• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La diabolisation

La diabolisation

La diabolisation : derrière ce mot, souvent utilisé par l’extrême droite pour dénoncer le traitement qu’elle subit, se cache un véritable système de pensée qui empêche toute pensée rationnelle.


L’antiraciste est obsédé par la race, comme le curé puritain est obsédé par le sexe. - Guillaume Faye

Ce matin, après mon jogging du dimanche matin Vaugirard-Tour Effeil-Quais de Seine-Convention, je suis arrivé sur la place de la Convention. Comme tous les dimanches matin depuis quelque temps, les socialistes organisaient un « débat participatif » (où les participants doivent poser les bonnes questions sous peine de se faire rabrouer). Dans le café, les militants de l’UMP distribuaient des tracts, ainsi que des petits gros aux tempes grisonnantes qui se révélaient être de la LCR.
Il y avait pas mal de monde (sur le marché à midi...) et je remontai l’avenue en me frayant un chemin avec mes coudes, pour aller au café où je vais souvent après le jogging. Sur le passage piéton, les petits vieux discutaient entre eux. L’un d’eux, sans me regarder, me tendit un tract que je pris. C’était un tract de la LCR.

« Contre les violences faites aux femmes : une loi-cadre ! », disait le titre.
Une fois au bar, je me penchai dessus.
Quelques extraits mémorables :

« Une femme tuée par son conjoint tous les quatre jours, une femme sur dix victime de violences conjugales, 50 000 viols par an, 11% des femmes victimes d’agressions sexuelles au cours de leur vie, dans tous les milieux sociaux... Ca ne peut plus durer ! [...] Nous ne laisserons ni Nicolas Sarkozy, ni Ségolène Royal instrumentaliser la question des violences sexistes pour y apporter des réponses sécuritaires. [...] Il n’y a pas d’égalité possible tant que les femmes sont harcelées, insultées, violées, battues ou menacées de l’être.  »

On remarquera d’abord le sujet précis et ciblé. Ce tract ne s’adresse pas à tous les Français, ni à des difficultés que tous rencontrent, mais à des cas particuliers minoritaires.
Le tract dit aussi que « les femmes sont harcelées, insultées... », au lieu de parler d’une fraction d’entre elles. Les statistiques fournies au début montraient en quoi seulement une partie des femmes étaient victimes de violences ; plus tard, elles sont contredites par l’affirmation « les femmes sont harcelées, insultées, violées »... Comme s’il arrivait à toutes les femmes d’être victimes de violences, et que toutes subissaient le même traitement terrible. Il généralise hâtivement une affirmation qui ne concerne qu’une partie de la gent féminine. On remarquera le « forcing » de l’argumentation du tract. Il aurait pu dire « des femmes », mais a préféré dire « les femmes ». C’est révélateur.
Le tract affirme que toutes les femmes sont victimes de violences conjugales, par son expression portant dessus. Il contredit les statistiques qu’il a amenées au début. Et en plus, ceux qui l’ont écrit ne s’en sont probablement pas aperçu, alors que cela saute aux yeux.
Sans oublier l’assimilation de Sarkozy à Royal. Le tract dit que les deux vont apporter « des réponses sécuritaires », sans les dissocier en aucune façon. Il y a un amalgame entre les deux.
Un peu plus loin, j’ai vu un tract rouge et noir collé sur un poteau, qui disait :

« Le Pen, Sarkozy, Royal, bouffons du capital ! Combat - une alternative communiste et antilibérale »

Là aussi, amalgame entre les trois candidats, pourtant issus de partis politiques très différents.
Malheureusement, j’ai remarqué cette tendance à l’amalgame dans beaucoup de camps différents.
Les communistes font un amalgame entre les trois candidats, tout en les diabolisant. Dans leurs argumentaires, le mot « sécuritaire » est presque injurieux, comme le mot « racisme » chez les militants de SOS Racisme. Ils le plaquent sur leurs adversaires et les diabolisent à partir de cette opinion - qui est d’ailleurs très simpliste. En assimilant leurs différents adversaires à une même chose, désignée comme ennemie et diabolisée, ils les imaginent ensemble et en tirent des conclusions simplistes. De plus, cela leur fournit un prétexte parfait pour les détester.
Que signifie "diaboliser" ? Selon Wikipédia, c’est "le procédé consistant à donner une forte connotation négative à une idée, un groupe ou un individu, de sorte que sa seule évocation suscite une réaction de rejet."
Lorsqu’on diabolise quelque chose, on arrête toute argumentation rationnelle sur la chose diabolisée. On la considère comme l’incarnation du mal et on s’appuie sur sa haine de la chose diabolisée pour penser. Bien évidemment, un tel point de vue obscurcit tout jugement et pousse vers des conclusions fausses.
En diabolisant quelqu’un ou quelque chose, on ne pense plus à son sujet ; on le hait. On voit tout à travers les verres teintés des commissaires politiques ou des curés puritains. On ne peut même plus peser le pour et le contre ou essayer de trouver les caractéristiques de la chose en question : on la voit comme étant horrible et inhumaine, et on s’arrête là. On ne verra plus ce qui est bon à prendre en elle, mais seulement ce qui est mauvais. Et même si on voit le bon, on trouvera un argument, logique ou fallacieux, pour le considérer comme mauvais, incorrect...
La diabolisation réduit toute pensée. En détestant quelque chose à ce point, on est manipulable à merci par quelqu’un d’autre qui se dit contre cette chose.
Avec la diabolisation, il n’y a plus de pensée rationnelle ; il n’y a que de la passion négative. On peut lier la passion et la raison, j’en parlerai plus tard, mais ici la passion se fait passer pour la raison et empiète sur celle-ci.
Les communistes ne sont pas les seuls concernés. Beaucoup de sympathisants de gauche pro-PS diabolisent Sarkozy en l’assimilant à Le Pen, « la bête immonde ». Ils n’ont aucun argument valable contre lui, et ne prennent pas la peine d’en chercher. Pour eux, il n’y a pas besoin d’argumenter contre Le Pen, parce que c’est un méchant et qu’en disant ça on a tout dit. Par extension, toutes les thèses de Le Pen ne sont pas belles (diabolisées, donc récusées sans argument) et celles de Sarkozy aussi.
La logique n’a plus aucun poids sur ceux qui se laissent entraîner à la diabolisation.
Je suis étudiant en philosophie à Paris IV. Au premier semestre, un maître de conférences nous a donné un cours sur le libéralisme. Il en a parlé en long, en large et en travers. Comment le libéralisme était apparu suite à la réflexion de quelques auteurs anglais, sur la monarchie constitutionnelle, avant de s’étendre à d’autres pays, d’autres auteurs... Le libéralisme a combattu contre l’absolutisme, l’esclavage, la noblesse des castes, et même contre le totalitarisme moderne - qui s’est d’ailleurs développé en réaction à lui. Aujourd’hui, il est souvent confondu avec le néolibéralisme, c’est-à-dire la mondialisation débridée et la toute-puissance de l’économie face au politique. Mais nous savons ce qu’est le libéralisme par rapport au néolibéralisme. Et pourtant, quand je discute avec certains étudiants qui votent UNEF-ID, et qui ont suivi ce cours sur le libéralisme, ils se disent toujours antilibéraux.
Pourquoi ? Parce que, dans leur esprit, le libéralisme est toujours synonyme de pauvreté, de secteur économique débridé et de crises sociales. Le professeur a pourtant expliqué en quoi le libéralisme historique (Locke, Montesquieu, Tocqueville...) se distinguait singulièrement, en majorité, de ce schéma. Seul Mandeville (et, dans une mesure réduite, Adam Smith) s’y est rallié. La prise d’importance de Hayek et d’autres néolibéraux ne date que des années soixante-dix. Dès lors, le libéralisme a fléchi le genou devant le néolibéralisme. Tout cela, le professeur l’a très bien expliqué. Pourtant, ces étudiants de gauche font toujours l’amalgame entre libéralisme et néolibéralisme.

Mais la diabolisation n’existe pas qu’à gauche. On la trouve aussi à droite. J’ai pas mal de cyber-connaissances qui se réclament de Le Pen ou de De Villiers. Certains d’entre eux font un amalgame entre l’UMP, le PS et d’autres courants politiques plus ou moins anti-FN. Ils parlent de l’UMPS, des socialo-communistes... Alors que ces partis soutiennent des propositions, des idées très différentes. Inutile de dire que les mêmes personnes sont viscéralement hostiles à Sarkozy ou à Royal. Elles les ont diabolisées.
Où est la réflexion là-dedans ? Nulle part. Tout l’argumentaire consiste à dire que l’adversaire est méchant, vilain et pas beau, et même qu’il est tout petit (c’est sérieux ! Regardez comment certains argumentent contre Sarkozy...). Il n’y a plus de réflexion sur le mécanisme des partis, leur histoire, leurs idées, leur importance : il n’y a plus qu’une conception dualiste de la politique. Le FN et l’UMP sont mauvais, le PS et la LCR sont bonnes, disent certains.
La diabolisation se trouve presque partout. Je dis presque, car j’ai eu aussi des contacts avec des sympathisants de l’UMP. Or, je ne les ai pas vus diaboliser qui que ce soit. Ils étaient opposés au PS, évidemment, mais argumentaient toujours contre lui. Ils ne disaient jamais « Royal est une s... », mais « Royal va encourager l’assistanat en mettant le SMIC à 1500 €. Et puis, combien cela va-t-il coûter ? On hypothèque l’avenir de la France en creusant la dette, pour de l’assistanat en plus. »
Il y a quand même une différence notable.
Sans doute y a-t-il, au sein des sympathisants UMP, des gens dont l’esprit est corrompu et qui plaquent leurs jugements de valeur sur le monde. Néanmoins, je n’en ai jamais vu. Peut-être que mon expérience politique est incomplète, c’est tout à fait possible. Je parle en toute objectivité - en tout cas, je m’y efforce.

Cela dit, ce que je disais sur la diabolisation concerne tout le monde. Il est facile de s’y laisser entraîner. Le problème, c’est qu’elle réduit considérablement la pensée. A force de voir les choses à travers des verres teintés et de prendre ses jugements de valeurs pour la réalité, on finit par ne plus pouvoir s’en débarrasser.


Moyenne des avis sur cet article :  3.51/5   (150 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Fred68 (---.---.64.1) 12 avril 2007 10:01

    Finalement vous diabolisez tous les opposants à l’UMP en les désignant comme diabolisateurs, c’est pas beau...

    En tout cas j’ai trouvé la fin très mignonne, ils sont gentils à l’UMP.

    Sinon je confirme, Sarko est petit et méchant.


    • Le nanaconda (---.---.37.235) 12 avril 2007 13:59

      Fred68, j’ai réagi comme vous en lisant l’article. Je me suis dit « comme c’est mignon ! ».


    • LE CHAT LE CHAT 12 avril 2007 10:02

      c’est la salsa du démon cet article ! smiley C’est quand même mieux d’avoir des arguments pour avoir un débat, c’est pour cela que la proportionelle aux législatives raménerait la discussion à l’assemblée nationale dont beaucoup sont exclus actuellement et cela appaiserait certaines tensionS . on retrouve aussi la diabolisation sur certains rédacteurs d’avox ......


      • magicboss magicboss 30 août 2007 12:53

        Tout ce que vous dites est vrai, est maintenant cela s’appelle aussi la La mondiabolisation ... smiley

        Une grosse machine impersonnelle qui broie sans vergogne les pauvres diables depuis des bureaux d’enfer. smiley


      • non666 non666 12 avril 2007 10:17

        « La diabolisation : derrière ce mot, souvent utilisé par l’extrême droite pour dénoncer le traitement qu’elle subit, se cache un véritable système de pensée qui empêche toute pensée rationnelle. »

        Comme je vous sent un peu novice sur ce sujet, je vais, dans ma grande bonté, vous instruire.

        La diabolisation ne commence pas avec l’extreme droite. Elle commence, comme son nom l’indique, par la designation du mal absolu (le diable), chargé de tous les maux de la terre, de toutes les perversions. Elle commence surtout par ceux qui se designent comme les ennemis du Diable.

        Je suis l’Inquisition, je combat le diable qui est en chacun de vous. Si vous me combattez, c’est que vous servez le Diable.

        Bien avant GW Bush, le « avec nous ou contre nous » existait déja.

        La diabiolisation a ensuite eté recupéré par les marxistes. Comme leur religion est athée, le mechant ne pouvait etre spirituel. Le diable chez les communistes, s’appele le Capitaliste

        De meme que le Diable a des avatars qui s’appelent Lucifer , Ezechiels ou Belzebuth, les communistes ont les leurs : Patron, Bourgeois sont des synonymes du capitaliste.

        Mais la aussi , la pensée inquisitoriale, la dialectique Bushiste nous livre son « avec nous ou contre nous ». Si vous n’etes pas communistes, vous etes un « anti-communiste »

        Montrer du doigt l’anticommuniste est une façon sournoise d’empecher de penser autre chose que communiste. Les Journalistes ont été longtemps petrifié quand G Marchais les traitait d’anti-communiste...

        Alors si cela marche avec les cocos, pourquoi d’autres ne si preteraient pas ?

        Les juifs ont donc utilisé un vrai gros mechant, leur Diable absolu a eux pour incarner l’antisemitisme : Hitler et ses avatars Petain, Laval and co.

        Mais comme pour les autres, la denonciation du mal absolu cache de plus en plus mal les interets sous-jacents. Le avec nous ou contre nous sert ici a proteger Israel.

        Si vous etes CONTRE vous etes un « nazislamique », un « islamofachiste », les modernes avatars de ce demon la. Sinon , vous etes un ami d’Israel et c’est bien...

        « Avec nous ou contre nous »

        Depuis , les homosexuels ont repris la recette. Ou vous etes « gay-friendly », ou vous etes Homophobe. Homophobe, c’est le nom du Diable chez eux.

        La aussi, derriere les vrais combats pour exister ce cache un lobbying visible. Revendication pour un mariage, « droit a l’adoption ».

        La diabolisation est donc une methode rhetorique très utilisée avec des recettes que je vais vous decrire :

        1) Vous devez diviser le monde entre vos interets, vos revendications, vos solidarités et le reste.

        2) Vous devez montrer que dans le « camps d’en face », il y a un vrai grand mechant, une menace authentique.

        3) Ensuite vous devez verrouiller votre interlocuteur pour qu’il soit obligé de choisir entre ces deux alternatives. « Avec nous ou contre nous ».

        Pourtant les sages nous avait prevenus il y a longtemps. Nous ne sommes pas obligé de choisir entre la peste et le cholera. Nous pouvons aussi choisir nos propres solidarités.

        Exercice

        Toi aussi, crée ta diabolisation ! Avec le recette proposée, invente la rhétorique qui permettra a ta propre tribue, ta minorité, ton groupe d’avoir une place a la TV.

        Tu pourra ainsi, comme tes petits camarades qui t’ont precédé, combattre des moulins a vents, te positionner dans un combat positif et genereux en apparence tout en servant tes interets.

        Non666, conseiller en com, vendeur de vents agréée.


        • LE CHAT LE CHAT 12 avril 2007 10:56

          @non666

          bien vu , la diabolisation est un truc vieux comme le mode ,nous les chats , on a testé il y a déjà longtemps , vu qu’on est sensés danser dans les sabbats avec le démon et les sorcières ! smiley

          qu’importe qui est diabolisé , tu as , toi la faucheuse , toujours le dernier mot ......


        • Jim (---.---.28.153) 12 avril 2007 11:03

          Bonjour Non666

          Bravo pour cette démonstration pleine de bon sens.

          Welcome to ze new world order ( ou plutot désordre )

          Jim


        • rantanplan (---.---.146.2) 12 avril 2007 12:34

          @ non 666 : tu es le diable !


        • JL (---.---.73.200) 12 avril 2007 13:37

          Eh oui Rantanplan, le diable dans de forts beaux habits.

          à l’auteur : «  »Pourtant, ces étudiants de gauche font toujours l’amalgame entre libéralisme et néolibéralisme«  ». Mais c’est parce que le libéralisme angélique, c’est une utopie. ça n’existe pas !


        • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 15:09

          excellent non666 !

          tu es un dieu !!! sans vouloir te déifier...


        • jef88 jef88 20 avril 2007 20:56

          J’applaudis des deux mains à cette démonstration « diabolique » mais véridique.


        • Tintin (---.---.71.55) 12 avril 2007 10:48

          « L’antiraciste est obsédé par la race »je lis cette phrase au début de votre papier,ce qui ne me donne pas envie de lire le reste car c’est faux,c’est le raciste qui est obsédé par la race.Par contre le puritain est lui obsédé par le sexe et non pas l’anti-puritain,non ?...

          Pourquoi citer ce personnage aussi peu recommandable qu’idiot « Guillaume Faye » ?Je ne vois pas ce que ça à voir avec la diabolisation...


          • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 12 avril 2007 11:11

            Vous ne seriez pas à SOS Racisme/Licra/Crif/Autres mouvements « qui dit que les autres sont des salaud car ils ne pensent pas comme moi » (rayer les mentions inutiles).

            Le genre a refusé tout débat avec toutes personnes qui émet une idée qui est contraire à la sienne.


          • Pied léger (---.---.174.28) 14 avril 2007 22:49

            Ne seriez-vous pas en train de diaboliser, l’air de rien, le scepticisme quant au bien-fondé de l’antiracisme inquisiteur ? C’est justement l’antiracisme qu’on connaît qui diabolise ceux qui sont plus à droite que Sarkozy. D’où la citation de Faye, car je suis d’accord avec lui : l’antiracisme viscéral n’est pas plus constructif que le puritanisme religieux.


          • aquad69 (---.---.100.34) 12 avril 2007 10:59

            Bonjour Pied Léger,

            votre sujet est intéressant...

            La pauvreté de tous ces prétendus « débats » et l’importance du passionnels et des slogans dans leur argumentaire semble indiquer qu’il s’agit pour nous moins de chercher à comprendre et à s’atteler calmement au chantier de « l’amélioration des choses », que de participer à une sorte de grand spectacle social d’aujourd’hui, sorte de « communion laïque » qui manifesterait notre appartenance à cette société.

            Dans ce cadre il s’agirait pas pour chacun de chercher à percer la vérité et d’en convaincre les autres que d’affirmer sa propre opinion, de définir à quel « camps » il se rattache, de se positionner, en quelque sorte.

            C’est finalement pour nous avant tout un travail de recherche identitaire. « Débattre » est peut-être la dernière existence sociale qu’il nous reste aujourd’hui...

            Quand aux orateurs, « faire entendre sa voix » a toujours été un acte important dans la cité ; c’était une chose qui fondait les anciennes assemblées traditionnelles.

            Pour les professionnels de ce forum public qu’est la politique, c’est surtout l’occasion de chercher à rallier des partisans et développer un pouvoir, de s’entourer d’une sorte de « clientèle » au sens romain du terme.

            Il faut donc fournir à ces auditeurs ce qu’ils attendent, cad ce qui leur fait plaisir et qui les rassure ; il s’agit là avant tout de manipulation pour vendre un produit, et ça n’a bien sûr rien à voir avec aucune vérité.

            L’expérience prouve malheureusement que les « arguments » les plus efficaces pour celà ne sont pas du côté du débat intellectuel mais de celui des techniques psychologiques les plus pointues.

            Depuis Cicéron et bien avant d’ailleurs, il est bien connu qu’il ne suffit pas d’avoir raison, mais qu’il faut aussi être éloquent ; et donc faire intervenir l’irrationnel pour mieux convaincre...

            Cordialement Thierry


            • Mohammed (---.---.162.46) 12 avril 2007 11:04

              LECON DE CHOSES Qu’est-ce que l’intelligence ?  Larousse (petit et grand), Robert (petit et grand) n’ont pas donné la définition de ce que tout le monde appelle l’intelligence. Et au lieu de la définir, je préfère vous dire ce qu’elle fait.

               Disons que l’intelligence est cette chose qui fait la différence entre une Nation constituée et ... un machin.

               C’est cette chose, par exemple, qui a fait rêver Charles de Gaulle très jeune ; qui lui a dicté ses premiers et précoces écrits ! C’est Elle qui l’a privilégié à l’école et a gonflé ses notes...

               C’est Elle qui a appris à de Gaulle le concept de Défense Nationale dans une France affaiblie et a permis au lieutenant qu’il était de parler aux généraux.

               C’est aussi cette chose qui s’est scindée en deux dans les années quarante pour d’une part soustraire « le Grand Charles » du champ de bataille et le jeter dans les bras du vieux Churchill éberlué, pour une mission tout européenne et de créer d’autre part le salutaire Vichy parce que la France ne pouvait pas affronter l’Allemagne et risquait même l’anéantissement au cas où la guerre continuerait sur son territoire.

               Que de problèmes a connu la France en voulant recoller les deux parties de cette chose : l’une Ambition européenne et l’autre Réconciliation interne !

               Les gouvernements se succédaient et échouaient jusqu’à un certain 13 mai qui n’était que l’œuvre de cette chose. Et voilà la résurrection ! Miracle ? Non ! Il y’a eu ailleurs un bouc-émissaire...

               Ah ! Le Grand Charles qui parlait français mais aussi l’allemand, le tchèque, le russe, l’anglais, etc.... mais jamais l’arabe ! Etait-ce une allergie ? N’avait-il pas compris ?!

               C’est cette chose qui a recréé l’Europe en culpabilisant les Uns, en flattant les Autres et la transforme de jour en jour en carapace pour contrer l’économie américaine.

               C’est bien sur cette chose qui a créé « Evian » et perpétue l’ordre du jour de « La question algérienne » à l’Elysée.

               C’est la tradition de cette chose qui veut que chaque prétendant au fauteuil de l’Elysée doit d’abord s’initier aux « affaires algériennes » et doit mobiliser des dizaines de millions de consommateurs pour garantir l’emploi et relancer (au cas où) une économie vacillante et appeler cela... un partenariat !

               Aimer son pays n’est pas un pêché, bien au contraire. Car il est dit dans l’islam que « l’amour de la patrie tient de la foi ».

               Mais exploiter les autres est un crime. Et cet égoïsme primaire qui génère les conflits doit disparaître.

               Qu’est-ce donc cette intelligence... Mr Carlo Rivelli ?

              En ces moments de désordre politique, la France saura ajuster ses choix non pas pour bavarder inutilement mais pour aligner la volonté générale face à la Vérité historique ! L’élection d’un d’un président de la République regarde l’ensemble du peuple et je conseille aux gens agités qu’il ne faut jamais sous estimer la masse silencieuse car c’est le creuset de l’intelligence collective...qui est n’en doutons pas inaccéssible aux prélevement des carottes pour des sondages bidons ! Et j’ajoute ou cette chose existe ou elle n’existe pas. Les français qui baignent dans l’intelligence ont déjà fait le seul choix raisonnable de voter pour LE PEN, un Français qui parle au nom des Français et qui n’a jamais cru aux utopies des Sorciers ! Vive Moi, vive la Nation française !


              • gAZi bORAt (---.---.164.192) 12 avril 2007 13:18

                @ Mohammed

                Juste une question, Mr Mohammed :

                - Vous faites partie de la troupe de Djamel Debbouze ?

                Dans ce cas, courage ! Ne baissez pas les bras ! Avec du travail, vous arriverez à faire rire !

                gAZi bORAt


              • rantanplan (---.---.146.2) 12 avril 2007 14:01

                @ Mohammed, tu parles comme un vrai français, avec tous ses quariers. Je te donne tes papiers... smiley


              • rantanplan (---.---.146.2) 12 avril 2007 14:02

                Horreur le thé a sauthé !


              • Thomas Roussot Thomas Roussot 12 avril 2007 11:16

                Je partage certains points de cet article, il est indéniable que la technique de diabolisation est utilisée par de nombreux partis pour ne pas dire TOUS, mais franchement, commment ignorer donc que l’ump et ses principaux dirigeants ainsi que leur maître à tous Mr Chirac sont des as de la diabolisation (à l’égad du ps, de la gauche extreme ou du fn par exemple). Et cette diabolisation demeure tout de même, à tort ou a raison absolumenbt concentrée sur le Fn au niveau des medias, utilisant carrément le montage stalinien pour truquer la réalité :

                http://lesogres.info/article.php3?id_article=3148

                Ou l’insulte, les questions ur la vi privée indécentes, la moquerie sur le cancer, les poses endeuillées avec public aux ordres de canal + par exemple (voir en aparté de Clark ou le grand journal de Denisot) ou d’Okrent et sa clique (voir France Europe express).


                • Bill Bill 12 avril 2007 12:49

                  En ce qui concerne Chirac, il a atteint le summum en mettant Dumas au Panthéon avec tous les discours qui vont avec, le faisant passer pour le « bon petit nègre » qu’il n’était pas, avec une Marianne métisse, bref, digne de la plus grande propagande des temps anciens !

                  Bill


                • Courouve (---.---.166.9) 12 avril 2007 12:57

                  L’art se trouve instrumentalisé politiquement :

                  « Ce n’est pas Berlioz, l’antirépublicain, qui devrait entrer au Panthéon [pour le deux centième anniversaire de sa naissance] mais Ravel, accompagné par ses mélodies hébraïques et par ses chansons malgaches. En 1925, elles dénonçaient la colonisation et exaltaient le grand art noir. » Alain Lompech, “Le beau martyre”, Le Monde, 16 mars 2002.

                  Cette phrase multiculturelle est un beau concentré de politiquement correct contemporain. Alain Lompech a été chroniqueur musical au Monde.


                • Le nanaconda (---.---.37.235) 12 avril 2007 13:57

                  Il est vrai que Le Pen s’est fait déboîter à France Europe Express.

                  Il faut dire qu’ils lui ont demandé de parler de son programme économique... Quelle attaque vicieuse !


                • rantanplan (---.---.146.2) 12 avril 2007 14:06

                  Ach, Maurice Ravel : une barque sur l’océan... concerto pour la main gauche, à tous les amateurs de chiens...La belle époque ! smiley


                • Thomas Roussot Thomas Roussot 12 avril 2007 19:22

                  Dumas qui par contre avait un nègre.


                • Forest Ent Forest Ent 12 avril 2007 11:24

                  L’auteur semble découvrir la dialectique et la réthorique.

                  Il existe plusieurs moyens de gagner un combat idéologique. L’un est effectivement d’associer son adversaire à des termes « de toute évidence » péjoratifs. La contrapposée est de se décrire en termes « de toute évidence » positifs.

                  Ceci permet bien sûr d’éviter le débat de fond en remportant la bataille d’avance par le choix des mots, la « novlangue ».

                  Ce n’est pas pour rien qu’il y a eu autant de débats sur agoravox sur les mots « libéralisme », « assistanat », « dette », « fonctionnaire », « social », etc... Et effectivement, personne ne s’intéresse au fond. Ce sont juste des postures idéologiques.

                  De la même manière, une publicité pour une voiture ne parle jamais de ses caractéristiques, mais cherche uniquement à l’associer à des images positives. Les campagnes électorales sont faites par des « fils de pub », avec les mêmes méthodes.

                  Bienvenue au monde merveilleux de la consommation politique.


                  • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 15:19

                    forest ent,

                    j’aime bien vos « fils de pub »

                    je la ressortirai, si vous me le permettez...


                  • Forest Ent Forest Ent 12 avril 2007 19:17

                    Elle n’est pas de moi. C’est le titre de l’autobiographie d’un publiciste célèbre.


                  • Pied léger (---.---.174.28) 14 avril 2007 22:55

                    Ce que je tente de dénoncer, c’est que la diabolisation n’est pas qu’une méthode de victoire rhétorique ; elle finit par être prise plus au sérieux que n’importe quel argument, même chez les « intellectuels », ce qui obstrue toute tentative de réflexion rationnelle. Il me semble que quelques décennies auparavant, ce genre de diabolisation politique à gogo n’existait pas.


                  • maxim maxim 12 avril 2007 11:26

                    finalement ,entre le Moyen Age et notre epoque ,à part les immenses progrès technologiques ,la diabolisation fait encore recette et le poids des mots placés au bon endroit et dans un contexte bien specifique ,peut encore influencer les esprits faibles ,et s’adresse à un public fragilisé et desespéré ......

                    les petits partis en usent ,leur electorat potentiel etant demandeur .....


                    • Stéphane (---.---.0.8) 12 avril 2007 11:27

                      Autant je partage votre point de vue sur l’amalgame libéralisme-ultralibéralisme d’une partie de la gauche, autant il y a aujourd’hui des raisons objectives de rapprocher certains partis politiques a priori opposés. Non qu’ils soient tous identiques pour le « diabolisateur » mais identiques sur une thématique précise qui lui tiendrait à coeur. De plus, les candidats ayant tendance à brouiller eux-memes les cartes... Jusqu’à Le Pen qui voudrait convaincre qu’il est l’ami des français d’origine étrangère.

                      Plus sérieusement, on peut légitimement pointer une droitisation de l’UMP, surtout par la personnalité le discours et le positionnement de son candidat, qui le rapproche du FN sans le rendre semblable à celui-ci. Je souligne qu’on n’aurait jamais pu faire cette comparaison avec Chirac.

                      Quand au terme de socialo-communiste, je l’ai lu ici meme dans un article pro-UMP. Et j’ai dans ma famille de fervents supporters UMP qui ne font pas de différence entre les composantes de la gauche.

                      Finalement, les plus neutres sont certainement les bayrouistes, par leur rejet des clivages gauche-droite...


                      • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 15:21

                        stephane « Autant je partage votre point de vue sur l’amalgame libéralisme-ultralibéralisme d’une partie de la gauche, »

                        pourquoi de la gauche ? à droite aussi ils font l’amalgame !!!

                        ne diabolisez pas la gauche !


                      • nasko (---.---.124.235) 12 avril 2007 11:38

                        Pied léger, fort de votre apprentissage et de vos nouvelles connaissances, vous nous dites qu’il ne faut pas confondre le libéralisme et le néo-libéralisme....pourtant le deuxième n’est que le rejeton du premier. Je m’explique : Le libéralisme (à ne pas confondre avec liberté ou libertarisme) était une idéologie qui prônait le laisser faire dans le domaine économique avec l’idée que le marché se régulerait de lui même grâce à notre petite main invisible et bien pratique. Et tel fut le cas. Et pour qui pense que le progrès technologique est un bien intrinsèque et que le sacrifice de quelques générations est obligatoire, alors le libéralisme se trouva être une chose positive. Mais problème, alors que le système libéral s’enracinait, il se retrouvait face à une contradiction : comment la libre concurrence pouvait elle perdurer sur un modèle darwinien, c’est à dire comment éviter qu’une multitude d’entreprises régulatrices du marché se transforme petit à petit en oligopole puis en monopole (bien souvent voilés) (cf le petit arrangement entre bouygue orance et sfr). Autrement dit comment éviter que le libéralisme ne débouche sur du totalitarisme ? Comment éviter que la multinationale ne prenne le pas sur la nation ? Comment éviter de passer d’une régulation démocratique (un homme une voix) à une régulation actionnariale (une action une voix....ou encore du capital une voix..........l’équivalant du vote censitaire au 19ème). Le néolibéralisme est la suite logique du libéralisme....Aux tenants de cette idéologie je demande si ils prônent le laisser faire dans leurs foyers ? Mais de toute façon, n’est pas déjà trop tard ? Qui a encore les moyens de demander aux grands groupes de production ou d’exploitation mondiaux de respecter des règles que nous leurs imposerions ? N’ont elles pas le pouvoir de faire des bras d’honneurs et de partir vers les nations les mieux offrantes et ainsi de niveler vers le bas les acquis sociaux des nations soumises à ce chantage ?


                        • Chouky (---.---.240.34) 12 avril 2007 11:58

                          Petit problème dans ton argumentation. Tu parles d’amalgames, mais tu en fais.

                          Les communistes sont une galaxie diverse. La LCR n’a rien à voir avec les communistes. Ce n’est pas le même partie. De même que le groupuscule « Combat » n’a rien à voir avec la LCR.

                          Et puis, sache que l’Unef-ID n’existe plus depuis le début du siècle. On parle maintenant d’UNEF tout court, depuis la réunification.

                          Enfin, drôle de conception que celle qui consiste à ne pas accepter de faire des tracts sur une question particulière. C’est comme si l’on critiquait Sarkozy quand il parle des handicapés qui ne sont qu’une partie de la population.

                          Les problèmes que rencontrent les femmes sont particuliers, mais choquent nos valeurs, qui, elles, sont universelles.


                          • La Taverne des Poètes 12 avril 2007 12:33

                            Rappelons quand même utilement la diabolisation que pratique Nicolas Sarkozy :

                            - fainéant ! (pauvres, chômeurs)
                            - racaille !
                            - pédophile de naissance !
                            - hystérique ! (Royal , Bayrou et tous ceux qui ont critiqués se propos sur le caractère inné de l apédophilie)
                            - connard ! (pour Azouz Begag)
                            - mouton de baignoire ! (pour tous les arabes et enfants d’arabes)

                            Une diabolisation digne d’une « certaine époque » nommée « La France d’après »...


                            • La Taverne des Poètes 12 avril 2007 12:35

                              J’en oublie... comme :

                              - Incompétents, nuls ! (juges, journalistes...)

                              Pour sortir de cette diabolisation, écartons Sarkozy et bien sûr aussi Le Pen.


                            • maxim maxim 12 avril 2007 13:15

                              la Taverne ....

                              n’oublions pas Royal,Bové ,Besancenot,Voynet et les autres non plus .....


                            • maxim maxim 12 avril 2007 13:16

                              j’oubliais Arlette .....


                            • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 15:26

                              Maxim,

                              tu votes buffet ?


                            • maxim maxim 12 avril 2007 20:11

                              Parkway.....

                              je l’avais oublié celle là ....

                              le jour où j’en viendrais à ça .......


                            • Thomas Roussot Thomas Roussot 12 avril 2007 12:44

                              Je poste ici cet article refusé sous prétexte qu’il aurait déjà été beaucoup traité (j’ai cherché, en tout et pour tout 3 articles abordent le cas Soral alors que des dizaines sont consacrés à tel citoyen qui dit qu’il va voter Bayrou, que tel autre n’aime pas Sarkozy ou Royal). Agoravox révelle-toi !

                              L’intégrité comportementale, voilà ce qui définitvement caractérise la valeur des individus. Il y a ceux qui se couchent, les représentants de l’esprit de Munich, et les autres, qui passivement contemplent l’état des choses. La veulerie et la lâcheté ont toujours été majoritaires.

                              Mais il demeure des individus qui souhaitent pouvoir encore se regarder dans la glace le matin. Et ils existent encore quitte à se griller les bonnes entrées, la respectabilité des troupeaux moutonniers et lâches, quitte à subir l’inquisition idéologique totalitaire qui a cours dans ce pays

                              Je ne me pronconcerai pas sur le contenu des déclarations de Soral ou de Redeker, de savoir s’ils elles sont indécentes, provocantes, transgressives, peu diplomatiques, violentes, illégales, insultantes, ce n’est pas à moi de le dire. Je suis écrivain, libre d’esprit et comme Voltaire même si « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ». C’est ce qui fonde notamment un pilier essentiel de la république française, le droit à l’expression. Si certains estiment certaines déclarations intolérables, qu’ils se reportent aux tribunaux, nous sommes dans un état de droit (même si la judiciarisation des idées me semble déjà en soi une vertigineuse régression des libertés) . Ce n’est pas à des milices fascistes sionistes ou islamistes de faire régner la terreur et leur loi dans ce pays. Redeker, professeur de philosophie qui a notamment évoqué Mahomet comme étant est « un maître de haine » a reçu un mail de menace de mort, ce qui est intolérable. Il a bénéficié immédiatement d’une protection policière, d’un branle-bas de combat médiatique important, d’une pétition considérable (http://www.petitionredeker.info/?petition=2), du soutien de très nombreux intellectuels avec à la clef un meeting de soutien.

                              “Tout individu doit avoir le droit de blasphémer. La liberté d’expression ne se négocie pas”, affirmait à cette occasion Arié Bensemhoun, le représentant toulousain du Comité représentatif des institutions juives de France (CRIJF) . C’est pour défendre la liberté de Robert Redeker, et cette tribune ultra offensante sur l’islam dans le Figaro, que 800 personnes s’étaient réunies à l’occasion de ce meeting, dont Mohamed Abdi, de l’association Ni putes ni soumises, le maire (UMP) de la ville Jean-Luc Moudenc, les philosophes Bernard-Henri Lévy et Pascal Bruckner, le journaliste Philippe Val ou l’écrivain Claude Lanzmann. Pour le porte-parole du CRIJF, il était “inacceptable” que l’enseignant de la banlieue de Toulouse soit “maintenu au secret, caché par la police et donc réduit au silence” . Redeker a été invité au journal de 20 heures de France 2 et a reçu des milliers de lettres venant de la" France profonde.”. Bref une saine réaction républicaine, rien à dire.

                              Ses propos ont pourtant été jugés racistes par beaucoup (inutile de les reproduire ici, ne soufflons pas sur les braises encore ardentes), et certains de ses soutiens y compris les plus déterminés les ont jugés infâmes. Mais ils ont défendu l’homme et sa liberté au nom de cette tradition républicaine. le castlevania Pour le sociologue Soral, le scénario est très différent, et c’est un euphémisme. Tenant lui aussi des propos véhéments mais concernant eux le sionisme et l’histoire de la communauté juive lors de l’émission Envoyé Spécial sur France 2, propos d’ailleurs tronqués et sortis du contexte d’un discours plus long contrairement à la tribune de Redeker, que s’est-il passé pour lui ? Un mail de menaces de mort ? Non, des dizaines. Deux agressions physiques dont l’une qui l’a rendu aveugle pendant quelques heures au gaz lacrymogène, des insultes taguées sur sa façade d’immeuble. Une librairie ou il faisait une dédicace saccagée et la libraire comme les clients castagnés par une horde de militants casqués et armés. Depuis un ostracisme inégalé des médias et des divers cercles intellectuels comme l’école Sciences-po qui l’expulse manu militari après l’avoir invité pour une conférence sous prétexte qu’il trouble l’ordre public !! Kafka est de retour.

                              Réaction de l’Etat français ? Aucune ! Pas de protection policière. Pas de condamnation officielle. Pas de dissolution de la milice concernée et fichée par les rg (contrairement à la tribu K très rapidement dissoute). Pas de soutien des intellectuels français, pas de meeting, nada. Imaginons un instant qu’une milice type Gud ait massacré une librairie et un auteur comme l’infiniment estimable Mr Bernard-Henry- Levy, non seulement cette structure aurait été légitimement dissoute, ses membres immédiatement incarcérés et pour de longues années, une manifestation monstre regroupant toute la classe politique française bien en avant du cortège aurait été organisée et des médias en alerte rouge sur le retour du nazisme auraient assuré une saine dénonciation républicaine de cette barbarie.

                              Et bien pour Mr Soral, rien de tout cela, bien au contraire, il est interdit ou décommandé de toutes les émissions, notamment à la demande de grands démocrates comme Mr Besancenot (un fervent partisan de la dictature du prolétariat qui s’y connaît en démocratie) lors de l’émission Ripostes, préférant parler avec un membre du FN, ce que n’est pas Mr Soral, non lui a le tort de venir de la gauche prolétaire, celle des banlieues désabusées, c’est criminel. Pire, il pense que l’internationalisme est le faux-nez du mondialisme ultra-libéral, il croit que la stigmatisation et l’instrumentalisation menée par la gauche comme par la droite des immigrés sert le capitalisme, bref c’est un monstre, ils nous le disent ces gens qui payent l’ISF et mettent leurs enfants dans le privé tout en prêchant la tolérance et l’ouverture. Certaines de ses idées sont peut-être nauséabondes ou contradictoires (j’avoue mal comprendre sa défense du voile même contre le string sous prétexte de lutte anti libérale quand on se dit progressiste), mais je ne suis pas habilité à les analyser n’étant pas un grand marxiste, ce que je sais, c’est que ce pays devrait avoir honte de sa couardise qui nous rappelle comme dirait l’autre, les heures les plus sombres de notre histoire.

                              Il faudra maintenant pour les sociologues encore pourvus d’un courage intellectuel minimal (condition indispensable à toute pensée libre) analyser les tenants et aboutissants de ce double traitement, si tant est que leurs capacités neuronales soient encore en mesure de le faire...


                              • rantanplan (---.---.146.2) 12 avril 2007 14:09

                                Soral : ne vois-tu rien venir ?


                              • non666 non666 12 avril 2007 14:22

                                Excellent : je la note, je la reutiliserais !


                              • LaEr (---.---.46.168) 12 avril 2007 15:15

                                @Thomas,

                                je voulais faire un petit complément-rappel sur un autre exemple de totalitarisme intellectuel inpuni : Actup, organisation spécialisée dans des opérations « commando » très souvent violente et presque toujours impunies (car si on les punissait, ce serait, selon le sacro-saint politiquement correct, de l’« homophobie »), a, en janvier 2003, sacagé les bureaux des Editions Blanches, qui avaient eu le malheur de publier le livre d’un homosexuel qui cassait un peu l’image du gay chic et mode. Au passage, ils ont aussi blessé une jeune stagiaire.

                                Amusante réfléxion : Le directeur des Editions blanche a souligné que LePen a tenté plusieurs fois de lui faire des procès, mais que lui au moins, n’avait jamais envoyé ses gros bras faire de l’intimidation physique....

                                Aujourd’hui, Actup continue ses actions, et reste subventionnée par la mairie de Paris et d’autres institutions publiques....


                              • (---.---.227.220) 12 avril 2007 13:15

                                Laird Wilcox, universitaire américain, spécialiste des mouvements radicaux (de droite ou de gauche), fait part d’une observation iconoclaste : la plupart des personnes pouvant soutenir des opinions radicales ou hétérodoxes peuvent le faire en demeurant rationnelles, raisonnables et non dogmatiques. A contrario, bien des gens s’exprimant au nom de courants politiques majoritaires le font souvent de manière arrogante, brutale et fermée à tout compromis. Bref, il y a des conformistes extrémistes et des hétérodoxes modérés ! Dans les faits le mot « extrémiste » sert moins à qualifier une opinion ou un mode d’expression qu’il n’est utilisé comme invective.

                                Fort de ce décryptage, Laird Wilcox énumère 21 traits distinctifs des comportements extrémistes. Force est de constater que la quasi-totalité d’entre eux s’applique aujourd’hui aux tenants de l’idéologie dominante, fussent-ils réputés modérés ou centristes...

                                En voici la liste :

                                1. L’assassinat de la réputation ;

                                2. L’injure et la disqualification par étiquette ;

                                3. Les généralisations ravageuses irresponsables ;

                                4. Les assertions démontrées par des preuves inadéquates ; 5. La défense du double standard ;

                                6. La tendance à voir leurs adversaires et leurs détracteurs comme essentiellement maléfiques ;

                                7. Une vision du monde manichéenne ;

                                8. Le désir de censure ou de répression à l’égard de leurs adversaires ;

                                9. La tendance à s’identifier à leurs ennemis, c’est-à-dire à ceux qu’ils haïssent ou qui les haïssent ;

                                10. La tendance à argumenter par intimidation ;

                                11. L’utilisation de slogans, de mots-clés ;

                                12. L’affirmation d’une supériorité morale ;

                                13. Une pensée apocalyptique ;

                                14. La conviction qu’il est permis de faire de mauvaises choses au service d’une « bonne » cause ;

                                15. L’accent mis sur les réponses émotionnelles ;

                                16. L’hypersensibilité et la vigilance ;

                                17. Le recours à des justifications surnaturelles ;

                                18. L’incapacité à tolérer l’ambiguïté et l’incertitude ;

                                19. Le penchant pour la pensée de groupe ;

                                20. La tendance à personnaliser l’hostilité ;

                                21. La conviction que le système n’est bon que s’ils gagnent.

                                On ne peut manquer d’être frappé par le fait que les comportements évoqués aux points 1, 2, 6, 7,11, 12, 15 et 20 sont régulièrement utilisés par les forces dominantes pour diaboliser leurs adversaires.

                                De même les techniques évoquées aux points 4, 8, 10, 16, 18 et 19 sont couramment exploitées pour protéger les idées dominantes de la libre confrontation intellectuelle.

                                Censure et diabolisation sont aujourd’hui les chiens de garde de l’idéologie dominante. Ceux qui les pratiquent dans les médias le font avec la même bonne conscience qu’en d’autres temps les journalistes et les doctrinaires de l’ère soviétique. Ils se donnent l’aspect décontracté mais ont un uniforme dans la tête.


                                • Félix le Pacha (---.---.132.32) 12 avril 2007 15:19

                                  Ben moi, je l’ai trouvé fichtrement bien torché cet article.

                                  Ce qui m’a le plus plu (oui, je le fais exprès) c’est les chiffres avancés par les vieux croûtons de la LCR nostalgiques des lendemains qui allaient chanter : « 50 000 viols par an, 11% des femmes victimes d’agressions sexuelles au cours de leur vie » je passe le reste.

                                  50.000 viols par an pour 60 millions de pékins, ça fait pas lerche de trempage de biscuit illicite par pékin par an. La honte, va falloir distribuer du viagra gratuit, sinon, de quoi on a l’air devant l’Afrique du Sud, qui croise tranquillement, les doigts dans le... nez, avec 1.500.000 viols par an pour même pas 50 millions d’habitants, hein, je vous le demande ?

                                  Bon, en attendant les distributions gratuites de viagra, revenons aux 11% des femmes victimes d’agressions sexuelles au cours de leur vie... ça vit combien de temps une femme ?

                                  Ah, ça, ça dépend où. Au Zimbabwe, un beau pays, ça vit 34 ans (un homme 37). Mais en France 83 ans et des poussières. Combien d’années c’est baisable ? Ça dépend encore où. En Afrique du Sud, encore un beau pays, quasiment dès la naissance... mais ça vit pas très longtemps là-bas non plus... Tandisqu’en France, traditionnellement, ça n’est baisable que nettement plus tard. D’un autre côté, les vieilles, même le gorille de Brassens leur préfère les juges jeunelets. Ça compense. Alors disons, 40 ans baisables ? Topez là ! Soit 0,275% de viols par an baisable (11/40 = 0,275 le saviez-vous ?). Autrement dit, une chance sur 400 grosso modo, quoi. Par an tout court, baisable ou pas, ça ne ferait que 0,13%, n’en mouftons pas mot, on se foutrait de notre fiole, une chance sur 800, hé !

                                  Car moi, ce qui m’inquiète plutôt, c’est les chances de se casser la patte par « an skiable. » Et ça, se casser la patte, il n’y a pas que les femmes ! Que fait la LCR ???!!! ... rien. Je ne vous le fais pas dire.

                                  D’ailleurs, se faire baiser non plus, il n’y a pas que les femmes, et je ne parle pas des contribuables, eux c’est 100% par an et par contribuable. Alors qu’est-ce qu’ils viennent nous radoter avec leurs histoires de femmes, ces vieux schnoques de la LCR ? Car je suis sûr qu’il n’y a pas que le gorille de Brassens pour le trouver appétissant leur petit facteur !

                                  Pour le reste, la diabolisation, ça m’botte. Je trouve ça super-chouette, super-pratique. Tenez, pas plus tard que tout-à-l’heure je suis tombé... une seconde que je vous retrouve ça... trouvé ! Super, la nénette. Anne Sophie c’est son blaze. Voici un bout de ce qu’elle écrit :

                                  « Mais oui c’est bien sûr ! ...c’est si facile vous pullulez tellement dans cette France depuis je dirais 2002. Donc oui c’est bien ça on vous reconnait facilement : individualiste, à la course de fric toujours plus de fric et c’est encore plus jouissif pour vous, arrogants que vous êtes, en écrasant les soi disant plus faibles que vous. Tiens donc d’ailleurs ! ... qui est vraiment le plus faible dans ce jeu économique et sociétal ignoble que vous souhaitez nous imposez. »

                                  Messieurs Google et Yahoo, au choix, vous fileront toute la tartine si vous leur demandez bien gentiment bien poliment, moi, je ne vous file que le bon bout, celui avec la confiture, proche de la conclusion :

                                  « Sur ces paroles d’une grave sérenité et très loin d’une vision hystérique des choses... »

                                  Anne Sophie, laisse donc Lucie faire !


                                  • parkway (---.---.18.161) 12 avril 2007 15:34

                                    à pacha le félix,

                                    ça va pas être facile de te déifier, toi !


                                  • François (---.---.91.197) 12 avril 2007 15:27

                                    « Royal va encourager l’assistanat en mettant le SMIC à 1500 €. Et puis, combien cela va-t-il coûter ? On hypothèque l’avenir de la France en creusant la dette, pour de l’assistanat en plus. »

                                    Bonjour,

                                    Ca, c’est un fantasme. J’invite tous les internautes à oberver la courbe de la dette sur les 26 dernières années. Cette courbe montre de façon criante comme les déficites augmentent de façon significative quand la droite est au pouvoir. Ce n’est pas parce qu’on fait une politique sociale qu’on creuse des déficites.

                                    Si j’avais été un publicitaire au service du PS, j’aurais fais de cette courbe une affiche de campagne. Un bon dessin valant mieux qu’un long discours.

                                    A bon entendeur !


                                    • non666 non666 12 avril 2007 16:34

                                      Ce a quoi n’importe quel economiste aurait repondu par la courbe de la croissance mondiale, celle des bourses mondiales et autres mesures objectives de cette croissance.

                                      La gauche n’a pas reduit la dette quand la situation allait mieux, le seul moment ou on peut le faire.

                                      On a meme parlé a ces moments la de « cagnotte fiscale ». Vous savez cet argent qu’on trouve sous le sabot d’un cheval...


                                    • Forest Ent Forest Ent 13 avril 2007 01:48

                                      Les années 2005 et 2006 ont été plutôt propices pour la croissance mondiale. On en parlera d’ici quelque temps comme de « la période avant la bulle ». Pourtant, la croissance française a décroché en 2005, et elle a décroché de la croissance européenne. A ce jeu, le pire est l’UMP.


                                    • clem 5 juin 2007 18:04

                                      Petites précisions quant à la personne dont vous citez les propos et les doutes qu’on peut avoir sur son objectivité de jugement : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guillaume_Faye

                                      (étonnant de se référant à ce genre de personnalité pour un étudiant en philosophie...)

                                      PS : Non, rassure toi, je ne diabolise pas Guillaume Faye, j’ai tout simplement laissé mon bon sens en juger par lui-même. Après si dès qu’on critique un fanatique d’extrême doite tu nous traites de « diabolisateur », c’est peut-être toi qui n’a pas de jugement rationnel...


                                      • lionprince lionprince 9 octobre 2007 15:21

                                        Pied léger, votre vision du problème est subjective. En effet toute idée émanant de l’UMP vient à vous comme une vérité acquise. Quand on parle d’assistanat pour parler d’une partie de la population n’est-ce pas une manière de la diaboliser. Je reprends votre conclusion pleine de bon sens en espérant que vous la comprenez réellement : " A force de voir les choses à travers des verres teintés et de PRENDRE SES JUGEMENTS DE VALEURS POUR LA REALITE, on finit par ne plus pouvoir s’en débarrasser.


                                        • révolQé révolté 19 décembre 2011 10:35

                                          « « Royal va encourager l’assistanat en mettant le SMIC à 1500 €. »

                                          En quoi le SMIC est il de l’assistanat ,
                                          le SMIC est un salaire non un cadeau,de plus il est très souvent ,trop souvent dirais-je même associé à des fonctions plus qu’ingrates.

                                          Oser traiter d’assisté un ouvrier du bâtiment (par exemple...) qui fait 39H/semaine en plein froid l’hiver ou sous la cagne en plein été est honteux... !!!
                                          Se brûler les mains dans le ciment ou respirer du goudron toute la journée est autrement plus usant que rester le cul vissé sur une chaise de bureau a signer des papiers ou jouer du clavier,donc si en effet certains emplois méritent d’être revalorisés au niveau du salaire il s’agit bien des métiers rémunérés au SMIC,et 1500 Euros ne seraient vraiment pas de trop.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès