• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les prétendues preuves du gouvernement français sur l’attaque au (...)

Les prétendues preuves du gouvernement français sur l’attaque au sarin en Syrie le 4 avril 2017

Le renseignement français a publié un rapport sur l'attaque au gaz sarin commise le 4 avril 2017 en Syrie à Khan Cheikhoun. Ce rapport est disponible ici : 

http://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/170425_-_evaluation_nationale_-_francais_-_final_1_cle0a7971.pdf

Ce rapport à été repris en coeur par tous les grands média. Il contiendrait des preuves de l'implication du régime de Damas. Il se termine comme suit : "la France estime que les forces armées et de sécurité syriennes ont mené une attaque chimique au sarin contre des civils à Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017."

Ils ne s'agit pas ici d'accuser les rebelles ou de défendres Damas, mais simplement d'évaluer les preuves fournies dans ce rapport et leurs argumentations. Que contient ce rapport ?

Il est très flou :

  • Quelle est l'heure de l'attaque ? L'information n'est pas donnée.
  • Quel est le vecteur de dispersion du gaz ? L'information n'est pas donnée. Seulement des soupçons sur un largage aérien de grenade ou roquette mais aucune preuve.
  • Où sont ces restes d'obus/grenades/roquettes (prétendument) syriens et (prétendument) largués par avion qui pourraient accrédités l'hypothèse 1) d'un vecteur de dispersion du gaz par largage aérien 2) d'une attaque au sarin par Damas ? L'information n'est pas donnée.
  • Quel est l'objectif tactique de l'attaque à Khan Cheikhoun (situé en arrière des lignes d'affrontement) plutôt que le choix d'un objectif plus proche la ligne de front ? L'information n'est pas donnée.

Le §§ : "A la connaissance des services français, aucun de ces groupes ne dispose de la capacité à mettre en œuvre un agent neurotoxique, ni ne dispose des capacités aériennes nécessaires" Encore une fois, ça ne constitue pas une preuve de l'innocence des rebelles puisque le vecteur n'est pas prouvé. Le terme "à la connaissance" implique également qu'il est possible que les rebelles aient acquis ces savoirs sans que le renseignement français le sache.

La seule "preuve" est que le sarin analysé (comment les ont-ils obtenus ? Et par qui ? L'information n'est pas donnée.) possède les même composés chimiques de stabilisation que ceux utilisés par le laboratoire qui avait synthétisé les stocks détruits de sarin syrien. Ce sarin serait également le même que celui utilisé le 29 avril à Saraqeb et qui aurait fait une vingtaine de victime. Comme par hasard. Donc ces composés chimiques de stabilisation seraient utilisés SEULEMENT par CET UNIQUE laboratoire syrien ?? Comment nos renseignement savent-ils ? Sont-ils sûrs que de tels procédés ne peuvent pas être utilisés par d'autres laboratoires pour synthétiser du sarin ?

Nous pouvons voir que les argument avancés dans ce rapport et qui accuseraient Damas ne tiennent pas debout. Il est impossible de dire avec certitude lorsque l'on termine la lecture de ce rapport que c'est bien Damas qui à lancé cette attaque. De plus ce rapport appelle également une question : si la France détenait les preuves d'attaque chimiques au sarin par Damas le 29 avril 2013, pourquoi cette information à-t-elle tant tardée à sortir ? Surtout qu'elle aurait confirmé la "ligne rouge" d'Obama à l'été 2013. 

 

 

Tant d'incohérences demeure confondant. La presse française, en avalant crûment les vagues soupçons fournis par le renseignement français publie des informations sans les recouper ni les analyser une fois de plus. L'amateurisme est criant lorsqu'on regarde la mesure des réactions côté russe :

"Le fait du recours au sarin ne fait guère de doutes, mais il est impossible de faire des conclusions sur qui en est responsable sans une enquête internationale", a réagi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, qui souligne que Moscou "ne comprend pas que l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) s'abstienne pour l'heure d'une telle enquête". (http://www.parismatch.com/Actu/International/Attaque-au-sarin-de-Khan-Cheikhoun-la-France-accuse-le-regime-syrien-1242344


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Arthur S Jeussey de Sourcesûre 27 avril 2017 16:10

    Le rapport est flou, comme jean Marc Ayrault


    Ce mec est tellement flou, qu’on ne peut même pas l’avoir net avec un autofocus 
    AF-S & OneShot

    • leypanou 27 avril 2017 16:33

      @Jeussey de Sourcesûre
      Ce mec est tellement flou : flou n’est pas probablement le terme qu’aurait utilisé l’ancien ambassadeur de France Michel Raimbaud.


    • Jeekes Jeekes 27 avril 2017 17:09

      Mieux encore.
      Si l’on se souvient que plusieurs rapports sérieux (dont celui du MIT) ont prouvés (j’assume ce terme) que l’attaque de 2013 venait du camp des terroristes, le renseignement français, en affirmant que les deux gaz sont les mêmes, administre donc la preuve que cette nouvelle attaque vient encore une fois du camp des terroristes !
       
      Bravo les cons des services français, z’êtes très forts... 


      • agent ananas agent ananas 27 avril 2017 17:51

        Et moi j’ai la preuve que Jean Marc Zayrault est un trou du cul ...


        • Gasty Gasty 27 avril 2017 18:38

          Jean Marc Ayrault nous présente ici ses preuves.


          • agent ananas agent ananas 27 avril 2017 18:53

            @Gasty
            Excellent ! smiley


          • J.MAY MAIBORODA 27 avril 2017 21:36

            Encore plus foutriquet que THIERS !


            • antiireac 28 avril 2017 10:49

              Vu les innombrables crimes commis par bachar sur son peuples

              Vu que ce n’est pas la première attaque de bachar le chimiquier
              Alors oui ce crime de plus il a bien commis

              • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 28 avril 2017 10:54

                @antiireac

                Assertions sans preuves, donc nulles ^^


              • antiireac 28 avril 2017 10:59

                @antiireac

                Alors oui ce crime de plus il a bien été commis le chimiquier


              • njama njama 28 avril 2017 14:16

                @antiireac
                1 policier tué à Paris par un supposé « terroriste », au passé criminel bien chargé, récidiviste en plus, et on en fait un hommage national
                Que dirait le gouvernement français de manifestants pacifiques qui tueraient comme en Syrie une cinquantaine de policiers ? ... 

                Le témoignage d’Alaa Ebrahim, journaliste syrien dont le frère dans l’armée syrienne a été tué. Il dit : (à 3:29 > 4:31) :

                « Jusqu’à ce jour, les 4 premiers morts des manifestations à Daraa [18 mars 2011], j’ai interviewé des manifestants qui étaient à leurs côtés ainsi que des officiers de sécurité et des policiers. En fait leurs récits ne s’accordent pas toujours très bien , mais il y a une chose sur lequel ces personnes sont toutes d’accord, personne ne sait qui a tiré sur les manifestants qui furent tués le premier jour. Les manifestants m’ont dit que les coups de feu venaient du haut d’un château d’eau de la ville. Et en fait ils ne pouvaient identifiés les tireurs. »

                source : Fabriquer la contestation : la vérité en Syrie - (Manufacturing dissent ) documentaire anglophone d’octobre 2012 de Lizzie Phelan et Mostafa Afzalzadeh http://www.youtube.com/watch?v=84YzV9gTf_I vidéo de 44:03


              • njama njama 28 avril 2017 14:19


                puis Alaa Ebrahim dit à 11:53 > 13:08

                « Au début, l’histoire qu’ils ont racontée c’était que des manifestants pacifistes étaient réprimés par un état policier. Selon eux l’armée et les forces de sécurité ont été utilisées. Ils n’ont pas précisé que jusqu’à mai l’armée ne fut pas impliquée, pas même lorsque 50 policiers furent tués comme à Daraa les premiers jours. Personne ne mentionne que le jour où l’armée a décidé d’entrer dans Daraa, les soldats portaient leurs tenues de combat, gilet pare-balles et casques, 70 soldats furent tués le jour où ils entrèrent dans Daraa, ce qui témoigne d’une violente attaque sur l’armée et une très grosse attaque de snipers. J’ai vu de mes yeux un colonel de l’armée, il reçut un tir provenant d’une distance de plus de mille mètres, ce qui indique un haut niveau d’entrainement. Ils n’ont pas mentionné cela parce que les nouvelles disaient »Ok, il y a des manifestants pacifistes et cet état autoritaire qui réprime les manifestations. Et ils ignoraient tout le reste"

                @antiireac

                drôle de façon de massacrer son peuple non ?


              • Lugsama Lugsama 28 avril 2017 14:46

                Tous cesce blablas pour defendre un monstre. Grotesque.


                • njama njama 28 avril 2017 15:36

                  Page 5 du PDF le rapport français dit :

                  « 1. Hay’at Tahrir al Cham (HTS) est né de la fusion de plusieurs factions radicales avec le mouvement qaïdiste Jabhat Fatah al-Sham à la suite de la chute d’Alep...la France estime que la thèse d’une attaque à l’aide d’un agent neurotoxique le 4 avril menée par les groupes armés n’est pas crédible. La France ne dispose d’aucune information permettant de confirmer la détention de sarin par ces groupes. »

                  2. L’hypothèse d’une attaque perpétrée par Daech n’est pas plausible non plus,...

                  les « groupes armés » sont >> Hay’at Tahrir al Cham = fusion du Front Fatah al-Cham (= le Front al-Nosra) avec plusieurs autres groupes rebelles, le Harakat Nour al-Din al-Zenki, le Front Ansar Dine, le Liwa al-Haq et Jaysh al-Sunna

                  La France « estime » donc qu’une attaque par un groupe classé terroriste n’est pas crédible !
                  Des « rebelles » dignes de confiance, assurément dont on ne pourrait mettre la parole en doute ! et même Daech ne pourrait être soupçonné !

                  Sauf erreur l’absence de preuves, n’a jamais été pas une preuve ! 


                  • njama njama 28 avril 2017 15:40

                    Les amis de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault smiley

                    Une vidéo (à 1:02) où l’on voit des rebelles barbus ayant menacé de recourir à l’arme chimique

                    « Video Message from terrorists in Syria, early March 2013, and their Intention to Use Chemical Warfare »

                    West Turns a Blind Eye that Their Terrorists in Syria Used WMDs, Against all Evidence

                    Ajoutée le 20 mars 2013

                    This heinous war crime by western supported terrorists in Syria cannot be denied. Western media is still « unsure » who gassed the civilians in Khan el Asal Aleppo on March 19th 2013. The Russian government has confirmed that is was terrorists and not the Syrian government that used chemical warfare in Khan el Asal.

                    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BLAMVtLq2V0

                    WMD = Weapon of Mass Destruction


                  • njama njama 28 avril 2017 16:38

                    Page 2 du PDF le rapport français dit :

                    1.– Analyse technique de l’attaque chimique du 4 avril
                    a) La France a mis en œuvre les moyens nécessaires pour disposer de ses propres échantillons issus de l’attaque présumée au sarin le 4 avril 2017 dans la province d’Idlib.
                    b) Les analyses réalisées par les experts français sur des échantillons environnementaux, prélevés à l’un des points d’impact de l’attaque chimique survenue à Khan Cheikhoun, le 4 avril 2017, ...

                    Comment et dans quelles circonstances la France a prélevé des échantillons sur les lieux du drame ? QUI les auraient prélevés ?
                    La France aurait eu accès à la ville syrienne qui est sous le contrôle d’un groupe terroriste affilié à al-Qaïda ? et d’autre part, si Paris avait eu l’accès à cet échantillon via un pays voisin de la Syrie, son authenticité serait douteuse !
                    Pour une enquête authentique sur l’attaque présumée de Khan Cheikhoun, il faut dépêcher des inspecteurs de l’OIAC dans cette ville.

                    Les accusations françaises représentent donc « une violation des prérogatives des organisations internationales spécialisées dans les armes chimiques ».
                     


                    • njama njama 28 avril 2017 17:31

                      Un casting à Khan Cheikhoun ? une production hollywoodienne ?

                      Mais que faisaient donc tous ces Casques Blancs oscarisés à Khan Cheikhoun ? on les aperçoit très bien dans ces images, photos et courtes vidéos (from Jake Godin, Washington DC) https://twitter.com/JakeGodin/status/849186577251266561

                      Que faisaient-ils donc là dans ce petit bled infesté d’islamistes en tous genres depuis des mois... ? recyclés de Alep-est, en panne d’humanitaire  ? attendaient-ils l’attaque chimique pour se mettre devant les caméras ?

                      Nous avons d’un côté par des médias des infos qui nous parlent d’un « entrepôt » bombardé par voie aérienne (lequel aurait contenu des agents chimiques), alors que des images fournies par des activistes locaux indiquent des points d’impact en zones extérieures très dégagées, situées vraiment à la périphérie urbaine de cette petite ville, donc en milieu non-confiné, ce qui est très peu propice à faire des victimes compte-tenu de la dispersion atmosphérique très rapide, et voire même du sens du vent ce jour-là

                      Les White Helmets sont invincibles avec leurs casques magiques, remarquez sur l’image ils ne portent même pas de gants !!!

                      https://pbs.twimg.com/media/C85YFR2WsAAE2pl.jpg

                      ont-ils subi un programme d’immunisation au sarin ? contrairement à leurs voisins turcs : Turkish experts carry a victim of alleged chemical weapons attacks in Syrian city of Idlib, at a local hospital in Reyhanli, Hatay, Turkey (Picture : AP) https://metrouk2.files.wordpress.com/2017/04/pri_35610095.jpg?w=768&h=531&crop=1

                      VRAI SARIN

                      FAUX SARIN

                      Chance pour les valeureux White Helmets, le (supposé) bombardement aérien par l’aviation du régime n’a pas eu lieu de nuit, car pour les prises de vues cela aurait posé un sacré problème


                      • alain_àààé 28 avril 2017 17:50

                        mais de quel service de renseignement nous parles ce tout petit professeur ayrault qui ne fait pas la différence entre un service de reseignement interieur et des services de renseignement exterieurs.


                        • Analis 2 mai 2017 18:20

                          Rappelons que non contents d’aligner les accusations creuses et vides de la moindre preuve (pour l’évidente raison qu’ils n’en disposent pas), les USA, la France et la Grande-Bretagne font de l’obstruction au sujet de l’enquête sur le drame de Khan Cheikhoun. Une attitude qui ne peut paraître étrange que pour ceux qui continuent de croire à leur version :

                          https://francais.rt.com/international/37240-lavrov-oiac-refuse-enqueter-chimique-bus-renverser-assad

                          - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

                          Lavrov  : l’OIAC refuse d’enquêter sur l’attaque chimique dans le but de « renverser el-Assad »

                          21 avr. 2017, 13:45

                          Moscou a fustigé la décision de l’OIAC de ne pas envoyer d’experts à Khan Cheikhoun pour y enquêter sur l’attaque chimique présumée. Ce refus pourrait « discréditer » l’organisation à cause du manque des preuves de la culpabilité de Damas.

                          « Je considère que c’est une situation très sérieuse, parce qu’il est désormais évident que l’information mensongère selon laquelle l’arme chimique aurait été employée par le gouvernement syrien est utilisée pour contourner la résolution 2254 qui prévoit un règlement politique du conflit avec la participation de toutes les parties syriennes pour se rabattre sur l’idée d’un changement de régime, si longtemps prônée », a déclaré le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov.

                          Il intervenait après le blocage par les pays occidentaux de la proposition de Moscou d’envoyer des experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans la province d’Idlib pour y enquêter sur la soi-disant « attaque chimique » perpétrée par Damas.

                          « Nos homologues occidentaux ont ainsi montré la fragilité de leur position », a estimé le chef de la diplomatie russe. Il a notamment rappelé que les demandes de la Russie de révéler les sources que la France et l’Angleterre avaient utilisées pour tirer leurs conclusions de l’utilisation du gaz sarin à Khan Cheikhoun restaient sans réponse. Moscou leur a aussi demandé d’expliquer quand ils avaient reçu ces échantillons. « Nous sommes proches d’une situation dans laquelle cette organisation [l’OIAC] pourrait se discréditer », a conclu Sergueï Lavrov.

                          Plutôt, Jean-Marc Ayrault avait assuré que les services de renseignement français diffuseraient dans quelques jours la « preuve » démontrant que l’armée syrienne était à l’origine de l’attaque chimique présumée de Khan Cheikoun.

                          Un porte-parole du ministère de la Défense britannique avait aussi déclaré sur CNN que des analyses portant sur des échantillons de cheveux et de sang des victimes avaient été menées dans des laboratoires britanniques. Les résultats révèlent la présence de « sarin ou [d’]une substance proche du sarin ».

                          cidentaux

                          Le 20 avril, la Russie et l’Iran ont soumis au vote de l’OIAC de nouvelles propositions concernant l’attaque chimique présumée perpétrée le 4 avril dans la ville syrienne de Khan Cheikhoun. Moscou et Téhéran ont demandé aux enquêteurs de se rendre non seulement à Khan Cheikhoun, pour vérifier l’utilisation présumée d’armes chimiques, mais aussi de visiter la base aérienne d’Al-Chaayrate d’où, selon Washington, auraient décollé des avions syriens chargés de bombes chimiques. Pourtant, 21 pays occidentaux, notamment la France et l’Angleterre, se sont exprimés contre cette proposition.

                          Le président syrien a également écrit une lettre à l’ONU avec une demande d’envoyer une délégation d’experts à Khan Cheikhoun.

                          « Personne n’a été envoyé parce que les pays occidentaux et les Etats-Unis s’y opposent. Car s’ils viennent, ils verront que toute leur rhétorique sur ce qu’il s’est passé à Khan Cheikhoun, et ensuite à la base aérienne d’Al-Chaayrate, n’est basée que sur des mensonges », a-t-il précisé.

                          La communauté internationale accuse Damas d’avoir utilisé des armes chimiques pour frapper le village de Khan Cheikhoun, tuant 72 personnes, sans présenter de preuves. D’après Moscou et Damas, la contamination chimique aurait eu lieu à la suite d’un bombardement par l’aviation syrienne d’un dépôt d’armes contenant des gaz de combat appartenant aux djihadistes qui contrôlent la zone.

                          - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

                          En fait, il paraît cette fois que l’OIAC a définitivement perdu toute crédibilité, pour le peu qui lui restait après la gestion malhonnête des attaques au chlore depuis fin 2014, qu’elle avait essayé d’attribuer aux syriens malgré l’invraisemblance de la thèse et quantité d’éléments contraires ; nullité qui rejoint celle du gouvernement français et de ses accusations :

                          https://francais.rt.com/international/37272-khan-cheikhoun-moscou-envoyer-inspecteurs-washington-reticent

                          - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

                          Khan Cheikhoun : Moscou veut envoyer des inspecteurs en Syrie, Washington réticent

                          22 avr. 2017, 08:11

                          Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s’est entretenu le 21 avril avec son homologue américain Rex Tillerson, regrettant l’opposition de Washington à la proposition russo-iranienne d’enquêter sur l’attaque chimique présumée en Syrie.

                          « Une conversation téléphonique entre le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a eu lieu à l’initiative des Etats-Unis », a indiqué la diplomatie russe dans un communiqué.

                          Lors de cet entretien, Sergueï Lavrov a notamment « exprimé ses regrets face à l’opposition des Etats-Unis au sein de l’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à l’initiative [...] d’envoyer en Syrie des inspecteurs pour vérifier les informations sur le recours au gaz sarin à Khan Cheikhoun », précise le communiqué.

                          Sergueï Lavrov et Rex Tillerson « se sont mis d’accord pour [...] examiner de nouveau une possibilité d’ouvrir une enquête objective sur cet incident sous l’égide de l’OIAC », selon la même source. Ils ont également convenu de lancer « le plus vite possible un groupe de travail [...] chargé de chercher des solutions pour lever les points de friction des relations bilatérales », au plus bas depuis la fin de la guerre froide en raison notamment de la crise ukrainienne et du conflit en Syrie, ajoute le communiqué.

                          Le département d’Etat a publié un communiqué en début de soirée du 21 avril, précisant que les deux hommes avaient évoqué « la poursuite [de discussions] sur des problèmes bilatéraux » et des sujets « incluant l’enquête de l’OIAC sur l’utilisation par la Syrie d’armes chimiques le 4 avril ». Rex Tillerson a d’après le communiqué réitéré son soutien au mécanisme d’enquête existant de l’OIAC, sans fournir d’autres précisions.

                          L’Organisation internationale pour l’interdiction des armes chimiques a rejeté le 20 avril lors d’un vote la proposition de Moscou et de Téhéran de mettre en place une nouvelle équipe chargée d’enquêter sur l’attaque chimique présumée en Syrie début avril. Le projet de texte russo-iranien, dont l’AFP a pris connaissance, appelait à la mise sur pied d’une investigation pour établir si des armes chimiques avaient été utilisées à Khan Cheikhoun et comment elles avaient été livrées sur le site de l’incident présumé.

                          Moscou et Téhéran demandaient également aux enquêteurs de se rendre sur la base aérienne d’Al-Chaayrate, frappée par les Etats-Unis dans la foulée du drame, pour « vérifier les allégations concernant le stockage d’armes chimiques [à cet endroit] ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

franc-tireur

franc-tireur
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès