Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > L’OTAN cherche la destruction de la Russie depuis 1949 Partie (...)

L’OTAN cherche la destruction de la Russie depuis 1949 Partie 2

La suite du texte de Gary Leupp. Suite de l'histoire de l'OTAN jusqu'à la fin de la guerre en Afghanistan. Vous trouverez la première partie ici.

Comparons les Agressions US et Russo/Soviétiques durant la guerre froide

L'OTAN s'agrandit en 1952, incorporant la Grèce pacifiée et son rival historique, la Turquie. En 1955, il amena la RFA en son sein. A ce moment seulement, en mai 1956, 7 ans après la formation de l'OTAN, les Soviétiques établirent en réponse leur propre alliance militaire défensive. Le traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Pacte de Varsovie) n’incluait que 8 nations (contre 15 pour l'OTAN) : L'URSS, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie, l'Allemagne de l'Est, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et l'Albanie.

Les forces du Pacte de Varsovie ne se déployèrent qu’une fois durant la guerre froide, pour écraser le mouvement de réforme en Tchécoslovaquie en 1968 (Elles ne furent pas utilisées durant la répression de la « révolution hongroise » de 1956, qui eut lieu cinq mois après la fondation de l'alliance. Cette opération fut effectuée par des troupes soviétiques et des forces loyalistes hongroises.). L'intervention en Tchécoslovaquie provoqua le retrait de l'Albanie du Pacte alors que la Roumanie protesta et refusa d'envoyer des troupes. Pratiquement, le Pacte fut réduit à 6 membres à comparer aux 15 de l'OTAN. L'alliance occidentale s'agrandit à 16 quand l'Espagne la rejoignit en 1982.

Entre 1945 et 1991 (quand le pacte de Varsovie et l'URSS se désintégrèrent), les Etats-Unis se sont engagés dans trois guerres majeures (Corée, Vietnam, Golfe Persique), ont envahi la Grenade et le Panama, sont intervenus militairement au Guatemala, République Dominicaine, Liban, Cuba, Cambodge, Laos, Nicaragua, Haïti et dans d'autres pays.

Durant la même période, les soviétiques ont envahi deux fois des nations est-européennes (la Hongrie 1956 et la Tchécoslovaquie 1968), pour maintenir le statu quo. Ailleurs, il y eut un bref conflit frontalier avec la Chine qui fit 150 morts de chaque coté. Et les Soviétiques ont bien sûr envahi l'Afghanistan en 1979 pour consolider le régime laïque aux prises avec l'opposition islamiste. C'est tout. En fait, si vous comparez avec le bilan américain, le leur est un peu maigre pour une superpuissance.

Cette opposition islamique en Afghanistan, comme nous le savons, s'est transformée en Talibans, al-Qaeda et le groupe fondé en Irak par l'ancien rival de Ben Ladan Abu Moussah al Zarqawi appelé maintenant ISIL ou Etat Islamique. Appelés, presque affectueusement par la presse américaine en 1980 moudjahidines (ceux qui sont engagés dans le djihad), ces militants religieux ont été glorifiés comme des combattants anti communistes sacrés par le conseiller à la sécurité nationale de Jimmy Carter Zbigniew Brzezinski.

Brzezinski annonça au président américain six mois avant que les soviétiques n'envoient de troupes qu'en soutenant les djihadistes les US pourraient provoquer une intervention militaire soviétique. Les Etats-Unis, déclara-t-il, ont l'opportunité d'infliger aux Soviétiques leur guerre du Vietnam et peuvent saigner les Soviétiques comme ils ont saigné les Etats-Unis au Vietnam.

Attardons nous un moment sur la moralité de ceci. Les soviétiques ont aidé les vietnamiens à combattre un régime impopulaire soutenu par les Etats-Unis et à confronter l’horreur des assauts américains contre leur pays. Maintenant, en retour, comme Brzezinski le déclara, les Etats-Unis pouvaient aider les extrémistes islamistes à l'esprit médiéval à provoquer une intervention soviétique pour tuer des jeunes conscrits soviétiques et empêcher l'avènement de la modernité.

Les djihadistes anti-soviétiques furent accueillis à la Maison Blanche par le président Ronald Reagan pendant une visite en 1985. Reagan, montrant peut-être les premiers symptômes d'Alzheimer, clama qu’ils étaient « l'équivalent moral des pères fondateurs de l’Amérique ». A cette époque, une grande partie de l'aide américaine (CIA) aux moudjahidines était destinée à Gulbudding Hekmatyar, un féroce chef de guerre maintenant aligné avec les Talibans. Comme de nombreux anciens alliés des US (incluant Saddam Hussein) tombés en disgrâce, il fut la cible d'au moins une frappe ratée par drone en 2002.

Donc le seul et unique conflit militaire prolongé soviétique durant la guerre froide, de décembre 1979 à février 1989 et qui a coûté 14'000 vies soviétiques, fut un conflit avec ce que les experts américains vont appeler « terrorisme islamiste »

Les Soviétiques n'ont sûrement pas affronté des anticommunistes désirant la « liberté » comme cela peut être conceptualisé dans certaines idéologies modernes. L'ennemi incluait des leaders tribaux et des religieux qui s'opposaient à tout changement du statut des filles et des femmes, en particulier leur code vestimentaire et leur soumission à l'autorité patriarcale en matière de mariage.

Les révolutionnaires soutenus par les soviétiques étaient confrontés à des fanatiques ignorants des besoins médicaux des femmes, hostiles à l'idée de cliniques publiques et opposés à l'éducation des femmes. (En fait, les soviétiques ont réussi à augmenter le taux d'alphabétisation des femmes durant les années 80 - un fait non égalé par les nouveaux occupants depuis 2001 - mais ceci était principalement dû au fait qu'ils gardèrent le contrôle de Kaboul, où les femmes purent non seulement recevoir une éducation, mais aussi se déplacer sans foulards.)

Cette époque prit fin quand le régime de Mohammad Najibullah installé par les soviétiques fut renversé par les forces de l'alliance du Nord en Avril 1992. Les choses empirèrent. La guerre civile entre le pachtoune Hekmatyar et ses rivaux tadjiks éclata immédiatement et les forces d'Hekmatyar bombardèrent brutalement la capitale – chose qui n’était jamais arrivée durant les pires jours de la période soviétique.

Pendant que la guerre civile s'aggravait, les Talibans apparurent, se présentant comme des leaders moralement justes inspirés par la Shariah. Acquérant une large base sociale, ils prirent Kaboul en septembre 1996. Un de leurs premiers actes fut de saisir Najibullah, qui s'était réfugié dans un bâtiment des Nations Unis trois ans plus tôt , de le castrer et de le pendre en public, lui refusant un enterrement selon les rites musulmans.

Juste au moment où les néoconservateurs clamaient le triomphe du capitalisme sur le communisme et la supposée fin de l'histoire, le monstre de Frankenstein de l'Islamisme sortait sa vilaine tête. Il n'y eut pas de larmes pour Najibullah dans les capitales occidentales. Mais les Talibans étaient considérés avec inquiétude et dégoût et le siège aux Nations Unies resta aux mains du régime de l'alliance du Nord qui ne contrôlait que 10% du pays.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Le p'tit Charles Le p’tit Charles 5 janvier 09:08

    L’OTAN est une petite machine pour guéguerres contre de petits pays...Contre la Russie ce machin n’existe pas... !


    • Loatse Loatse 5 janvier 12:07

      Bonjour


      L’Afghanistan n’a pas attendu les soviétiques pour engager des réformes et se tourner vers « la modernité », promouvoir l’éducation des filles et des garçons, travailler à l’émancipation des femmes.

      Les premières révoltes des religieux rétrogrades eurent lieu dans la fin des années 20, en rapport déjà avec l’émancipation des femmes et leur volonté de porter des vêtements « plus modernes »

      L’âge du mariage avait été porté à 18 ans, la polygamie et le mariage temporaire interdits, et déjà se mettait en place l’obligation de scolarisation pour garçons et filles.. (les premières bachelières partirent en Turquie pour leurs études supérieures)

      C’est à cette époque (déjà !) que les Anglais considérant le roi réformiste comme une menace contre leurs intérêts dans la région, encouragèrent la révolte des religieux...

      Ce qui obliga celui ci à quelques compromissions (les filles purent encore étudier mais avec le tchadri bien qu’une loi fut promulguée pour que son port reste facultatif.. puis dans les années 50 après les lycées, les écoles d’infirmières, ce furent des universités qui furent crées, ouvertes bien sur aux deux sexes... Une femme devint dans les années 60 ministre de la santé...

      Bref ce fut tout de même une guerre déclarée aux femmes par une frange « conservatrice » de la population sous bien entendu le prétexte de la religion...puis une « guerre » contre l’athéisme du fait de l’influence soviétique grandissante... jusqu’à l’intervention de ces derniers lorsque cette influence et donc l’idéologie qui allait avec (le communisme) fut contestée...

      La suite on la connait, on ne change pas la stratégie de la puissance adverse et rebelotte on soutient les conservateurs (islamistes), on les arme et c’est le début de la fin pour la liberté des femmes, leur scolarisation, leurs droits.. retour à la case « patriarcat en mode extrême...

      (D’autant plus extrême que l’union soviétique prônait l’athéisme et combattait alors ce qu’elle appelait l’opium du peuple, son clergé)

      Enfin, du fait de l’ingérence de ces deux puissances à la fois pour des raisons stratégiques, économiques et idéologiques (l’urss) le pays est depuis livré au chaos..

      Depuis, ces deux puissances se battent pour garder chacun leurs zones d’influence... le communisme a cédé la place à l’orthodoxie chrétienne ultralibérale... (ce qui n’est guère mieux qu’un judéo christianisme ultralibéral à la sauce yankee car l’un comme l’autre sont meurtriers..) 

      A mon humble avis se dessine là une lutte pour le leadership de ce nouvel ordre mondial en mode gros bourrins pour nos »alliés" d’outre atlantique, en mode séduction pour nos voisins de l’est...

      L’avenir me dira si j’ai vu clair... mais mon petit doigt me dit que tout ceci ne sent pas bon pour nous quelque soit le coté ou souffle le vent.



      • roman_garev 5 janvier 16:32

        @Loatse


        « le communisme a cédé la place à l’orthodoxie chrétienne ultralibérale... »
        Comme il s’agit de la Russie, je serait très curieux te connaître votre source de cette définition péremptoire « l’orthodoxie chrérienne ultralibérale ». D’ou avez-vous tiré cela ? Marrant, mais je ne vois nulle part en Russie aucune trace de cette orthodoxie qui selon vous aurait dû prendre place d’une idéologie prédominante après le communisme. Pas plus qu’en France, p. ex., d’un catholicisme ultraotanesque...

      • Loatse Loatse 5 janvier 18:48

        J’ai ce sentiment (et je ne suis pas la seule, romain) que les Etats unis se sentent investi d’une mission (ce n’est pas pour rien qu’on les appele les « gendarmes du monde »,


        La russie quand à elle également, met en avant ses valeurs religieuses (plutôt conservatrices), ce qui lui permet ou du moins à son leader, au passage de qualifier notre mode de vie comme décadent..(de quoi je me mêle ?)

         la dimension religieuse d’une nation influence son rapport aux autres nations selon des critères non pas seulement uniquement politiques, économiques mais aussi moraux

        ou du moins en apparence, mais c’est parfois utile d’être ou du moins de prétendre être dans « le camp du bien » cela permet de diaboliser l’adversaire, de recueillir également l’adhésion d’un peuple en présentant qui ne partage pas sa conception du monde, comme faisant partie de l’axe du mal....

        On rencontre moins de réticences quand il s’agit de le détruire..ou de l’asservir sous couvert de libre—échange...

        Economiquement parlant, la russie n’a rien à envier aux usa au niveau des inégalités sociales...Une russe aisée disait justement à ce propos : Il n’existe pas de classe moyenne chez nous, c’est ou l’aisance ou la pauvreté..

        D’autres en sont partis non seulement pour des raisons économiques, mais aussi pour ne pas finir au mieux comme ces vétérans aux états unis au pire renvoyé à leurs parents dans des sacs plastiques parce que telle nation dite autonome a prit la chose au mot...

        En fait ces deux pays se ressemblent comme deux gouttes d’eau... Les deux cotés d’une même pièce ?

        A suivre donc....




        • roman_garev 5 janvier 21:46

          @Loatse


          Pardon, mais c’est du blablabla incohérent et intérieurement contradictoire. P.ex., pas de classe moyenne en Russie et l’immense classe moyenne en ÉU, mais cependant... les pays se ressembleraient commes deux gouttes d’eau. Mais en quoi au juste ? Un Étasunien a deux jambes et deux bras comme un Russe ?

          De quelles valeurs religieuses en Russie parlez-vous, quand la Russie est multiconfessionnelle ? En avez-vous seulement entendu parler ? Si oui, comment vous imaginer qu’une seule religion puisse imposer ses valeurs à tout le peuple multiethnique ? Délire schizophrénique.

          Vous n’avez rien à contredire les thèses de l’article, qui, lui, est clair et précis. Donc vos balbutiements infondés sont privés d’intérêt. À vrai dire, vous ne comprenez rien dans le sujet.

        • Loatse Loatse 6 janvier 09:42

          Dites, donc bonhomme, je ne vous insulte pas moi.... !


          Je vous laisse donc à votre vision manichéenne des choses.. les gentils d’un coté (qui soutiennent tout de même des régimes, systèmes un poil totalitaires) et les méchants (qui font de même mais bon...)

          Après tout, si cela vous convient 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès