Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Psychiatrie coercitive : une méthode utilisée par Al Qaida

Psychiatrie coercitive : une méthode utilisée par Al Qaida

"Il faut prévenir les hommes qu’ils sont en danger de mort… la science devient criminelle."
Albert Einstein
 
Je ne présenterai pas l’organisation al-quaida qui est une espèce de toile d’araignée dont le but est de faire régner la terreur. Par contre croire que l’islam, en tant que religion est le fer de lance idéologique n’est pas tout à fait correct.
 
L'Égyptien Ayman Zawahiri, le "cerveau", est l’idéologue de cette mouvance, il a fait des études de médecines, plus exactement de chirurgie et semble avoir de toute évidence une certaine connaissance des techniques de manipulations mentales qui ont été déjà employés dans la région par le célèbre vieux de la montagne et dont s’inspirèrent largement dans les années 50, la Cia, qui même remit au goût du jours les découvertes faites dans les camps nazis où des médecins firent des expériences, l’un des plus connus a été Dr Josef Mengele à Auschwitz.
 
Hassân As-Sabbah a fondé en 1090 une mouvance terroriste. On les appela Hachâchîne, probablement parce qu’ils prenaient du hachich, en en faisant semble-t-il plusieurs usages : comme moyen de dépersonnalisation, consommant beaucoup de haschisch avant de se lancer dans des commandos-suicide et comme moyen d’avoir un avant-goût du paradis islamique où il y a éphèbes, houris, alcool et luxe. Marco polo disait que dans ce jardin secret on y emmenait des jeunes hommes drogués et rien ne leurs étaient refusés, absolument rien, ils pouvaient entre percevoir le paradis musulmans puis être renvoyés chez eux. Et la seule solution pour revenir vers ce paradis étaient de tuer celui qui étaient déclarés ennemis, leader, politiques, hommes, femmes de paix, écrivain etc… et de mourir.
 
 
De toute évidence l’idéologue d’al-quaida s’est inspirée de ce groupe pour qui en effet :
Il ne suffit pas de tuer nos ennemis, nous ne sommes pas des meurtriers mais des exécuteurs, nous devons agir en public, pour l'exemple. Nous tuons un homme, nous en terrorisons cent mille. Cependant, il ne suffit pas d'exécuter et de terroriser, il faut aussi savoir mourir, car si en tuant nous décourageons nos ennemis d'entreprendre quoi que ce soit contre nous.
 
On sait aussi que le Dr. D. Ewen Cameron, également connu comme le Dr White, a été l'ancien chef de la marine canadienne, américaine et mondiale de la " psychiatrie Associations ". En raison de la vaste expérience de Cameron et de ses pouvoirs, Allen Dulles de la CIA a canalisé des millions de dollars dans des organisations comme la Société pour l'étude de l'écologie humaine, dont Cameron était le président.
 
Des expérimentations ont été menées à plusieurs endroits à Montréal, pour la plupart à l'Université McGill, St Mary's Hospital et l'Institut Allan Memorial. Outre les méthodes classiques de la tyrannie psychiatriques, tels que les injections de drogue, des électrochocs et des lobotomies, le Dr Cameron conçu la technique de la " conduite psychique", où les patients qui ne se doutaient de rien ont été maintenus dans un coma induit par médicaments pendant plusieurs semaines avec un régime d'électrochocs, alors que les casques électroniques étaient attaché à la tête et des messages répétitifs auditif ont été transmis à des vitesses variables.

On peut même trouver sur wiki, le listing de ses expérimentations criminelles, et on peut lire ici en lire l'histoire.
 
1953 - La CIA initie projet MKULTRA. Ceci est un programme de recherche onze années conçu pour produire et tester des médicaments et des agents biologiques qui seraient utilisés pour le contrôle de l'esprit et la modification du comportement. Six des sous-projets a consisté à tester les agents sur leur insu les êtres humains.
 
Dès 1908, le professeur Kraepelin de Munich, un des plus grands psychiatres d'Allemagne, se rallie à l'eugénisme. Il ne manque pas de communiquer ses idées eugénistes à ses étudiants, marquant l'accent sur la problématique de la reproduction chez les malades mentaux. (Il écrit "inférieurs mentaux). En 1914, le professeur A.Alzheimer, celui qui a trouvé la maladie du même nom, adhère à son tour à l'eugénisme. Il s'inscrit à la Société d'Hygiène Raciale, crée par Ploetz en 1905.

 C'est plutôt les juristes et les psychiatres qui se montrent favorables à l'euthanasie en Allemagne avant 1933.
 
La psychiatrie viennoise et le nazisme : quand la recherche et le crime marchaient main dans la main par Wolfgang Neugebauer :
"Dans un ouvrage retraçant l’histoire de la médecine sous le Troisième Reich, Hans-Walter Schmuhl, par ailleurs auteur de travaux approfondis sur l’hygiène raciale et l’euthanasie sous le nazisme, écrit : « Les recherches conduites jusqu’à présent démontrent que peu de groupes professionnels ont contribué, autant que le corps médical, à l’accomplissement de la politique génocidaire des nationaux-socialistes. Dans leur politique de persécution puis d’extermination -celle, notamment des malades ou des handicapés mentaux, des Juifs, des Roms, des asociaux ou de tous les “ennemis du peuple” -les médecins ont joué un rôle clé. »

Tübingen 1937 : le 9è congrès de la «  Société allemande d’anthropologie physique  » voit se réunir entre autres les docteurs Eugen Fischer, Otmar von Verschuer, Alfred Ploetz et Josef Mengele qui posent avec d’autres congressistes. Durant ce congrès, les participants décident de changer le nom de leur organisation : elle s’appellera désormais «  Société allemande pour l’hygiène raciale  ». Mengele se trouve à gauche du second rang.

Tübingen 1937 : le 9è congrès de la « Société allemande d’anthropologie physique » voit se réunir entre autres les docteurs Eugen Fischer, Otmar von Verschuer, Alfred Ploetz et Josef Mengele qui posent avec d’autres congressistes. Durant ce congrès, les participants décident de changer le nom de leur organisation : elle s’appellera désormais « Société allemande pour l’hygiène raciale ». Mengele se trouve à gauche du second rang.

Thomas Szasz, né en 1920, psychiatre et professeur émérite de psychiatrie à l’Université de New York à Syracuse, dénonce l’utilisation de la psychiatrie comme moyen de contrôle social, comparant le rôle du psychiatre envers les déviants à celui des inquisiteurs face aux hérétiques. Toute déviance est, socialement et politiquement, folie et félonie. Selon lui, la maladie mentale n’est pas un problème médical, mais un problème de pouvoir.
 
  • “[…] Arrêtons de raconter qu’il y a, derrière chaque pensée tordue, une molécule tordue dans notre cerveau".
 
Si tel était le cas, précise Szasz, il faudrait traiter la schizophrénie comme n’importe quelle autre maladie, et ne plus faire des malades mentaux une catégorie à part que l’on enferme et que l’on soigne d’autorité. "Mais, précise-t-il, je n’idéalise pas la folie, je ne pense pas que les fous soient des êtres supérieurs, victimes de la société capitaliste". Il dira :
 
  • “[…] Nous sommes en présence d’un phénomène religieux et non pas scientifique".
 
Le diagnostic de "folie" a pris la succession, dans notre civilisation occidentale, de celui de "possession".
 
Dans cet article sur le terrorisme on peut lire que croire qu’il s’agit d’un hasard où un accident est une grave erreur, on devient un terroriste on peut les fabriquer en usant des programmes de psychiatrie.
 
D’ailleurs al-qaida recrute dans les asiles où l’on pratique encore des électro chocs et comme tout mouvement totalitaire, il use du viol, sachant que le viol est un des moyens les plus destructeurs pour amener une personne à faire ce que vous voulez, il suffit de le dégrader, de l’avilir, de lui pourrir son corps, de lui donner le sentiment qu’elle n’est plus rien, de l’a déposséder de son corps, et le viol est une méthode de dépersonnalisation utilisée les plus courantes. Dans cet article on voit qu’une des tactiques consiste à violer les jeunes gens pour les inciter à commettre des opérations suicides." Et on peut constater qu’il n’hésite pas à violer des petites filles de 7 ans.
 
Certes, certaines croyances religieuses sont critiquables, le monothéisme contient des versets criminogènes sans aucun doute, mais ça ne suffit pas pour faire des criminels, des terroristes, pour le faire il faut manipuler les gens, les droguer, les violer, utiliser la peur, la propagande, on fabrique les terroristes, personne ne nait terroriste, le croire, c’est nier certaines réalités, certaines expérimentations menées dans notre dos pourraient un jour aboutir à un control de l’humanité, en médicalisant nos émotions, nos comportements, nos désirs comme on peut le voir dans le film d’anticipation Equilibrium qui raconte l’histoire d’une société qui a criminalisé l’art, les émotions et notre monde va droit dans cette direction, il en arrive à trouver que vivre, courir, faire du bruit est une déviance, on drogue les enfants en décrétant qu’il sont hyper actives car ils sont vivants….et on en fait des zombies avec la Ritaline une autre de ses drogues plus dangereuse encore que la cocaine, et là on retrouve l’idéologie de la psychiatrie, qui est de toujours décréter que les être qui vivent sont des déviants et on les détruit avec une camisole chimique…
 
Dans un récent article dans le New York Review of Books , Angell déconstruit ce qu'elle appelle une apparente "épidémie galopante de la maladie mentale » chez les Américains. La consommation de drogues psychoactives, y compris à la fois des antidépresseurs et des antipsychotiques-a explosé, et si les nouveaux médicaments sont tellement efficaces, Angell le souligne, nous devrions « s'attendre à la prévalence de la maladie mentale à la baisse, et non pas en hausse." Au lieu de cela, "le compte de ceux qui sont si handicapés par des troubles mentaux qui sont admissibles à Supplemental Security Income (SSI) ou l'assurance sociale invalidité de la sécurité (SSDI) a augmenté de près de deux fois et demi entre 1987 et 2007 - de un à 184 Américains .Pour les enfants, la hausse est encore plus étonnante dans les deux dernières décennies, la maladie mentale est désormais la première cause de handicap chez les enfants ». Sous la tutelle de Big pharma, il a suffi d’élargir les critères de la maladie mentale afin que presque tout le monde en soit un de ses malades." Fugh-Berman est d'accord : A l'ère de la commercialisation des médicaments agressifs, dit-elle, «  les diagnostics psychiatriques elargirent le panel de maladies pour inclure beaucoup de gens parfaitement normaux."
 
L’une des dernières inventions de ce groupe a été de décréter que vous êtes fou si vous cherchez à manger sainement…Le journal le Guardien cite : "la volonté persistante de vouloir manger sainement peut être le signe d’un désordre psychologique sérieux" et continue en clamant que cette "maladie" s’appelle une orthorexie nerveuse - qui serait simplement la traduction du latin pour "nervosité concernant une alimentation saine". Ne croyez pas à une blague c’est la réalité…cette chose qui n’est pas une science, ce sont des théories et n’ont jamais été prouvés scientifiquement, c’est une croyance qui a pour but de se faire énormément de fric, une croyance qui utilise des méthodes les plus coercitives existant sur Terre et a un seul but contrôler les gens. Croire en cette religion qui se dit scientifique, n’est rien d’autre que la conséquence d’une méconnaissance de son Histoire, de sa création….Même al-jazeera dans un de ses articles se demande si il y a une épidémie de masse de psychose…
 
Quiconque cherche à s’améliorer aurait tout à gagner à lire des textes philosophiques spirituels, aider les autres en participant selon ses moyens à des programmes d’alphabétisation, d’emploi, etc…et en se soignant avec des médecines alternatives…
 
 
Articles conseillés
 
2.5. L’engagement des psychiatres, biologistes et médecins au coté du pouvoir Nazis

Soixante ans après, Washington présente des excuses pour une expérience sur la syphilis au Guatemala



Sur le même thème

La mondialisation de la perversion narcissique – Entre guerre économique et guerre psychologique
Dérives psychiatriques
La task force sanitaire belge instrument des lobbies pharmaceutiques
Ah, la folie
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs


Les réactions les plus appréciées

  • Par chapoutier (---.---.---.91) 7 octobre 2011 15:35

    puisque al quaida n’existe pas ...

  • Par TyRex (---.---.---.132) 8 octobre 2011 08:48
    TyRex

    @Lorelei

    « On les appela Hachâchîne, probablement parce qu’ils prenaient du hachich, en en faisant semble-t-il plusieurs usages : comme moyen de dépersonnalisation, consommant beaucoup de haschisch avant de se lancer dans des commandos-suicide »

    Saches déjà que le mot assassin vient de Hachâchine. Ensuite, ils étaient réputés dans toute l’Asie car ils acceptaient de se débarrasser de n’importe qui contre de l’or et aussi parce qu’ils ne semblaient pas connaitre la peur...
    Réfléchis un instant, s’ils se lançaient dans des commandos suicide crois-tu vraiment que cette secte ( eh oui, branche iranienne chiites qu’on appelle ismaîlite talimite, ils invoquaient les djinns pour s’approprier leurs forces ) aurait prospéré pendant 150 ans ?
    Sais-tu combien de temps il faut pour former un combattant ???

    Pourquoi tu ne parles pas des sociétés secrètes qu’on appelait ninja ?
    Est-ce que les kamikazes japonais étaient d’Al Quaïda ? Étaient-ils musulmans ?

    J’aime bien ton innocence !
    Sincèrement, tu penses que la science est la vérité de ce bas-monde ?
    La science arrive a fabriquer des ponts, des avions, des ordinateurs, etc., etc... mais elle est incapable de donner une définition simple de ce que l’on voit ?
    Qu’est que le feu ?
    Qu’est-ce que la lumière ?
    Récemment, on vient de découvrir que l’un des principes de la relativité a explosé :
    Rien n’est plus rapide que la lumière et pourtant... à 0.02% près c’est faux !

    Un scientifique sans base religieuse (tu ne tueras point, tu ne mentiras point,... ) n’auras rien à envier au Dr Mengele (un scientifique je te le rappelle).

    L’équilibre. C’est la clé.

  • Par JPB (---.---.---.73) 8 octobre 2011 19:57

     C’est vraiment la preuve que les méthodes psychiatriques, que ce soit les électrochocs, drogue-douleur-hypnose, chocs à l’insuline, contentions, priver les gens d’activité, psychotropes et mensonges (quant à leur buts constructifs) sont destructives : elles sont appliquées aussi par des criminels officiels pour détruire leurs victimes.

     Au moins les criminels cités, tel qu’Al quaida, assument leurs forfaits. Ils ne détruisent pas, sous couvert de soins, les enfants qui étudient mal ou les vieux qui peuplent nos maisons de repos !

     

  • Par Clojea (---.---.---.115) 7 octobre 2011 15:18
    Clojea

    Salut Lorelei. Très très bien cet article. Univers glauque de la psychiatrie comportementaliste. Les pyschiatres sont obnubilés par le contrôle mental. La recette comme tu le soulignes pour rendre quelqu’un dépendant : Drogues, douleurs, hypnoses. Avec un cocktail pareil, difficile de rester sain d’esprit. Ils ont expérimentés dans les années 60/70 les trucs les plus fous. Entre autre, LSD à dose massive sur un éléphant pour voir les effets. Dommage que la pauvre bête ne les ai pas écrasés, cela aurait un juste retour des choses.
    Aussi dans le genre, une vaporisation de gaz nocif en plein aéroport de LA. Juste pour voir.
    Sans compter les viols et autres joyeusetées dans les HP. Aujourd’hui, même si les services secrets se sont apparemment calmés, (Et encore, j’en doute), la psychiatrie reste un grand bidouillage et a du sang sur les mains.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires