• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Théorie du gender : ridicule ou dangereuse ?

Théorie du gender : ridicule ou dangereuse ?

Un nouveau débat pitoyable est en train d’envahir l’espace public. Une théorie fumeuse, hallucinante de bêtise et réfutée violement par tous les experts scientifiques des différentes disciplines concernées fait parler d’elle : la théorie du gender, ou théorie du genre.

La risible théorie du genre

Le principe de cette théorie est simple : l’homme et la femme sont des notions socialement construites et ne sont pas réels. Les différences physiques sont admises par cette drôle de vision de l’Homme (même les hippies soixante-huitards qui ont pondu cette farce sont bien obligés d’admettre que le sexe ne se décide pas après que le papa ait acheté une voiture ou une poupée) mais elles y sont relayées au plan secondaire.

Pourtant, à peu près n’importe quel sociologue ou psychologue admettra que les critères physiques d’un individu jouent un rôle essentiel dans la formation de son identité. En une phrase, la théorie du gendre perd alors tout son sens. Car même s’il n’existait pas de différence entre les hommes et les femmes, autre que physiques, à la base, de toute évidence le fait d’avoir un physique d’homme ou de femme conditionnerait la personnalité plus que n’importe que environnement social.

Encore une fois, l’observation de la Nature devrait suffire à remettre les pieds sur terre aux adeptes de la théorie du genre. Car les mâles et femelles de toute les espèces adoptent belle et bien des comportements différents. Gageons que l’environnement social du lapin, de la courgette, du chataigner et de presque toutes les espèces animales et végétales ne les conditionnent pas à s’enfermer dans la case de leur sexualité. Ils ne se posent pas toutes ces questions, ils sont mâles ou femelles et agissent en male ou femelles, point barre. Je ne crois pas que l’on peint aussi les chambres des lamas en bleu ou en rose…

Pour conclure de manière très terre à terre, les personnes qui ont des enfants ou qui connaissent des enfants savent très bien que dès le début et même dans les familles qui refusent de différencier les garçons et les filles (et oui, l’auteur de ce papier connaît des enfants dont les parents furent adeptes de la théorie du genre) les garçons et les filles se comportent de manière différente. On appelle ça l’altérité et c’est ça qui fait la richesse et la beauté de l’espèce humaine ainsi que de la faune et de la flore.

Mais soyons honnêtes, des fous aux croyances ubuesques ont toujours existé et existeront toujours. Le problème c’est que cette fois, les fous (ici on peut dire des pédagogues déconnectés de la réalité et complètement aveuglés par leur idéologie égalitariste qu’ils érigent en morale) ont réussi à faire entrer cette stupide théorie dans les manuels scolaires.
Théorie du genre à l’école = danger !!

Passons sur le fait que l’Education nationale a beaucoup de mal à inculquer des informations réelles dans le cerveau de nos enfants (combien ne savent même plus lire en entrant en sixième ?) et qu’il parait donc déjà dingue de vouloir leur apprendre descontre-vérités. Quelques brillants résistants parvenaient encore à apprendre les bases de la biologie (chromosome X ou Y qui différencie les genres dès la conception, par exemple) au lycée, il fallait sans doute les perturber définitivement…

Au-delà de ce bon sens pédagogique, le danger est plus important qu’il n’y parait. Car quand l’aveuglement idéologique confine au déni de réalité, les séquelles sont souvent violentes pour l’humanité (régimes totalitaires, obscurantisme religieux, scientisme amoral décrit par Aldous Huxley ou vanté par Raël…). Lorsque l’on apprend au nom d’une idéologie (ici, un égalitarisme et un relativisme poussés à outrance) des mensonges aux enfants, il s’agit d’un signe flagrant de totalitarisme.

Si la science nous permet de rigoler de la théorie du genre, l’Histoire nous apprend à nous en méfier.

C’est pourquoi, il faut soutenir toutes les pétitions et tous les opposants, non pas à cette théorie, mais à son introduction dans les manuels scolaires. Saluons au passage les deux figures de proues de ce combat que sont Eric Zemmour et Christine Boutin que je citerai pour finir tant ces mots pourraient être les miens :

« Je refuse que l’école devienne un lieu de propagande, où l’adolescent serait l’otage de préoccupations de groupes minoritaires en mal d’imposer une vision de la normalité que le peuple français ne partage pas. »


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (84 votes)




Réagissez à l'article

165 réactions à cet article    


  • eric 3 septembre 2011 08:23

    Globalement d’accord. Trois remarques : 
    Ce n’est qu’un aspect particulièrement visible d’un bourrage de crâne de nos enfants mais ce n’est pas le seul.
    On a toujours pas une anayse convaiquante de ce qui pousse toute une partie des seconds couteaux de l’intelligentsia classe moyenne de gauche à adhérer à ce type d’absurdité. Ils y voient un moyen de déstabiliser le vieux monde, mais ils y croient aussi.
    Nous n’avons toujours pas de moyens civil civique citoyens de résister. Bien a l’abri dans des bureaucraties irresponsables qui se sont mise à l’abri de la démocratie en niant les représentant du peuple, le politique,ces micro minorités imposent leurs visions à nos frais et à nos enfants sans que jusqu’à présent on ait trouvé de moyen de les rappeler à l’impératif démocratique.
    On ne peut s’empécher de conclure à une certaine paresse de ceux qui a tort ou a raison ne partage pas ces idées.
    Peut être devrions nous nous indigner plus ?


    • zelectron zelectron 3 septembre 2011 08:44

      « théorie » du gender, et ridicule, et dangereuse : inepte !


      • epapel epapel 3 septembre 2011 22:06

        Excellente argumentation, pas mieux.


      • yvesduc 3 septembre 2011 08:46

        C’est un fait, hommes et femmes sont génétiquement différents. L’homme partage plus de code génétique avec le singe (mâle) qu’avec la femme, et symétriquement la femme partage plus de code génétique avec la guenon qu’avec l’homme. Il est également vrai que cette banale vérité scientifique est encore politiquement incorrecte, ce qui m’oblige à préciser que différence ne signifie pas hiérarchie, premièrement, et deuxièmement qu’il existe aussi une importante variabilité individuelle, de sorte qu’il est tout à fait normal (et courant) qu’un homme ait des traits de personnalité « féminins », et inversement (une femme avec des traits de personnalité « masculins »).


        Toutes les études sont formelles, statistiquement parlant (c’est-à-dire sur des grandes populations d’individus), hommes et femmes ne se comportent pas de la même façon, ne développent pas les mêmes capacités et ceci est perceptible dès l’enfance.

        L’argument qui enfonce le clou est le suivant : les trans-sexuels, lorsqu’ils prennent les hormones de l’autre sexe, se sentent acquérir les « caractéristiques » de l’autre sexe. Le cerveau réagit aux hormones.

        • iwjcg iwjcg 31 janvier 2014 12:00

          Peillon nous prend pour des idiots et considère les enfants comme du bétail que l’on peut dresser .. Ses conneries viennent de lui sauter au visage et malgré l’instrumentalisation de quelques fachos deglingués il semble bien que le danger remonte a la surface ...


        • robin 3 septembre 2011 09:14

          Cette funeste théorie voulue secrètement par les élites ne sert qu’à donner une caution pseudo scientifique à des déviations sexuelles, ce qui est le but recherché : Orbo ab chao


          • epapel epapel 3 septembre 2011 22:05

            Tautologue est le mot qui vous défini le mieux.


          • robin 3 septembre 2011 09:15

            Si je me sens l’identité d’un chien je pourrai enfiler ma chienne chef ?


            • epapel epapel 3 septembre 2011 22:04

              Vous pouvez déjà le faire si ça vous tente tant que ça.


            • robin 3 septembre 2011 09:19

              Tout est dit : l’émergence possible de telles inepties dans des bouquins scolaires signe de façon encore plus évidente que des centaines d’autres indices (déjà bien inquiétants : multiplications des bases de données, verrouillage progressif d’internet, existence de tabous journalistiques en nombres croissant etc.) l’entrée du monde dans le 4e reich du nouvel ordre mondial : bienvenu en enfer !


              • epapel epapel 3 septembre 2011 22:03

                La théorie du nouvel ordre mondial ne vaut pas mieux que la théorie du genre.


              • Renaud Séchiant 5 septembre 2011 11:56

                La théorie du nouvel ordre mondial ne vaut pas mieux que la théorie du genre.

                Une théorie hein ?

                http://www.wat.tv/video/nouvel-ordre-mondial-discours-20jzh_2hm19_.html

                Si c’est écrit sur le dollars américain et que les dirigeants des nations de « l’empire’ »(europes + USA) l’annoncent, c’est que ce n’est plus une théorie mais bien la réalité. Nous irons ensemble vers un nouvel ordre mondial et personne, je dit bien personne, ne pourra s’y opposer (N. SARKOZY). De quoi parle Sarkozy dans cette phrase ? : NOUVEL ORDRE MONDIAL !

                Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir et pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.


              • Gil-62 20 novembre 2011 04:40

                Tout à fait le n.o.m. est en marche ! Nous en voyons déjà les effets. Certes ils sont forts mais nous sommes plus forts par le nombre. Il suffit d’un éveil de conscience de tous les peuples et d’une révolte, et ils ne pourront pas nous imposer leur loi. 

                L’éveil des consciences par tous les moyens.... 

              • robin 3 septembre 2011 09:23

                Les prochaines étapes, déjà bien entamées, seront  :

                - la destruction des classes moyennes,

                - la destruction programmée de la famille : la cellule élementaire qui protège l’enfant du monde, : RIEN NE DOIT FAIRE OBSTACLE A L’ESCLAVAGISATION DES INDIVIDUS DES LE PLUS JEUNE AGE, ET SE METTRE EN TRAVERS DE L’ESCLAVE ET DE SON MAITRE.


                • epapel epapel 3 septembre 2011 22:02

                  En effet, c’est surtout une cellule alimentaire.


                • epapel epapel 4 septembre 2011 12:27

                  @sabine

                  Je vous plusse pour compenser.


                • lemouton lemouton 3 septembre 2011 09:40

                  et bientôt la terre est plate aussi....  smiley


                  • Polo 3 septembre 2011 12:03

                    La théorie du genre se rapproche du créationnisme.
                    Puisque ses partisans refusent le fait que l’évolution a eu des effets neurobiologiques différents sur les hommes et les femmes.


                  • epapel epapel 3 septembre 2011 21:30

                    Ca m’étonnerai que les créationnistes soient en faveur de la théorie du genre.


                  • lemouton lemouton 3 septembre 2011 09:42

                    et les arbres en bougeant font du vent.... smiley


                    • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 3 septembre 2011 09:51

                      Un des buts de cette théorie est de soutenir les revendications suivantes :

                      Plateforme pour l’égalité des droits (25 mars 2004)

                      Le mariage homosexuel (gay marriage, homo-Ehe) est le point n° 5 de cette plateforme.

                      L’homophobie, la lesbophobie et la transphobie tuent : égalité des droits

                      1 La modification de l’article premier de la Constitution, assurant l’égalité des citoyen(ne)s sans distinction d’origine, de race ou de religion, pour y ajouter la notion d’égalité sans distinction de sexe, d’orientation sexuelle, d’identité de genre.

                      2 La condamnation des discriminations basées sur le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre de la victime au même titre que le sont celles liées au racisme ou à l’antisémitisme.

                      3 La pénalisation des propos discriminatoires (injures, diffamation, incitation à la haine) sexistes, homophobes, lesbophobes et transphobes, au même titre que le sont les propos racistes ou antisémites. (Obtenu par la loi Halde)

                      4 La mise en place d’une politique efficace de prévention de l’homophobie, de la lesbophobie, de la transphobie et du sexisme, notamment en milieu scolaire et dans les organismes accueillant du public (OFPRA, institution pénitentiaire, CNAM, Police Nationale...).

                      5 Le droit au mariage civil pour les couples de même sexe ; l’extension aux couples homosexuels de l’ensemble des avantages (sociaux, fiscaux, séjour...) dont bénéficient les couples hétérosexuels ; l’égalité des droits entre les différents statuts civils et fiscaux : PACS, mariage, concubinage et célibat.

                      6 L’accès à la procréation médicalement assistée et à l’adoption quelles que soient l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou le statut marital du/de la ou des demandeur(e)s.

                      7 Que les trans ne soient plus classé(e)s comme malades mentaux par le système de soins français. (Obtenu en 2010)

                      8 La simplification de la procédure de changement d’état civil pour les trans (transsexuel(le)s et transgenres) qu’elles ou ils soient opéré(e)s ou non, et l’accès à une prise en charge médicale choisie, rapide et efficace.

                      9 La suppression de toute mention relative au sexe sur les papiers d’identité et documents administratifs.

                      Ces exigences sont un pré-requis pour lutter contre les discriminations, dans la loi, dans les faits, dans les têtes.

                      Nous invitons les structures associatives et politiques et les individu(e)s dont la lutte contre les discriminations fait partie du combat politique, à rejoindre le Collectif pour l’égalité des droits et à soutenir cette plate-forme de revendications.

                      Organisations signataires :

                      Académie Gay & Lesbienne, Act Up-Paris, Act Up-Lyon, Alternative libertaire, CADAC (Coordination des Associations pour le Droit à l’Avortement et à la Contraception), CCP (Collectif Contre le Publisexisme), CLF (Coordination Lesbienne en France), CNDF (Collectif National pour les Droits de Femmes), Conservatoire des Archives et des Mémoires Homosexuelles, DEGEL (Debout Étudiant-es Gais Et Lesbiennes), Etudions Gayment, Femmes Publiques, Fierté LGBT Lille, FTCR (Fédération des Tunisiens Citoyens des deux Rives), GLB (Gais et Lesbiennes Branchés), GAT (Groupe Activiste Trans), Gay Kitsch Camp [Lille], Homonormalité, JCR (Jeunesses Communistes Révolutionnaires), La Dixième Muse, La voix de l’âme, LCR (Ligue Communiste Révolutionnaire), Les Mauves, Les Panthères roses, Les Verts, LGBT-Formation, Mix-cité, PASTT (Prévention Action Santé Travail pour les Trangenres), ProChoix, Ras l’front, Scalp-Reflex, SNEG (Syndicat National des Entreprises Gaies), SOS-Homophobie, SUD Étudiant, SUD PTT, Tasse de Thé (association et portail pour les lesbiennes), Tiresias, Trans Action, Vamos !

                      Personalités politiques signataires :

                      Clémentine Autain (adjointe au maire de Paris), Olivier Besancenot (porte parole de la LCR), Patrick Bessac (conseiller régional PCF d’Ile-de-France), Jean Brafman (conseiller régional d’île de France, Groupe communiste, alternative citoyenne, républicain), Sergio Corronado (Adjoint au maire du 14e ardt de Paris), Jean-Luc Estournel (adjoint au maire de Villeurbanne), Hélène Flautre (députée Européenne, les Verts), Christophe Girard (Adjoint au maire de Paris), Noël Mamère (Député de Gironde, les Verts), Pierre Quay-Thevenon (adjoint au maire (PC) de Saint-Denis), Roseline Vachetta (député Européenne, LCR).


                      • Polo 3 septembre 2011 12:05

                        Ca confirme quela théorie du genre est donc bien une théorie sectaire, qui n’a rien à faire dans l’école républicaine et laïque


                      • docdory docdory 3 septembre 2011 17:13

                        @ Marc Gelone

                        Sans vouloir prendre la parole à la place de Senatus Populusque, et sauf grave erreur d’interprétation de ma part sur son intervention, je pense qu’il a mis cette énumération, non pas par adhésion aux idées et revendications qui y sont formulées, mais par souci d’informer le public des buts pour lesquels est introduite la stupide « théorie du genre » dans les manuels scolaires, et d’informer à propos des lobbys et intérêts variés qui sont à l’origine de cette introduction .
                        Cette information est évidemment d’un intérêt capital pour tous ceux qui, comme moi et comme l’auteur, s’opposeront avec acharnement à ces inepties.

                      • Hétérodoxe 3 septembre 2011 17:31

                        « La suppression de toute mention relative au sexe sur les papiers d’identité et documents administratifs. »

                        On supprime aussi les photos pour que les noirs, les arabes et les asiatiques ne soient plus discriminés et l’adresse également, pour que les habitants de Seine St Denis ne soient plus discriminés par rapport à ceux vivant dans les Yvelines. Puis tant qu’à faire, on enlève les dates de naissance pour éviter les discriminations liées à l’age.
                        Puis, au final, on enlève les papiers d’identités pour lutter contre les discriminations entre ceux qui en ont, et ceux qui n’en ont pas. Ouf !

                        Pourquoi pas !!

                        Mais personnellement, les différences, moi j’aime bien !! Et puis les papiers d’identité, même si à la base j’étais pas trop pour, dans une société qui compte 6 milliards d’individus, je trouve que ça permet quand même d’éviter le bordel (genre, dans une démocratie - une vraie, hein ?! - ça permet par exemple de pouvoir garantir que chacun ne vote qu’une fois ..etc).

                        Quant aux signataires, bof, la longue liste des dignes descendants de Mao et de sa « révolution culturelle » dont on a pu constater les bienfaits pour l’Humanité !


                      • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 3 septembre 2011 20:28

                        Cette distance était implicite ; je la confirme ici.


                      • epapel epapel 3 septembre 2011 21:32

                        C’est un bon moyen de discrimination.


                      • Rétif 3 septembre 2011 22:32

                        Mais oui,Populusque,on avait bien compris, allez !

                        Enfin ...enfin ..je dis pas : du premier coup !

                        Disons . . . à la relecture !


                      • Polo 3 septembre 2011 10:09

                        Je suis tout à fait d’accord avec le diagnostic : cette théorie du genre est obscurantiste, et va à l’encontre des découvertes de la science (cf « Cerveau rose, cerveau bleu : les neurones ont-ils un sexe ? » de la biologiste Lise Eliot.
                        De plus, comment peut-on introduire un tel concept dans les programmes alors que ceux-ci sont réduits tous les ans ???


                        • Polo 3 septembre 2011 10:10

                          Quelques références d’articles intéressants sur :
                          http://www.infoselec.net/politique/theorie-du-gender.html


                          • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 3 septembre 2011 11:04

                            Une théorie est une théorie, pas une vérité scientifique. Pourquoi cacher aux élèves l’existence de cette théorie du « gender » qui peut susciter débat ? Les profs ne sont pas des prosélytes. Si cette théorie est aussi nulle qu’on le dit, ils n’auront aucun mal à en prémunir leurs élèves plutôt que de les laisser endoctriner à l’extérieur de l’école...


                            • Polo 3 septembre 2011 11:52

                              Les cours de SVT sont des cours de sciences dures, c’est-à-dire qu’on y enseigne des vérités scientifiques.
                              Les théories, au lycée, c’est en philosophie qu’on les enseigne.
                              De plus, comment peut-on introduire un tel concept dans les programmes alors que ceux-ci sont réduits tous les ans ???


                            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 3 septembre 2011 12:09

                              Il ne s’agit pas de débattre avec des sectes, mais d’examiner en classe une théorie. Que les SVT n’en soient pas le lieu, soit. Je crains qu’on assiste à la même levée de bouclier s’il en était question en philo !


                            • ffi ffi 3 septembre 2011 16:33

                              Vous savez le nombres de théories qui existent ?

                              L’école enseigne déjà beaucoup trop de théories, elle devrait plutôt se recentrer sur des faits concrets. Les enfants ont suffisamment d’imagination pour imaginer par eux-mêmes les théories en capacité de relier les faits.

                              En effet, si l’école enseigne des « théories », les enfants en seront réduit à faire des théories sur des théories, ce qui, convenons-en, les mettra à coté de la plaque.


                            • epapel epapel 3 septembre 2011 21:35

                              La théorie du genre n’est pas au programme de SVT, arrêtez de tout transformer.


                            • Rétif 3 septembre 2011 22:42

                              Eh ! Mourot ! (je répond ici au post suivant, les textes ayant sauté) ; si on devait faire examiner comme vous dites,aux mioches, toutes les théories ayant ou ayant eu cours, avant d’avoir reçu une confirmation scientifique matérielle et expérimentale, on en finirait pas ! Et à part ça qu’est-ce qu’on leur apprendrait, surtout dans le temps qui resterait et qu’est-ce qu’il y comprendrait et en retirerait ?


                            • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 4 septembre 2011 17:28

                              La gender théory ne m’intéresse pas spécialement. Mais je n’aime guère les censeurs...


                            • clostra 3 septembre 2011 11:09

                              Juste une petite réflexion concernant les couples homosexuels, une question qu’on peut se poser : leurs rôles sont parfois très différents dans le couple, aussi différents que la différence des deux sexes.

                              Les deux sexes étant de nature différente, n’en sont pas moins tous deux remarquables. Voici une ressemblance !

                              Plus sérieusement, quelle mère n’a pas observé la « crise testiculaire » de son nourrisson mâle ?

                              Il se trouve au niveau du cerveau une structure qui, lors de cette crise testiculaire (production de testostérone) subit une « déféminisation ». L’absence de testostérone à ce moment de la vie détermine un cerveau non déféminisé, donc « normal » (quoi !) - un peu compliqué d’expliquer toute l’alchimie, mais c’est bien spur une activation ou désactivation d’une activité moléculaire et ce de façon définitive.

                              Ensuite, on peut tout imaginer des petits accidents de parcours à ce moment-là de la vie, pas trop étonnant que certains petits garçons se sentent être des petites filles. (l’inverse pourrait être moins vrai ?)

                              Aussi, apprenant celà, nous pouvons réfuter avec énergie cette « parole en l’air » de Simone de Beauvoir et proclamer :

                              « On ne naît pas homme, on le devient » !


                              • Rétif 3 septembre 2011 23:09

                                <<<<<<<<on ne nait pas cadavre non plus ..........on le devient  !!!


                              • Loatse Loatse 3 septembre 2011 11:17

                                @Enmoderesistant

                                Je partage votre inquiétude... Théorie non seulement absurde mais dangereuse... Tous nos repères fichent le camp et il est à craindre que si l’on continue sur cette voie là demain notre société sombrera dans la schizophrénie... (déjà on est au bord là...)

                                J’imagine la gamine euh l’humain de sexe neutre éduquée selon la fumeuse théorie, se retrouvant un jour au zoo (à moins qu’on ne les ferme) devant un paon qui fait la roue pour séduire sa femelle et s’étonner du « machisme » de l’animal... Regardant un documentaire animalier à la télévision (à moins qu’ils ne soient censurés) dans lequel un cerf se rue sur son congénère pour obtenir les faveurs des femelles...

                                Le choc ne sera pourtant pas aussi grand que devant un enclos contenant deux singes elevés à l’indentique et séparés de leurs congénères.. quand la gamine s’apercevra que c’est la femelle qui donnent les soins à son petit, s’en occupe tandis que le mâle boulotte ses bananes... :)

                                Donc je m’interroge, au nom de quoi déprogrammer tout cela puisqu’il semble qu’une bonne partie de notre identité sexuelle et des comportements qui s’y rattache sont inscrit dans notre code génétique ???

                                Va t on un jour considérer que les mots « papa » et « maman » sont porteurs d’une connotation péjorative ???

                                Différents mais égaux cela ne leur suffit pas à ces apprentis sorciers ????


                                • DaffyDoc 3 septembre 2011 21:30

                                  Vous avez raison il existe des différences fondamentales, biologique qui expliquent toutes les différences socio-culturelles que l’on observe. Tout celà est avant tout écrit dans nos gènes. il est bien connu que le gène JUP74 présent sur le chromosome Y interdit aux hommes le port de la jupe et le gène CHVXLG confère aux femmes aune forte prédisposition à se laisser pousser les cheveux. Sans parler du gène MNAG qui pousse les filles dès leur plus jeune age à faire la vaisselle et le ménage...

                                  Sérieusement, il est évident que les a priori socio culturels (homme = foot, femme= danse) jouent un grand rôle dans l’identité sexuelle telle qu’elle existe aujourd’hui. et quel que soit l’importance qu’on veut bien préter à la génétique, la variabilité des rapports homme-femme d’une culture à l’autre et l’existence de sociétés matriarcales montrent bien que la génétique ne peut être tenue pour seule responsable des différences sociologiques entre hommes et femmes.

                                  Voilà donc au nom de quoi il faut déprogrammer l’idée que c’est la femelle qui devrait s’occuper du petit (entre autre). Se cacher derrière des différences biologiques réelles (différences de taille/ de masse corporelle, différences hormonales, etc... ) pour laisser perdurer des différences socio-culturelles acquises est simplement irresponsable. Après tout, lorsque les femmes n’avaient pas le droit de vote , on arguait comme vous le faites que c’était dû à des différences naturelles entre homme et femmes. En effet, les femmes, plus inconstantes du fait de leur variations hormonales, n’étaient pas adaptées à la vie politique.

                                  Il ne s’agit pas à mon avis de nier les différences innées hommes-femmes. Celles-ci existent.
                                  Mais chercher à minimiser les différences acquises me semble un but tout à fait noble.Et s’il serait illusoire de vouloir s’affranchir complétement du genre, faire bouger les lignes petit à petit me semble sain.

                                  C’est selon moi ce à quoi s’attellent ces théories du genre que vous décriez tant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

enmoderesistant


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires