• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > TRICHERIES ALIMENTAIRES rafraîchir les mémoires : LE BEURRE

TRICHERIES ALIMENTAIRES rafraîchir les mémoires : LE BEURRE

Des fraudes scandaleuses ont émaillé l'histoire de l'alimentation. Les pénuries des guerres avaient habitué les peuples à consommer des "ersatz" comme le pain à la sciure des années 40.

Puis la science a substitué les matières grasses végétales aux animales pour protéger notre santé, si bien que les producteurs normands avaient trouvé ce slogan en défense : "Beurre ou ordinaire ? " Le prix du beurre a toujours été une référence. Qui veut gagner des millions avec le faux beurre ? La Commission Européenne avec ses "interventions" sur le marché a, elle-même, quelquefois suscité la fraude. 

 

LA FRAUDE ET L’ARGENT DU BEURRE « POURVOU QUé SA DOURRE »

Au 19e siècle, en 1851 une loi anti-fraude sur les denrées frelatées est votée. C’était déjà un souci. Achetez local nous dit-on ? Notre crémière, cent ans plus tard était soupçonnée de « mouiller » le lait qu’elle nous vendait. Je me souviens d’avoir, plus tard, frissonné d’avoir pu être à la merci des Poissonnard, les « héros » sans scrupules de Au Bon Beurre de Jean Dutourd. 

 En 1851 le beurre avait déjà été l’objet de fraudes diverses qui pour nous paraître délirantes n’en sont pas moins révoltantes et dangereuses. Addition de de pomme de terre ! de farine ! de suif ! de craie ! ou d’acétate de plomb dans le beurre !!!! Quand il était pris, la ligne de défense du commerçant était toujours « qu’il ne savait pas ». Quasiment c’est toujours le cas avec Findus et autres participants au scandale de substitution d’une viande par une autre.

C'EST QUE LE BEURRE CA PAIE !

 LES ANNEES 2000

Les fraudeurs ne renoncent jamais. Quelquefois la législation crée le terrain favorable à la fraude en apportant des subventions aux producteurs, voire aux négociants. J’en veux pour exemple ce que relatait La France Agricole en février 2005 : « Un eurodéputé portugais, Paulo Casaca, s’inquiète des lenteurs de la justice dans l’affaire du beurre frelaté. A la fin des années 90, une entreprise italienne avait fabriqué du beurre ne contenant quasiment pas de lait. Selon l’Office de lutte antifraude de l’Union européenne, le trafic aurait porté sur [tenez-vous bien] 16 000 t, revendues à des entreprises françaises, belges et allemandes. Celles-ci les auraient soit exportées, touchant ainsi des subventions européennes, soit utilisées pour la pâtisserie industrielle dans leurs propres produits. En France, le beurre aurait transité par deux entreprises, Fléchard et Sodepral, mises en examen en 1999.

D’autres transformateurs sont mis en cause, mais la justice française a du mal à déterminer leur bonne foi. « Le faux beurre ressemblait à du vrai, assure Sophie Grégoire, chargée de communication de l’Association française de la transformation laitière. Et la marchandise n’était pas impropre à la consommation. Les graisses animales contenues dans ce faux beurre sont utilisées dans de nombreux produits ». [ Ben voyons ! ]

L'ARGENT DU BEURRE...

ET LE SOURIRE DE LA CREMIERE 

ah oui, alors !

RESISTANCES

Ami, si un fraudeur tombe un fraudeur sort de l’ombre à sa place. Et si un stratagème est éculé, on en imagine un autre encore plus rentable. La mafia, la camora sont là pour inspirer les fraudes transfrontalières. SVP, permettez le pessimisme sur la nature humaine....cupidité, et appât du gain sont les deux mamelles de l’oligarchie.

Aux dernières nouvelles, l'Europe, comme la France et d'autres pays européens ne veulent pas payer davantage de contrôleurs des fraudes de tous ordres. Serait-ce qu'elle accepte de faire courir davantage de risques aux consommateurs ? 


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 21 février 2013 15:02

    Bah , après Kouchner et son riz pour la Somalie , maintenant qu’on a le mariage pour tous , on pourra faire une opération « du beurre pour la, Sodomie »  smiley


    • appoline appoline 22 février 2013 13:22

      C’est vrai qu’ils nous la mettent bien profond, mais bon on a l’habitude en France de se laisser faire sans rien dire, quand on voit le niveau ce n’est plus un mystère.


    • leypanou 21 février 2013 15:41

      @noodles :

      "la France et d’autres pays européens ne veulent pas payer davantage de contrôleurs des fraudes de tous ordres. Serait-ce qu’elle accepte de faire courir davantage de risques aux consommateurs ? " : qu’a fait le gouvernement de droite avec sa fameuse RGPP si ce n’est cela même.

      Après, hypocritement, on fait semblant de remuer ciel et terre pour empêcher que cela ne se reproduise mais quelle personne un tout petit peu lucide le croit ?

      L’autre grande escroquerie est la soi disante auto-contrôle : il ne se vante pas trop de cela le gouvernement. Les affaires trop graves et médiatisées seront peut-être sanctionnées, mais la sanction des magouilles restera à la discrétion des auto-contrôleurs.


      • gaijin gaijin 21 février 2013 16:39

        oui
        tout le système de contrôle et de certification qualité est une vaste fumisterie
        ( un ex qualiticien )


      • appoline appoline 22 février 2013 13:26

        Le problème est, qu’en France, on veut le beurre et l’argent du beurre. On veut bien punir mais pas trop, donc cela ne dissuade pas.


        Regardez, Spanghero, pas de problème, il continue alors qu’il aurait fallu qu’il emploie que des handicapés mentaux pour ne pas remarquer qu’il palpait du cheval. Ben non, la petite biche continue, fort de ses 200 employés. Et tous ces restaurants minables contrôlés par les fraudes et à qui on file juste une amende. Non, il faut les fermer définitivement, cela découragera les autres. Nous sommes de veaux, et encore incomestibles 

      • almodis 21 février 2013 17:53

        l’auto contrôle a été mis en place par Sarko ; remarquez le gouvernement aurait pu y mettre fin , mais en recrutant de nombreux inspecteurs ... ( tout comme il pourrait faire plein de trucs , à commencer par ceux qui étaient dans les promesses du candidat Hollande)


        crise , on vous dit ,nom d’un cheval §

        • shiatsulandes40 shiatsulandes40 21 février 2013 21:31
          Bonjour a tous 

          Vous rappelez vous de cette affaire qui a fait tant de morts en Espagne ....et on nous a toujours fait croire que l’huile frelaté en était à l’origine ... 
          à la fin de l’article , lisez bien ce que dit un journal allemand sur la qualité des produits venants d’Espagne ..

          Perso , je n’achète jamais un aliment produit dans ce pays ...


          • Christoff_M Christoff_M 22 février 2013 02:31

            tres intéressant même genre d’histoire que les circuits détournés (soi disant) de la viande dans l’Europe actuelle on nous cite un cas ou il y tromperie mais pas d’intoxication pour masquer quoi un autre scandale à venir plus grave avec de vrais risques pour la population européenne mais dont il ne faut pas parler sous peine d’émeutes dans une Europe ou les gens commencent à douter sérieusement de la version bisounours des infos et la version officielle édulcorée, lue par un communiquant après des tests ou des mesures de façade, faits par des organismes soi disant indépendants( le plus souvent financés par de grands groupes du secteurs, ou dont les chargés d’enquête ont fait des stages de fin d’études dans les groupes qu’ils sont censé controler objectivement) on rit jaune surtout quand l’Europe ou l’OMS couvrent des mensonges pour protéger des opérations douteuses... le but étant toujours de protéger le coupable connu en coulisses, et des intérêts financiers ou des ventes lucratives de produits que l’on sait dangereux à plus ou moins long terme ou destructeurs dans la chaine qui amène l’aliment à maturité et ensuite l’intermédiaire ou le grossiste qui continue à diffuser un produit dont il subodore un problème dans la composition...


          • noodles 22 février 2013 06:49

            Salut Shiatsulandes et merci, en effet, c’est gros ! 

            Une interdiction de dire la vérité comme celle-là peut te conduire à décider que « tu n’achètes jamais un aliment produit dans ce pays ... ». Tu fais bien, mais, pas plus que nos articles et commentaires sur Avx, nos conduites isolées n’ont d’influence sur le cours des choses. L’affaire de l’huile frelatée espagnole était restée telle quelle dans les strates de ma mémoire. Larticle du « Courrier » lève un coin du tapis où on a poussé les balayures ! Le mensonge consensuel des classes médiatiques et politiques est, à la limite, plus grave de conséquences que l’emploi lui-même des pesticides mortels par les producteurs de légumes espagnols car il laisse augurer des autres mensonges à venir. De ce fait, on a l’impression tenace qu’on nous endort. Si NOUS, ne méritons pas la chute et la disparition programmée de la presse écrite, ses journalistes et dirigeants, EUX, la méritent largement. Il n’y a pas un seul Zola ni Clémenceau dans leurs rangs*. Les médias auraient (eu) besoin d’un cadre légal libérateur et protecteur et non d’une soumission aux Dassault, Rotschild, Tapie et Cie. A cet égard, la situation ne fait qu’empirer.
            Merci encore de ce lien vers le Courrier International dont je recommande aussi la lecture. 
            *Rappel : L’Aurore http://fr.wikipedia.org/wiki/L’Aurore_(journal) 


          • plancherDesVaches 21 février 2013 21:52

            Clair que la dirigeante du fn, en allant en Angleterre, pensait avoir aussi l’argent du beurre.

            Manque de chance, elle n’a eu que SA vérité.



              • Christoff_M Christoff_M 22 février 2013 02:05

                Je sais qu’au moment du Rainbow warrior il y avait eu du chantage entre gouvernements concernés ce qui avait aboutit à une commande massive de beurre et de viande venant de l’endroit théorique du forfait théorique de nos agents assez idiots pour se faire prendre la main ds le sac et condamnés sans réelle enquête tout en étant lâchés par le gouvernement Fabius de l’époque...

                Et dire que certains fantaisistes inconscients nous l’ont recollé au ministère des affaires extérieures... mais chut taisons les faits... il ne faut pas reveiller la majorité des français qu’on entretient au pays des bisounours avec des séries comme Plus Belle la Vie ou des sketchs en lieu et place d’infos réelles dignes de ce nom !!!!


                • révolQé révolté 22 février 2013 11:40

                  voir a ce propos le pourquoi de l’importation massive en france d’agneau de nouvelle Zélande,
                  après on nous parle de pollution et de taxe carbone...  smiley


                • rosemar rosemar 22 février 2013 10:31

                  Bonjour noodles


                  encore un aliment soumis à des trafics et des fraudes en tous genres....décidément de nombreux produits échappent aux contrôles....et deviennent suspects...

                  Belle journée 

                  • noodles 22 février 2013 14:24

                    Oh, bonjour rosemar !

                    ce thème est le même que celui de votre dernier article.

                    On aurait tort de croquer à belles dents les denrées qu’on nous propose...*

                    le siège de la conscience n’est ni sur la langue, ni dans les mâchoires et

                    pas davantage dans les yeux qui nous trompent encore mieux ! 

                    Il n’est pas à regretter que, par exemple, cette histoire des superbes

                    tomates d’Alméria (esp) ait pris fin et soit demeurée circonscrite à

                    des territoires donnés (espagnols).

                    Je m’étonne cependant de cette localisation si peu étendue.Déjà la

                    France importe beaucoup de ces produits et il n’y a pas eu ici, que l’on

                    sache, de syndrome de « l’huile frelatée ». 

                    Par contre, en 2012 il y a eu en raison de listeria à travers l’Europe,

                    « la crise du concombre espagnol » injustement et spontanément boycotté.

                    Cela me paraît de bonne augure, même si l’on peut plaindre les négociants et

                    producteurs des soupçons capricieux dont ils sont les victimes quand un labo se trompe (en fait c’étaient des germes de soja...)**

                    bonne après-midi rosemar

                    n

                    * sauf la pomme bien sûr ! ne nous en privons pas ! 

                    ** ça nous apprendra à manger asiatique ! hihi


                  • Mowgli 22 février 2013 11:02

                    Marlon Brando, dans « Last Tango in Paris » disait à Maria Schneider « passe-moi le beurre ». André Gide en Egypte disait « passe-moi le beur ». Je ne sais qui disait « passe-moi la mère Garine ».


                    • julius 1ER 22 février 2013 12:18

                      le beurre frelaté rencontre le même problème que l’huile du même nom ’le scandale espagnol des années 80, c’était le scandale des pesticides ou la raison d’état et les intérêts financiers convergent pour assassiner les citoyens en silence, au nom du profit ultime critère pour justifier l’injustifiable, il y en a aura d’autres des scandales, je serai tenté de dire de plus en plus tellement cette machine broie les gens, de deux manières d’une part en les surexploitant et d’autre part en réduisant la part du travail humain ; dans les 2 cas le citoyen est« le looser » du jeu gagnant/gagnant pour le détenteur capitaliste, sur le long terme par le chômage endémique qu’il crée et de son corollaire la pauvreté galopante qu’elle induit cette pauvreté nourrissant la demande en prix bas prétexte à ajouter toujours plus d’éléments exogènes dans la fabrication de produits pour en réduire les coûts, ce phénomène a toujours existé me direz-vous sauf que comme les nazis avaient inventé le meurtre à l’échelle industrielle, on invente la crapulerie de grande ampleur, vive l’ampleur comme aurait dit Coluche !!!!


                      • Marc Chinal Marc Chinal 22 février 2013 14:15

                        L’intérêt...
                        .
                        Il n’y a qu’un seul ordre absolu (non par dogmatisme mais après démonstration et reproductibilité pour un même résultat) qui mène la nature humaine : « la survie ».
                        .
                        Et par où passe la survie dans un système qui utilise de la monnaie ?
                        Par accumuler du fric et tout faire pour en avoir le plus possible.
                        .
                        Tricheries dans le domaine alimentaire ?
                        « oh, c’est scandaleux ! »
                        Mais sans monnaie, avec un système post-monétaire, quels seraient les moyens d’actions des escrocs ?
                        Commencez à réfléchir à cette éventualité. De toutes manières, la monnaie est devenue une impasse, alors changeons réellement de paradigme.


                        • noodles 22 février 2013 14:35

                          > MarcChinal

                          au plan individuel je ne me vois pas dans un système de troc.

                          Libre à vous quand même ! 

                          Les systèmes d’échanges locaux (S.E.L.) ne sont pas à l’abri

                          de l’exploitation du prochain. Oh que non !

                          Comme vous le dites on peut commencer à réfléchir...mais on va

                          réfléchir longtemps.

                          noodles

                          PS : Je demande à voir si la chute de l’euro et le retour au franc nous serait autant préjudiciable qu’ on nous le prédit ?

                           


                        • Marc Chinal Marc Chinal 22 février 2013 20:03

                          @ noodles :
                          .
                          <<<<au plan individuel je ne me vois pas dans un système de troc.<<<<
                          .
                          Moi non plus. Pas le post-monétaire, ce n’est pas le pré-monnétaire ! smiley
                          .
                          <<<<<Les systèmes d’échanges locaux (S.E.L.) ne sont pas à l’abri
                          de l’exploitation du prochain. Oh que non !<<<<<<
                          .
                          Oui, c’est vrai. Les SELs permettent toujours les tricheries. Mais c’est normal, c’est parce qu’il faut « compter ». Dès que l’on compte, l’humain a tendance à tricher.
                          Les post-monétaires ne prônent pas l’utilisation de SEL. (ni de sucre)
                          .
                          <<<<Comme vous le dites on peut commencer à réfléchir...mais on va
                          réfléchir longtemps.<<<<<
                          .
                          Certains ont plus de chemin à faire, mais qu’importe la longueur du chemin, l’important est d’être sur la bonne voie.

                          <<<<<<< Je demande à voir si la chute de l’euro et le retour au franc nous serait autant préjudiciable qu’ on nous le prédit ?<<<<

                          .

                          Pour répondre à cette question, si vous avez un minimum d’esprit « scientifique », (par opposition aux ésotéristes et conspirationnistes), regardez vos livres d’histoires, et vous comprendrez pourquoi la guerre entre les monnaies n’a jamais bénéficié aux humains.


                        • Pelletier Jean Pelletier Jean 22 février 2013 14:23

                          @L’auteur,

                          Ce qu’il y a de plus surprenant c’est qu’on ne tire jamais les leçons de l’histoire, pourtant excellemment documentée... ;

                          Ce qui nous fait appréhender l’avenir avec craintes, vu toutes les répétitions de l’histoire !

                          http://jmpelletier52.over-blog.com/


                          • njama njama 22 février 2013 14:58

                            Le Syndrome de l’huile toxique est effectivement un cas d’école ...

                            Résumé d’un livre de Jacques Philipponneau paru aux éditions de l’encyclopédie des nuisances « Relation de l’empoisonnement perpétré en Espagne et camouflé sous le nom de syndrome de l’huile toxique »

                            Ce que l’on a appelé le « syndrome de l’huile toxique » est exemplaire d’à peu près tous les maux dont notre temps est affligé, d’abord parce que ce nom même est un leurre.

                            6. Quel rapport avec le sida ?

                            On retrouve là, à très grande échelle et sur la longue durée, tous les traits de l’imposture criminelle que nous avons vue à l’œuvre pour camoufler l’origine réelle du « syndrome de l’huile toxique » ; ce qu’il s’agit de camoufler étant dans ce cas rien de moins que la totalité des conditions de vie pathogènes aujourd’hui imposées à chacun. Énumérons donc ces ingrédients de la vérité officielle sur le sida, en essayant de suivre ce que l’on pourrait appeler leur ordre d’apparition à l’écran la manipulation des données épidémiologiques, avec le rôle du C.D.C. dans la fabrication du dogme affirmant la malignité du « virus du sida », en contradiction avec tout ce qui est su des rétrovirus et des maladies infectieuses [5] ;
                            > la définition tautologique de la maladie, le virus se voyant attribué le rôle d’unique agent causal par le simple fait que sa présence est exigée pour diagnostiquer la maladie, laquelle recouvre en fait sous le nom de syndrome une liste modifiée périodiquement de maladies déjà connues, dites opportunistes [6] ;

                            > l’impossibilité de prouver la responsabilité de l’agent désigné, avec la conséquence ici d’en trouver sans cesse de nouveaux, « variants » et « sous-types » ;

                            > l’intangibilité de la vérité obligatoire sur la maladie, malgré toutes les contradictions logiques qui devraient l’ébranler, en particulier l’existence désormais reconnue de cas d’immunodéficience sans trace d’infection par un quelconque rétrovirus, comme de cas plus nombreux encore de « séropositifs » qui ne développent aucune de ces maladies opportunistes ;

                            > les intérêts économiques agissant puissamment pour corrompre tous les protagonistes, depuis les responsables de l’administration sanitaire, n’hésitant pas, pour écouler leurs « produits sanguins », à transmettre ce virus selon eux si redoutable, jusqu’aux lobbies censés défendre les malades et qui se font les propagandistes d’un médicament, l’A.Z.T., dont l’efficacité est reconnue nulle, sinon pour précipiter une issue fatale ;

                            > la saturation informative, entretenant l’ignorance, et l’autolégitimation de la thèse officielle, une fois atteinte une masse critique de publications scientifiques ; les coups de théâtre médiatiques et les annonces de résultats mirobolants, aussitôt démentis par les faits ;

                            > la perte de toute rigueur méthodologique, puisqu’on ne peut attendre ni reconnaissance ni profit de la mise en cause des conditions de vie actuelles et des drogues licites ou des médicaments qui en font partie intégrante, l’éventuel constat d’échec de dix années exclusivement consacrées à la recherche d’un hypothétique vaccin s’accompagnant seulement de cette pauvre ambition : « donner au hasard une chance de participer à la lutte contre le sida » ;

                            > le double langage des experts qui, quand ils sont à quelque distance des tribunes officielles et des institutions où s’obtiennent crédits publics et privés, admettent quelques demi-vérités, comme Gallo ou Montagnier avec leurs « cofacteurs » [7]. Et là aussi on voit des associations de malades souscrire au mensonge qui les tue, des « dissidents » contester en totalité ou en partie le credo imposé sans parvenir à donner vie à des vérités ayant une portée réellement pratique, faute d’une critique cohérente de la civilisation marchande.


                            • njama njama 22 février 2013 19:41

                              De la graisse de boeuf dans la pâtisserie industrielle française

                              Le beurre « made in Mafia », un goût de scandale
                              publié le 07/12/2000

                              « Pas moins de 16 000 tonnes de ce beurre très particulier, mélangé à du suif de boeuf, à des carcasses animales, à des produits chimiques et même à des hydrocarbures, ont été vendues, surtout en France, mais également en Italie et en Belgique. Même si la destination finale de cette marchandise trafiquée reste mystérieuse, on sait qu’elle a été pour partie consommée dans l’Hexagone sous forme de beurre pâtissier servant à fabriquer des gâteaux et des biscuits, et non en plaquettes. Ce trafic international, qui pourrait se révéler dangereux pour la santé, a été démantelé en juillet dernier par les polices italienne et française. Aujourd’hui, L’Expansion est en mesure d’en révéler les détails, notamment la liste des acheteurs hexagonaux de beurre transalpin. On y trouve les grands noms de l’agroalimentaire : Lactalis (Besnier) avec sa marque phare Président, Entremont, Sodiaal (Yoplait et Candia), les Fromageries Bel (La Vache qui rit), ainsi que Fléchard, une PME normande, l’un des gros acheteurs, tous cités comme » clients de l’organisation criminelle « dans la procédure italienne. »

                              http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-beurre-made-in-mafia-un-gout-de-scandale_15738.html

                              Au final les peines ne sont pas lourdes, quelques mois de prison, dont la plupart avec sursis ... remboursement des millions d’euros de dommages et intérêts alloués à l’Office de l’élevage (ex-Onilait) au titre de subventions européennes indûment obtenues entre 1997 et 2000.
                              Beurre frelaté : peines définitives

                              http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/27/01011-20100127FILWWW00730-beurre-frelate-peines-definitives.php

                              Comme l’article évoque les fraudes au 19e siècle, quelques renseignements plus précis sont sur Wikipedia. L’affaire n’est pas nouvelle ...

                              De nouvelles pratiques frauduleuses dans la vente de beurre
                              L’échec de la loi de 1887

                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Beurre#De_nouvelles_pratiques_frauduleuses_dans_la_vente_de_beurre


                              • noodles 23 février 2013 06:28

                                Oui>njama

                                j’aurai au mois eu le mérite d’orienter vos recherches ! On appelle ça de la coopération !

                                Merci, et bon WE

                                n

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès