• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La « McDonaldisation » est l’essence-même du capitalisme

La « McDonaldisation » est l’essence-même du capitalisme

Née en 1937 dans une baraque à hot-dogs, la société McDonald’s est devenue depuis la plus grande chaîne de restauration rapide. Présente aux quatre coins du globe, son développement planétaire est déterminé par l’incroyable impulsion que cette marque parvient à avoir grâce à une publicité aussi trompeuse qu’omniprésente. Un clown, un logo simple et accrocheur, une nourriture pas chère, une atmosphère empreinte de gentillesse et de simplicité. De quoi donner à McDonald’s l’apparence d’une entreprise proprette. Mais la réalité est tout autre. Elle représente dans son ensemble le symbole du système dans lequel nous vivons : le capitalisme. Un système basé sur la production de masse, rendue possible par la libre circulation des marchandises et alimentée par une consommation frénétique à des fins essentiellement lucratives. Ce marché international est un des architectes de la mondialisation économique qui, lentement et subtilement, poursuit son œuvre d’annihilation des différences naturelles et culturelles. La nature dans son ensemble est la principale victime de ce monstre-marché : déforestation, abatage de masse des animaux et exploitation de l’homme.

Des hectares et des hectares de forêts sont coupés chaque année, privant ainsi la terre de ses poumons pour faire place à des troupeaux d’animaux de boucherie et à des cultures de soja festinées aux industries de viande. Les conséquences pour les animaux sont dévastateurs : certains sont extirpés de leur habitat traditionnel pendant que d’autres sont condamnés à vivre dans des élevages industriels. Mais les humains ne s’en sortent pas mieux ; les tribus indigènes d’Amérique latine, d’Afrique ou d’Inde paient ainsi très cher le coût du progrès. Leurs cultures, respectueuses de la planète, sont systématiquement détruites par les multinationales qui ne cherchent qu’à s’agrandir un peu plus… pour alimenter un peu plus le marché. C’est ainsi que cette politique alimentaire non durable (parce que motivée uniquement par des intérêts privés) aboutit à un déséquilibre paradoxal : alors que des personnes meurent encore de faim dans certaines parties du monde, dans d’autres le diabète et l’obésité sont un mal endémique. Le destin d’un enfant asiatique comme celui d’une forêt et d’un poulet sont plus que jamais dépendants de l’illogisme du système.

Le processus d’américanisation défini par Georges Ritzer comme « la diffusion des idées, des coutumes, des habitudes sociales, de l’industrie et du capital américains dans le monde » voit dans la McDonaldisation son exemple le plus significatif. Pour le sociologue étatsunien, le principe du fast-food est amené à dominer des secteurs de plus en plus larges de la société, aux États-Unis et dans le reste du monde. C’est donc un processus profond et de grande envergure rendu possible par la reproductibilité des principes d’efficacité, de calculabilité, de prédictibilité et de contrôle. En ce sens, les machines tendent de plus en plus à remplacer l’être humain, et quand ce n’est pas possible, c’est l’homme lui-même, piégé par sa routine, qui peut devenir une machine. Cette métamorphose incarne l’essence du capitalisme : le passage du stade d’être vivant à celui de producteur, de consommateur et de marchandise. La déshumanisation signe, entre autres choses, la rupture définitive avec la planète, vue par les multinationales comme un énorme territoire à piller en vue d’accroître leurs propres richesses. L’équilibre terrestre, cette subtile et fragile harmonie, est ainsi régulièrement mis à mal par les intérêts financiers de quelques sociétés. La variété cède alors le pas à la globalisation, qui consiste à rendre les choses toujours plus égales à l’échelle mondiale.

Toujours selon Ritzer, ce processus se heurte aussi à des irrationalités… produites par la rationalité elle-même. McDonald, comme Disney World, créent l’illusion de la distraction, de la quantité et du bon marché. Et l’irrationalité principale produite par ces systèmes est la déshumanisation. Ce système peut aussi devenir antihumain par son action sur la santé (mauvaise diététique des produits), par son action sur les travailleurs (taux d’absentéisme et turn-over élevés, haut degré de frustration), par son action sur les consommateurs traités comme des automates et engagés dans des relations impersonnelles et anonymes.

McDonald a réussi à créer un monde à son image. Le caractère le plus inquiétant de l’hégémonie des multinationales est représenté par le fait qu’elles réussissent à défendre tranquillement leur logique perverse tout en rendant abruties des franges entières de la population. Aujourd’hui, le citoyen lambda ignore que derrière le clown Ronald d’apparence débonnaire se cache une véritable cruauté. Combien boycottent Nestlé, responsable entre autres choses de la déforestation de masse en Indonésie ? Combien refusent de chausser des Nike, entreprise faisant régulièrement travailler des enfants à l’autre bout de la planète ? Et qui voit Monsanto, le plus grand producteur d’aliments génétiquement modifiés, comme son propre ennemi mais aussi comme celui de la planète entière ? On pourrait aligner les exemples les uns après les autres. Pourtant, la résistance à ce processus, qui a pris aujourd’hui un caractère transversal, a réellement commencé. L’hebdomadaire The economist s’étonne de la défiance croissante des citoyens français vis-à-vis de leurs élites. Une minorité seulement d’entre eux déclare que « l’économie de marché est le meilleur système économique ». On retrouve, c’est naturel, la même défiance des Français vis-à-vis de l’Europe, ce mécontentement ayant tendance à s’étendre à d’autres pays européens.

L’avenir ne s’arrête pas aux élucubrations des énarques, aux diktats des lobbies ou aux cures d’austérité de l’Union européenne. Quant à l’Oncle Sam, il ferait mieux de se rappeler que les historiens ne font que transcrire l’histoire… mais ce sont les peuples qui l’écrivent.

Capitaine Martin.

http://www.resistance-politique.fr/article-la-mcdonaldisation-est-l-essence-meme-du-capitalisme-123068187.html


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    



    • paul 24 mars 2014 11:55

      L’hebdomadaire financier anglais The Economist a créé en 1986 l’indice Big Mac :
      Les produits de base qui entrent dans sa composition peuvent être trouvés dans tous les pays, les coûts de fabrication sont calculés au plus juste .
      Le produit parfait pour l’uniformisation des goûts et pour évaluer la compétitivité entre les pays : l’indice des prix universel des mondialistes !


      • rocla+ rocla+ 24 mars 2014 12:00

        Mac Do c ’est pas bien pire que toute la bouffe industrielle . 


        On a la société qu’ on mérite . 

        Avant , du temps d’ avant on mangeait à la maison midi soir et matin .

        Maintenant qu’ on est pendant c ’est cantine à midi , et plat surgelé 
        le soir . 

        Avec mon épouse et nos enfants on prépare encore toujours nos 
        repas , épluchons nos patates nos carottes et tout et tout . 

        On a voulu vivre moderne ? ben on est moderne , il rigole 
        le clown .

        • njama njama 24 mars 2014 12:42

          du « néfaste-food » comme disait le Capitaine (pas Martin qui signe l’article, mais rocla bien connu des agoravoxiens) dans cet article « Les secrets du Big Mac » qui nous dévoile en long et en large son étrange composition chimique ... le plus bizarroïde étant que :

          « Un burger Mc Do ne moisit jamais. Il n’a jamais eu rien de vivant. C’est de la nourriture androïde. Gardez-le dans votre tiroir ou au fond de votre poche pendant des années. Il restera tel quel. Indestructible. Hors-champ. L’air et le Temps n’ont pas d’impact sur cette matière-là. Les bactéries n’en veulent pas. Le dernier des microbes, le plus petit des champignons taille la route en le découvrant. Il n’y a que des humains pour s’avaler pareille ignominie. Que devient ce genre de plat au fond du corps humain ? Où s’accumulent les matières chimiques engrangées au fil des jours ? Allez savoir… »

          http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-secrets-du-big-mac-68211

          Personne n’oblige personne à manger ces saloperies, libre à chacun de boycotter les Mac Do. Si le Big Mac contribue à la mondialisation, une campagne de boycott des Mac Do peut être aussi mondiale, exactement comme pour le boycott des produits israéliens :

          http://www.bdsfrance.org/

          http://www.bdsmovement.net/

          et puis c’est à la mode « les sanctions économiques », (contre l’Iran, contre la Syrie, contre la Russie ...) sauf que dans ces cas précis, elles proviennent directement du consommateur. C’est ce que l’on appelle le libre-échange smiley


          • gaijin gaijin 25 mars 2014 09:14

            a titre perso je boycotte macdo, coca, et monsanto .......


          • filo... 24 mars 2014 13:31

            Nous sommes de plus en plus nombreux à être étonnés, scandalisés, fâchés etc. en apprenants ce qui est véritablement la malbouffe (mais aussi la sous-culture) nommées « Fast-food ».

            Ce sont des réactions spontanées et donc normales.

            Mais au lieu de réagir nous ferrions mieux D’AGIR.

            Oui, tous ensembles unissons nous et boycottons les produits américains.

            Surtout qu’à l’heure actuelle les américains apparaissent par leurs agissement comme le danger principal pour la paix mondial.

            Il serait donc d’autant plus facile de mobiliser les gens.

            Unissons nous afin d’empêcher les américains tant que générateur et synonyme de ce capitalisme envahisseur de détruire la planète (Terra Nostrum)

            AGISSONS DONC ET TOUT DE SUITE


            • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 15:19

              Je trouve que « macdo » est très emblématique de la servitude volontaire, car absolument personne et absolument rien n’oblige à consommer cette merde. La puissance diabolique de « macdo » réside dans le fait que les consommateurs sont diaboliquement cons. Méditer sur ce phénomène est très très éclairant sur l’état de la politique actuellement. C’est le désir d’être manipulé qui crée des manipulateurs. 


              • philippe913 24 mars 2014 15:55

                « La puissance diabolique de « macdo » »
                ils sont diaboliques, ne vivent que pour détruire le monde et asservir les peuples...

                « les consommateurs sont diaboliquement cons »
                mais vous, vous ne l’êtes pas, vous êtes éclairé, vous êtes savant, vous êtes intelligent et bien au dessus de la masse. Qu’en avez vous à faire alors, de la masse qui se nourrit mal ?


              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 15:57

                « mais vous, vous ne l’êtes pas, vous êtes éclairé, vous êtes savant, vous êtes intelligent et bien au dessus de la masse. »


                C’est évident en ce qui me concerne. N’est-ce pas aussi votre cas ? 

              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 15:59

                « Qu’en avez vous à faire alors, de la masse qui se nourrit mal ? »


                C’est bien simple : elle met ma planète en danger, comme cela est expliqué dans l’article. 

              • philippe913 24 mars 2014 16:00

                non, je suis tellement stupide que j’ai du mal à discerner ces vérités simples et intangibles que vous décrivez.


              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 16:12

                Lisez-moi souvent en faisant des efforts pour me comprendre, vous deviendrez intelligent. Le cerveau ne s’use que si l’on ne s’en sert pas.  smiley


              • Matthias24 Matthias24 24 mars 2014 16:21

                Les gens savent que MacDo est mauvais pour la santé mais il s’en foutent tant qu’ils n’ont pas un cancer. Alors oui, dans ce sens, ils sont diaboliquement cons smiley
                Car une foi que le mal est fait il est trop tard pour réagir. De plus, acheter MacDo je trouve ça totalement immoral mais c’est mon avis et je conçois que d’autre ne le partage pas.


              • philippe913 24 mars 2014 16:29

                merci maître.


              • mmbbb 24 mars 2014 21:09

                il faudrait aussi se poser cette question paradoxale Pourquoi la gastronomie francaise a ete classee au patrimoine de l’Unesco, pourquoi nous rabache t on a longueur d’annee notre exception culturelle francaise entre autre culinaire et pourqoui MC DO a reussit sont implantation dans ce pays Etrange contradiction Il fur un temps a Lyon ou il y avait un joki cafe avec une belle terrasse au debut de la rue de Re a Lyon Il a ete remplaces par un MC DOC Ce n’est plus la meme atmosphere 


              • Armelle ARMELLE 24 mars 2014 15:30

                Mac Do c’est de la merde en sandwich, c’est clair

                Mais cette bouffe horrible répond à une demande, à un mode de vie. Ex ; les jeunes pour se faire une ’’bouffe’’ très rapide à pas cher ou être certain de pouvoir se remplir l’estomac en sortant de boîte à 4h du mat.
                Alors qui est capable de me citer UNE enseigne en France capable de proposer cela avec de la nourriture saine et équilibrée et non de la bouffe de merde ? 
                On a ce qu’on mérite, c’est tout. Pour changer de bouffe, il faudrait commencer par changer de mode de vie. Quand on voit que dans certaines corporations , des travailleurs ne dispose que d’un quart d’heure pour le repas, il ne faut pas s’étonner de voir fleurir ce genre de ’’saloperie’’. Il faudrait sans aucun doute traiter les sujets dans l’ordre.

                Et puis le traité transatlantique, c’est bien de crier au scandale car c’en est un, mais ça fait juste du bien car si c’est pour le faire sur son ordi, vautré au fond de son fauteuil, je ne vois pas bien l’impact !!!
                Il nous sera imposé de toute façon, quoi que nous écrivions ça et là. Nous sommes les moutons et n’avons qu’à la boucler et payer, comme d’habitude.
                A l’image de la colère que nous avons montrée en 2007 pour le NON du référendum transformé en OUI par le nabot et qui nous amené Là, dans cet infâme merdier !!!
                C’était en fait le deuxième volet caché du plan marsall...Après les shewing gum, les films, et les séries de merde, on va maintenant se taper la bouffe et sans doute devenir une usine à bas prix pour le nouveau monde...
                En France, nous sommes décidément sacrément débiles, Les américains pillent les ressources partout, en France c’est la matière grise qu’ils pillent, les ingénieurs ou les têtes en développement web qui partent pour les US se comptent à la pelle, mais remarquez, il faut les comprendre, en France dès que tu gagnes un peu d’argent on te le pique, les gens qui gagnent de l’argent sont mal vus !!! Et en plus on nous prends pour des cons, il y a juste à voir l’actualité politique pour s’en rendre compte.
                Les trois jeunes ingénieurs travaillant là bas que je connais n’ont pas DU TOUT envie de revenir et sont TRES BIEN traités, quand au discours lassant des défenseurs du système Français (fort cher entre nous) ils en rigolent...
                Enfin voilà le Français récolte ce qu’il a semé depuis 30 ans, avec sa prétention infinie qui le caractérise, pensant être toujours le meilleur !!!

                • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 15:38

                  « Mais cette bouffe horrible répond à une demande, à un mode de vie. Ex ; les jeunes pour se faire une ’’bouffe’’ très rapide à pas cher ou être certain de pouvoir se remplir l’estomac en sortant de boîte à 4h du mat. »


                  Ce mode de vie est stupide et malsain, donc il ne faut pas répondre à ces demandes mais reforger une civilisation fondée sur la conscience du corps et de l’esprit, ce qui exclut « la bouffe très rapide ». Lorsqu’on a peu de temps pour manger, on doit manger peu. Par exemple une pomme et une banane, ou bien du pain avec des olives ou encore des amandes. Tout cela est facile à transporter et à conserver partout. Les jeunes mangent de la merde parce que ce sont de jeunes cons incultes et mal élevés, qui ont perdu le contact avec leur corps, avec la nature et avec leur propre conscience. En plus, c’est de la merde qui coûte cher.

                • Armelle ARMELLE 24 mars 2014 15:42

                  Mais c’est bien ce que j’écris Quaspard ; 

                  Changer de mode de vie afin de changer la ’’forme’’ de nos besoins, voire même la ’’nature’’ de nos besoins

                • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 15:55

                  Oui peut-être, mais ça prêtait à confusion, alors en guise de punition vous me mangerez quand même trois « bigmacs » sans prendre le temps de respirer. smiley


                • philippe913 24 mars 2014 15:57

                  @Qaspard Delanuit
                  « 
                  il ne faut pas répondre à ces demandes mais reforger une civilisation fondée sur la conscience du corps et de l’esprit »

                  et je suis sûr que dans votre esprit, il faut la reforger à coup de marteau non ?


                • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 24 mars 2014 16:18

                  Ni marteau, ni faucille ! Ce sont des outils peu commodes en cuisine. smiley




                • Armelle ARMELLE 24 mars 2014 16:28

                  Alors désolée Qaspard

                  Vous n’auriez pas la même punition mais plutôt du côté de chez chez Blanc, je demanderai un bon de transport à Hollande pour me rendre à Lyon, en train bien sur !!! Normal !
                  Mac do j’ai essayé, ne serait ce que pour pouvoir en parler et non seulement c’est pas bon mais en plus j’avais faim 2 heures après....
                  Le jardin, y a que ça de vrai !!!
                   

                • gaijin gaijin 25 mars 2014 09:25

                  et prévoir d’avoir a bouffer dans le coffre de la caisse c’est impossible ???
                  le sandwich rillettes cornichon ( pour ceux qui mangent hallal il y a des rillettes de canard c’est moins bon mais comme vous ne pouvez pas comparer ça fait rien )
                  c’est bon , c’est français ça ne prend pas plus de temps a acheter et a faire qu’aller au do et au final c’est mon cher ..............


                • Paulo/chon 24 mars 2014 16:20

                  Un souvenir qui pour le coup, se transforme en fièreté. Alors que nous rentrions d’un déplacement et croyant faire plaisir à mes enfants vu l’heure avancée, je leur ai proposé le Mac Do d’Autun qui était sur notre route alors que leur jeune age ne les prédestiner pas aux considérations financières mais à la satisfaction du ventre, je dois reconnaitre qu’hormis les frites tout le reste est passé à la poubelle. Et quelle ne fut pas ma surprise en visionnant un reportage sur une superbe Américaine instigratrice de restauration rapide à Paris tout en profitant bien sur des dispositions fiscales Franco-Françaises provisionnées par quelques générations, alors je ne vous dit pas leur surprise lorsque j’ai informé mes enfants des inventeurs de la TVA.


                  • Stof Stof 24 mars 2014 19:16

                    Désolé mais je ne vois pas le rapport avec le capitalisme. Dans un autre système productiviste et consummériste comme le communisme on aurait aussi de la production de masse, de la déforestation, de la pollution et tout un tas de problèmes.
                    Et d’ailleurs, pas plus McDonald que n’importe quel Kebab.


                    • gaijin gaijin 25 mars 2014 09:19

                      dans un autre système on est obligé d’imposer la production de masse et l’ infantilisme
                      dans le capitalisme on en arrive a ce que ça soit les gens qui le demandent !


                    • Jean-paul 25 mars 2014 02:13

                      Je rigole.La France 3 e pays au monde pour le nombre de Mc Do par habitants .

                      En fait on mange mieux aux Etats Unis qu en France, certes pas dans tous les etats.En Floride on trouve de tout restaurants russes francais bresiliens chinois japonais argentins cubain colombiens peruviens etc.... des cotes du rhone du fromage on trouve de tout (wholefood ) .Ok pas les langoustines fraiches de Bretagne elles arrivent congelees par le Canada.Les Americains apprennent la gastronomie nous apprenons la junk food.


                      • tf1Groupie 30 mars 2014 14:48

                        Je ne suis pas sûr que la production industrielle de jambons et les élevages bretons soient beaucoup plus estimables.

                        Mais bon, si le capitalisme c’est manger à sa faim est-il nécessaire de le vilipender à l’infini ?

                        Un autre monde est possible : celui où tout le monde est pauvre et crève la dalle.
                        Il est facile à construire, alors pourquoi on ne le fait pas tout de suite ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès