• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > RD Congo – Les Clinton : Compte à rebours pour une apocalypse au (...)

RD Congo – Les Clinton : Compte à rebours pour une apocalypse au Congo

La nouvelle n’a pas fait grand bruit, et pourtant elle devrait : Hilary Clinton est candidate à la présidence des Etats-Unis. Une information anodine mais qui pourrait être le point de départ des bouleversements géopolitiques catastrophiques dans la région des Grands Lacs. Pour rappel, c’est l’administration Clinton qui provoqua les deux Guerres du Congo derrière les présidents rwandais Paul Kagame et ougandais Yoweri Museveni, essentiellement autour de l’enjeu des gisements miniers congolais dont le coltan indispensable à la fabrication des nos téléphones portables. L’aventure meurtrière va causer la mort de six millions de Congolais, la moitié étant des enfants, et occasionner le viol de plus de cinq cent mille femmes. Si les temps ont changé, les objectifs stratégiques des Américains sur le Congo sont restés quasiment les mêmes, et ils sont terriblement nocifs. Le moins qu’on puisse dire est que les Clinton, en cas de victoire des démocrates en décembre 2016, reviennent à la Maison Blanche pour « finir le boulot »

Ne nous berçons pas d’illusion : la justice pour les millions de morts du Congo et les centaines de femmes violées et contaminées, ce n’est pas pour demain. Le Congo est, au contraire, au point d’entrer dans les pires moments de son histoire. Autant on devrait être préoccupé pour les Irakiens en cas d’un retour des Bush à la Maison Blanche, autant il faut se préoccuper pour les populations congolaises en cas de retour des Clinton à la Maison Blanche.

Les objectifs des Américains sur le Congo

Lorsqu’éclate la Première Guerre du Congo en 1996, les Américains ont au moins trois objectifs stratégiques : chasser Mobutu et les Français de la région des Grands Lacs, prendre possession des gisements miniers de l’Est du Congo et entraîner le pays vers sa dislocation (balkanisation). Les riches régions de l’Est doivent être annexées au Rwanda de Kagame et à l’Ouganda de Museveni, ce que Herman Cohen va affirmer sans se gêner[1]. Les populations autochtones congolaises vont toutefois s’opposer aussi bien aux agressions contre leur pays qu’à l’occupation qui préparait son démembrement. Américains, Rwandais et Ougandais vont alors « faire simple » : cibler directement ces populations par des massacres, des viols et des déplacements forcés afin de briser leur sentiment national, tout en assurant la totale impunité aux généraux rwandais et ougandais qui organisaient ces atrocités. L’idée qui se dissimule à peine est qu’à force de massacrer ces populations, de les violer, de les chasser de leurs terres et de les humilier, elles finiraient par se persuader que le pouvoir de Kinshasa les a abandonnées et se soumettre, malgré elles, aux pouvoirs de leurs oppresseurs rwandais et ougandais[2]. Mais deux décennies plus tard, le projet peine à se réaliser. Les Congolais restent toujours attachés à l’unité de leur pays malgré les massacres qui se poursuivent en toute impunité, ce qui doit terriblement agacer les stratèges de la coalition américano-rwando-ougandaise.

Le retour des Clinton à la Maison Blanche va sûrement donner un coup d’accélérateur à ce projet inspiré de la stratégie du « chaos constructeur »[3]. Le malheur pour les Congolais est qu’ils ne disposent d’aucun moyen pour véritablement faire face. Ni les autorités actuelles de Kinshasa, ni l’armée nationale ne sont en situation de dissuader les Américains de relancer une nouvelle aventure meurtrière au Congo. Encore moins la Monusco (Mission des Nations unies au Congo).

Un Etat et une armée rongés de l’intérieur

Une nation ne peut efficacement faire face à une menace de l’extérieur que si elle est bâtie et structurée sur une solide cohésion intérieure. Sur ce point, le Congo, depuis l’arrivée de Joseph Kabila à la tête du pays, a créé toutes les conditions de sa propre vulnérabilité. Les Congolais découvrent année après année que l’homme à la tête de leurs institutions est, en réalité, un agent au service des pouvoirs tutsi/hima du Rwanda et de l’Ouganda, les deux pays par lesquels Américains et Britanniques organisent des agressions contre le Congo. Les Congolais découvrent également que ce qu’ils croient être leur « armée nationale » est en réalité une institution contrôlée par des généraux rwandais massivement infiltrés dans les institutions congolaises en application d’une série d’accords secrets entre Kabila et Kagame. Cette armée-là est si peu fiable qu’en dépit de la bravoure de nombreux soldats, au front, les Congolais sont une nation condamnée d’avance à des défaites face aux agresseurs rwando-ougandais. Ils contrôlent la hiérarchie de l’armée qui, sur ordre de Kigali ou de Kampala, sabotent sans état d’âme les opérations sur terrain. Cette armée-là ne protégera donc pas la population, et c’est le moins qu’on puisse dire.

Les amis du peuple congolais ?

Les Congolais peuvent-ils compter sur des pays amis ? Pas si sûr. Depuis la création du Congo en 1885, les puissances occidentales aiment le Congo pour ses richesses mais pas pour ses habitants, quelle que soit l’ampleur des massacres qui se déroulent dans le pays. Quant aux pays africains, trop peu ont les moyens et la motivation d’intervenir pour aider la population. En 2013, les soldats tanzaniens sont vigoureusement intervenus dans le Kivu pour chasser les hommes de Kagame. Mais il ne s’agissait pas de venir aider les populations congolaises. Il s’agissait, pour le président tanzanien Jakaya Kikwete de montrer ses muscles à Paul Kagame avec qui il était en conflit ouvert. Depuis, les Tanzaniens ont amorcé un processus d’apaisement avec le régime de Kagame. Les Congolais doivent donc inventer d’autres moyens de se protéger, ce qui n’est pas évident. Leurs propres autorités sont tellement impliquées dans les complots contre le Congo qu’elles n’attendent que le signal pour livrer le territoire national à l’ennemi et abandonner leurs populations à la merci des agresseurs, comme elles ont pu le faire à de trop nombreuses occasions[4].

Comment donc ce peuple peut-il se protéger contre la menace américaine puisqu’il ne peut même pas compter sur ses dirigeants ? C’est la question à laquelle il va falloir méditer d’ici au retour annoncé des Clinton à la Maison Blanche. Mais même si le Congo avait un Etat crédible et une armée solide, on ne l’imagine pas pouvoir faire face à la poussée destructrice des Américains. La destruction de la Libye de Kadhafi en 2011 et de l’Irak de Saddam Hussein en 2003 nous enseigne qu’il faut un autre niveau de capacités militaires pour dissuader les Américains.

La piste de Moscou ?

En désespoir de cause, on peut envisager le scenario d’une alliance stratégique entre le Congo et la Russie, la seule puissance à l’heure actuelle capable de tenir tête aux Américains. Mais une telle alliance est le produit de difficiles négociations entre chefs d’Etat. On n’imagine pas Joseph Kabila allant rencontrer Vladimir Poutine pour le prier de venir en aide aux populations congolaises dont la vie est maintenant menacée par les changements annoncés à la Maison Blanche. Non seulement les hommes de Kagame qui contrôlent les institutions de Kinshasa ne laisseraient pas Kabila faire venir les Russes au Congo, mais surtout les Russes ne sont pas dupes. Ils ne vont pas risquer la vie de leurs agents dans un pays où les autorités ont sciemment fait entrer les ennemis de leurs populations dans tous les rouages de l’appareil d’Etat. Il faudrait avant tout que les Congolais se débarrassent des infiltrés. Un casse-tête. La dernière fois qu’ils l’ont fait, le pays a sombré dans la Guerre, la Deuxième Guerre du Congo, le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre Mondiale. Et le président qui a fait partir les infiltrés, Laurent-Désiré Kabila, a été assassiné dans son palais[5]. On en est donc là.

Un pays est menacé dans son intégrité, des populations vont être massacrées, violées et chassées de leur terre, mais aucune mesure préventive n’est envisageable. Il faudra juste, au fil de la campagne présidentielle américaine, habituer les Congolais à l’idée que « la mort arrive ». Une fois de plus. Mais, curieusement, peu de politiciens de Kinshasa perçoivent la menace. Par opportunisme ou ignorance, ils sont nombreux à se rendre à Washington pour solliciter de devenir calife à la place du « calife Kabila ». Ils oublient naïvement que les Américains ne peuvent aider un dirigeant congolais à devenir « le prochain président » que si celui-ci souscrit à leurs objectifs stratégiques qui passent par le démantèlement du pays, le pillage de ses ressources et l’anéantissement de ses populations[6]. Si Dieu existe, c’est au Congo qu’il va falloir le loger dans la perspective du retour des Clinton à la Maison Blanche. A défaut, préparons-nous à visionner de nouvelles images macabres en provenance du Congo.

Boniface MUSAVULI

 

[1] Herman Cohen : « Au département d’Etat, le Kivu fait partie du Rwanda », congoforum.be, 12 août 2011 ; L’interview est disponible sur http://www.youtube.com/watch?v=PBiOcW-vNjk.

[2] « … une bonne partie de la région de l'Ituri est de facto sous contrôle de l'Ouganda. Sans tambour ni trompette. Dans tout l'Ituri (Mahagi, Aru, Ariwara, Watsha...) la monnaie officielle d'échange et de consommation est le shilling ougandais ! Certains travaux publics de réfection de route et des bâtiments publics de l'État sont assumés par le pouvoir ougandais. Les postes frontaliers d'immigration et de douane sont contrôlés par des agents et des officiers ougandais. Des terres arables sont cédées aux fermiers ougandais qui font venir la main d'œuvre de l'Ouganda pour occuper le terrain. Plus grave, de plus en plus de congolais autochtones (…) approuvent cette forme « douce » de l'occupation, s'estimant trahis et abandonnés par le pouvoir central et leurs propres députés ». P. Mbeko, H. Ngbanda, Stratégie du chaos et du mensonge – poker menteur en Afrique des Grands Lacs, Ed. de l’Erablière, 2014, pp. 554.

[3] Le modus operandi de la stratégie du chaos chère aux stratèges américains : On cible une région riche et convoitée. On choisit un Etat pivot à proximité. A partir de cet Etat (en l’occurrence le Rwanda, dans le cas du Congo), on provoque et on entretient les conflits. On encourage les viols, on occasionne des déplacements des populations, on génère la famine, des maladies, bref, on engendre une atmosphère de désolation. De ce chaos doit émerger un ordre nouveau reposant sur l'anéantissement des peuples et la perte de contrôle des populations sur leurs richesses naturelles qui passent sous le contrôle de l’économie de la prédation. Cette prédation permet à la minorité des privilégiés en Occident (les fameux 1%) de maintenir leur train de vie princier. Les agressions répétées contre le Congo et l’anéantissement des populations dans l’Est du pays sont une application jusqu’à l’abjection de cette stratégie du chaos. Cf. P. Mbeko, H. Ngbanda, Stratégie du chaos et du mensonge – poker menteur en Afrique des Grands lacs, Ed. de l’Erablière, 2014.

[4] La prise de Goma par l’armée rwandaise sous couvert du M23 en novembre 2012 a été orchestrée par les généraux des FARDC (armée congolaise) qui ont ordonné l’abandon de la ville à l’ennemi. Cf. JJ. Wondo, Les Forces armées de la RD Congo : Une armée irréformable ?, Bilan – Autopsie de la défaite du M23 – Prospective, Ed. www.desc-wondo.org, décembre 2014, pp. 49 – 62.

[5] La piste d’un assassinat organisé par les Américains et le régime de Kagame a été accréditée par Pierre Péan dans Carnages – Les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique, Éd. Fayard, 2010, pp. 410 et svts. De son côté, Théogène Rudasingwa, l’ancien chef de cabinet de Paul Kagame, a affirmé le 31 mars 2012, au cours d’un meeting des partis FDU et RNC (opposition rwandaise) à Bruxelles : « Je le dis, c’est aujourd’hui que je le dis clairement, c’est Paul Kagame qui a assassiné le président congolais, le président Laurent Désiré Kabila, le président Kagame est l’assassin du président congolais Kabila ». Cf. Jean Mitari, « Rwanda : ‘’Kagame a assassiné Kabila’’, Rudasingwa », jambonews.net, 1er avril 2012.

[6] A l’attention des politiciens de Kinshasa, il faudrait toujours rappeler que la dernière fois qu’un dirigeant congolais a eu besoin des Américains pour accéder à la présidence en espérant pouvoir faire autre chose que l’agenda qui lui avait été imposé, il l’a payé de sa vie. Laurent-Désiré Kabila avait pourtant été prévenu par Mobutu lors de la rencontre qui avait été organisée sur le navire sud-africain Outeniqua en mai 1997. « Ces gens qui vous utilisent pour m’humilier, je les connais et je connais ce que j’ai fait pour eux. Vous, vous ne les connaissez pas, et vous ne pourrez jamais faire pour eux autant que moi. Ils vous feront subir ce qu’il me font subir ». Quinze moins plus tard, Laurent-Désiré Kabila et le peuple congolais subissaient une guerre d’agression qui finit par coûter la vie au Mzee en janvier 2001.

Documents joints à cet article

RD Congo – Les Clinton : Compte à rebours pour une apocalypse au Congo

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Ouallonsnous ? 13 avril 2015 18:21

    Plus que jamais, les USA, coupables lors de leur fondation du génocide de 100 millions d’ Almérindiens, et leurs complices colonialistes et sionistes sont à mettre au ban de l’humanité !


    • lsga lsga 13 avril 2015 18:25

      @Ouallonsnous ?
      looooooooool

       
      Ce sont les EUROPÉENS qui ont envahi les Amériques et massacrés les amerindiens. 


    • caramico 14 avril 2015 10:37

      @lsga
      toujours prompt à défendre les US ?


    • Ouallonsnous ? 15 avril 2015 00:13

      @lsga

      Cà date de quand la création des USA, Isga ?

      La conquête de l’ouest et la ruée vers l’or qui ont « poétiquement » pour les opinions occidentales camouflé le génocide des amérindiens du Nord ?

      J’oubliais aussi la mise en esclavage et le génocide lent de dizaines de millions d’Africains !

      Te souviens tu d’une période appelé la guerre de Sécession à propos justement de ces esclaves africains, crois tu vraiment qu’il s’est agi d’une affaire européenne ?


    • lsga lsga 15 avril 2015 00:37

      lsga toujours là pour attaquer l’impérialisme français et européen. 


    • Gauche Normale Gauche Normale 15 avril 2015 13:39

      @lsga
      Par contre, quand il est américain, il devient intouchable ?

      Oui, à vous lire ?

    • ralph 13 avril 2015 22:30

      Si cette dame (? ??) devient presidente, c’est la ruine pour le monde entier.
      J’espere que, d’ici_la’, les BRICS parviendront a’ calmer les yankees.



        • Bertrand Loubard 13 avril 2015 22:48

          Le retour de l’Akazu Clinton - Rodham (Suzan Rice en co-pilote ?), le départ du petit juge Trévidic, la renaissance du « Sarkozysme - Casses-toi-pauvre-con » : et les tours sont joués.......Vous, les Africains, qui n’avez pas besoin d’hommes forts...mais d’institutions fortes (chassez les dictateurs, les dictatures, nous, nous en occupons !), apprenez à vous servir de la démocratie : choisissez librement entre la peste et le choléra !

          Kagamé (qui a été déjà présenté ses services pour le financement de la campagne de Sarkozy, tout en « feignant » d’oublier que Kadhafi avait fait la même chose avant lui, bien mal lui en a pris !) fera-t-il comme Fidel et Raul, Poutine et Medvedef, Bill et Hillary, Kennedy et Kennedy frère(s) , Bush et Bush Jr. - Jr., Kabila Laurent Désiré et Kabila Joseph Kabange... ? .Le couple "Paul - Ange" serait vraiment révélateur original d’une Afrique visionnaire (sic Tony Blaire !). Et Hillary appréciera le symbole de l’émancipation de la « Femme Rwandaise »......Et comme 6 à 10 millions de morts en plus (nègres de surplus) ce ne sont que des statistiques.....(même si c’est encore à venir dans le cadre d’une légitime défense préventive contre des islamistes de derrière les fagots, ou alors contre les Chinois pilleurs des richesses de notre « Congo ».... !).

          Alors dormez bien braves gens.....ou....Circulez, il n’y rien à voir !! C’est kif-kif !


          • sls0 sls0 14 avril 2015 05:05

            Il me semble que la Statue équestre de Léopold II est encore debout à Bruxelles.
            10 millions de morts.
            l’extermination belgo-léopoldienne des Congolais n’est pas un génocide au sens strict. Elle ne vise pas à faire disparaître une race.
            La population est utilisée comme on utilise les énergies naturelles ou fossiles : le vent, le charbon, le pétrole.
            C’est quand même entropique 10 millions de morts si on ne regarde que le coté thermodynamique.

            Les congolais ont ils existé un jour en tant qu’être humain. Pour ceux qui n’ont en jamais côtoyer, le congolais est humain, j’en ai côtoyé pas mal, ça parle même de philosophie, c’est humain, si si. On peut même s’en faire des amis.

            Demandez à un américain moyen où c’est le Congo, il ne sait pas, le congolais encore moins. Il a assez une relation et une vision thermodynamique avec le reste du monde, tant que le transfert d’énergies et de matières premières alimentent sont entropie assez importante il ne risque pas trop de faire chier son gouvernement.

            Pour le faire à la Desproges : Les congolais cherchent un peu les problèmes, pourquoi ils habitent sur des ressources stratégiques ?
            Une vraie phase de Desproges : « Moins le Blanc est intelligent, plus le Noir lui paraît bête. »


            • MUSAVULI MUSAVULI 14 avril 2015 07:06

              @sls0,

              10 millions de morts sous Léopold II, 6 millions de morts sous les Clinton.

              Oui, je vous confirme que les Congolais sont des êtres humains, pas des meubles. 

              La preuve, c’est un Congolais qui a rédigé cet article d’analyse géopolitique.

              Il a juste décidé de ne plus pleurer dans son coin les 16 millions des siens et se

              consacrer à laisser des traces écrites de cet holocauste centenaire. 


            • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 14 avril 2015 08:07

              OK, on a l’information, mais que faire maintenant ?


              • Bertrand Loubard 14 avril 2015 11:11

                @Luc-Laurent Salvador

                "Tells the facts, names de names... !"

                A lire : http://www.counterpunch.org/2015/04/13/80658/

                Et posons-nous les questions de savoir :

                - pourquoi Roméo Dallaire (Sénateur à vie, auréolé au cinéma, couvert de gloire) a-t-il tenté de se suicider ?

                - pourquoi sa « ghostwriter » Sian Cansfield (celle qui a écrit pour lui : "Shake Hands with the devil", une amie de Samantha Power : encore elle) s’est-elle suicidée ?

                - pourquoi Stephan Stec, un des bras droits de Dallaire, s’est-il suicidé (11 ans après le Génocide) ?

                - pourquoi Alison Desforges est-elle devenue « Persona Non Grata » au Rwanda et, revenant de Londres, où elle avait présenté au gouvernement britannique son rapport déconseillant l’entrée du Rwanda dans le Commonwealth, est-elle morte dans un accident d’avion dont on ignore encore toujours la cause ?

                - pourquoi le Père Theunis, arrêté au Rwanda a-t-il été remis à la justice belge à condition qu’il soit jugé en Belgique, et ne l’a-t-il jamais été ?

                - pourquoi Bill Clinton aurait-t-il « autorisé » l’envoie de Marines en opération secrète au Rwanda (cfr. Samantha Power : « A problem from Hell » p 354)  : exfiltration de tireurs, suppression de témoins ?

                - etc., etc.


              • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 15 avril 2015 06:44

                @Bertrand Loubard

                On dira que l’holocauste rwandais a ses gardiens du temple. Ils opèrent les « sacrifices » nécessaires au maintien de l’orthodoxie...


              • SEPH SEPH 14 avril 2015 10:52

                La mère Clinton est-elle vraiment une « bonne fille »  ? !!

                La mère Clinton est une vipère malfaisante qui a poussé fortement les US à faire la guerre en Libye : résultat plus de 100 000 victimes civiles sous les bombes de l’Otan et un pays dans le chaos le plus terrifiant. Pour mémoire la Libye était un des pays les plus riches d’Afrique par son PIB, il est devenu au nom de la « démocratie » un pays à la dérive, où les massacres sont quotidiens.

                La mère Clinton est vraiment digne de son triste mari qui a bombardé tous les jours l’Irak pendant 8 ans faisant plus d’un million de morts. Le blocus des médicaments pour soigner les irakiens, notamment les enfants, qu’il a imposé est un crime.

                Bref c’est une famille d’assassins avec les Bush auquel il faut ajouter Obama que l’ancien président Carter n’a pas hésité de traiter d’assassin.

                Les Clinton sont très liés à Wall Street (la bourse), ils sont plein de fric ( notamment les conférences de monsieur), et pour la campagne présidentielle le fric donné par les nantis tombe déjà en abondance. Ainsi, la mère Clinton pourra, comme ses prédécesseurs enrichir les milliardaires et mener des guerres pro-sionistes dévastatrices pour la grande joie de son camp. 


                • elpepe elpepe 14 avril 2015 13:22

                  @auteur
                  Article interessant,
                  Il semble que le Congo est la proie d un tel chaos depuis des decennies, que plus rien n ai vraiment ni prouvable, ni solvable.
                  La corruption, les interets croises, et guerres tribales attisees, rendent improbable un reflexe nationaliste quoi pourrait creer un consensus ?
                  cdlt


                  • MUSAVULI MUSAVULI 15 avril 2015 04:31

                    @elpepe,

                    En réalité le réflexe nationaliste et le patriotisme sont bien là dans les couches populaires, mais pas dans les rangs des membres du régime Kabila qui ont vendu leur âme et travaillent avec les ennemis des populations congolaises pour mener le Congo à sa dislocation. Les efforts de la population se heurtent donc au mal que représentent ces « autorités » qui travaillent à la ruine du pays. Mais derrière ces autorités opère un système plus terrifiant qui explique le bilan ahurissant de 6 millions de morts. 

                    QUE SIGNIFIE « 6 MILLIONS DE MORTS » 

                    Sans langue de bois, ce qui se passe au Congo doit être considéré comme un génocide, tout au moins l’anéantissement en toute conscience d’un peuple par la mort et l’impunité des crimes contre l’humanité. En effet, 

                    – « 6 millions de morts » signifie que des populations sont massacrées au quotidien, violées et chassées de leurs terres en toute impunité depuis 1996.

                    – « 6 millions de morts » signifie que les rescapés des massacres et des viols, jetés dans la nature, vont se confiner dans des camps de déplacés qui deviennent de sordides mouroirs, ou dans des villes insalubres où les malheureux meurent de faim ou survivent comme des déracinés, après avoir perdu leurs terres et leurs espaces culturels.

                    – « 6 millions de morts » signifie que pendant ce temps, les terres abandonnées par les populations congolaises, des terres généralement riches en ressources minières et fertiles pour l’agriculture et l’élevage sont réoccupées par des populations en provenance du Rwanda, de l’Ouganda et du Burundi ; des populations que les Américains et les Britanniques arment parce qu’ils les considèrent comme plus dociles et plus aptes à s’accommoder du système néolibéral, système basé sur le pillage des ressources des nations et l’anéantissement des peuples du Sud.

                    – « 6 millions de morts » signifie que cette campagne d’extermination des populations congolaises doit se poursuivre pour que leur sentiment national soit continuellement brisé afin qu’il ne puisse jamais y avoir de sursaut patriotique, sursaut qui mettrait « en péril » les profits faramineux que les multinationales anglo-américaines engrangent en entretenant le chaos et les massacres derrière les présidents Kagame du Rwanda, Kabila de la RDC et Museveni de l’Ouganda, les trois piliers de la stratégie américaine dans la région des Grands Lacs, depuis le départ des Français.

                    – « 6 millions de morts » signifie qu’il ne doit surtout pas y avoir de justice pour les victimes. Toutes les tentatives visant à créer un tribunal pénal international pour le Congo ont été sabotées. Le cas Hariri donne une idée de l’absurdité de la situation. En mai 2007, le Conseil de sécurité de l’ONU a créé un tribunal spécial chargé de juger les responsables de la mort de Rafic Hariri, l’ancien premier ministre libanais tué dans un attentat. Donc un tribunal spécial pour juger les responsables de la mort d’un seul homme. Mais rien n’est fait pour juger les responsables de la mort de 6 millions de Congolais. Et cela se passe au XXIe siècle.

                    – « 6 millions de morts » signifie qu’il s’agit de la mort des êtres humains. Des pères de famille, des mères de famille, des enfants qui allaient à l’école, des prêtres qui célébraient les messes, des chefs coutumiers qui transmettaient des traditions ancestrales, des intellectuels qui transmettaient le savoir aux jeunes générations, des hommes d’affaires qui créaient les richesses et apportaient la modernité dans les villes et villages, des avocats et des militants des droits de l’homme qui plaidaient la cause des victimes, des hommes politiques, des militants associatifs, des leaders communautaires,… bref des gens comme vous pouvez l’imaginer qui donnaient de la vitalité à la société. Les Congolais qu’on tue, qu’on viole, qu’on jette dans la nature et qu’on humilie jusqu’à la mort ne sont pas des meubles, ce sont des êtres humains.

                    – Enfin, « 6 millions de morts » au Congo signifie que ce n’est ni Hitler, ni le nazisme, ni le fascisme, ni le stalinisme, ni l’islamisme qui sont derrière le crime. Le crime est commis par trois grandes démocraties (États-Unis, Grande-Bretagne, Canada) au profit de leurs multinationales, des démocraties qui opèrent, depuis le début, derrière les trois présidents tutsi/hima de la région des Grands Lacs (Kagame, Museveni, Kabila). Donc un génocide commis par les démocraties libérales.


                  • ELCHETORIX 14 avril 2015 20:22

                    Bonsoir l’auteur
                    les clinton , deux psychopathes notoires , tout comme les bush et suivants , quand est-ce que les peuples vont-ils se réveiller pour s’entendre et châtier sévèrement tous ces psychopathes qui prétendent nous gouverner !
                    Que dire , que faire , je ne sais ...
                     En tout état de cause , je ne voterai plus jamais et me suis désinscrit de toute liste municipale comme potentiel électeur , car il la démocratie est un leurre .
                    RA.


                    • MUSAVULI MUSAVULI 14 avril 2015 20:37

                      @ELCHETORIX,

                      Que faire ? Continuer de nous informer auprès des médias alternatifs et inviter de plus en plus de gens à se détourner des médiamensonges dont se servent les « gouvernants » qui anéantissent les peuples. Lorsque les gens sont assez nombreux pour comprendre un mal commun, le changement s’opère. La répression, arme ultime des « gouvernants », perd toute son efficacité lorsqu’une masse critique des gens ayant pris conscience décide que « maintenant ça suffit ». 


                    • Gauche Normale Gauche Normale 15 avril 2015 13:42

                      Merci Musauvili pour cette mise en garde sur les dangers que représente cette femme déjà soutenue par Sarkozy, Valls... Beaucoup de choses apprises dans cet article.


                      • stetienne stetienne 19 avril 2015 10:30

                        bof le danger c est l islam religion violente antidemocratique
                        finirons par ce faire atomiser ces gugusses


                        • lloreen 19 avril 2015 11:32

                          Ce couple est l’ un des maillons du nouvel ordre mondial analysé en détail dans cette vidéo à voir absolument tant elle met en évidence la réalisation de ce totalitarisme qui, de rampant arrive à maturité.
                          Valls est tout autant un élément clé de cette dictature et il affiche sa vision totalitariste de plus en plus ouvertement.

                          https://www.youtube.com/watch?v=9mSivv5Iq2w


                          • Dom66 Dom66 19 avril 2015 12:11

                            Merci Musavulli pour votre article, mon dieu que c’est triste.. que faire ???

                            En fin de compte hormis de garder les yeux ouvert, et de maudire ces dirigeants US quel qu’ils soient, il nous faut maudire aussi tout ces dirigeants Africain, incapable d’amener du bonheur à leurs peuples.

                            Les seules qui on essayés de tout faire pour leurs pays « Thomas Sankara »,« Patrice Lumumba », ont étés assassinés, par qui ???Devinez.

                            Pauvre Afrique

                            Bonne journée

                             


                            • lloreen 19 avril 2015 12:32

                              Hillary Clinton avoue qu’ elle et sa clique d’ assassins et d’ escrocs ont crée leurs ennemis...

                              https://www.youtube.com/watch?v=q3AOa-XXwx8

                              Cette femme et tous ses complices doivent être transférés devant les tribunaux pour crimes contre l’ humanité parce qu’ il est temps que cette association de malfaiteurs internationaux soient empêchés de pourrir la vie au plus grand nombre.


                              • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 20 avril 2015 10:42

                                Vous aurez remarqué qu’elle a refait sa sale gueule (chirurgie esthétique) pour présenter mieux... 


                                On comprends pourquoi son volage de Bill, allait voir ailleurs avec une telle vipère à la maison...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès