• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les Mutuelles, sécurité indispensable ou gigantesque arnaque (...)

Les Mutuelles, sécurité indispensable ou gigantesque arnaque ?

Soyons clairs, net et précis, le contrat des mutuelles privées est le suivant : vous me donnez mille euros, et je vais vous en rendre un peu plus de cinq cent. Le reste, ce sont nos frais de gestion, des millions d'euros de frais de publicité (pour vendre un chat crevé, il n'en faut pas moins) les salaires mirobolants de nos directeurs, les dividendes à deux chiffres de nos actionnaires, sans oublier les 10% d'impôt versé à l'Etat..

Et nous nous sommes arrangés pour que la mutuelle soit obligatoire pour les salariés, et pour vous entourlouper avec votre assentiment et sous vos applaudissements.

Tous en coeur "Merci, les Mutuelles !"

Pour les détails, vous lirez l'interview de Nicole delepine, pédiatre et oncologue :

http://www.nicoledelepine.fr/nicoledelepine-responsables-hausse-tarifs-mutuelles-234.html#.VRJzjfyG8Yw.

dont voici l'extrait le plus significatif :

"Dans le cas de la sécurité sociale le coût de fonctionnement de l’organisme s’élève à 8 % environ. Dans le cas des mutuelles il dépasse habituellement les 15 %. Pour les « mutuelles » privées (en réalité des assurances cotées en Bourse), les salaires des cadres dirigeants sont 10 à 15 fois supérieurs à ceux des dirigeants des caisses. Le budget de publicité se compte en millions d’euros et les actionnaires touchent des dividendes. L’Etat prélève également son impôt qui approche les dix pour cent.

Les chiffres plus précis sont difficiles à obtenir d’autant que la ministre de la Santé vient d’autoriser les « mutuelles » à ne pas publier leurs comptes pendant au moins deux ans supplémentaires en dérogation de toutes les sociétés classiques  !

De nombreuses études estiment que prés de la moitié des primes de mutuelles ne correspondent pas à des remboursements aux assurés."

Business is business !

 

Qui c’est, qui affirme que le privé gére mieux que le public ?

 

Mais ce n’est pas le frère de Sarko (Guillaume) qui va s’en plaindre : lui, c’est Malakoff, et Sarko c’est l’origine des mutuelles obligatoires. Dans la foulée, Malakoff a empoché les deux marchés publics, Pôle emploi et Sécurité sociale : 200.000 contrats sans même besoin de faire marcher la pub, juste l'entregent (entrecrapule serait peut-être mieux adapté ?). Après 2011, la fusion Pôle emploi-Assedic ajoutera 800.000 contrats dans la corbeille des mariés.

Et ça, c’était avant le TAFTA...

On notera l'intervention encore une fois fort trouble de Marisol Touraine, qui n'en est pas à son coup d'essai dans son allégeance sans borne aux grands groupes capitalistes de la santé.

Voilà comment les requins de la finance transforment un bel objet de solidarité, un symbole de fraternité, en une gigantesque escroquerie : la moitié de ce que vous payez aux mutuelles vous est confisqué purement et simplement.

Peut-être faudrait-il envisager de se regrouper en petites associations, comme le font avec succès les petits producteurs, pour créer des fonds de solidarité à petite échelle, et renvoyer les boursicoteurs à la bourse ?

Ainsi, on pourrait obtenir des tarifs près de deux fois moins élevés pour la même couverture.

Je rêve, là ? Dites moi...

I had a dream, comme disait Martin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (38 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • oncle archibald 28 mars 2015 18:06

    Oui, les mutuelles sont là pour faire du bénéfice et donc votre raisonnement parait imparable, cependant …..


    Anecdote édifiante : Il était une fois une coopérative agricole, viticole pour être plus précis, gérée par un directeur extrêmement compétent et habile. Les coopérateurs n’avaient à se plaindre de rien, l’homme savait faire du bon vin, savait s’entourer des meilleurs oeunologues, gérer habilement le personnel, vendre le vin au bon prix, trouverdes acquéreurs solvables et in fine il redistribuait des revenus qui donnaient toute satisfaction aux coopérateurs.

    Certains s’inquiétaient du train de vie de ce directeur, qui paraissait nettement disproportionné avec la rémunération qui lui était allouée. Et effectivement si l’homme était compétent et habile, il était aussi un tantinet malhonnête. Sans entrer dans les détails il arrivait à faire en sorte que quelques dizaines d’hectolitres de vin n’apparaissent pas dans les comptes et avec la complicité de négociants un peu véreux qui faisaient partie des clients il arrivait à vendre ces hectolitres qui n’existaient pas dans les comptes sous le manteau et à son seul profit. 

    La coopérative était énorme, le volume détourné représentait un tout petit pourcentage du volume produit, et donc finalement le chapardage qui était quasiment « insensible » pour les adhérents était quand même très juteux pour le directeur malhonnête. Une fois son bidouillage découvert Il fut viré à grand fracas. Celui qui lui succéda était d’une honnêteté parfaite mais un peu naïf, pas très fut-fut et peut être en outre malchanceux. Il géra mal les salariés, se lança dans des campagnes de publicité très couteuses et peu rentables, vendit à des négociants qui se mirent en faillite quelques jours après, il ne vendit pas au bon moment et donc pas au bon prix, bref … Les coopérateurs virent leurs revenus amputés de plus de 30% grâce à la gestion « parfaitement honnête » de ce directeur.

    Avec la santé il en est un peu de même. Ayant hélas passé beaucoup de temps dans divers cabinets de médecins et établissements de soins, j’ai toujours été frappé par la différence d’ardeur au travail et de rendement entre les « privés » et les « publics ». Et au bout du compte les cliniques privées arrivent à faire du benef quand pour le même boulot l’hôpital public ne sait faire que du déficit. En outre le patient est mieux considéré et parfois aussi mieux traité dans le privé que dans le public, sauf quelques cas exceptionnels d’hôpitaux publics très en pointe sur telle ou telle pathologie. 

    Ça ne fonctionnait pas comme ça il y a quelques dizaines d’années. C’’est tout à fait dommage mais la médecine privée est en train de prendre le pas sur la médecine publique. Les cliniques privées deviennent de plus en plus la propriété des mutuelles d’assurances qui donc font « coup double » en percevant les bénéfices de l’assureur plus ceux de la clinique. Pourquoi l’hôpital public et la sécu ne peuvent-ils pas en faire autant ??? Le fait d’être fonctionnaire et de gérer de l’argent public est-il incompatible avec une bonne gestion ?

    • doctorix doctorix 28 mars 2015 19:49

      Voilà @oncle archibald  au secours de l’escroquerie, qui vient nous défendre la gestion privée par rapport à la gestion publique.

      On le connait votre discours, mon bon Monsieur.
      Vous nous citez l’exemple des cliniques privées qui savent faire de l’argent là où les hôpitaux en perdent.
      Mais vous faites semblant d’ignorer que les cliniques ne font que la partie très rentable de la médecine, laissant le reste à l’hôpital. S’il n’y avait que les cliniques, vous pourriez bien crever dans votre coin dans certains cas. 
      Tout ce qui paye : clinique.
      Tout ce qui coûte, gériatrie, samu, enseignement, recherche, prévention:hôpital.
      Gros matériel coûteux : hôpital. Clinique : uniquement s’il est rentable.
      Hopital, pratiquement pas de dépassement de tarif.
      Clinique, dépassement constant.
      Ce que vous appelez meilleure gestion est plutôt un tri.
      Mais dans tous les cas, vos propos ne justifient absolument pas cette extorsion de fonds de 50% pratiquée par les mutuelles privées.

    • leypanou 28 mars 2015 23:02

      @oncle archibald
      « les cliniques privées arrivent à faire du benef quand pour le même boulot l’hôpital public ne sait faire que du déficit. » : d’où est-ce que vous tirez cette conclusion ?

      En fait, pour vous, la santé doit être une marchandise comme tout autre chose non ?


    • bakerstreet bakerstreet 29 mars 2015 01:14

      @oncle archibald


      Si vous aviez poussé votre analyse un peu plus, vous vous seriez aperçu que l’hôpital public est obligé d’accueillir tous les patients, alors que les cliniques ne traitent que les patients qui les arrange. Prenez la psychiatrie que je connais assez bien tout de même : Ces sont les EPSM qui accueillent les patient vraiment dangereux, c’est à dire relevant d’un placement. 
      L’ardeur au travail....Je suppose que vous aviez un petit carnet pour noter les infirmières, se débrouillant comme elles peuvent, d’un étage à l’autre. Public et privé réunis, pour le coup. ...Méfiance d’ailleurs pour le privé, dont les résultats sont ainsi parfois en trompe l’œil, rapport à leurs missions, et abusent les statistiques.
      D’une façon générale, public- privé, le personnel tente de faire le maximum, avec des moyens à la traîne, une pression et une responsabilisation toujours plus importante, sans compter le devoir d’être à jour toujours, sans savoir à quelle heure chaque jour on quittera le boulot. 
      Et l’étiquette « fonctionnaire » ne correspond pas vraiment aux clichés qu’on alloue quand on utilise ce mot : "ronds de cuir, bâillement, boulot répétitif et stupide...

    • doctorix doctorix 29 mars 2015 09:04

      @bakerstreet

      Pour comprendre cela, il faut être passé par les services hospitaliers. Au cours de mes stages à l’hôpital, je n’ai pas vu trace de mauvaise gestion, ou de fainéantise du personnel.
      J’ai vu au contraire un dévouement extrême, à la limite des forces de chacun.
      Ce qu’Archibald défend, c’est un système où des actionnaires spéculateurs peuvent se faire de l’argent sur le dos des cotisants et des travailleurs de la santé.
      La Sécu est en train d’en crever, comme le signale Fifi dans son intervention plus bas.
      Alors que sans ses parasites, la sécu et les mutuelles peuvent être rentables (pour les patients, je veux dire).

    • oncle archibald 29 mars 2015 10:06

      @doctorix « Ce qu’Archibald défend » … Comme beaucoup d’autres vous vous permettez de lire dans les pensées de vos interlocuteurs. Ce que je dis c’est que le rythme de travail n’est absolument pas le même dans les cliniques privées et dans les hôpitaux publics que j’ai eu à connaitre très récemment, que l’attention portée au patient n’est pas la même non plus. 


      Je ne défends rien, et fils de médecin je sais à peu près de quoi je parle, surtout quand je compare ce qu’il en était il y a disons trente ans et à ce jour. Il y a trente ans je n’avais pas de mutuelle parce que je n’en avais pas besoin. Etant moi aussi libéral je partais du principe que si j’ai un rhume je suis assez grand pour aller chercher de l’aspirine à la pharmacie, si j’ai un cancer je serai pris en charge à 100/100 par la sécu. Ca n’est plus possible ! C’est désormais purement théorique. Il y a toujours de l’argent à sortir en plus des 100/100 sécu. 

      A chacun de faire ses comptes et de voir s’il a intérêt ou non à prendre une mutuelle. A mon âge avancé ou l’on a besoin de lunettes, de dentiste, du chirurgien qui est en pointe pour les prothèses de hanche, d’un bon kiné, etc etc .. la question ne se pose même pas. La complémentaire est indispensable et rentable.

    • doctorix doctorix 29 mars 2015 10:25

      @oncle archibald

      Si, vous défendez le privé contre le public. L’attention au patient est une question de personne et non de lieu.
      Je n’ai pas dit que les mutuelles étaient mauvaises en soi.
      Je dis qu’elles ont été dévoyées, et qu’il n’est pas normal que vous payiez 100 euros pour en recevoir 50, le reste allant dans la poche des actionnaires ou de l’Etat.
      Les déremboursements ne sont pas sans cause : les lobbies pharmaceutiques se sont arrangés pour faire payer 30.000 euros par mois des anticancéreux parfaitement inutiles : il est logique qu’il n’y ait plus d’argent ailleurs.

    • oncle archibald 29 mars 2015 17:05

      @doctorix «  L’attention au patient est une question de personne et non de lieu. » Sans doute pour une bonne part, mais le risque d’être viré existe à la clinique et pas à l’hôpital, ce qui peut être aussi une raison d’être très attentif.


      En bref Doctorix, je vois que vous avez clos la discussion qui pour vous n’est pas médicale mais politique. Moi je suis le fils d’un médecin hospitalier, qui avait fait trois internats successifs dans l’APHP avant de s’installer cardio dans une petite ville de province, qui a encore donné la la moitié de son temps en hôpital public, et donc qui ne courait pas après le fric, qui adorait pour le principe la médecine gratuite, bref un médecin « à l’ancienne ». 

      J’étais par culture familiale très porté vers la médecine publique et j’ai toujours pensé que c’était là que se trouvaient les meilleurs praticiens. Mais c’est fini, il faut se rendre à l’évidence. Dans notre société ou seul compte le fric, beaucoup parmi les meilleurs sont partis dans le privé. Sans doute le fait que « tout le monde ait une mutuelle » est pour quelque chose dans ce changement de moeurs médicales et il me semble qu’un gouvernement socialiste en place actuellement pousse à fond dans ce sens. Si c’était Sarko on comprendrait, mais là ?

      Je préférerais et de loin qu’il n’y ait qu’une seule assurance maladie, la même pour tous sans possibilité d’échappatoire, qui couvre tous les gros pépins à 100/100 et que les meilleurs praticiens exercent dans les hôpitaux publics, mais ça n’est pas le cas. Je suis réaliste et je m’adapte à ce que je trouve en essayant d’avoir à l’autre bout du bistouri un chirurgien dont je connais le nom, le parcours et la réputation. Comme j’ai encore bonne vue et un cerveau en état de marche je constate les comportements dans le « public » et le « privé » et je les compare. Faut pas ? 

    • doctorix doctorix 29 mars 2015 18:29

      @oncle archibald
      Je n’ai pas clos la discussion.

      Il ne faut certainement pas dire que les cliniques sont supérieures au privé en qualité.
      J’ai dans mon département un couple de cardiologues, elle médecin et lui chirurgien, qui sont de loin les meilleurs dans toute la région, et peut-être dans tout le Sud ouest.
      Je cherche dans d’autres spécialités dans quelle clinique je pourrais trouver de meilleurs praticiens que dans mon hôpital, et je ne crois pas qu’il y en ait.
      Au pire, ils sont aussi bons.
      A propos, mon père était inspecteur divisionnaire des impôts, et je ne connais rien à la fiscalité. Mon père ne connaissait rien non plus à la médecine... smiley

    • lsga lsga 28 mars 2015 19:01

      « On notera l’intervention encore une fois fort trouble de Marisol Touraine, qui n’en est pas à son coup d’essai dans son allégeance sans borne aux grands groupes capitalistes de la santé. »

      c’est à dire qu’on vit dans le système Capitaliste mon bon monsieur. 
      vous proposez d’en sortir ? 

      • lsga lsga 28 mars 2015 22:34

        et moi ? j’ai pas le droit à une réponse ?


      • doctorix doctorix 29 mars 2015 07:04

        @lsga

        Oui, je veux bien. Mais vous êtes difficile à cerner.
        Il me semble que l’UPR, en sortant de l’Europe des banquiers, devrait vous satisfaire, au moins en partie, car vous êtes insatiable. D’autant que le TAFTA, auquel nous échapperions ainsi, mettra probablement fin à tout ce qui reste des mutuelles sans actionnaires privés et sans contrôle de l’Etat.

      • Gnostic Gnostic 28 mars 2015 19:15

        BRAVO dottorix je plusse + 1000

         

         Je croyais naïvement que les moutuelles c’était collectivisme et donc sans bénéfice jusqu’au jour où j’appris que le patron de la MATMUT possédait NEUF PORSCHE !!!

         smiley

        J’ai demandé des explications à mon bureau local et je ne reçu que des sourires gênés

         

        J’ai quitté cette assurance pour en prendre une autre la MAAF mais ça MAAFE pour eux pas pour moi car ils m’augmentent sans arret

         

         

        Bien dit aussi le frère de Sarko (ancien co dirigeant du MEDEF) qui a fait faillite avec sa boite et qui s’est recyclé comme patron de MALAKOFF MEDERIC avec l’aide frérot

         

        Ce pays est une vraie MAFIA bien pire que l’italie

         smiley


        • lsga lsga 28 mars 2015 19:41

          bin oui, ça s’appelle le Capitalisme. Tu propose d’en sortir ?


        • jean-marc D jean-marc 28 mars 2015 20:25

          @doctorix


          Bonjour,
          J’abonde tout à fait dans votre sens.
          Mais vous avez omis, sauf erreur de ma part, que le gouvernement a poussé le bouchon très loin, en rendant assujetti à l’IR la part patronale de la cotisation mutuelle qui est devenue obligatoire. Le comble de la perfidie.

          Bien à vous,




          • doctorix doctorix 28 mars 2015 21:33

            @jean-marc

            Oui, ça et les 10% de taxes sur les cotisation mutuelles, soit 20% de ce qu’au final les cotisants récupèrent, ça commence à faire beaucoup.
            Faudra-t-il organiser en catimini des petits regroupements solidaires, loin des taxes et des requins, pour s’auto-financer en cas de pépin ?

          • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 28 mars 2015 21:29

            Moi, j’ai pas confiance quand je vois Laspalès sur les affiches de la Matmut !


            • doctorix doctorix 28 mars 2015 21:34

              @Le Corbeau Magnifique

              Ça donne surtout envie d’aller voir ailleurs. A mon avis, il est payé par la concurrence.

            • bakerstreet bakerstreet 29 mars 2015 01:02

              Bravo pour votre article,, qui traite d’un sujet important. 

              La part d’une mutuelle, dans les faits, occupe une marge importante pour les petits salaires, parfois 10% voir plus, ce qui est proprement scandaleux, et met à mal le concept de solidarité, dont ces mutuelles, qui n’en ont que le nom, se gargarisent pourtant. 
              Depuis 30 ans, la part des mutuelles a augmenté, au fur et à mesure que la sécu prenait de moins en charge. Explication un peu facile aussi, et servant de prétexte aux augmentations. Depuis 2000, un décret à permis aux compagnies d’assurance d’entrer dans ce marché. Elles ont proposé des contrats d’aubaine, prix cassés aux jeunes, population offrant bien peu de risque...Que sait il passé ? Les jeunes ont quitté en masse les mutuelles classiques, qui mutualisaient le risque, et ne prenaient pas en compte l’age de leurs adhérents, pour adhérer à ces compagnies. Les mutuelles n’ont alors plus pour choix pour survivre, que de s’aligner et de pratiquer alors une politique discriminatoire : Plus tu vieillis, plus tu casques......Est ce encore constitutionnel. ?...J’avais vu sur LCP qu’un ensemble de députés s’étaient émus de l’affaire pour en débattre au parlement ?....Il semble que cela ne soit plus si pressé que ça, ou alors est le poids d’un lobby agissant ?

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 mars 2015 08:23

                Les lois Macron ne sont que l’application des directives de la Commission européenne.
                Les GOPé s’appliquent dans toute l’ Union européenne.


                La Sécurité sociale doit progressivement être privatisée et remplacée par des Mutuelles.
                Les Mutuelles privées dépendent des banques.
                Les professions médicales et para médicales vont progressivement devenir « les salariées » des banques.

                Extrait des « réformes structurelles » à faire :
                « Importantes économie à court terme, qui ne peuvent être réalisées sans un réduction significative de l’augmentation des dépense de sécurité sociale ».

                Traduction :
                - Mutuelles
                - Baisse massive des remboursements
                - Gel des pensions de retraite et des autres pensions sociales.

                Pour sauver le modèle social français, il faut sortir de l’ UE !


                • Garance 29 mars 2015 09:35

                  C’est du racket étatisé organisé : obligé d’y passer


                  Sans mutuelle : impossible de faire le complément des journées d’hôpital pour les 3/4 de ceux qui y séjournent : donc obligé d’en prendre une ( si vous le pouvez )

                  Perso : à la retraite : 110 euros mensuel , mon épouse qui travaille : 40 euros : les enfants sont partis

                  Pour les hôpitaux ; suivant ou vous résidez les tarifs vont du simple au sextuple :


                  La Sécurité Sociale paie le minimum ou que vous alliez


                  On eut pu espérer que « Le changement c’est maintenant » eut pu y changer quelque chose

                  Va te faire fîche : tout ce qui était augmentable l’a été : même les retraites qui ont été ponctionnées à la hausse

                  Raques....raques et crève


                  • doctorix doctorix 29 mars 2015 10:38

                    @Garance

                    Oui, ces inégalité de tarifs, de 1 à 6, sont bien curieuses, et bien suspectes.
                    Malheureux habitants de Lunéville, qui ont fait une mauvaise pioche.
                    Y aurait-il une ligne directe Lunéville-Luxembourg ?

                  • VICTOR Ayoli VICTOR 29 mars 2015 14:10

                    Merci pour cet article.

                    Les « mutuelles » - qui ne gardent ce statut que pour ne pas payer d’impôts sur les sociétés, sont des machines à racketter. Elles sont inutiles : les maladies graves ou permanents sont en effet couvertes à 100 % par la Sécu (la VRAIE).

                    http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-quoi-servent-les-mutuelles-d-165044


                    • doctorix doctorix 29 mars 2015 14:24

                      @VICTOR

                      C’est tout à fait vrai. Les mutuelles servent à payer les suppléments lors d’une opération grave.
                      Chambre seul, dépassements d’honoraires,télé parfois...
                      Mais l’un de mes proches s’est fait bricoler une valve cardiaque à Bordeaux. Opération au dessus de K50, et donc prise en charge à 100% par la sécu. Il y avait je crois 300 euros de suppléments divers, et il était très fier de me dire que sa mutuelle les avait pris en charge.
                      Il oubliait juste de dire qu’en 20 ans il avait payé 20.000 euros de mutuelle...*
                      Il y a une liste de 30 maladies prises en ALD (affection longue durée, 100%, diabète, cancer, etc...), et on peut y ajouter diverses maladies à coût élevé, qui peuvent être prises en charge après accord avec le médecin conseil, qui est souvent très cool, et tient compte de la situation financière des demandeurs.
                      Oui, l’utilité des mutuelles, il faut la relativiser.

                    • oncle archibald 29 mars 2015 17:19

                      @doctorix « Oui, l’utilité des mutuelles, il faut la relativiser »


                      Sur le fond 100/100 d’accord. J’ai eu un cancer en 2005 et je n’avais pas de mutuelle. J’ai été soigné aux petits oignons à Claudius Regaud à Toulouse, qui est le temple du cancer dans tout le Sud-Ouest. J’ai été traité en ambulatoire et donc sans aucun supplément dont je me souvienne. Quoi qu’il en soit si j’en avais eu un il aurait été très inférieur aux cotisations d’une mutuelle.

                      Plus tard j’ai été reconnu en ALD pour de l’hypertension. Aujourd’hui c’est fini. 65% comme tout le reste et 35% pour votre pomme. Avec des médicaments couteux et un traitement « à vie ». Un premier calcul permet de calculer quelle « réduction » sur votre cotisation de mutuelle va apporter le remboursement de 35% du prix de ces médicaments et des consultations nécessaires pour se les faire prescrire plus tous les ans ou tous les deux ans une visite chez le cardio qui a un dépassement.

                      De plus en cas d’hospitalisation sans mutuelle c’en est fait du choix du praticien puisqu’un très grand nombre pratiquent des dépassements d’honoraires. Vous en êtes réduit à l’hôpital public. S’il s’agit d’un CHU vous ne savez même pas si ce sera le professeur chef de service ou un de ses acolytes ou même un interne qui va vous découper en morceaux. Moi je trouve ça très déplaisant et donc je trouve ma mutuelle, qui me permet d’autres choix, utile. La télé et le confort au sens « domestique » je m’en fous, ça n’est pas ça que je vais chercher en choisissant une mutuelle.

                    • doctorix doctorix 29 mars 2015 18:14

                      @oncle archibald

                      On n’est pas non plus obligé, pour soigner une HTA, d’aller choisir le plus grand spécialiste, celui qui ira « étudier » une semaine aux Maldives la dernière molécule à la mode, la plus chère forcément, celle qu’on retirera du marché discrètement trois ans plus tard pour ses effets secondaires.
                      Il y a un grand nombre de médicaments éprouvés qui tiennent la route dans l’HTA.
                      Dans un autre domaine, le coûteux Plavix (24.46) peut être remplacé le plus souvent dans l’IDM ou l’AVC par quelques milligrammes d’aspirine sans perdre d’avantage.
                      Les listes de 15 médicaments des petites vieilles (c’est visiblement une spécialité féminine) devraient être interdites, parce qu’au delà de trois molécules actives on ne maîtrise plus du tout les interactions. Elles se portent mieux en général après un petit séjour à l’hôpital où on sabre dans le tas.
                      Bref, il y a un grand ménage à faire, qui rendraient les mutuelles définitivement inutiles.
                      J’ai quand même parfois de longues ordonnances : il faut bien vivre, et garder le patient. Mais je n’en suis pas fier...Il est parfois inutile et désespéré d’essayer de convaincre...Parce que c’est dans la tête que ça se passe.

                    • oncle archibald 29 mars 2015 19:08

                      @doctorix : décidément vous ne comprenez pas ce que j’essaye de dire. Je dis, sans doute mal, que je préférerais être soigné en hôpital public, mais que :


                      - de nombreux spécialistes pratiquant le dépassement d’honoraires,
                      - le régime général remboursant assez mal un tas de prescriptions, notamment les soins prodigués par les dentistes et les opticiens, 

                      on se trouve quasiment dans l’obligation d’avoir une mutuelle, au moins à partir de l’âge ou l’on commence à avoir des emmerdes, pour pouvoir continuer à se soigner correctement et garder la liberté de choix de son praticien. C’est absolument tout ce que j’ai dit.

                      Non autre chose : que les divers intervenants, dans les petits hôpitaux publics de province, ne bossent pas autant que leurs similaires dans les cliniques privées.

                    • doctorix doctorix 29 mars 2015 19:13

                      @oncle archibald

                      Non, je vous comprends bien.
                      C’est bien d’avoir le choix.
                      Mais une mutuelle devrait être sans bénéfice, et certainement pas offerte au privé : parce que son rôle est juste de répartir notre argent, non de le ponctionner à 50%.
                      Je ne pense pas que vous teniez particulièrement à payer le double de votre part.

                    • oncle archibald 30 mars 2015 10:04

                      @doctorix : en gros vous êtes pour une sécu à deux vitesses, une première partie A obligatoire et une deuxième partie B optionnelle avec paiement de cotisations majorées …. Dans un système dont la raison d’être est d’assurer l’égalité de tous devant la maladie, il y en aurait, comme disait Coluche, des « plus égaux que d’autres ». Etonnant non comme disait Desproges.


                      Moi je préférerais une seule cotisation égale pour tous et qui garantisse à tous le libre choix du praticien, le libre choix entre l’hôpital public et la clinique privée, bref .... la liberté de se faire soigner ou l’on veut par qui on veut. J’interdirais strictement le dépassement d’honoraires sous peine de perdre la totalité du remboursement. Donc il n’y aurait plus qu’une poignée de médecins qui seraient « hors sécu » avec une poignée de richissimes clients. Les autres retrouveraient une médecine de qualité pour tous qui ressemblerait en gros à celle des années 50 à 90. Pour ce qui est du « confort d’hôtellerie » genre télé, chambre individuelle, etc etc .. aucun remboursement des suppléments que ça engendrerait. Ca se serait une médecine « républicaine ».

                    • doctorix doctorix 1er avril 2015 10:19

                      @oncle archibald

                      Je ne veux nullement d’une médecine à deux vitesses, mais si une mutuelle est nécessaire, qu’elle coûte autant qu’elle donne, et qu’elle n’engraisse pas des actionnaires et des dirigeants surpayés.
                      Je ne sais pas où vous avez lu ce que vous me prêtez.

                    • VICTOR Ayoli VICTOR 29 mars 2015 14:23

                      Les « mutuelles » n’ont plus de mutuelles que le nom, qu’elles gardent pour ne pas payer d’impôts sur les sociétés. Ce sont des machines à racketter et à flinguer la Sécu.
                      De plus, pour « l’assuré », elles ne servent rigoureusement à rien : en cas de maladie grave ou permanentes, tout est pris à 100 % par la Sécu, la VRAIE. Le reste, c’est du confort...

                      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/a-quoi-servent-les-mutuelles-d-165044

                      Et merci pour cet article.


                      • doctorix doctorix 29 mars 2015 14:47

                        @VICTOR

                        Le bégaiement n’est pas pris en charge par la sécu... J’espère que vous avez une bonne mutuelle ?
                         smiley smiley smiley

                      • Le421 Le421 29 mars 2015 18:21

                        Ouais, ouais, ouais !!
                        C’est ça !! Parlons des Mutuelles et dérivons sur l’opposition public/privé !!
                        C’est de bonne guerre.
                        La preuve. Les Mutuelles, ce n’est en définitive qu’une privatisation de la Sécurité Sociale.
                        Avec ce que nous donnons aux Mutuelles, la « sécu », grande gaspilleuse, c’est évident (pour certains), se referait la cerise en trois coups de cuillère à pot.
                        Mais bon.
                        Le marché est juteux, les assurances se gavent en gueulant très fort sur la sécu, et les zozos applaudissent !! (et raquent sévère au passage).
                        2000€ environ par an pour la Mutuelle, environ pareil pour la sécu*. Devinez qui me rembourse le plus ??
                        Les feignants incapables et gaspilleurs, naturellement !!
                        Ca n’interpelle personne ??
                        C’est grave docteur ?
                        *mon cas


                        • oncle archibald 29 mars 2015 19:11

                          @Le421 : caricature !


                        • doctorix doctorix 29 mars 2015 19:18

                          @Le421

                          2000 euros par an pour votre sécu, ça dépend si vous êtes indépendant.
                          Parce que sinon, si c’est votre part en tant que salarié, votre patron paye bien plus, plus de la moitié de votre salaire.
                          Non, votre cas n’est pas grave, bien au contraire. Avoir une bonne vue (sur les choses) ne fait pas de mal. Ce sont justement les yeux que j’essaye d’ouvrir.

                        • Le421 Le421 30 mars 2015 09:37

                          @doctorix
                          Je ne considère pas que l’intégralité des charges salariales et patronales va à la sécu... Pour m’être amusé un jour, alors que j’étais en arrêt maladie, à recalculer une feuille de paye sous Excel (bonjour l’exploit, même Champolion était un gamin !!), j’ai vu ce qui allait à qui... Que de surprises !! Des cotisations pour des trucs que je n’ai jamais vu de ma vie... Et que je ne verrais jamais bien sûr.
                          En clair, ce que les gens ignorent, c’est que sur les feuilles de paye, il n’y a pas trop de charges... Mais il y a trop de « branches de gui ». Des feignants payés à rien foutre qui taxent sur votre paye.
                          Et c’est pas la sécu, contrairement aux idées reçues et bien populaires/populistes*.
                          *au choix


                        • doctorix doctorix 30 mars 2015 09:43

                          @Le421

                          Faites un article la-dessus !


                        • Le421 Le421 30 mars 2015 10:01

                          @doctorix
                          Bonne idée !! D’autant plus que j’ai déjà fait la plupart du boulot.
                          Je voulais savoir combien je coûtais réellement avec la répartition charges salariales/patronales* et si je ne me faisais pas arnaquer quand j’avais des absences avec le jeu des retenues prises en heures sup... Et bien, devinez quoi ??
                          * Qui, bien souvent, sont revendiquées en totalité par les patrons pour mieux marquer les esprits...


                        • Jason Jason 30 mars 2015 10:45

                          Entendu pendant une émission de télé : Les mutuelles et les complémentaires santé disposeraient chaque année de 4 milliards d’Euros qui ne sont pas redistribués aux adhérents.

                          Par ailleurs, il faut bien distinguer mutuelles, adhérant au code de la mutualité, et les complémentaires santé dépendant du code des assurances. Ces dernières sont donc des entreprises comme les autres et les gains ne sont pas plafonnés.

                          En ce qui concerne les mutuelles (les vraies) elles convient les adhérents chaque année à leur éunion annuelle. Mais, là aussi, c’est l’opacité la plus totale. On nous dit que les excédents financiers (car là aussi, il y en a) sont réinvestis, mais auprès de qui, et dans quelles conditions, et quels sont les audits ? Là aussi, mystère.

                          Du côté Sécu, quand un patient signale un abus, examens inutiles et répétés, factures gonflées, on vous dit d’aller voir ailleurs.

                          Le tout n’est qu’une gigantesque embrouille tendant à faire se défausser le ministère de la santé sur le privé.

                          Mais, en fait, la santé est-elle un droit inscrit dans la constitution ? La santé est devenue une marchandise comme une autre, et les lois du commerce prévalent. Arrêter cela ?

                          On nous rabâche à longueur de journée qu’il faut « garder le cap », alors oubliez les changements.


                          • TDK1 TDK1 30 mars 2015 11:44

                            Faut quand même avoir le coeur bien accroché pour lire le tissu de bêtises que contient cet article !!! La sécu est mieux gérée que les assurances complémentaires ? Les frais de gestion de la sécu ne sont que de 8% ???? D’où sortent ces chiffres imbéciles, de l’agence de communication de la rue Solférino ? 

                            Si vous voulez VRAIMENT savoir le coût de gestion, vous prenez le montant total des charges collectées au titre de l’assurance maladie, le montant total des sommes collectées au titre de la CSG/CRDS, le montant total des subvention exceptionnelles de fonctionnement, le montant total du déficit annuel de fonctionnement et vous rapportez le montant des prestations sur le tout !!!! Alors ? Comment ça, on atteint même pas 60% ????
                            Et oui, kamarad, tes 8% de m... correspondent à un calcul interne de la sécu ne prenant en compte que les frais de fonctionnement directement IMPUTES au traitement des dossier. Sans prise en compte des frais de collecte, sans prise en compte de l’imputation des amortissements et immobilisations, sans prise en compte de tous les frais de la sécu qui ne correspondent en rien à sa mission. 
                            D’ailleurs, pour ceux d’entre vous qui auraient un doute, reprenez sur les dernières années (plus vous remontrez dans le temps, plus votre calcul sera précis) le montant des cotisations sociales que vous avez payé (vous savez, les cotisations sécu qui figurent sur votre fiche de paie « part patronale » + « part salariale », bien sûr puisque le distingo n’est que politique, ce que l’employeur donne à la sécu est pris forcément sur le plus value que vous avez produite, donc ampute votre rémunération) prenez aussi toutes CSG et CRDS qui figurent sur votre fiche de paie, mais aussi sur l’alcool que vous consommez, sur les cigarettes que vous consommez, sur vos intérêts d’assurance vie etc etc...et rapportez cela sur le montant des prises en charges de la sécu. Faites la même chose avec vos cotisations assurance complémentaires... Vous serez ahuris de voir que la sécu est le pire régime d’assurance santé qui soit. D’ailleurs, nos propagandistes socialistes n’arrêtent pas de dire que « le monde nous envie » la sécu.... Mais personne ne nous l’a copié !!!!!!!

                            Deuxième énorme bobard de cet article, l’obligation de la complémentaire entreprise qui serait le résultat de la volonté des assureurs. Faux, archi faux. Je vous renvoie aux articles de la FFSA sur le sujet. Les assureurs ont toujours dit que c’était une connerie de première. Ce sont les syndicats, en cheville avec le patronat, bref ce qu’on appelle « les partenaires sociaux » qui se sont mis d’accord sur cette mesure parfaitement stupide. Les syndicat qui peuvent se targuer d’une « avancée sociale », les soins apparaissant gratuits (rien n’est gratuit, vous payez par avance, c’est retenu sur votre salaire, c’est tout...) avaient négocier au départ que les organismes d’assurance devaient être « agréés » par eux... Autrement dit, les syndicats mafieux et racketteurs que nous avons en France comptaient, comme pour la formation continue, disposer d’une manne de revenus (un petit peu comme le PS avec la mutuelle (défunte mutuelle) des étudiants). Bon, leur plan a en patie échoué, même si ils ont passé un certain nombre d’accord et ont donné des consignes dans les grandes entreprises... Quant aux employeurs, ils y ont vu une manière de faire passer un part de la ému hors charges... C’est la collusion des escrocs...

                            Bref, doctorix, s’il est est vraiment toubib ferait mieux de s’occuper de bobologie plutôt qu’économie sociale....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès