• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La peine de mort, une pratique archaïque encore vivante

La peine de mort, une pratique archaïque encore vivante

Du 24 au 26 février 2010, Genève accueillera le 4e congrès mondial contre la peine de mort. Cette manifestation est organisée tous les trois ans par l’association française Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) dont l’objectif affiché n’est autre que « l’abolition universelle » de la peine capitale. Créé au cours de l’année 2000, ECPM est aussi à l’origine de la Coalition mondiale contre la peine de mort , organisation internationale qui fédère à ce jour une soixantaine d’ONG, barreaux d’avocats, syndicats et autres collectivités locales, pour une mise en perspective globale du combat mené à l’endroit de la plus ultime des sentences. Alors que le 11 février 2010 le parlement Kirghize abolissait définitivement la peine de mort, l’État de Floride exécutait le 16 février Martin Grossman, soit deux actualités extrêmes qui signent ici la nécessité de mener cette cause.

L’année prochaine, la France célébrera le 30e anniversaire de l’abolition de la peine capitale, promesse menée rapidement à bien par François Mitterrand dont le courage politique n’aura pas fait défaut sur un sujet pourtant particulièrement aiguë. De toute évidence, si référendum il y avait eu, nul doute que cette sanction eut été maintenue dans notre code pénal encore quelques années. En outre, il n’est pas acquis que le peuple français d’aujourd’hui ait une opinion si tranchée que cela sur ce thème essentiel dans une société démocratique néanmoins guidée par nombre de grands principes fondamentaux. On peut encore entendre, de-ci de-là, des avis franchement favorables à l’exécution capitale, notamment lorsque un crime abominable vient rompre le pacte social de manière impromptue. Pourtant, dés le début du 20e siècle, certains de nos hommes politiques tenteront de mettre un terme à une pratique déjà jugée inhumaine, dégradante, et ô combien indigne pour la patrie des droits de l’homme et du citoyen. En 1908, Aristide Briand, alors garde des Sceaux du gouvernement Clémenceau soutient devant la représentation nationale un projet de loi visant à abolir la peine de mort, mais le texte sera rejeté par une large majorité, et les exécutions reprendront leur macabre enchainement. Dans un ouvrage essentiel, Julie Le Quang Sang a su remettre dans une perspective historique le long cheminement qui mènera nos députés à voter le 9 septembre 1981 l’abrogation de la peine capitale [1].

Dans ce combat national, il en est un qui s’illustrera de manière très significative puisque son patronyme restera à jamais associé aux derniers jours de la peine capitale en France. Sur ce sujet, Robert Badinter a rédigé trois ouvrages, et prononcé un discours puissant qui résonne encore dans l’inconscient collectif de la nation [2]. Il faut l’entendre à tout prix, et le transmettre comme un message précieux qui n’aurait pas de prix.

Pour autant, l’élimination définitive d’un citoyen suite à une condamnation prononcée par un tribunal légitime perdure dans nombre d’États, au rang desquels certains se veulent pourtant des plus représentatifs de l’idée de démocratie. Ainsi, difficile d’ignorer que 38 des 50 États qui composent la nation américaine appliquent encore la sentence de mort [3]. Pour autant, la Cour suprême des États-Unis veille sur la constitutionnalité de cette pratique, et elle n’a eu de cesse de réduire le champ des possibles en matière de peine capitale, notamment lorsque cette sanction s’applique à des personnes mineures au moment des faits [4], ou bien encore handicapées. La nation à la bannière étoilée s’est construite sur nombre de violences fondamentales, légitimées et protégées par une loi qui garantit encore le droit pour chaque citoyen posséder une arme. Howard Zinn, dans son ouvrage référence consacré à une certaine histoire des États-Unis [5] démontre combien les violences interpersonnelles ont façonné cette jeune nation, ce qui peut expliquer en partie la persistance de la peine capitale sur une grande partie du territoire américain, même s’il faut observer que cette pratique tend à se raréfier. Concernant la mise à exécution d’une sentence de mort par injection létale, le travail réalisé en 1995 par Jaap van Hœwijk [6] démontre, s’il en était besoin, combien cette pratique est inhumaine et barbare. Cela sera par ailleurs largement confirmé dix années plus tard par une étude menée par la revue scientifique The Lancet.

Difficile d’évoquer la peine de mort sans traiter de la situation qui prévaut au sein de l’empire du milieu où les chiffres, même dans leur fourchette la plus basse, restent inquiétants car quantité de délits, alors même qu’ils sont non-violents, restent passibles de la sanction capitale : jeux de hasard, bigamie, évasion fiscale, fraude, corruption, trafic de drogue, et la liste n’est pas exhaustive. Par ailleurs les exécutions donnent lieu à un véritable spectacle populaire qui peuvent se tenir soit dans des stades ou sur des places publiques, soit un usage qui relève de l’ancien régime pour ce qui concerne l’essentiel de l’Europe. Quant au nombre d’exécutions réalisées par l’État chinois, il n’est que spéculation, ce chiffre étant classé secret d’État. Quoi qu’il en soit, et quelques soient les sources, ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont exécutées chaque année dans cette immense nation qui utilise largement cet argument afin de contenir sa population dans toutes ses velléités d’émancipation. Par ailleurs, même sous la pression internationale, Pékin ne semble pas vouloir remédier à l’utilisation de la peine de mort dans sa politique pénale sans demi-mesure. Sans vouloir stigmatiser cette nation, c’est pourtant dans cette direction que les plus grands efforts devront se concentrer pour que l’exécution capitale y soit à terme abrogée. Lorsqu’il en n’en restera plus qu’elle, alors la Chine n’aura d’autre choix que de se soumettre à la raison de l’ensemble.
Enfin, au plan mondial, selon les données fournies par ECPM, une soixantaine d’États ont encore recours à la peine capitale, alors qu’elle est suspendue dans une trentaine d’autres. C’est dire combien ce combat légitime reste nécessaire et qu’il est essentiel de tendre vers une situation harmonisée au plan global car il en va de la dignité humaine.

En outre, est-il besoin de rappeler qu’au fil de son histoire, cette sanction a démontré toute son inefficience car elle ne dissuade aucunement du crime, pas plus qu’elle ne restaure les familles des victimes, alors que le risque qu’elle soit prononcée à l’endroit de personnes innocentes demeure. À l’évidence la pédagogie sur ce sujet toujours sensible reste le meilleur moyen de faire progresser encore une cause abolitionniste qui a largement avancé durant ces vingt dernières années [7]. Il est assez de crimes illégitimes sur la planète pour que ne perdure plus avant une violence ultime portée par un État dit de droit.

[1] Julie Le Quang Sang, La loi et le bourreau. La peine de mort en débat (1870-1985), L’Harmattan, 2001.
[2] Robert Badinter, L’Exécution (Grasset 1973, Fayard 1988) ; L’Abolition (Fayard 2000) ; Contre la peine de mort (Fayard 2006).
Discours prononcé le 17 septembre 1981 à l’assemblée nationale, La documentation Française.
[3] André Kaspi, La peine de mort aux États-Unis, Broché/Plon 2003
[4] Isabelle Césari, Les mineurs délinquants et la peine de mort aux États-Unis, Nicolas Philippe 2002
[5] Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, Agone 2003
[6] Jaap van Hœwijk, Procédure 769. The Witness to an Execution, 1995.
[7] Dossier pédagogique pour l’enseignement secondaire, Amnesty international, 2003.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 février 2010 10:17
    Du principe de la peine de mort
    Finalité

    Les opposants à la peine de mort avancent un principe indiscutable à leurs yeux : la vie de tout être humain, même crimineli, est sacrée. Ce principe est parfaitement honorable.

    Au demeurant, les partisans de la peine de mort partagent le même principe mais de manière plus nuancée : ils sont opposés à la peine mort mais exigent que les criminels soient les premiers à arrêter !

    Aussi, principe contre principe, le second, selon lequel la vie d’un criminel n’est pas sacrée, est aussi honorable que le premier.

    Par ailleurs, les opposants à la peine de mort assurent que celle-ci ne présente aucun caractère dissuasifii. La preuve en est que, malgré les exécutions de criminels, il se trouve toujours des gens pour commettre de nouveaux crimes passibles de la peine de mort.

    Cet argument est facilement réfutable.

    Les peines de réclusion ne présentent également aucun caractère dissuasif puisque, malgré leur existence, il se trouve toujours des gens pour commettre des délits et des crimes leur valant ces peines de réclusion.

    Selon cette argumentation des opposants à la peine de mort, il conviendrait également de supprimer les peines de réclusion...

    Les partisans de la peine de mort rétorquent que celle-ci présente un avantage indiscutable : la peine de mort interdit définitivement toute récidive.

    Reste que l’argument le plus fort, et le moins discutable, contre la peine de mort demeure le risque d’erreur judiciaire et d’exécution d’un innocent.

    Certes, ce risque est bien réel. Cependant, il n’est pas systématique.

    Par exemple, si le cas de Christian Ranucci relevait bien du risque de l’erreur judiciaire, il n’en allait absolument pas de même pour Patrick Henry.

    Ces deux cas illustrent parfaitement la nécessité que, si doute il y a, celui-ci doit bénéficier à l’accuséiii mais, également, le fait qu’il peut n’exister aucun doute.

    Partant, les jurés devant statuer en matière de peine de mort, comme d’ailleurs en matière de réclusion perpétuelle avec ou sans peine de sûreté, doivent toujours demeurer ouverts à l’idée qu’il peut exister un doute raisonnable même si ce doute peut paraître invraisemblable.

    À l’inverse, le risque d’erreur judiciaire ne doit pas, pour autant, leur faire refuser de voir les cas dans lesquels aucun doute n’est à retenir.

    En conséquence, la peine de mort peut être appliquée à des primo-criminels avérés afin de rendre la justice pour le crime perpétré et assurer la société de l’élimination de tout risque de récidive.

    Modalité

    La finalité de la peine de mort est de rendre justice et non pas de faire souffrir le condamné, psychologiquement ou physiquement, au travers des moyens mis en œuvre pour l’exécuter.

    Aujourd’hui, il est parfaitement possible de tuer un criminel condamné à mort sans qu’il ressente absolument aucune souffrance.

    Par exemple, sans que le condamné en soit informé, il est possible de lui administrer un puissant somnifère dans un de ses repas afin de le plonger dans un profond sommeil sans qu’il éprouve aucune angoisse psychologique.

    Durant ce profond sommeil, il est alors possible de lui injecter un produit létal n’induisant aucune souffrance physique.

    Conclusion

    Dans cette hypothèse, la peine de mort serait-elle toujours plus barbare qu’une réclusion avec peine de sûreté de 30 ans (sans parler de la réclusion perpétuelle effective que certains envisagent) ?

    i Par « criminel », on entend ici l’auteur de meurtre ou de « crime sans meurtre » (viols et tortures sur enfants et femmes) commis dans des conditions« particulièrement horribles » ou en récidive (circonstances aggravantes).

    ii En fait, nul ne sait le nombre de personnes désireuses d’en tuer une autre qui se sont retenues de commettre l’irréparable en raison de la crainte de la peine de mort ou de la réclusion.

    iii Un accusé risquant la peine de mort ou la réclusion perpétuelle doit-il, alors, être déclaré innocent et relaxé ou moindrement condamné, respectivement, à la réclusion perpétuelle ou à la réclusion temporaire ?



    • Reinette Reinette 24 février 2010 10:47

      La peine de mort est la négation absolue des droits humains.
      Il s’agit d’un meurtre commis par l’État, avec préméditation et de sang-froid.
      Et ce châtiment cruel, inhumain et dégradant est infligé au nom de la justice.


      à lire

      Une plaidoirie contre la peine de mort primée à Caen
      05-02-2010

      Et, puisqu’on vient de prononcer le nom de deux condamnés à mort ( Buffet et Bontems ) qui ont été exécutés, je vous dirai pourquoi, plus qu’aucun autre, je puis affirmer qu’il n’y a pas dans la peine de mort de valeur dissuasive : sachez bien que, dans la foule qui, autour du palais de justice de Troyes, criait au passage de Buffet et de Bontems : « A mort Buffet ! A mort Bontems ! » se trouvait un jeune homme qui s’appelait Patrick Henry. Croyez-moi, à ma stupéfaction, quand je l’ai appris, j’ai compris ce que pouvait signifier, ce jour-là, la valeur dissuasive de la peine de mort ! Robert Badinter


    • Fergus Fergus 24 février 2010 11:02

      Quoi que puissent dire ou faire ses partisans, la peine de mort n’est jamais justifiée, pas même pour punir des actes barbares car elle constitue elle même une réponse barbare, inacceptable dans une société qui se prétend civilisée.

      Défendre la peine de mort, c’est défendre les instincts contre la raison ! 


    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:52

      La conclusion de votre raisonnement par analogie me semble quelque peu empreint d’une certaine mauvaise foi, même si vous êtes appliqué à une démonstration qui pourrait apparaître de bon sens. Pour autant, mais vous l’aurez compris à travers ce billet, il me semble inconcevable qu’un État puisse pratiquer ce qu’il condamne par ailleurs. Quant à votre proposition d’une solution létale à l’insu du condamné, inutile de vous dire que cela serait un comble !
      La peine de mort n’est en aucun cas une solution humaine, pas plus que la réclusion perpétuelle, qui n’est par ailleurs plus une fiction dans la pénologie française.
      Enfin, j’ai la conviction que LE CRIME CONTIENT SA PEINE.


    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 12:00

      @fergus, je vous plusse à l’infini, si toutefois cela était possible !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 février 2010 12:12

      hans lefebvre (xxx.xxx.xxx.32) 24 février 11:52 

      « LE CRIME CONTIENT SA PEINE ».

      Qu’est-ce que cela veut dire ?
      Quelles conclusions en tirez-vous ?


    • Romain Desbois 24 février 2010 13:41

      Si c’est la loi du talion que les gens veulent (comportement tout à fait compréhensible et humain), ca risque de surprendre quelques uns.

      Moi qui suit contre, si on décide de cela il faut que ce soit pour tout alors.

      J’ai ma petite liste noire de chasseurs, de toréro et autres vivisecteurs dont j’aimerais bien m’occuper perso.

      On a tous un petit Dexter qui sommeille en nous.


    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 14:16

      @JP Llabrès, cela me semble pourtant simplissime ! Il s’agit ici du sentiment de culpabilité, tout simplement. Lorsque l’on se sait un abominable criminel, il doit-être bien pénible de porter un tel fardeau, non ? Et même le mécanisme du déni ne saurait alléger pareille charge. On pourrait avancer encore bien plus avant quant à cette proposition, y apporter quelque exceptions (ce qui n’empêcherait la règle de demeurer), invoquer les psychotiques, irresponsables dans notre pénologie, (donc les fous, qui ne sauraient être confondus avec les psychopathes), mais au final, rien, absolument rien, n’évitera au criminel de subir, in fine, le poids de ses actes.
      Ainsi, je le répète volontiers le crime contient sa peine.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 février 2010 14:36

      hans lefebvre (xxx.xxx.xxx.32) 24 février 14:16
      « LE CRIME CONTIENT SA PEINE ».

      J-P LL :
      Qu’est-ce que cela veut dire ?
      HL :
      cela me semble pourtant simplissime !
      Il s’agit ici du sentiment de culpabilité, tout simplement. Lorsque l’on se sait un abominable criminel, il doit-être bien pénible de porter un tel fardeau, non ? Et même le mécanisme du déni ne saurait alléger pareille charge.
      J-P LL :
      Je craignais le pire. J’avais raison !
      Ainsi, vous avez l’insigne angélisme de croire que tous les criminels se sentent écrasés par le poids de la culpabilité induite par l’horreur de leurs crimes ! Les bras m’en tombent...

      J-P LL :
      Quelles conclusions en tirez-vous ?
      Vous avez omis de répondre à cette question.
      Au vu de votre réponse à ma première question, j’aurai l’impudence de penser qu’idéalement vous souhaiteriez que les criminels soient relâchés partant du fait que, le crime contenant sa peine, le « brave » criminel, même en liberté, vivrait en permanence dans la « prison psychologique » que constituerait son immense et incontournable remords...

      Ah, Monsieur, que je suis loin d’avoir votre grandeur d’âme ! ! ! J’en suis mortifié...


    • Fergus Fergus 24 février 2010 16:22

      @ Hans Lefebvre.

      Merci pour le « plussage ».

      Cela dit, en écho à quelques commentaires précédents, il faut hélas faire avec des criminels, heureusement très minoritaires, qui sont totalement imperméables au sentiment de culpabilité. Ceux-là sont caractérisés par une amoralité contre laquelle il n’existe aucun solution. Pour eux, la peine n’est à l’évidence pas dans le crime qu’ils ont commis.


    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 19:39

      @JPLL,
      S’il y a bien quelqu’un ici qui sait de quoi il parle, j’ai bien l’outrecuidance de croire que c’est moi ! En effet, le crime et le criminel, le droit et l’application des peines représentent mon quotidien professionnel !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Vous n’avez même pas idée des individus avec qui il m’est donné de m’entretenir ! Cela vous va-t-il ?
      En outre, tel llyod, ce grand clown à la renverse vous me prêtez des pensées qui sont bien loin de moi ! De contre-sens en lecture de pensée, vous tirez des conclusions parfaitement erronées !
      Bien évidemment, le criminel dangereux doit payer son tribu à la société, et plus le passage à l’acte sera insupportable, et plus la peine devra être conséquente, ce qui laissera l’occasion à l’infracteur de méditer son acte et d’en assumer la responsabilité ainsi que ses conséquences, CELA va de soit ! Suis-je bien clair !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 février 2010 07:56

      hans lefebvre (xxx.xxx.xxx.100) 24 février 19:39

      Félicitacions ! Vous cachiez fort bien votre jeu. En effet, aucun de vos écrits ne laissait soupçonner que vous êtes un professionnel de la justice. Maintenant, je suis certain que tout le monde sera rassuré et comprendra infiniment mieux la pertinence de vos propos.

       smiley smiley smiley


    • JL JL 25 février 2010 09:40

      JPLabès écrit : « ..., les partisans de la peine de mort partagent le même principe mais de manière plus nuancée : ils sont opposés à la peine mort mais exigent que les criminels soient les premiers à arrêter ! »

      Sauf erreur, c’était un député il y a longtemps qui avit proféré cette formule, je cite de mémoire : «  »S’il faut respecter la vie humaine, que messieurs les assassins commencent« .

      Cette formule est selon moi, ce qu’il y a de plus pervers au panthéon des la perversion.

      J’en dirai deux choses : d’une part, cette formule signifie que la »bonne société" devrait prendre modèle sur les assassins : oeil pour oeil dent pour dent, en somme.

      Enfin, c’est une absurdité puisqu’il n’y a d’assassin que s’il y a crime : dès lors, aucun assassin ne commencera jamais. Cette position défendue par JPL et ce député historiquement idiot relève de ce Dany-Robert Dufour décrit comme étant une hystérologie.


    • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:30

      @JL, ici je vous plusse !


    • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:35

      @Llabrès, le devoir de réserve, cela vous dit-il quelque chose ?
      Par ailleurs, c’est en vous lisant que je puis me rendre compte de l’intérêt de ce billet et de la position qu’il défend ! Cela m’incline à penser que le combat doit demeurer permanent !


    • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:42

      @pasou, agnostique me suffira amplement ! Pour le reste, afin de vous éviter d’aller plus avant dans le contre-sens, ma proposition signifie, in fine, que cela se règle entre soi et sa conscience, et quoi que vous puissiez en penser, même chez le plus redoutable des prédateurs (pour reprendre une terminologie en vogue), il subsiste toujours une part de conscience, donc d’humanité (au sens de l’humain et non de l’humanisme). Mais cela, je crois que vous aurez le plus grand mal à l’intégrer.


    • Romain Desbois 24 février 2010 13:31

      Les pays où il y a la peine de mort n’ont pas moins de criminels, c’est même des fois le contraire.

      Pourquoi, parceque lorsque quelqu’un commet un acte qui peut lui coûter la vie, il n’ a plus rien à perdre et n’hésitera pas à en commettre d’autres voire à être encore plus cruelle dans ses méthodes.
      LA PEINE DE MORT EST CONTRE PRODUCTRICE !

      De plus, en dehors de tout côté « humaniste », il n’est jamais exclus que l’accusé soit innocent des crimes dont on l’accuse.

      Outreau, Amar Radad, Patrick Dils que de sang d’innocents nous aurions eu sur la conscience...


    • projetX projetX 24 février 2010 15:41

      Au contraire, la peine de mort est constructrice !


      Elle supprime de dangereux prédateurs pour la société, elle limite les frais (soins , hebergement, surveillance), elle fait de la place (en prison, sur la terre), elle empeche la reproduction de ceux ci, et en plus , elle sert d’avertissement.

      Elle est donc très interessante !
      Mais en France, à des buts électoraux, on a décidé de la supprimer... grosse erreur !
      Et les chiffres de la criminalité qui explosent dans notre pays le prouve : la peine de mort manque (comme de vrais juges d’ailleurs).

      Et pour ce qui est de la comparaison avec d’autres pays ou la peine de mort existe encore, il faudrait relativiser avec le nombre d’habitants de ceux ci, le niveau social, etc...

      Si un criminel tue quelqu’un de ma famille, vous pouvez etre sur qu’il n’aura pas l’occasion de vieillir en prison !

    • Fergus Fergus 24 février 2010 16:28

      @ ProjetX.

      « La peine de mort limite les frais », voilà une belle considération humaniste !

      Une affirmation totalement fausse comme le montre le mouvement abolitionniste qui gagne du terrain aux Etats-Unis. Après le Wisconsin, c’est la Californie qui s’apprête à supprimer la peine de mort de sa constitution pour des raisons purement budgétaires : un condamné à mort coûte à l’état 5 fois qu’un condamné à perpétuité !!!

      Un constat trivial qui a au moins le mérite d’aller dans le bon sens.


    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 19:51

      @projetZ, « constructrice », pouvez-vous préciser ?


    • projetX projetX 25 février 2010 10:31

      «  un condamné à mort coûte à l’état 5 fois qu’un condamné à perpétuité !!! »


      Surement parce que le temps que tous les appels soient faits, que le gouverneur donne son accord, que les bobos soient calmés, cela demande un long séjour en prison.

      Sans compter qu’il faut toute une clique de personnes pour la « cérémonie » et la mort sans douleur (la victime a t’elle eu autant d’égards ?)

      Alors qu’une balle.... c’est plus simple !

      Quand à l’humanisme (du dimanche) , je m’en tamponne ! smiley

      Je prefere des victimes en vie que des criminels récidivistes a qui ont donne une « nouvelle chance » (de tuer).

    • projetX projetX 25 février 2010 10:32

      @ boycott


      « constructive » ! 
      C’est tout ce que vous avez trouvé à répondre ?

      Votre argumentaire est bien faible !

    • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:18

      @projetX, merci pour cette précision ! QUE DIRE DE PLUS, vous êtes pour, je suis contre !!!!!!!!!


    • La Parole Argentée La Parole Argentée 25 février 2010 13:15

      @ ProjetX : j’ai une question toute bête, mais qui peut être a son importance. Vous êtes pour la peine de mort, OK, mais êtes vous prêts vous même, à prendre le fusil pour tuer un coupable éventuel, tout en sachant que vous n’avez aucun lien avec la victime. C’est à dire pour être plus claire, acceptez-vous, vous qui êtes pour la peine de mort, d’être le bourreau d’un coupable éventuel ?

      Pour ma part, je l’avoue : NON. Je n’en suis pas capable.
      Peut être que la colère de perdre un des miens pourrait m’amener à cette extrêmité, mais de manière réfléchie, c’est impossible... parce que justement, je ne pourrais me rabaisser au rang d’animalité du criminel. Ce n’est pas de la bobo attitude, ou de l’humanisme à la con mais pour moi si on dit être pour la peine de mort, je dis OK, ben assume mon coco, prend le fusil, dégomme le type les yeux dans les yeux et après, on en reparlera. Parce que sinon, dire je suis pour, s’en laver les mains en restant chez soi... n’est ce pas aussi une plus belle lâcheté que de se déclarer contre ?

      @ Pasou : vous dites « Certains assassins ne méritent que de disparaître de la surface de la Terre »... oui, enfin, perso, je dirai que si on va par là, beaucoup de gens mériteraient de disparaître de la surface de la terre (je pense à des chefs d’état qui sont bien tranquilles à l’abri...). De quel droit nous arrogeons nous le droit de juger ? de supprimer ?
      C’est un débat difficile et honnêtement, j’ai toujours compris les familles des victimes qui s’insurgeaient et parfois faisaient justice eux-mêmes... mais pour ceux qui n’ont jamais vécu cela et qui ont une vision totalement extrême, j’avoue que ça me fait aussi peur que les criminels eux-mêmes, parce qu’au fond, je les vois peut être comme des criminels en puissance.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 février 2010 13:25

      La Parole Argentée (xxx.xxx.xxx.212) 25 février 13:15

      « je ne pourrais me rabaisser au rang d’animalité du criminel ».

      Il n’existe pas d’animal criminel !

      Parfois, le silence est d’or...


    • John Lloyds John Lloyds 24 février 2010 10:27

      « Une pratique archaïque »

      Je suis loin d’être convaincu qu’en France on ait amélioré quoique ce soit en matière d’archaïsme. Crever à mort lente 15 ou 20 ans au sein d’une surpopulation carcérale et dans les conditions que l’on connaît, je ne nous trouve pas tant éloignés de la Guyane du XIX°.

      Pour ma part, à choisir, je péfererais subir peine de mort, bien des msg en ce sens ont été donné des détenus qui n’en pouvaient plus, Trebier le dernier en date. Croupir comme un rat au fond d’un trou, est-ce là la modernité ? Le prolème mériterait pour le moins un débat de fond qui n’a même jamais été proposé.

      Je méprise cette masturbation mentale à s’auto-satisfaire d’une prétendue modernité là où il n’y a que décadence et mépris de la vie.


      • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:16

        @llyods, une précision qui a son importance : les personnes condamnées définitivement à une peine d’emprisonnement dont le reliquat est supérieur à deux ans exécutent leur peine soit dans un centre de détention, soit dans une maison centrale, établissements ou l’encellulement individuel est une règle ABSOLUE ! encore faut-il savoir de quoi on parle.
        Enfin, si un individu garde toujours le choix de se suicider, soit qu’il soit innocent (et ici c’est insupportable), soit qu’il soit coupable et n’assume pas sa situation. Donc nul besoin de la peine de mort (122 suicides en détention pour l’année 2009). Votre prétendu débat est donc clôt !
        Pour ce qui vous concerne, vous auriez bien le droit de vous supprimer en pareil cas, de quoi vous plaignez-vous ? À moins que vous préfériez attendre la fin du monde annoncée ?


      • John Lloyds John Lloyds 24 février 2010 12:12

        "Enfin, si un individu garde toujours le choix de se suicider, soit qu’il soit innocent (et ici c’est insupportable), soit qu’il soit coupable et n’assume pas sa situation. Donc nul besoin de la peine de mort (122 suicides en détention pour l’année 2009)."

        Mais si vous cautionnez le suicide du détenu en tant que droit, votre logique vous conduirait à l’installation obligatoire de poutres et de cordes dans les cellules ... Et vous conduirait, sur le plan de l’étique, à proposer la peine de mort au détenu avant sa détention, sauf lâcheté du système à ne pas vouloir assumer cette possibilité en la répercutant sur le concerné. Vous vous entendez parler ? Non seulement vous contredisez les propos de votre article, mais en plus vous témoignez d’une lâcheté décisionnelle que vous éviter d’assumer en la mettant sur le dos du détenu. Purement abjecte !


      • Romain Desbois 24 février 2010 13:37

        John

        Il n’est pas incompatible de souhaiter des conditions de détention meilleures et être contre la peine de mort.

        Un excellente émission sur Europe 1 samedi dernier sur les prisons du monde montre que l’on peut faire pire mais aussi nettement mieux.


      • Romain Desbois 24 février 2010 13:47

        La peine de mort , le coupable peut se l’appliquer lui même si il le souhaite. Cependant peut-être qu’il faudrait proposer au coupable le choix entre perpet ou la peine de mort.

        Heu non c’est une connerie, après tout il peut se l’appliquer lui même.


      • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 14:30

        @llyod, ce grand clown à la renverse, qui n’a de cesse de prêter à autrui des pensées qui sont les siennes ! Passez donc du clown à madame soleil, cela vous ira tout autant !
        Si rien ne saurait empêcher au suicidaire absolument résolu de passer à l’acte, il faut pour autant faire en sorte de ne pas l’encourager et, dans la mesure du possible mettre en œuvre tout ce qui relève du possible afin d’éviter l’acte auto-agressif lorsqu’il signe un appel à l’aide, cela me semble relever du truisme.


      • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 10:28

        En quoi la peine de mort est elle archaïque ? La société n’a t elle pas le devoir de se protéger de dangereux prédateurs irrécupérables ? d’un point de vue humain , n’est ce pas encore plus cruel de maintenir des gens en détention à vie ? et pour quel coût pour la société ? de nombreux criminels et terroristes eux n’ont pas d’états d’âme pour oter la vie à des personnes qui ne demandaient rien  ! pas de pitié pour eux !


        • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:54

          le chat sort ses griffes, mais vous me semblez au petit félin que ce seul aspect, mais aucunement sa finesse !


        • Romain Desbois 24 février 2010 13:44

          Dangereux prédateurs, il y en a à qui l’on donne la légion d’honneur !

          Tous ces militaires qui vont au nom de notre humanisme Sarkozien massacrer du civil à l’autre bout du monde, ils ont tous le permis de tuer ; permis que la France en notre nom leur a donné


        • Jean-paul 24 février 2010 10:33

          Le 2e amendement de la constitution americaine est le port d’armes .
          Quant au monstre qui avait assasine l’enfant et qui a ete sauve par Badinter ,les Francais n’etaient pas d’accord avec l’avocat .


          • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:19

            C’est bien ce que je dis dans ce billet ! La peine de mort a encore beaucoup de partisans. Je sens venir le vent de ce fil !!!!!!!!!!


          • Reinette Reinette 24 février 2010 10:57


            La peine de mort en Asie en 2008

            En 2008, l’Asie a exécuté un plus grand nombre de prisonniers que tous les autres pays du monde réunis. Pas moins de 1 838 exécutions, ce qui représente 76 p. cent de toutes les exécutions recensées, ont été le fait d’États asiatiques.

            À la connaissance d’Amnesty International, les 11 pays suivants ont procédé à l’exécution d’au moins 1 838 personnes en 2008 : Chine (au moins 1 718), Pakistan (au moins 36), Viêt-Nam (au moins 19), Afghanistan (au moins 17), Corée du Nord (au moins 15), Japon (15), Indonésie (10), Bangladesh (5), Mongolie (au moins 1), Malaisie (au moins 1) et Singapour (au moins 1).

            À la connaissance d’Amnesty International, les 16 pays suivants ont condamné à mort au moins 7 767 personnes en 2008 : Chine (au moins 7 003), Pakistan (au moins 236), Bangladesh (au moins 185), Afghanistan (131), Inde (au moins 70), Viêt-Nam (au moins 59), Japon (27), Malaisie (au moins 22), Indonésie (au moins 10), Taiwan (au moins 8), Singapour (5), Thaïlande (au moins 3), Corée du Nord (+), Corée du Sud (au moins 2), Sri Lanka (2) et Laos (2).





            • Reinette Reinette 24 février 2010 11:03


              La peine de mort dans les Amériques en 2008

              Au cours de l’année 2008, 38 exécutions ont été recensées sur le continent américain : 37 aux États-Unis et une sur l’État insulaire de Saint-Kitts-et-Nevis

              Au moins 125 personnes ont été condamnées à mort dans six pays : États-Unis (au moins 111), Trinité-et-Tobago (10), Bahamas (au moins 1), Saint-Kitts-et-Nevis (au moins 1), Saint-Vincent-et-les-Grenadines (au moins 1) et Jamaïque (1).

              Les États-Unis demeurent le seul État du continent américain à procéder régulièrement à des exécutions - les autorités ont procédé à 37 exécutions dans neuf États : Texas (18), Virginie (4), Géorgie (3), Caroline du Sud (3), Floride (2), Ohio (2), Oklahoma (2), Mississippi (2), Kentucky (1).

              Des rapports donnent régulièrement la preuve que le système d’application de la peine capitale aux États-Unis est frappé au coin de l’arbitraire, entaché de discrimination et caractérisé par des erreurs judiciaires.
              En 2008, quatre hommes ont été libérés du couloir de la mort après avoir été innocentés, ce qui porte à plus de 120 le nombre de cas similaires depuis 1975. Tous quatre avaient passé plus de dix ans dans l’antichambre de la mort. Malgré la mise au jour de ces erreurs, certains États continuent d’exécuter des prisonniers, même lorsque des doutes subsistent quant à leur culpabilité.


            • Reinette Reinette 24 février 2010 11:08


              La peine de mort au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en 2008

              Témoignage de Mohamed Tarawneh au sujet de la peine de mort
              © Amnesty International

              http://www.amnesty.org/fr/death-penalty/death-sentences-and-executions-in-2008/mena


            • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 11:10

              @REINETTE

              le problème n’est pas qu’il y ait des executions de criminels au States , le problème vient du système judiciaire et des erreurs , c’est cela qu’il faut améliorer ! De nombreux serial killers peuvent être executés alors que leur culpabilité ne fait aucun doute !


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:24

              Merci de ces précisions Reinette, cela devrait donner envie à certains d’aller vivre dans ces contrées où l’on respecte l’humain puisqu’on préfère éradiquer les criminels en lieu et place de les laisser croupir en geôle !


            • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 11:44

              @hans lefebvre

              on y croupit aussi de longues années en prison , comme le français condamné à mort , puis gracié et dont la peine va peut être être ramenée à 20 ans et qu’on a vu aux reportages de Téhéfin .

              Et dire que pour 4kg de shit , il aurait juste eu une admonestation du JAP chez nous !  smiley
              les echelles des peines ne sont pas comparables ! En Chine , la peine de mort est prévu pour un nombre incalculables de délits , ce n’est pas normal ! comme cet afghan condamné à mort comme apostat ! la peine de mort doit être reservée aux assassins !


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:58

              @le chat, vous affirmez n’importe quoi, notamment quant à notre justice pénale, bien moins laxiste que vous le pensez ! Trafiquez donc 4 kg de bédo, faites-vous interpeller, et vous pourrez mesurer la bêtise de votre propos ! À moindre frais, assistez-donc à quelques audiences correctionnelles, et plus particulièrement les comparutions immédiates, cela inclinera peut-être vos croyances.


            • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 12:11

              @hans lefebvre

              c’est con que les hommes politiques ne passent pas en comparaison immédiate avec les mêmes sanctions ! smiley


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 février 2010 12:14

              Le Chat 

               C ’est dans la rue que ça se passe , c ’est la comparution..... smiley


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 14:33

              @ merci cap’taine pour la correction infligée au chat, même si on ne saurait exiger du petit félin une meilleure connaissance de notre belle langue !


            • Fergus Fergus 24 février 2010 16:41

              En complément des informations de Reinette, il faut savoir que Singapour était proportionnellement quasiment la championne du monde de la peine de mort au début des années 2000 avec 20 à 30 exécutions chaque année. Le pouvoir singapourien, dirigé par le très autoritaire Premier ministre Lee Hsien Long a radicalement changé d’attitude et, le 18 décembre 2008, le Président Sellapan Ramanathan a signé, en compagnie de 105 autres états, la Résolution des Nations-Unies pour un moratoire sur les exécutions capitales. Un inespéré retour de l’enfer pour les militants des droits de l’Homme qui, depuis, ont constaté que cette disparition, que l’on espère définitive de la peine de mort sur l’archipel, n’a en aucune manière entraîné une augmentation de la criminalité.


            • curieux curieux 24 février 2010 21:05

              Les Etats-Unis sont bien placés :
              Condamnés depuis 199. à 2010

              http://www.peinedemort.org/National/Etats-Unis/executions.php


            • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 11:27

              Rassurez-vous Actias, la prison à vie en France n’est plus une fiction dans notre pénologie, mais cela ne me satisfait pas plus, pour ma part.


            • LE CHAT LE CHAT 24 février 2010 11:38

              @Actias

              on peut les exiler sur Clipperton ou aux Kerguelen !  smiley dur de faire Papillon là bas !


            • LE CHAT LE CHAT 25 février 2010 09:36

              ça va pas être simple , faire partager la même ile à des condamnés avec des types genre Dr Lecter , c’est aussi les condamner à mot !


            • LE CHAT LE CHAT 25 février 2010 09:37

              les condamner à mort !


            • rocla (haddock) rocla (haddock) 24 février 2010 12:02

              L’ horreur étant humaine , l’ erreur aussi , faut abolir la peine de mort , la misère et la connerie .


              • amipb amipb 24 février 2010 12:46

                Que les partisans de la peine de mort comparent le nombre de délits et d’atteinte à la personne entre une société la pratiquant (ex : les Etats-Unis, le Japon, la Chine, l’Iran) et une autre l’ayant abolie (ex : la France).

                Aucun avantage à celle-ci, à mon humble avis. D’autre part, la peine de mort ne traite aucunement les problèmes de société conduisant parfois au meurtre.


                • WatchTower WatchTower 24 février 2010 13:06

                  La peine de mort est la suppression par la société de l’individu nocif.
                  Le changer, ou le supprimer.
                  Or de nos jours, le système carcéral le change-t-il positivement ?
                  Peut on changer un homme de 30 ans ? Est ce psychologiquement dans le domaine du possible, hormis toute manipulation mentale illégale ?
                  Ou alors pouvons nous seulement le soumettre à nos exigences ( légales, morales, comportementales...) ? Mais cette soumission a t-elle des limites ? A partir de quel point l’individu cesse de considérer la punition Étatique au profit de la réalisation de son acte illégal ? Ne voit on pas des individus au comportement dicté par un besoin, pire, une nécessité ( obtenir de quoi vivre, assouvrir ses fantasmes aliénants, être possédé par ses instincts -ici obligation biologique, impuissance de la psyché- ) ?

                  La suppression des individus non désirés serait « primitive » ?
                  Et l’avortement ?

                  Re modeler ou supprimer, là est la question.
                  Mais le modelage moderne de l’enfant moderne par l’éducateur moderne ( la télévision ) pose-t-ils de bons rails ?

                  Les dés sont pipés.


                  • WatchTower WatchTower 24 février 2010 21:24


                    Que voulez vous dire ?


                  • King Al Batar Albatar 24 février 2010 14:00

                    C’est amusant comment la peine de mort est consédéré comme quelque chose d’archaique par les soit disant grand pseudo humaniste et que le droit à l’avortement soit également perçu de la même manière.

                    Ne vous meprenez pas je ne suis pas pour la peine de mort ni contre l’avortement. En revanche je ne suis pas aussi catégorique que les autres posteurs ou auteurs ;

                    A savoir que je trouve que le droit à l’avortement est une chose bien et indispensable pour les femmes comme pour les hommes, en revanche l’abus d’avortement tel qu’il est pratiqué aujourd’hui me scandalise. Il y a des cas ou l’avortement est quelque chose d’inévitable, comme le viol, la jeunesse de la mère, etc.... Par contre il existe quand même des moyens de contraception, qui sont en plus remboursé par la sécu (enfin je crois) et malgrés cela en France sur 700 000 naissance en 2008 avoir 250 000 avortement, soit presque 1/3 des bébés qui finissent à la poubelle pour des raisons de confort personnel m’agace.

                    Il ne faut pas que l’avortement soit un moyen de contraception, mais une solution de dernier recours à une naissance qui n’était pas prévue.

                    Je parle de cela en rapport avec la peine de mort, parce qu’en France, lorsqu’il y a avait la peine de mort, il y avait après 1968, 15 comdamnation en moyenne par ans.... Je pense qu’il y a bien plus de 15 avortement qu ’lon peut considéré comme abusifs en France par an....

                    Que l’on ne s’y meprenne pas je suis par principe CONTRE la peine de mort, mais je suis pour ses même principes CONTRE les avortements « abusifs » (mais pas contre l’avortement en général). Je pense qu’un questionnaire doit être appliqué pour connaitre les réelles motivations des femmes qui veulent avorter. Si l’avortement releve du consumérisme, je le trouve bien plus scandaleu même que la peine de mort...


                    Enfin je dis aujourd’hui comme la majorité des francais que je suis contre la peine de mort, mais bien sur c’est relatif, parce que si un jour je retrouve mon gosse violé et assassiné, je pense que ma vision des choses changera, et je suis su que je serait pour, voir même pour tuer le violeur moi meme.... Je reste un être humain avec toutes les faiblesses mentales, morales et phisyques qui nous caractérise.


                    • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 14:49

                      L’avortement est un tout autre sujet wanted, et le mettre en parallèle avec la peine de mort me semble représenter un biais qui mène à l’impasse.
                      Pour ce qui est de votre remarque finale (moi aussi je ne connais pas ma réaction, si ce n’est une douleur sans fin), et si votre enfant innocent était condamné à la peine de mort ?


                    • WatchTower WatchTower 24 février 2010 15:44

                      Tu parlais des motivations des femmes qui les poussent à avorter.
                      La tranche d’âge utilisant le plus l’avortement est les jeunes de 16/17-25 ans.
                      Les études sociologiques prouvent que les avortements sont le plus souvent fait pour des raisons financières ( jeunes filles seules et étudiantes  : dans tout les cas pas de fric ). Ce sont donc les « pauvres » qui avortent le plus. Cela représente donc une baisse de reproduction des pauvres.
                      Eugénisme.


                    • King Al Batar Albatar 24 février 2010 16:05

                      L’avortement est un tout autre sujet..... oui et non.

                      Si l’on considère que les dernière avancée réele et sociale du dernier quart du 20eme iecle en France sont justement le droit à l’avortement et l’abolition de la peine de mort... et bien je ne trouve pas que ce soit hors sujet.

                      En effet si l’on considère ses deux evenements comme des avancé social, je considère que l« abus » du droit d’avortement est une regression bien plus grande que ne l’etait la peine de mort...

                      En effet, hormis les cas qui sont effectivement considéré comme justifié (viol, jeune age ou eventuellement maladie mentale etc....) les raisosn financières ou autre connerie, qui tiennent plus de la négligence vis à vis de la contraception que d’un malheureux evenement, m paraissent encore plus grave que la peine de mort, à savoir que l’enfant né meme pas né, n’a commis aucun crime et on le tue déjà....

                      Je suis presque sur que sur les 250 000 avortement de l’année dernière il y en 150 00 qui tiennent du consumérisme, et bien il ou elles auraient mieux fait de mettre une capote ou de prendre la pillule. Une erreur de jeunesse ca peut se comprendre pas plusieurs !

                      Et oui enfin c’est lié car dans les deux cas il s’agit de droit à la vie !


                    • italiasempre 24 février 2010 21:41

                      Ca connait bien les femmes...

                      « L’avortement abusif. »
                      Et qui va décider dans quel cas l’avortement est justifié ou abusif ?
                      Vous ?
                      Croyez vous vraiment qu’une femme qui se fait avorter le fait comme ça, à la légère, « juste pour commodité » ? 
                      Mais dans quel monde vivez-vous ?

                    • King Al Batar Albatar 24 février 2010 22:21

                      Ce que je considère comme abusif, c’est un second avortement.


                      Ce que je considère comme abusif, c’est un avortement qui aurait pu etre évité si la femme ou l’homme avait utilisé correctement des moyens de contraception.

                      En somme je considère qu’une gamine de moins de 20 ans peut faire une erreur. Un femme plus agé déjà moins.

                      Un avortement suite à un viol me parait tout a fait justifié, un avortement pour cause de risque de maladie ou de trisomie ou autre également. En somme un evenement suite à un evenement malheureux ou imprévu. Un avortement pour proteger la mère et lui permettre de ne pas devenir folle ca me parait juste.

                      pas un avortement pour des raisons de confort ! Parce que c’est ca aujourd’hui l’avortement c’est un moyen de contraception et est vu de manière consumériste.

                      Un avortement pour cause de « c’est pas le moment », ou « on en a déjà deux » , ou « je ne suis plus avec ce mec » me parait scandaleux. Si c’est pas le bon moment ou si t’en a deux, tu fais le nécessaire pour pas tomber enceinte.

                      Effectivement un avortement c’est malheureux. Maintenant 250 000 pour 700 000 naissance, ça me parait totalement démesuré. Je ne pense pas qu’il y ait 250 000 viol ou trisomique ou gamine etc.... Je pense qu’il y en a qui doivent être évité. Le pir c’est que leur chiffre est en constante augmentation.

                    • italiasempre 24 février 2010 23:05

                      Albatar

                      le corps d’une femme n’appartient qu’à elle-même et a elle seule, c’est donc à elle de décider 
                      si interrompre une grossesse ou la poursuivre jusqu’à son terme. 
                      L’avortement ne doit être qu’un dernier recours -croyez le bien, c’est pratiquement toujours le cas-
                      mais en aucune manière ce droit doit être remis en question.

                      (a propos, savez-vous que les contraceptifs ne sont pas fiables à 100% ?) smiley eh oui...


                    • Fergus Fergus 25 février 2010 09:13

                      Bravo, Italiasempre, pour ce coup de gueule sur l’avortement. D’accord à 100%.

                      Bonne journée.


                    • King Al Batar Albatar 25 février 2010 10:54

                      Oui je sais que les contraceptifs ne sont pas fiables à 100% et dans ce cas je ne considère pas cela comme abusif.

                      Je sais aussi que le corps d’une femme n’appartient qu’à elle, néanmoins il faut etre deux pour faire un enfant, et par conséquent deux pour s’en défaire. C’est mon avis.

                      Votre réaction me parait symptomatique de l’évolution de notre société. C’est à dire une triste société d’égoiste consumériste, ou le « je fais ce que je veux » devient une loi. Mais les évolutions de la science, aussi belles et intelligentes soient elles (car le droit à l’avortement est bien sur une belle loi), peuvent avoir des côtés négatifs lorsque l’on en abuse. Je trouve qu’aujourd ’hui le ratio des avortement est démesuré et signe d’un abus, et effectivement je ne pense pas que tous les cas d’avortement correspondent à ce que vous dites, meme s’il y en a une partie.

                      Je vais vous posez la question autrement, ne trouvez vous pas choquant qu’un tiers des enfants qui doivent naitre finissent à la poubelle ? Parce que c’est ca le ration : 1/3, moi ca me choque. 1/8 ou 1/7 c’est à dire 100 000 pour 700 000 naissances me choquerait moins.


                    • Romain Desbois 25 février 2010 12:05

                      italiasempre nous écrit que le corps des femmes n’appartient qu’à elle même. C’est l’argument régurgité sans cesse qui laisse croire que l’enfant qu’elle porte est son corps.

                      Non l’enfant, le foetus, l’embryon n’est pas le corps de la femme, c’est un autre corps, une autre vie.


                    • italiasempre 25 février 2010 12:53

                      Bonjour Fergus et bienvenu chez les amishs smiley


                      albatar
                      Votre réaction me parait symptomatique de l’évolution de notre société. C’est à dire une triste société d’égoiste consumériste, ou le « je fais ce que je veux » devient une loi.  

                      Votre réaction mes parait digne des commissaires du peuple bien staliniens qui savaient EUX ce qui était bien pour la société et ce qui ne l’était pas.




                    • King Al Batar Albatar 25 février 2010 14:22

                      >En attendant vous ne repondez pas a ma question :

                      « Est ce que ca ne vous choque pas qu’un tiers des naissances prévues finissent à la poubelle »

                      Ca n’a rien a voir avec les amiches, c’est juste une question de proportion.... et de respect de la vie.

                      Comme je le disais il est normal est important que les femmes puissent avorter si elle le souhaitent, qu’elles abusent de ce droit me parait absolument révoltant et irrespectueux.


                    • WatchTower WatchTower 25 février 2010 15:13

                      Non, non, je vous assure. Vous ne pensez pas à "ce qui est bien pour la société", vous pensez à ce qui est bien pour vous, d’un point de vue purement subjectif et même anthropocentriste ^^
                      L’argument « c’est mon corps j’en fais ce que je veux » est l’étendard levé des féministes réac hypnotisées par la rhétorique « liberaliste », qui ont le sait, a été mise en avant et manipulée par le Marché et pour ses besoins.
                      Le, « je fais ce que je veux de mon corps », n’est pas une Loi, si bien que l’euthanasie est interdite. Si bien que nul ne peut se droguer ( hormis les drogues légales ) en toute « liberté ». Si bien que nul ne peut se balader nu dans une ville.
                      Ca, c’est pour les pratiques égotistes punies par la Loi. Après il y a toutes celles punies par la morale. ( je ne mange pas mon propre corps et celui de mes congénères, je ne fais pas caca n’importe ou, je ne me frappe pas, je ne me fais pas exploser à l’aide de C4...)

                      Donc le « je fais ce que je veux de mon corps », on est bien d’accord, ne doit pas se deguiser en « ce qui est bon pour la société », mais bien en " ce que vous jugez bon pour vous, même si tout cela est relatif aux facteurs environnementaux ( société, époque, civilisation, conjoncture, contexte etc )."

                      Mais il est vrai que le contrôle des naissances est une des priorité de la gouvernance mondiale. C’est pour cela que l’avortement, mesure eugéniste ( tout comme le préservatif l’est, tout comme l’euthanasie l’est, c’est d’ailleurs pourquoi il sera legalisé ), est étalé en tant que mesures « de liberté », alors qu’en fait l’objectif est d’un certain point de vue bon pour la société dans son ensemble ( réduction des naissances ). Je dis bien d’un certain point de vue puisque la surpopulation est un mythe capitaliste. Tout comme le fait que seul les ogm peuvent nourrir la population ^^

                      Bref l’avortement peut être une bonne chose, mais aux conséquences psycho ( pour les femmes ) et sociales ( eugénisme ) tragiques. Tout ce que je vois c’est que l’on a moins de remords à tuer sous prétexte que la victime ne s’en rend pas compte et ne souffre pas ! ( je veux trancher la gorge d’un vieux durant son sommeil, ca passe alors ? )


                    • italiasempre 25 février 2010 23:07
                      WT
                      Féministe réac et eugéniste ? Remarquez, pourquoi pas ? 
                      Si si je vous assure, non seulement c’est un bien pour les femmes, c’est un bien pour la société aussi.
                      Entre autres choses, pourquoi mettre au monde un enfant qui n’est pas désiré ou dont on ne pourra pas en assumer la charge matérielle et/ou affective ?
                      Que va donner cet enfant vingt ans après ? 



                    • Salsabil 25 février 2010 23:31

                      Mais, mon Dieu ! Bellissima !

                      Que veux-tu tenter de faire comprendre à des rustres dont une partie du bulbe a refusé l’aspect féminin pour se réfugier dans leur quéquette symbole du renouveau de ce monde ?

                      Albatar me semble encore récupérable, mais alors l’autre, là, Einstein (au secours !! smiley ), c’est mort !


                    • italiasempre 25 février 2010 23:58

                      L’aspect féminin ? 

                      Gül, tu veux te faire manger toute crue ou quoi ? smiley


                    • Salsabil 26 février 2010 00:16

                      Ben quoi ?

                      Il n’est pas sensé y avoir un vague truc féminin planqué dans chaque homme ? Je me leurre ? (Non, non !! PV par pitié, ne me repliez pas !)

                      Je ne sais pas, moi, un petit bout de téton, non ?

                      Même pas ?.... smiley

                       smiley


                    • italiasempre 26 février 2010 00:25

                      Chez les hommes oui.

                      Mais là on a l’Homme... et en triple exemplaire.

                      Femme
                      tu n’avorteras point. (et tu feras ce qu’on te dit).

                    • Salsabil 26 février 2010 02:35

                      Ben tiens !

                      Allez ! Zoup ! Au lit !

                      Et sans cauchemars, cela va de soi ! smiley

                      Belle et douce nuit Bella ! smiley


                    • WatchTower WatchTower 26 février 2010 07:56

                      Italiasiempre tu ne dois pas nier les conséquences psychologiques et sociologiques que je t’ai citées.
                      Pour ma part je n’occulte pas que l’homme est passé du but de survivre à mieux vivre. Il en est de même pour le sexe qui passe logiquement de reproductif à exclusivement source de plaisir. Par cette chronologie de l’évolution il est normal et nécessaire que les moyens de contraception se développent. 

                      Mais vous devez comprendre que les raisons de votre avortement ( obtenu accidentellement, assassiné par préméditation ) sont totalement liées au contexte économique et social, et donc dicté par le cadre politique.


                    • italiasempre 26 février 2010 09:55

                      Mais WT que veux-tu me faire dire ? 

                      Que l’IVG - on laisse « assassinat » aux intégristes religieux- est un acte capitaliste ? 
                      Mais l’avortement est pratiqué depuis la nuit des temps dans le monde entier et toujours -dans les pays où il est illégal- dans des conditions sanitaires exécrables. 
                      Sais-tu qu’ au jour d’aujourd’hui une femme meurt toutes les six minutes suite à un avortement clandestin ? 



                    • WatchTower WatchTower 26 février 2010 13:25


                      Oui, l’IVG est un acte eugéniste ( contrôlé des naissances, pré sélection de l’enfant ) qui passe dans les mœurs sous l’étendard de la liberté individuelle ( alors qu’à ce niveau là, ils nous restreignent pour ce qu’ils veulent, et nous laisse le champ libre quand cela les arrange financièrement et idéologiquement , à grande échelle ) ; et de plus un acte totalement dicté par la conjoncture ( donc hors du réel choix de l’individu, puisque soumis en réalité aux fluctuations économiques ).
                      La dépopulation (avec sélection sur les critères du marché ) étant actuellement une idée capitaliste ( soutenu par un mythe de surpopulation, encore sur des critères capitalistes ), l’IVG, qui va totalement dans son sens, est un outil de gouvernance et de modelage de la société au service du Marché.
                      Un nombre élevé d’avortement est donc voulu. Donc tout les gens raisonnables, qui conçoivent tout à fait l’avortement ( comme on peut concevoir l’euthanasie ), mais qui ne souhaitent pas un mouvement de grande ampleur, seront bien déçus.
                      C’est aussi un outil de gouvernance dans le sens ou certaines couches cibles de la population pourront être subtilement amenées à « disparaitre » ( numérairement et génétiquement ). Darwinisme social ou eugénisme.
                      L’économie dicte quelque part qui et quand l’individu aura un enfant.
                      N’oublions pas que le critère « d’individu non désirable » est relatif à la société. Et n’oublions pas aussi que les « fous » ou ’ handicapés mentaux ", ont énormément contribué à l’ascension humaine ( l’homme sur ma photo à le cerveau d’un autiste par exemple. )
                       


                    • italiasempre 26 février 2010 22:49

                      Bien, je vais boire le calice...

                      Votre dernier commentaire m’a fait réfléchir et je peux être en partie d’accord avec vous.
                      Maintenant je voudrais bien savoir pourquoi seul le libéralisme est méthodiquement mis en cause dans vos commentaires alors que des Pays au systèmes politiques pratiquement opposés ont légalisé, voir carrément encouragé, l’avortement depuis plus longtemps que nous.


                    • WatchTower WatchTower 27 février 2010 11:11


                      Oui effectivement j’ai lié cela au capitalisme car dans notre contexte c’est le cas.
                      Mais le contrôle démographique et la sélection des individus est quelque chose de légitime et nécessaire, si bien que ce fut de tout temps pratiqué ( les Spartiates pour remonter loin, illustré dans le film 300 ).
                      Il est vrai que ces techniques ne sont pas uniquement liée au capitalisme. Mais en l’occurrence pour notre société française ca l’est, et je voulais juste faire la lumière sur une pratique, une idée, reprise et manipulée pour les intérêts du marché.


                    • hans lefebvre hans lefebvre 27 février 2010 11:31

                      @itliasempre, vous avez pertinement enflammé ce fil !


                    • italiasempre 27 février 2010 12:52

                      Donc on est bien d’accord, si c’est quelque chose de légitime et nécessaire c’est implicitement un bien pour la société aussi.


                      Watch Tower, j’ai apprécié ce dialogue -un peu sur le tard peut-être smiley - et je vous remercie d’avoir pris le temps de discuter avec autant de gentillesse et de pertinence. 
                      Cordialement


                    • italiasempre 27 février 2010 12:59

                      Hans Lefebrve

                      Merci et merci aussi pour votre patience . 
                      Promis, la prochaine fois j’essayerai de parler du sujet de l’article.


                    • Internaute Internaute 24 février 2010 14:33

                      La peine de mort a un rôle dissuasif important à condition qu’on l’entoure de toute la symbolique nécessaire. Je suis pour le rétablissement de la guillotine mais l’acte doit être retransmis en direct à la place du JT et doivent y être présents le premier ministre et le président de l’assemblée nationale.


                      • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 14:41

                        TF1 ou FRANCE 2 ? À moins qu’on ne le fasse sur Guli, cela pourrait dissuader tous les enfants de devenir des sales gosses ! Qu’en pensez-vous ?


                      • Fergus Fergus 24 février 2010 16:57

                        Et pourquoi pas des coupures publicitaires, des cheerleaders et la mention en lettres d’or du sponsor sur le couperet de la guillotine ?


                      • WatchTower WatchTower 26 février 2010 07:49

                        Italiasiempre tu ne dois pas nier les conséquences psychologiques et sociologiques que je t’ai citées.
                        Pour ma part je n’occulte pas que l’homme est passé du but de survivre à mieux vivre. Il en est de même pour le sexe qui passe logiquement de reproductif à exclusivement source de plaisir.


                      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 24 février 2010 15:01

                        Existerait-il une censure sur agoravox ? Ou bien, est-ce seulement de la soumission à la bien-pensance« , au conformisme et à la pensée unique ?

                        [Agoravox.fr] Refus de votre article
                        De :
                         »redacteurs at agoravox.fr« <redacteurs@agoravox.fr>
                         À :
                        Jean-Pierre.Llabres@laposte.net
                         Date :
                        Aujourd’hui 14:43:06
                         
                        Bonjour,

                        Nous vous remercions d’avoir soumis votre article (Du principe de la peine
                        de mort
                        ) [ le 12 février ] sur AgoraVox. Toutefois, le comité de rédaction n’a pas validé sa
                        publication. Nous considérons en effet que l’article en raison de très
                        nombreuses soumissions, ne peut pas être publié. Les informations que vous
                        abordez dans votre article ne sont plus aujourd’hui d’actualité.

                        J-P LL :
                        En revanche, »La peine de mort, une pratique archaïque encore vivante" demeure d’actualité le 24 février.

                        Vive l’expression du pluralisme des idées sur agoravox ! ! !


                        • WatchTower WatchTower 24 février 2010 15:50

                          Il y a bien un filtrage subjectif sur Agoravox. J’ai moi même des articles en attente de modération depuis plus d’un mois. J’ai beau envoyer des mails, rien n’y fait.
                          Un concerne les dernière révélation du docteur Luc Montagnier, prix nobel de medecine, expert du Sida, sur ce même virus du sida. C’est entièrement d’actualité, et renversant. Rien n’y fait.
                          Un autre concernant les recherches du professeur Nielz Harrit. Ses recherches scientifiques concluaient que les débris des tours 1 et 2 du 11 sept contenaient de la nanothermite. Il est passé sur un plateau TV en Suede je crois bien. Il a mis sont étude a disposition sur internet, elle a été publiée dans plusieurs journaux scientifiques en Allemagne, en Suede, en Australie et au Canada. Cet article a été refusé ( je l’ai reposté bien entendu ). J’ai mis tout les liens, écrit de moi même quelques explications, et copié collé son interview par un site allemand ( libre de diffusion ). L’article a été refusé sous prétexte que ( de mémoire ) « c’est le propriétaire de l’interview qui doit poster son oeuvre ». Pathétique. ( et mensonger ).
                          Le dernier concerne une rectification de taille suite à un article erroné diffusé sur agoravox, concernant la traité de lisbonne.

                          Apparement agoravox n’en a que faire.
                          Si quelqu’un qui a le pouvoir de modérer passe par ici...


                        • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 19:48

                          @watchover, AH la nanothermite, cet animal insaisissable...


                        • Romain Desbois 25 février 2010 12:07

                          "Nous considérons en effet que l’article en raison de très
                          nombreuses soumissions"

                          étrange comme argument, vous pouvez expliquer quelles sont les soumissions supposées ?


                        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 février 2010 12:24

                          Romain Desbois (xxx.xxx.xxx.128) 25 février 12:07
                          "Nous considérons en effet que l’article en raison de très nombreuses soumissions, ne peut pas être publié.« 
                           »étrange comme argument, vous pouvez expliquer quelles sont les soumissions supposées ?"

                          Bien que ne sachant pas si votre question s’adresse à moi, je prends quand même la liberté d’y répondre.
                          Très sérieusement, je pense que le très grand nombre de soumissions est en relation directe avec le nombre limité de pages papier sur le site internet d’agoravox.

                           smiley Je n’ai pas de meilleure explication...


                        • Romain Desbois 25 février 2010 12:38

                          Jean -Pierre

                          Je ne comprend pas ce qu’ils apparemment « soumissions ».

                          Si c’est soumission d’articles, c’est étrange alors il faut qu’Avox limite le nombre d’articles par semaine pour chaque auteur, si c’est le nombre de soumissions d’articles sur le sujet (article redondant) alors il faut imaginer de classer les articles par thèmes un peu plus finement.

                          Mais je pensais à soumission dans le sens péjoratif du terme. Cela m’intriguait méchamment.


                        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 25 février 2010 13:00

                          Romain Desbois (xxx.xxx.xxx.128) 25 février 12:38

                          « soumission d’articles »

                          Personnellement, c’est ainsi que je l’ai compris.


                        • projetX projetX 24 février 2010 15:29

                          Je ne vois pas ce qu’il y a d’archaique à supprimer des personnes qui sont nuisibles et dangereuses pour l’ensemble de la société.


                          La « raison » ne demandera jamais de maintenir ces personnes en vie aux frais de la société (pour en faire quoi ?) et prendre le risque d’une libération de ces personnes (récidive probable).

                          De plus le coté exemplaire et ultime de la peine de mort est non négligeable.

                          Depuis que la peine de mort a été supprimée en France , les meutres et agressions sont de plus en plus horrible et courants !
                          Je n’appelle donc pas cela une réussite !

                          • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 19:41

                            Réfléchissez encore un peu....


                          • projetX projetX 25 février 2010 10:36

                            Toujours des réponses vides face à ceux qui vous contredisent mon brave Hans...


                            C’est votre spécialité ?

                          • Romain Desbois 25 février 2010 12:10

                            "Je ne vois pas ce qu’il y a d’archaique à supprimer des personnes qui sont nuisibles et dangereuses pour l’ensemble de la société." pense projetX

                            Le problème est qui décide qui est nuisible et dangereux pour la société ?

                            De plus j’ai plus haut évoqué la possible erreur judiciaire qui à mes yeux est l’argument le plus en faveur de l’abolition.

                            Étrangement personne ne l’a repris


                          • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:22

                            Encore une fois, vous avez vos convictions, j’ai les miennes ! Quant à l’argumentaire, il est contenu dans le billet, et dans ses références. Lisez-donc encore un peu, même si cela ne changera pas votre position, cela je le mesure parfaitement.


                          • Romain Desbois 25 février 2010 12:45

                            Cher auteur, je ne sais pas à qui s’adresse votre commentaire mais si il s’adresse au mien, jene faisait pas allusion à votre article pour qui j’ai voté en modé et qui me semble aller dans mon sens.

                            J’attends d’ailleurs la publication d’un autre article pour qui j’ai également voté en modé et qui défend le thèse contraire.


                          • hans lefebvre hans lefebvre 26 février 2010 13:38

                            @romain desbois, ce commentaire ne s’adressait pas à vous. Cela dit, merci pour votre modération en faveur de ce billet.
                            cordialement


                          • Soma Soma 24 février 2010 15:40

                            j’aime bien le mot « Archaique » Dans un sujet comme celui-ci quand on sait que par exemple, a Rouen, « Ma » ville bien aimee, on a assiste a un acte de cannibalisme et de suicide dans la meme celule a cause de conditions carcerales innaceptables.
                            C’est vrai que les conditions de nos prisonniers [ tous n’etant pas Meurtrier ] releve de la modernite absolue.. c’est la que je vois le mot « Archaisme »..

                            Je ne suis pas particulierement POUR la peine de Mort, mais je ne suis pas CONTRE.

                            Des violeurs/tueurs d’enfants, recidivistes et dangereux, merite t’il de Vivre ? Vous y croyez vous ? Vous y pensez a ces enfants dont la vie a etaient DETRUITE totalement.. mais aussi a leurs familles. Vous croyez qu’ils meritent de vivre et qu’on leur donne une chance ?! Surtout que la prison a perpetuite ne veux plus vraiment dire grand chose maintenant..

                            Desole mais je ne pense pas que ces personnes meritent de vivre apres un tel acte..

                            Enfin apres ce n’est que mon avis, mais une peine de mort ne devrait pas etre exclue sur des cas BIEN PRECIS selon moi.

                            Avant tout parcque je pense aux victimes..... VICTIMES ....

                            Cordialement a vous. Ne voyez aucune aggresivite dans mes mots =]


                            • Romain Desbois 25 février 2010 12:20

                              Soma

                              Dills, Radad, et les accusés d’Outreau seraient morts avec votre raisonnement.

                              Vous pensez aux victimes mais la peine de mort ne leur aurait pas épargné leur drame !

                              La peine de mort ne permet qu’assouvir un désir (bien légitime) de vengeance mais n’efface pas le drame.

                              La peine de mort n’est pas dissuasive car lorsqu’un criminel sait que son acte va le conduire à l’echaffaud, il n’a plus rien à perdre et va l’inciter à commettre plus de meurtres et avec plus de cruauté.

                              Mais de toutes façons tous les sérials killers ont commencé par torturer et tuer des animaux sans que quiconque ne les remettent sur le « droit chemin ».
                              Qui est responsable de cela.

                              Tout ce qu’on fait sur les animaux, on finit par le faire sur l’Homme.

                              Penser vraiment aux victimes, c’est chercher à éviter que des humains deviennent des criminels en supprimant les causes. Les actes criminels sont les conséquences.


                            • Soma Soma 25 février 2010 15:38

                              @ Romain

                              Il est vrai que la peine de mort ne changerai rien au drame qui touche les proches de la victimes etc..
                              Mais je ne suis pas sure a 100% que les criminelles penseront « Je vais mfaire tuer si jle fais, alors j’ai rien a perdre, jle fais.. »

                              Comme je le dis plus haut, la peine de mort vient souvent des annees apres apres le jugement de la Justice. =]

                              Les actes criminelles sont effectivements les consequences..
                              Mais les consequences devraient aussi entrainer d’autres consequences..

                              Et pourquoi pas un stage dans l’armee pour les criminelles ? =O

                              Pas tres francais maiiis vous me comprenez j’espere xD

                              Cordialement.


                            • Voris 24 février 2010 16:18

                              La peine de mort ne me semble pas en elle-même un principe barbare. Mais son usage requiert un niveau très évolué de la société et de la Justice, un niveau de prudence et de sagesse qu’aucune nation n’a atteint (ni encore moins les peuples). Par conséquent, son usage ne peut que dériver en pratiques barbares ou en erreurs graves et irréparables.

                              Mais avant de s’indigner de ces pratiques en Amérique, ne devrions-nous pas balayer devant notre porte et supprimer les traitements inhumains dans notre pays (détentions et garde à vues abusives) ? 


                              • Soma Soma 24 février 2010 17:25

                                @Voris

                                Je plussois totalement votre commentaire Voris.

                                La est mon raisonnement, il ne faut l’appliquer que dans certains cas BIEN PRECIS, DEFINIS et ayant suffisement de preuves pour etre appliques..

                                Il faut savoir que la peine de mort aux US, quand appliques, n’est pas utiliser deux semaines apres la condamnation mais des annees apres, laissant place aux appels et enquetes supplementaires si necessaires..

                                Vous avez d’autant plus raisons sur le fait que nous devrions avant tout changer nos propres moyens [ notamment les conditions carcerales selon moi.. ] dans notre pays avant de s’insurger..

                                Je ne reste pas contre la Peine de Mort tant qu’elle est pleinement justife..

                                Ceux qui detruise la vie d’autrui [S] arrivent encore a s’en tirer pour bonne conduite. Parfois ca fait tache et on le sait tous..


                              • Noor Noor 24 février 2010 17:42

                                « La peine de mort ne me semble pas en elle-même un principe barbare. Mais son usage requiert un niveau très évolué de la société et de la Justice, un niveau de prudence et de sagesse qu’aucune nation n’a atteint (ni encore moins les peuples). Par conséquent, son usage ne peut que dériver en pratiques barbares ou en erreurs graves et irréparables.  »


                                Personnellement, je suis contre la peine de mort en general, sauf dans le cas de meurtres et cas de viol avérés.
                                Malgré cela, je suis plûtot d’accord avec vous Voris.

                                Le titre ne m’interpelle pas dans le sens ou pour moi, la peine de mort n’est pas en soi archaique , c’est la pratique qui en est faite dans beaucoup de pays qui est archaique et inhumaine ! Tous ces pays (je trouve) appliquent la peine de mort tellement légèrement et de façon tellement abusive !

                                Il existe tellement d’erreurs judiciaires qui ont coûté la vie à des victimes innocentes........ Ca en devient vraiment alarmant !!!
                                Alors à choisir et bien malgré moi, je prefere comdamner la peine de mort plûtot que de la supporter.


                                • Pyrathome pyralene 24 février 2010 18:03

                                  Vaste problème.....Je n’ai jamais été pour la peine de mort , Badinter a eu ce courage devant l’adversité pour l’abolir définitivement , et c’est un vrai progrès !
                                  Toutefois , que penser de ces abominables meurtres d’enfants par ces prédateurs pédophiles.....mais aussi et surtout , la culpabilité de crime contre l’humanité pour les chefs d’état et responsables politique qui organisent et profitent des guerres.....
                                  ...., rien que pour ces cas avérés , j’y mettrais quelques exceptions pertinentes....


                                  • anty 24 février 2010 20:07

                                    La peine de mort est une survivance des rituels sanglants du passé ...

                                    Aucun pays au monde ne se vante de pratiquer la torture qui pourtant se pratique quotidiennement dans des nombreux pays en cachette .

                                    Il n’ya pas si longtemps les condamnés à mort étaient exécutés en public en grande pompe
                                    Aujourd’hui ils sont exécuté discrètement à l’écart du public (sauf dans certains pays islamiques)

                                    Il viendra un moment où la peine de mort sera aboli partout...

                                    Je ne suis pas d’accord avec ceux qui pronent la peine de mort sous prétexte qu’ils existe des meurtriers ,des violeurs etc...

                                    La plupart de ces condamnés sont des pauvres types, les naufragés de la vie que la société exécute pour se débarrasser d’un problème qu’elle n’a pas réussit à solutionner et qu’elle n’a pas envie non plus de résoudre.


                                    • Internaute Internaute 25 février 2010 09:32

                                      « Il n’ya pas si longtemps les condamnés à mort étaient exécutés en public en grande pompe
                                      Aujourd’hui ils sont exécuté discrètement à l’écart du public (sauf dans certains pays islamiques) »

                                      Justement, c’est bien là le problème et l’objet de mon premier commentaire qui a dû en choquer plus d’un. Nos démocraties aseptisées se sont réfugiées derrière le voile pudique de la peine de mort en cachette. Résultat, celle-ci n’a plus aucun sens et devient un simple acte d’hygiène sociale. En la faisant en cachette on lui enlève tout caractère dissuasif. Pourtant, il me semble que le pouvoir de l’image a bien été compris par nos idéologues qui en usent et en abusent tous les jours dans d’autres domaines pour modifier le comportement du public (publicité, lutte anti-tabac ou propagande pour le métissage). Cela n’a gêné personne qu’on nous projette aux heures de grandes écoutes des accidents de voiture juste avant de nous imposer les radars sur les routes. Le processus est connu. Pourquoi ne pas l’utiliser dès qu’il s’agit de sauver des innocents des griffes des criminels ?

                                      Le résumé de l’acte d’acccusation doit être lu puis le condamné amené à la guillotine, le tout filmé en direct. Croyez-moi que celui qui aura vu des têtes tomber réfléchira trois fois avant de se lancer à assassiner quelqu’un car il aura toujours ces images en mémoire.

                                      Les bien-pensants se moquent complètement des pauvres victimes qui marchent dans la rue sans savoir le sort terrible qui les attend. Prendre la défense de ceux qui font le mal n’a jamais fait avancer la cause du bien.

                                      Il est évident que les causes d’applications de la peine de mort doivent être restreintes - assassinat avec préméditation ou sans (qu’on ait pu prouver) mais récidive. Esclavage, séquestrations longues pour abus sexuels ou autres... les juristes feront la liste.

                                      La présence du Premier ministre et du président de l’Assemblée Nationale sont nécessaires pour deux raisons : signifier la responsabilité pleine et entière de la République dans la mort qui est données - impliquer personnellement deux personnes de haut rang ce qui évitera les dérives conduisant à guillotiner à la légère, à moins de rentrer dans un régime sanguinaire où de toute manière le droit à la vie n’aurait plus beaucoup de sens. En cas de doute, le président de la république peut toujours donner sa grâce.


                                    • smaugb smaugb 24 février 2010 21:49

                                      La peine de mort, c’est mal, c’est méchant, bouhhhh  ! bahhhhhh !
                                      Fasciiiiiiiiiiiisme !

                                      Faire un article en 2010 pour soutenir la cause abolitionniste depuis la France en faisant la morale aux pays qui pratiquent la peine de mort est une honte. Pitoyable.
                                      J’en ai rien à faire que quelques dizaines de meurtriers, de pervers sexuels ou autres, aux Etats Unis ou ailleurs, crèvent.
                                      Il y a des problèmes plus importants quand même ! Vous faites diversion !

                                      Parlez plutôt du chômage, du pouvoir d’achat, de la destruction progressive de la classe moyenne, de la désinstriulisation de la France, des élites bobo-mondialistes qui s’en mettent plein les fouilles !
                                      Plutôt que les coupables, défendez les innocents qui meurent, les victimes de tous ces condamnés à mort ! Ils n’ont pas de bonnes consciences bourgeoises pour les défendre, eux !


                                      • hans lefebvre hans lefebvre 24 février 2010 22:48

                                         Un petit relent de poujadisme ?


                                      • anty 24 février 2010 22:51

                                        Parlez plutôt du chômage, du pouvoir d’achat, de la destruction progressive de la classe moyenne, de la désinstriulisation de la France, des élites bobo-mondialistes qui s’en mettent plein les fouilles !
                                        Plutôt que les coupables, défendez les innocents qui meurent, les victimes de tous ces condamnés à mort ! Ils n’ont pas de bonnes consciences bourgeoises pour les défendre, eux !

                                        On doit défendre les innocents mais ils ne faut pas oublier qu’une enorme partie de condamnés à mort sont pour des raisons que je considère futiles :
                                        En chine tu peut être condamnés pour délinquance économique
                                        En Iran si tu es homo ou trafiquant de drogue
                                        .
                                        En Arabie Saoudite si tu es un apostat
                                        Sans parler que les jugements sont émaillés de très nombreuses erreurs comme les prouvent les dernières affaires aux E-U où certains condamnés ont été innocentés grace à l’ADN.


                                      • projetX projetX 25 février 2010 10:40

                                        Moi ce que j’aime chez les personnes anti-peine de mort, c’est le coté contestataire (boycott style).


                                        « On est contre !!! c’est un truc de sauvages ».

                                        Mais ils ne proposent rien d’autres, et oublient de regarder la courbe de la criminalité qui augmente fortement !

                                        • hans lefebvre hans lefebvre 25 février 2010 12:27

                                          Le crime, les criminels, la criminalité, le droit etc....C’EST MON JOB ! dés lors j’estime savoir de quoi je parle, ce qui ne semble pas être votre cas !


                                        • Guillaume Lavoie 12 avril 2012 12:38

                                          La peine de mort, loin de l’archaïsme

                                           

                                          La peine de mort n’a vraiment rien d’archaïque, au contraire elle peut même être considérée comme une bénédiction. Plusieurs faits le démontrent. D’abord, le coût moyen de maintenir un prisonnier est d’environ 300 euro par jour. N’est-ce pas un prix exorbitant pour un criminel qui ne mérite pourtant que ce qu’il a fait. Par la suite, les erreurs juridiques ne sont plus ce qu’ils étaient. De nos jours, il est très rare d’en constater, donc la chance d’exécuter un innocent est très mince.

                                           

                                           Également, pour chaque prisonnier qui réussira son rétablissement, environ 20 ou même 25 recommenceront leurs crimes ce qui je crois est une statistique beaucoup trop basse qui ne vaut pas la peine de prendre le risque surtout dans une société surpeuplé comme la notre.
                                          Il y a également la qualité de vie en prison, dans certaines, ils sont traités comme des rois ce qui est incompréhensible et dans d’autres ils ont aucune qualité de vie et dans ces cas, ce serait une libération pour eux que de leur donner la mort. Un autre point est de montrer l’exemple, je suis persuader que quelqu’un qui risque la mort sera plus craintif que quelqu’un qui risque peut-être sans aucune autre conséquence la prison.

                                          Finalement il faut tenter quelques choses pour réduire le taux de criminalité et même si ce n’est pas prouvé, je suis persuadé que le taux de crime grave dans les pays arabes est beaucoup moins élevé qu’ailleurs dans le monde.

                                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès