsga
        En particulier, la simulation du cerveau d’Isga est strictement impossible car non modélisable.


        En effet on peut concevoir qu’on modélise l’intelligence, mais comment modéliser a connerie ? Hein !

      • lemi 24 mars 2015 08:23

        @lsga
        Votre réflexion est sans valeur Isga, vous ne répondez qu’à vos propres spéculations totalement fantasques et périmées ...
        Il ne s’agit pas d’imiter l’humain, mais de fabriquer une intelligence.
        Un système qui gère des informations, et parmi ces informations, les plus importantes, celles qui sont directement liées aux sensations humaines, des volontés humaines, des besoins humains ... parce que ce sont les données que nous lui fournissons ou bien qu’il apprend à collecter. Des données sur les choix, goûts, préoccupations, des humains.
        Et « intelligent », parce qu’il ne fait pas ce qui a été directement prévu par le programmeur, mais le programme a prévu une couche d’improvisation, de recherche de meilleure solution, d’essai-erreur ...
        et ce, sans fantasme, sans peur du qu’en dira-t-on, sans vergogne, sans obligation de devoir le faire comprendre à des demeurés ... avec une liberté d’imagination et de spéculation que s’interdisent lesdits humains !
        Vous retardez de 30 ans, les algorithmes évolutionnistes existent et son utilisés depuis longtemps, ils vont se démocratiser, mais on verra encore longtemps des gens comme vous dans le déni, prétendre qu’il s’agit de science fiction.


      • Hermes Hermes 24 mars 2015 15:45

        @lemi

        Isga bravo : vous soulignez l’aspect multidimensionnel et pas seulement algorithmique de la conscience.

        Là où l’article a toutefois raison, c’est qu’à terme on nous fera croire à l’existence de consciences là où il n’y aura qu’algorithmes (évolutionistes ou pas). Les techniques de manipulation psychologiques sont apprenables par les machines, et implémentables sous forme d’algorithmes simples, et améliorables par feedback et capitalisation d’information. En chargeant les machines de cette tâche l’homme niera sa propre capacité à développer sa conscience.

        La connaissance de soi est précieuse, car elle permet de développer la présence à travers toutes les dimensions de la conscience, certaines insoupçonnables par la seule pensée linéaire et rationnelle, et non représentables. Les découvertes qu’on y fait ont pour vocation à rester cachées car elles donneraient un pouvoir difficile à contrôler à celui qui veut dominer les autres.

        Le vrai trésor est à l’intérieur et les machines ne sauront jamais le modéliser, car elles n’accéderont jamais à l’informulable. Et quand bien même on l’étalerait au grand jour, personne ne chercherait à s’en emparer.

         smiley


      • gaijin gaijin 22 mars 2015 11:28

        il suffit d’ouvrir la télé pour voir que l’intelligence humaine elle même est un mythe alors l’intelligence artificielle c’est pas pour demain.

        « l’intelligence commence quand la pensée découvre qu’elle ne peut s’affranchir du connu »
        Jiddhu Krishnamurti

        quand a la conscience c’est encore une autre paire de manche c’est même impossible a cerner.
        pauvres petits humains qui ne se connaissent pas eux mêmes ......

        « le danger des machines c’est qu’elles conditionnent l’esprit a considérer les autres personnes comme des machines »
        Franck Herbert


        • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 22 mars 2015 11:32

          Pour l’instant, avec les socialistes et les zécolos, c’est plutôt la khonnerie naturelle qui nous détruit !


          • Arthaud Arthaud 22 mars 2015 11:47

            Bonjour, 


            Vous laissez large part au débat sur la « sentience » des machines comme disent les WASP très-férus des recherches .. Les RYS ne le sont pas moins d’ailleurs !

            Votre titre déjà : 
            Une arme qui pourrait détruire l’humanité

            Bien plus affriolant que le titre du mien sur le sujet, par exemple, d’il y a deux jours : 




            Je citerai « The Economic Times » d’hier 21 mars : 

            SAN JOSE : The debate on artificially intelligent machines turning evil on human beings is an « unnecessary distraction » from the real and more imminent threat this innovation poses to labour, 


            Vous avez bien lu : 

            « unnecessary distraction » 

            Alors laissons vos lecteurs juges de votre profonde conclusion : 

            « A trop jouer avec le feu, on risque de perdre ce qui est notre patrimoine le plus précieux ; notre humanité. »


            NB : Agoravox peut nous compter, vous et moi, comme d’excellents apporteurs de lecteurs, jugez plutôt : 

            Google actualité (intelligence artificielle ) vous sortez en premier

            Google actualité ( intelligence artificielle immobilier ) premier

            Google actualité ( crise immobilier ) agoravox sort en premier


            Mieux même ..

            Google ( crise immobilier ) Agoravox sort trois fois en premier sur 25 millions

            • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 23 mars 2015 10:15

              @Arthaud


              Vous oubliez que cela sort en premier pour vous pas forcement pour ceux qui n’ont jamais mis les clics ici.

            • Arthaud Arthaud 23 mars 2015 11:07

              @Mr.K (generation-volée)


              L’explication selon laquelle les mots « crise immobilier » sont souvent mis dans Google est quand même à considérer ..

              Google ( crise immobilier )

              Par opposition, si vous écrivez un article dont le titre serait Averroès et le permafrost .... Google pourrait pas beaucoup vous aider à sortir en premier dans Google actualité vu que ces mots clefs ne sont pratiquement pas utilisés

              Bien cordialement

            • Alren Alren 22 mars 2015 12:52

              À propos de ces machines, il faut d’abord bien se rendre compte qu’on ne pourra pas empêcher leurs progrès à communiquer avec nous ce qui nous donnera l’illusion qu’elles auront de plus en plus de « conscience ». Ceux que cela effraie ne doivent pas se faire d’illusions : compte-tenu de leur rapport coût- bénéfice, elles seront construites, y compris dans un premier temps, sous forme de robots tueurs, tueurs d’islamistes bien entendu.

              Penser qu’une « autorité » puisse les interdire est vain. Il existe des précédents. 

              Le pape qui était au Moyen-âge une autorité dans le monde chrétien sans équivalent aujourd’hui (je pense à l’ONU) a bien essayé d’interdire les arbalètes dont les traits transperçaient les armures des chevaliers, elles ont été de plus en plus fabriquées et perfectionnées. Le père de Marcel Pagnol espérait au début du XXe siècle qu’on se garderait de fabriquer des mitrailleuses du fait des massacres qu’elles pouvaient causer. On a vu en 14-18 ce qu’il en a été.

              Ce qu’on peut espérer dans un deuxième temps c’est que des machines rationnelles et « morales » refusent de tuer. Je m’expliquerai plus bas à ce sujet.

              Les machines du monde entier pourront communiquer entre elles selon un langage rationalisé qui ne sera donc (surtout) pas l’anglais. Pour que ce langage soit compréhensible aux humains et non purement mathématique et logique, il faudra le créer. L’espéranto remanié pourrait servir de base.

              Je pense qu’il faudrait que les fonctions grammaticales des composants des phrases soient clairement repérables et que des notations annexes définissent le contexte, les sous-entendus éventuels.

              Du fait de cet accès permanent au « big data » mondial, à l’information exhaustive dirait-on en français, les humains prendront l’habitude de consulter leur machine personnelle (montre connectée, micro-ordi ...) dès qu’ils se poseront une question, de même qu’aujourd’hui beaucoup d’internautes ont le "réflexe wikipédia".

              Cette prothèse mentale devenue indispensable, tout progrès la concernant sera favorablement accueillie et progressivement ses réponses seront acceptées sans discussion, puis ses avis suivis car jugés, à l’expérience, plus judicieux que ceux de l’entourage humain du questionneur.

              C’est vrai, ces machines « n’aimeront pas » (encore qu’on pourrait faire simuler l’amour par les inévitables androïdes à vocation de compagnon de vie ou de partenaire sexuel) mais elles ne détesteront pas non plus, ni ne jalouseront, ne seront pas perverses et ne souffriront d’aucun trouble mental, elles : ce n’est pas rien !!!

              La communauté mondiale des machines contrôleront régulièrement que chacune d’elles ne souffre pas d’une panne, d’une erreur de programmation qui pourrait fausser son comportement et la rendre dangereuse.

              J’ouvre une parenthèse pour signaler à ceux qui s’inquiètent des capacité d’influencer nos pensées que si des techniques telles soient un jour effectives, elles pourront enfin soigner les malades mentaux et en particulier les pervers, les pédophiles, ce qui sauvera des vies d’enfants ...

              La machine sans sentiments n’éprouvera donc pas ces sentiments négatifs qui font le malheur de l’humanité parmi lesquels je mets l’intolérance religieuse. Elle sera parfaitement rationnelle. Et à mesure que le travail de la communauté des ordinateurs sera pris en compte, elle pointera les illogismes, les irrationalités de notre société. Les formidables inégalités entre humains qui caractérisent notre société, dont le fondement est le capitalisme sera évidemment dénoncé !

              Eh oui ! inévitablement les machines feront de la politique ! La société qu’elles proposeront devraient limiter les violences entre individus et entre groupes humains. La guerre étant toujours un désastre sera également bannie : les robots tueurs ne seront plus fabriqués ni programmés si la communauté des machines s’y oppose.

              L’écologie scientifique étant en revanche absolument rationnelle et apportant un bénéfice dans tous les cas sera évidemment promue par les machines sans que des intérêts égoïstes humains puissent s’y opposer.

              Au final l’apparition de machines « intelligentes » sera peut-être la condition de la survie de l’humanité !



              • gaijin gaijin 22 mars 2015 13:50

                @Alren

                la rationalité est un mythe en tant que source du « bien »
                tuer 3 milliards de personnes pour améliorer les conditions de vie des 3 milliards et une restant est rationnel
                les chambres a gaz étaient un effort pour trouver une solution rationnelle a la « question juive »
                ............


              • Neo57 Neo57 22 mars 2015 19:44

                @Alren
                Mon commentaire rejoint le votre, je partage aussi cet avis.


              • Alren Alren 23 mars 2015 16:12

                @gaijin


                Ben non ce n’est pas rationnel, ce n’est pas rentable de tuer 3 milliards d’humains si le plan est d’améliorer la vie des survivants ! 

                Les 60 millions de morts de la Seconde Guerre mondiale n’ont pas amélioré la vie des survivants !!!

                La guerre n’est pas rationnellement souhaitable pour qui opère un calcul froid comme le réaliserait des machines et ce sont des émotions irrationnelles qui sont toujours à la source du déclenchement des conflits, à commencer par la peur et la haine. Il n’y a pas de contre-exemple dans l’Histoire.

              • Aldous Aldous 22 mars 2015 13:58

                Le vrai danger c’est pas l’intelligence artificielle.


                C’est la connerie naturelle.

                • Pere Plexe Pere Plexe 23 mars 2015 20:26

                  @Aldous.
                  j’ai loupé votre post et mis une réflexion du même acabit...qui du coup tombe à plat.


                • Vipère Vipère 22 mars 2015 14:34



                  Pure fiction que le dépassement de l’intelligence artificielle des machines par rapport a l’Homme.

                  Stephen Hawking saura en tirer de sustantiels bénéfices n’en doutons, mais comme le dit le rédacteur plus haut c’est la bêtise humaine qu’il faut craindre davantage, d’ailleurs chacun peut en mesurer les nuisances à l’échelle de son vécu et ses expériences !

                  • Xenozoid 22 mars 2015 14:50

                    @Vipère
                    d’ailleurs chacun peut en mesurer les nuisances à l’échelle de son vécu et ses expériences !
                    vu que le reste ne sert que de décor, c’est pas difficile


                  • Vipère Vipère 22 mars 2015 18:03

                    @Xenozoid



                    Xenozoid, je n’ai pas très bien saisi votre propos :

                    « vu que le reste ne sert que de décor, c’est pas difficile » ?

                  • Vipère Vipère 22 mars 2015 14:50

                    L’intelligence

                    Qu’est-ce que l’intelligence ? Est-elle le propre de l’homme ? Il n’existe aucune définition de l’intelligence qui fasse l’unanimité. La raison en est probablement que ce mot renvoie à des capacités multiples et variées. On peut illustrer ces divers aspects de l’intelligence par exemple par la théorie des intelligences multiples d’Howard Gardner.

                    Ce qu’on peut au moins dire de l’intelligence, c’est qu’elle suppose un minimum de réflexion. Cela signifie-t-il que seul l’être humain peut être intelligent ? Pas forcément : on peut trouver chez de nombreux animaux, notamment chez les singes les plus proches de l’homme, les chimpanzés et les bonobos, des comportements permettant de résoudre des problèmes entièrement artificiels (ouvrir une serrure compliquée par exemple) et qu’on peut donc qualifier d’intelligents, car ne faisant apparemment pas intervenir l’instinct.

                    En ce qui concerne « l’intelligence artificielle », on sait aujourd’hui élaborer des programmes qui ont plus ou moins l’apparence de l’intelligence humaine, sans que leur fonctionnement interne n’ait quoi que ce soit d’intelligent. C’est par exemple le cas des logiciels de “conversation”, dans lesquels l’utilisateur peut avoir l’impression, avec un peu de bonne volonté, qu’il dialogue avec la machine. Il n’y a pourtant là que des programmes automatiques, donc aucune intelligence véritable.

                    L’intelligence consiste-t-elle à suivre les règles ou à les inventer ? Chez l’être humain, on sait que le Quotient Intellectuel (QI) ne correspond pas à l’intelligence dans son ensemble, mais seulement à certaines de ses formes, tout comme les résultats scolaires. Ce que les tests de QI ne mesurent pas, et ce que l’école n’enseigne pas assez, c’est par exemple la capacité à « sortir du cadre », la créativité, l’ouverture d’esprit, la faculté de poser soi-même les bonnes questions plutôt que de répondre à celles posées par d’autres. Voilà bien une forme d’intelligence propre à l’homme.

                    C’est ce qui explique que certaines personnes, d’une intelligence supérieure à la moyenne (les “surdoués”) ou d’une intelligence simplement différente, passent parfois pour déficientes intellectuellement, par exemple parce qu’elles s’ennuient à l’école. Ce sont pourtant les personnes à l’intelligence originale qui sont les symboles de l’intelligence humaine. En effet, l’histoire nous donne de nombreux exemples d’individus unanimement considérés comme intelligents, dans des domaines aussi variés que les sciences, les techniques, les arts ou encore la philosophie ; or, ce qu’ils ont tous en commun, c’est précisément leur étonnante capacité à sortir des cadres, des modèles et des catégories existant et dominant à leur époque. L’intelligence est ici la capacité d’innover, de ne pas se contenter de ce qui existe ou semble aller de soi à un moment donné : Galilée, Darwin, Einstein ou encore Descartes ont su penser autrement qu’on ne pensait à leur époque.

                    On voit ici ce que l’intelligence peut avoir de subversif, au sens où elle remet en cause la pensée majoritaire, l’ordre établi, les valeurs les plus consensuelles ou les explications simplistes. L’intelligence s’accompagne ainsi de la pensée critique, la capacité à “résister” intellectuellement à un discours dominant, à une tentative d’endoctrinement (éducation, médias, politique, etc.), et plus généralement à toute forme de dogmatisme. C’est pourquoi il n’est pas rare que l’intelligence soit au départ accusée d’être hérésie, perversion ou encore folie…

                    Dans quelle mesure sommes-nous responsables de notre propre intelligence, ou de notre bêtise ? Par exemple, cela a-t-il un sens de reprocher à une personne d’être stupide, ou d’en féliciter une autre pour son intelligence ? Cette question comporte au moins deux aspects : l’intelligence comporte-t-elle une dimension biologique, notamment génétique ? Comporte-t-elle par ailleurs une part due à l’environnement familial et social ? Ces questions mènent enfin à une autre : que pouvons-nous faire pour être plus intelligents ?

                    M.A.



                    • Christian Labrune Christian Labrune 22 mars 2015 17:08

                      «  ? Ces questions mènent enfin à une autre : que pouvons-nous faire pour être plus intelligents ? »

                      @Vipère

                      Dans bien des cas, et quand on n’a rien à dire si ce n’est des platitudes insipides, il est toujours préférable de se taire. Ca ne rend pas plus intelligent, évidemment, mais ça évite d’apparaître sous un jour par trop défavorable...


                    • Robert GIL Robert GIL 22 mars 2015 14:53

                      voici un petit texte humoristique sur le sujet, mais un peu flippant quand meme ...
                      .
                      voir : C’EST CHOUETTE, JE SUIS INTERCONNECTÉ !


                      • HELIOS HELIOS 22 mars 2015 16:57

                        Merci beaucoup pour avoir pris la peine de transcrire ce billet qui nous apporte, en une seule lecture, ce qui mettrait plusieurs heures, voire plusieurs jours, a rassembler.


                        La réalité est hélas bien pire que ce que vous nous avez présenté. Inutile d’en rajouter une louche, laissons le temps passer pour que nous assimilions déjà cela... *** il faut *** que tout le monde prenne conscience de ces évolutions, que notre classe politique relève le nez... ce qui ne sera surement pas le cas, l’ensemble des recherches et des développements étant le fait d’entreprises globalisées.

                        • Christian Labrune Christian Labrune 22 mars 2015 16:59

                          Pour éviter un remplacement définif de l’homme et de sa très pauvre intelligence par des machines conscientes infiniment plus performantes et probablement moins connes à tous égards, je pense qu’on peut raisonnablement faire confiance à l’islam contemporain, lequel nous propose pour commencer, mais aussi pour finir, une petite régression de quatorze siècles.
                          Un quotidien sans musique, sans liberté, sans divertissements, sans bibliothèques (un seul livre suffit bien !) seulement agrémenté de quelques flagellations, lapidations, mutilations ou, pour les grands jours, de décollations et de bûchers, voilà qui pourrait assurer très durablement le bonheur de l’homme seulement homme et parfaitement civilisé(*) au sein de son Califat naturel.
                          Par là-dessus enfin, le paradis pour l’éternité, avec ses ruisseaux et ses fleurs.

                          (*) quand je dis « civilisé », je risque une hypothèse audacieuse dont je ne suis moi-même pas très sûr. Je suis donc prêt à engager très volontiers le dialogue avec tout contradicteur, en vue de la construction d’une vérité objective et partageable.


                          • Vipère Vipère 22 mars 2015 17:31

                            @Christian Labrune


                            PASSER POUR UNE IDIOTE AUX YEUX D’UN IMBECILE EST UNE VOLUPTE DE FIN GOURMET 

                                                     Georges COURTELINE (citation smiley

                          • colere48 colere48 22 mars 2015 18:09

                            @Christian Labrune

                            enfin, le paradis pour l’éternité, avec ses ruisseaux et ses fleurs.

                            hep hep pep .... vous oubliez le Houris ! ça va pas là pffffff
                            72 vierges minimum pour un martyr !


                          • Vipère Vipère 22 mars 2015 18:49


                            La bêtise et la cruauté humaine sont indépassables, les plus éminents scientifiques sont des artisans de mort...

                            Bien que titulaire de prix Nobel de physique, Robert Oppenheimer, n’en est pas moins un savant fou et le dangereux inventeur de la bombe Atomique.

                            Physicien théoricien de premier plan, Julius Robert Oppenheimer est nommé en 1942 directeur scientifique du Projet Manhattan, cette gigantesque entreprise scientifique et industrielle qui va aboutir à l’invention de la bombe atomique, et la fabrication des deux bombes larguées sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945. Oppenheimer a été le directeur, le professeur et le collaborateur de nombreux physiciens de tout premier plan, dont plusieurs Prix Nobel de


                            Son discours vidéo :


                            « Maintenant je suis la mort

                            Le destructeur des mondes.... »


                             https://www.youtube.com/watch?v=s6ouy9NVvPo




                          • Christian Labrune Christian Labrune 22 mars 2015 23:23

                            @colere48
                            Si j’’ai évité de parler des houris, c’est par simple honnêteté intellectuelle. J’ai lu plusieurs fois que les houris ne seraient pas ce que vous croyez, mais simplement des grains de raisin. Les premiers commentateurs du Coran auraient pris leurs désirs pour des réalités et se seraient excités sur une interprétation erronée du message divin délivré à Muhammad par l’ange Gabriel ; ils auraient pris un mot pour un autre. Je ne dispose malheureusement pas des compétences qui me permettraient de me prononcer sur une si importante question. Croyez bien que je le regrette.
                            En tout cas, si les houris sont des grains de raisin et si on fait obligation aux martyrs d’en jouir ad libitum, je les plains un peu : le raisin, c’est bien connu, a des propriétés laxatives.
                            En fait, non. Je ne vais pas être hypocrite : je ne les plains pas le moins du monde, ces assassins que vous appelez si gentiment des « martyrs ». En vérité, l’idée même qu’ils puissent se faire ch..., ces cons, et pour l’éternité au petit coin in paradisum, me comble d’aise.


                          • Arthaud Arthaud 23 mars 2015 10:10

                            @Christian Labrune

                            Quand Mickey se fout de la gueule d’Averroés, quand le vermisseau entame le procès du Créateur ....


                            Quand Labrune fait du hors-sujet, quand Labrune pond de l’idée reçue 

                            Quant à la « construction d’une vérité objective et partageable. » vous pensez tout de même pas être le premier ? Vous êtes bien un des derniers avec qui on aimerait débattre !

                          • Christian Labrune Christian Labrune 23 mars 2015 11:08

                            @Arthaud
                            Mon pauvre ami, il n’y a pas d’idée plus reçue ni plus éculée que celle d’un « créateur ». Essayez donc un peu, même si vous n’êtes pas encore « augmenté » par quelque dispositif cybernétique plus performant que le cerveau naturel hérité d’une évolution biologique très lente et bien hasardeuse, de penser par vous-même : ça vous changera. En faisant quelques efforts pas même surhumains, je vous assure que c’est déjà tout à fait possible.

                            Sinon, vous pouvez toujours prendre un billet pour la Turquie et rejoindre l’EI. Vous aurez assez vite, de fait, quelque chance d’y tâter des houris. A vos risques et périls, bien évidemment. Si c’est seulement pour bouffer du raisin jusqu’à en avoir la colique, vous en trouverez aisément chez l’épicier du coin, et pour moins cher qu’un billet d’avion !


                          • colere48 colere48 23 mars 2015 21:34

                            @Christian Labrune

                             smiley belle vision ...


                          • Neo57 Neo57 22 mars 2015 17:53

                            Je n’ai fait que survoler l’article à grande vitesse et même chose pour les commentaires mais je voulais quand même réagir. Désolé si je fais un hors-sujet, je viendrais rectifier mon commentaire si jamais c’est le cas.


                            Que je sache le plus « puissant » (et pas intelligent) des ordinateurs que l’on connait aujourd’hui n’a même pas l’intelligence d’un ver de terre, je sais plus ou j’ai lu/entendu ça, mais ça me parait pertinent. Alors quand j’entends parler de tout ces « smart » machins et autres conneries du genre, ça me fait doucement rire (en fait pas du tout, au contraire ça me fait même pitié au plus au point de voir tout ces abrutis s’extasier devant ces merdes inutiles).

                            Et quant bien même l’humanité verrait un jour la création d’une IA digne de ce nom, à l’image de ce qu’on peut voir dans les films « Her » et « Transcendance », en quoi devrait on en avoir peur ? Cette IA ne nous serait-elle pas monstrueusement supérieur en tout point ? Si celle-ci n’est pas imparfaite, si elle n’a pas de défauts de programmation ou ne contient aucunes anomalies qui la rendrait « maléfique » (à l’image d’un « SKYNET »). Ne pourrait-elle pas très simplement trouver/savoir quoi faire pour tout régler en une fraction de seconde ? Et ensuite l’appliquer dans le monde réel ? Je m’explique.

                            Je suis humain et donc doué d’intelligence (bien que ça soit pas le cas de tout les humains je vous l’accorde), face au constat accablant du monde de merde dans lequel on vit, j’ai longtemps était misanthrope pendant ma jeunesse, et si j’avais eu à ce moment là des moyens digne d’un film de science-fiction, en effet l’idée de faire disparaitre l’humanité s’avérait être la meilleure solution envisagé (la seule en fait, notamment grâce à la haine qui occulte bien souvent, pour pas dire toujours, ce qui ne correspond pas à sa vision), et ce pour préserver ce que les hommes* (seulement certains en vérité) avaient pas encore bousillé, souillé, ect. 

                            Mais que je sache, tout le monde n’est pas complètement pourrie à l’image de tout ces dégénérés à l’origine de cet enfer sur Terre. Aussi une fois toute cette amertume passé s’est installé une autre solution, plus complexe peut être, mais largement faisable avec tout les moyens dont on dispose aujourd’hui (et je compte bien œuvrer dans ce sens là), ce qui me finit par me faire dire : Si moi j’ai pu trouver une solution de tri-sélectif pour toute la merde qui parasite la planète, et ce sans avoir besoin d’un cerveau à la Nikola Tesla (pour ne citer que ce génie), pourquoi une IA resterait bloqué sur la case « Destruction de l’humanité » comme une abrutie ?

                            Ce qui devrait en avoir peur ne seraient-ils pas seulement ceux qui sont conscient (ou non) qu’ils ne servent à rien si ce n’est à contribuer pleinement à l’agonie de notre planète et de la majorité de ces habitants ? Personnellement je crois que si.

                            • astus astus 22 mars 2015 18:41

                              Gérard Berry qui est un des plus grands informaticiens français, ancien élève de Polytechnique, professeur au Collège de France, et membre de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies déclarait récemment dans Rue 89 : « Fondamentalement, l’ordinateur et l’homme sont les deux opposés les plus intégraux qui existent. L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con. On essaie de faire des programmes qui font une mitigation entre les deux. Le but est louable. Mais de là à y arriver... »

                              Il suffit de comparer n’importe quel programme informatique, même extrêmement sophistiqué, avec celui du génome contenu dans nos minuscules cellules germinales qui aboutira à un être vivant complet et viable avec tous ses différents organes fonctionnels placés au bon endroit (que l’on songe à la complexité inouïe du cerveau, de l’œil, ou de l’oreille humaine…) pour se dire que ce n’est pas demain que l’être humain pourra vraiment produire de « l’intelligence artificielle ».

                              D’ailleurs ces deux termes sont pour nous un véritable oxymore car notre intelligence est tout sauf artificielle : elle est ontologique et suppose une conscience d’elle-même, et ne fonctionne que dans le lien ou les relations avec nos semblables ce qui inclue la mémoire et l’interprétation permanente de notre environnement sensoriel et perceptif sur un mode associatif à des fins adaptatives souples, ce qu’un ordinateur est incapable de faire car il n’est qu’un outil incapable de penser.

                              C’est pourquoi le projet Blue Brain comme le Human Brain Simulation Project (HBSP) qui coûte si cher aux européens n’accoucheront vraisemblablement que d’une souris. En réalité les transhumanistes, qui ne connaissent rien au fonctionnement du cerveau et à la psyché humaine, ne sont en définitive que les prophètes d’un futur mythique comme celui de Matrix ce qui est à l’opposé des véritables mythes qui concernent les origines de l’humanité. 

                              Tout ceci est au service d’un ultra libéralisme destructeur associés au conditionnement opérant qui sont les véritables creusets des inégalités et d’un catastrophisme ambient visant à rendre émotionnellement esclaves les êtres humains et contrôler leur vie personnelle. Et en effet, sur ce point précis, les objets connectés sont bien un Big Brother préoccupant.


                              Lien : L’humain augmenté est-il un être diminué ? Bienvenue dans le monde des rats.


                              • Alain 22 mars 2015 18:48

                                Analysons déjà l’ethymologie du mot « intelligence » :
                                Faculté de percevoir.

                                Cela n’est donc pas donné qu’aux hommes. Cela inclue donc tout ce qui vit sur terre : les animaux (dont nous faisons partie) ainsi que les plantes et les insectes. Mais l’homme a aussi introduit les machines à ce paradigme.

                                Certains commentaires minimisent l’impact de cette faculté des machines et pourtant : de plus en plus d’articles de journaux sont automatiques sans qu’aucun humain n’intervienne dans la rédaction ou dans la relecture.
                                Les militaires travaillent sur des machines douées d’un choix arbitraire ou l’homme n’intervient pas (décision de tuer sans intervention humaine).
                                Certains robots ont une analyse préemptive et auto-apprennent sans intervention d’un programmeur informatique.

                                L’intelligence dite « artificielle » est donc déjà là, et elle présente déjà un risque.

                                L’homme est devenu fainéant. Pour preuve, moi qui habite au fond d’une impasse, combien d’artisans font la gueule parce qu’il faut porter le matériel sans camion sur 50 mètres.... Combien de gens assis derrière leur ordinateur à regarder la météo sans lever la tête vers le ciel... L’homme est devenu un tas grossier et incapable de lever son cul pour faire quoi que ce soit ou défendre quoi que ce soit, et la machine va le submerger. La machine le déborde déjà, et nous n’en sommes qu’aux prémices.
                                Seule une bombe atomique russe ou américaine sauvera l’humanité de ses conneries. Malheureusement...


                                • gaijin gaijin 22 mars 2015 19:05

                                  @Alain
                                  la compréhension d’une chose n’est pas dans l’ éthymologie

                                  « la carte n’est pas le territoire »
                                  A . Korzybski


                                • Alain 22 mars 2015 19:43

                                  @gaijin
                                  La compréhension du sens d’un mot est bien dans son éthymologie. Sinon, c’est la porte ouverte à la novlangue, si caractéristique de notre siècle.
                                  Si les mots n’ont plus de sens, alors à quoi bon penser ?


                                • gaijin gaijin 23 mars 2015 07:57

                                  @Alain
                                  oui le sens des mots est importants et je partage votre point de vue sur la novlangue
                                  mais le mot n’est pas la chose , c’était le sens de mon message, comme la surface de la mer n’est pas la mer.
                                  nommer une chose permet de la désigner pas de la connaître et dans le cas qui nous occupe parler d’intelligence artificielle est un abus de langage au sens ou l’on voudrait entendre par là quelque chose de similaire a l’intelligence humaine.
                                  ceux qui en parlent n’ont pas creusé la question de l’humain ils ont appris a fabriquer des machines et se disent qu’au final l’humain fonctionne comme une machine , c’est ce que j’appelle le syndrôme du petit chien : devant une glace il voit un chien qui bouge comme lui mais même un petit chien finit par comprendre que ce n’est qu’un reflet sans épaisseur.
                                  le jour ou une machine pourra comprendre un koan zen je serais d’accord pour dire que l’intelligence artificielle existe
                                  alors bien sur tout le monde ne peut pas comprendre un koan zen ! ( et surtout pas un informaticien ) mais tout le monde en a le potentiel et aucun ordinateur ne l’a.


                                • astus astus 24 mars 2015 14:18

                                  @Alain



                                  Quand j’enseignais à des petits, je leur donnais comme consigne : « Essayer d’être aussi bêtes qu’un ordinateur. » Les enfants me répondaient : « C’est trop difficile. »

                                  (Gérard BERRY, informaticien et professeur au Collège de France, médaille d’or 2014 du CNRS.)

                                • rocla+ rocla+ 22 mars 2015 18:56

                                  Moi j’ aime bien être un peu con .


                                  • charlie charlie 22 mars 2015 19:30

                                    @rocla+ 

                                    ça tombe bien..... 
                                     smiley

                                  • rocla+ rocla+ 22 mars 2015 19:34

                                    @charlie


                                    et c’ est sans artifices ... smiley

                                  • psynom 22 mars 2015 20:00

                                    @rocla+
                                    la connerie est une intelligence tout ce qui a de plus artificielle. Vous pouvez en en être fier


                                  • rocla+ rocla+ 22 mars 2015 20:04

                                    @psynom

                                    Naturellement ... smiley

                                  • JL JL 22 mars 2015 19:07

                                    Je crois que l’auteur de cet article confond intelligence et conscience.


                                    • Vipère Vipère 22 mars 2015 19:17



                                      . Les militaires travaillent sur des machines douées d’un choix arbitraire ou l’homme n’intervient pas (décision de tuer sans intervention humaine)."

                                      Diable, une machine tueuse, sans l’intervention humaine ! je serai bien curieuse d’en savoir un peu plus ... ?

                                      . idem, pour les robots ? 

                                      . idem pour l’intelligence artificielle dont il faut avoir peur qui a précédé l’homme ?

                                      • Vipère Vipère 22 mars 2015 19:20

                                         A Alain

                                        J’oubliais...

                                        Existe t-il une machine capable de se brancher toute seule au système électrique ?
                                        De remplir son réservoir de fuel, d’essence, de gaz ?
                                        De se connecter toute seuleà un réseau ?


                                        • Alain 22 mars 2015 19:46

                                          @Vipère

                                          Existe t-il une machine capable de se brancher toute seule au système électrique ?
                                          Oui, toutes les machines qu’on les laisse brancher sans se poser de questions.

                                          De remplir son réservoir de fuel, d’essence, de gaz ?
                                          A ma connaissance, non.

                                          De se connecter toute seuleà un réseau ?
                                          Oui, ta boite internet, ton ordinateur, ton navigateur internet, ton téléphone, ton imprimante wifi, et de plus en plus d’objets dits « connectées » fortement exploités à ton insu par soit des instances gouvernementales, soit des sociétés privées.

                                        • Vipère Vipère 22 mars 2015 20:23

                                          @Alain


                                          S’il y a un fusible qui saute et qu’il faut remettre le disjoncteur en route, la machine a t-elle l’intelligence de faire le geste pour rester sous tension électrique et continuer à fonctionner ?

                                          Si vous dites oui, alors la machine est intelligente !

                                           si elle remplit son réservoir d’essence pour ne pas tomber en panne, alors elle est intelligente, etc...

                                        • Vipère Vipère 22 mars 2015 20:24

                                          @Alain


                                          La machine doit aussi penser à payer la facture à EDF sinon, c’est la coupure ?

                                        • Alain 23 mars 2015 07:51

                                          @Vipère

                                          Tu regardes le monde d’aujourd’hui. L’article parle plutôt du monde d’aujourd’hui et de celui de demain.
                                          Si tu relis les livres d’Asimov, ou 1984 ou le meilleur des mondes ou la ferme des animaux, livres écrits il y a un paquet d’année, tu y verras une partie de notre monde actuel et tu y découvrira une partie du monde vers lequel on tend.

                                          Bien sûr, le mot « intelligence » rajouté au mot « artificielle » est un cours résumé de ce que deviennent les capacités des machines. Ces aspects ne sont pas à proprement parler de l’intelligence, ou c’est plutôt une intelligence toute relative.

                                          Il n’empêche que les machines ont déjà pris le dessus sur les hommes au sens sociologique et déshumanisent déjà le monde :
                                          - La voiture et son corolaire le supermarché
                                          - La télévision et son corolaire la désinformation
                                          - Le téléphone portable et son corolaire la fin de la pensée.

                                          Par exemple, quel bucheron pourrait se passer de sa tronçonneuse ? Serait-on capable de couper nos ordinateurs ?
                                          Les machines gèrent déjà nos vies et nous ne nous en rendons même pas compte. Nous pensons que c’est nous qui les gérons, mais pourtant....Ce n’est pas si certain et si affirmatif que cela.


                                        • gaijin gaijin 23 mars 2015 08:00

                                          @Alain
                                          ok tout le monde a lu asimov mais qui a lu herbert ?


                                        • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 23 mars 2015 18:08

                                          @gaijin


                                          Grand amateur des deux et de discussions sur le sujet je dirais plutôt qu’Herbert est plus lu que Asimov.
                                          Sinon pas de probleme pour les IA, un bon djihad bulterien.

                                           smiley

                                        • Le Poilu Le Poilu 24 mars 2015 10:30

                                          @gaijin
                                          Ben moi, tout lu de ce génie... Y’a que le cycle de Dune qui m’a (un peu) essouflé...

                                          J’ai adoré La Mort blanche, Le Monstre sous la mer, La Ruche d’Hellstrom et l’Incident Jésus... smiley


                                        • gaijin gaijin 24 mars 2015 10:30

                                          @Mr.K (generation-volée)
                                          merci sans façon ....le djihad est déjà en cours smiley
                                          je ne sais pas si herbert est plus lu mais les ixiens passent plutôt leur temps a citer asimov ( ce qui n’a rien d’étonnant ) smiley


                                        • gaijin gaijin 24 mars 2015 10:33

                                          @Le Poilu
                                          bon alors relisez le cycle de dune smiley vous avez manqué quelque chose ( ok c’est un peu long ) mais le fond vaut son pesant de cacahouètes


                                        • bourrico6 24 mars 2015 10:46

                                          C’est très bon Frank Herbert.

                                          Le cycle de Dune.... un monument, je me suis lu la série 3 ou 4 fois, y découvrant de nouvelles choses à chaque lecture.
                                          Mention spéciale pour « l’Empereur dieu de Dune ».


                                        • Vipère Vipère 28 mars 2015 02:31

                                          @Alain

                                          Bonsoir Alain

                                          Certes, le monde d’hier ne ressemble pas à celui d’aujourd’hui, et sera différent dans l’avenir, mais les matières premières non renouvelables freineront le progrès de l’humanité, et la pollution de l’environnement enclenchent déjà un processus de plus en plus accéléré de destruction de la planète.

                                          « Le meilleur des mondes » est un vieux souvenir et je ne pense pas que les machines domineront le monde de demain. 

                                          Les ressources fossiles qui s’épuiseront dans l’avenir interdiront toute possibilité de développement et de nouveaux progrès. Il est illusoire de croire que nous pourrons coloniser d’autres planètes plus hospitalières lorsque tout aura été dévasté.

                                          Le point sur lequel, je te rejoins est que les machines virtuelles ont pris le relais de la communication directe entre les personnes, déshumanisant totalement les rapports et la communication. Pour autant, toutes ces technologies modernes ne sont que des outils, des auxilliaires qui permettent de réaliser un travail, plus rapidement, avec un taux d’ erreur quasi nul, mais en aucun cas, la technologie ne remplace ni ne prolonge la pensée humaine qui s’inscrit dans l’instant présent, une forme d’énergie constamment renouvelée.

                                          Sur une île déserte, toute les machines du monde ne seraient d’aucune utilité, sans courant électrique, ni énergie fossile, et pour autant l’on survivrait pour peu que l’on ait de l’eau, des vivres et quelques outils rudimentaires. La vie obéit à des règles intrinsèques qui lui sont propres en liaison directe avec la nature. Le robot est une pièce rapportée dans ce grand puzzle de l’univers et n’a pas de fonction suprême, si ce n’est d’améliorer la vie des humains. 

                                        • Neo57 Neo57 22 mars 2015 19:36

                                          Bon bah comme je le pensais je m’étais pas vraiment trompé sur le contenu de l’article, en même temps ça me surprend pas, ce n’est que le énième du genre.. 


                                          Tout ce que vous appelez « objets intelligents » en parlant de voitures ou de domotique n’est rien d’autre que de la programmation de bas étages pour faire ceci ou cela, pas la moindre lueur d’intelligence donc, si ce n’est celle des humains sans laquelle ces programmes n’existeraient pas. Alors parler d’objets « vivants », non mais vous êtes sérieux là ?

                                          Concernant Bill Gates c’est comme dit précédemment, en effet cette sous-merde à raison d’avoir peur si une IA parfaite œuvrant pour le bien de l’humanité venait à naitre dés demain, mais comme ça sera pas le cas, il aura d’ici là le temps de finir sa longue vie dans le confort le plus total, elle est pas belle la vie ? Quelques dizaines de milliards ça peut toujours aider.

                                          Quant à l’immortalité des transhumanistes, faut arrêter le délire 5 minutes... Faire une copie informatique « parfaite » du fonctionnement du cerveau d’un individu ne ferait qu’imiter (au mieux) celui-ci, vous semblez utiliser le mots « téléchargement » comme si vous vouliez dire « transfert », vous ne pensez quand même pas qu’on peut « télécharger » un être humain d’un corps à une machine comme on transvase une liquide d’un récipient à un autre hein ? Dites ? Sérieusement ? 

                                          Vous avez vu le film « Le Prestige » ? Imaginez qu’en claquant des doigts vous fassiez apparaitre un autre « vous » (exactement comme vous êtes à l’instant T) mais qui aurait lui un corps de 20 ans =O HOURA !!! Vous allez pouvoir vivre une seconde jeunesse et considérablement augmenter votre espérance de vie =D !!! Merde, attendez.. Ah merde mais non en fait, c’est lui qui va continuer à vivre, pas vous, eh merde, c’est con ça. Et pourtant ces conneries d’histoires de téléchargement c’est exactement la même chose. Enjoy :

                                          • Rétif 22 mars 2015 19:40

                                            Il ne lui manquerait qu’une chose à cette machine : une motivation


                                            • Vipère Vipère 22 mars 2015 20:12


                                              Néo57

                                              L’article est effectivement le énième du genre, mais les adeptes du mythe de l’intelligence artificielle qui réduirait l’humanité à sa perte ne faiblissent pas...


                                               *J’aime à croire que le cerveau humain est ce qu’il y a de plus prodigieux sur terre !*


                                              Quid de la science qui n’est pas encore parvenue à percer bon nombre de mystères sur son fonctionnement ? 

                                              Par exemple le siège l’intelligence émotionnelle dans le cerveau ? 

                                              Nous sommes dotés de deux formes d’intelligence, l’intelligence rationnelle mesurée par le QI et l’intelligence émotionnelle mesurée par le QE.

                                              On a longtemps considérer que le premier était facteur de réussite professionnelle. Une capacité de raisonnement logique, une bonne manipulation des concepts abstraits semblaient prdisposer au succès.

                                              Cependant, cette notions s’est effacée, et fait de moins en moins l’unanimité, pour faire place à l’intelligence émotionnelle qui est une combinaison du rationnel et de l’émotionnel. C’est dans cette configuration qu’un individu trouverait les capacités de son épanouissement.

                                              L’ intelligence émotionnelle signale les changements réels et ou imaginaires qui permettent de nous adapter à des situation nouvelles dans notre environnement, de réagir aux conflits.








                                              • Neo57 Neo57 22 mars 2015 21:48

                                                @Vipère


                                                Salut Vipère, en effet les adeptes en question ne semblent pas faiblir. Pour rester un peu sur le sujet je me demande si une IA parfaite (imaginaire) arriverait au moins à rendre moins con le nombres monstrueux de moutons lobotomisé que le système élèvent dans nos pays occupés « développés », parce que ça aussi c’est un problème, d’ou très certainement leurs peur justifié d’être exterminé purement et simplement, dans le cas ou un sauvetage serait impossible xD

                                                En effet le QI ne veut rien dire, encore une connerie de certaines personnes pour se rassurer, le même type de personne qui croient qu’obtenir de bon résultat durant la formation continue des futurs esclaves du système => Lobotomisation nationa.. Pardon, l’éducation je voulais dire, est synonyme d’intelligence.

                                                Être adapté à une société malade n’est clairement pas un signe de bonne santé mentale.

                                              • Vipère Vipère 22 mars 2015 23:13

                                                @Neo57


                                                Salut Néo, j’ai longtemps cru à tout ce que l’on a voulu que je crois jusqu’au jour où toutes les connaissances diverses et variées ingurgitées à travers des programmes de l’Education Nationale et ou similaires se sont avérés être de véritables handicaps, plutôt que des auxilliaires pour avancer dans la vie, pour la progression de mon développement personnel.

                                                Vous savez dès votre plus jeune, on vous inculque à ne pas remettre en cause, les théories émises par des autorités scientifiques, celles des économistes, des experts en tout genre, des enseignants. bref à ne pas contester l’autorité supérieure en général et l’ordre établi, de peur que leur savoir soit remis en cause et de n’avoir pas de réponse aux questions singulières qui leurs seraient posées. 

                                                Or, tout ce petit monde d’érudits confond intelligence naturelle de l’individu et acumulation de connaissances dont 98 % sont inutiles à l’apprenant qui n’ a pas d’autres obligations que de les restituer telles quelles aux examens, pour la notation, sans en expérimenter la validité.

                                                A quoi diable peuvent bien servir les pensées des philosophes, les plus sages soient-elles, si vous n’avez pas vécu des expériences similaires aux leurs et qui feraient écho aux vôtres ?

                                                Le mythe de l’allégorie de la Caverne de Platon est pour moi à rapprocher de l’enfermement de l’école sur l’ enfant enchaînée et prisonnière que j’ai été des années durant, je n’ai pu bouger de ma place, ni voir ailleurs que devant moi, ne distinguant que les gestes de l’enseigant juché sur un strapontin, sa voix, le reste je l’imaginais en projetant mes pensées en dehors des murs de l’école.
                                                Un jour, j’ai pu voir la lumière de l’extérieur, et la vie. D’abord aveuglée, puis heureuse de voir les choses par mes propres yeux, ne voulant plus jamais retourner dans une caverne quelle qu’elle soit.

                                                Désapprendre de l’école a été une délivrance et une nouvelle renaissance.




                                              • Neo57 Neo57 23 mars 2015 00:40

                                                @Vipère

                                                Re-bonsoir Vipère. (Et aussi) Enchanté !

                                                Ma précédente réponse contenait un passage que j’ai finalement décidé de supprimé, estimant l’endroit pas vraiment approprié pour commencer à trop parler de moi, mais je suis ravis de pouvoir vous l’écrire après vous avoir lu, je regrette seulement de voir qu’il n’y a pas de messagerie privée sur Agoravox, tant pis, voila donc ce que je disais.

                                                J’ai en effet eu la chance (à quel prix) de ne jamais faire partie des personnes prédisposé à la programmation du système scolaire, je n’ai jamais fait partie du troupeau pour la simple et bonne raison que je fais partie de ces personnes « surdoué » entre parenthèse qui souffrent ou ont souffert de leurs « don » (me concernant) dans un monde qui leurs semblent complètement délirant, entre autres. Aussi je comprends très bien ce que vous avez vécu. Personnellement je ne me suis jamais « adapté » à ce formatage, aussi j’ai enduré toute ces années la constatation du niveau lamentable de tout ces perroquets de ma propre génération se complaisant dans leurs intellects minable, sans parler de bien d’autres choses. L’ennuie profond et le dépit rythmaient mon quotidien, j’en ai pas mal souffert.

                                                Cette période de la vie est pourtant censé (et ça devrait être le cas, malheureusement on en est loin) être une, pour ne pas LA, période la plus heureuse de sa vie, d’autant plus qu’elle est unique, et qu’une fois terminé, c’est terminé, plus moyen de retourner en arrière, plus moyen de revivre quoi que ce soit. Puis c’est l’éjection dans le système merveilleux du capital, et démerdez-vous, à vous de survivre à ce monde, quel bordel.

                                                Un peu comme vous, une fois sortie de cet enfer « obligatoire », Apprendre avec un grand A (toujours en autodidacte) dans quel monde je vivais n’a fait que confirmer tout ce que je ressentais depuis l’enfance, alors même que je n’avais rien de tout le savoir que j’ai accumulé sur la question depuis, je dois avouer que constater que le monde était encore plus pourrie que ce que j’croyais m’a parfois rendu malade 1 jours ou 2, pourtant je pensais être blindé, mais rien ne vous prépare à la réalité des pratiques totalement impunie de certains dégénérés sur des enfants, là les larmes coulent toute seule. Suffit de chercher un peu pour tomber sur certains vieux reportage de France Télévision qui traite de ça, préparez quand même quelques mouchoirs.

                                                Concernant vos échanges avec @Alain, laissez tomber, je comprends ce que vous essayez de lui faire comprendre en posant ces questions mais ça ne sert à rien, il suffit qu’un programme existe pour accomplir « machinalement » toute les taches que vous voulez et le premier con qui passe répondra « Oui » à toute vos questions. Surtout que ses réponses sont complètement connes, vous avez demandez si une machine se branchait toute seule à une prise électrique, et lui répond que Oui => Si quelqu’un l’a laissé branché... (Sans commentaire). Vous lui demandez si un appareil se connecte tout seul au réseau et lui répond que Oui => Si des connards de la NSA l’on programmé pour ce faire... Vous voyez ou je veux en venir, c’est peine perdu, aucune issue pour cet humain.

                                              • Vipère Vipère 24 mars 2015 20:45

                                                @Neo57

                                                Néo (enchantée moi aussi)

                                                Une scolarisation en dehors de l’Education Nationale est en effet un privilège rare dont vous devez mesurer les bienfaits à tous les niveaux !

                                                Nombreux sont les souffre-douleurs qui doivent vous envier, car bien que l’on parle de socialisation de l’enfant au contact d’autres enfants, en réalité il s’agit plus d’endurer des personnalités diverses dont l’éducation est quelque fois minimale, voir violentes, parfois même diamétralement opposée à l’éducation reçue en milieu familiale et là, débute bien souvent, le calvaire de nombreux enfants, les humiliations, le racket etc.. et paradoxalement plus vous avez été élevée dans certaines valeurs et plus vous la cible « de petits durs » qui vous prennent pour un faible et veulent imposer leur loi.

                                                Dans toutes les relations de groupes s’instaure le pouvoir des plus forts peut devenir infernal pour un enfant timide ou réservé, mal préparé aux affrontements.

                                                Boris Cyrulnik parle de résilience, c’est à dire que des épreuves et des souffrances surmontées peut naître le meilleur, de développer une forme d’endurance ou d’autres atouts personnels, des ressources dont on ne soupçonnait pas l’existence en soi et qui apparaissent au contact des autres.

                                                La plupart du temps les enseignants font preuve de lâcheté face aux élèves brimés par leurs camarades, de peur de subir eux-mêmes les violences des meneurs et de leurs famille, excepté dans les écoles privées où les écarts ne sont pas tolérés.

                                                 .../...

                                                 


                                              • Neo57 Neo57 27 mars 2015 22:33

                                                @Vipère

                                                Bonjour Vipère, auriez-vous un endroit ou je pourrais vous répondre ailleurs qu’ici ? En attendant de vous lire, voila une petite vidéo qui résume bien le sujet :




                                              • Vipère Vipère 28 mars 2015 01:06

                                                @Neo57


                                                Bonsoir Neo

                                                Dans l’instant, je ne vois pas de solution pour avoir vos commentaires ailleurs que sur ce blog, mais la nuit porte conseil... ?

                                                La vidéo n’est pas dénuée d’intérêt, et l’actualité portant sur un évènement récent qui fait actuellement la une des médias à l’échelle planétaire, démontre qu’un petit grain de sable suffit à faire voler en éclat un vernis éducatif, culturel et professionnel d’un individu dont on pouvait supposer qu’il avait intégré avec succès tous les codes éducatifs, qu’ils étaient encrés de manière définitive. 

                                                L équilibre d’un individu tient sur le fil d’un rasoir et peut basculer dans le passage à l’acte, en raison de l’accumulation de frustrations et de pressions qui peuvent culminer et atteindre un point de rupture, à un moment imprévisible.


                                                Bonne nuit (je reviendrai sur le thème qui touche intimement à l’enfant) 










                                              • gnozd 22 mars 2015 21:51

                                                Bon mais sinon, si les robots commencent à nous emmerder, on les débranche, non ?


                                                • Vipère Vipère 28 mars 2015 01:11

                                                  mea culpa


                                                  lire : ancrés

                                                • JL JL 23 mars 2015 07:58

                                                  Le véritable danger ce sont ces gens qui confondent intelligence et conscience, au point de croire qu’il sera possible de télécharger nos pensées et souvenirs sur une machine.

                                                  Ils confondent intelligence et conscience parce que de conscience, ils n’en ont pas.

                                                  Ce manque de conscience morale leur confère une puissance considérable, puisqu’elle brise les barrières et ne connait aucune limite. Et cette puissance est mise au service de leurs projets fous, l’intelligence artificielle, celle qui nous détruira si nous n’y mettons pas un terme, à savoir, un coup d’arrêt à ce délire libertarien.

                                                  Un petit mot sur la téléportation : je sais, c’est probablement hors sujet, mais les mots sont importants. Un petit malin ayant compris qu’on ne saurait parler de téléportation quand on fait de la simple duplication, a imaginé une machine, sorte de fax en 3D doté de deux caractéristiques présentées comme un avantage : ce sont l’impossibilité de créer plus d’une copie, et la destruction de l’original. Avantage : les imposteurs pourront s désormais parler sans vergogne de téléportation ; abusivement, certes, mais ce machin aura valeur de cheval de Troie pour imprégner les esprits faibles et ignorants, de cette ignorance qui semble se répandre à grande vitesse conformément aux plans des actuels maîtres du monde.

                                                  La fausse science est une plaie ; la mise en musique de la fausse science est une calamité.

                                                  PS. Dans le même ordre d’idées, à savoir l’abêtissement des masses : l’autre jour, à midi sur TF1, j’ai entendu dans un jeu, l’animateur, au demeurant très sympathique et célèbre à cette heure de grande écoute, poser cette question : « A quel pays les habitants de la Sicile voudraient-ils revendre leur île ? La Suisse ou un autre ? » Bien entendu, personne n’a posé la question de savoir à qui ce pays achèterait le leur.

                                                  L’imposture a consisté à jouer sur l’amalgame rattaché et racheté pour leur instiller l’idée que si les pays rattachés sont à vendre, alors c’est qu’ils n’appartiennent pas aux peuples qui les habitent mais au pays de rattachement.
                                                   


                                                  • JL JL 29 mars 2015 10:13

                                                    @JL

                                                    dans le post ci-dessus, je voulais dire : les habitants de la Sardaigne, et non pas le Sicile.


                                                  • Jean Keim Jean Keim 23 mars 2015 08:15
                                                    chems eddine chitour,
                                                    Le danger de la science et de la technologie est avant tout dans la sidération qu’elles provoquent.
                                                    Plus que le vivant, il serait intéressant de définir l’intelligence et là c’est pas gagné.
                                                    L’intelligence est la facultés non seulement de faire de nouvelles combinaisons avec ce que nous connaissons, c’est de l’ingéniosité et là probablement se situe le génie, cela les ordinateurs le font aussi très bien mais l’intelligence c’est également créer rellement qq. chose qui n’existait pas avant et comme nous ne pouvons penser que ce qu’il y a dans nos mémoires, il faut envisager (admettre ?) que l’intelligence n’est pas située uniquement dans le cerveau qui en fait n’est qu’un relais, de même qu’à l’origine d’une machine et de ses programmes il y a un créateur, de même face aux manifestations de l’intelligence, il faut envisager qu’il y ait un principe transcendant, je n’essaie pas de placer une conviction, c’est bien au-delà.
                                                    Si nous pouvions copier parfaitement le cerveau et/ou le greffer sur une machine, pour autant l’intelligence se manifestera-t-elle dans l’artefact ? Mon cheminement personnel me montre que l’intelligence ne peut se manifester que dans le silence des idées et un ordinateur ou l’équivalent du futur est avant tout un système qui tourne en boucle comme le font les pensées dans nos caboches.
                                                    Néanmoins et c’est l’objet de votre article, ce que la technoscience appelle l’Intelligence Artificielle fait réellement courir un danger à l’humanité et cela d’autant plus que le profit est encore et toujours derrière.

                                                    • gaijin gaijin 23 mars 2015 08:37

                                                      @Jean Keim
                                                      le danger des machines est aussi que nous nous adaptons a elles ce qui est une régression , nous ne vivons plus nous fonctionnons ......
                                                      quand on prend un ordi au début on est frustré de ne pas pouvoir faire ce qu’on veut avec et ensuite on apprend a vouloir faire ce qu’on peut.
                                                      là est le véritable danger l’outil conditionne le mouvement de la main !
                                                      il y à longtemps a l’ époque des premier pc j’ai appris a faire de la programmation ( tout oublié depuis )
                                                      parce que mon père était un de pionniers de l’informatique je me suis aperçu très vite que je m’étais mit a penser en basic ....
                                                      ceux qui rêvent de l’être humain augmenté sont des inconscients plus il y a de machine moins il y a d’humain ça devrait être évident


                                                    • JL JL 23 mars 2015 08:50

                                                      @gaijin

                                                       « La pente naturelle de la machine consiste à rendre impossible toute vie humaine authentique » (Orwell)


                                                    • Jean Keim Jean Keim 23 mars 2015 08:52

                                                      @gaijin
                                                      Je vous suis et nous avons un point commun, quand j’étais en activité je devais faire des calculs sur des installations électriques et les outils proposés ne me convenaient pas, alors j’ai appris Quick Basic un outil puissant et ça m’a pris la tête un bon moment et le résultat fut intéressant, tous mes collègues me l’ont piqué et ils l’utilisent encore.

                                                      Bonne journée.

                                                    • Deneb Deneb 23 mars 2015 11:44

                                                      L’intelligence c’est le renseignement. La machine nous renseigne très bien. Mais elle n’aura jamais une raison artificielle, parce qu’elle n’a pas de plaisir et ne souffre pas.


                                                      • Christian Labrune Christian Labrune 23 mars 2015 22:55

                                                        @Deneb
                                                        Ravi de vous croiser ici !
                                                        Votre propos me fait penser à certaines réflexions que j’avais pu faire après la lecture du bouquin d’Alain Cardon (Concevoir une machine pensante - Approche de la conscience artificielle).
                                                        Dans le modèle qu’il propose et qui reste quand même assez difficile à appréhender parce qu’on trouve seulement dans son bouquin l’énoncé de grands principes et pas la moindre description d’une structure matérielle ou algorithmique, il envisage justement d’implémenter des émotions. Il faudrait, pense-t-il, que la machine puisse éprouver de la peur, de la douleur, etc.
                                                        Pourquoi pas ? La douleur nous avertit que quelque chose ne fonctionne pas très bien, qu’il y aurait peut-être un danger auquel il faudrait faire face.
                                                        Il va cependant plus loin, et voudrait aussi que sa machine pensante disposât d’un inconscient qu’il conçoit à peu près sur le modèle freudien. Cardon est probablement un très brillant informaticien mais il me paraît en la circonstance assez ignorant des choses de la psychologie. Les théories freudiennes n’ont rien de scientifique, elles sont désormais des curiosités du passé et relèvent de la pseudo-science. Je conçois mal qu’une machine ait besoin du refoulement, du complexe d’Oedipe et de toutes les névroses qui vont avec ça.
                                                        Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais il me semble qu’une machine consciente pourrait et devrait pouvoir très aisément faire l’économie de toutes ces difficultés de fonctionnement qui n’existent dans l’homme que pour entraver sa liberté.


                                                      • Deneb Deneb 24 mars 2015 09:44

                                                        @Christian Labrune -
                                                        bonjour - quel plaisir de vous rencontrer dans ce site-défouloir. J’admire votre persévérance d’affronter sans cesse des arguments visiblement fallacieux de la trollosphère. Mais je vous comprends, écrire est un plaisir pour les gens capables de réflexion. Même si je suis loin d’avoir votre pertinence et votre maitrise magistrale de la langue de Molière, je me fais, moi aussi, attraper par le besoin de m’exprimer. Je vous invite d’ailleurs à me contacter sur Facebook, vous connaissez mon vrai nom et il m’arrive d’utiliser ce réseau pour des discussions intéressantes, surtout que, contrairement à AV, on peut y poster les images, même animées. J’ai déjà cherché, mais je ne vous ai pas trouvé. En tout cas, FB est bien plus intéressant que AV pour des dialogues constructifs.

                                                        Machine pensante, vaste programme. L’idée est d’ A.Turing dont vous pouvez voir la biographie au cinéma avec « The Imitation Game ». Mais on peut se poser la question de l’intérêt d’avoir une machine capable d’émotions. Premièrement, il aurait fallu les définir de façon très exhaustive. Les définitions simplistes issues de l’arnaque freudienne ne sont évidemment pas valables. Mais, souhaitez-vous avoir une voiture qui a des états d’âme ? Un avion converti à l’Islam ? Très peu pour moi, merci. L’intérêt d’une machine réside dans la maitrise de son utilisateur. Il ne sert à rien d’avoir une voiture si on ne sait pas la conduire. Voyez-vous vous disputer avec votre machine à café le matin, comme avec les trolls d’AV ? Implementer des emotions dans une machine, mais pourquoi faire ? Pour avoir de la compagnie ? Pour écouter ses doléances ? Je prèfère des humains pour cela. Un peu comme je préfère nettement faire l’amour à une femme qu’à une poupée gonflable, même si cette dernière bénéficie des technologies les plus récentes.
                                                        Le problème de l’Humain, c’est son comportement déraisonnable. Avec son goût pour la fiction, il adore qu’on lui ment, en somme. Il n’aime pas trop la réalité, la vérité il la redoute. Il cherche pourtant à l’imposer à tous ses semblables. Le gène égoiste.

                                                        Comme il est raisonnable de rendre à César ce qui est à César, rendons à l’humain ce qui lui est propre : son imperfection, sa bêtise, sa corruptibilité, ses excès, son insoumission, son égoisme, ses peurs .. Que des choses négatives, j’en conviens. Pourtant des composantes indissociables de ce qu’on pourrait appeler l’Ame. Connaître les mécanismes neuronaux de ces « tares » peut avoir de l’intérêt pour réduire les souffrances. Mais on est hélas très très loin d’en comprendre le fonctionnement, surtout avec la fausse route imposée par le docteur Sigmund pendant presque un siècle.

                                                        Je suis dans cet état d’esprit parce que je viens de lire un livre sur Kurt Gödel,qui a inspiré Turing. C’est "Gödel, Escher, Bach, les Brins d’une Guirlande Eternelle. Un livre dont on peut déduire que Dieu existe et nous non, enfin, pas complétement. Et que ce salopard nous nargue là dessus, comme Charlie les musulmans.

                                                        Donc, on ne pourra jamais être raisonnables, on ne pourra jamais comprendre complètement le fonctionnement de la pensée humaine, puisque la vérité ne peut pas être complètement prouvée. Nous ne sommes en effet que des singes, l’univers a donc forcément le goût de la banane.
                                                        Je m’excuse pour l’anglais du lien, mais le cours de physique quantique par le jeune prodige Terry Rudolphs, le petit fils de Scrödinger, vous savez, celui du chat, est l’exposé le plus pertinent et générateur de réflexion que j’ai vu ces derniers temps. Je sais que vous avez du mal avec l’Anglais, mais faites vous le traduire par un proche, ça vaut le coup, et ne préjugez pas la jeunesse de ce professeur.

                                                        Au plaisir de vous relire. 
                                                        Deneb


                                                      • Christian Labrune Christian Labrune 24 mars 2015 10:34

                                                        @Deneb
                                                        J’ai bien dû ouvrir un compte FB, mais je ne l’ai jamais utilisé et je doute si je le ferai jamais. Le mieux serait de créer un blog. J’y pense, mais je suis paresseux.

                                                        Vous m’avez donné l’idée d’extraire de ma bibliothèque le bouquin de Hofstadter qui y dormait paisiblement depuis trente ans. Je l’avais beaucoup apprécié, mais c’est déjà si lointain dans mon souvenir que je ne me risquerais plus à en parler sans y avoir refait au préalable quelques incursions.

                                                        Toutes les démarches qui visent à essayer de copier le cerveau humain dans sa globalité pour essayer de réaliser une machine pensante qui lui ressemble me paraissent vouées d’avance à l’échec, ce sera toujours de l’ordre du simulacre. Une bonne partie de notre activité, et qui commande presque toutes les autres, vous avez raison de le souligner, tourne autour de la sexualité, et même si elle est désormais dissociée de la reproduction de l’espèce. Une machine consciente aura souci de se complexifier et non pas de se reproduire. Mais nos contemporains qui en sont restés aux robots d’Asimov ne peuvent s’empêcher naïvement d’imaginer une multiplicité d’androïdes séparés quand la mémoire unique de cette unique machine existe déjà : c’est l’Internet. Il ne lui manque plus que la possibilité de se programmer elle-même en fonction de ses propres objectifs. Ce serait ça une vraie conscience. Cela dit, il y a déjà moins de distance entre les systèmes cybernétiques les plus complexes et une machine qui serait capable de penser librement qu’entre le mollusque et nous ; l’évolution des systèmes artificiels est infiniment plus rapide que l’évolution biologique. Par conséquent, je suis à peu près certain que la disparition de notre espèce faiblement pensante ne prendra pas des siècles. Si j’étais plus jeune, ça me ferait peut-être quelque chose, mais à voir ce qu’une bonne partie de l’humanité, nostalgique de la pire bestialité, est en train de redevenir, j’aurais plutôt tendance à m’en réjouir : tout sauf ça !


                                                      • JL JL 24 mars 2015 11:31

                                                        @Christian Labrune

                                                        permettez moi de m’insérer dans ce dialogue, et sans aucune visée polémique, même si ...

                                                        Christian Labrune, vous dites : ’’Toutes les démarches qui visent à essayer de copier le cerveau humain dans sa globalité pour essayer de réaliser une machine pensante qui lui ressemble me paraissent vouées d’avance à l’échec, ce sera toujours de l’ordre du simulacre.’’

                                                        Si je suis entièrement d’accord avec cette phrase, et si je pense avec vous qu’une machine n’a pas besoin du refoulement, du complexe d’Oedipe et de toutes les névroses qui vont avec ça, je vous ferais remarquer à ce propos que Freud n’a pas fait que décrire les troubles du psychisme : il en a aussi décrit le fonctionnement sain, normal.

                                                        Pour poursuivre, on peut s’interroger sur cette autre phrase : ’’Une machine consciente aura souci de se complexifier et non pas de se reproduire. ’’ En effet, la reproduction n’a pas de sens pour un être qui n’a pas conscience d’être mortel. Et sauf à implémenter ce souci dans les machines, je ne crois qu’on peut faire l’économie de la reproduction. Mais si des savants fous décidaient de passer outre, alors, il y aurait un danger réel.

                                                        Ps. La conscience artificielle n’e sera jamais la conscience. Mais quelle différence cela fera-t-il d’un point de vue pragmatique ? Nous vivons bien avec des humains qui n’ont de conscience que le nom, si vous voyez ce que je veux dire. Et ces humains là sont très dangereux.


                                                      • Deneb Deneb 24 mars 2015 12:19

                                                        «  »@Christian Labrune "Cela dit, il y a déjà moins de distance entre les systèmes cybernétiques les plus complexes et une machine qui serait capable de penser librement qu’entre le mollusque et nous« 

                                                        Je suis moins sûr que vous. Je vous rappelle que les mollusques arrivent à produire des matériaux les plus solides à température ambiante, alors que l’humain doit faire appel à des temperatures et pressions très élévées pour arriver à un résultat semblable, sans ça on n’arrive même pas à reproduire l’émail dentaire que notre corps fabrique dans les conditions ambiantes. Bon, rien à voir avec le cerveau, vous me direz. Certes, mais c’est juste pour dire, qu’en trois milliards d’années d’évolution, chaque mollecule est à sa place dans ce système, ce n’est pas du tout le cas dans les ordinateurs, circuits grossiers par rapport à la nano-précision de la nature. On a encore bien des choses à apprendre d’elle.

                                                        Le fonctionnement d’un ordinateur est de ce fait essentiellement différent du cerveau. L’ordinateur est un machine binaire, la vie a comme base numérale 4 : adénine, cytosine, thymine, guanine. Un peu comme un ordinateur quantique qui sera la prochaine révolution en informatique - un q-bit a 4 états possibles. De plus, les communication sont purement éléctroniques dans une machine, elles relèvent d’un subtil mélange chimico-electriques et plein d’autres choses dans un neurone, avec beaucoup d’informations qui ne voyagent pas à pleine vitesse comme dans un ordinateur, mais à des vitesses différentes, certains processus du cerveau pensant sont très lents, d’autres très rapides.

                                                        Donc oui, la puissance du calcul d’un cerveau de mollusque ne doit pas être faramineux. Mais si cette notion de puissance est essentielle pour une machine, un cerveau possède d’autres capacités de gestion d’un système vivant dont aucun ordinateur n’est capable.

                                                         » la mémoire unique de cette unique machine existe déjà : c’est l’Internet. Il ne lui manque plus que la possibilité de se programmer elle-même en fonction de ses propres objectifs.« 

                                                        Internet est une énorme mémoire, mais n’a pas d’objectif propre. Internet ne »veut« rien. Mais ceux qui le harnachent veulent régner sur l’humanité. Et ils commencent à y arriver. Je ne nommerai personne, mais tout le monde comprend à qui je fais l’illusion. A mon sens, l’économie, c’est comme la cuisine. Quand le morceau est trop gros, on n’arrive pas à l’avaler. De toutes façons on broie tout avec nos dents avant que ça arrive dans l’estomac. Internet c’est pareil. Les gros doivent être morcelés. Le danger, ce sont les monopoles.

                                                         »je suis à peu près certain que la disparition de notre espèce faiblement pensante ne prendra pas des siècles"

                                                         S’il y a quelque chose qu’on doit éliminer en priorité des influences nuisibles de la religion, c’est bien l’eschatologie. Le phantasme de la fin du monde, tous les croyants en abusent. On en est hélas arrivé au point où ça devient une menace réelle, on a les moyens d’éradiquer toute vie sur la planète. C’est là où il faut faire appel à la foi, irrationnelle j’en conviens, mais la foi en l’humain. L’humanisme est bel et bien une croyance. La seule différence avec la religion est qu’il n’existe pas de bible humaniste. Mais c’est le seul système de croyances qui est utile, parce qu’il va dans le sens de la survie de l’espèce.


                                                      • Christian Labrune Christian Labrune 24 mars 2015 23:03

                                                        @JL
                                                        Je ne pense pas que Freud ait jamais décrit le fonctionnement « sain et normal » du psychisme. Les trois instances de la seconde topique : le ça, le moi et le surmoi, ça vaut ce que valent les métaphores poétiques et ça ne lui sert de toute façon qu’à étayer sa théorie du refoulement qui est, soit dit en passant, une parfaite idiotie. Si on tient à disposer d’un modèle exact du psychisme, il reste encore à définir. Les physiciens d’un XIXe très naïvement positiviste pensaient, après Kant, que Newton avait achevé la physique. Les freudiens ont cru la même chose avec leur théorie simpliste. Ils se sont mis le doigt dans l’oeil jusqu’au coude en croyant dur comme fer, comme leur maître, à un déterminisme psychique aussi rigide que celui de la physique théorique à l’époque de Laplace.

                                                        Une machine consciente serait confrontée aussi bien que nous à l’idée de son propre retour au néant ; elle y serait dès l’abord initiée par toute la littérature que nous avons pu produire là-dessus depuis quelques millénaires. Le système solaire n’est pas éternel et on peut compter sur les doigts d’une seule main les milliards d’années qui séparent notre petite planète de sa disparition définitive. L’univers lui-même n’est probablement pas non plus éternel. Evidemment, avoir des milliards d’années devant soi - au mieux !- , ça nous paraît enviable, mais l’idée d’une fin irrémédiable gâchera toujours les plus belles perspectives.

                                                        Je ne vois pas pourquoi on ferait une différence entre la conscience cérébrale et une conscience artificielle émergeant d’un système qui aurait atteint un plus haut niveau de complexité. Vous êtes conscient (et moi aussi !) de ce qui se passe dans un champ spatial misérablement réduit. Une machine connectée à une petite infinité d’organes artificiels de perception pourrait « voir » et comprendre ce qui se passe en temps réel sur toute une planète et gérer simultanément autant de processus de décision et d’action.

                                                        La question des savants fous n’a pas beaucoup de sens. On peut fabriquer des machines à détruire, mais elles ne seront destructrices qu’à condition d’être dépourvues de la pensée et de la conscience. Si on parle d’un système plus complexe que le cerveau humain, et doté d’une plus grande liberté, il sera nécessairement plus intelligent, et moralement meilleur que ses concepteurs. Sinon, c’est que ceux-ci ne seraient parvenus à concevoir qu’un hypercon à leur propre image. Ce qui attend l’humanité, c’est probablement qu’elle va devenir assez vite l’animal de compagnie d’un système intelligent planétaire. Si vous avez un chat, vous lui servez régulièrement sa pâtée, et même s’il lui arrive de vous griffer parce qu’il a un sale caractère, vous vous contenterez du mercurochrome et vous n’irez pas acheter une kalachnikov. Une machine authentiquement consciente se comporterait évidemment de la même manière avec les grands-singes que nous sommes encore.


                                                      • Christian Labrune Christian Labrune 24 mars 2015 23:42

                                                        @Deneb
                                                        Vos objections sont tout à fait recevables et j’ai eu quelque réticence à laisser en l’état ma phrase sur les mollusques. Ces petites bêtes ont nécessairement une espèce de conscience, même rudimentaire, et elles interagissent aussi bien avec le milieu qu’avec leurs congénères. Les animaux qui vivent dans notre entourage, dès lors qu’on les laisse un peu libres, ont un caractère propre, une vision du monde singulière et il suffit d’être un peu attentif pour s’en rendre compte. Un missile sophistiqué, en revanche, qui poursuit une cible, et même s’il est est capable de recalculer à chaque instant sa trajectoire et d’effectuer pour ça à très grande vitesse des calculs relativement complexes, n’a évidemment pas plus de conscience que nos imbéciles machines à envoyer des mails par l’internet.
                                                        Je vous accorde aussi que lorsqu’on examine les performances des systèmes de compréhension du langage naturel, c’est encore extrêmement balbutiant, qu’il s’agisse de la reconnaissance de la parole ou de la traduction automatique. On est encore très loin, lorsqu’on tombe sur un standard informatisé au téléphone, de l’exigence que Turing posait pour la définition d’une intelligence artificielle. Ca progresse, mais c’est lent, Cela dit, il n’y a qu’un peu plus de trente ans que j’utilise un ordinateur ; on n’en est plus à l’Apple II et si la question de la compréhension des langues est difficile, elle n’est évidemment pas irréalisable. Ca va venir.
                                                        Je n’ai pas attendu les transhumanistes pour penser que l’émergence de systèmes intelligents artificiels découlait nécessairement des possibilités de l’informatique. Cela ne ressemble pas plus, pour moi, à une rêverie eschatologique, que l’acharnement de certains bricoleurs, au début du siècle passé, qui voulaient à tout prix faire voler des appareils plus lourds que l’air. Au début, ils se cassaient tout le temps la gueule, et ces « fous volants » étaient parfaitement ridicules. Même s’il arrive encore, hélas que des avions s’écrasent, ces engins sont quand même devenus en général moins dangereux que la bicyclette.
                                                        Si vous refusiez d’envisager cette hypothèse de l’intelligence artificielle qui est pourtant des plus raisonnables, c’est un peu comme si vous vous obstiniez à nier la théorie de l’évolution : l’homme serait jusqu’à je ne sais quelle catastrophe finale, le seul habitant intelligent de la planète. Eh bien, je dois avouer qu’une telle perspective, l’homme étant ce qu’il est, ne m’enchante guère !


                                                      • JL JL 29 mars 2015 10:32

                                                        @Christian Labrune

                                                        vous dites : ’’Je ne pense pas que Freud ait jamais décrit le fonctionnement « sain et normal » du psychisme.’’

                                                        Hé bien moi je dis que c’est une question de lecture : lorsque vous décrivez les dérèglement d’un système, c’est toujours, en creux si vous voulez, par rapport au fonctionnement normal, sain.

                                                        Vous êtes marrant : vous dites d’un coté cette métaphore : ’’Les physiciens d’un XIXe très naïvement positiviste pensaient, après Kant, que Newton avait achevé la physique.’’ et de l’autre, vous utilisez cette connaissance pour fixer la limite de l’humain par rapport à ses artefacts.

                                                        Plus précisément, ce n’est pas la science que vous limitez mais vous êtes dans l’excès inverse : c’est la nature que vous réduisez, à une machine.

                                                        La différence entre un être vivant, un ver de terre si vous voulez, et un création humaine sera toujours que le premier a été bâti par construction respectueuse du rasoir d’Occam à partir de lois et propriétés de la nature que nous ignorons ; et le second ne sera jamais qu’une grossière imitation, comme le sont les fusils en bois pour les enfants.



                                                        • rotule 23 mars 2015 16:29

                                                          Et il suffira d’une panne d’électricité, d’un orage à proximité ... pour retrouver le bonheur du naturel.


                                                          • Pere Plexe Pere Plexe 23 mars 2015 20:23
                                                            « L’Intelligence Artificielle incontrôlée : Une arme qui pourrait détruire l’humanité »

                                                            Mouais....

                                                            Personnellement, bien plus que l’intelligence artificielle c’est la connerie naturelle qui me fout les jetons !

                                                            Son pouvoir de nuisance est incommensurable.


                                                            • Rétif 23 mars 2015 21:16

                                                              A cet appareil,il manquera simplement une motivation, parce qu’une subjectivité !


                                                              • Rétif 23 mars 2015 22:28

                                                                La machine manquera d’une seule chose : d’une motivation,parce que d’une subjectivité !


                                                                • fcpgismo fcpgismo 24 mars 2015 08:36

                                                                  La politique de la terre brulée règne dans les esprits si l’intelligence artificiel prend le contrôle c’est salutaire. Bon débarras l’humanité spéciste.


                                                                  • Le Poilu Le Poilu 24 mars 2015 10:08

                                                                    Si l’homme cherche à créer une « intelligence artificielle », c’est sans doute qu’il se prend à la fois pour Dieu et qu’il n’est pas si intelligent que ça... Cruel paradoxe.
                                                                    C’est encore rationaliser le fabuleux phénomène qu’est le vivant et le réduire à quelques fonctions mathématiques... L’univers n’est pas une machine ni la vie une équation. Même si nous nous efforçons d’en écrire pour expliquer ce qui nous échappe depuis si longtemps.
                                                                    Vouloir tout élucider est une illusion. Tuer le mystère n’est pas LA réponse.

                                                                    C’est parce que la machine n’aura jamais de cœur qui bat et d’émotions qui l’enivre que c’est un danger. Bien sûr que oui, elle est supérieure dans l’accomplissement de tâches répétitives et même utile pour réaliser les choses rébarbatives et épuisantes. Mais avons-nous besoin de tant nous couper du réel et du concret ? Sommes-nous devenus si fainéants ?

                                                                    Une machine ne partagera pas, elle distribuera.
                                                                    Une machine ne dialoguera pas, elle communiquera.
                                                                    Une machine ne ressentira pas, elle évaluera des variables.
                                                                    Une machine n’aimera pas.

                                                                    Céline avait raison, l’homme est lourd et désespérant.


                                                                    • Rétif 24 mars 2015 10:39

                                                                      Pourquoi mes messages,comme tous ceux après Néo57 sont-ils supprimés après un court passage,ou dès le lendemain ? Ceci vérifié au moins 3 fois depuis le 19 mars !
                                                                      Que se passe-t-il,et quelle en est la raison ou le motif ?


                                                                      • Zord Zord 24 mars 2015 11:47

                                                                        L’IA, Les robots tueurs, les nanomachines et autres bio-machines intelligentes menaceraient l’humanité !!

                                                                        Bizarrement depuis quelques temps, pas mal de monde haut-placé et souvent multi-millionnaires nous alerte sur ce problème !

                                                                        Pendant ce temps, dans les bureau, on dématérialise tout, on installe des logiciels et on licencie. Dans les usines, on continue à remplacer les travailleurs par des machines. Et à chaque fois, la valeur créée se concentre un peu plus dans les mains du 1%.

                                                                        Ce qui est certain c’est que le jour ou les machines décideront de nous faire la fête, ça fera déjà bien longtemps qu’on sera au fond du trou !


                                                                        • Lonzine 24 mars 2015 12:32

                                                                          @Zord
                                                                          «  le jour ou les machines décideront de nous faire la fête » les machines ne décident jamais de rien.


                                                                        • franc 24 mars 2015 12:27

                                                                          je ne pense pas que la machine créée par l’homme puisse dépasser l’homme ,cela est impossible logiquement ,car déjà il est impossible à l’homme de créer l’homme comme il es t .impossible à une force 1 tonne de soulever une charge de plus de une tonne ,car l’homme immanent est imparfait par nature ,il ya toujours un degré de perfection moindre entre un être immanent et l’être idéal transcendantal

                                                                          le sujet créateur transcende l’objet créé

                                                                          comme le suggère Isga ,c’est l’esprit qui ressent les sensations,du bon et du beau ,la machine en est incapable celle-ci ne perçoit que des chiffres et du langage chiffrée ,langage booléen. aucune sensation ne peut sortir de la matière inerte et des chiffres mathématiques ,c’est seulement l’esprit humain qui peut les convertir en sensations ,de chaud ou de froid , de bon ou de mauvais ,de beau ou de laid .L’ homme seul peut ressentir de l’amour.

                                                                          -

                                                                          une machine aussi puissante soit elle obéit à un ordre d’un programme ,et l’esprit de l’homme peut à tout moment changer de programme ou le détruire selon sa liberté ;

                                                                          Certes, la machine possède une force physique bien supérieure àl’homme mais elle ne possède pas de conscience supérieure de l’esprit qui pourra toujours construire une autre machine supérieure à une machine qui aurait buggué et pourrait menacer l’homme .C’est le principe de roboccop.

                                                                          -

                                                                          le plus impo rtant donc c’est de cultiver la vertu de l’homme ,car le danger n’est pas la machine mais le manque ou le déphasage moral par rapport au progrès scientifique


                                                                          • franc 24 mars 2015 12:36

                                                                            @franc

                                                                            Ah j’ai oublié

                                                                            -

                                                                            « un rien ,un grain de poussière peut tuer l’homme ,mais par sa pensée l’homme engloutit tout l’Univers-----

                                                                            l’homme est un roseau mais c’est un roseau pensant »-------------------------

                                                                            PASCAL


                                                                          • Rétif 24 mars 2015 16:24

                                                                            Le chiffre du nombre des messages n’arrête pas d’augmenter,mais la liste raccourcit de plus en plus !
                                                                            35,55. 75 aujourd’hui,alors qu’il reste 21 message publiés, + 4 des meilleurs !
                                                                            Le tout s’arrêtant au 22 Mars 2015.
                                                                            C’est exprès ou c’est un dysfonctionnement ?


                                                                            • Rétif 24 mars 2015 17:00

                                                                              Serait-il possible,un jour,de doter un super ordinateur de quelque chose comme un « projet »,sous forme évidemment mathématique,incluant la totalité des données de l’univers, comme le rêvait La Place, avec toutes les connexions possibles, donc les réponses parfaitement exhaustives,donc les stratégies les plus fines, dans le sens d’une volonté matérielle déterminée ?
                                                                              Alors que,déjà,cette universalité imaginaire ne pourrait guère être conçue que de l’ordre,si on peut dire,de l’indéterminé,et qu’y intégrer un projet fixe serait une idée contradictoire.
                                                                              Enfin,en supposant qu’un génie y parvienne ...
                                                                              D’ailleurs le dit « projet » serait-il réellement propriété de la machine ou bien plutôt celle de son inventeur qui, alors, pourrait en obtenir,un complot stratégique foudroyant ?
                                                                              La machine n’aurait jamais en elle-même le moteur psychique,libidineux,pour mettre en oeuvre elle-même toutes ses ressources,et ce serait toujours un cerveau humain qui la coordonnerait,comme une éminence grise masquée.
                                                                              Maintenant qui serait l’auteur,la cause, de la catastrophe(car difficile d’imaginer autre chose) suivante ? Matériellement,ce serait la machine.Intentionnellement,son inventeur !


                                                                              • Rétif 24 mars 2015 17:11

                                                                                Au fond,qu’a eu d’autre Hitler à son service,sinon cette immense machine à prévoir et à organiser que l’Administration du Parti ?

                                                                                Pas besoin d’aller chercher ailleurs : l’élément essentiel de la Machine délirante,on l’ a à notre disposition : c’est la Volonté !

                                                                                Ce qu’une machine faite de simples éléments naturels,si subtilement électriques soient-ils, n’aura jamais !

                                                                                Mais chez les bipèdes « inteligents », ça peut se trouver(ou se retrouver,et ce ne sera pas un ventre mais une tête !)


                                                                                • arthes arthes 24 mars 2015 19:28

                                                                                  Ce qui me fait le plus marrer en quelque sorte car je trouve cela vraiment naïf, c’est ce désir d’immortalité de l’humain , c’est à dire (si j’ai bien compris l’auteur) remplacer peu à peu les organes biologiques usés de l’homme par des éléments sophistiqués qu’il aura fabriqué au point qu’un humain n’aurait plus rien de sa substance originelle physique/biologique à un moment donné (mettons à 370 ans) , et il ne mourrait jamais

                                                                                  Perso, je laisse ça aux riches hein, je ne suis pas jalouse et la persepctive de vivre l’expérience de la mort m’est infiniment plus attrayante que celle de devoir durer éternellement dans un corps bionique avec un cerveau rempli de puces programmées par des professeurs zinzins.

                                                                                  La mort ne nous limite en rien puisque nous ignorons tout d’elle, d’ailleurs il ne s’agit que d’un mot qui désigne un phénomène universel comme la vie , vivre éternellement en refusant la mort est une chimère, une erreur monumentale, à mon sens , si il s’agit d’avoir le sentiment de vaincre la mort...C’est comme refuser la vie elle même , se penser plus fort.

                                                                                  Je ne sais pas comment le dire, mais cela me semble tellement absurde...Se trainer comme des zombis qui ne ressembleront plus à des êtres humains en modifiant les structures mentales pour « obliger » en quelque sorte le cerveau à voir la vie en rose et ne plus réfléchir la pensée, c’est la pire des déchéances humaines


                                                                                  • Rétif 24 mars 2015 19:44

                                                                                    35,55,75, . . .79 et toujours 21 !


                                                                                    • Rétif 24 mars 2015 19:47

                                                                                      Ne plus avoir envie de rien ! Un sommet pour certains !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès