Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Les voyages du Mataroa

Les voyages du Mataroa

 En ces temps troubles et dépourvus d’humanité, je repense à un bateau, un tas de ferraille qui, à peine quelques jours après la fin de la guerre, commença son odyssée méditerranéenne, au service des vies menacées. 
 
Son nom, en Grèce, reste un mythe, lié aux intellectuels grecs sauvés en 1947, en pleine guerre civile par Octave Merlier et Roger Milliex respectivement directeur et directeur adjoint de l’Institut Français d’Athènes, tous deux résistants. Les miraculés, on les connait : Le surréaliste Ado Kyrou qui fut un temps rédacteur de Positif, le Philosophe Kostas Axelos récemment disparu, Castoriadis, l’urbaniste Candilis, Mitsi Hatzikaros, amie de Picasso, le compositeur et urbaniste Yannis Xenakis, Mimika Kranaki qui a raconté l’histoire du Mataroa, ou le philosophe Svoronos.
 
Deux cent « boursiers » du gouvernement français, exfiltrés pendant la Bataille d’Athènes et qui jouèrent un rôle prépondérant dans les sciences, l’art et la littérature française de l’après guerre. C’était un temps où les fonctionnaires fidèles à la République bravèrent les nazis et les vichystes, puis les troupes nationalistes et anglaises d’occupation pour sauver des vies.
 
L’histoire ne s’arrête pas là. Car le Mataroa n’était pas à son premier voyage humanitaire. Depuis 1945, il s’était fait une spécialité : C’est sur sa vieille coque que furent transportés, depuis Marseille, les premiers enfants juifs ayant survécu à Buchenwald puis, faisant escale à Naples encore 1200 survivants de Bergen Belsen.
 
Depuis Chypre, le Mataroa brava les quotas draconiens de l’administration britannique et emmena jusqu’en Palestine les survivants des camps de la mort, dont certains seront malheureusement refoulés à Chypre et même l’Allemagne. 
 
On parle souvent du Théodore Herzl et de l’Exodus, affrétés par l’organisation Aliyah Beith (immigration maintenant) il m’a semblé opportun de parler du Mataroa (femme aux grands yeux en polynésien) pour rappeler qu’en d’autres temps, ceux qui refoulaient étaient anglais et que les « terroristes » voulant débarquer étaient de membres de la Haganah et des enfants.

Il se trouvera toujours un bateau pour emmener l’espoir. 



Sur le même thème

Corrida dernier cri
Le jour où l'euro(pe) a basculé
Le syndrome de Stendhal : tout sur le mystère de la maladie de Florence
Abderrahmane Mekhelef : « Les Juifs d’Algérie ont toujours partagé le malheur de leurs concitoyens musulmans »
Union européenne : la paix chimérique


Réactions à cet article

  • Par Immyr (---.---.---.176) 1er juin 2010 10:26
    Immyr

    « Il se trouvera toujours un bateau pour emmener l’espoir. »


     Et il se trouvera toujours un militaire voulant le couler malheureusement...
    • Par Michel Koutouzis (---.---.---.177) 1er juin 2010 10:43
      Michel Koutouzis

      Lettre d’Albert Camus à Roger Milliex 5/1/1946


      ... C’est la Grèce, après l’Espagne, qui nous a fait savoir, dans la rage et l’amertume, qu’on peut avoir raison et être vaincu. Mais c’est la Grèce qui la première a fait saisir au monde que les hommes de liberté pouvaient être aussi ceux du courage et qu’aucune défaite n’était éternelle... Qu’on juge de ce qui signifiait cet enseignement pour des hommes désarmés, livrés à la plus monstrueuse des tyranies et décidés à surmonter tout ce qui était à surmonter..


    • Par ZEN (---.---.---.188) 1er juin 2010 10:59
      ZEN

      Michel
      Bonjour
      Vous m’apprenez la mort de Kostas Axelos, dont j’ai un peu côtoyé l’enseignement à Paris, dans les années 60. Une pensée forte et originale
      Pour faire écho à votre éloge de la Grèce, si décriée en ce moment :

      "J’appartiens à un petit pays. Une pointe rocailleuse sur la Méditerranée, où il n’y a pas d’autre richesse que la lutte de son peuple, la mer et la lumière du soleil. Elle est petite notre terre, mais son patrimoine est énorme."
      (Georges Séférise,prix Nobel de littérature en 1963)

      Cordialement

    • Par Michel Koutouzis (---.---.---.177) 1er juin 2010 11:11
      Michel Koutouzis

      Sur Agoravox, vous trouverez un petit texte que j’ai écrit en sa mémoire : « Du Select au cimetière de Montparnasse » 

  • Par L’enfoiré (---.---.---.111) 1er juin 2010 10:44
    L'enfoiré

    Michel,

     Vous m’avez fait me replonger dans mon atlas des migrations du Monde dont j’avais fait un résumé.
     On y lit "En 2001, la diaspora grecque était estimée à plus de 6 millions de personnes.
     La plupart vivent dans les pays anglo-saxons en Amérique, en Australie, en Afrique du Sud.
     Quasiment absente d’Asie en dehors du Proche-Orient.
     L’expulsion des Grecs d’Asie mineure après 1922 à la suite du conflit avec la Turquie avec des liens privilégiés des impérialismes britanniques et russes.
     
     Le problème de Chypre qui perdure entre ces ennemis de toujours.
     Avec l’affaire récente du bateau humanitaire, on rappelait les anciennes connivences de la Turquie et d’Israël qui étaient mises à mal. 

    • Par L’enfoiré (---.---.---.111) 1er juin 2010 10:49
      L'enfoiré

      Je parlais de la volonté de certains de créer une confédération de notre pays.
      Il n’en existe qu’une seule dans le monde : le Commonwealth.
      Dernièrement, lors d’une émission de Kiosque de TV5Monde, un journaliste constatait l’affaiblissement de cette manière de s’agglomérer en pays confédérés.

    • Par Michel Koutouzis (---.---.---.177) 1er juin 2010 11:22
      Michel Koutouzis

      Oui, mais un des plus grands poètes grecs, Kavadias (marabout) est né en Mantchourie et j’ai rencontré en Amazonie un sorcier d’origine grecque... Une très grande communauté grecque habite l’Asie Centrale et le Caucase. La Turquie et Israël ça va mal depuis déjà deux ans. Et ça ne risque pas de s"améliorer

  • Par morice (---.---.---.179) 1er juin 2010 11:09
    morice

    excellent rappel aujourd’hui, pour remettre l’histoire au centre du débat : merci !


    Il se trouvera toujours un bateau pour emmener l’espoir. 

    sauf que parfois, certains n’aiment pas les bateaux d’espoir. 

    bien vu de sortir ça aujourd’hui, bien vu !! 
    • Par Radis Call (---.---.---.237) 1er juin 2010 11:59

      « Tollé international »...Ca me rappelle...

       Oui et après ? Au delà des paroles de désapprobation.....

      Très beau texte de M.K....Non , nous n’avons rien à apprendre aux Grecs, question courage .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès







Partenaires