• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Le Ministre tchèque refuse un vaccin H1N1 qui pourrait causer la (...)

Le Ministre tchèque refuse un vaccin H1N1 qui pourrait causer la mort

Décidément, si tant est que les dirigeants de la firme Baxter soient au-dessus de tout soupçon, ils seraient en droit de se demander s’ils ne sont pas maudits. Leur laboratoire est suspecté de multiples malversations, notamment d’avoir livré des vaccins contaminés en 2008. Sur le Net circulent des rumeurs de conspiration mondiale. Les élites se prépareraient à exterminer une partie de la population mondiale en prenant appui sur cette pandémie de grippe qui aurait été fabriquée pour pratiquer une vaccination forcée des gens. Et voilà maintenant que Baxter est encore en ligne de mire des informations alternatives. Cette fois, la nouvelle est partie de CTK, une agence de presse tchèque et anglophone. Le ministre de la Santé tchèque a cessé pour l’instant les négociations avec la firme Baxter pour un motif précis. Ce laboratoire n’a pas pu garantir qu’il livrerait un vaccin homologué par la communauté européenne. L’information n’a pas de quoi faire un buzz. Cette décision entre parfaitement dans les prérogatives d’un responsable de santé. Et fait partie de la routine ordinaire en la matière. Des centaines de produits à visée thérapeutique sont logés à la même enseigne. Et chaque pays dispose de ses propres normes d’homologation. Les professionnels de la pharmacie savent pertinemment qu’entre la découverte d’un principe actif et la mise sur le marché du produit, c’est carrément le parcours du combattant. Une série de quatre phases pouvant durer près de dix ans. Marek Snajdr, le ministre de la Santé, évoque également dans une autre dépêche la dangerosité du vaccin, avec des effets secondaires et un risque de décès. Rien de bien scandaleux, dans un sens ou dans un autre. Qu’un produit fabriqué dans l’urgence soit suspecté de ne pas répondre aux critères d’innocuité en vigueur relève du bon sens. Qu’un responsable de santé parle au nom du principe de précaution est tout à fait légitime. Mais cela ne justifie pas qu’on accuse de tous les maux un laboratoire dont le bon sens démocratique invite à pratiquer la présomption d’innocence. C’est la base même de l’Etat de droit. Un citoyen comme une entreprise a le droit à cette présomption mais lorsqu’il y a un délit, la machine judiciaire doit se mettre en ordre de fonctionnement. C’est sans doute ce que craint le laboratoire Baxter qui n’a aucun intérêt à rester dans la partie en vertu du calcul coût bénéfice. En cas de procès, si la vaccination « tourne mal », les indemnisations risquent de créer un trou dans les profits. Le droit est complexe mais on peut penser qu’en répondant aux critères d’homologation, une firme pharmaceutique peut se prémunir contre des procès un peu trop coûteux. C’est une partie bien ordinaire qui se joue, et bien évidemment, avec son lot de parties de cache-cache, mais dans un contexte extraordinaire, celui de la panique de pandémie.

Une autre information sensible court sur le Net, sans pour autant être reprise par nos médias. Sans doute, étant protégés par cette Europe si stricte, nous ne craignons rien. Les vaccins seront homologués. Seront-ils garantis sans risque ? Ce n’est pas certain. Mais aux Etats-Unis, un petit détail a son importance. La ministre de la Santé Kathleen Sebelius a signé un décret garantissant une immunité juridique préservant les laboratoires pharmaceutiques de tout procès en cas de problème survenant au moment de la vaccination. Autre petit détail qui a son importance, les responsables fédéraux sont eux aussi inclus dans cette clause d’immunité juridique. Ce qui montre bien que l’opération H1N1 est du ressort des autorités sanitaires et politiques, bien plus que des labos qui se contentent de répondre à la demande en escomptant des profits juteux. L’éventualité d’effets secondaires et de cas de décès pouvant être liés au vaccins s’avère être un vrai cauchemar pour ce pays habitué aux pratiques procédurière. Les fabricants de cigarettes en savent quelque chose. Et Apple a intérêt à surveiller ses produits. Un Ipod qui explose et c’est une série de procès. En 1976, une campagne de vaccination contre la grippe fut menée aux Etats-Unis. Un contexte assez proche de celui de 2009. Un nouveau virus fut découvert. En fait, il s’agissait du H1N1 qui avait disparu pendant deux décennies et qui s’invita à la fête. Quant à sa nouveauté, à part qu’il soit du type H1N1 (c’est-à-dire banal puisque présent dans les épidémies saisonnières avant 1960 mais affublé d’un sigle qui fait peur car en 1918 c’était aussi un H1N1) les autorités ne pouvaient rien savoir puisque la technique de PCR n’existait pas, or elle est indispensable pour déterminer le profil génomique du virus. Toujours est-il que chacun a ses propres peurs. Le citoyen faisant confiance aux autorités a peur du virus H1N1, le citoyen qui doute craindra plus les effets secondaires de la vaccination. Laissons de côté les paranos du complot. Quant aux autorités, elles ont peur des procès. Les historiens peineront sans doute à démêler des entrelacs de ce théâtre ubuesque où se déroule le je te tiens par la barbichette. Un citoyen facétieux convoqué par le responsable de sa boîte pour parler vaccination lui lancera « Roselyne je te vois ! ». Pour conclure, la procédure d’immunité juridique décrétée aux Etats-Unis se comprend parfaitement. Mais d’un point de vue politique, c’est tout simplement un coup de canif à l’Etat de droit et l’antichambre vers une dictature sanitaire. Les plus sévères diront qu’il s’agit d’un nazisme sanitaire et face à un responsable de la Santé, ils s’exclameront « Eichmann je te vois ! »

Cette épisode de la pandémie de 2009 s’avère être un cas d’école pour étudier non seulement le déroulement de la pandémie et des répliques sanitaire mais aussi l’état d’esprit de nos sociétés (voir mon livre à paraître si éditeur se précise) Le principe de précaution, pratiqué par les autorités pour gérer le virus, se retourne contre le système puisque maintenant, c’est la vaccination qu’il faut gérer et cette fois, il faut aussi invoquer ce même principe pour prémunir les populations d’un danger nouveau résultant du premier danger (par exemple, risque d’autisme lié à la vaccination). Un cas classique prévu par les prélats de la précaution dans leurs développements canonique et casuistique. Mais assez simple dans le principe. Qui est plus dangereux, le H1N1 ou le vaccin ? Aussi étrange que cela puisse paraître, la presse française assomme le citoyen avec les messages de peur, de recommandations sanitaires, d’expertises officielles sur le virus, quitte à répéter des contre vérités scientifiques qu’un procès intellectuel pourrait établir. Par contre, aucun mot pour les risques de vaccination. Les médias auraient-ils choisi le camp des autorités sanitaires et des laboratoires ? Ce 18 août sur France Inter Dominique Wolton, le spécialiste habilité des médias, a évoqué une presse qui n’a pas de marge de manœuvre, qui doit à la fois informer sur les menaces parce que ça répond à un demande du public qui, depuis Tchernobyl, a besoin d’être alerté pour ne pas virer dans le « on nous cache quelque chose » ; et ne doit pas affoler pour ne pas engendrer une panique populaire. L’analyse de Wolton, assez subtile, n’a pas été assez loin, occultant bien des aspects essentiels du problème et notamment l’effritement de la démocratie, du débat politique, sur ces questions sanitaires, et la docilité de tout un système dont la formule serait « H1N1, nous voilà ! ». La vaccination forcée relève de la même casuistique que le travail forcé si on mène un procès historique.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (54 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 août 2009 11:59

    mais notre ministre voit la vie en crocs roses

    au passage, excuses pour les fautes d’ortho, ayant dû rédiger le papier rapidement après avoir reçu un mail ce matin


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 août 2009 12:09

    Un trublion ce ministre tchèque

    Il se croit au printemps de Prague alors que nous sommes en pleine canicule


  • Alpo47 Alpo47 19 août 2009 14:44

    Il me semble qu’un des meilleurs résumés sur ces épidémie/pandémie se trouve ici :

    http://blogue.passeportsante.net/martinwinckler/2009/08/la_grippe_definitio ns_et_point.html


  • Atlantis Atlantis 19 août 2009 12:31

    « au-dessus de tout soupçon »

    Jolie expression. Ils marchent donc en plein dedans. Comme quoi quand on fait attention au langage ...
    (Remarque : il baignent dedans, mais ça les étouffent pas encore. Je me demande si les parachutes dorés ça aide dans ces situations là ...)


    • fonzibrain fonzibrain 19 août 2009 12:37

      youpi l’auteur met le doigt ou ca fait mal


      en revanche vous aurez mis le temps

      • curieux curieux 19 août 2009 12:45

        Enfin. Bravo à ce ministre. Va falloir surveiller si nos médias pourries relayent l’info. Mais au fait, pour Baxter, je pense qu’il était quasiment impossible que ce soit une erreur. Un peu comme le 11/9


        • Nicole 19 août 2009 14:55

          Je suis sceptique. Un de nos médecins les plus intéressants en termes de qualification, puisqu’il a été expert dans le cadre de procès pour décès suite à vaccination contre l’hépatiteB n’est passé qu’une fois à la TV, sur France 24. Conclusion : « j’avance plus du 3° âge que de la jeunesse, c’est pas demain que je me ferai vacciner ». Qui parle de lui ? Qui l’interroge ? Il faut pourtant l’écouter et le lire.


        • Triodus Triodus 19 août 2009 15:03

          @Curieux : Ne vous faites pas d’illusions : Ce ministre est un ministre Tchèque. L’avis d’un ministre Tchèque ne vaudra rien face à l’avis de notre ministre de la santé, ministre d’un système que, je vous rappèle, le « monde entier nous envie ».

          Donc, on est poli et on dit bonjour à la dame. Bonjour Madame.

          Et Tchèque et mat !


        • fonzibrain fonzibrain 19 août 2009 13:03

          C’est ce que nous apprend ce site ,les négociations entre le gouvernement Tchèque et Baxter sont rompues :”No contract for the delivery of the vaccines A(H1N1) between Baxter and the Czech Republic has been concluded,”

          Saluons le courage du Gouvernement Tchèque,en même temps après l’épisode du vaccin contre la grippe H2N3 CONTAMINÉ par le H5N1,il aurait fallu être profondément stupide ou hautement corrompu pour continuer à travailler avec ce laboratoire,surtout quand celui la REFUSE de garantir la sécurité du produit et l’absence d’effet secondaire.

          Le compte à rebours est lancé,au minimum,vous devez prendre de votre temps et tracter en ville,expliquant les dangers du vaccin,du tamiflu,ne parlons pas d’extermination,ils ne comprendraient pas.

          Au mieux,il faut …. les coupables,imaginez par exemple que Jean françois khan ou Yves Calvi soit assassiné avec comme revendication :” ASSEZ DE MENSONGES SUR LES BILDERBERG” avec la vidéo ou on les voient en direct nier l’existence de ce Club de Malsain.

          Il y a assez d’éléments pour insister sur le coté non sûre d’une vaccination préparée à la va vite,plutôt que de passer pour des illuminés,en parlant de Shoah Planétaire en préparation.

          Soyons intelligent,soyons courageux.

          http://fonzibrain.wordpress.com/


          • Alcide 19 août 2009 13:14

            Effectivement personne n’insiste suffisamment sur la livraison des vaccins contaminés et pour le moins sur la responsabilité pénale évidente des fournisseurs. Ceci aurait dû faire là une de nos journaux télévisés.
            Ceci indépendamment de savoir le mélange avec le vaccin livré d’une souche virale H5N1 VIVANTE était délibéré ou une simple erreur. Dans le cadre d’une simple erreur, il est bien évident que le laboratoire Baxter aurait dû être écarté de toute consultation, comme probable fournisseur, de la communauté européenne.
            Un petit reproche à l’auteur de l’article principal, qui ne reprend pas cette information et ne la développe pas suffisamment.
            Pour Fonzi, personnellement je trouve ton site intéressant et courageux.


          • Pyrathome pyralene 19 août 2009 13:47

            complot ou pas complot,cette affaire sent le crachat à plein nez....c’est une évidence !!


          • fonzibrain fonzibrain 19 août 2009 13:09

            à l’auteur


            MAIS QUAND PARLEREZ VOUS DU DÉCRET QUI PROTÈGE LES LABOS EN CAS DE PÉPIN AVEC LES VACCINS

            ET POURQUOI NE PARLEZ VOUS PAS DES CAS DE SIDA TRANSMIS PAR BAXTER


            êtes vous sûre de vraiment chercher ???????

            C’est tellement énorme que même le journal dit “The Mail on Sunday, leading to demands to know why the information has not been given to the public before the vaccination of millions of people, including children, begins.”

            Parceque ce qui est dit est assez grave :

            ” the neurologists that they must be alert for an increase in a brain disorder called Guillain-Barre Syndrome (GBS), which could be triggered by the vaccine.

            GBS attacks the lining of the nerves, causing paralysis and inability to breathe, and can be fatal.”

            Une bonne vieille maladie dégénérative,quand je vous dit qu’ils veulent nous transformer en ZOMBIE,ce n’est même plus une image,c’est dingue.

            Les spécialistes se fondent sur l’expérience(il ‘y a pas d’autres mots) de la grippe porcine de 1976 aux USA,et voila ce qu’ils disent :

          • More people died from the vaccination than from swine flu.
          • 500 cases of GBS were detected.
          • The vaccine may have increased the risk of contracting GBS by eight times.
          • The vaccine was withdrawn after just ten weeks when the link with GBS became clear.
          • The US Government was forced to pay out millions of dollars to those affected
          • C’est écrit noir sur blanc,la vaccination a fait plus de morts que la grippe,ce sont des données réelles,des gens ont contracté cette maladie dégénérative,et les autorités ont dû stopper la vaccination et retirer les lots.

            La grosse différence avec cette époque est qu’aujourd’hui un décret protège les laboratoires en cas de pépin,donc il n’y aura pas de recours

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bernard Dugué

Bernard Dugué

Bernard Dugué est écrivain-chercheur, diplômé de l’ENS des Mines de Saint-Etienne, docteur en pharmacologie et docteur en philosophie. Après avoir enseigné la biologie et la physiologie à l’université, il s’est consacré à des recherches transversales couvrant la physique, les sciences de la vie, l’évolution, la systémique et la philosophie. Derniers livres publiés Le (...)


Voir ses articles

Inscrivez-vous pour participer à AgoraVox

Derniers articles de l'auteur

Tous les articles de cet auteur


A lire dans la même rubrique

Tribune Libre
Voir tous les articles de la rubrique


Les thématiques de l'article


Palmarès

3 derniers jours

Articles les plus lus

  1. Johnny Hallyday : l’émotion de la France d’avant
  2. Astronomie ancienne... très ancienne : Lascaux, Stonehenge, Pyramides de Gizeh...
  3. Merci Macron
  4. Indécence
  5. Les ours blancs vont bien, merci
  6. La justice peut-elle se prémunir contre l’erreur ?
  7. Robert Ménard, son sens de la provocation : Quand un train peut en cacher un autre !
  8. Notre-Drame-des-Landes
  9. Après Dieu, et Lord Balfour  : Trump promet Jérusalem à Israël 
  10. La démocratie brisée

Derniers commentaires


Partenaires