• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Marre du virtuel !

Marre du virtuel !

Internet, monde virtuel. Quel scoop !
Il y a encore quelques journalistes attardés qui planchent là dessus.
Que de paroles d’affirmations, de psys, de pour et de contre pour un monde qui vit depuis bien longtemps dans le virtuel.
 Je regarde l’allée de la galerie commerciale ou je viens de faire mes courses. Qu’est ce qu’il a de réel le monde que je vois.
Montagnes de chocolat qu’il faut écouler après les fêtes, achète, ils apportent le bonheur. 
Le dernier écran plat qui ne coûte que 199€, achète, c’est indispensable.
La pub qui te promet que ton téléphone est gratuit, il faut prendre, puisque c’est gratuit.
Ces rayons immenses dont je sors avec deux fois plus d’objets que ceux qui sont marqués sur ma liste. C’est ça le vrai monde. Il est palpable, plein d’objets et de promesses qui rendent heureux.
 
Pourquoi je sui triste ce soir ?
J’ai fait les courses, le frigo est plein, le nouveau vase est sur le buffet, la cassette DVD est là pour ce soir, j’ai acheté du bonheur en pagaille et je suis triste ?
Curieux, serait-il possible que ce monde ne soit pas celui qu’il parait être.
Hy man ! On est en France, un pays riche, ou on vit bien, ou les ¾ de la planète voudraient vivre ?
Je ne serais pas un peu difficile ou pervers pour ne pas être heureux avec tout ce que j’ai ?
Je regarde la télé pour éviter de penser, c’est mieux ainsi. Un enfant vivant dans un désert d’Afrique dit, souriant, qu’il ne veut pas aller à la ville, parce qu’il est bien, que la ville est trop grande, et qu’on ne trouve pas facilement à boire dans la rue. 
Sic !
 
Il habite dans le désert et il y trouve plus facilement à boire que dans la rue de la ville ?
Ben oui, mon bonhomme, parce qu’il n’a pas d’argent pour aller au bar. Moi je trouve normal de donner 2€ pour un café, lui il ne comprend pas qu’on paye un verre d’eau. D’ailleurs il ne comprend pas bien pourquoi on a de l’argent.
Son père non plus d’ailleurs. Il sait que contre du lait de chèvre on lui donne des trucs ronds en fer, et qu’avec les trucs ronds on lui donne des légumes. Ce qu’il veut, c’est les légumes. Il n’a jamais ramené de trucs ronds au campement.
Je change de chaîne. Une île habitée par des hollandais se meurt. Le niveau des mers monte et chaque année les tempêtes balayent un peu plus les habitations. Ils vont partir, c’est sur, de toute façon ils ne pèchent plus parce que les bancs de poissons ont été décimés et cette putain d’algue verte leur pourri toutes les cotes.
J’y peux rien moi, je les plains mais qu’est ce que je peux faire pour eux. D’ailleurs ils sont comme les indiens des San Blas qui vont voir leurs îles englouties tôt ou tard, comme les pécheurs d’Amérique du sud qui ne trouvent plus de poisson parce que les bateaux usines ont purgé leur cotes de tous ce qui pouvais y vivre. Comme les nomades d’Afrique qui voient le niveau des puits baisser.
Ca me dérange tout ça, aller je zappe.
Tient, une émission sur la terre vue du ciel. De nuit c’est formidable. Tous ces pays riches dont on peut voir les lumières depuis le satellite. Une Amérique multicolore, une Europe illuminée comme à Noël, que c’est beau. Pourquoi les autres pays n’illuminent pas de la même manière ?
Toute cette énergie pour éclairer des rues vides, pour climatiser de riches vacanciers qui ne supportent pas la chaleur des tropiques, pour réchauffer des immeubles géants, pour illuminer les hôtels de luxes, parc d’attraction, zones industrielles qui sont si belles à contempler, building, super marchés ou l’on trouve toutes ces merveilles qui rendent si heureux.
Je peux même voir le coin où j’habite, enfin, de loin bien sur. Pareil, il est tout illuminé. Il brille comme à la parade. Dedans il doit y avoir ma maison. J’ai laissé la lumière de dehors allumée.
Allez Hop, les infos. Ça fait deux jours que je n’ai pas de nouvelles du monde.
Cyclone, normal, c’est la saison, c’est vrai qu’il y en a plus ces dernières années.
Grèves, il faut plus d’heures de repos et plus de salaires pour acheter les trucs qui rendent heureux. Rien de neuf.
Election, machin veux être kalife à la place de truc, et n’est pas d’accord avec bidule dont il reconnaît qu’il n’a pas tout à fait tord sur le reste. Il n’a pas déjà été élu avec les voies de bidule celui là il y a sept ans ? Bon, on s’en fout.
Les grands patrons sont trop payés, les petits s’en sortent pas, le tourisme a baissé cette année.
Je n’ai pas l’impression d’apprendre grand-chose. C’est toujours pareil, le ronron des infos qui à force d’êtres identiques nous font croire qu’il est normal d’avoir plus de vacances, d’avoir l’essence plus cher, que les prix augmentent, que la criminalité augmente, que le nombre de psys augmente (les prix aussi, c’est normal), qu’il faut aider l’économie, qu’il faut améliorer la croissance …
Plus de croissance, construire, gagner, consommer plus, toujours plus, sinon tout vas mal.
 
Stop, il y a un truc qui ne colle pas. Tout nous dit qu’on va droit dans le mur et un type très sérieux m’explique qu’il faut continuer. 
¼ de la population bouffe les trois quarts du gâteau mais il faut continuer, c’est normal. Et bien sur les ¾ des pauvres cons restant doivent rester chez eux, ne pas immigrer, ne pas avoir la bombe atomique et nous regarder nous bâfrer sans rien dire.
 
Merde, la télé m’agresse ce soir. J’ai la nausée.
 
La vue de ce monde que l’homme est en train de détruire à force de se multiplier et de bousiller la nature pour un plaisir immédiat me laisse sans voix.
Quelle énergie destructrice. Quelle obstination devant l’évidence. Mais tout le monde le sait, tout le monde devrait réagir. Pourquoi on continue ?
 
Mais mon petit monsieur vous n’avez pas les pieds sur terre. Vous souhaitez vivre comme un indigène à l’âge de pierre ? C’est la vie moderne, la médecine évolue, vous allez vivre plus vieux, vous avez 150 chaînes de télévision, vous lavez vos chemises avec une machine. Allons mon vieux, c’est ça la vrai vie, ne vous perdez pas dans vos chimères, avec 3% de croissance, le chômage baisserait, vous gagneriez plus, votre vie serait heureuse... Croissance…croissance… blablabla…
 
Je n’ai plus envie de produire, je ne veux plus consommer, c’est sans moi. Je ne peux rien arrêter, si ce n’est ma participation à cette énorme fumisterie qui s’appelle vie sociale, politique, mondialisation et course à la consommation.
 
Et Internet dans tout ça ?
Bof, la routine.
Des milliers de blogs qui crient la détresse, la mort ou l’ennui, parce que le monde réel ne leur apporte pas le bonheur promis.
 
Je coupe la télé
Je pars dans mon monde réel

Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • jako jako 27 juillet 2010 09:55

    Bienvenue dans le monde virtuel...
    Effectivement virtuel/réel quelle différence ?
    J’ai bien aimé ce concentré ,c’est difficile de placer autant de reflexions en un seul article, merci à l’auteur


    • L'enfoiré L’enfoiré 27 juillet 2010 10:00

      Juste comme questions.
      Qu’est-ce que le virtuel a changé ?
      Sans lui, en quoi seriez-vous différent ?
      Internet aurait pu changer tout cela, par contre.
      Mais au lieu de se parler de par le monde, on se parle à soi-même.
      Faut changer de blogs à lire, cher kouros.
      Vous vous cantonner au mauvais endroit.
      Allez voir sur des sites qui ne parlent pas français. 
      Ca change souvent les visions.
      Dans le monde réel, on porte des masques.
      On se veut diplomate, on aime recevoir des bravos en prime ou en échange.
      Non, vraiment, le virtuel, vous ne l’utiliser pas bien.
      Vous jouez au bling-bling, comme beaucoup.
       smiley


      • Phileas Phileas 27 juillet 2010 13:49

        En lisant ton article, je pensais à ce qu’écrivait déjà Boris Vian, il y a un demi-siècle.
        Rien ne change vraiment.
        Très bel article.
        Bon courage


        • kiouty 27 juillet 2010 13:59

          Joli article, on sent un peu le désenchantement, mais surtout, on sent que l’auteur est un peu perdu et cherche sa place et du sens, c’est très adolescent !

          Je comprends une partie du discours sur l’absurdité du monde ultra-libéral, l’injustice de la distribution des richesses, je partage cette vue, mais le « a quoi bon » et le « que faire d’autre », en revanche je ne me reconnais pas dedans. Il y a plein de choses a faire. C’est vrai qu’il faut trouver ce qui nous correspond et le temps a y consacrer, ce n’est pas forcement facile avec 40h merdouilliques de bureau par semaine, les trajets en RER ou en voiture dans les bouchons, les courses, les trucs a traiter au quotidien...

          @auteur : Bon courage pour trouver votre place et votre route, ça viendra un jour, en y travaillant bien sur smiley


          • Deneb Deneb 27 juillet 2010 15:33

            @ l’auteur : Mon ami, vous semblez en proie à une dépression sévère. Dans votre cas, une petite cure d’un sérotoninergique vous ferait le plus grand bien. Faites-vous le prescrire, vous me remercirez pour mon conseil.


            • kouros kouros 27 juillet 2010 16:16

              Que de commentaires de tres bonne qualite !

              Merci pour vos reactions, elles sont tres perspicaces.
              Deneb et kiouty vous avez raison, lorsque j’ai ecrit cet article (car en fait je l’avais dans mes tiroirs depuis un moment), je n’etait pas au mieux de ma forme et c’etait en effet tres « adolescent ».
              Je n’en suis pas rester a une attitude fataliste, je vis ailleurs, differemment et je suis heureux de ce changement. Mais c’est une autre histoire.
              Enfoire tu as raison a propos de la lecture dans d’autres langues. En anglais et en espagnol, le monde ne se voit pas du tout de la meme maniere. En Francais egalement il y a d’autres choses que « des milliers de blogs qui crient la détresse, la mort ou l’ennui », seulement ils existent bel et bien, et leur nombre n’est pas anecdotique, leur détresse non plus, le climat pesant Français est bien la, et pourtant la France est le plus beau pays du monde non ?
              J’ai mal compris le reste de ton commentaire, le terme bling-bling m’échappe dans ce contexte. N’hésite pas a préciser.
              Allez, tout n’est pas si triste, c’est l’ete, ya du soleil et des nanas, ...........


              • L'enfoiré L’enfoiré 28 juillet 2010 08:58

                Bonjour Kouros,
                 Je ne suis pas Français, mais Belge.
                 La France, le plus beau pays du monde ?
                 Tout dépend par quel bout on le regarde.
                 Vous êtes nouveau sur cette antenne.
                 J’y suis déjà depuis quelques années.
                 J’ai vu le climat pesant français s’épaissir de plus en plus.
                 J’ai parlé de cela de manière parfois acerbe.
                 Pourquoi ai-je parlé de bling-bling.
                 En 2007, il y a eu un appel d’air qui est venu de qui vous savez.
                 On se croyait déjà. Puis, bling-bling que chacun espérait un morceau, s’est transformé en clong-clong.
                 Pour en revenir à l’article, je répondrai peut-être par un billet.
                 Le monde virtuel que je connais très bien, y sera repris.
                 Je prendrai ton billet comme départ, comme il se doit.
                 smiley


              • L'enfoiré L’enfoiré 28 juillet 2010 11:33

                Kouros,
                 C’est fait.mais pour suivre mon rythme, ce sera pour le weekend.
                 Keep cool.
                 smiley


              • L'enfoiré L’enfoiré 2 août 2010 09:39

                kouros,
                 C’est paru. J’espère que vous y trouverai du plaisir à le lire comme j’ai eu du plaisir à l’écrire.
                 smiley


              • pingveno 27 juillet 2010 17:07

                Ce n’est pas internet qui est virtuel, c’est le monde réel.
                Ils sont passés où les ronds en fer ? Aujourd’hui faut être « moderne », et envoyer un virement sur internet. Vous avez pas internet ? Impossible de vous payer alors. Mais je prends la marchandise quand même. Elle, elle est bien réelle.
                Vous croyez que c’est rentable de forer des puits de pétrole ? Eh bien sachez qu’il y a encore plus rentable : aller sur internet, investir 100 € pour acheter 10.000 barils de pétrole, attendre que ça monte et les revendre. Et comment on achète 10.000 barils avec 100 € me direz-vous ? Là je vous laisse découvrir les subtilités du monde « réel »...
                Le réchauffement climatique va causer la montée des eaux. Et que dit un boursicoteur quand la mer monte ? « Achète » !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès