Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > L’Occident actuel

L’Occident actuel

Terme voué aux pires calomnies si l'on est gauchiste, aux pires gémonies si on lit les 4 temps, il est bien un terme, une culture, qui ne laisse pas indifférent.

Pendant que le monde arabe s'éprend de démocratie et d'idées libérales, aux sens des lumières, comprenons-nous, l'Islam des lumières a bien été forgé par des philosophes musulmans français quelque peu avant que n'éclate les révolutions arabes. Et bien, pendant que nos amis maghrébins s'ébrouent à chasser leurs régimes présidentiels, bref, à stabiliser la démocratie athénienne et que l'Asie s'échine à être victorieuse d'une lutte mercantiliste anglo-saxonne (sans doute une névrose du XIXème à assumer), l'impérialisme occidental, bref, l'in-extenso, ne parvient pas à surseoir ses faiblesses, à savoir l'absence d'intensification de culture occidentale, en crise, qu'elle soit politique, financière, économique ou sociale.

Laissant à nombre de ses sujets (au sens idélogique du terme) uniquement un rêve brisé (tel le rêve américain), nombre d'occidentaux, suffisamment indifférents aux révolutions démocratiques arabes et à l'espérance de liberté, retrouvent du lien social et de la solidarité au sein même de la religion islamique, voire un dogmatisme que certains individus trouveront salutaires face aux moeurs libertaires.

Pourquoi pas, il ne s'agirait in fine qu'un bon échange de procédés, le monde arabe épousant un individualisme libéral, l'occident épousant un conformisme normalisant (le communisme ayant échoué), toute idéologie étant une exacerbation de la nature humaine, celle-ci retrouve in fine son équilibre entre intérêt individuel et intérêt commun (et oui, le communisme est mort), on peut souffler.

Car, qu'apporte l'Asie culturellement à l'occident ? A peu près rien, hormis un paternalisme patronal digne du XIXème, bref, un conservatisme suffisamment nauséabond permettant de corréler la fascination des milieux d'affaires pour l'Allemagne d'Hitler pré-39 avec la Chine actuelle. Bref, rien de bien salvateur, à priori.

Mais la culture de l'Empire du milieu n'a rien à voir avec celle du Rhin et du Danube, la fin ne peut qu'en être différente.

Bref, si le communisme n'a pas survécu (sauf dans une Chine avide de politique emporte-pièces afin de mener la multitude) , pas plus que le nazisme, seules survivant des cultures séculaires adoptant d'autres idéologies séculaires, l'inculturation des modes de vie et idéologies arabes et occidentaux fonctionnent plutôt bien, ou ad minima, coexistent, pendant que l'Asie se cantonne à un rôle d'adoption plus pragmatique et moins idéologique de la splendeur passée occidentale.

Car, il faut bien l'admettre, celui-ci est en crise. On nous le dit et on le répète, même si ceux sont souvent des rumeurs propagées par des financiers pour des financiers, les occidentaux vivant sous le seuil de pauvreté, et ils sont nombreux, faisant moins de tintamarre, hélas. Les politiques, eux, se cantonnent à s'agenouiller au chevet de ce qui fait du bruit, c'est courru. L'Occident, privé de son exutoire guerrier (considérons qu'il est mort en 45 à Nagasaki et Hiroshima, hormis chez les neo-cons et les interventionnistes humanitaires), il s'en est remis à un exutoire économique, qui l'on mis dans une situation tel 29, où les différences sociales se sont exacerbées telles qu'elles cristallisent vies politiques (dualisme droite-gauche), sociales, médiatiques, financières etc.

Il faudrait bel et bien être Madame Irma pour anticiper l'issue de cette crise de l'Occident, où le marketing et la publicité ont focalisé les esprits (et plus vicieusement la vie de couple) sur la réussite matérielle.

Si l'arme nucléaire a permis à l'humanité de mijorer les vélléité belliqueuses, grand bien lui a fait, l'on se demande ce qui pourrait mettre fin à la première guerre mondiale économique à quelle nous assistons, spectateurs victimes de la mondialisation que nous sommes. Peut-être une mondialisation parachevée au sens marxiste où les salaires minimaux sont relativement identiques en tout point de la planète, fonction de la productivité locale, voire si le politique est suffisamment puissant afin de soumettre le capitalisme au pas d'un revenu minimu de subsistance.

Bref, l'Occident est victime de ses solutions, de son impérialisme. Il est en crise lorsqu'il reçoit les effets de ses idéologies dominantes en boomerang. Car il ne sait anticiper les conséquences de ses espoirs, où n'en fait pas grand scrupule. Il est en crise car il ne sait pas anticiper plus loin qu'un axiome action-réaction. Il est en crise car l'espoir occidental est irresponsable et est incapable d'anticipation. Il est en crise car, loin de fonctionner d'un intérêt unifié, il fonctionne par intérêt de classes, de génération, d'individu, fondement de sa culture. et in fine, il est en crise car il ne peut se résoudre à passer d'un statut de travailleur-consommateur à celui d'un improductif-consommateur (improductif au sens privilégiant loisirs, relations, culture, bref, au sens noble), sous les coups de butoir de la productivité.



Sur le même thème

La Russie du mauvais côté de l'Histoire
J'ai 20 ans et je ne laisserai personne dire que c'est le plus bel âge de la vie
Et si les Barbares n'étaient pas ceux que l'on croit
Théorie Grand Unifiée de la SuperConspiration
État juif


Réactions à cet article

  • Par Iren-Nao (---.---.---.146) 8 septembre 2011 11:51

    Cher Claude Simon

    Je crois pour ma part que l’occident (je veux dire le monde technico industriel qu’il a cree) est au bout du rouleau car il est devenu un systeme qui fonctionne tout seul et que personne ne controle plus et qui a juste oublie de tenir compte d’un certain nombre d’impasses tel que la surpopulation et la quantite finie des ressources et qui donc ne peut que gripper a mort.
    Comme en realite, c’est personnne, il ne suffira pas de ressortir la guillotine de mon grand pere meme si l’exercice serait assez rejouissant, il ne reste qu’a laisser crever le systeme ce qui arrive a grands pas.
    Le Monde en a vu d’autres des fins du Monde.
    Quant a ce qui se passe dans le monde arabe c’est sans importance reelle parce que ca ne compte pas beaucoup a aucun niveau.
    Le nouveau monde a surtout besoin d’un rafraichissement philosophique et spirituel car la aussi toutes les idees ont un sacre coup de vieux.
    Ca risque de tanguer pas mal, mais on va bien rigoler.
    Enfin, rigoler, c’est facon de parler.

    Iren Nao

    • Par Claude Simon (---.---.---.30) 8 septembre 2011 15:08
      Claude Simon

      « Je crois pour ma part que l’occident (je veux dire le monde technico industriel qu’il a cree) est au bout du rouleau car il est devenu un systeme qui fonctionne tout seul et que personne ne controle plus et qui a juste oublie de tenir compte d’un certain nombre d’impasses tel que la surpopulation et la quantite finie des ressources et qui donc ne peut que gripper a mort. »

      Il me semblerait au contraire que des individus contrôlant un système en soit les premiers à en profiter. Donc si votre hypothèse est juste, c’est plutôt une bonne nouvelle, sauf à imaginer des « controleurs » intègres. Soit, pourquoi pas.
      Mais ce n’est pas le cas. Tout au plus, pour reprendre l’image de F Lordon, les libéraux nous font croire que les clés du système ont été jetées au fond de l’océan et qu’on ne peut plus y toucher. Certaines mesures, pour l’heure cosmétique, nous prouvent le contraire (Trichet sortant de son mandat pour racheter de la dette espagnole et italienne, par exemple).

      Je n’ai pas l’impression que l’Europe fasse dans la surpopulation, au vu de sa natalité, et je considère comme nauséabond les considérations de surpopulation des décroissants et écologistes. D’ailleurs, cette vision morbide et nauséeuse révèle qu’ils ne sont pas du tout décroissants car ils souhaiteraient dans le fond moins de population pour avoir plus de ressources pour eux. Bref, appelons ça de l’individualisme morbide.

      Un système, comme vous l’appelez, terme au demeurant assez vague, est une confrontation d’idées et d’intérêts. Oui, il vit sur d’anciennes antiennes (démocratie, droit des peuples, libéralisme, social-démocratie). Mais une révolution renversant un système est morte née si elle ne s’appuie pas sur des idées philosophiques solides. Or, je dois avouer que je n’en vois pas vraiment, où alors je ne suis pas suffisamment informé.
      La meilleure direction à prendre est de continuer l’application de nos valeurs les plus chères, et de façon plus pragmatique que d’attendre de nouveaux grands idéaux. L’écologie politique ne restera jamais que de l’écologie, à savoir notre relation à la nature, puisque rien ne vient vraiment bouleverser les relations à autrui, excepté une chaine de montagnes de frustrations issues de la mondialisation, de la financiarisation, ou de l’européisation.

      Je veux bien écouter tout les prophètes qui nous prédisent que ca va péter, mais si cela s’arrête à ceux que les conservateurs considéreront avec mépris comme un mouvement de casseurs, c’est, il est vrai, peu fécond au niveau idéologique.

      « Quant a ce qui se passe dans le monde arabe c’est sans importance reelle parce que ca ne compte pas beaucoup a aucun niveau. »

      En France, l’infirmière de Liliane de Bettencourt aurait reçu des menaces de mort. En Lybie, on ne retrouverait plus 50000 opposant politiques à Kadafi. Bref, la progression des droits humains dans le monde arabe est certainement plus chère à mes yeux que de porter crédit à une écolo-décroissantiste qui me promet la guillotine au simple prétexte que je suis de trop (et pourquoi pas elle ?).




  • Par Kalki (---.---.---.180) 8 septembre 2011 12:17
    Kalki

    L’état – de l’économique

    Qu’est ce que la fortress europe ? non ce n’est pas un rêve nazi, c’est beaucoup plus vieux, c’est une vision d’un empire et d’une société politique, de l’espagne à la russie. Et la fortress europe politique et économique à toujours était la véritable HANTISE des anglais américains  !!! Vous imaginez cet empire ? Indépendant de l’emprise « anglosaxone » , ah… dans un monde ou le pouvoir sur le monde n’est pas de la rigolade on prend soin de tout faire pour que le « malheur » de la fortress europe n’advienne pas.

    Il faudrait de la conscience politique et économique, et les bonnes personnes, pour faire du nettoyage politique, comme on sait le faire en russie ou ailleurs d’autres manières.

    On corrompt avec de l’argent, on corrompt l’idéologie, on met en place des personnes avec des visions idéologiques douteuses : et contre l’intérêt des peuples de l’europe ( ca se fait dans tous les pays du monde ). C’est une relecture intéressante de l’après guerre jusqu’aujourd’hui ?

    182. Bien plus loin que l’Oural

    Avec la Russie, l’EU quintuple sa superficie, sa population passe de 500 à 700 millions d’habitants – plus du double des USA – et son PIB tend vers 40 % du PIB mondial, en faisant de loin la première puissance commerciale et industrielle du monde. Cette Europe élargie a une parfaite autosuffisance en hydrocarbures et est le plus vaste réservoir de matières premières de la planète. L’Europe ainsi agrandie est autarcique. Je ne dis pas ici qu’il faudrait en fermer les frontières – c’est un autre débat – mais il n’est pas mauvais de faire le constat que ce bloc n’a vraiment besoin de rien ni de personne. Bon pour l’évolution et bon pour la paix , car on n’aime sincèrement que quand on aime gratuitement. Sans dépendances.

    Le bloc ainsi créé n’est pas un agglomérat disparate : il est le cœur de la civilisation occidentale. Il est au bout de la filiation «  Athenes, Rome, Byzance, Renaissance, Science, Droits de l’Homme et Liberté ». Il y a eu des moments noirs dans le cheminement de Occident, des croisades à la colonisation, mais ce qui en résulte aujourd’hui s’exprime dans une culture postchrétienne laïque qui se réclame de la tolérance et de la raison. Ce résultat me satisfait. Je ne veux pas en changer. Je souhaite que la civilisation occidentale continue…

    [...]

    Or, au moment où il faudrait cette union, tout un pan de l’Occident sur lequel on croyait pouvoir compter se désagrège. Les USA on quitté la famille. En discuter serait un autre débat, mais la suppression progressive des libertés et le retour vers la religion montrent bien que l’Amérique a pris une voie différente de celle de l’Europe. Aujourd’hui, les USA sont dans le camp de l’obscurantisme et marchent à grand pas vers la tyrannie. On peut souhaiter le retour de l’enfant prodigue, mais en attendant il faut se compter et faire sans eux…

    • Par Claude Simon (---.---.---.30) 8 septembre 2011 17:03
      Claude Simon

      Ceci est un essai sur l’adoption culturelle. C’est un constat, car je n’ai pas l’honneur d’être visionnaire. L’adoption de cultures par d’autres peuples a toujours eu lieu, je ne vois pas en quoi ça mérite le psychiatre. 


      « Qu’est ce qui vous permet de dire que »toute idéologie est une exacerbation de la nature humaine«  ???? ça se démontre ça l’ami. »
      Les démonstrations en sciences humaines étant toujours fausses ou critiquables, l’effort d’une démonstration est vain. Si vous n’êtes pas d’accord, lisez d’autres potentiels admissibles à Saint-Anne.

      Et je n’ai pas besoin d’un correcteur pour me rappeler que la forme m’importe peu.

      « Certes. Et alors ?
      Où l’auteur veut-il en venir de précis ? »
      Et bien, que l’Occident a vendu ou a forcé d’autres blocs géopolitiques à adopter son système, le monde arabe adoptant son mode politique, l’asie son mode économique, et qu’il se retrouve bien dans la panade. kapisch ?
    • Par Claude Simon (---.---.---.30) 8 septembre 2011 17:33
      Claude Simon

      L’occident est en crise économique du fait de l’adoption de son modèle économique par le reste du monde. Bref, son expansionisme est responsable de sa crise. Elle est là la mécanique.


      En ce qui concerne son expansionnisme politique, il y a deux chapitres.
      Les démocratisations forcées de l’Irak et de l’Afghanistan risquent d’être ou sont déjà des échecs (présidents fantoches).
      Les démocratisations volontaires de l’Egypte, de la Tunisie, puis de la Lybie avec l’appui occidental sont plus pérennes, et sont plutôt porteurs de stabilité politique pour l’Occident.

      Et si tu veux faire de la critique pour de la critique, je te souhaites une bonne soirée.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès