• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > OGM, solution (finale) à la surpopulation

OGM, solution (finale) à la surpopulation

« Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlez la population. » Henry Kissinger (1970)

Depuis qu’Henry Kissinger énonçait il y a 40 ans cette implacable lapalissade et programme géopolitique bien connue, les USA se sont agités de part le monde pour mettre en place un contrôle stratégique sur les régions productrices d’or noir...

Comme le rappelait George Bush Jr plus récemment à propos des US « Nous sommes accrocs au pétrole ». Cette idée s’impose dans les faits à l’ensemble des nations, inutile de revenir là dessus.

Côté nourriture, la problématique devient plus sensible pour deux raisons qui ont encore très peu sautées aux yeux de cette minorité occidentale que nous sommes.

  • C’est tout d’abord une question de santé et de survie pour chacun de nous. En cas de pic pétrolier, l’individu lambda, aura de gros problèmes et se mettra vraisemblablement très en colère...

    Que la chaîne d’approvisionnement agroalimentaire se dérègle, et beaucoup tomberont malade. Que cette chaîne s’interrompe, et beaucoup mourront.

  • La qualité de la nourriture conditionne aussi la santé de la population. Cette question est souvent considérée comme secondaire, dans la mesure ou pour beaucoup, la quantité prime sur la qualité. Pas forcement une question liée au degré de pauvreté et de creux dans l’estomac... mais les plus pauvres de ce monde ont tendances à devenir soit squelettiques, soit obèses.

I/ Du champs à l’assiette. Quelle agriculture ?

La chimie, la santé et l’agroalimentaire sont les marchés les plus puissants et les plus omnipotent au monde. Le fantasme de Robert Shapiro, ancien PDG de Monsanto, de voir les industries de la santé, de l’agriculture et de l’agro-alimentaire se fondre en un seul corps tentaculaire est dans les faits pratiquement abouti, et réalisé par les principaux groupes de ce secteur.

Monsanto s’est dans ce but allié au laboratoire américano-suédois Pharmacia & Upjohn (P&U) en 1999, donnant le groupe Pharmacia Corp. qui fut racheté en 2002 par Pfizer, leader pharmaceutique mondial. Monsanto a officiellement été libéré de Pfizer, néanmoins Pfizer en a conservé certain sites de Recherche & développement.

En France Sanofi-Synthélabo, l’entreprise pharmaceutique est devenue en 2004 Sanofi-Aventis suite à l’acquisition par le groupe français du groupe franco-allemand Aventis dont l’activité dans le domaine de la semence est regroupé sous le nom Aventis CropScience .

Les exemples de ce type de fusion sont légions ces 10 dernières années, et concernent tous les grands noms d’une industrie désormais véritablement « chimico/pharma/semencière ».

La frontière entre secteur privé et secteur public devient elle aussi de plus en plus ténue.

Le « Codex Alimentarius », objet de pas mal de fantasmes, organe international financé par l’OMS et l’OMC, et dont il faut retenir le nom, mérite un article à lui tout seul sur ce thème (Voir Annexe A#), donc je passerai directement à notre situation franco-française

L’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments), établissement public français dont la mission principale est d’évaluer les risques sanitaires pour les aliments et l’eau, a près de 65 % de ses experts entretenant des liens directs et souvent contractuels avec les industries chimiques et agro-alimentaires.

A voir à ce propos le documentaire extrait de l’émission de 90 minutes de Canal+ sur les petits arrangements entre l’Afssa et Monsanto. A télécharger ICI (Vidéo de 17 minutes)

Aux Usa, toujours en avance sur nous, les salariés de la FAO (Food and Agriculture Organization, soit en francais, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et de Monsanto sont mutés et transférés d’une structure à l’autre le plus naturellement du monde de la corporation à l’agence gouvernementale et inversement.

Public et privé sont là-bas des notions bien plus désuètes que chez nous.

A la base de cette pyramide, le consommateur. Quel est la connaissance, voire l’influence du citoyen lambda sur la chaine alimentaire ?

Les agriculteurs représentent 1% de la population en France et 2% de la population mondiale. Le reste de la population, et plus que jamais celle des grandes agglomérations, en est dépendante et en est globalement réduite à la position perpétuelle de l’oisillon qui tend le cou sans trop savoir d’où vient ce qui lui tombe dans le bec et à quel prix (J’entends ici, quelles externalités.)

Maintenant, quelques constats :

L’agriculture pompe aujourd’hui 70% des ressources mondiales en eau et est responsable de 30% des émissions de gaz carbonique générées par l’humanité (ce chiffre exclut les fameux pets de ruminants, qui eux, expulsent du méthane)

L’agriculture intensive aujourd’hui est majoritairement responsable du déboisement des forêt primaires équatoriales et du phénomène de désertification.

« Selon une étude de l’ONU, les déserts (chauds et froids) couvraient 44% de la surface terrestre en 1977 contre 63% en l’an 2000. » (Source Wiki)

Quels sont les agricultures alternatives et quelles seraient les conséquences de leur application ?

Ecoagriculture, agroforesterie, permaculture sont des domaines de réflexions sur une agriculture différente, qui offrent déjà un univers de solutions étudiées, éprouvées et efficaces.

Pour donner un exemple emblématique, le semis direct ou agriculture sans labour, qui commence à être adopté par un nombre croissant d’agriculteur en Amérique du sud.

Le labour ne sert à l’origine qu’à éliminer les mauvaise herbes.

Les 4 conséquence principales d’un labour sont néanmoins désastreuses, et sont les suivantes :

  • Destruction de la structure du sol, car la remontée vers la surface de champignons et fongus qui logiquement nourrissent la plante et conservent l’eau sous terre, tue ces éléments indispensables.

  • Libération de 1 tonne de gaz carbonique par hectare, gaz logiquement capturé par les plantes et stocké dans le sol. (Étude ICI

  • Consommation de 140 litres de fuel par hectare par l’engin agricole. (+ gaz d’échappement)

  • Érosion du sol qui peut s’élever jusqu’à 25 tonnes par an et par hectare cultivé, ce qui correspond à environ 25 mm d’épaisseur de sol. La pluie et le vent emportent en effet la terre laissée à nu.

Conséquences à l’echelle mondiale

L’agriculture intensive avec labour telle que pratiquée partout dans le monde est donc responsable de 30% des émissions de gaz carbonique, a éliminé 90% de la de faune fongique du sol en Europe. La majorité du blé européen n’est à ce titre plus « panifiable », et beaucoup de notre pain quotidien est dû à la sueur des fronts brésiliens et argentins qui nous exportent leur blé.

Les insectes prédateurs naturels des cultures, n’attaquent et dévorent que les plantes malades. Les tonnes d’insecticide épandu sur les champs ne servent donc qu’à protéger des champs de fruits, légumes ou céréales malades de pousser dans des sols détruits par le labour et les engrais chimiques.

Voir le constat édifiant d’un micro-biologiste des sols ICI

Selon une étude de la commission européenne, la perte de sol se monte à 25 milliards de tonnes par an dans le monde. Le labour qui, comme je l’ai expliqué plus haut n’avait à l’origine pour but qu’un désherbage, est en fait aujourd’hui conservé pour aérer la terre morte, dure comme du béton et tassée sur plusieurs centimètres, ou rien ne peut plus pénétrer, ni les graines, ni la pluie.

(Marchez sur un sol en sous bois, puis sur un sol au milieu d’un champs, vous verrez tout de suite de quoi je veux parler...)

Conséquences potentielles d’une adoption de l’agriculture sans labour à l’échelle internationale

L’agriculture sans labour réduirait les émissions de carbones au rare passage des engins agricole sur le champs (et l’on tombe à moins de 20 litres de fuel par hectare)

Le sol garde sa structure, et nourrit véritablement la plante, dont les « défenses immunitaires » deviennent suffisantes et permettent l’abandon de la majorité des engrais, des pesticides et des anti-fongiques.

Un tel changement de système d’agriculture, donc de culture permettrait ensuite à chaque pays un minimum agricole, de respecter les termes du protocole de Kyoto sur les émissions de gaz carbonique.

(Voir Annexe B#)

Citons aussi la technique du BRF (Bois Raméal Fragmenté) qui permet tout simplement d’abandonner l’arrosage..

Science-Fiction ?

La technique du BRF consiste en la mise en place d’une couche de 2 à 8 centimètres de résidus du broyage de branchages et permet une division par 10 de l’arrosage sur un champ. En France cela limite donc l’arrosage à ce que fournit naturellement la pluie, et en Afrique réduit considérablement la quantité d’eau nécessaire à la production alimentaire, dans des limites qui rendent cette consommation d’eau supportable et possible.

Les exemples sont légions dans le registre de la re-création d’écosystèmes qui permettent ce quasi-miracle pour les profanes, d’avoir une agriculture plus productive, plus saine, et qui nécessite moins de travail.

Les gains de productivité, qui sont véritablement le seul argument de vente de nos Drug-dealers agricoles internationaux, ne sont d’ailleurs finalement même pas au rendez-vous...

Une étude publiée en avril 2008 par l’Université du Kansas conclut que le soja OGM a un rendement de 10% inférieur à celui de son équivalent naturel. Le professeur Barney Gordon, du département de recherche agronomique de cette université, affirme avoir débuté cette étude après avoir reçu des plaintes de cultivateurs.

Sur le terrain ; en effet et notoirement, les champs OGM d’Argentine connaissent une baisse de production de 10% par hectares en moyenne.

Notre agriculture « moderne » résultant de cette Révolution Verte (Annexe C#) d’après Seconde Guerre Mondiale, est en matière de respect de l’environnement, une erreur tragique, une blessure désastreuse dans l’histoire non seulement de l’humanité, mais de toute faune et flore de ce monde.

Envisagé par le profane comme la panacée qui « a permis de nourrir toute la population mondiale dans cette ère d’explosion démographique », elle a dans le même temps scié une branche sur laquelle nous somme tous assis, en imposant un modèle agricole destructif.

Ne bénéficiant véritablement qu’à 5, 6 de ces groupes semenciers et chimiques, ce modèle est donc une superbe arnaque, un exemple typique de délire culturel imposé à travers le monde au fil de l’histoire de la colonisation..

Cette agriculture à l’européenne à déstabilisé des cultures entières qui ont oublié leurs traditions fermières (la société africaine... une des plus structurée au monde avant l’esclavagisme), fait oublier des merveilles de technicité agricole (la fabuleuse « Terra Preta » d’Amérique du sud précolombienne), et contribue aujourd’hui à détruire l’environnement en monopolisant des ressources en eau phénoménale, créant des déserts, et déversant des tonnes de produits chimiques dans les sols et l’eau.

Le point d’orgue, véritable cadenas de la Révolution Verte, est aujourd’hui incontestablement la naissance et l’imposition des OGM dans le monde.

II/ OGM, solution ou solution finale ?

La lutte pour la protection de l’environnement nécessite, selon tous les discours écolos actuels, que l’humanité, dans sa grande majorité cesse de calquer son train de vie sur l’occidental rêvé typique, classe moyenne-supérieure, et que cet hurluberlu là abandonne son propre train de vie et habitudes de sur-consommation et de sur-gaspillage.

Ne serait-il pas plus simple et plus rapide de changer les méthodes de travail des agriculteurs, qui eux ne représentent en effectif que 2% de l’humanité ?

Les conséquences sur l’environnement seraient tangibles en à peine 3 ans, le temps de passer à une agriculture « bio », qui selon la FAO serait largement capable de nourrir l’humanité.

Quel est l’objectif de l’agriculture aujourd’hui, dans le monde ? Nourrir la population croissante, supposée atteindre 9 milliards en 2030 ?

C’est bel et bien un défi, mais en terme d’objectif, est-ce vraiment celui des 5, 6 compagnies semencières qui se partagent les bénéfices de la ventes de grain, et produits chimiques phytosanitaire .

Le sujet est vaste, mais après quelques recherche sur les OGM on se retrouve systématiquement face aux infos relatives aux danger des OGM sur la santé humaine, danger qui concrètement se trouve être assez souvent une baisse de la fertilité, des hommes et des femmes.

Accident industriels ?

Je renvoie là encore à l’indispensable reportage de Canal+ ICI, et à 5 informations mainstream disponibles sous le lien suivant et dont l’intérêt est de mettre en relief une vraie stratégie derrière ces “accidents industriels” :

Réduire la population mondiale, le véritable objectif des corporations semencières mondiale ?

L’idée sonne a priori comme le fin du fin en matière de théorie du complot, et c’est l’hypothèse de F. William Engdahl dans son livre « Semences de destruction », paru en France en 2008, préfacé par José Bové et parrainé par la confédération paysanne.

Un résumé du livre, en moins de 20 pages (pdf) est disponibleICI

A lire de tout urgence, afin de voir plus clair dans le débat sur les OGM. 

(Voir Annexe D#)

A ceux qui n’ont qu’un sourire en coin à l’idée qu’un complot de ce type puisse exister, le fait est qu’ici, il ne s’agit pas vraiment d’un complot, dans la mesure ou toutes les informations à ce sujet n’ont plus rien de secrètes... le Mémo NSSM 200 rédigé par Kissinger en 1974 préconisant une réduction de la population mondiale en utilisant « l ’arme » agro-alimentaire à l’horizon 2000 est un document publique, disponible ICI.

Vous avez peut-être entendu parler, ou plus probablement lu, si vous lisez l’anglais, des articles sur cette nouvelle loi, actuellement en cours de débat parlementaire aux USA, la loi HR875 (au doux nom de Food Safety Modernization Act) qui grosso-modo et très sûrement autorisera le gouvernement des USA à décider de ce qui est cultivable ou non, jusque dans le jardin des citoyens, et démolit toute possibilité de culture bio par des petites fermes. La loi est défendue par une sénatrice démocrate, Rosa DeLauro , elle même mariée à une grosse légume de Monsanto.

Mais c’est aux USA, c’est loin...

Pour vous sentir plus directement concerné, je vous conseille cette courte vidéo, ICI qui nous rapproche considérablement du problème, expliquant le cas de la condamnation de l’association française Kokopelli à 80 000 euros pour avoir simplement vendu des graines de tomates non autorisé sur le marché.

Celles-ci avaient le désavantage de NE PAS être OGM. Ces plans de tomates, naturels, ne sont l’objet d’aucun brevet, et peuvent produire des tomates elles mêmes fertiles.. Les vendre est donc en France un acte criminel puni par la loi.

Ces types de graines (celles simplement produites par la nature) sont aujourd’hui relativement difficiles à trouver dans plusieurs parties du monde.

Cultiver des patates, des tomates ou des carottes dans son jardin, stocker, échanger des plants ou des graines deviendra peu à peu un acte révolutionnaire. Même Barack Obama a déjà eu l’occasion de se faire taper sur les doigts par les industries semencières pour avoir laissé sa femme tenter de médiatiser son petit potager derrière la Maison Blanche. 

Le défi alimentaire du siècle passe sans aucun doute possible par l’appropriation de l’agriculture par tous, la prise de conscience que la production alimentaire peut s’intégrer aux éco-systèmes, plutôt que les détruire et que, comme le préconise Pierre Rabhi, chacun d’entre nous s’empare de ce pouvoir, pour créer des oasis en tout lieu.

C’est bel et bien une forme de résistance que nous serons vraisemblablement tous amenés à considérer sous peu.

cyberchild909@hotmail.com

ANNEXES

A# En europe est basé le Codex Alimentarius, un organisme fondé en 1963 par la FAO « Food and Agriculture Organization », et l’OMS. Les principaux objectif de cette commission sont la protection de la santé des consommateur , et la surveillance des pratiques commerciales dans les échanges agro-alimentaires internationaux.

Fritz ter Meer fut un des principaux architectes de cette organisation.

Avant cela, le Dr. Fritz ter Meer à été directeur de IG Farben, qui fut directement impliqué dans le développement et la production du gaz Zyklon-B, qui tua des millions de juifs dans les camps d’extermination Nazis. Il dirigea l’usine basée à Auschwitz ou 30000 personnes se tuèrent littéralement à la tâche. Fritz ter Meer fut condamné à 7 ans de prisons suite au procès de Nuremberg mais a été libéré prématurément, grâce à l’intervention, entre autre, de Rockefeller. A sa libération il reprit les rênes de la société Bayer (descendante de IG Farben, et aujourd’hui principale concurrente de Monsanto) jusqu’en 1961.

Un ancien nazi, paternel d’une compagnie chimique et semencière internationale, à l’origine d’une instance de réglementation alimentaire mondiale, on croit rêver.

A vous de vérifier.

B# « Au brésil 50 millions d’hectare sont passés au semis direct ces 10 dernières années. Dans une région comme le Mato Grosso au nord, lorsqu’ils labouraient leurs champs, leur production ne dépassaient pas 14 quintaux en soja et 18 quintaux en riz. Depuis le passage au semis direct en 1992, ils sont passé à à 40 quintaux de moyenne en soja et 70 quintaux de moyenne en riz. » Claude Bourguignon - Extrait de l’émission de France Inter « CO2 mon amour » du 11 mars 2006

C# Lire à ce propos Tommaso Venturini, “Les trous noirs de la Révolution Verte”

D# Je précise que mes recherches m’ont récemment poussé à envoyer un email à quelques personnalités politique et scientifique pour recueillir leur impression sur cette théorie et plus particulièrement sur l’ouvrage « Semences de destruction ».

Seul Noël Mamère m’a répondu pour le moment :

Sa réponse : « Je connais cet ouvrage qui révèle de terribles vérités et nous conforte dans le combat que nous menons contre ces sociétés semencières internationales qui veulent cartelliser l’agriculture mondiale. »

C# OGM et vaccins.

La vision de Shapiro de mêler si étroitement les industries agro-alimentaires, chimiques, semencières et pharmaceutiques, trouve sa réalisation dans ce domaine d’étude si particulier qu’est le « bio-pharming » ou « pharming » contraction de Pharmacy et Farming. Concrètement, on crée des OGM (animales ou végétales) susceptibles de produire des protéines actives. On parle souvent à ce sujet de vaccins « recombinants ».


Le principe est déjà appliqué et éprouvé dans plusieurs vaccins... Ceux disponibles contre l’hépatite B ou le HPV (le Gardasil, de Merk) contiennent des OGM.

L’avantage intéressant à souligner ici est que ce type de vaccin est beaucoup plus rapide à produire industriellement :

Le constat d’une étude de test d’un tel vaccin contre le virus H5N1 le souligne clairement ICI 

- « Cette étude montre que ce vaccin recombinant, produit sur culture cellulaire, peut être préparé plus rapidement que les vaccins traditionnels : 36 jours ont été nécessaires pour développer ce vaccin alors qu’il faut 4 à 6 mois pour préparer le vaccin traditionnel.  »

Pour le moment, contre le virus de la grippe, des OGM sont bel et bien utilisés officiellement en France dans le vaccin ProteqFlu utilisé pour les chevaux.

Quid des vaccins contre la grippe A ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Proto Proto 20 juillet 2009 11:12

    Super article, bien expliqué, très bons liens, bravo !

    Je ne comprends pas vraiment la relation de cause à effet de ceci :

    "La technique du BRF, inventé en consiste en la mise en place d’une couche de 2 à 8 centimètres de résidus du broyage de branchages et permet une division par 10 de l’arrosage sur un champ"

    Pourquoi une division par 10 ?
    Pourquoi cette technique n’est-elle pas davantage utilisée ?
    Est-ce que cela ne pose-t-il pas quelques problèmes pour la récolte ?


    • Ungh Ungh 20 juillet 2009 14:01

      Tout sur le BRF ici en video, et je rajouterais avec le purin d’orties pour bien nettoyer autour ...


    • Proto Proto 20 juillet 2009 14:19

      Merci pour les liens !


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 15:34

      http://midier.free.fr/video/BRF_F2_29juin2006.avi
      Ici aussi, un témoignage d’un agriculteur du sud de la France, Jacques DUPETY, qui milite beaucoup, et a beaucoup écrit sur le sujet..
      Le microbiologiste des sols, dont j’ai mis la vidéo youtube, a bossé sur un projet de BRF au portugal pour aider les vignerons à faire face au secheresse.
      Moi même originaire du sud de la France, j’ai poussé mon grand pére à faire un essai. j’ai pu constater la transformation du sol, c’est assez impressionant, même pour quelqu’un à priori pas trés passioné par le sol..

      ICI, pas mal de documents sur le sujet


    • Proto Proto 22 juillet 2009 23:41

      Vous m’avez donné envie de regarder ce documentaire : « L’ortie fait de la résistance ».
      Ajouté dans ma malle a docus.
      Merci encore.


    • John Lloyds John Lloyds 20 juillet 2009 11:15

      Superbe artcile

      Dans ce système capitaliste rémunéré par la rentabilité, il était parfaitement attendu que la qualité de l’agro-alimentaire devait se dégrader au fil du temps pour privilégier la production de masse, peu onéreuse et de basse qualité. De là à produire de l’alimentation qui soit limite poison, toujours pour améliorer la rentabilité, il n’y avait qu’un pas, qui a été franchi, par l’intervention d’une chimie intensive.

      Quant à la dernière étape, celle qui consiste à empoisonner délibéremment les productions pour créer des lésions irréversibles à long terme, je pense qu’elle est déjà franchie, si l’on en juge par les soutiens gouvernementaux apportés à Monsanto. Outre les effets à long terme mal connus de certains agents, on constate actuellement un accroisement inquiétant de la stérilité humaine. La capacité du gouvernement américain à contrôler le niveau d’empoisonnement de l’alimentaire est déjà acquise. Et le projet « Arche de Noé », grenier planétaire de Svalbard, financé par les fondations Rockefeller et Gates, n’annoncent rien de bon

      __________________________________________

      Alerte Info


      • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 15:43

        Merci à toi ;

        En fait les OGM ne sont qu’un explication partielle à la baisse de la fertilité masculine.. Le documentaire ARTE, « Males en péril » mets aussi en evidence le rôle du phtalates, contenue dans le plastique des bouteilles d’eau..
        Mais là encore, accident industriel ?

        Documentaire passionant et terrifiant à télécharger ici -
        http://www.megaupload.com/?d=15CD93GD


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 20 juillet 2009 11:25

        à l’auteur

        Beau diagnostic !

        Quelles sont vos recommandations ?


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 16:07

          Je n’ai aucune recommendation.
          je pense que c’est à chacun de voir dans quel mesure il peut faire ses choix alimentaires, et tenter d’avoir sa part d’independance vis à vis des circuits de l’alimentation OGM. 
          Développement des solidarités locales ?
          Je suis moi même plus ou moins un bouseux de la campagne, mais pour le citadin moyen j’ai du mal à croire que sa liberté, sur ce plan, ait beaucoup de marge de manoeuvre.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 juillet 2009 08:27

          Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 20 juillet 16:07 

          « Je n’ai aucune recommendation ».

          Réaction typique de nombre de rédacteurs sur AgoraVox.
          Prompts à se lancer dans de longues tirades dénonciatrices.
          Peu enclins, sinon incapables, à proposer de vraies solutions...


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 08:50

          La société à toujours su faire une distinction entre journalistes et homme politique, ma première recommendation et que vous y songiez..
          A moins que vous ayez besoin d’un gourou ?

          Pour ma part, je vais au cambodge dans 2 semaine travailler sur un projet de permaculture avec l’ONG Global Village.
          Le but etant de promouvoir les fermes familiales maitrisant des techniques efficaces agricole, maintenant des « banques de graines ».
          Ma derniere recommendation est donc que fassiez pareil.

          Pour le reste je n’ai assurement rien à dire à ceux qui cherche un « guide » de conduite en ces temps troublés, à défaut de reflechir eux même.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 juillet 2009 11:13

          à Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 21 juillet 08:50 

          La société à toujours su faire une distinction entre journalistes et homme politique, ma première recommendation et que vous y songiez..
          En bon Français, que donnerait cette phrase ?
          A moins que vous ayez besoin d’un gourou ?
          Après un tel diagnostic, je pensais pouvoir espèrer quelques recommandations. Sans pour autant voir en vous un potentiel gourou dont je n’ai pas le besoin.

          Pour ma part, je vais au cambodge dans 2 semaine travailler sur un projet de permaculture avec l’ONG Global Village.
          Le but etant de promouvoir les fermes familiales maitrisant des techniques efficaces agricole, maintenant des « banques de graines ».
          Ma derniere recommendation est donc que fassiez pareil.
          Que le diable me garde de faire pareil ! ! ! J’ai déjà eu l’occasion de constater, de par le monde, les dégâts causés par les ong.

          Pour le reste je n’ai assurement rien à dire à ceux qui cherche un « guide » de conduite en ces temps troublés, à défaut de reflechir eux même.
          J’ai bien le sentiment de réfléchir par moi-même : compte tenu de votre diagnostic, cela m’avait conduit à vous consulter sur vos recommandations avec le succès que chacun peut voir.


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 11:30

          Explication/ Songez à faire une distinction entre ceux qui vous informe, et ceux qui peuvent vous apportez des recommandation.
          Est-ce clair désormais ?

          J« ai pour ma part assez vu de part le monde les dégats de l’immobilisme de ceux qui attendent des recommendations, pour trouver votre commentaire généraliste sur les Ong plutôt risible/

          Vous avez le »sentiment de reflechir" par vous même... Soyez en sur et certain, c’est bien ce qui est le plus utile aujourd’hui, vis à vis de questions de société, et notamment quand on se permet d’être agressif dans un débat.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 juillet 2009 11:50

          à Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 21 juillet 11:30 

          Explication/ Songez à faire une distinction entre ceux qui vous informe, et ceux qui peuvent vous apportez des recommandation.
          Est-ce clair désormais ?
          Non. Mais cela n’a aucune espèce d’importance vu la qualité de votre prose.

          J« ai pour ma part assez vu de part le monde les dégats de l’immobilisme de ceux qui attendent des recommendations, pour trouver votre commentaire généraliste sur les Ong plutôt risible/
          Mon commentaire sur les ong résulte d’une expérience de plus de 25 ans en tant qu’assistant technique au développement. Que vous trouviez mon commentaire risible indique votre degré d’inconscience sur la « qualité » du « travail » que vous et les ong réalisez dans les PVD.

          Vous avez le »sentiment de reflechir" par vous même... Soyez en sur et certain, c’est bien ce qui est le plus utile aujourd’hui, vis à vis de questions de société, et notamment quand on se permet d’être agressif dans un débat.
          Je n’ai aucunement besoin de votre recommandation pour réfléchir par moi-même quand bien même approfondir un sujet est jugé comme de l’agressivité par les paranoïaques.


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 12:02

          Etes vous bien sur d’avoir approfondit quoi que ce soit ici ?

          Quelle est votre vision vraiment, sinon celle de me juger pour ne pas vous avoir « recommandé » un plan d’action dans votre appréhension des OGM ?

          Ma « prose » ?!! Voudriez vous que je danse, cher Jean Pierre ? 


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 21 juillet 2009 12:14

          à Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 21 juillet 12:02 

          Etes vous bien sur d’avoir approfondit quoi que ce soit ici ?
          Quelle est votre vision vraiment, sinon celle de me juger pour ne pas vous avoir « recommandé » un plan d’action dans votre appréhension des OGM ?
          Ma « prose » ?!! Voudriez vous que je danse, cher Jean Pierre ?

          Je ne comprends pas que vous vous soyez vexé parce que, suite à votre diagnostic, j’ai osé vous demander (et vous n’avez pas su le formuler) un approfondissement de vos conclusions et de vos recommandations pour remédier à la situation que vous dénonciez.
          Je ne vous ai nullement jugé pour votre carence.
          Maintenant, compte tenu de la tournure de vos réponses, il faut en rester là.


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 12:37

          Hmmm.. D’accord.
          j’aurais du preciser effectivement que J’AI des recommandations, mais que celle ci sont parfaitement irréalistes, compte tenu du degré de « contagion » des OGM. 
          Un commentaire plus loin de Herbe, montre plus en avant la force du lobbying semenciers et le fait que cela échappe à tout contrôle démocratique.

          La question est bien résumé par le journaliste indien Arun Shrivastava.
          "Que feriez-vous à une compagnie qui prétend avoir « inventé le riz » et veut son dû parce que vous, Madames et Messieurs, mangez du riz ?« 

          Pour ma part je pense que la seule alternative est le sabotage en bonne est due forme des stratégie de ces compagnies, tout simplement en leur coupant l’herbe sous le pied, ce qui sera bien plus efficace a terme que tout les fauchages OGM. 
          Comment ?
          La permaculture, me semble une solution - notamment en projet par cet ONG ;; ;- car en transformant le moindre lopin de terre en verger (comme cela fut le cas dans certains endroits des USA durant la grande depression) le projet de ces grands groupe perds sensiblement de sa consistance.
          Est-ce utopique ?
          Le projet du gouvernement US de légiferer sur les cultures organiques des petite fermes bio et jardins privés montre que c’est une idée au moins prise au sérieux quelque part à Washington ou à St Louis (Siége de monsanto)

          Les ONG sont le reflets des humains qui y travaille. La plupart sont assez neuneus, mais les execptions à la régle permettent de défendre le concept. Je n’ai »que" 32 ans, et mon regard de jeune con à ce propos, vaut peut être mieux que votre regard de vieux con..
           


        • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 12:52

          Dans « recommandation irréaliste » j’entendais simplement referendum sur les Ogm, leur interdiction, poursuite de Monsanto Syngenta et bayer pour crimes contre l’humanité... etc

          L’initiative induviduelle est la clé, et mon implication dans une ong vise à faire prendre conscience à un max de personne de leur pouvoir individuel, et de leur capacité à être indépendant.


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 juillet 2009 14:39

          à Vladivostok 1919 (xxx.xxx.xxx.112) 21 juillet 12:37

          Hmmm.. D’accord. j’aurais du preciser effectivement que J’AI des recommandations

          J-P LL :
          Je n’ai pas lu au-delà puisque, depuis plusieurs commentaires (5), je vous demandais quelles étaient vos recommandations et que vous me répondiez ne pas en avoir jusqu’au moment où je vous ai déclaré : Il faut en rester là (21 juillet 12h14).

          Conformément à cette annonce, je n’ai lu que la phrase disant « Hmmm.. D’accord. j’aurais du preciser effectivement que J’AI des recommandations ».

          Le reste ne m’intéressait pas en raison des « manières » que vous aviez faites pour, enfin, reconnaître que vous aviez bien des recommandations.

          J’en reste donc là dé-fi-ni-ti-ve-ment car vous êtes un esprit ratiocineur, illogique, irrationnel et de mauvaise foi, etc., etc.


        • Gollum Gollum 20 juillet 2009 11:34

          Faut pas s’étonner dans ces conditions si Michel de Nostredame a prévu une famine planétaire

          « si longue que l’on en viendra arracher l’enfant de mamelle » pour le dévorer...

          Décidément les prévisions les plus noires de nos antiques prophètes s’avèrent de plus en plus crédibles...

          Bienvenue en apocalypseland !

          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 juillet 2009 11:59

            Beau travail,

            " Le fantasme de Robert Shapiro, ancien PDG de Monsanto, de voir les industries de la santé, de l’agriculture et de l’agro-alimentaire se fondre en un seul corps tentaculaire « Génial, faire fabriquer des yaourts aseptisés et médicamenteurs qui guérissent des maladies fictives, quel bonheur !

             » Les agriculteurs représentent 1% de la population en France et 2% de la population mondiale « Ce fait, s’il est réel, démontre la gravité de la situation, car en fait, cela fait donc plus de chasseurs armés que de cultivateurs. Il ne suffit donc plus que de mettre la main sur ce dernier petit % pour ruiner les espoirs des 99 % autres.

             » A ceux qui n’ont qu’un sourire en coin à l’idée qu’un complot de ce type puisse exister, " Apprendre qu’un complot mondial se prépare ne fait qu’à moitié rire en coin d’abord parce qu’on peut être un peu à l’écart, sauf s’il on en est inconsciemment complice...ce qui est plus difficile à définir.


            • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 15:03

              Merci pour le commentaire...

              Vous mettez le doigt sur la petite erreur de mon article :
              « Les agriculteurs représentent 1% de la population en France et 2% de la population mondiale »

              Le chiffre est strictement exact pour la France, mais pour ce qui est du chiffre sur le monde, je m’explique :

              La population agricole mondiale (c’est-à-dire les personnes occupées à ces activités ainsi que les personnes à leur charge.) est en fait beaucoup plus nombreuse MAIS Parmi les actifs agricoles, seulement 2% des agriculteurs possèdent une exploitation motorisée ; environ 250 millions utilisent la traction animale (boeufs, chevaux, mulets, zébus, buffles…) ; les 75% restant n’ont que leur force physique, et aucun accès aux techniques modernes.

              Seul 2% de la population agricole (et non mondiale) produit donc des produits succeptibles d’être exporter.

              Le gros pourcentage restant vit le plus souvent dans des conditions assez misérables, et ne constitue pas le coeur de cible du marché des OGM. 

              Désolé pour cette erreur, qui ne change pas le raisonnement de mon article


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 juillet 2009 20:26

              C’est amusant, c’est de Vladivostok qu’est partie la vague qui participa à écrouler le mur de Berlin en 89. En effet, deux jeune allemands qui avaient décidé de faire le tour du monde en planche à voile à leurs latitude touchèrent quelques mois avant la terre à Vladivostok. Les deux gardes effarouchés appelèrent en urgence Moscou qui envoya toutes ses troupes pour parer à l’invasion et l’info fit le tour du monde du ridicule. Mais ils obtinrent le droit de continuer et arrivèrent à la capitale dans la liesse et les acclamations. L’air de rien, le peuple russe découvrit ce que voulait dire liberté en occident. 

              Ayons confiance, c’est un petit commun des mortels incognito qui changera le monde, comme celui-ci ... La vidéo a été effacée, voici son contenu :

              L’homme qui parle avec les plantes (48:34)

              " Le miracle, c’est Don José Carmen Garcia Martinez qui, avec son amour pour les plantes, les paroles qu’il leur adresse et d’anciennes recettes aztèques, a réussi à cultiver des légumes géants. Il a produit ainsi des choux de 45 kg, des pieds de maïs de 5 m. de haut, des feuilles de blette de 1,5 m. de long, 7 à 8 courges par pied (1 à 2 habituellement), 110 tonnes d’oignons par hectare (16 tonnes normalement). Un journaliste péruvien, Yvo Perez Barreto, est allé trouver Don Carmen chez lui et a raconté tout ce qu’il y a vu. Mais ce n’est pas le seul témoin : l’Université d’agronomie de Chapingo (Mexique), sous l’autorité du Pr Nicolas Cerda, spécialiste des sols, a comparé les résultats de Don Carmen avec ceux obtenus par les méthodes de l’Université sur des terrains contigus. Des ingénieurs du Ministère de l’agriculture mexicain sont venus analyser l’eau, les légumes, les semences et surtout le terrain volcanique de l’agriculteur. Rien de particulier n’a été décelé. Parmi les savoir-faire de Don Carmen, on note : cultiver sans pesticides et multiplier jusqu’à dix fois la production agricole ; utiliser 700 g de fertilisant par hectare, au lieu des 500 kg habituels dans l’agriculture intensive ; cultiver sur terres salées ; créer de nouvelles plantes résistant aux maladies, non transgéniques… au début, sur sa terre presque stérile, il s’asseyait à côté des plantes et leur demandait de l’aider. Don José Carmen est persuadé que c’est grâce à la communication qu’il a établie mentalement avec les plantes qu’il a obtenu ces résultats miraculeux. Pour lui, le secret c’est l’amour qui lui donne cette main verte. Son livre (1) donne des tas de recettes, de trucs, qui pourraient révolutionner la planète, tout en changeant la mentalité humaine : l’amour à la place du profit immédiat. "

              (1) Les Éditions Clair de Terre, Presses du Châtelet, 1998 (isbn :9782911217159).


            • Forest Ent Forest Ent 20 juillet 2009 12:12

              Article intéressant.


              • fonzibrain fonzibrain 20 juillet 2009 19:01

                hello

                forest,honnetement,ce n’est pas interessant c’est extrèmement grave

              • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 14:29

                Merci pour le commentaire.
                J’avais en effet développé un peu plus sur le pet de vache et sur la consommation de viande, mais je me suis retrouvé avec un article extremement long, et cette partie plus ou moins hors sujet vis à vis des OGM.

                je suis néanmoins assez d’accord avec vous sur l’idée qu’il y a bel et bien une surpopulation, encore faut il admettre qu’ils sagit d’une surpopulation relative à un ,ode de production et de consomation totalement insensé.
                L’éducation, et surtout l’éducation des femmes comme moyen primordial de ralentissement de la croisssance démographique fait ses preuves, en Afrique surtout. Cela semble être la solution la plus sensée. Donc la plus éloignée des préocupation des très grands de ce monde.


              • alberto alberto 20 juillet 2009 13:29

                A l’auteur : bien intéressant votre article, mais alors que devient la sacro-sainte croissance dans ces plans de dépopulation ?

                Encore bravo pour les liens !

                Bien à vous.


                • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 14:43

                  La Sacro Sainte croissance se casse la gueule en ce moment... à vous de voir si c’est de maniere volontaire ou non, mais l’édifice qui s’effondre en ce moment etait un chateau de carte FINANCIER.
                  Le retour d’une VRAIE croissance basée sur une production de masse et une consomation tout aussi croissante par le peuple est assez improbable à mon avis. Le fait que les riches deviennent plus riches, et les pauvres soient de plus en plus nombreux, ne date pas d’hier, ça date même de moment de forte croissance mondiale. Ce qui se passe en ce moment est une simple acceleration.

                  Selon Zbigniew Brzezinski, mentor et conseiller d’Obama, seul 20% de l’humanité est utile à l’économie, c’est sa théorie des 2 dixiemes. Théorie du Tittytainment, a voir pour le croire.
                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Tittytainment

                  « Le mot tittytainment fut utilisé en 1995 par l’idéologue néolibéral Zbigniew Brzezinski, membre de la commission trilatérale et ex-conseiller du Président des États-Unis Jimmy Carter, pendant la conclusion du premier »State Of The World Forum"
                  Les chefs réunis à San Francisco (Mikhaïl Gorbatchev, George Bush, Margaret Thatcher, Vaclav Havel, Bill Gates, Ted Turner, etc..) sont arrivés à la conclusion que l’arrivée de la dénommée Société 20:80 est inévitable, celle dans laquelle le travail de 20% de la population mondiale sera suffisant pour soutenir la totalité de l’appareil économique de la planète. 80% de la population restante ainsi s’avérera superflu, ne disposera pas de travail ni d’occasions d’aucun type et nourrira une frustration croissante.


                • sisyphe sisyphe 20 juillet 2009 14:54

                  Excellent article, parfaitement documenté : une analyse complète, réelle, et précise de la situation agro-alimentaire, et de santé mondiale, et des dangers que les géants semenciers, et l’agriculture industrielle font de plus en plus lourdement peser, grâce à leurs lobbies partout infiltrés dans les instances de décisions politiques.

                  A cet égard, le scandale de l’interdiction des graines naturelles, du procès intenté à Kokopelli, particulièrement honteux, est passé quasiment inaperçu dans les médias.

                  De même que les catastrophes engendrées, sur la terre entière, par les expérimentations d’OGM (cf la « nouvelle révolution verte » en Inde), où qu’elles aient eu lieu.

                  Voilà des sujets graves sur lesquels interpeller, d’urgence, à juste titre, les organisations écologistes, après leur relatif « succès » remporté aux élections européennes.
                  Des sujets sur lesquels il faut, surtout, que LES CITOYENS se mobilisent, par l’intermédiaire, notamment, des associations de consommateurs ; campagnes d’informations, de boycott, plaintes en nom collectif, etc...

                  S’il est un combat écologique urgent et indispensable, c’est bien celui-là : mobilisation de toutes les asociations citoyennes.

                  Merci pour votre article.


                  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 15:24

                    Merci beaucoup pour ce message.

                    Je pense vraiment en effet que la seule revolte possible et productive, alors que l’asservissement du peuple émmane désormais des corporations multinationale, passe par une ré-appropriation d’un certains nombre de business, liés notamment lié à la nourriture ou au services.
                    En l’occurence démarrer un potager, avec des graines telles que celles de Kokopelli (ou d’autres comme Biogerme, ou essembio) me semble pas si difficile. La reprise en main de leur unsine par des ouvriers licenciés, comme cela se passe en amérique du sud, me semble à méditer aussi.


                  • Le péripate Le péripate 20 juillet 2009 15:33

                    Le poisson socialiste dans son bocal : j’ai une idée pour changer le monde, j’ai une idée pour changer le monde, j’ai une idée...
                    Et donc, ici, le luddisme est de nouveau invoqué. Tourne, petit poisson rouge.


                    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 15:51

                      « Le luddisme est un mouvement ouvrier des années 1811-1812 en Angleterre connu pour ses destructions de machines (métiers à tisser notamment). »

                      Que vient faire le luddisme ici... les poissons rouges m’ont plutôt l’air de se réunir par groupes de 8 ou de 20, c’est derniers temps, tu crois pas ?

                      Je faisais allusion à ça, ce qui sans aller jusqu’a l’envisager en tant que modéle, merite reflection, que tu le veuilles ou non.


                    • Le péripate Le péripate 20 juillet 2009 18:44

                      Destruction de métiers à tisser, destruction de cultures, pensées réactionnaires tournées contre le progrès, les parallèles ne manquent pas.


                    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 20 juillet 2009 19:17

                      Destruction de culture ?
                      Tu veux parler des destruction de culture OGM par des faucheurs, ou des destruction de Cultures (au sens sociologique du terme) Indiennes, Sud Américaine, Africaines par des Etats soumis aux interet des corporations (Cherche donc au l’origine de l’expression dictature Bananière)...

                      Tu n’as apparement pas lu l’article, car à moins d’avoir la tête dans le trou, ou etre payé par un semenciers OGM, les progrés en terme d’agriculture s’appelles BRF, Semis direct, permaculuture.

                      A lire pour ce qui est du progrés les articles sur la vague de suicide en Inde des cultivateur de riz et de coton.
                      "Le Ministère de l’Agricutlture indien a admit que 100 000 agriculteurs indiens s’étaient suicidés entre 1993 et 2003. Il a précisé aussi qu’entre 2003 et octobre 2006, 16 000 agriculteurs s’étaient suicidés par an. Ainsi, sur la période 1993 et 2006, cela donne une moyenne de 30 suicides par jour. La révolution verte qui a augmenté les dettes des agriculteurs en nécessitant toujours plus d’engrais. Il évoque aussi le coton Bt vu par ces agriculteurs endettés comme une solution à leur problème. Malheureusement le miracle annoncé n’a pas eu lieu. Et les suicides ont continué...« 
                      Est ce le progrès dont tu parles ?

                      Tu parles aussi de destruction de Culture.. En voilà un exemple ci-dessous, qui peut être t’invitera à reflechir un peu avant de faire des parrallèles insensés.

                       »Un scientifique français a dit autrefois que l’Inde a 200.000 variétés de riz. D’autres écologistes disent 100.000. Est-ce important ? Dans les régions traditionnelles de production, j’ai trouvé que le goût et la forme du riz diffèrent souvent d’un village à l’autre. Plus maintenant. Après la révolution verte, les variétés disponibles sur le marché pour les semis commerciaux sont tombées à une cinquantaine."


                    • sisyphe sisyphe 21 juillet 2009 08:43

                      Ne pas répondre aux provocations du merveilleux  Péripate .
                      Il suffit de le laisser tourner en rond dans son nauséeux théoricisme ; il s’y étouffe tout seul de ses amalgames, sophismes, et autres confusionnismes.


                    • Le péripate Le péripate 21 juillet 2009 08:50

                      L’histoire des suicides des agriculteurs indiens est un hoax.


                    • Le péripate Le péripate 21 juillet 2009 09:03

                      Merci Sisyphe : tu vois que tu peux être gentil quand tu le veux bien.


                    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 09:14

                      Pas un hoax... Faites attention aux mots.
                      C’est en effet matière à débat pour l’IFPRI (votre lien) qui pousse les paysans à la production de plant OGM à travers le monde entier

                      A la rubrique « donateurs » sur le site de cette organisation, on trouve en bonne place :
                      - The Bill & Melinda Gates Foundation
                      - Howard G. Buffett Foundation
                      - Rockefeller Foundation
                      Maintenant faite sur google une recherche avec chacun de ces noms, avec le mot « surpopulation »...

                      Enfin, chacun des points de l’étude de l’Ifri est faux en l’occurence, voir l’argumentaire ICI


                    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 21 juillet 2009 09:28

                      J’oubliais quand même le plus beau, parmi la liste des généreux donateurs de l’IFPRI, responsable de votre études déniant le liens entre la culture des OGM et les suicides massifs de paysan Indiens
                      Syngenta Foundation for Sustainable Agriculture
                      Syngeta.... un des leaders mondiaux de la production de semences OGM


                    • ZEN ZEN 21 juillet 2009 09:35

                      Reconnaissons à Péripate un zèle monsantiste remarquable, une dévotion qui mérite respect...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

OGM


Palmarès



Partenaires