• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > La télé ! ennemi public numéro 1 !?

La télé ! ennemi public numéro 1 !?

Celui ou celle qui vit 81 ans aura cédé 11 ans de sa vie à la télévision....

C'est un procès sans appel qu'il faut intenter au petit écran

Le soir, au lieu de s'avachir devant la télé, notre chère tête blonde ou brune ne devrait-elle pas pouvoir lire, peindre, dessiner, jouer, rencontrer des copains et copines ?

La télévision est devenue, malgré nous et contre nous un compagnon bien nocif...

Loin d'être un loisir anodin, « elle constitue un problème sanitaire majeur »....

Si le débat sur les rythmes de l'enfant est utile et nécessaire, si une réorganisation de la journée, de la semaine et de l'année scolaire peut améliorer la performance scolaire et permettre à l'enfant de mieux vivre, ces changements , les effets de ces « révolutions » seraient minimes si les enfants continuent à être gavés de télévision.

Les livres comme celui de Michel Desmurget peuvent contribuer à alimenter le débat et à combattre ceux qui nient que la télévision-au moins à haute dose-est un fléau

« TV Lobotomie

La vérité scientifique sur

les effets de la télévision »

de Michel Desmurget

Éditions Max Milo

mai 2011

247 pages

318 avec les notes

 

LA TELE ! ENNEMI PUBLIC NUMERO 1

L'auteur n'y va pas par quatre chemins, il établit un réquisitoire implacable et argumenté contre l'usage abusif de l'écran cathodique .

La « petite lucarne » favorise l'échec scolaire, influence l'obésité et accélère le déclin cognitif des seniors.

Si la télévision ne faisait que cela...Elle est encore plus nocive puisqu'elle décervelle nos petits et grands.

Le niveau baisse, c'est certain et l'auteur le prouve en s'appuyant sur des études et des recherches fort sérieuses. L'école d'aujourd'hui non exempte de critiques justifiées ne serait pas la seule responsable de tous les maux, loin de là !

Les parents dépensent des sommes parfois faramineuses en cours de soutien sans même se douter qu'il suffirait de fermer un peu ou beaucoup la télévision pour améliorer les performances scolaires de leurs enfants.

« Diligence, intelligence, lecture, langage, attention et imagination ne sortent pas indemnes du courant cathodique »... 

« Le poste est voleur de temps, il est aussi une cause d'isolement social, une source de par

esse intellectuelle, un agent de stérilité cognitive et un vecteur de déstructuration psychique ».

Le trait est fort mais pas exagéré, bien malheureusement !

L'auteur, docteur en neurosciences ne donne pas son avis, il démonte le discours ambiant, déconstruit les thèses officielles et notamment de ceux qui sont plus ou moins influencés par les vendeurs de cervelles disponibles.

Il démontre avec force que la télévision nuit à l'acquisition des connaissances, à la bonne santé de ceux qui s'exposent et constitue un authentique fléau social.

Avant hier les tout petits développaient leur créativité dans le cadre de jeux de rôle, ils étaient le père et la mère, le docteur ou le malade, aujourd'hui ils rejouent les scènes vues à la télévision...

Ah s'il n'y avait que cela ! Si le bagage langagier ne s'appauvrissait pas au contact de la télévision et si les stimulations nées des échanges pouvaient se poursuivre et se développer....Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

L'auteur apporte un éclairage nouveau à propos ne notre représentation du nouveau monde des

pré-adolescents qui auraient diminué leur temps d'exposition à l'écran télévisuel pour s'adonner aux nouvelles technologies.

Comme le rapportent Dimitri Christakis et Frédérick Zimmerman, spécialistes du sujet à l'université de Washington : «  Il était déjà alarmant(pour certains)que deux tiers des adolescents aient des télévisions dans leurs chambres. Bientôt ils les auront dans leurs poches. »

La télévision, cette amie qui nous veut du bien- paraît-il- n'enseigne rien et surtout « ne sollicite aucune des compétences fondamentales que le cerveau en formation doit construire ».

Il n'y a qu'à reprendre toutes les études et expériences qui ont été menées, toutes les comparaisons entre enfants exposés pas du tout, un peu ou beaucoup pour constater les différences en termes de développement des capacités .

Les apprentissages fondamentaux et les acquisitions langagières et comportementales sont en grande partie le produit des interactions entre l'enfant et son milieu...Avec une télévision regardée pendant deux heures ou plus ou installée en fond sonore, ces interactions n'existent pas.

J'avoue qu'à la fin de ma lecture, quelque peu ébranlé je n'avais plus qu'une envie : c'est de me débarrasser de cette « télé » que je regarde pourtant rarement.

Les centaines d'expériences relatées ou nommées appuient l'argumentation de l'auteur et ne laissent personne de marbre :

L'abus de télé conduit à mettre en danger notre santé, à rendre des spectateurs beaucoup plus agressifs , à créer un déficit du sommeil et surtout à faire obstacle au développement harmonieux de nos enfants.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • apopi apopi 15 juillet 2011 07:33

     Le danger c’est pas vraiment la télé, surtout vu la qualité des programmes, le danger c’est qu’une bonne partie des téléspectateurs croient TOUT ce qui s’y raconte. Heureusement pour ceux qui ne sont pas encore complétement intoxiqués Internet malgré certaines dérives est devenu une source d’informations inépuisable.

     A chacun de faire la part des choses entre l’information et la propagande avant que les joyeux drilles de l’UMPS ne viennent essayer de « réglementer » tout çà.


    • PtitLudo PtitLudo 15 juillet 2011 14:31

      L’auteur et le livre dont il est question, parlent principalement des enfants par rapport à la télé. Allez demander à un enfant de 6 ans de faire le tri dans ce qu’il voit, de discerner le vrai du faux, de ne pas regarder la télé, quand tous ses camarades, le lendemain en cour de récré, ne parleront que de la dernière émission de téléréalité à la mode ...


    • Morgane Lafée 18 juillet 2011 16:52

      Je vais me faire l’avocat du diable : Internet est une source d’info inépuisable, oui, mais à double tranchant parce que l’info n’y est pas toujours traitée, au contraire des media traditionnel dont on connaît en général la tendance politique et les préférences. Le premier probème d’Internet, c’est que le pire côtoie le meilleur. Le second, c’est qu’il faut savoir s’en servir.

      Je prends un exemple plus pragmatique : vous avez un souci de santé, votre médecin vous pose un diagnostic mais ne vous explique pas bien ce que vous avez. Vous commencez à baliser alors vous allez vous renseigner sur Internet. Et là, vous trouvez de tout : du vrai et du faux, des infos récentes comme des infos datant d’il y a 20 ans, des sites sérieux et des sites pas sérieux... Comment faire le tri ? Ne parlons même pas des cas de personnes qui ne consultent pas leur médecin avant d’aller sur le Net et qui cherchent sur google ce qui correspond aux symptômes qu’ils ressentent. Alors parfois, ils s’imaginent être atteints d’une maladie mortelle alors qu’en fait c’est un truc sans gravité... Panique à bord, crises d’angoisse, etc.
      Je prends cet exemple, mais on pourrait l’appliquer aux infos politiques, à la climatologie ou à n’importe quoi d’autre. D’ailleurs, n’est-ce pas par Internet que les rumeurs de fin du monde se propagent actuellement ? Bon, ok, les alertes à la fin du monde existaient déjà avant Internet. Mais aujourd’hui, ça peut prendre des proportions autrement plus alarmantes.

      Bref, Internet c’est super, je m’en sers moi aussi tous les jours, mais ce n’est pas une réponse à tout. Comme vous dites, « à chacun de faire la part des choses entre l’information et la propagande ». Au vu de votre post, je suppose que vous avez un certain niveau d’instruction puisque vous maîtrisez au moins la langue française. Mais personne n’est à l’abri de la propagande : il suffit qu’elle rencontre une de nos angoisses du moment pour qu’on morde à l’hameçon. Enfin, tout le monde n’a pas fait d’études ou n’a pas appris à faire la part des choses. Encore moins les enfants.
      Conclusion : Internet, c’est un outil absolument génial si on a eu la chance d’apprendre à l’utiliser. Mais il faut rester critique et vigileant à chaque instant. La manipulation des masses passe aussi par Internet.

      Et de même que la TV, il faut aussi apprendre à éteindre son ordinateur.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 juillet 2011 11:36

      « La télé, c’est tellement con que même les pigeons ne se posent plus sur les antennes »

      sinon, il y a une solution courte et efficace : http://www.youtube.com/watch?v=fsR5HrLPfvs


      • Harfang Harfang 15 juillet 2011 11:42

        Je n’ai pas d’antenne, ma télé ne me sert qu’à visionner mes DVD. De temps en temps. Problème résolu. :->


        • jluc 15 juillet 2011 12:03

          Le jour où j’ai surpris mon fils de 3-4ans planté devant une boite de caviar sur l’écran de la télé, me dire « tu as vu, papa, c’est des œufs de poissons », j’ai compris que la télé pouvais être un outil très puissant.
          Le gros souci de la télé est que nous ne sommes que réceptif. Pour le mieux, il faudrait regarder l’émission avec nos enfants, puis leur poser des questions, les faire réagir, que ce soit le support d’une réflexion... là est le ’problème’ : il faut être présent.

          Rassurez-vous les gamins, petiots, minots, gones savent trouver des occupations plus créatives, et trouvent le plaisir de l’échange. Internet, youtube... vont changer beaucoup de choses : le « pistolet a elastique », le « mini patator »


          • Deneb Deneb 15 juillet 2011 13:49

            Une note d’optimisme, tout de même. De plus en plus de gens surfent sur le Net au détriment du temps passé devant la télé.
            Perso, ça fait 10 ans que j’ai remplacé la télé par le surf. Pas seulement la télé, mais aussi la presse papier.


            • AB Berurier AB Berurier 15 juillet 2011 19:00

              Deneb, ne croyez pas en la toute purété du NET, pour l’éducation de nos enfants.
              Voilà où nous en sommes, certains états US ne veulent plus enseigner l’écriture cursive sous prétexte que les enfant utilisent plus un clavier qu’un crayon

              http://www.techrepublic.com/blog/career/should-technology-push-out-cursive-writing-instruction/3255?tag=nl.e101 


            • Deneb Deneb 16 juillet 2011 10:41

              @Berurier : Comme disait Michel Serres, dans l’histoire on perd continuellement des capacités pour en gagner d’autres. L’Humain, en se mettant debout, a perdu 2 jambes, ce qui a du le ralentir considérablement. Mais il a gagné 2 mains, des outils universels qui lui permettent de saisir, pincer, manipuler les objets. Avec l’essor de l’ordinateur, outil universel, on va sans doute perdre bien de capacités qui étaient très utiles avant.

              Quand on a inventé l’écriture, la capacité de mémorisation instantanée, nécessaire auparavant pour accumuler le Savoir, n’était plus pertinente. La nécessité de maitriser l’écriture manuelle diminue aujourd’hui - ça ne m’étonne pas que l’on en réduit l’enseignement. Soyons pragmatiques et n’encombrons pas notre grenier de nostalgies envahissantes.


            • Scual 15 juillet 2011 15:02

              Les ploutocrates et leurs commis politiques sont la noblesse actuelle comme celle de 1789... les médias sont le clergé.

              La télévision, c’est notre religion.

              Pour moi le principal problème de notre société c’est la télévision et même les médias au sens large. Rien de tout les problèmes politiques économiques et sociaux ne seraient arrivés avec de vrais médias.

              Je pense aussi qu’aucun changement n’est possible sans réforme des médias. C’est LE principal problème.


              • Deneb Deneb 15 juillet 2011 15:09

                Scual : Vous vivez dans quel monde ? La reforme des médias, elle se fait toute seule, c’est le Net. Il faut surtout pas que le pouvoir s’y mêle.


              • Scual 15 juillet 2011 16:13

                La réforme des médias c’est pas le net.

                Le net c’est juste un média de plus que le pouvoir n’a pas encore réussi a contrôler. Les journaux aussi c’était super avant le fiasco actuel.

                Il n’y a pas d’alternative, soit on contrôle et règlemente les médias pour qu’ils soient de qualité, soit d’autres que nous s’en chargeront.

                La liberté ne fait pas tout de toute façon. On voit ce que la « liberté » a fait à tout les autres médias... la liberté, c’est la liberté pour une poignée de milliardaires de tout acheter et contrôler. Au final il possèdent l’information parce qu’aucune règle ne les a empêché de le faire. La liberté, c’est la loi du plus fort, c’est à dire du plus riche. Seul la loi et la règlementation peut nous en protéger.

                La liberté de la presse s’oppose à notre droit à l’information.


              • Deneb Deneb 15 juillet 2011 16:29

                Scual : « on contrôle et règlemente les médias pour qu’ils soient de qualité »

                bref, pour vous, la qualité, c’est la censure. C’est vrai que Pravda c’était un média qui brillait par sa qualité et surtout son impartialité...


              • Scual 16 juillet 2011 02:33

                La Pravda n’avait effectivement absolument rien à envier à nos grands quotidiens.

                Le travail d’un journal c’est de ne pas raconter n’importe quoi. L’objectif même du journalisme est de se priver de la liberté d’expression pour appliquer aux informations la rigueur de la vérification, du recoupement, de l’objectivité, du recul, de la perspective etc... puisque la presse ne rempli plus son rôle dans le cadre actuel, changeons donc ce cadre.

                La liberté d’expression est indispensable à tout citoyen dans une démocratie. Le travail d’un journal c’est justement de ne pas raconter n’importe quoi, en fournissant des informations fiables pour permettre au débat démocratique de reposer sur des vérités.

                Il ne s’agit bien sur pas de censurer, mais d’encadrer. Les menteurs, les manipulateurs, les recopieurs, les corrompus n’ont aucun droit d’avoir une carte de presse et la moindre légitimité journalistique. Il font de la communication, de la propagande, de la publicité, de la politique mais pas de l’information. Si la liberté laissée à la presse permet ce mélange des genres, règlementons. Il faut obliger par la loi les journaux à rester dans les clous.

                La situation de notre presse est effectivement digne de la Pravda. La ligne éditoriale de la majorité des publications est décidée par un magnat de l’armement ! Franchement entre la propagande d’un Parti Unique et celle de Dassault, Lagardère, Bouygues, UMP, je ne vois pas trop de différence. Parti unique ou pensée unique, c’est pareil.


              • BOBW BOBW 15 juillet 2011 15:41

                Un côté bien pratique pour les cinéphiles : les enregistrements (encore) gratuits, à ce sujet ,le 5 juillet 20h 35 sur la 2 j’ai pu capter l’excellent documentaire de Jean François Delassus :Le Front populaire à nous la vie !


                • Robert GIL ROBERT GIL 15 juillet 2011 16:57

                  En moyenne une famille posséde 3 téléviseurs, et pour un enfant le nombre d’heures passées chaque jour devant la télé dépasse le nombre d’heures de toutes ses autres activité à l’exception du sommeil . Ceux qui abusent de la télé font moins d’exercice, négligent la lecture et l’écriture. Même si la télé peut être une ouverture sur le monde, il est certain qu’à forte dose elle peut être aussi abrutissante qu’une drogue ! Les médias télévisés sont controlés par des hommes proches du pouvoir qui influencent notre jugement et préparent nos esprits à leur idéologie :
                  http://2ccr.unblog.fr/2010/11/08/le-20h-la-pub-et-le-film/


                  • yvesduc 15 juillet 2011 19:01

                    Oui, j’ai entendu l’auteur à la radio (sur France Inter) et je ne soupçonnais pas à quel point ce simple appareil (hihi, rien à voir avec la saison smiley) est nocif pour le développement cognitif des grands et des petits.


                    • Feste Feste 15 juillet 2011 23:34

                      Personnellement je n’ai meme pas eu à regler le probleme de la TV, puisque depuis que j’ai quitté le cocon familial, soit les 2/3 de mon existence, je n’en ai jamais eu.
                      J’ai une bibliothèque, ma femme et mes gosses aussi, 1 PC et un rétro projecteur pour streamer de temps à autres.

                      Le seul souci c’est que ni les gens ni les impots ne me croient smiley

                      Jetez vos télés ou pire offrez là à un con


                    • le Candide des alpages le Candide des alpages 15 juillet 2011 22:37

                      un jour j’ai jeté ma télé dans les escaliers, elle a fait un joli bruit quand le tube cathodique a explosé ,je me demande si les télés d’aujourd’hui seraient aussi musicale dans leurre chute.Depuis chez moi il existe un grand espace sonore et visuel créé par mon fils de quatre ans ma femme pianiste et papa chanteur lyrique . Des dessins ,des histoires ,des chansons ,du temps et une analyse a froid de l’info , 
                      Personnellement ma vie est plus zen sans la boite a images


                      • Laratapinhata 16 juillet 2011 02:13

                        Personne n’est obligé d’avoir une TV.... je n’en ai pas, mes enfants ne l’ont regardée qu’un après-midi par semaine chez mémé...
                        Si les gens préfèrent se décharger de leur rôle éducatif sur la TV , tant pis pour eux et leurs gosses... Et vous ne me tirerez aucune larme...

                        Chacun a la progéniture qu’il mérite... mais j’espère qu’on va pas encore nous demander à moi et mes enfants, un effort de solidarité à destination de cette génération de demeurés...


                        • CHALOT CHALOT 16 juillet 2011 10:23

                          On ne peut pas réagir comme cela. Il est possible de montrer le rôle néfaste de la télévision aux jeunes parents et les conséquences pour la santé des enfants et les apprentissages.
                          Les « demeurés » ce sont nos enfants-peut être- nos amis, nos proches.


                          • Laratapinhata 16 juillet 2011 20:28

                            Ah non... qui se ressemble, s’assemble... et mes enfants ne fréquentent que des enfants bien élevés, bien éduqués, de toutes origines et de toutes confessions, de tous les milieux socio-économiques, de toutes les couleurs aussi...
                            Autrement dit, la discrimination naturelle joue à plein en matière d’affinité, et ce n’est pas celle sur laquelle les politiques et les acteurs sociaux font leur beurre.


                          • slipenL’air 17 juillet 2011 15:37

                            Ou va pas se nicher la manipulation psychologique
                            faut le faire.....

                            TF1- la musique qui fait peur


                            • JL JL 17 juillet 2011 15:51

                              ps. dans la vidéo, il me semble avoir reconnu la voix de Ruquier à un moment ?


                            • JL JL 17 juillet 2011 15:46

                              SlipenL’air,

                              merci pour cette info qui confirme ce que les gens avertis savaient depuis longtemps : les JT sont construits comme des « dramatiques » (abréviation professionnelle de « comédies dramatiques »).


                              • slipenL’air 17 juillet 2011 18:16

                                SLT JL
                                Pour la musique
                                beaucoup de gens on vu ce film et jouer sur ce ressort pour
                                amener la « scène dramatique » c’est du boulot spécialisé
                                les gars qui bidouillent l’info sont plûtot bien instruits des
                                techniques de psychologie,à ce niveau,c’est évident.

                                On est presque dans la manipulation mental
                                de quoi faire tourner l’usine à gaz des conspirationnistes smiley

                                ça sent le reptilien ou plus précisément, le Carcharodon carcharias.. smiley

                                a+


                              • Nangala 17 juillet 2011 16:38

                                Dans les années 90, lorsque j’ai vendu ma télé à l’âge de 21 ans, tout le monde m’a prise pour une folle. J’étais la seule personne de mon entourage à ne plus avoir de télé. Au début j’ai pensé m’ennuyer mais cela n’a jamais été le cas : j’ai commencé à lire, à cuisiner, à voyager, à dessiner, à faire du sport.

                                Les années qui ont suivi cette décision m’ont convaincue que c’était la bonne : lisant beaucoup de socio, ethno, géopo, je sais que les informations diffusées sur TF1-F2-F3 sont toutes bidonnées, soient par bêtise, soit par duperie (l’Irak et ses armes de destruction massive, le génocide des serbes au Kossovo, le méchant Khadafi, etc, a liste est sans fin).

                                Ayant fait un long séjour à l’hôpital dans les anénes 2000, j’ai loué une télévision car je n’étais plus en état de lire. J’ai été sidéré par l’hypersexualisation des émissions TV : le sexe & l’argent = abrutissement des masses. La pornographie et l’émotivité servent à court-circuiter la pensée rationnelle : ce sont des techniques éprouvées de manipulation mentale.

                                Aujourd’hui cependant, les choses changent : de plus en plus de jeunes, et notamment jeunes parents, n’ont plus de télé à la maison. Je connais de plus en plus de personnes qui autour de moi ont compris que c’était un vecteur de contrôle mental et de subordination. D’une personne isolée et un peu folle, je suis passée à une minoritée censée ! Les choses changent, mais elles changent très vite ! 


                                • 65beve 65beve 17 juillet 2011 22:35

                                  La Télé, c’est super.
                                  Je m’assois dans mon fauteuil devant elle et 3 minutes après, je dors.
                                  cdlt


                                  • CHALOT CHALOT 27 juillet 2011 11:52

                                    Bentolila vient de faire parvenir un texte très intéressant sur
                                    les effets pervers de la télévision sur l’intelligence

                                    Alain Bentolila, linguiste connu qui sera présent lors du salon littéraire
                                    du 9 octobre 2011 à Vaux le Pénil nous a adressé ce texte que
                                    vous pouvez lire en ligne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès