Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Le collectif Condorcet sur trois fronts

Le collectif Condorcet sur trois fronts

Rythmes scolaires à l'école, réforme du collège, réforme Chatel du lycée. Tout est à revoir et refaire. Il faut réinstituer l'école républicaine et retrouver les idéaux fondateurs d'un Condorcet. Il faut faire le pari de l'égalité, de la haute-culture, de la transmission. Il faut faire cesser la malbouffe scolaire et se donner les moyens de la qualité. L'enjeu est de civilisation. L'école de l"employabilité" ne passera pas par le collectif Condorcet.

Les Indomptés-Collectif Condorcet entendent lutter sur les trois fronts : école primaire, collège, lycée. Tout se tient en effet. On a affaire à travers les réformes successives, à tous les niveaux, à une liquidation de l'école républicaine et une baisse de l'offre publique d'instruction et d'éducation.
 

Sous couvert de « pédagogie », l'État ne fait que des économies au détriment des élèves et des professeurs. D'ici quelques années, par exemple, grâce à la fin totale du redoublement, l'État gagnera 2 milliards par an (pour mémoire le budget actuel est d'à peu près 64 milliards par an). Avec la suppression au collège de l'option découverte professionnelle, des sections bilangues et européennes, du latin-grec et la diminution des heures de cours, plus de 700 millions d'euros d'économies seront réalisés par an...

Les réformes (sous des gouvernements de droite ou de "gauche") sont menées de façon assez perverse, par tranches successives, de sorte que les enseignants ne soient pas soudés dans la révolte. Toutes sortes de fumigènes sont également épandues pour brouiller la vue ou faire diversion. Il s'agit évidemment de détourner l'attention de l'opinion publique vers des problèmes annexes (on ne va tout de même pas vous embêter avec la maîtrise de la langue ou des mathématiques par nos élèves), de faire du storytelling médiatique (stratégie de communication des entreprises en temps de crise...). Si vous voulez comprendre comment le marketing politique fonctionne désormais, lisez par exemple "storytelling" et "spin doctor" sur l'encyclopédie wikipédia. La démocratie ultra moderne, à l'américaine, suppose qu'on ballade la masse électorale avec les ficelles du spectacle.

L' « avantage » de la France, c'est qu'à la manipulation parfois grossière s'ajoute aussi l'idéologie un peu folle, l'absence totale de pragmatisme, la torsion des faits et le refus total de la prise en compte du réel... Sans parler du rejet par le mépris de ce que pense l'immense majorité des acteurs de terrain, sûrement insuffisamment « experts »...

Le professeur des écoles interrogé à la télévision sur les chaînes dominantes qui servent la soupe au pouvoir en place vous dira : "La réforme des rythmes scolaires, c'est fantastique, c'est merveilleux !" Que 80% de la profession s'accorde à trouver que c'est l'inverse est un point de détail qu'il conviendra d'escamoter, de même que la protestation des maires ou des contribuables locaux. Les "gilets jaunes" n'existent que dans la presse locale. On donne la parole à la partie acquiescante et enthousiaste pour leurrer les parents. Toute ressemblance avec ce qu'on a pu voir dans des pays totalitaires utilisant les méthodes de la propagande la plus vile... serait non seulement justifiée mais risquerait même de rester bien en-deçà de ce qu'on voit en regardant, interloqué, le journal d'un Pujadas.

Ce qui a eu lieu n'existe pas (ou si peu) et ce qui n'a pas eu lieu peut faire événement. Les enseignants n'intéressent personne et quand on en interroge un, il doit entrer dans la communication ministérielle le plus étroitement possible pour ne pas entraver la bonne marche des réformes ou réveiller l'esprit critique des parents, pourtant pleins de bon sens.

La réforme des rythmes scolaires à l'école primaire est à classer parmi les fumigènes (on cache des considérations pas forcément très nobles et on s'évite de traiter les vrais problèmes de l'école) mais de ceux qui risquent en plus de s'avérer hautement toxiques à inhaler. Les fumigènescancérigènes qui devraient très bien permettre à l'école d'aller encore un peu plus mal qu'elle ne va...

J'ai interrogé deux professeurs des écoles, Céline Fabre et Nicole Droitcourt (membres du collectif Condorcet) très en pointe dans la lutte contre la réforme des rythmes scolaires. Nicole Droitcourt a aussi été directrice d'école. Voici à peu près ce qu'elles m'ont expliqué :
 

Enseignants, parents, acteurs et observateurs de l’école publique et laïque, nous savions tous que la réforme des collèges allait faire « tousser » plus d’un prof du secondaire.

Et pour cause !

Tout ce qui se vit actuellement dans les collèges a déjà été expérimenté dans les lycées (sans améliorations) et rappelle étrangement les désagréments vécus dans le primaire.

En effet, depuis deux ans pour tous et même trois ans pour certains petits chanceux, nous vivons la fabuleuse aventure de la réforme des rythmes scolaires.

Afin de révolutionner les apprentissages et d'apporter l’égalité à tous les petits écoliers français, le ministre fraîchement débarqué à l’Education Nationale, M. Peillon, pensait qu’il fallait ABSOLUMENTchanger le rythme scolaire et mettre en place des Activités Périscolaires (appelées TAP puis NAP puis AP…) sur le temps dégagé.

Aussi le 24 janvier 2013, par décret (non débattu à l’Assemblée) et malgré l’avis négatif du Conseil Supérieur de l’Education, la réforme voit le jour.

Désormais nos petites têtes blondes étudieront moins longtemps l’après-midi et iront en classe le mercredi matin pour compenser.

Mais comme les parents n'ont pas de don d'ubiquité qui permettrait de travailler tout en venant chercher leur progéniture plus tôt dans la journée, les enfants resteront à l’école pour pratiquer desactivités, gérées et financées par les mairies (3 heures par semaine).

Soit un passage de 4 jours à 4,5 jours d’école par semaine pour un même nombre d’heures de cours (24 heures) auquel s’ajoutent des activités périscolaires de qualités variées en fonction des possibilités des collectivités.

Notons que cette mesure n’est obligatoire que pour les écoles publiques.

Les maires n’ont eu d’autre choix que d’appliquer la loi (plus précisément, le décret passé en force, sans la moindre concertation : tiens, tiens encore un décret) et se retrouvent aujourd’hui avec une facture d’un milliard d’euros pour des activités satisfaisantes dans quelques communes ayant les moyens et pour de la garderie dans toutes celles qui ne peuvent pas faire autrement (voire ni l'un ni l'autre puisque le décret le permet).

Nous passerons rapidement sur la mise en œuvre chaotique de cette nouvelle « expérimentation » dans l’urgence. Car, il fallait aller vite, très vite.

Nous allons donc passer directement au bilan de cette réforme (on attend avec impatience les rapports d’évaluation que Mme la Ministre nous a promis …) car la réalité est qu’elle n’atteint nullement ses objectifs : les enfants n’apprennent pas mieux et, en favorisant une territorialisation de l’Ecole, les inégalités augmentent.

Les enfants sont moins disponibles pour les apprentissages, ils sont fatigués, déboussolés, dans un contexte où se mélangent les repères, les intervenants, les règles…

Ne parlons pas des enfants de maternelle, pour qui cette réforme est complètement inadaptée et encore moins des élèves handicapés, qui eux ont été carrément exclus de la mise en œuvre de la réforme (leurs AVS ne restent pas sur les temps d'activités).

Les parents d’élèves subissent et font comme ils peuvent pour se débrouiller avec des horaires et des emplois du temps fluctuants d’une école à l’autre, d’un jour sur l’autre. Et, cerise sur le gâteau, ils doivent payer (directement ou via une augmentation des impôts locaux) pour des activités périscolaires qu’ils n’ont pas demandées.

Les enseignants (relayés par leurs syndicats ….ou pas !) expriment leur exaspération et n’arrivent toujours pas à apprécier le bien-fondé de cette réforme : 74% estiment qu’elle a un effet négatif sur les apprentissages !

Surdité de la ministre.

Les animateurs, les ATSEM , les aides-éducateurs, sous payés , pas ou peu formés, ne comprennent plus leur rôle au sein de la communauté éducative et ne peuvent exercer leur métier dans de bonnes conditions.

Surdité de la Ministre.

Des chronobiologistes, favorables au début, se rendent compte aujourd’hui que la réforme a été dévoyée de ses objectifs, en particulier lorsque l’on regroupe les activités sur le vendredi après-midi (possibilité offerte par le décret Hamon le 8 mai 2014 pour "assouplir" la réforme) et avec ce curieux découpage de l’année scolaire obéissant au lobbying de l’industrie du tourisme.

Surdité de la Ministre.

De plus, par un effet de vases communicants, les budgets alloués à cette réforme par les collectivités territoriales ne sont plus disponibles pour d’autres priorités (entretien des locauxassociations culturelles et sportives, voirie, sorties scolaires, festivals…).

Tout (ou presque) a été tenté pour faire comprendre que cette réforme était inégalitaire, inutile, coûteuse voire dangereuse : actions, manifestations, pétitions, courriers aux élus, à la Ministre … aucun résultat ! Madame la ministre n’a pas daigné recevoir ni même entendre tous ceux qui subissent cette réforme au quotidien.

Surdité de la ministre.

Ah non ! Erreur ! Madame la Ministre a reçu les syndicats et organisations de parents d’élèves (soi-disant majoritaires), mais qui, curieusement, sont favorables à la réforme. Elle s’est également appuyée sur des rapports des Inspecteurs d’Académie qui, étrangement, n’ont jamais envoyé d’enquêtes au sein des écoles.

Et pourtant, l’exaspération ne faiblit pas, elle s’accroît même avec la réforme des collèges qui poursuit les même lignes : territorialisation de l’Education, savoirs remplacés par des animations, nivellement par le bas...

Non, madame la Ministre, ne croyez pas que la partie soit gagnée !

Nous sommes de plus en plus nombreux à trouver que ce mot est le seul qui exprime notre ressentiment : ABROGATION !
 

Pour signer EN URGENCE la pétition et lire l'Appel national pour sauver l'école : ICI
Appel dans le Figaro  
Appel dans l'Humanité 
Agoravox 

Parents, Étudiants, Enseignants, Citoyens,
Bienvenue sur le site qui décode la réforme du collège
 : Réforme du collège 2016 en clair

Contact Les Indomptés-Collectif Condorcet :
Collectif.condorcet@gmail.com
Page facebook 

 

Quelques articles d’ A. Desjardins :

Figaro 9/11/2015 Réforme du collège, l'opposition doit continuer 
Causeur 6/01/2016 Le latin, discipline de l'esprit
Causeur 1/02/2016 Reformatio delenda est 
Marianne 10/6/15 "Les sciences de l'éducassion m'a tueR"
Marianne 28/5/15 Ce n'est pas l'élève qui est au centre, mais le vide !
Marianne 15/5/15 Et si un ministre de l'éducation


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


    • Crab2 15 février 17:31


      La religion avant l’école

      Nos valeurs et systèmes de laïcité, libertés publiques, égalité femmes-hommes sont l’ennemi prioritaire

      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/02/la-religion-avant-lecole.html

      .

      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/02/09/la-religion-avant-l-ecole-5757507.html


      • Jason Jason 15 février 19:10


        Mon pauvre Monsieur, vous vous battez contre des moulins à vent ! Ca fait bientôt 50 ans que je vois des rentrées scolaires houleuses et des manifs à tout bout de champ, des grêves en veux-tu en voilà, et ça ne change rien.

        Remettons l’EN à plat, fermons les syndicats et rebatissons-les sur une base moins corporatiste, décentralisons à outrance, expérimentons autant que nécessaire, et enlevons aux fonctionnaire de cette branche sclérosée le droit de faire grêve jusqu’à ce qu’ils le méritent.

        Alors, et alors seulement, on y verra plus clair. Tout le reste n’est que littérature...


        • tf1Groupie 16 février 13:16

          @Jason

          Certes, mais attention : il est possible qu’au sein du Collectif Condorcet vous trouviez certaines tendances corporatistes, voire des syndicalistes.


        • Jason Jason 16 février 13:43

          @tf1Groupie

          Sans doute, mais ce n’est pas a eux qu’il faudra demander de changer quoi que ce soit.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 février 21:51

          à l’auteur,
          Le but de tout ce bastringue, c’est de privatiser les services publics, dont l’ école .
          Commission européenne, il faut privatiser les services publics, « réformes structurelles indispensables », qu’ils disent.


          Et comment faire avaler cela aux parents et aux enseignants ?
          En déglinguant l’école, jusqu’au moment où le gouvernement proposera la privatisation.
          La méthode est expliquée depuis 1996 par l’ OCDE.

          Seule la sortie de l’ UE peut préserver l’école publique, bouge-vous, ça urge !

          • lsga lsga 15 février 23:03

            L’éducation nationale est une éducation nationaliste, qui enseigne aux gamins la soumission à l’État bourgeois et à sa bureaucratie. Les gamins des cités, dans leurs émeutes, brûlent les écoles : ils ont compris.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 février 10:31

              @lsga
              Votre passion pour la mondialisation est sûrement la preuve de ce que vous avancez ...


            • sarcastelle 16 février 09:56

              L’école républicaine avec les comportements républicains, pour parler de l’école publique et des comportements civiques, a quelque chose de lassant dans son emphase. Un élève de l’école publique a le droit d’être royaliste.Ce vocabulaire ampoulé doit amuser nos voisins belges, anglais, espagnols, dont le régime politique est pourtant compatible avec l’adhésion à l’UE, et qui doivent penser que nous ne savons pas nous représenter autrement que coiffés du bonnet phrygien et portant des têtes sur des piques. 


              Et qu’est-ce qu’on va faire de l’école pas républicaine ? smiley

              • tf1Groupie 16 février 13:15

                Un article assez confus.

                Vous mélangez réforme des rythmes scolaires, en Primaire, avec la réforme du Collège.


                • franc 18 février 01:40

                  d’accord avec l’auteur et la teneur de l’article

                  -

                  il faut abroger cette réforme insensée des rythmes scolaires qui fatiguent les enfants autant et m^me plusque les parents,qui coûte inutilement cher et et détruit l’école républicaine .


                  • chantecler chantecler 22 février 05:17

                    Je partage quelque peu votre avis

                    Tout est fait ou a été fait pour rendre l’école inopérante , insupportable et ridicule .
                    A croire que cet ancien symbole de la république , avec son corollaire démocratique, est devenu une cible .
                     smiley
                    Mais comme , il a été mentionné plus haut , « droite » et « gauche » se sont relayées depuis bien longtemps , les années 80 , avec l’extrême influence des néolibéraux dans nos sociétés , et les dictats de l’UE pour la mettre à genoux .

                    Et je ne compte ni sur « cette droite , ni sur cette gauche » de gouvernement , alternantes , ni sur le FN naturellement , pour remédier à cet état de choses , d’autant que dans notre système les états ont de moins en moins de moyens à consacrer .
                    A défaut de réformes structurelles profondes ,de redéfinition des valeurs de l’école , nous observons du trompe l’oeil , du saupoudrage et du bricolage, histoire de dissimuler la misère et les véritables intentions et enjeux .
                    Dans tous les cas , les élèves issus des classes populaires sont perdants .
                    Et rencontrerons d’autant plus de difficultés pour « réussir » leur vie ensuite .
                    L’égalité a été cassée .
                    Comme l’emploi .

                    Quant aux enseignants ils ont appris, entre autre grâce à sieur Cl. Allègre , et les spécialistes issus des sciences de l’éducation , IUFM , avec quelle estime ils sont considérés sous tous les angles par nos dirigeants et leurs ministère .
                     smiley
                    Bref ça sent le scandale et la faillite .


                    • Shawford Shawford 22 février 05:23

                      @chante toujours pas clearance ( smiley ( smiley ? ) )

                      Mais t’es là et c’est tout ce qui compte en l’état, bonne journée l’ami smiley

                      PS : je fais moi même un pitit cocorico junk price, mais au moins avec un peu moins de vague à l’âme


                    • chantecler chantecler 22 février 07:39

                      @Shawford
                      Salut chaw chaw ,
                      J’ai le sentiment à lire tes commentaires envahissants et décousus , que tu es en plein état maniaque .
                      Tu devrais consulter avant la cata .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès