Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Tribune Libre > Marcel Vervloesem : le chasseur de pédophiles condamné à mourir en (...)

Marcel Vervloesem : le chasseur de pédophiles condamné à mourir en prison

Marcel Vervloesem a dénoncé en Belgique un réseau de pédophilie lié à des autres affaires connues (Dutroux et peut être Marion), mais devant son acharnement qui commençait de toucher à des personnages hauts placés, il a été mis en détention en prison dans des conditions scandaleuses, privé de soins alors qu’il est malade.

 En 1989 en Belgique, un ancien enquêteur privé, Marcel Vervloesem, aidé de quelques habitants et amis de sa commune de Morkhoven, décide de créer l’association sans but lucratif Werkgroep Morkhoven Nationaal afin, dans un premier temps, de lutter contre les violences infligées aux enfants de l’hôpital psychiatrique d’Anvers, le Algemeen Kinderziekenhuis Antwerpen Good Engels.

Dans ce cadre et de par son expérience professionnelle, Marcel Vervloesem s’intéresse déjà de près aux enfants fugueurs et disparus. Très vite, son attention se porte sur une autre association située près d’Anvers et dédiée, officiellement à l’encadrement des mineurs : l’ASBL Ganumèdes. C’est en fait une association paravent qui permet à des pédophiles d’attirer très facilement de nombreux enfants vers eux pour les exploiter ensuite dans des tournages pédo-pornographiques. Alertée dès 1990 par l’association Morkhoven, la justice belge réfutera dans un premier temps ces accusations avant de mettre fin définitivement en 1996 aux activités de l’ASBL Ganumèdes suite à une saisie pour impayés par un huissier de justice au domicile du président de cette association : cette saisie permettra de découvrir fortuitement les preuves vidéos et photos.

En 1992, en poursuivant son enquête sur l’environnement de cette association, le Werkgroep Morkhoven met à jour un trafic d’enfants entre le Portugal et la Belgique (entre Madère et Temse). À Temse, l’ancien détective privé identifie deux plaques tournantes : les cafés "Monty" et "Gayati". Il décide de faire pression sur les proxénètes des deux cafés pour obtenir d’eux plus d’informations. Le propriétaire du Monty, Dirk Tahon, tente alors de retourner la situation à son avantage en portant plainte contre l’enquêteur pour chantage. Marcel Vervloesem sera ainsi poursuivi, incarcéré quinze jours et finalement condamné pour chantage et escroquerie grâce, notamment, à la production du casier judiciaire d’un homonyme (Dirk Tahon reconnaîtra par la suite, devant une journaliste, qu’il avait produit un faux témoignage pour protéger l’un de ses amis). Marcel Vervloesem, qui ne perd pas une seule occasion de poursuivre son activisme, a très intelligemment pris soin de compulser dans les murs du tribunal (ainsi que la loi l’y autorise) le dossier de l’investigation pénale menée contre lui : il découvre ainsi qu’un officier de police hollandais a déposé au greffe des agendas, des centaines de photos et 27 vidéos à caractère pédophile. L’une d’elle intitulée ’Madeira’, retranscrite par écrit dans le dossier, incrimine Norbert De Rijck, un citoyen belge. L’association Morkhoven sait désormais que les autorités belges ont donc en leur possession toutes les informations pour enquêter sur le réseau ’Temse-Madère’.

Il découvre malheureusement qu’aucune investigation n’est menée pour identifier les criminels sur les cassettes et prend donc la liberté de photographier et de diffuser pour identification publique un des visages présents dans le dossier. Très vite, des retours permettent d’identifier Robert Van Der Naaten, un pédophile hollandais. Comme précédemment, Vervloesem fait le choix courageux de la confrontation directe mais plus prudent, il se fait désormais accompagner de journalistes. Avec la RTBF, il va donc à la rencontre de Van Der Naaten, qui paniqué, tente de se défausser sur ses complices et lui remet la cassette ’Madeira’ sur laquelle figure Norbert De Rijck. En 1997, il remet aux policiers portugais une copie de l’enregistrement en prenant bien soin d’être filmé par les journalistes pour médiatiser l’affaire. Cinq ans après les premières révélations à la justice belge, les autorités portugaises se décident à poursuivre les membres du réseau Temse-Madère en lançant des mandats d’arrêts internationaux. Sous la pression médiatique, la justice belge reconnaît officiellement l’affaire. De nombreux pédophiles sont arrêtés et 340 victimes sont identifiées dans ce dossier.

Sur les traces de Manuel Shadwald, un enfant allemand disparu en 1993, Marcel Vervloesem et l’association, enquêtent de près sur Lothar Glandorf qui figure dans le dossier Temse-Madère et qui dirige le bar ’Le Pinocchio’ à Berlin en Allemagne : un établissement spécialisé dans le proxénétisme des jeunes garçons. Lothar Glandorf se fait assister dans ses trafics entre la Hollande et la Belgique par Robbie Van Der Plancken, un ancien fugueur belge qui apparaît d’ailleurs sur la cassette Madeira. Ce dernier, lors d’une confrontation directe et filmée avec Vervloesem, le met sur la piste de son amant : un pédophile hollandais du nom de Gerrit Ulrich. Celui-ci assure depuis son appartement à Zandvoort la diffusion commerciale de matériel pédophile au travers de son site internet "Apollo". En se rendant sur place le 11 juin 1998 et en faisant pression sur lui, Vervloesem obtient qu’il lui remette un premier CD ROM de 8500 photos pédocriminelles allant jusqu’à des viols de bébés et jusqu’à la mise à mort d’enfants : c’est ce qu’on appellera par la suite le ’CD de ZANDVOORT’.

Gerrit Ulrich décide alors de prendre la fuite : il est assassiné en Italie le 29 juin 1998 par Robbie Van Der Plancken. Avant sa mort, il aura eu le temps de contacter par téléphone Vervloesem pour lui indiquer une cache de son appartement qui dissimule d’autres documents. Sur les lieux, Marcel Vervloesem récupère discrètement 20 autres CD et découvre que des agents des services de renseignement hollandais l’ont précédé. L’association Morkhoven a désormais en sa possession plus de 100 000 photos. La justice hollandaise qui a récupéré de son côté entre 100 000 et 200 000 autres photos, identifiera plus tard 472 visages dont une vingtaine de victimes françaises.

Fin juin 1998, Marcel Vervloesem détient donc 21 CD ROM pédocriminels. Consciencieusement, il effectue dans un premier temps des copies du matériel. Dans un second temps, il informe la justice mais, méfiant, lui demande des garanties. Le 14 juillet 1998, la chaîne hollandaise Nova diffuse un reportage autour du réseau ’Apollo’ et des récentes découvertes de l’association Morkhoven. Marcel Vervloesem sera immédiatement arrêté et mis en garde à vue par les autorités belges. Il sera ensuite inculpé pour détention de matériel pédopornographique. Le 22 juillet 1998, à la sortie de sa garde à vue, il annonce qu’il est prêt à faire toute confiance à la justice belge pour démanteler le réseau et il remet les CD ROM aux autorités belges et hollandaises devant les caméras de télévision.

À la fin de l’été 1998, aucune suite judiciaire n’est réellement donnée au dossier Zandvoort en Belgique. Le ’dossier Vervloesem’ va curieusement intéresser et mobiliser beaucoup plus la justice belge. L’activiste est toujours poursuivi pour chantage dans l’affaire Temse-Madère et détention de matériel pornographique dans l’affaire Zandvoort. Plus grave, le 10 septembre 1998 au lendemain d’un reportage sur l’affaire Zandvoort diffusé sur la chaîne de télévision RTBF, des plaintes sont déposées contre Marcel Vervloesem pour attouchements et viols sur mineurs dont certaines par des habitants de Morkhoven ainsi que par le propre demi-frère de Marcel Vervloesem. Par la suite, ils seront nombreux à se rétracter : un jeune reconnaîtra dans une déposition avoir reçu 375 euros pour mettre en cause Marcel Vervloevsem. Quatre médecins attesteront auprès des juges de l’impossibilité physique des viols du fait de l’état de santé déjà très fragile de Marcel Vervloesem. N’empêche, l’enquêteur est désormais poursuivi pour pédophilie ! À noter, Marcel Vervloesem sera également poursuivi pour diffusion de matériel pédopornographique et violation de la vie privée suite à la réalisation d’affiches destinées à alerter la population belge.

Dans la nuit du samedi 14 novembre 1998, une militante du Morkhoven Group, Gina Bernaer meurt au volant de son véhicule peu de temps après avoir transmis une copie du CD ROM de Gerrit Ulrich au CIDE (Comité International pour la Dignité de l’Enfant) à Lausanne, en Suisse : les freins ont lâché !

Le 11 avril 1999, l’association Morkhoven transmet des copies de plusieurs CD ROM au roi belge Albert II, à son procureur général et au gouvernement français. Le cabinet de Jacques Chirac accusera réception, indiquant avoir transmis le CD ROM au garde des Sceaux. Le 12 avril 2000, Elisabeth Guigou alors garde des Sceaux, déclarera pourtant ne pas être en possession du matériel de Zandvoort. Finalement, après l’ouverture d’une enquête en France et malgré l’identification de 42 enfants par les familles, un non-lieu sera rendu en 2002 puis un classement sans suite le 20 mars 2003 par la juge Danielle Ringot. En 2008, le procureur général belge de son côté répondra que les pièces ont disparu du dossier.

Marcel Vervloesem est finalement condamné en juillet 2001 à 7 mois de prison avec sursis pour imprudence dans le traitement de ses dossiers dans l’affaire Temse-Madère. À partir du printemps 2004, puis en 2006 et enfin en 2008, Marcel Vervloesem va comparaître pour possession et diffusion de matériels pédophiles, escroquerie et viols. Le juge désignera comme psychiatre expert le professeur Cosyns mis en cause dans la première affaire traitée par l’association Morkhoven à l’hopital psychiatrique Good Engels d’Anvers. Le test de polygraphe (détecteur de mensonges) demandé par le juge sera lui enterré. Le 24 juin 2008, il est condamné à 4 ans de prison pour deux viols sur enfants (et innocenté de dix autres viols). Il est incarcéré définitivement le 5 septembre 2008. Marcel Vervloesem a survécu jusqu’à présent malgré de nombreuses interdictions d’hospitalisation. Il est, entre autres difficultés de santé, insulino-dépendant, déficient rénal et doit lutter contre un cancer métastasé.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven, annonce le 28 février 2010 que tout contact (visite, courrier, téléphone) avec Marcel Vervloesem leur est désormais interdit. Il accuse le ministre belge de la justice Stefaan De Clerck (démocrate-chrétien comme Herman Van Rompuy le président de l’Union européenne) déjà partie prenante dans le traitement de l’affaire Zandvoort, d’être responsable directement de cette situation.

Trouvé sur :
http://www.egaliteetreconciliation.fr/Marcel-Vervloesem-le-chasseur-de-pedophiles-se-meurt-en-prison-3884.html
 
Voir aussi :
  • Le prix de l’ignorance, extrait : "Concernant la pédophilie l’ignorance n’est pas interdite, ni en France, ni ailleurs, ni aux candidats présidentiels ni même aux présidents. C’est le déni de la maltraitance subie chez nos parents qui est la vraie cause de la violence dans notre société, malheureusement la cause toujours ignorée. Les conséquences de cette ignorance sont catastrophiques. On ignore par exemple les faits que chaque pédophile a une histoire de maltraitance sexuelle dans son enfance refoulée par lui-même et niée par la société . C’est pourquoi les thérapeutes ne s’intéressent généralement pas à l’enfance, ils protègent plutôt les parents comme le fait toute la société. Enfin nous tournons en rond dans la lutte inefficace contre la pédophilie. On préfère laisser les enfants dans leur communauté en danger, que voir la réalité que presque tous les pédophiles pourraient guérir au lieu de continuer de blesser et menacer les jeunes, s’il leur était permis de discerner les crimes de leurs parents. Mais cela exactement est interdit."

Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 15 octobre 2010 11:48

    il y a peut etre le miteux dans le tas


    • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 octobre 2010 12:14

      L’affaire Dutroux n’en finit pas de faire des petits.

      C’est au tour de l’avocat des familles des victimes de se faire condamner pour possession d’images pédos à 10 mois de prison ferme.

      C’est assez savoureux quand on se rappelle à quel point il faisait lui aussi la chasse à ces criminels.


      • Muriel74 Muriel74 15 octobre 2010 12:19

        Je vous donne un lien trouvé dans un article de Lucas dévé qui explique bien la complexité des réseaux de pédocriminalité : Le témoignage anonyme d’un informaticien ayant travaillé pour l’industrie pédopornographique publié par Wikileaks, traduit et commenté par Fabrice Epelboin
        Marcel Vervloesem a fait un énorme travail d’enquête, un homme seul, alors que ce devrait être le rôle de la police et de la justice. Je salue son courage et sa tenacité devant cette organisation qui semble très puissante, tentaculaire, et couverte à très haut niveau. Il a permis d’éclairer ceux qui le veulent bien à une autre dimension que le plat médiatique servi par les journalistes lors des affaires de pédophilie


        • frugeky 15 octobre 2010 12:30

          C’est toujours plus facile de tenir un responsable quand on l’a filmé avec des enfants dans des positions inavouables. A qui profite le crime ?


          • morice morice 15 octobre 2010 12:49

            C’est au tour de l’avocat des familles des victimes de se faire condamner pour possession d’images pédos à 10 mois de prison ferme.



            après s’être fait agresser par son propre fils.... ce dont on n’a rien su ici.

            On attend toujours les résultats des analyses des cheveux retrouvés chez Dutroux.

            Il est impensable que Dutroux ait pu âgir seul ou presque...

            la cas de Marcel Vervloesem est à prendre avec la plus grande précaution. Le réseau qu"il semble avoir mis à jour a de très grandes ramifications, ce que d’autres enquêteurs soupçonnaient depuis le début.

            • Shaytan666 Shaytan666 16 octobre 2010 10:44

              Hissel n’a jamais reconnu avoir téléchargé des images pédo-pornographiques, la seule chose qu’il a reconnu c’est de les avoir visionné et c’est bien pour cela qu’il va en appel.
              Quant au fils de l’avocat, la presse belge en a énormément parlé, il suffisait de la lire, à l’heure actuelle les enquêteurs ne savent toujours pas les vraies raisons du coup de couteau.


            • Shaytan666 Shaytan666 16 octobre 2010 10:47

              Encore un lien qui parle de l’affaire.
              Si vous voulez en savoir plus faites une recherche sur « romain hissel »


            • Pyrathome pyralene 15 octobre 2010 14:17
              Il est impensable que Dutroux ait pu âgir seul ou presque...

              la cas de Marcel Vervloesem est à prendre avec la plus grande précaution. Le réseau qu"il semble avoir mis à jour a de très grandes ramifications, ce que d’autres enquêteurs soupçonnaient depuis le début.

              C’est encore bien pire que ça.....


              • samir 15 octobre 2010 17:36

                j’ai lu pas mal la dessus sur le net mais difficile de separer le bon grain de l’ivraie

                il semblerait qu’il y ait un marché souterrain international de videos a caractere pedo-porno et qu’il y a aussi des snuffs movies

                j’ai lu que ces videos se vendent extremement chers (plusieurs dizaines de milliers d’euros)

                il va sans dire que la cible commerciale sont des gens tres riches et tres discrets..

                mais fantasme complotiste ou réalité ?

                j’ai aussi pas mal de trucs bizarres et recurrents sur le chateau des amerois en Belgique...


              • samir 15 octobre 2010 17:37

                ma question etait de savoir ce que tu en connais dans la mesure ou tu sembles prendre la mesure de la chose et d’avoir des infos que nous n’avons pas...


              • JL JL 16 octobre 2010 14:58

                « j’ai lu que ces videos se vendent extremement chers (plusieurs dizaines de milliers d’euros »

                On comprend pourquoi, certains aiment les riches !


              • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 15 octobre 2010 15:46

                Comme toujours dés qu’il y a de gros notables impliqués c’est le black out, affaire Alègre, affaire juge Roche, pas d’enquête, circulez il n’y a rien à voir, on touche là au fond de toute les turpitudes possibles style mise en pratique des fantasmes du Marquis de Sade. Et on blanchit les salauds à tour de bras et on incrimine les citoyens qui pallient à l’incurie des autorités, il faut organiser des enquêtes citoyennes européenne sur ce sujet en donnant des résultats au fur et à mesure, on ne peut pas laisser faire des saloperies pareilles.


                • Philou017 Philou017 15 octobre 2010 16:20

                  Il y a visiblement des réseaux pédophiles impliquant des personnes à un haut niveau de l’état. Ce qui explique l’incroyable traitement de Marcel Vervloesem.

                  Les enfants Roche avaient décrit le fonctionnement de ces réseaux qui comptent des relais dans l’appareil judiciaire. Il y a d’autre cas où des gens se sont heurtés à l’appareil judiciaire, y compris des parents. Le système est gangréné jusqu’à l’os.


                  • Massaliote 15 octobre 2010 17:10

                    Ca explique pourquoi on voit des cas où le violeur d’enfant n’est même pas emprisonné même en préventive mais condamné à six mois avec sursis et port d’un bracelet électronique. smiley


                  • samir 15 octobre 2010 17:40

                    Ca explique aussi pourquoi c’est toujours un taré isolé qui est emprisonné et livré à la vindicte populaire

                    marc dutroux
                    patrice allegre
                    etc...

                    ces personnes ne sont que des psychopathes recrutés pour leurs « capacités » et ils servent des personnes qui restent dans l’ombre

                    dans le rapport dutroux de 1200 pages (qui a tendans a disparaitre du net mais telecharez le et conservez le) une personnalité apparait de facon recurrente dans l’enquete : Etienne davignon


                  • friedrich 15 octobre 2010 17:57

                    C’ est officiel : non seulement l’ élite nous ment, nous manipule, nous exploite, nous extorque, mais aussi elle viole, torture et tue nos enfants pour la satisfaction de ses pulsions sexuelles, telle un personnage de Sade.


                    Ce que je dis peut sembler exagéré, voire poujadiste à l’ extrême, mais que penser d’ autre après l’ affaire Vervloesem ?


                    • Mmarvinbear Mmarvinbear 15 octobre 2010 19:25

                      Les pervers existent dans tous les milieux. A Outreau, ils étaient loin d’appartenir au Rotary...

                      Dire que « l’élite viole et tue nos enfants », c’est vraiment faire preuve d’ un poujadisme de bas étage.


                    • Chris28 28 mars 2012 11:08

                      Quand tu écris l’élite et que tu ajoutes « je n’ai pas dit toute l’élite » en correctif tu perds tout crédit.
                      Ce que tu dis ne semble pas poujadiste (à l’extrême ?...), C’EST poujadiste, complètement.
                      Le reste de tes textes ne rattrape rien.
                      Et que connais tu des éléments de l’affaire Vervloesem pour en juger aussi radicalement ?
                      Quant à la manière dont tu as répondu à un détracteur, ne te donne pas la peine de tant de grossièreté avec moi. Je ne lirai pas. Salut. 


                    • Aldebaran Aldebaran 15 octobre 2010 18:24

                      <<tu as oublié de citer les scandaleuses declarations du « jeune » Cohen Bendit à la télé dans les années 80 fin 70 >>


                      Très juste. Il y avait de la part de l’intelligentsia de l’époque, issue de 68 un déni de réalité sous un prisme odieusement aveugle et laxiste, au nom du culte de la jouissance à tout prix.
                      Comme le viol, je suppose que la pédophilie était considérée à l’époque comme un « bad trip » : un « incident de parcours » et non pour ce qu’elle est : un crime.

                      Bien en-deça des travaux d’Elena Gianini , un auteur comme Wilhelm Reich ou des revues comme Sexpol ont malheureusement contribué à l’immonde pédophilie, ce qui n’est pas du tout à la gloire du gauchisme, et Samir a raison de revisiter un peu l’histoire.

                      De plus, dans une société décadente, il ne serait pas du tout étonnant que ce type de marché, comme celui de la drogue ou des armes soient autorisé et couvert par des élites maffieuses et des hautes personnalités : des parrains de la corruption (sexe-pouvoir-drogue-armes-argent).

                      Cordialement,

                      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 15 octobre 2010 18:31

                        Bonjour,

                        vous dites : « Les conséquences de cette ignorance sont catastrophiques.  » Bien sûr, mais, ce sont les conséquences de la connaissance de ces faits odieux qui génèrent la situation présente. Je m’explique.

                        Toutes les dérives visibles sur le net prouvent dans les pires des cas comment une sexualité non stabilisée mène forcément à une recherche permanente et obsessionnelle. La seule vue d’images à caractère pédophile peut déstabiliser les psychologiquement fragiles et les entrainer vers la pente définitivement glissante. Les images rendues publiques par les médias participent encore plus à réveiller la frustration sexuelle. L’idéal sexuel humain est dans l’assouvissement de ses propres désirs par un être soumis à sa volonté. L’équilibre réside dans la réciprocité auprès d’un autre être sain, ce qui est néanmoins rare au vu des mariages de raison ou d’intérêts. Quand ces conditions ne sont pas réunies, elles ouvrent vers une large palette de choix dont la plus facile des voies et la plus accessible des solutions est la soumission de l’enfant innocent, et cela d’autant plus que l’enfant est naturellement demandeur d’amour. Seulement même si l’on ne peut accuser personne de ne pas savoir ce qu’est réellement l’amour, pour la bonne raison que ceux qui le vivent le mieux se cachent, et que tout ce qu’on en voit sur les ondes est du cinéma, tout ceci prouve à quel point ils sont discrets et confidentiels. L’ennuyeux est que les pédophiles se cachent également et sont invisibles parce que c’est dans leur cœur que règne l’enfer du vice.

                        Pour s’épargner tous ces risques, il suffit de fermer les yeux dans l’acte et se laisser guider par son sens du toucher. L’on comprend vite alors comment trouver la tendresse dont on a tous besoin pour remédier aux infractions quotidiennes de ce monde de brutes.  


                        • Michèle 16 décembre 2013 21:26

                          ...« une sexualité non stabilisée mène forcément à une recherche permanente et obsessionnelle. »...

                          Et quand on sait que maintenant, dès la maternelle, on apprend aux petits enfants la fumeuse « théorie du genre », que croyez vous que cela donnera pour ces futurs ados et par la suite adultes ? Quand dès la prime enfance on fait douter du sexe qu’on a, je pense que ce sont de véritables bombes à retardement qui seront ainsi créées.

                          Après (dans 15-20 ans) on s’étonnera encore des fractures mentales qui amènent un type à mitrailler tout ceux qui sont sur son passage... Quand il n’y a plus de repères, quels qu’ils soient, ça explose.


                        • zototo 15 octobre 2010 19:25

                          Quand on voit les moyens mis en oeuvre pour l’enfoncer, ca vous donne une idée de l’importance de ces réseaux et de leur énorme pouvoir...


                          • Michèle 16 décembre 2013 21:33

                            Sans parler de Laurent LOUIS qui est lui aussi dans les griffes des tribunaux comme Marcel Vervloesemm...

                            Il faut absolument le soutenir et diffuser cette vidéo au maximum.

                            http://www.youtube.com/watch?v=elL43pZM15Q


                          • Hijack Hijack 15 octobre 2010 23:39

                            Il faut tout faire pour que ce gars soit libéré et soigné normalement ...


                            • Nord 16 octobre 2010 09:43

                              Chasseur de nazis est plus gratifiant et moins dangereux

                              Et toc. Un point G.
                              Je sors

                              • patdu49 patdu49 16 octobre 2010 11:01

                                je suis rendu à la 7eme vidéo sur 11 du « reportage video integral »

                                sur ces affaires, et ben non de diou ...

                                on nous en cache des choses aussi en France ...
                                c’est ENORME !

                                avec des noms de magistrats, ministres, qui couvrent ou couvraient et bloquent les affaires, etc ...
                                les menaces reçues par des victimes, et leurs parents ... etc ... jusqu’aux menaces de morts ...

                                c’est chaud bouillant tout ça ..


                                • Michèle 16 décembre 2013 21:42

                                  Oui, c’est absolument dingue, inimaginable et pourtant on est dans la réalité.

                                  J’attire votre attention sur le cas de Laurent LOUIS, député belge, qui se retrouve en justice pour avoir eu le courage de parler de certaines choses dont il ne faut pas parler. Il parle notamment du Du Rupo, 1er ministre belge, et il a des cartes dans sa manches, un paquet de témoignages de la police belge et même de rapports de gendarmerie sur toute la Belgique !!!

                                  Il est important de le soutenir en diffusant cette vidéo au maximum afin qu’il ne finisse pas comme Marcel Vervloesem... La vidéo est un peu longue mais il est important d’aller jusqu’au bout.
                                  http://www.youtube.com/watch?v=elL43pZM15Q

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès