• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Les retraités ? Des rentiers ! On l’a entendu sur France (...)

Les retraités ? Des rentiers ! On l’a entendu sur France Culture…

Le débat sur les retraites serait-il devenu un défouloir pour les adversaires de cet acquis social qui leur répugne, mais qui est si essentiel pour ceux qui n’ont pour tout « capital » que leur travail ?

Dans l’émission animée par Philippe Meyer sur France Culture, pourtant appelée « L’ Esprit public  », on a pu entendre, dimanche 24 octobre 2010, M. Jean-Louis Bourlanges, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris, qui se définit lui-même comme « un centriste », assimiler le retraité à un rentier avec quelques précautions de langage qui ne changent rien au fond du problème : « Les Socialistes, s’est-il écrié, ont inventé le rentier à temps partiel. Avec les 35 heures on est rentier deux jours et demi par semaine et avec la retraite, on a ce moment privilégié entre 60 et 70 ans où on est supposé pleinement maître de ses moyens intellectuels, sexuels, de voyage, etc. sans être obligé de travailler. C’est ça le rentier. C’est l’homme qui pourrait travailler et qui est dispensé de travailler. Or, ça, ça n’est plus possible (…) » (1).
 
Un amalgame malveillant
 
Aucun de ses interlocuteurs ne l’a repris. Or, peut-on parler de rente à propos d’une retraite de salarié et qualifier ce dernier de rentier ? Qu’est-ce qu’une rente ? Selon les contextes économiques, les définitions varient. Mais y en a-t-il une seule qui corresponde au revenu versé mensuellement à un salarié qui a été admis aujourd’hui à faire valoir ses droits à la retraite ?
 
Si l’on s’en tient à la définition commune à laquelle se réfère manifestement M. Bourlanges, une rente est un revenu assez substantiel tiré d’un capital pour dispenser son propriétaire de travailler : « C’est ça le rentier, a-t-il expliqué. C’est l’homme qui pourrait travailler et qui est dispensé de travailler. »
 
Or qu’y a-t-il de plus éloigné d’un rentier qu’un salarié retraité ? Il semble que les économistes libéralistes qui font la confusion, soient incapables d’imaginer une autre grille de lecture que celle qui s’attache à rentabiliser la propriété d’un capital par plus-values et profits. Ils voudraient tant récupérer cette masse salariale qui leur échappe pour aller la jouer au casino de la finance. Aussi selon eux, le versement d’un revenu mensuel à un salarié retraité est-il  assimilable à celui que perçoit de ses propriétés foncières ou mobilières ou encore de ses titres boursiers leur détenteur. En somme, rien ne différencierait le salarié retraité de la rentière Mme Bettencourt, hormis les sommes perçues. On voit bien sans doute une ressemblance : l’absence de travail dans l’un et l’autre cas. Mais peut-elle masquer leur différence irréductible ? L’une possède des biens, l’autre non. Les assimiler est donc un amalgame malveillant : les sources de revenus sont, en effet, totalement différentes, voire antinomiques.
 
La solidarité inter-générationnelle par salaire différé
 
Mieux, elles structurent deux types de société contraires. Mais les économistes libéralistes paraissent ne connaître qu’un type de fonctionnement économique parce que, c’est vrai, c’est le seul monde où ils entendent vivre. Ils ont donc les mots pour parler de la propriété et de ses revenus, ils n’en ont pas pour nommer une relation sociale qui leur répugne, fondée sur des échanges régis par une obligation morale de réciprocité et de solidarité. En somme, ne parlant pas cette langue, ils la traduisent dans leur dialecte : pour eux, retraité signifie rentier. Mais « Traduttore, traditore », dit un proverbe italien : traduire est trahir !
 
La retraite par répartition, au contraire de celle par capitalisation bien connue des économistes libéralistes et des retraités américains aujourd’hui ruinés, est une invention de solidarité ingénieuse qui institue une relation étroite entre les générations d’un pays. La génération en activité, dit-on souvent, pourvoie aux revenus de la génération précédente qui n’y est plus. C’est une façon partiale et fautive de voir le contrat inter-générationnel que ce mode de vie institue. Un point de vue plus pertinent analyse le revenu versé ainsi à la génération de retraités comme la restitution de la part de salaire qu’elle a elle-même alloué en son temps à la génération précédente. En d’autres termes, la part qui est prélévée sur les salaires de la génération en activité pour servir aux retraites de celle qui n’y est plus, est un salaire différé qui lui sera versé à son tour quand elle sera elle-même à la retraite par la nouvelle génération qui l’aura remplacé. Sans doute les enfants en activité assurent-ils la retraite de leurs parents, mais c’est parce que ces derniers l’ont fait eux-mêmes pour leurs propres parents, et que leur prochaine retraite sera le moment venu assurée par leurs propres enfants.
 
La retraite par répartition, le contrat social en acte
 
Où est donc la notion économique de rente dans cette organisation sociale qui ne fait pas fructifier un capital, mais la solidarité entre générations ? Le salarié ne dispose que des revenus de son travail : il en épargne, si l’on veut, une partie, pour conformément à un contrat social la mettre à la disposition du retraité comme celui-ci l’a fait avec la génération précédente et comme il lui est promis que la génération suivante fera envers lui, quand sera pour lui venu le temps de la retraite. Le rentier tire de ses biens le revenu qui le dispense de travailler. De quel bien le retraité tire-t-il le sien ? D’un bien commun autrement plus riche, si l’on ose dire, la mise en œuvre d’une solidarité réciproque entre les citoyens de générations différentes.
 
La retraite par répartition est, on le voit, loin de la rente, elle en est même la négation. Au lieu d’une exploitation solitaire et égoïste d’un capital individuel, elle est sans doute l’une des expressions les plus hautes d’un contrat social en acte qui soude entre elles les générations et renforce en les renouvelant chaque fois les assises de la République qui l’organise. La ravaler à une vulgaire rente revient à nier sa fonction civilisatrice et unificatrice dans une démocratie et à miner sciemment les fondements de la cohésion sociale pour la remplacer par le caprice de la jungle. Paul Villach
 
 
(1) Extrait de l’émission « L’Esprit Public  », animée sur France Culture par Philippe Meyer, dimanche 24 octobre 2010 de 11h à 11h50.
 
« (…) Jean-Louis Bourlanges, professeur à l’IEP de Paris .- Le XIXème siècle avait inventé un repoussoir, la conditions du prolétaire, et un idéal qui est celle du rentier. Le rentier, il ne faut pas le prendre mal, c’est quelque chose de profondément inscrit dans notre tradition historique. Chaunu avait fait l’éloge de Descartes et d’un certains nombre de gens, de ces officiers qui touchaient de l’argent de l’État sans faire grand chose et dont les loisirs incroyablement studieux avaient permis la grande révolution mathématique du XVIIème siècle. Donc il ne faut pas voir dans le mot rentier quelque chose de négatif. C’est au contraire la marque d’un peuple d’élite qui se débarrasse des contraintes du travail, hédoniste, voué à la culture, à l’association, etc. Il y a un idéal humaniste qui mérite d’être défendu mais qui évidemment du point de vue économique est catastrophique.

Or les Socialistes ont inventé le rentier à temps partiel. Avec les 35 heures on est rentier deux jours et demi par semaine et, avec la retraite, on a ce moment privilégié entre 60 et 70 ans où on est supposé pleinement maître de ses moyens intellectuels, sexuels, de voyage, etc. sans être obligé de travailler. C’est ça le rentier. C’est l’homme qui pourrait travailler et qui est dispensé de travailler et ça c’est quelque chose qui est – Redecker l’a dit d’une autre façon - c’est quelque chose qui est vécu comme un eldorado. Or, ça, ça n’est plus possible. Et le travail qui est rejeté est effectivement l’idée pourtant fondatrice du pacte social selon laquelle c’est dans le travail d’abord que l’homme qui est en bonne santé doit s’exprimer. Et ça, ça s’explique aussi parce que nous sommes dans une société où le travail a été notamment par le patronat, les entreprises, profondément dévalorisé. »

Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Polemikvictor Polemikvictor 27 octobre 2010 12:11

    J’aime cette façon de nommer les choses :
    Rentier : petit individu reac voire parasite qui vit du fruit de son capital.
    Taxer les revenu du capital ( comme s’ils ne l’étaient pas ) : opération vertueuse, car le capital est honteux meme s’il est le fruit d’une vie d’épargne.
    Epargne et épargnant sont des mots qu’on n’utilise plus car chargés de vertues alors que de fait quand on taxe « les rentiers » ou le ’capital" ce sont eux qui passent à la caisse.
    Les riches, les vrais ont les moyens de se protéger d’une fiscalité abusive.
    Notre société encourage les cigales à vivre au frais des fourmis.


    • Shaytan666 Shaytan666 27 octobre 2010 12:35

      La cigalle et la fourmi (version gauche et extyrême-gauche)

      La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule ; elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.

      La cigale pense que la fourmi est stupide ;elle rit, danse et joue tout l’été

      Une fois l’hiver arrive, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

      La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud et bien nourrie tandis que les autres moins chanceux comme elle ont froid et faim.

      La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et qui passent des extraits- vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

      Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans l’abondance.

      Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi.

      Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu’elle paie « sa juste part ».

      En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l’égalité économique et une loi (rétroactive à l’été) d’anti-discrimination…

      Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.

      La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende et ses impôts.

      La fourmi quitte la France pour s’installer avec succès en Suisse.

      La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée : Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin. L’ancienne maison de la fourmi devenue logement social pour la cigale se détériore car cette dernière n’a rien fait pour l’entretenir.

      Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.

      Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 Millions d’euros.

      La cigale meurt d’une overdose ; Libération et L’Humanité commentent sur l’échec du gouvernement a redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.

      La maison est squattée par un gang d’araignées immigrées ; le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France. Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté…


      • Massaliote 27 octobre 2010 13:26

         smiley smiley -))


      • TSS 27 octobre 2010 14:16


        Affligeant... !!

         un retraité fourmi


      • Yohan Yohan 27 octobre 2010 14:19

        D’ailleurs les micros des médias ne se tendent jamais vers la fourmi qui serait aménée à dire des choses que la cigale ne veut pas laisser passer, parce que certaines vérités en sont pas obnnes à dire. Les micros des journalistes préfèrent visiblement la cigale qui elle préfère visiblement sa gueule, même si elle laisse croire qu’elle parle au nom du plus grand nombre.
        La presse fait ce que sa conscience lui dicte, bien sûr  smiley  smiley
        Mais la fourmi qui ne tardera pas à dire ce qu’elle pense dans le seul espace auquel elle a encore accès : l’urne.  smiley


      • iris 27 octobre 2010 14:54

        les cigales patronales et étatiques ayant trop versé de primes et licencié de travailleurs pour faire plus de profit à l’international se trouva fort dépourvu lorsque ses nouveaux partenaires et la chute du pétrole commençèrent à réduire son train de vie- elle devait trouver de quoi se préserver-
        qu’à cela ne tienne il y avait encore des fourmis à inciter à travailler plus jusqu’à la mort-
        mais les fourmis travailleuses plus nombeuses et devenues très piquantes ne se laissèrent pas compter-elles s’organisèrent ppour isoler les cruelles cigales qui durent s’expatrier .


      • Vipère Vipère 27 octobre 2010 19:31

        A Shatan666

         Votre fourmi est confondante de bêtise et d’étourderie !

        Elle aurait dû prendre exemple sur Liliane BETTENCOURT qui se coule des jours tranquilles à Neuilly, prévoyante, la millliardaire a délocalisé ses millions en Suisse, pas sa personne. Et avec la bénédiction de Bercy !!!

        La tranquillité fiscale vaut bien quelques petits bakchichs ? 

         


      • xbrossard 28 octobre 2010 10:49

        @shaytan666


        on voit à travers votre petite histoire toute la haine que vous avez contre ceux qui n’ont pas réussi que vous soupçonnez de ne vouloir que profiter des autres. Dommage que le racisme n’existe pas contre les pauvres, car vous seriez tout à fait raciste.

        Vous faite honte à l’humanité

      • Shaytan666 Shaytan666 28 octobre 2010 10:55

        Affligeant... !!

         un retraité fourmi

        Et oui je suis un retraité fourmi, j’ai bossé comme un dingue, je vais pas écrire comme un *****, on sait jamais, toute ma vie, aussi bien dans mon pays qu’à l’étranger, oui par moment j’ai claqué des masses de pognon en sorties et en beuveries mais j’ai été assez intelligent que pour en mettre une bonne partie de côté, ce qui me permet aujourd’hui, non pas d’être riche loin de là, mais de vivre confortablement. C’est un crime ?


      • Shaytan666 Shaytan666 28 octobre 2010 11:33

        Les pauvres voilà ce que j’en pense  smiley


      • Shaytan666 Shaytan666 28 octobre 2010 12:46

        Les pauvres vu par Bigard  smiley


      • JL JL 27 octobre 2010 12:53

        Une fois n’est pas coutume, j’aimerais congratuler ici PV pour cet article. Depuis les débats sur les retraites, moi qui écoutais régulièrement cette émission depuis des années, je ne peux plus la supporter : je n’aime pas me faire du mal !

        Cet amalgame retraités / rentiers trouve son explication dans la gigantesque imposture en train de se mettre en place et qui mobilise tous les éditocrates, chroniqueurs et autres explicateurs stipendiés ou serviles. Pour s’en convaincre il suffit de lire ce qu’en dit sur ce sujet Frédéric Lordon. Extrait :


        "il y a pire que la perspective de la déconfiture annoncée de la (future) retraite capitalisée. Car la captation par les marchés des retraites n’a pas seulement pour conséquence leur fragilisation financière mais, bien plus profondément, un effet structurel de verrouillage définitif de la libéralisation financière. Par les masses d’épargne qu’elle concerne, la retraite capitalisée pousse l’implication financière du salariat à son comble et, par là même, lie objectivement les intérêts des salariés aux bonnes fortunes de la finance… laquelle prospère précisément de les opprimer. Un sophiste libéral qui passerait par là objecterait sans doute que si les salariés souffrent un peu, les pensionnés qu’ils seront plus tard en profiteront. On lui répondrait d’abord que les appels à la patience pour 40 ans sont bien le propre des nantis d’aujourd’hui (qui font miroiter aux autres leur improbable nantissement de demain). Mais on l’enverra surtout paître en lui faisant observer, expériences désormais suffisamment nombreuses à l’appui, que les fonds de pension DC font et les salariés exploités et les retraités miséreux tout simplement parce que les très nombreux intermédiaires de la division du travail financier se payent sur la bête en prélevant d’effarantes commissions. » (Frédéric Lordon, Le point de fusion des retraites, 23/10/10)

        Ps. C’est moi qui souligne. L’article fait une dizaine de pages HTML


        • Shaytan666 Shaytan666 27 octobre 2010 14:09

          Votre nouvel avatar, c’est quand même bien, la mer, l’horizon et un bastingage ?
          Je demande pour ne pas encore passer pour un con  smiley


        • JL JL 27 octobre 2010 14:34

          La mer, le balcon, et surtout le petit phoque ! C’est à lui qu’est dédié cet avatar. Malheureusement j’ai du cadrer au pif parce que, en plein soleil les écrans des appareils numériques ne sont pas lisibles. Et le petit phoque ne m’a pas attendu pour une deuxième photo. Si bien que l’avatar n’est qu’une portion d’image et il vous sera impossible de l’agrandir pour bien voir l’animal.


        • JL JL 27 octobre 2010 14:44

          Voici agrandi, le petit phoque. Et il n’y a pas d’horizon, c’est le l’effet de coupure. Vous noterez que la bande blanche supérieure est identique à la bande blache inférieure.


        • JL JL 27 octobre 2010 14:51

          Tiens, que fait-il là, celui-là ? J’ai lu son lien, et j’ai rit là, je cite : "

          LES ENFANTS PEUVENT-ILS ÊTRE CONS ?

          Oui. Pas les miens : ils sont à l’école libre"

          J’ai également noté qu’un nommé snoopy en était le signatiare ? M’étonne pas ! Le con n’est-il pas aussi très rancunier ?


        • foufouille foufouille 27 octobre 2010 15:11

          riry il aura aucun probleme a venir en cours en deambulateur
          sauf que ca sera chomedu ou rsa depuis longtemps


        • Daniel Roux Daniel Roux 27 octobre 2010 14:24

          Les retraités sont des salariés qui ont cotisé 42 ans. Ils sont arrivés au terme de leur carrière et ont au moins 60 ans mais beaucoup sont obligés d’attendre 65 ans. Il n’y pas d’âge minimal, ni l’obligation de travailler 42 ans, pour être rentier surtout si on est un héritier précoce.

          Les fonctionnaires sont des privilégiés et des nantis.
          Les usagers sont otages des grévistes.
          Les Français sont des assistés.
          Les politiques sont honnêtes.
          Les paradis fiscaux sont finis.

          Que des lieux communs et des mensonges véhiculés par la propagande de l’oligarchie.


          • dupont dupont 27 octobre 2010 14:30

            « ...Et le travail qui est rejeté est effectivement l’idée pourtant fondatrice du pacte social selon laquelle c’est dans le travail d’abord que l’homme qui est en bonne santé doit s’exprimer. Et ça, ça s’explique aussi parce que nous sommes dans une société où le travail a été notamment par le patronat, les entreprises, profondément dévalorisé. » »
            Le problème n’est-il pas là en fait ?

            « Que faites-vous ? »
            « je taille une pierre »
            « et vous, vous taillez une pierre également »
            « non, moi je fais une cathédrale »

             


            • LE CHAT LE CHAT 27 octobre 2010 14:56

              certains retraités sont des rentiers , et il serait juste qu’ils contribuent à l’effort demandé à tous les français ! au delà d’un certain niveau de pension , il faudrait voir à faire payer certains !
              un revenu est un revenu , pourquoi un retraité ne paierait pas alors qu’il gagne bien plus qu’un actif ?


              • iris 27 octobre 2010 15:26

                de plus les retraites à plus de 5000euros sont t elles bien méritées ?? comment ont t elles été gagnées ??


              • ZEN ZEN 27 octobre 2010 15:48

                Salut le Chat
                Tout à fait d’accord. L’idée d’une participation particulière des retraités les plus fortunés me semble aller dans le sens d’une simple justice. Il faudrait fixer un seuil. Cela n’a jamais été évoqué, à ma connaissance. Dossier bâclé, qui me donne des « boutons » smiley

                @Paul
                Excellent article, très clair, allant à l’essentiel


              • LE CHAT LE CHAT 27 octobre 2010 21:17

                Salut Zen ,
                pour qu’ils annoncent avoir à remettre le couvert en 2012-2013 , c’est vraiment que c’est un rafistolage baclé sous la pression des agences de notation !le problème est que les partis de gouvernement agréés bvilderberg , de droite comme de gauche , ne connaissent que 3 variables d’ajustement
                - faire bosser plus longtemps
                -rogner les retraites
                - augmenter les cotisations

                mais toucher aux 10% de PIB qui est passé des poches des travailleurs dans celles des financiers , personne n’en parle ! smiley


              • L'enfoiré L’enfoiré 31 octobre 2010 08:00

                Cher Le Chat,
                 Un revenu est un revenu, absolument.
                 Et les retraités contribuent à l’effort demandé, aussi.
                 Je ne connais pas, dans sa totalité, la situation française, mais de toutes manières, je crois que tu oublies que même le pensionné (retraité dans la langue français) paye ses taxes et doit rentrer sa déclaration pour les impôts comme tout le monde, payer les taxes sur les produits qu’il consomme.
                 Il font partie du système comme le reste de la population en fonction des mêmes règles de calcul.
                 Par contre, s’il n’a pas un peu capitalisé pendant la phase active de sa vie, il aura peu de contributions personnelles.
                 Je suppose que tu connais la phrase de Devos : « avoir de l’argent de côté et de l’argent devant soi ».
                 smiley


              • L'enfoiré L’enfoiré 31 octobre 2010 09:29

                @Paul,
                J’oubliais, bon article. smiley


              • iris 27 octobre 2010 14:59

                croyez moi les travailleuses de confection- qui sont maintenant en chine- sont bien contentes de ne plus travailler à la chaine-mais souvent à la retraite elles ne touchent que rarement au dessus de 800 euros par mois-et leurs patrons se sont bien enrichis sur leurs pauvres dos vermoulus.


                • Login Login 27 octobre 2010 15:05

                  Et si les talents des auteurs de AV étaient mis à contribution pour conduire l’action...

                  Première règle : Maîtriser l’agenda. Pour cela, se donner un projet : Rétablir le démocratie.

                  Deuxième règle : Choisir son terrain. Ne considérer l’actualité que sous l’angle du déni de démocratie.

                  Troisième règle : Engager les hommes pas les partis. Il ne s’agit pas de débattre mais de rétablir les conditions du débat. Le débat fera le reste.
                   

                  • ZEN ZEN 27 octobre 2010 17:28

                    Un article très éclairant du sociologue Bernard Friot


                    • JL JL 27 octobre 2010 19:49

                      @ Zen, si je suis 100% d’accord avec ceci, je cite : « (un) retraité mérite un salaire continué car il continue de produire selon ses qualifications, qu’il s’agisse d’assumer des fonctions d’édile municipal ou d’aller chercher ses petits-enfants à l’école («  Un retraité voué à son mandat municipal ou entretenant un potager produit davantage de richesse qu’un conseiller en communication de Sarkozy. »). » (c’est moi qui souligne)

                      En revanche, je conteste celà : « Une de ces « réformes » est la retraite par points. Elle nous pend aux nez, d’autant qu’elle est une des marottes de la CFDT œuvrant, depuis la « réforme » des retraites Raffarin-Chérèque, en sous-main sur les bases du patronat. »

                      Bernard Gensane, le signatire de cet article auquel mène le lien, sait-il bien de quoi il parle ?


                    • Michel DROUET Michel DROUET 27 octobre 2010 19:22

                      J’emm... M Bourlanges avec ses précautions oratoires de curé centriste

                      J’ai cotisé 45 ans (en comptant le service national) et à 15 ans je bossais 45 heures par semaines dans un atelier d’imprimerie.
                      Je n’ai pas de comptes à lui rendre, à lui et ses semblables centristes prêts à toutes les compromissions politiques pour pouvoir tenir le haut de l’affiche ou conserver leurs petits cumuls de salaires ou de mandats électifs, avec les retraites qui vont avec.

                      Ecoeurante, cette comparaison avec les rentiers. Les rentiers, ce sont ceux du CAC 40, les rafleurs de dividendes qui n’ont jamais rien fait de leurs dix doigts sauf compter le pognon gagné en exploitant les salariés et en taxant le consommateur


                      • diego149 diego149 27 octobre 2010 19:34

                        Ce que dit Bourlanges est stupide et injurieux. Comment traiter de rentier quelqu’un qui a travaillé toute sa vie et qui touche moins de 1000 euros de retraite par mois. Evidemment ce ne sera pas son cas à lui ni aux animateurs de médias complices, compte tenu de leurs salaires énormes.
                        Ecoeurant.


                        • Vipère Vipère 27 octobre 2010 20:24

                          Bonjour Paul Willach

                          Excellent article, à l’instar des deux précédents.

                          Certains retraités sont des rentiers ! 

                          Le président du Conseil d’administration de Dexia, une banque franco-belge touche une reraite chapeau de : 583 OOO Euros par an !!!

                          Que dit le gouvernement ? Le 23/04/2009, F. FILLON annonçait à grand renfort de communication qu’une fiscalité d’une extrême importance frapperait les retraites chapeaux de certains grands patrons  :

                          La teneur du décret ?

                          « Les retraites chapeaux sont désormais interdites jusqu’en 2010, dans les entreprises ayant bénéficié des aides de l’état ».

                          Avant le décret de 2010, les grands patrons se goinfraient.
                          Après 2010 ? Les grands patrons ayant bénéficié d’aides de l’état vont-ils continuer à se goinfrer ? Nul n’a de réponse.

                           


                          • cyaxarte 27 octobre 2010 20:29

                            Peut-être sommes-nous d’accord sur le fond, mais je tiens à préciser certains points, pour vérifier.
                            Si la retraite est par pure répartition, effectivement, on ne peut pas qualifier les retraités de rentiers. Dont actes ! Par contre, les fonctionnaires aujourd’hui, via, notamment, Préfons-retraites, bénéficient de capitalisation. Ils sont donc rentiers, pour cette part, au même titre que madame Bétencourt. Par ailleurs, c’est le régime des fonctionnaire qui a des problèmes à l’horizon 2040 et pas forcément le régime général dont l’équilibre dépend, à l’inverse du régime des fonctionnaires, des gains de productivité qui seront faits dans l’industrie...
                            Par ailleurs, vous parlez de solidarité inter générationnelle et je suis d’accord. Néanmoins, qui dit solidarité dit que celui envers lequel on est solidaire est dans la nécessité. Peut-on raisonnablement dire qu’une personne de 60 ans en bonne santé est nécessiteuse au point d’être rémunérée sans travailler ? Alors, dans un tel cas, ce n’est pas être rentier, sauf capitalisation, mais c’est du parasitisme, bien plus grave !...
                            J’attends donc votre réponse sur ces points.


                            • JL JL 27 octobre 2010 23:34

                              « Avec les 35 heures on est rentier deux jours et demi par semaine » (Bourlanges, cité dans le texte)

                              Qu’on se le dise : en novlangue libérale - la novlangue de l’empire de la finance, celle qu’emploient les néo-pétainistes, celle qui véhicule la pensée unique diffusée dans les médias dominants - rente et salaire c’est la même chose.


                            • foufouille foufouille 28 octobre 2010 10:47

                              "Peut-on raisonnablement dire qu’une personne de 60 ans en bonne santé est nécessiteuse au point d’être rémunérée sans travailler ?

                              on doit crever en travaillant ?
                              et 70a ?


                            • Le péripate Le péripate 27 octobre 2010 21:38

                              Le rentier n’étant que celui qui possède une ou des rentes, et une rente n’étant qu’une somme fixe versé périodiquement pour un bien, un capital effectivement, mais aussi d’une personne à une personne, du Roi à un sujet méritant, par exemple, on peut tout à fait dire que le retraité, qu’il soit capitaliste ou socialiste, est un rentier. Pas de quoi piquer un fard.


                              • JL JL 27 octobre 2010 23:23

                                La question n’est pas tant de savoir si le retraité est ou non un rentier. La question est de savoir pourquoi cela a tellement d’importance de distinguer les deux : si tous les retraités sont quelque part des rentiers, tous les rentiers ne sont pas de retraités, loin s’en faut. Bourlanges a même dit que les salariés sont rentiers le dimanche par son allusion aux 35 heures !

                                Et cela confirme bien l’analyse de Lordon : la pensée unique voudrait nous faire avaler l’idée que tout revenu quel qu’il soit est une rente.

                                Sur un autre fil, un certain Michel Santi déclarait que spéculer et investir, au fond, c’est pareil. Demain ils vont nous dire que ce sont les smicards qui s’approprient les matières premières et détruisent les agricultures vivrières du tiers monde !


                              • Le péripate Le péripate 28 octobre 2010 09:07

                                Oui, je sais : on aime bien surveiller les pensées à gauche. Ontologiquement totalitaire. Ce qui transforme la question : pourquoi est-il si important que la ressemblance ne soit pas reconnu ?

                                Lordon est marxiste, ce qui lui retire toute qualité à être économiste, ou historien et à peine sociologue. C’est déjà une originalité que ce type soit au CNRS. smiley


                              • JL JL 28 octobre 2010 09:31

                                péripate, le totalitarisme n’est ni de gauche ni de droite. Donc vous avez tort.

                                La gauche surveille les pensées ? Est-ce la gauche qui met des caméras partout ?

                                Lordon est marxiste, au sens qu’il a bien compris Marx. Si cela lui « retire toute qualité à être économiste », alors il faut admettre que l’économie est l’apanage des anti marxiste ! Des dogmatiques, donc ? Marx n’était pas de gauche, il était chercheur et « trouveur ».

                                Anomalie qu’un marxiste soit au CNRS ? Qui est totalitaire sinon vous qui soutenez une chose pareille. Et d’ailleurs, savez-vos que vos amis veulent la peau du CNRS ? Comme ils veulent la peau de tout ce qui est motivé par autre chose que l’appât du gain, les valeurs morales et humanistes notamment.

                                Tenez, lisez ces quelques lignes, ce n’est pas sans rapport.


                              • foufouille foufouille 28 octobre 2010 10:50

                                la seule pensee libertaryenne est le fric
                                rien a surveiller


                              • ZEN ZEN 28 octobre 2010 13:55

                                Notre Péripate est ONTOLOGIQUEMENT ultralibéral smiley


                              • JL JL 28 octobre 2010 14:07

                                 smiley  smiley  smiley



                                • Eric Kaminski 28 octobre 2010 10:15

                                  Restons mobilisés sur les retraites, le projet peut encore ne pas être promulgué ; jetez un œil sur ce blog pour une vision plus large du problème et des contre propositions innovantes et réalistes : http://ekaminski.blog.lemonde.fr/


                                  • Dzan 28 octobre 2010 10:58

                                    On a les noms des malfaisants ( Source un post de Rue 89)

                                    N’oubliez pas que tout ces guignols ont votés cette reforme et nous mettent profond, a demain dans la rue !
                                    sans oublier l’obtu de l’elysée !

                                    Élie Aboud ; UMP ; Hérault —
                                    Bernard Accoyer ; UMP ; Haute-Savoie —
                                    Manuel Aeschlimann ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Yves Albarello ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Alfred Almont ; UMP ; Martinique —
                                    Nicole Ameline ; UMP ; Calvados —
                                    Jean-Paul Anciaux ; UMP ; Saône-et-Loire —
                                    Edwige Antier ; UMP ; Paris —
                                    Jean Auclair ; UMP ; Creuse —
                                    Martine Aurillac ; UMP ; Paris —
                                    Pierre-Christophe Baguet ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Patrick Balkany ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Jean Bardet ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Brigitte Barèges ; UMP ; Tarn-et-Garonne —
                                    Sylvia Bassot ; UMP ; Orne —
                                    Patrick Beaudouin ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Jean-Claude Beaulieu ; UMP ; Charente-Maritime —
                                    Jacques Alain Bénisti ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Jean-Louis Bernard ; UMP ; Loiret —
                                    Marc Bernier ; UMP ; Mayenne —
                                    Xavier Bertrand ; UMP ; Aisne —
                                    Jean-Yves Besselat ; UMP ; Seine-Maritime —
                                    Gabriel Biancheri ; UMP ; Drôme —
                                    Jérôme Bignon ; UMP ; Somme —
                                    Jean-Marie Binetruy ; UMP ; Doubs —
                                    Claude Birraux ; UMP ; Haute-Savoie —
                                    Étienne Blanc ; UMP ; Ain —
                                    Émile Blessig ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Roland Blum ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Claude Bodin ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Philippe Boënnec ; UMP ; Loire-Atlantique —
                                    Marcel Bonnot ; UMP ; Doubs —
                                    Jean-Yves Bony ; UMP ; Cantal —
                                    Jean-Claude Bouchet ; UMP ; Vaucluse —
                                    Gilles Bourdouleix ; UMP ; Maine-et-Loire —
                                    Bruno Bourg-Broc ; UMP ; Marne —
                                    Chantal Bourragué ; UMP ; Gironde —
                                    Michel Bouvard ; UMP ; Savoie —
                                    Loïc Bouvard ; UMP ; Morbihan —
                                    Valérie Boyer ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Françoise Branget ; UMP ; Doubs —
                                    Xavier Breton ; UMP ; Ain —
                                    Françoise Briand ; UMP ; Essonne —
                                    Philippe Briand ; UMP ; Indre-et-Loire —
                                    Bernard Brochand ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Chantal Brunel ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Michel Buillard ; UMP ; Polynésie Française —
                                    Yves Bur ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Dominique Caillaud ; UMP ; Vendée —
                                    Patrice Calméjane ; UMP ; Seine-Saint-Denis —
                                    François Calvet ; UMP ; Pyrénées-Orientales —
                                    Bernard Carayon ; UMP ; Tarn —
                                    Olivier Carré ; UMP ; Loiret —
                                    Gilles Carrez ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Joëlle Ceccaldi-Raynaud ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Yves Censi ; UMP ; Aveyron —
                                    Jérôme Chartier ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Gérard Cherpion ; UMP ; Vosges —
                                    Jean-François Chossy ; UMP ; Loire —
                                    Jean-Louis Christ ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Dino Cinieri ; UMP ; Loire —
                                    Éric Ciotti ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Pascal Clément ; UMP ; Loire —
                                    Philippe Cochet ; UMP ; Rhône —
                                    Georges Colombier ; UMP ; Isère —
                                    Geneviève Colot ; UMP ; Essonne —
                                    Jean-François Copé ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    François Cornut-Gentille ; UMP ; Haute-Marne —
                                    Louis Cosyns ; UMP ; Cher —
                                    René Couanau ; UMP ; Ille-et-Vilaine —
                                    Édouard Courtial ; UMP ; Oise —
                                    Jean-Yves Cousin ; UMP ; Calvados —
                                    Alain Cousin ; UMP ; Manche —
                                    Jean-Michel Couve ; UMP ; Var —
                                    Gilles d’Ettore ; UMP ; Hérault —
                                    Marie-Christine Dalloz ; UMP ; Jura —
                                    Olivier Dassault ; UMP ; Oise —
                                    Laure de La Raudière ; UMP ; Eure-et-Loir —
                                    Charles de La Verpillière ; UMP ; Ain —
                                    Françoise de Panafieu ; UMP ; Paris —
                                    Camille de Rocca Serra ; UMP ; Corse-du-Sud —
                                    Françoise de Salvador ; UMP ; Essonne —
                                    Bernard Debré ; UMP ; Paris —
                                    Jean-Pierre Decool ; UMP ; Nord —
                                    Bernard Deflesselles ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Lucien Degauchy ; UMP ; Oise —
                                    Rémi Delatte ; UMP ; Côte-d’Or —
                                    Richard Dell’Agnola ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Sophie Delong ; UMP ; Haute-Marne —
                                    Yves Deniaud ; UMP ; Orne —
                                    Bernard Depierre ; UMP ; Côte-d’Or —
                                    Vincent Descoeur ; UMP ; Cantal —
                                    Nicolas Dhuicq ; UMP ; Aube —
                                    Éric Diard ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Michel Diefenbacher ; UMP ; Lot-et-Garonne —
                                    Jacques Domergue ; UMP ; Hérault —
                                    Jean-Pierre Door ; UMP ; Loiret —
                                    Dominique Dord ; UMP ; Savoie —
                                    David Douillet ; UMP ; Yvelines —
                                    Marianne Dubois ; UMP ; Loiret —
                                    Cécile Dumoulin ; UMP ; Yvelines —
                                    Jean-Pierre Dupont ; UMP ; Corrèze —
                                    Daniel Fasquelle ; UMP ; Pas-de-Calais —
                                    Yannick Favennec ; UMP ; Mayenne —
                                    Jean-Michel Ferrand ; UMP ; Vaucluse —
                                    Alain Ferry ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Daniel Fidelin ; UMP ; Seine-Maritime —
                                    André Flajolet ; UMP ; Pas-de-Calais —
                                    Jean-Claude Flory ; UMP ; Ardèche —
                                    Nicolas Forissier ; UMP ; Indre —
                                    Marie-Louise Fort ; UMP ; Yonne —
                                    Jean-Michel Fourgous ; UMP ; Yvelines —
                                    Marc Francina ; UMP ; Haute-Savoie —
                                    Pierre Frogier ; UMP ; Nouvelle-Calédonie —
                                    Yves Fromion ; UMP ; Cher —
                                    Cécile Gallez ; UMP ; Nord —
                                    Sauveur Gandolfi-Scheit ; UMP ; Haute-Corse —
                                    Jean-Paul Garraud ; UMP ; Gironde —
                                    Claude Gatignol ; UMP ; Manche —
                                    Gérard Gaudron ; UMP ; Seine-Saint-Denis —
                                    Jean-Jacques Gaultier ; UMP ; Vosges —
                                    Hervé Gaymard ; UMP ; Savoie —
                                    Guy Geoffroy ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Bernard Gérard ; UMP ; Nord —
                                    Alain Gest ; UMP ; Somme —
                                    Franck Gilard ; UMP ; Eure —
                                    Georges Ginesta ; UMP ; Var —
                                    Charles-Ange Ginesy ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Jean-Pierre Giran ; UMP ; Var —
                                    Louis Giscard d’Estaing ; UMP ; Puy-de-Dôme —
                                    Claude Goasguen ; UMP ; Paris —
                                    François-Michel Gonnot ; UMP ; Oise —
                                    Didier Gonzales ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Jean-Pierre Gorges ; UMP ; Eure-et-Loir —
                                    Philippe Gosselin ; UMP ; Manche —
                                    Philippe Goujon ; UMP ; Paris —
                                    François Goulard ; UMP ; Morbihan —
                                    Michel Grall ; UMP ; Morbihan —
                                    Jean-Pierre Grand ; UMP ; Hérault —
                                    Claude Greff ; UMP ; Indre-et-Loire —
                                    Jean Grenet ; UMP ; Pyrénées-Atlantiques —
                                    Anne Grommerch ; UMP ; Moselle —
                                    François Grosdidier ; UMP ; Moselle —
                                    Jacques Grosperrin ; UMP ; Doubs —
                                    Arlette Grosskost ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Serge Grouard ; UMP ; Loiret —
                                    Louis Guédon ; UMP ; Vendée —
                                    Françoise Guégot ; UMP ; Seine-Maritime —
                                    Jean-Claude Guibal ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Jean-Jacques Guillet ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Christophe Guilloteau ; UMP ; Rhône —
                                    Gérard Hamel ; UMP ; Eure-et-Loir —
                                    Michel Havard ; UMP ; Rhône —
                                    Michel Heinrich ; UMP ; Vosges —
                                    Laurent Hénart ; UMP ; Meurthe-et-Moselle —
                                    Michel Herbillon ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Antoine Herth ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Françoise Hostalier ; UMP ; Nord —
                                    Philippe Houillon ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Jacques Houssin ; UMP ; Nord —
                                    Guénhaël Huet ; UMP ; Manche —
                                    Sébastien Huyghe ; UMP ; Nord —
                                    Jacqueline Irles ; UMP ; Pyrénées-Orientales —
                                    Christian Jacob ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Denis Jacquat ; UMP ; Moselle —
                                    Paul Jeanneteau ; UMP ; Maine-et-Loire —
                                    Yves Jégo ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Maryse Joissains-Masini ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Marc Joulaud ; UMP ; Sarthe —
                                    Alain Joyandet ; UMP ; Haute-Saône —
                                    Didier Julia ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Christian Kert ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Jacques Kossowski ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Patrick Labaune ; UMP ; Drôme —
                                    Fabienne Labrette-Ménager ; UMP ; Sarthe —
                                    Marc Laffineur ; UMP ; Maine-et-Loire —
                                    Jacques Lamblin ; UMP ; Meurthe-et-Moselle —
                                    Jean-François Lamour ; UMP ; Paris —
                                    Marguerite Lamour ; UMP ; Finistère —
                                    Pierre Lang ; UMP ; Moselle —
                                    Pierre Lasbordes ; UMP ; Essonne —
                                    Thierry Lazaro ; UMP ; Nord —
                                    Marc Le Fur ; UMP ; Côtes-d’Armor —
                                    Jacques Le Guen ; UMP ; Finistère —
                                    Dominique Le Mèner ; UMP ; Sarthe —
                                    Jacques Le Nay ; UMP ; Morbihan —
                                    Robert Lecou ; UMP ; Hérault —
                                    Jean-Marc Lefranc ; UMP ; Calvados —
                                    Guy Lefrand ; UMP ; Eure —
                                    Michel Lejeune ; UMP ; Seine-Maritime —
                                    Jean-Claude Lenoir ; UMP ; Orne —
                                    Jean-Louis Léonard ; UMP ; Charente-Maritime —
                                    Jean Leonetti ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Pierre Lequiller ; UMP ; Yvelines —
                                    Céleste Lett ; UMP ; Moselle —
                                    Geneviève Levy ; UMP ; Var —
                                    Michel Lezeau ; UMP ; Indre-et-Loire —
                                    François Loos ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Gérard Lorgeoux ; UMP ; Morbihan —
                                    Gabrielle Louis-Carabin ; UMP ; Guadeloupe —
                                    Lionnel Luca ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Daniel Mach ; UMP ; Pyrénées-Orientales —
                                    Guy Malherbe ; UMP ; Essonne —
                                    Richard Mallié ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Jean-François Mancel ; UMP ; Oise —
                                    Alain Marc ; UMP ; Aveyron —
                                    Jean-Pierre Marcon ; UMP ; Haute-Loire —
                                    Thierry Mariani ; UMP ; Vaucluse —
                                    Christine Marin ; UMP ; Nord —
                                    Hervé Mariton ; UMP ; Drôme —
                                    Muriel Marland-Militello ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Franck Marlin ; UMP ; Essonne —
                                    Philippe Armand Martin ; UMP ; Marne —
                                    Patrice Martin-Lalande ; UMP ; Loir-et-Cher —
                                    Henriette Martinez ; UMP ; Hautes-Alpes —
                                    Alain Marty ; UMP ; Moselle —
                                    Jean-Claude Mathis ; UMP ; Aube —
                                    Jean-Philippe Maurer ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Pierre Méhaignerie ; UMP ; Ille-et-Vilaine —
                                    Christian Ménard ; UMP ; Finistère —
                                    Gérard Menuel ; UMP ; Aube —
                                    Damien Meslot ; UMP ; Territoire-de-Belfort —
                                    Philippe Meunier ; UMP ; Rhône —
                                    Jean-Claude Mignon ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Marie-Anne Montchamp ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Pierre Morange ; UMP ; Yvelines —
                                    Pierre Morel-A-L’Huissier ; UMP ; Lozère —
                                    Philippe Morenvillier ; UMP ; Meurthe-et-Moselle —
                                    Jean-Marie Morisset ; UMP ; Deux-Sèvres —
                                    Georges Mothron ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Étienne Mourrut ; UMP ; Gard —
                                    Alain Moyne-Bressand ; UMP ; Isère —
                                    Renaud Muselier ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Jacques Myard ; UMP ; Yvelines —
                                    Jean-Marc Nesme ; UMP ; Saône-et-Loire —
                                    Jean-Pierre Nicolas ; UMP ; Eure —
                                    Yves Nicolin ; UMP ; Loire —
                                    Patrick Ollier ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Bertrand Pancher ; UMP ; Meuse —
                                    Yanick Paternotte ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Christian Patria ; UMP ; Oise —
                                    Béatrice Pavy ; UMP ; Sarthe —
                                    Jacques Pélissard ; UMP ; Jura —
                                    Dominique Perben ; UMP ; Rhône —
                                    Bernard Perrut ; UMP ; Rhône —
                                    Étienne Pinte ; UMP ; Yvelines —
                                    Michel Piron ; UMP ; Maine-et-Loire —
                                    Henri Plagnol ; UMP ; Val-de-Marne —
                                    Serge Poignant ; UMP ; Loire-Atlantique —
                                    Bérengère Poletti ; UMP ; Ardennes —
                                    Axel Poniatowski ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    Josette Pons ; UMP ; Var —
                                    Daniel Poulou ; UMP ; Pyrénées-Atlantiques —
                                    Sophie Primas ; UMP ; Yvelines —
                                    Christophe Priou ; UMP ; Loire-Atlantique —
                                    Jean Proriol ; UMP ; Haute-Loire —
                                    Didier Quentin ; UMP ; Charente-Maritime —
                                    Michel Raison ; UMP ; Haute-Saône —
                                    Éric Raoult ; UMP ; Seine-Saint-Denis —
                                    Frédéric Reiss ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Jean-Luc Reitzer ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Jacques Remiller ; UMP ; Isère —
                                    Bernard Reynès ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Franck Reynier ; UMP ; Drôme —
                                    Arnaud Richard ; UMP ; Yvelines —
                                    Franck Riester ; UMP ; Seine-et-Marne —
                                    Jean Roatta ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Didier Robert ; UMP ; Réunion —
                                    Arnaud Robinet ; UMP ; Marne —
                                    Marie-Josée Roig ; UMP ; Vaucluse —
                                    Jean-Marie Rolland ; UMP ; Yonne —
                                    Valérie Rosso-Debord ; UMP ; Meurthe-et-Moselle —
                                    Jean-Marc Roubaud ; UMP ; Gard —
                                    Max Roustan ; UMP ; Gard —
                                    Martial Saddier ; UMP ; Haute-Savoie —
                                    Francis Saint-Léger ; UMP ; Lozère —
                                    Bruno Sandras ; UMP ; Polynésie Française —
                                    François Scellier ; UMP ; Val-d’Oise —
                                    André Schneider ; UMP ; Bas-Rhin —
                                    Jean-Pierre Schosteck ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Jean-Marie Sermier ; UMP ; Jura —
                                    Georges Siffredi ; UMP ; Hauts-de-Seine —
                                    Fernand Siré ; UMP ; Pyrénées-Orientales —
                                    Jean-Pierre Soisson ; UMP ; Yonne —
                                    Michel Sordi ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Daniel Spagnou ; UMP ; Alpes-de-Haute-Provence —
                                    Éric Straumann ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Alain Suguenot ; UMP ; Côte-d’Or —
                                    Michèle Tabarot ; UMP ; Alpes-Maritimes —
                                    Lionel Tardy ; UMP ; Haute-Savoie —
                                    Jean-Charles Taugourdeau ; UMP ; Maine-et-Loire —
                                    Guy Teissier ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Michel Terrot ; UMP ; Rhône —
                                    Jean-Claude Thomas ; UMP ; Marne —
                                    Dominique Tian ; UMP ; Bouches-du-Rhône —
                                    Jean Tiberi ; UMP ; Paris —
                                    Alfred Trassy-Paillogues ; UMP ; Seine-Maritime —
                                    Jean Ueberschlag ; UMP ; Haut-Rhin —
                                    Yves Vandewalle ; UMP ; Yvelines —
                                    Christian Vanneste ; UMP ; Nord —
                                    François Vannson ; UMP ; Vosges —
                                    Isabelle Vasseur ; UMP ; Aisne —
                                    Catherine Vautrin ; UMP ; Marne —
                                    Patrice Verchère ; UMP ; Rhône —
                                    Jean-Sébastien Vialatte ; UMP ; Var —
                                    René-Paul Victoria ; UMP ; Réunion —
                                    Philippe Vitel ; UMP ; Var —
                                    Gérard Voisin ; UMP ; Saône-et-Loire —
                                    Michel Voisin ; UMP ; Ain —
                                    Jean-Luc Warsmann ; UMP ; Ardennes —
                                    André Wojciechowski ; UMP ; Moselle —
                                    Gaël Yanno ; UMP ; Nouvelle-Calédonie —
                                    Marie-Jo Zimmermann ; UMP ; Moselle —
                                    Michel Zumkeller ; UMP ; Territoire-de-Belfort —
                                    Jean-Pierre Abelin ; NC ; Vienne —
                                    Thierry Benoit ; NC ; Ille-et-Vilaine —
                                    Christian Blanc ; NC ; Yvelines —
                                    Hervé de Charette ; NC ; Maine-et-Loire —
                                    Charles de Courson ; NC ; Marne —
                                    Stéphane Demilly ; NC ; Somme —
                                    Jean Dionis du Séjour ; NC ; Lot-et-Garonne —
                                    Raymond Durand ; NC ; Rhône —
                                    Philippe Folliot ; NC ; Tarn —
                                    Francis Hillmeyer ; NC ; Haut-Rhin —
                                    Michel Hunault ; NC ; Loire-Atlantique —
                                    Olivier Jardé ; NC ; Somme —
                                    Yvan Lachaud ; NC ; Gard —
                                    Jean-Christophe Lagarde ; NC ; Seine-Saint-Denis —
                                    Maurice Leroy ; NC ; Loir-et-Cher —
                                    Claude Leteurtre ; NC ; Calvados —
                                    Nicolas Perruchot ; NC ; Loir-et-Cher —
                                    Jean-Luc Préel ; NC ; Vendée —
                                    François Rochebloine ; NC ; Loire —
                                    Rudy Salles ; NC ; Alpes-Maritimes —
                                    André Santini ; NC ; Hauts-de-Seine —
                                    François Sauvadet ; NC ; Côte-d’Or —
                                    Marc Vampa ; NC ; Eure —
                                    Francis Vercamer ; NC ; Nord —
                                    Philippe Vigier ; NC ; Eure-et-Loir —
                                    Abdoulatifou Aly ; NI ; Mayotte —
                                    François Bayrou ; NI ; Pyrénées-Atlantiques —
                                    Véronique Besse ; NI ; Vendée —
                                    Nicolas Dupont-Aignan ; NI ; Essonne —
                                    Daniel Garrigue ; NI ; Dordogne —
                                    Jean Lassalle ; NI ; Pyrénées-Atlantiques —
                                    Dominique Souchet ; NI ; Vendée —
                                    François-Xavier Villain ; NI ; Nord —

                                    En 2012, devant les urnes, ne les oubliez pas !

                                    En décortiquant soigneusement la liste, il y a des noms, qui ont fait la une de l’actualité judiciaire !


                                    • iris 28 octobre 2010 16:59

                                      j’èspère qu’ils ne seront pas reelus.
                                      liste à afficher et a faire distribuer par les syndicats...


                                    • iris 28 octobre 2010 17:58

                                      François Bayrou ; NI ; Pyrénées-Atlantiques
                                      comme je vous le dis
                                      sarkosy= villepin= bayrou


                                    • JL JL 28 octobre 2010 11:19

                                      Pourquoi diable, Paul Villach n’est-il pas intervenu ici ?

                                      Pourquoi diable, ses faire valoir récurrents ne sont-ils pas intervenus ?

                                      Mon petit doigt me dit qu’e cela n’est pas sans rapport avec ce que dit Frédéric Lordon et que j’ai souligné dans mon premier post. Et Paul Villach n’était pas au courant que les Bourlanges & Co oeuvraient pour la « bonne cause » !

                                      Dur dur !

                                       smiley  smiley  smiley



                                        • Jordi Grau J. GRAU 28 octobre 2010 11:28

                                          Je remarque une certaine contradiction dans le discours de J-L Bourlange. D’un côté, il fait l’apologie de rentiers comme Descartes, dont le loisir a donné lieu à de si grandes réalisations ; de l’autre, il prétend que le pacte social exige que l’homme en bonne santé « s’exprime » d’abord par le travail. Et si le loisir n’était pas, mieux encore que le travail salarié, ce qui permet aux plus belles facultés de l’homme de s’épanouir, et pour le plus grand bien de la société ?

                                          Autre contradiction : Bourlange parle avec culot de « pacte social » alors que la « réforme » qu’il défend vise au contraire à atomiser la société pour le plus grand profit des patrons, des assureurs et des gestionnaires de fonds de pension.

                                          Enfin, je ferai une remarque d’ordre linguistique. En un sens, Bourlange a raison de parler de rentiers à propos des retraités, car une rente est un revenu régulier qu’on perçoit sans travailler. Les Allemands désignent d’ailleurs les retraités par le nom de Rentner ! Seulement, évidemment, tout est dans la connotation. En France, « rentier » est forcément associé à « feignant » et à « parasite ». Et toute l’hypocrisie de Bourlange est là : il feint de ne pas vouloir donner une connotation négative à ce mot (en se référant à Descartes), alors que son but est évidemment là.


                                          • JL JL 28 octobre 2010 12:27

                                            @ J. GRAU, bien vu. Quantd on défend l’indéfendable, on est forcément quelque part en contradiction. Et le discours laisse transparaitre sa bêtise, la bêtise au sens que lui donne Georges Perros dans cette citation :

                                            « La bêtise ne prend un sens qu’éclairée par une intelligence qui la pourchasse. »

                                            Les raisonnements libéraux sont frappés au coin de l’aporie !


                                          • docdory docdory 28 octobre 2010 13:24

                                            Cher Pierre Yves


                                            Analysons cette phrase stupéfiante cette phrase de Bourlanges «  :
                                              »on a ce moment privilégié entre 60 et 70 ans où on est supposé pleinement maître de ses moyens intellectuels, sexuels, de voyage, « 
                                            Selon lui, la possession de ces moyens impliquerait donc le fait de travailler, ce qui laisse supposer que la privation de un ou plusieurs de ces moyens impliquerait l’apparition du droit de se retrouver en retraite .
                                            Prenons le cas particulier des » moyens sexuels « . Il n’est pas du tout rare de voir consulter des hommes de 25 à 30 ans consulter pour impuissance sexuelle. De même , selon les statistiques les plus optimistes 10 % des femmes souffrent d’anorgasmie totale et un tiers de frigidité partielle ( après la ménopause , qui survient le plus souvent vers la cinquantaine, ce taux de frigidité complète avoisine ou dépasse les 50 % ) 
                                            Tous ces gens travaillent malgré cette infortune. Doit-on les mettre à la retraite pour » absence de moyens sexuels « , et dans ce cas doit on instituer une »taxe retraite « sur le tabac qui est le principal responsable de ces troubles sexuels ? Doit-on mettre à la retraite également les moches, laids et autres disgraciés, qui, malgré des » moyens sexuels « en état de marche, n’ont aucun moyen de se trouver un ou une partenaire sexuel, et n’ont guère que la possibilité de recourir aux services de professionelles ?
                                            De même, en ce qui concerne les » moyens intellectuels « , doit on mettre à la retraite d’office les 4 millions de téléspectateurs de » secret story « et de » plus belle la vie «   ? On reste en effet perplexe quant à l’existence de » moyens intellectuels « dans cette population.... Sans compter que 30 ou 40 % des français croient à la voyance ou aux horoscopes, si on les met à la retraite pour insuffisance de moyens intellectuels, ça coûtera encore plus cher que la retraite à 60 ans !
                                            Quant aux » moyens de voyage " , même moi avec les 3000 à 4000 euros mensuels que me rapporte la médecine, je serais bien en peine de payer des voyages à ma famille ( même si je voyageais beaucoup quand j’étais célibataire ) , ne parlons pas des smicards qui ne peuvent guère espérer, pendant toute leur carrière, voyager beaucoup plus loin que Palavas les Flots ! On peut donc dire que au moins 60 % des français n’ont aucun moyen ( financier en tous cas ) de voyager !!! Doivent-ils être mis en retraite de ce fait ?

                                            • Paul Villach Paul Villach 28 octobre 2010 13:51

                                              @ Cher Docdory

                                              Votre ironie est ravageuse.
                                              Mais songez que ce Bourlanges enseigne à Sciences-Po !
                                              Remarquez, ce n’est pas nouveau, j’ai pu observer, quand j’y étais, les erreurs qu’on y enseignait par exemple en matière d’information. Paul Villach


                                            • iris 28 octobre 2010 18:20

                                              ce bourlanges qu’il reste chez lui-il a atteint son seuil d’incompétence !!


                                            • JL JL 28 octobre 2010 23:35

                                              Oh, les duettistes : je croyais que le sujet du jour était l’amalgame malveillant qu’avait fait Bourlanges entre retraités et rentiers" !?

                                               smiley


                                            • Traroth Traroth 28 octobre 2010 13:48

                                              On appréciera au passage l’allusion aux 35 heures, ouvertement considérées par la droite comme le Mal absolu. Ce qui ne l’empêche pas, très étrangement, de ne même pas évoquer l’idée de leur suppression. C’est bien trop utile comme repoussoir pour justifier, encore aujourd’hui, toute mesure de rigueur, d’économie, de démantèlement ou de cadeau aux entreprises. C’est toujours pour « lutter contre les effets négatifs des 35 heures » !


                                              • iris 28 octobre 2010 17:33

                                                mème si i ly a moins de manisfestants jèspère que tous auront en mémoire pour les prochaines élections tout ce qu’on nous enlève petit à petit
                                                retraite-jour férié -rembt médicament-cotisations en+à payer -etc...
                                                et qu’aucun des partisans de cette loi sur les retraite ne soit réelu-au placard...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès