Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Twitter : Un réseau tentaculaire…

Twitter : Un réseau tentaculaire…

Alors que monte la polémique sur les dérapages antisémite depuis dimanche dernier, un état des lieux s’impose pour mesurer les enjeux techniques et démocratiques d’un tel dispositif.

Petite définition : https://twitter.com/

  Twitter est un service de microblogage (on parle aussi de microblogging), celui-ci autorise ses utilisateurs d’échanger (de bloguer) au moyen de courts messages (140 caractères)

Quelques chiffres.

- A ce jour en France les utilisateurs de twitter sont au nombre de 7,2 millions, en progression constante, soit deux millions de plus depuis l’année dernière.

- Dans le monde, alors que qu’ils ont dépassé le milliard sur facebook, ils sont 517 millions sur Twitter, dont 140 millions américains.

- Les parisiens ne sont pas en reste, puisque Paris est la 6ième ville au monde pour ses tweets après Jakarta, Tokyo, Londres, Sao Paulo, new York et Bandung ;

- C’est à Lady Gaga que revient le titre d’utilisatrice la plus populaire, avec au compteur : 19 341 413 followers ;

- On estime à 175 millions le nombre de tweets envoyés par jour.

- 11 nouveaux comptes sont créés chaque seconde.

- Enfin on estime à 27 % les utilisateurs actifs, à savoir qui envoient au moins un tweet (message de 140 caractères) par jour.

Petit rappel historique :

- Création du site Twitter en 2006 par Jack Dorsay.

- Son siège social est à San Francisco (USA).

- Février 2009, twitter connait la plus forte croissance de tous les sites communautaires.

- Octobre 2010, une étude IFOP indique que 80% des internautes français connaissent twitter, 7% ont créé un compte.

- Courant 2012 avec la campagne présidentielle twitter connait un pic d’activité autour des émissions phare de la télévision (On n’est pas couché et Des paroles et des actes), le 6 mais 2012 on enregistre 1,4 millions d’utilisateurs uniques.

- Juin 2012, le Petit Larousse intègre dans son dictionnaire les mots : Twitter, tweet, tweeter.

L’apocalypse est pour demain ?

La croissance exponentielle de twitter est telle que ses partisans redoutent un épuisement de ses identifiants. Chaque tweet est identifié par un numéro. Des prè-apocalypses ont déjà eu lieu : en juin 2009 et en septembre 2009. Depuis la société a renforcé son infrastructure mais jusqu’où peut-elle techniquement aller ?

Twitter a fait la preuve de sa vélocité et de sa puissance virale à diffuser de l’information et à agir directement sur la société. L’affaire du tweet de Valérie Trierweiler, compagne du président de la république en est l’exemple le plus frappant. Son action a gravement et durablement endommagé l’image de François Hollande.

C’est désormais le « fil » où l’information est en premier publiée (mort de Michael Jackson, séisme du 12 janvier 2010 en Haïti..). Mais c’est aussi le 1er vecteur de diffusion de fausses informations.

Twitter un outil de gestion des connaissances.

Malgré ses nombreux détracteurs, nul ne peut contester à twitter sa force de frappe en matière d’information. Pour qui sait en utiliser les fonctionnalités, il permet l’accès à un flux considérable d’informations et de données, car le tweet (ce court message de 140 caractères) délivre la plupart du temps un lien avec un site, un article, une photo, une vidéo. Chaque utilisateur peut filtrer, trier et même classe le flot d’informations qu’il reçoit sur le fil d’actualité (Timeline) qui est la page où il reçoit les tweets des personnes auxquelles il s’est abonnées.

Quelques repères.

- Arobase (@) c’est ainsi que l’on identifie le lien avec un compte @auquel on ajoute le nom du compte, c’est en fait l’adresse, exemple @jmpelletier.

- Hashtag, c’est un mot précédé de #, le sujet cité, par exemple #HOLLANDE, de cette manière on peut afficher tous les tweets comprenant ce hastag et relatifs au Président de la république..

- Trending Topic, ce sont les sujets tendances du moment proposés à la consultation.

- Message direct, l’utilisateur peut envoyer un message direct à un tweeteur, sous réserves qu’ils soient abonnés l’un à l’autre. Ce message est privé et non public.

Liberté d’expression ?

La loi française est on ne peut plus claire, le tweet relève bien de la communication publique. Aussi l’internaute est bien responsable des propos qu’il tient sur un espace public. Il est donc indéniable que les propos actuels à caractères antisémites tombent sous le coup de la loi qui régit les injures, diffamations et propos racistes. Ces infractions font risquer aux internautes jusqu’à un an de prison ferme et 45 000 euros d’amendes.

Le problème c’est la difficulté à relever les infractions. Dans la situation actuelle ce sont plus de 100 000 personnes concernées, comment les poursuivre ?

De son côté la société twitter fait le dos rond. Elle affiche un principe celui de la liberté d’expression et surtout elle se déclare dans l’impossibilité de vérifier l’ensemble des contenus…. On peut en douter quand on connait les logiciels de la CIA qui espionnent la totalité des communications planétaires avec des mots clefs.



Sur le même thème

Puisqu'on vous dit qu'Internet a de la mémoire...
Forum Changer d’Ère#2 : Pari tenu !
« Bidonnage» : Le retrait de la double nationalité
Couac russe de communication et regrets d’une amitié éphémère
Tweet again, Benjamin


Réactions à cet article

  • Par Le péripate (---.---.---.42) 19 octobre 2012 17:11
    Le péripate

    Un socialiste devant un espace de liberté est une chose étonnante. Il n’y comprend rien bien sûr. Le kapo qui sommeille en tout socialiste se réveille très vite.

  • Par L’immigré (---.---.---.252) 19 octobre 2012 23:22

    Bonsoir,

    Tout d’abord, merci pour votre article riche en informations sur une technologie populaire.

    Ensuite, je dirais que si le siège de Twitter est sur le sol américain, la juridiction qui s’appliquerait serait, ce me semble, américaine. En d’autres termes, la liberté d’expression y trouve sa place et Twitter peut se permettre de « refuser » de divulguer des informations sur l’identité des internautes incriminés. Si elle le faisait, un groupe de pression, probablement américain, se créerait au nom du strict respect de la vie privée pour contraindre de son mieux Twitter à renoncer à son action. Il est probable que ledit lobby gagnerait la bataille : les affaires liées aux vols de données personnelles des utilisateurs de PlayStation de Sony et de Facebook le prouvent clairement.
    Cela étant dit, il est vrai que, puisque les services spéciaux américains sont en mesure de trouver les informations par des requêtes automatisées, une organisation comme Twitter devrait avoir la possibilité technique de remettre toute information sur les internautes aux autorités requérantes. Mais, tant que statistiquement les utilisateurs de Twitter sont majoritairement américains, il est peu probable que Twitter s’exécute pour satisfaire une juridiction.

    Enfin, puis-je me permettre de vous recommander de citer vos sources ? Ce n’est pas que je ne vous crois pas, mais, j’ai pensé que cela donnerait plus de pertinence et de crédibilité à vos propos que je trouve, au demeurant, fort pertinents. Ainsi, je serais ravi d’avoir l’honneur de lire d’autres articles de votre part sur des sujets traitant de la technologie.

    Vous vous demandiez comment poursuivre les cent mille personnes en infraction. Pourquoi se poser une telle question ? Auriez-vous relevé quelque faille dans le système juridique français ?

    Cordialement.

    • Par amipb (---.---.---.23) 20 octobre 2012 07:33
      amipb

      Toute organisation résidant sur le sol américain tombe sous le coup du Patriot Act, ce qui veut dire que les services secrets américains doivent avoir accès à toutes les informations stockées ou échangées.

    • Par L’immigré (---.---.---.252) 20 octobre 2012 09:56

      Certes, les services secrets américains auront accès à toutes les informations qu’ils requièrent sans même que leurs cibles le sachent. Cela m’étonneraient énormément qu’ils aient attendu le Patriot Act pour ce faire.

      Cependant, je crains que vous ayez mal saisi mes propos. En effet, je parlais de l’intervention d’une juridiction officielle (tribunaux, administration fiscale, etc.) tentant d’obtenir des informations à caractère privé. Les services secrets ne sont pas, à proprement parler, une juridiction, sauf si vous pensiez (ce serait un grand tort de votre part) que tout appareil étatique est une juridiction. J’avais aussi mentionné que les services secrets américains se servent uniquement de requêtes automatisées pour obtenir des informations : pas besoin de débarquer au siège de l’organisation qu’ils visent, un ordinateur avec une connexion suffit.

    • Par non667 (---.---.---.25) 20 octobre 2012 10:59

      à l’immigré
      Si elle le faisait, un groupe de pression, probablement américain, se créerait au nom du strict respect de la vie privée pour contraindre de son mieux Twitter à renoncer à son action. Il est probable que ledit lobby gagnerait la bataille
      c’est le lobby juif communautaire sectaire qui est contre la liberté d’expression  ! sujet vital pour eux !
      il est peu probable qu’ un lobby « humaniste universaliste » puisse être plus fort ! smiley smiley smiley smiley

    • Par L’immigré (---.---.---.252) 20 octobre 2012 12:34

      @non667 :
      Avez-vous l’impression que cette communauté « sectaire » a gagné ?
      Je n’en suis pas si sûr. Je demande à voir, s’il vous plaît.

    • Par non667 (---.---.---.25) 20 octobre 2012 18:19

      à l’immigré
      Je demande à voir, s’il vous plaît.

      allez à gaza !

    • Par Pelletier Jean (---.---.---.93) 21 octobre 2012 19:27
      Pelletier Jean

      Merci pour votre commentaire, je ne manquerai pas de citer mes sources la prochaine fois

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires