• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Résistance ou Collaboration linguistique ?

Résistance ou Collaboration linguistique ?

A la veille de la présidentielle, 30 personnalités de tous horizons lancent un appel pour la défense de la francophonie et de la diversisité linguistique

Résistance ou Collaboration linguistique ?

C’est l’heure du choix pour les candidats et pour les électeurs français : face à MM. Macron et Gattaz, chevaux de Troie du tout-anglais en France et en Europe, REPRENONS LANGUE !

Prenant la parole à Berlin dans le cadre de sa candidature à la présidence de la République… française, Emmanuel Macron a prononcé son discours en anglais « pour être compris de tous » (sic).

Le 11 janvier, s’exprimant sur France-Info dans l’émission de J.-M. Aphatie, le chef de file du MEDEF, Pierre Gattaz, a salué ce reniement macronien de la langue française en expliquant laborieusement que l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais (M. Aphatie a relevé l’ « oxymore »), « langue universelle des affaires » : une assertion à la fois fausse et hors-sujet, sauf à réduire l’activité à venir d’un futur chef de l’Etat à une forme d’affairisme international. Le patron des patrons a même précisé que les jeunes Français devaient apprendre à « lire, écrire, compter  » en anglais, même s’il a ajouté, pour adoucir l’énormité de son propos, que bien sûr ils devaient aussi maîtriser le français (on respire !).

Dans cette même émission, M. Gattaz a aussi expliqué que pour « gagner », la France devait accepter les délocalisations industrielles, limiter les droits sociaux et les garanties du code du travail qui freinent, selon lui, les entreprises. La question est de savoir si cette prétendue « France qui gagne » à l’international serait autre chose, une fois privée de sa langue et de ses acquis sociaux, qu’un « couteau sans manche dont on a perdu la lame »… Bref, une « France » dénaturée dont ne bénéficierait qu’une minorité de privilégiés.

De plus en plus il apparaît qu’une part croissante de nos « élites » (?) économiques et politiques est déterminée à liquider notre langue au niveau international comme au niveau national, quitte à violer grossièrement l’article II de la Constitution, lequel dispose que « la langue de la République est le français ». Déjà l’ex-président du MEDEF et du syndicat patronal européen Ernest-Antoine Seillière avait déclaré en 2004 qu’il n’officierait plus, en tant que patron de Businesseurope, qu’ « en anglais, la langue de l’entreprise et des affaires ». Déjà M. Kouchner, ministre des Affaires étrangères de N. Sarkozy, affirmait lui aussi cyniquement que « l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais » (sic). Déjà, Mme Fioraso, ministre de F. Hollande, a fait de l’anglais une langue universitaire en France au mépris de la loi Toubon qui institue notre langue en « langue de l’enseignement ». Déjà de grandes entreprises comme Renault ou PSA basculent toute leur documentation interne à l’anglais en France même, sans parler de la grande distribution qui privilégie l’anglais (Carrefour City, Simply Market, etc.), des « services publics » et des ex-services publics (SNCF, EDF, Orange…) qui affichent trop souvent leur publicité et leurs enseignes en frenglish ou en mauvais anglais ; ni de la « France » qui chante en anglais à l’Eurovision, des films tournés en anglais en France sur subvention de l’Etat, des émissions intitulées en anglais sur des chaînes publiques, etc.

Manifestement, l’aile marchante de l’oligarchie politico-financière « française » a décidé, à l’occasion des présidentielles, de franchir un seuil décisif dans l’assassinat programmé de la langue nationale, qui est aussi, rappelons-le, la langue officielle de dizaines de pays dans le monde : après la loi du silence qui, depuis des années, interdit de fait aux grands médias de mettre en débat le basculement linguistique insidieusement en cours en France, voici que certains milieux – dont MM. Macron et Gattaz sont l’avant-garde – passent à l’arrachage officiel, quitte à tenir à mi-voix à l’égard du français d’hypocrites propos élogieux en forme de soins palliatifs…

Nous refusons et refuserons avec acharnement cet attentat cynique contre le peuple français et les autres peuples de la Francophonie. C’est le moment ou jamais pour les amis du français et de la Francophonie d’interpeller vigoureusement les candidats aux prochaines élections, présidentielle et législatives :

  • oui ou non, condamnez-vous l’attitude anti-francophone caractérisée de M. Macron et de ses « hampers » (ainsi se nomment ses partisans) ?
  • oui ou non, ferez-vous enfin respecter et renforcerez-vous la loi Toubon, y compris en sanctionnant les « collabos de la pub et du fric » (dixit Michel Serres) qui ne recourent au français dans leur « com » que pour mieux le polluer et introduire le « Globish Business » ?

La résistance et le civisme linguistique sont décisifs pour sauver notre langue, premier service public de France et socle du lien social, pour imposer le respect dû à tous les Francophones de France et d’ailleurs, pour sauvegarder l’égalité entre les citoyens français dont l’écrasante majorité n’est pas « English Mother Tongue » (1). Cette résistance est également vitale pour préserver la diversité des langues qui n’importe pas moins à la culture mondiale que la diversité des espèces n’importe aux défenseurs de la nature.

Au demeurant, Macron n’a pas seulement piétiné le français en parlant anglais à Berlin, il a aussi humilié les germanophones, qui ne sont pas tous censés parler la langue du « business » macronien ! Il est vrai qu’en Allemagne aussi la trahison linguistique fait rage à l’initiative du haut patronat : la société Volkswagen ne vient-elle pas de passer toute sa communication d’entreprise à l’anglais au mépris des ouvriers et des consommateurs allemands ? Assez de ce totalitarisme linguistique, d’autant plus odieux et ridicule que l’Angleterre est en passe de quitter l’U.E., si bien que légalement, l’anglais ne peut plus être la langue officieuse, et encore moins, la langue officielle, des institutions européennes !

Macron se donne des airs de « transgresseur » et de « moderniste » en humiliant sa langue maternelle à l’international. Or il n’y a rien de moins moderne que cet assassinat de la diversité culturelle, rien de plus conformiste que cette allégeance au tout-anglais et à ce qu’il signifie de soumission à l’Empire néolibéral anglo-saxon…

Résistance ou collaboration linguistique, l’heure du choix est venue pour tous les citoyens épris de dignité. Ensemble, sauvons notre langue, et avec elle, la diversité linguistique mondiale, de l’oppression du tout-anglais porté par le monde de la finance.


(1) = « langue maternelle anglais » : nombre d’offres d’emploi de postes de hauts cadres réservées aux anglophones, ce qui revient à introduire indirectement une préférence nationale à l’envers qui n’est pas moins douteuse que son inverse.

Signataires (11.01.2017)

  • Georges Gastaud, philosophe, président exécutif de l’Association CO.U.R.R.I.E.L. (COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Emancipation Linguistiques)
  • Stéphane Sirot, historien du syndicalisme
  • Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-VII
  • Bernard Guillaumin, trésorier national de l’Association CO.U.R.R.I.E.L.
  • Philippe Loubière, docteur ès lettres
  • Matthieu Varnier, secrétaire général de l’Association CO.U.R.R.I.E.L., roboticien
  • Philippe de Saint-Robert, ancien Commissaire général à la langue française, président de l’Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (ASSELAF)
  • Guy Chausson, Association Lotoise des Amis de la langue française
  • Francis Combes, poète
  • Albert Salon, docteur d’Etat ès lettres, ancien ambassadeur, président d’association pour le français et la Francophonie
  • Pierre Pranchère, ancien Franc Tireur et Partisan de France, ancien député de Corrèze
  • Aurélien Djament, mathématicien, CNRS
  • Rose-Marie Serrano, traductrice d’espagnol
  • Patricia Latour, journaliste
  • Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain
  • Benoît Foucambert, syndicaliste (81)
  • Christophe Pouzat, neurobiologiste
  • Christian Darlot, chercheur CNRS
  • André Tosel, professeur émérite de philosophie, Université de Nice
  • Marcel Girardin, administrateur de Défense de la langue française en Pays de Savoie
  • Anna Persichini, secrétaire, militante syndicale CGT (06)
  • Jean-Luc Pujo, président des Clubs Penser la France
  • Denis Foucambert, professeur de psycholinguistique, Université du Québec (Montréal)
  • Alain Fleury, auteur, comédien, metteur en scène (76)
  • Aymeric Monville, éditeur
  • Daniel Dubois, syndicaliste, libre-penseur, élu (Adjoint au Maire, 59).
  • Giovanni Di Mino, professeur de langue vivante (13)
  • Christian Champiré, maire de Grenay (62)
  • Romain Vignest, président de l’Association des professeurs de Lettres
  • Laurent Lafforgue, mathématicien, professeur à l’IHES
  • Anna-Maria Campogrande, pour Athena, Association pour la défense et la promotion des langues officielles de la Communauté Européenne, Italie.
  • Barbara Flamand, poétesse (Belgique)

Pour se joindre à cet appel contacter Georges Gastaud

A sa demande, le commentaire de Mme Barbara Flamand (Bruxelles) :

« Cette attaque de la langue est à la fois > culturelle, politique, historique. Contre une telle attaque il faut soulever un mouvement de masse. En gommant leur langue, les Français vont-ils lire Montaigne en anglais ? Chanter la Marseillaise en anglais ? Et apprendre dans cette langue comment les Versaillais ont écrasé La Commune ? La langue est le patrimoine collectif en même temps qu’individuel. Le peuple ne peut pas laisser les décideurs souiller la France de Ferrat et de bien d’autres ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Mohamed ?
    Teddy ?
     
    le choix des colons pour leur surponte .... tendance islamisation mondialiste, où tendance rappeur de l’Empire mondialiste (avant Trump)
     
    pas de prénom souchien des chiures grands remplacées en tout cas !
     
    Le snobisme de bobo dans l’utilisation de la langue du colonisteur marque son mépris pour sa culture qu’il sait condamnée. Il est juste collabobo soumis... l’instinct de la larve piétinée de se recroqueviller
     
     

    « La 4ème génération des colons Mohamed s’appelle toujours Mohamed, où mieux Mohamed Islam Merah .... contrairement à Grzegorz, Pilar, Arindbjörn ou Chiaffredo passant à Robin, Kevin, Georgette ou Gregory »
    ’Moi chiure grand remplacée et fière’ * Bobo


    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 janvier 2017 14:48

      Comme je vous comprends !!! 


      Mais que peut faire une société corrompue au sens plein du terme ? Vous croyez que la Baraque française (qui était auparavant une Académie) se fait un souci ?

      J’avais découvert que les Français ne comprennent plus leur langue maternelle, ils basculent lentement du raffinement vers le brut et vers la médiocrité ! 

      Tous les guignoles politique et intellectuels français sèment tous azimuts la francophonie et l’imposent aux peuples d’Afrique et d’Asie sans se rendre compte qu’ils perdent de jour en jour leur propre langue ! 

      Vous êtes tous des illettrés dans votre propre langue !

      Et c’est moi Mohammed qui vous le dis !

      • rogal 14 janvier 2017 14:57

        Bien dit, Mohammed MADDAY !


      • rogal 14 janvier 2017 15:01

        Ne comptons pas trop sur les lois. Elles ne peuvent tenir lieu de volonté collective et même, pour les Français, d’un choix nationaliste. Je dis bien : nationaliste.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 janvier 2017 15:50

          @rogal

          « Nationaliste », « patriote », « identitaire », « souverainiste » sont devenus des gros mots pour les crétins - non, pas seulement : les salauds - de la fausse Gauche qui nous gouverne.

          Fausse Gauche parce que, depuis toujours, je me situe politiquement à gauche et que j’en exclue, en mon for intérieur et publiquement comme ici, tous les traîtres se prétendant de gauche et qui, par arrivisme politicien, servent des intérêts qui saccagent la France.

          La destruction par la langue - dont le remplacement du français par l’anglais n’est qu’un aspect - est l’une des manifestations les plus évidentes de leur tricherie et et de leur lâcheté. Par exemple, parce qu’ils ne veulent pas résister à l’islamisation de la France ils évitent tout simplement de la nommer et de nommer ses ravages : ils ne parlent que de « terrorisme » quand il y a terrorisme islamique, ils ne parlent que de « déradicaliser » quand il s’agit d’empêcher des musulmans d’appliquer moins radicalement les pires préceptes de l’islam.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 janvier 2017 16:31

          @Pierre Régnier

          Seulement voilà, j’ai 78 ans et je suis donc pour eux un vieux con qui refuse le progrès.

           

          Et, j’en suis sûr, ils ne vont pas manquer de relever que, chez les premiers signataires de cette saine protestation, la moyenne d’âge est probablement assez élevée.

           

          C’est qu’ils n’ont d’autre règle de vie que de se faire accepter et flatter par les plus jeunes, ceux qu’ils ont formé et continuent de former à l’économisme mondialisé, lequel saccage la planète, organise les guerres et interdit de préparer un monde où les plus démunis seraient systématiquement privilégiés, afin d’arriver un jour à l’Égalité dans la Liberté et la Solidarité.

           

          A droite ce remplacement de la démocratie par la démagogie, l’égoïsme et l’arrivisme, c’est banal. A gauche, c’est dégueulasse.


        • COURRIEL COURRIEL 14 janvier 2017 18:07

          @Pierre Régnier
          Précisons que la moyenne d’age de ces premiers signataires n’est pas élevée. De jeunes intellectuels brillants, rejoignant des noms prestigieux dans leurs domaines ont lancés ensemble cet appel. Ce qui est ringard c’est bien le totalitarisme du monolinguisme du tout anglais.

          Vous remarquerez par ailleurs le caractère international de cet appel.


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 janvier 2017 18:33

          @COURRIEL

          Je me réjouis de ces précisions. Je ne demande qu’à me tromper quand je crois la jeunesse assommée par l’imbécile « modernité » de la fausse Gauche aux pouvoirs (politiques et médiatiques).


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 janvier 2017 21:15

          @COURRIEL
          Défendre le Français contre la langue de l’ occupant américain est une bonne chose !
          Encore faudrait-il envisager de cesser de se soumettre à l’ Empire américain...

          Sortir de l’ UE, c’est possible par l’article 50.

          Nos anciens ne voulaient pas parler allemand, ils se sont unis dans le CNR pour libérer la France.


        • mursili mursili 14 janvier 2017 15:51

          En quoi refuser de s’exprimer en anglais fait-il progresser le français ?



          • Raoul-Henri Raoul-Henri 15 janvier 2017 05:55

            Ardent défenseur du sens porté par un langage clair et correctement instruit dans sa cohésion sémiologique (ou sémantique) je n’en pense pas moins que la guerre de chapelles idiomatiques est contre-productive.

            Historiquement les échanges de formes linguistiques avec l’Anglais sont nombreux et continuent aujourd’hui. Il y a des résistances d’usage et le nom de votre association en est l’exemple typique : courriel versus mail ou e-mail. La sauce ne prend pas toujours.

            Les anglais qui ont environ 100.000 mots de plus que nous s’en fichent ; aiment à parler quelques mots de Français et ont intégré une quantité impressionnante de formes issues du Latin. Ce qu’à rebours nous avons pratiqué également ; par exemple le suffixe able qui termine un grand nombre de nos qualificatifs et porte le même sème de part et d’autre de la Manche.

            La francisation des termes étrangers est évidemment nécessaire à une cohésion sociale et s’est toujours produite hormis pour quelques cas (wagon, clown, football, etc.) qui ne sont pas stratégiques sur le plan coercitif.

            Il y a plus important que la forme : le sens porté ; ou devrais-je dire pour décrire la réalité : déporté par une utilisation médiatique inique qui glorifie l’oxymore et le pléonasme (« coût du travail » ; « partenaires sociaux » ; « entreprise individuelle » ; « égalité des chances » etc.). Je pense que l’urgence est là et que la défense du Français contre l’Anglais est un faux-nez parce que l’attaque vient de l’intérieur par l’utilisation du dictionnaire français de la nouvelle langue.


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 2017 08:07

              @Raoul-Henri
              Il ne s’agit pas de cela, tout le monde sait que les langues évoluent et se chargent de mots venant d’ailleurs...

              Il s’agit d’imposer l’anglais à tous les pays européens pour faire croire que l’ UE, c’est « un seul peuple », et pousser les chômeurs à se déplacer à l’intérieur de l’ UE pour aller bénéficier des salaires à 160 euros par mois en Roumanie !


            • Raoul-Henri Raoul-Henri 15 janvier 2017 15:36

              @Fifi Brind_acier
              J’ai bien compris l’enjeu de l’article ; ce qui n’empêche pas la tempérance : objet de ma réaction.

              « tout le monde sait (...) »
              Allez expliquer cela aux intervenants de la radio des courtois. Bon courage.

              Ma crainte est le repli et la dictature du dictionnaire mono-tone qui va jusqu’à rejeter la plupart des néologismes. Le juste milieu ne supporte pas longtemps l’extrémisme.

              Il faut bien trouver une façon de se comprendre et pour l’instant un consensus autour de l’Anglais est adopté ; ce qui, j’en conviens, ne présente pas la meilleure formule tant cette langue a servi des intérêts très particuliers pendant ces derniers siècles voués à l’esclavagisme. Et le Français n’est pas en reste en la matière.

              La devise internationale pencherait idéalement pour la neutralité d’une langue commune qui existe déjà depuis plus d’un siècle mais dont la communauté terrienne, hormis deux ou trois millions de locuteurs, ne fait rien : l’Espéranto. 

              Post-scriptum. Puisque je vous tiens FI-fi : peut-être auriez-vous intérêt à changer momentanément de pseudonyme au lieu de faire une publicité involontaire pour la France Insoumise (x2) et son dictateur inavoué de ’droite sociale’ principalement éclairé à la bougie de sa loge ?


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 15 janvier 2017 19:30

              @Raoul-Henri
              Post-scriptum. Puisque je vous tiens FI-fi : peut-être auriez-vous intérêt à changer momentanément de pseudonyme au lieu de faire une publicité involontaire pour la France Insoumise (x2) et son dictateur inavoué de ’droite sociale’ principalement éclairé à la bougie de sa loge ?



              L’UPR ne soutient pas du tout Mélenchon !

              « Avec quelles techniques Mélenchon manipule l’opinion et contourne le Frexit »

            • Raoul-Henri Raoul-Henri 15 janvier 2017 22:35

              @Fifi Brind_acier a écrit :
              « L’UPR ne soutient pas du tout Mélenchon ! »

              C’est une bonne nouvelle. C’est pour cela que je vous conseillais de changer momentanément de pseudo.

              FafA peut-être ?
               


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 16 janvier 2017 09:08

              @Raoul-Henri
              La priorité de l’UPR est la sortie unilatérale de la France de l’ UE, de l’euro & de l’ OTAN.


              La priorité de Mélenchon est de ’Sauver l’ Europe" !
              Pourquoi voudriez-vous que l’ UPR soutienne un obsédé de l’ Europe fédérale ??
              Il promet tout ce que les électeurs de Gauche ont envie d’entendre pour sauver l’ Europe.

            • Raoul-Henri Raoul-Henri 16 janvier 2017 14:48

              @Fifi Brind_acier
              Le feriez-vous exprès de faire mine de ne pas comprendre et de répondre systématiquement à côté de la plaque ?

              Primo : dorénavant je me fiche éperdument des bonimenteurs de la télé fusse-t-elle diffusée par YouTube ou ailleurs sauf s’ils viennent de sortir de la coquille ; ce qui ne semble pas être le cas de votre gourou à la prosodie suffisante de la sauce MoiJe.
              Merci pour le .pdf que je ne lirai plus pour la raison qu’il ne propose aucune solution durablement viable ; ni celui-là ni un autre. Comment le sais-je ? Parce que la solution vient de tout en haut ; c’est à dire d’en bas.

              Secundo : que voulez-vous que j’y fasse si à chaque fois que je vois votre pseudo je pense à FI la France Insoumise ? Vous lui faites de la pub gratos et il m’avait semblé opportun de vous en informer.

              Tertio complotiste : peut-être êtes-vous un agent double qui fait sa pub FiFi discrétos et dévalorise en même temps Fafa ? Ne répondez pas à çà c’est un JOKE. smiley Quoi-que...

              Quarto mea-culpa : N’empêche j’avoue : je suis jaloux ; j’aimerais bien avoir un(e) prosélyte aussi passionné(e) que vous dans mon équipe de non-campagne.

              Post-scriptum : çà craint les post-scriptum avec vous. smiley


            • ricoxy ricoxy 15 janvier 2017 12:27

               
              Nous sommes victimes des États-Uniens dans de nombreux domaines, et nozélites se croient obligées de parler leur langue stupide et imprononçable.
               
              Je formule le vœu que Vladimir Poutine gagne en influence en Europe, et qu’on parle de plus en plus russe. Да здравствует русский язык ! (Vive le russe !)
               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès