Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’attendent-ils pour construire des logements ?

Qu’attendent-ils pour construire des logements ?

Les ventes augmentent, les permis de construire aussi, pourtant les mises en chantier stagnent....

Une baisse des mises en chantier

Le nombre de mises en chantier de logements a poursuivi sa baisse en France sur les trois mois à fin janvier pendant que les permis de construire enregistraient une nouvelle progression marquée, selon les chiffres publiés ce matin par le ministère du Logement.

Le nombre de logements commencés a reculé de 2,2% sur novembre-janvier, après une hausse de 2,7% les trois mois précédents (août-octobre), dernière période où leur évolution a été positive, selon ces données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. La baisse a été un peu plus marquée pour les logements individuels (-3,8%) que pour les logements collectifs (-1,2%) Les permis de construire ont quant à eux progressé de 5,9% sur novembre-janvier, après une hausse de 5,0% sur les trois mois précédents.

Pourquoi pas plus de constructions ?

Plusieurs facteurs sont à prendre en compte pour comprendre cette situation paradoxale.

Le manque de fonds

Si la regrettée Pinel avait réussi à corriger un certain nombre des lamentables erreurs de son prédécesseur, il est un point sur lequel tout n'a pas été réparé, c'est celui des capitaux nécessaires et disponibles pour l'investissement. Dans un marché où la demande est très largement supérieure à l'offre, à un moment où les taux sont au plus bas, les banques, seules sources importantes de financement depuis l'assèchement des capitaux privés et le surendettement public, se font de plus en plus frileuses. Elles n'ont pas confiance dans l'économie du secteur. Construire, oui, mais pour qui ? Pour des gens qui, n'ayant pas d'emploi ne pourront pas payer leurs loyers ou leurs remboursements ? Pour des immigrés qui, à part dans les journaux télévisés, n'ont ni formation ni qualification et qui s'en remettront à l'Etat providence qui, tôt ou tard sera obligé de couper la perfusion, faute de drogue ?

Ce tableau, même s'il est particulièrement noir et ne correspond pas complètement à la situation, est celui qui prévaut à l'attitude de ceux qui financent. Le redémarrage du dispositif Pinel laisse à penser que certains programmes sont en train de trouver des financements grâce à l'investissement privé, mais tous les grands projets qui faisaient fantasmer Duflot sont à l'arrêt.

Le manque d'entreprises

Ben oui, en peu de temps, Duflot a durablement mis à bas un secteur entier de notre économie. Des milliers d'entreprises du bâtiment se sont effondrées, ont disparu. Cela ne se reconstruit pas comme cela, il va falloir un petit peu de temps. Ce secteur est-il porteur d'espoir pour l'emploi ? Ne nous emballons pas. En effet, certains dispositifs, comme l'auto entrepreneur, ayant été sévèrement amendés et le coût brut du travail ayant été largement augmenté par nos élus socialistes (compte pénibilité, mutuel, fin de l'exonération sur les paniers repas...), il devient pour les promoteurs et les entreprises de construction sérieusement rentable d'utiliser le biais de la directive européenne des "travailleurs détachés" et faire travailler des européens en provenance de pays où le coût de la main d'oeuvre est moins élevé qu'en France.

Le manque de confiance

L'éviction de Pinel, qui commençait à comprendre quelque chose au problème, et son remplacement par une nouvelle idéologue dont les premières déclarations furent pour "rendre hommage" à Duflot et regretter d'un certain nombre des dispositions de l'incroyable loi "ALUR" aient été abandonnées fragilise la confiance que les professionnels commençaient à retrouver. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils sont circonspects et attendent de voir ce qu'il va se passer. Pourquoi, en effet, se lancer dans des constructions dont l'économie risque d'être mise à bas par des mesures politiques idiotes et anti-économiques dans les semaines ou les mois à venir ? Autant attendre l'an prochain....

Article paru sur MaVieMonArgent


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 1er mars 17:23

    Ben c’est normal !
    Si on construisait des logements en nombre suffisant là où la population modeste en a besoin , les proprios seraient obligés de revoir leurs loyers à la baisse .
    Nous sommes en régime libéral-socialiste où l’on sait adapter l’offre et la demande selon les desiderata de la bourgeoisie qui s’est bien remplie les poches pendant les trente glorieuses,c’est à dire après guerre .
    Pour l’emploi et les salaires vous repasserez !
    Les croquettes c’est pas seulement pour les animaux de compagnie !
    Mouarf !
     smiley


    • Jean 1er mars 20:09

      Qu’attendent t’ils ? bin des clients non ?


      • fred.foyn Le p’tit Charles 2 mars 10:16

        La « Mafia » de la construction fait la pluie et le beau temps...(comme dans tant d’autres domaines..)

        Faut que le peuple se mette à genoux pour obtenir quelque chose..et encore pas toujours loin de là...Regardez la bande de bras cassés qui gouverne..la réponse se trouve dans leurs attitude envers nous.. !

        • Loatse Loatse 2 mars 11:15

          Bonjour,


          Il serait intéressant de connaître les chiffres par région... Pendre en compte certains facteurs qui retardent la mise en chantier (intempéries)..

          Enfin même en tenant compte de la frilosité des banques, il n’en reste pas moins que dans le secteur privé, les programmes d’habitations sont vendus sur plan... et là j’ai remarqué effectivement que les délais s’allongeaient entre la mise en vente et le départ du chantier... Le moral des ménages serait il en berne ? (s’engager sur 15/20 ans n’est pas une mince affaire dans un contexte d’incertitude...

          Si la construction stagne, en revanche se dessine une autre tendance, notamment dans l’habitat public : la réhabilitation du logement ancien « intra muros ».

          C’est à mon avis un bon investissement, quand on constate la durée de vie des hlm comparativement à l’habitat ancien (en pierre)... A ce propos, notre village compte de nombreuses maisons construites avant la révolution française encore en très bon état... plus de 200 logements vacants de ce type... Remis aux normes, réhabilités, on évitera ainsi l’effet ghetto de constructions sans âmes excentrées, entre zac et autoroute, tout en redonnant vie au village...(des maisons fermées, cela n’incite pas à l’installation des menages)

          @Dujoud

          L’immigration est un plus pour le marché de la construction.. Après encore faut il qu’il y ait de l’emploi (autre que dans le bâtiment :) pour les futurs locataires/propriétaires..

          Après, au bout de 40 ans d’attente de la fameuse reprise/relance promise par les uns et les autres,, il faudrait peut être que nos politiques cessent de batir des chateaux en espagne.. Un pib obtenu au cric, inévitablement ca retombe...
          si ce n’est pas sur le nez des classes moyennes ca sera sur celui des générations futures.

          • Trelawney Trelawney 2 mars 17:39

            Le ralentissement des construction pour le secteur privé est du à une limitation drastique des stocks. On arrive à aujourd’hui à un stock d’environ 50000 logements ce qui est très peu. Lors de vente en VEFA, le promoteurs attendent que 75% soit vendu pour lancer la construction

            Les bailleurs sociaux ne se sont pas regroupés assez vite et alors que dans certaines régions (sud ouest, massif central etc) des bailleurs de construisent ou ne rénovent pas car il personne à loger, dans d’autres régions, ils n’ont pas l’argent pour le faire.

            Il faut donc s’attendre à une pénurie de logements d’ici 4 ou 5 ans.

            @Dujoud

            En 2025 (dans 10 ans), 50% de la population française aura plu de 55 ans alors que 12% aura moins de 30 ans. Sans main d’œuvre immigré on fait comment pour payer les retraites. Une boite crânienne ca peut servir à autre chose qu’à enfoncer des clous

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès