Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le bilan positif du colonialisme (français)

Le bilan positif du colonialisme (français)

 

Prenons l’Algérie comme cas de figure. La laïcité, la constitution de l’Etat de droit dépassant le stade tribal (que connut la France jusqu’à Louis XIII avec la Fronde des Grands, n’oublions pas que l’Algérie, en tant qu’Etat, par exemple, est une invention « colonialiste »), l’instruction pour tous, et surtout pour toutes, l’amélioration du système de santé, tout ceci permit, malgré les morts des diverses insurrections, l’explosion démographique de la population autochtone et sa sortie de l’état de survie dans lequel les colonisations arabo-islamiques et turques l’avaient maintenue.

Certes, il y eut spolation des terres, surtout après l’insurrection kabyle de 1871 (dont l’origine est bien moins nationaliste que liée à des questions d’honneur) mais dès 1927 "les achats de terres par les indigènes dépasseront ceux des Européens : 500 000 hectares au total en 1954". (Pierre Goinard, Algérie, l’oeuvre française, prix Maréchal Lyautey de l’Académie des sciences d’Outremer, éditions Jacques Gandini, 2001, p.142 ; sur l’insurrection kabyle, voir p. 119 et mon écrit "Les Berbères ou l’auto-étouffement" dans A l’ombre de l’Islam, minorités et minorités, Bruxelles, Filipson, 2005).

Il y eut également la possibilité, en Algérie, (sénatus-consulte du 14 juillet 1865) que les natifs aient le choix "entre continuer d’être régis par la loi musulmane ou de jouir des droits des citoyens français en étant régis par les lois civiles et politiques de la France" ( Pierre Goinard, idem, p. 110).

Cette intégration fut refusée par les Arabo-islamisés (imprégnant également les Kabyles, jusqu’à leur perte actuelle), jugeant incompatibles les avancées civilisationnelles citées plus haut (dont la laïcité, l’instruction pour les femmes, le droit individuel de propriété également) et les fondements de l’arabo-islamité, cette ancienne (et féroce) colonisation qui prétendait encore régir la destinée algérienne.

Elle était aidée en ce sens par le renouveau du nationalisme arabe et de l’islamisme (avec l’arrivée des Saoud). D’où l’orchestration, par la suite, des bains de sang - Sétif, la Toussaint- pour empêcher un tel rapprochement (tel le sens de 1954, ce début du djihad, comme le dit aujourd’hui Ali Belhadj ex n°2 du FIS - fils du FLN) .

Ce processus ne fut évidemment pas freiné par l’illusion des deux Collèges (indigène et européen), un communautarisme avant l’heure.

Pourquoi ?

D’une part, parce qu’il n’y avait précisément pas, parmi les natifs de souche (à part Ferhat Abbas), de volonté réelle d’admettre ce que les Gaulois avaient réussi à concevoir : l’apport positif de la colonisation romaine avec un droit unifié, un désir d’union politique malgré la diversité, une conception de plus en plus démocratique des relations sociales, une organisation urbaine distincte des propriétés féodales et ecclésiatiques.

D’autre part, le refus arabo-islamique d’évoluer identitairement en prenant en compte les acquis indéniables du point de vue de la civilisation humaine, (celle qui pose l’émancipation, l’ouverture, comme conditions de tout affinement singulier),s’alimentait du refus opposé, celui du tout ou rien, ne comprenant pas qu’il fallait appuyer ces autochtones qui cherchaient à la fois à s’écarter de l’arabo-islamité et de l’assimilation pure et simple (à la façon de ce qui s’est passé en France, avec les dégâts que l’on sait).

Sauf que cet intéressant débat, cette mise en perspective, est aujourd’hui noyé par les relativistes d’extrême gauche et de gauche, les communautaristes de droite et d’extrême droite, qui refusent le socle universel, mettent par exemple sur un même pied la sharia et les droits démocratiques fondant de plus en plus la citoyenneté dans le monde.

Il est incroyable, dans ces conditions, que d’aucuns, en France, et au gouvernement, aient réussi à mettre en cause la loi du 5 février 2005, pour "apaiser les tensions", alors que, ce faisant, ils les attisaient encore plus, puisqu’elles sont fomentées par tous ceux qui refusent l’intégration dans le "système" (dit "néo-liberal", pour faire mode) pour les uns (résidus gauchistes ayant aujourd’hui pignon sur rue dans les médias et les universités), système "occidental" pour les autres, remettant en cause les "valeurs" et "l’identité arabe", "islamique", "noire", autant de crispations en réalité, de nostalgie, refusant de concevoir que les traditions culturelles spécifiques évoluent, se nourrissent les unes les autres, se transforment, au lieu d’être pétrifiées dans une espèce de culturalisme grand-papa : " Que voulez-vous, ce sont des musulmans, ce n’est pas leur culture "...

Il est en fait risible d’observer les mêmes individus, qui se sont battu contre l’immobilité, le fixisme, les "valeurs bourgeoises", soutenir aujourd’hui mordicus les revendications identitaires visant à figer une fois pour toutes la condition humaine et ses singularités sexuelles et individuelles dans un moule civilisationnel refusant toute autre innovation que celles inscrites dans un livre écrit il y a treize siècles, ou dans les coutumes ancestrales.

Cette réaction, là, n’est pas dénoncée, sinon par quelques vagues critiques sur "la tentation obscurantiste" mais qui ne vont pas au fond, parce qu’elles ne voient pas que ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’avenir de la liberté. C’est-à-dire le devenir de la civilisation démocratique techno-urbanisée, avec ses différences culturelles, nécessaires, mais non suffisantes à elles seules pour penser l’interaction actuelle du devenir mondial, et ceci dans toutes ses dimensions.

Il est dommage que le débat en France et dans le monde en soit réduit à cela, au degré zéro de l’analyse, diabolisant sans cesse l’Occident, au lieu de percevoir aussi en lui un même que soi, qui a été cependant la seule civilisation à se remettre en cause, comme le dit si bien Pascal Bruckner dans son dernier ouvrage, La tyrannie de la pénitence (Grasset).


Réagissez à l'article

354 réactions à cet article

  • tal (---.---.---.9) 16 octobre 2006 11:06

    Encore !Décidément...Si Agoravox reste encore qelques mois dans cette veine raccoleuse, je ne donne pas cher de son avenir. C’est de plus en plus avec ce genre de theme, une copie des Forums de partout et nulle part du style « MSN Libres Propos », ou l’on bouffe du maghrébin, du noir et du métèque à longueur de temps. Pfffff !!!!

    Puisque c’est ainsi, je replace ici mon papier déja sorti sur un autre fil.Pfffff !!!!!

    Venons en à « La Tyrannie de la Pénitence » Pascal Bruckhner , assurément un personnage attachant,Tout à la fois ,écrivain-philosophe,éssayiste et avant tout polémiste Se distinguant surtout par un anticonformisme , mais qui n’est que de façade.J’ai eu le privilège d’un échange de correspondance avec lui, suite a un article qu’il avait publié dans le monde. A ma grande surprise il m’avait alors adréssé une réponse écrite (manuscrite !)à laquelle je dois l’avouer été sensible.J’ai vu dans cette attention, les marques d’un esprit bien élevé. Dans ce fil, Zen a dit, qu’après, il pensait que Bruckhner avait une reveanche a prendre, c’est aussi mon sentiment, étant familier de ses oeuvres. Sa référence c’est l’Amérique,Il déteste la vieille Europe, et le fait savoir en toutes occasions. Cet ouvrage s’inscrit dans la nature pamphlétaire du personnage.

    C’est la raison pour laquelle après la lecture de la « Tyrannie de la pénitence », j’ai décidé trivialement parlant, « de me le faire ! »

    Tout au long de cet ouvrage, il balance entre réalisme et surréalisme, aphorisme et baliverne, vérités et contre-vérités ou mensonges. Le tout devant servir a nous persuader,de notre (ceci),a nous faire prendre conscience de (cela).C’est une psychanalise à la hussarde.Le temps presse,alors pour le besoin, il n’hésite pas a faire appel a Freud,afin de mieux nous convaincre de notre névrose.

    « Nous le savons depuis Freud, le masochisme n’est qu’un sadisme inversé... » Partant sur l’analyse d’un comportement de groupe érigé par lui en fait social majeur,ce genre de raccourci , venant d’une personne aussi cultivé que l’est Pascal Bruckhner, en dit long sur les intentions de l’auteur.

    Des passages d’une grande lucidité :

    « La terible présomption de ce cri : »Nous sommes civilisés « a trop longtemps signifié, à l’époque de l’outre-Mer :  »nous vous sommes supérieurs« .Le système colonial, ne pouvait manquer de dégénérer en ségrégation »

    Ou encore

    « passer le Coran au crible de la raison herméneutique, supprimer les versets douteux sur les juifs, les chrétiens, les homosexuels... »

    Concernant la bible, est-il certain que cela a été fait ? Sodome et gomorrhe, Noé et la malédiction de Cham ancêtre de la race noire, la bible en a-t-elle été expurgée ?

    Suit plus loin (Page 57), un developpement savoureux, sur les notions de remord et repentir,que je recommande tout particulièrement . Ces lignes traduisent bien la contradiction dans laquelle se trouvent enfermés Brukhner , Finkielkraut et consor, au regard de leur propore communauté. Car qu’on ne s’y trompe pas,des ouvrages tels que : « La défaite de la pensée » (Finkielkraut), « Le sanglot de l’homme blanc », « La Tyrannie de la Pénitence » (Brukhner) sont avant tout des ouvrages destinés a déculpabiliser l’occidental, le blanc vis ) vis des peuples du tiers-monde (des métèques),a lui redonner confiance en lui dans ce domaine et rien que dans ce domaine...

    Pour les besoins de la cause, il se fait l’écho des propos les plus insensés , des opinions les plus irrationelles sur une prétendue responsabilité d’Israël dans la propagation du Sida en Afrique, ou sa responsabilité dans le Tsunami en Asie.J’en passe et des meilleurs.Même s’il n’a jamais eu connaissance de telles inepties,il les invente, pour conforter sa thèse d’une hostilité viscérale du tiers-monde Islamo-Africain a l’égard de l’occident blanc et de leur antisémitisme concomitant. Il faut savoir aussi que Brukhner comme Finkielkraut, se reconnaissent comme des militants sionistes actifs, et ce sont eux , en accord avec d’autres « élites » qui ont énoncé la célebre équivalence " anti-sioniste=anti-sémite.

    En conclusion, de contre vérités, de lieux communs de suppositioins, de procès d’intentions,d’affirmations gratuites et souvent invérifiables, habillés de quelques vérités, qui se mêlent et s’entrechoquent tout au long du livre dans le bût de stigmatiser une certaine catégorie de la population. Ce n’est pas un éssai critique, même pas un pamphlet, c’est une diatribe comme Brukhner en a le secret.

    Au vu de ce que nous montrent les média, et ce que l’on entend dire par l’homme de la rue, ce n’est pas l’occident (Europe-Usa) mais plutôt le Tiers-monde qui est présenté et (pire !) perçu comme le monde des ténèbres,axe du mal, veritable pandémonium.

    Messieurs Finkielkraut et Brukhner sont spécialistes en déconditionnement et déculpabilisation du Blanc occidental.C’est auto-investis de cette mission , qu’ils ont entrepris de déculpabiliser « le bon et brave » européen et surtout Français, à qui la communauté spirituelle de ces deux déconditionneurs a pourtant longtemps fait battre leur coulpe sur la question de l’antisémitisme.

    Pour « déculpabiliser et déconditionner » ils leur adresse le méssage suivant :

    « vous n’êtes pas racistes et encore moins antisémites, nous le savons bien.Vous êtes purgés de ces démons ,vous nous acceptez maintenant comme de vrais européens ,des »blancs".Votre repentir est total et sincère et pour preuve, vous communiez chaque année avec nous dans le souvenir de la Shoah. Nous savons que désormais l’ennemi ce n’est pas vous, mais les noirs et particulierement les Antillais., qui avec leurs sacrées revendications mémorielles, nous ont associent nous juifs à cette sale affaire de l’esclavage. Alors nous allons entreprendre de les neutraliser , en banalisant le fait exclavagiste,et par là-même en discréditant la communauté antillaise, et nous garderons ainsi l’exclusivité de mémoire souffrante , avec les avantages que cela comporte depuis 60 ans. "

    Et Finkielkraut de lacher sur les antennes et dans la presse, de temps en temps, ses petites phrases assassines du genre " Les antillais ?! Ah, Ces assistés de la République !!!

    De la même famille que les victimes expiatoires traditionnelles en Europe,ces « penseurs » sont devenus au travers de leurs écrits, des chassseurs redoutables, ayant appris de d’autres, la manière de lever la gibier.. Ainsi bien que fils, petit fils, arrière petit fils de ceux qui eurent a souffrir de la barbarie, ils affichent désormais des idées en parfaite adéquation avec les mouvements de droite et, d’extrême droite européenne.Leurs écrits sont une sorte de faire valoir destiné a s’attirer la sympathie des ennemis d’hier, et exorciser un antisémitisme qu’ils préssentent toujours larvé en occident

    • Courouve (---.---.---.156) 16 octobre 2006 11:32
      Senatus populusque (Courouve)

      Point de Godwin atteint !

    • olivier (---.---.---.136) 16 octobre 2006 14:17

      Un point godwin au premier commentaire c’est fort. Et puis le commentaire plus long que l’article c’est vraiment que du bon ! Un lien aurait suffit.

      Monsieur, si vous pensez que le niveau baisse (ce qui reste a voir), peut etre est-ce la faute a des commentaires comme le votre.

    • tal (---.---.---.9) 16 octobre 2006 15:13

      Loi de Godwin Wikipédia, l’encyclopédie libre.

      « Mike GodwinLa loi de Godwin est une extension du Reductio ad Hitlerum faisant partie du folklore Usenet. citation originale : »

      « As a Usenet discussion grows longer, the probability of a comparison involving Nazis or Hitler approaches 1. »

      Pensez vous sérieusement qu’une discusion portant sur les écrits de Brukhner,et accèssoirement de Finkielkraut qui en est un alter ego, puisse entrer dans loi de Godwin.

      Quelle affreuse comparaison ! Et asurément peu flatteuse pour eux...

    • tal (---.---.---.9) 16 octobre 2006 18:08

      @ Olivier

      « Un point godwin au premier commentaire c’est fort. Et puis le commentaire plus long que l’article c’est vraiment que du bon ! Un lien aurait suffit. » (olivier)

      Il y avait les spécialistes en détection des trolls, maintenant voici venu le temps des adeptes de la loi de godwin Assurément le net cultive !

      Mea culpa, car je manie les liens avec parcimonie, rien de plus facile pour l’auteur mais de plus pénible pour le lecteur dans les echanges sur la toile. Par ailleurs, existe-t-il une loi écrite en ce domaine ?

      Un bon point cependant pour la première remarque.Mon texte à vue d’oeil doit probablement faire 5 ou 6 lignes de plus que celui de l’auteur. Compliments ! Toutefois, la pertinence de vos autres remarques ne me semble pas à la hauteur de votre acuité visuelle, et de vos dons arithmétiques.

      « Monsieur, si vous pensez que le niveau baisse (ce qui reste a voir), peut etre est-ce la faute a des commentaires comme le votre » (olivier)

      Maintenant que vous entrepreniez de penser ce que je pense, la c’est une autre affaire !

      Je n’ai jamais prétendu que le niveau baissait sur Agoravox, encore que le fait d’être amené a... vous faire réponse, me conduit a m’interroger.J’ai dit que ce genre de sujet récurrent( invitation a bouffer du Maghrébin, du Noir et du Métèque), risquait de compromettre l’avenir de ce type de média. C’est tout !

      Que mes commentaires ne vous conviennent pas, voir même vous indisposent,( je crois en deviner la raison...), j’en conviens volontiers,entendu que ni vous ni moi ne détenons l’absolue vérité.

      Bien à vous

      Tal

    • (---.---.---.15) 16 octobre 2006 23:12

      Bis repetita. Tal, l’article de cette page n’a rien à voir avec l’antisémitisme, même si c’est votre dada à vous et Bruckner. Je n’ai pas de conclusion à tirer de vos propos, je m’en fous. Je suis seulement irrité que vous vampirisiez le sujet.

      Bah, après tout, si ça vous défoule, allez y, partez encore sur votre dada pour un petit galop supplémentaire...

      Am.

    • tal (---.---.---.185) 17 octobre 2006 16:17

      @ IP:xxx.x28.162.15) le 16 octobre 2006 à 23H12

      « Je n’ai pas de conclusion à tirer de vos propos, je m’en fous. » ***********************************************************

      Tal : réciproquement !

      Je suis seulement irrité que vous vampirisiez le sujet. ***********************************************************

      Tal : Selon vous ? alors zappez !

  • zen (---.---.---.224) 16 octobre 2006 11:24
    ZEN

    Encore un auteur qui n’as pas regardé de près l’histoire de la colonisation algérienne, qui n’en retient que quelques détails en travestissant certains faits (la scolarisation généralisée, par ex) pour défendre avantageusement une thèse en vogue trop connue. C’est Cambronne qui va être content, qui va répétant :« Vive la Coloniale ! »

  • (---.---.---.54) 16 octobre 2006 11:29

    moi je m’en fous du bilan de la colonisation, je voudrais juste pouvoir aller en Algérie.

    Quand est-ce que les algériens arrêteront leurs conneries et recommenceront à nous laisser aller en Algérie ? smiley

  • (---.---.---.15) 16 octobre 2006 11:34

    Encore, oui, encore... Même qu’en Algérie les coqs réussissaient à chanter « Cocorico !... » comme tous les bons représentants de la race humaine..

    D’un autre côté, la réponse de Tal est lamentable aussi. Un tel article ne permet aucun dialogue.

    8 mai 1945, c’est la date de la rupture. Elle est consommée, plus besoin de s’y attarder, hormis dans des débats d’historien. Passons à autre chose.

    Am.

    • tal (---.---.---.9) 16 octobre 2006 12:59

      @ IP...2816215

      vous dites :

      « D’un autre côté, la réponse de Tal est lamentable aussi. »

      Qu’à cela ne tienne ! Alors développez,argumentez et on verra...

      Ce point de vue(le mien) sur le sujet , est peut-être moins minoritaire dans l’opinion que vous n’aimeriez le supposer.

      Il est vrai que l’on peut avoir raison contre tout le monde, ou...tort !

      Amclmt

      Tal

    • (---.---.---.15) 16 octobre 2006 13:25

      Tal, l’antisémitisme n’a rien à voir avec le sujet de l’article, vous ne faites que vampiriser le sujet pour exploiter un thème qui semble vous être cher. D’ailleurs vous le dites vous-même, vous n’avez fait que placer ici un texte écrit dans un autre contexte.

      Je retiens tout de même de vos propos une phrase tout à fait juste :

      « Nous sommes civilisés » a trop longtemps signifié, à l’époque de l’outre-Mer : « nous vous sommes supérieurs ».

      Am.

    • tal (---.---.---.9) 16 octobre 2006 19:06

      @IP:xxx.x28.162.15

      " Tal, l’antisémitisme n’a rien à voir avec le sujet de l’article, vous ne faites que vampiriser le sujet pour exploiter un thème qui semble vous être cher. D’ailleurs vous le dites vous-même, vous n’avez fait que placer ici un texte écrit dans un autre contexte.( Am ) IP:xxx.x28.162.15 Je retiens tout de même de vos propos une phrase tout à fait juste : « Nous sommes civilisés » a trop longtemps signifié, à l’époque de l’outre-Mer : « nous vous sommes supérieurs » **************************************************************************************

      Vous plaisantez je suppose. Il se trouve que vous vous adréssez a quelqu’un qui a lu et bien lu l’ouvrage de Brukhner dont il est fait référence par l’auteur de l’article du présent fil. «  diabolisant sans cesse l’Occident, au lieu de percevoir aussi en lui un même que soi, qui a été cependant la seule civilisation à se remettre en cause, comme le dit si bien Pascal Bruckner dans son dernier ouvrage, La tyrannie de la pénitence (Grasset ) » Oseriez vous prétendre si vous avez lu cet ouvrage, que Brukhner n’aborde pas encore comme toujours dans ses ouvrages, la question de l’antisémitisme ? Il ne fait même que ça, de parler du sionisme, de l’antisémitisme, du conflit Israélo-Palestinien, développant , argumentant, justifiant ceci, condamnant cela, en s’appuyant sur les exemples les plus percutants, les plus fantasques , mais aussi les plus vrais parfois.

      Lisez d’abord le livre et vous verrez ensuite, si comme vous le prétendez un peu rapidement, que le fait de batir une réponse incluant l’antisémitisme,est dans tel fil « vampiriser le sujet » Oui ce thème m’est cher, et pourquoi ne me le serait-il pas ? Je ne peux pas faire partie de ces minorités nationales qui ont aussi leur mot à dire sur la question ? Faut-il être Arabe, musulman(blanc ou noir) palestinien, Israëlien, Africain,Juif, Catholique, adèpte de la tribu Ka, Frontiste, Dieudoniste ou que sai-je encore, pour être autorisé a donner son point de vue sur ces questions ? Je ne suis rien de tout cela, mais je fais partie d’une catégorie de gens qui malgré tout ont des choses a dire telles qu’il les pense Ce sujet ayant déja été débattu dans un autre fil sur Agoravox, j’ai estimé devoir répéter ce que j’ai écrit sur le sujet, car mon opinion n’a pas changé en 48 h. Asujet récurrent, réponse récurrente c’est tout !

      Quant a la phrase que vous mettez à mon crédit, elle n’est pas de moi mais de Brukhner que je citait.Rendons donc à César... Alors faites de mes écrits l’interprétation que vous voudrez, d’avance je sais d’avance sans coup férir, les conclusions que vous en tirerez...elles sont elles aussi invariables et récurrentes. C’est votre affaire !

      Tal

  • aebc (---.---.---.147) 16 octobre 2006 11:44

    Je suis inquièt à la lecture de cet article... Le cynisme de certains « penseurs » me désole de plus en plus... A qui voulez vous faire croire que les colonisations et les asservissements de l’Homme par l’Homme (ou par qui ou quoi que ce soit) puissent être de bonnes choses.... Regarez 2 secondes ce que sont devenus les colonisateurs et les colonisés et osez encore nous écrire qu’il y a eu un semblant d’égalité entre eux....

  • zen (---.---.---.224) 16 octobre 2006 11:53
    ZEN

    « ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est l’avenir de la liberté. C’est-à-dire le devenir de la civilisation démocratique techno-urbanisée, avec ses différences culturelles, nécessaires, mais non suffisantes à elles seules pour penser l’interaction actuelle du devenir mondial, et ceci dans toutes ses dimensions. »

    J’aimerais bien que l’auteur m’explique ce qu’il entend par ce charabia...

  • Zen (---.---.---.115) 16 octobre 2006 11:57

    Pour comprendre l’Algérie d’aujourd’hui, regarder ces 2 extraits de vidéos gratuits :

    i) L’avenir des jeunes algériens algériens

    ii) Meurtres entre amis

    • ZEN (---.---.---.78) 16 octobre 2006 12:44
      ZEN

      @ TOUS

      ATTENTION !

      Ce faux zen (ou nez) est un usurpateur.Vérifiez l’adresse : par Zen (IP:xxx.x02.161.115) le 16 octobre 2006 à 11H57

      Le vrai ZEN

    • ZEN (---.---.---.78) 16 octobre 2006 12:51
      ZEN

      @ Agoravox, la rédaction

      Faites quelque chose pour éviter l’intervention de ce faux zen, qui, pour la troisième fois au moins, se fait passer grossièrement pour ce qu’il n’est pas...Merci !

    • ZEN (---.---.---.78) 16 octobre 2006 12:59
      ZEN

      Cet article, à prétention historique ,est en fait une provocation, un grossier brûlot jeté pour causer le maximum de polémiques et de confusions ..D’ailleurs l’auteur n’intervient jamais en cours de commentaires..

      Donc, ne tombons pas dans le piège...

  • zaâma ! (---.---.---.96) 16 octobre 2006 12:04

    Bravo Lucien !

    Le discours gôcho s’essouffle et les ex-colonisés en ont ras-le-bol de la démagogie pré-électorale ! Bien à toi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès