Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Un scandaleux gaspillage !

Un scandaleux gaspillage !

Où comment pour tuer son chien on l'accuse d'être enragé ! Le train, un moyen de transport de marchandises périmé et peu satisfaisant pour les voyageurs !

Depuis de nombreuses années les mouvements de grèves à la S.N.C.F ont « pris en otage » (dixit une certaine presse) les voyageurs. Il n'est pas rare de voir et d'entendre certain journalistes de l'audio visuel compatir avec les « pauvres banlieusards » qui vont s'entasser dans les trains bondés.

Pour en rajouter une louche, jusqu'à notre cher président qui n'entends plus de bruits quand la S.N.C.F est en grève. Jusqu'au Grenelle de l'environnement qui en remet un couche en prévoyant une augmentation de 25% du tonnage transporté par voies fluviale.

Tout ceci pour en venir à un scandaleux gaspillage qui se produit sous nos yeux. Cette gabegie qui aggrave encore plus la dette de l'état. Nous avions le plus performant service public de transport de masse avec notre chemin de fer. Un maillage époustouflant de milliers de kilomètre de voies ferrées.

Ce moyen de déplacement et de transport est à l'agonie. Savez vous qu'en ce moment même le transport ferroviaire de marchandise et en danger ? Savez vous que 200 millions d'euros dorment près de Rouen ? Ce sont pas moins de 334 locomotives de tous types garées, après avoir été mise en état de fonctionnement pour les plus vielles et neuves pour les autres, qui végètent là faute de transport ferroviaire. Et il semblerait que le chiffre de 600 engins soit prévu soit près d'un milliard d'euros que nous avons investis dans ce matériel. Je dis nous contribuables.

Ces machines sont là exposées aux intempéries, au vandalisme et au vol de cuivre dans l'indifférence générale.

Le modernisme et l’essor économique, sur lesquels on pourrait gloser indéfiniment, ont tenté de justifier le recul inouï de ce mode de transport. L'évolution industrielle imaginée dans le seul sens du profit toujours plus important à mis en avant un système aujourd'hui battu en brèche.

Le mirage du tout automobile, de la « liberté » de déplacement. Le consumérisme acharné sans discernement , l'avènement du crédit comme moyen de vie quotidienne, nous a amené vers une impasse.

La soit disant politique de l'énergie qui devait apparaître comme une solution est remise en cause par l’appétit de lucre qui est entravé par la remise en cause de nos habitudes. Mais en optant pour le tout par la route l'état se désengage de la politique de protection de l'environnement. En refusant d'envisager un changement radical de politique, notre gouvernement nous envoie dans le mur.

En supposant une orientation de domination du transport en commun nous obtiendrions une réduction significative de notre dépendance énergétique et, par conséquent, une diminution de la pollution. Pourquoi refuser d'adapter le vieux système ferroviaire qui n'a plus à faire ses preuves au monde actuel ? Serait-il impossible de perfectionner ce moyen de transport aux objectifs d'économies de l'énergie.

Toute la politique de l'entreprise ferroviaire est aujourd'hui déviée vers la rentabilité financière. En même temps l'ensemble des orientations d'infrastructures sont pointées vers l'utilisation encore plus grande de l'automobile et du camion. Le nombre de kilomètre d'autoroute augmente régulièrement et n'est pas moins cher en investissement que de la voie ferrée. Le transport de marchandises par rail est moribond et pour le transport de voyageurs on va y arriver. Le tout TGV par la suppression de trains de nuit en couchettes, la suppression des trains auto-couchettes, la fermeture de gares parce que pas assez fréquentées, l'abandon de liaisons ferroviaires pour non rentabilité est le must.

Un exemple :Pour supprimer un train couchettes (je l'ai vécu) on commence par établir une statistique de fréquentation. Puis on va supprimer des arrêts sur son parcours en principe les mieux fréquentés sous des prétextes variés tel que la sécurité de voyageurs etc... Puis dans délai pas trop proche on renouvelle l'opération de statistique de fréquentation. Et voilà que l'on s’aperçoit que la fréquentation à baissé et donc il deviens peu rentable de conserver le service. Quel est le voyageur qui part de Nice dans la soirée pour arriver à Toulouse dans la nuit afin d'être tôt sur place qui va prendre un train dont l’arrêt en gare de Toulouse est supprimé ?

Ce genre d'opération à supprimé les liaisons de nuit avec des pays Européens qui, comble de paradoxe ont eux conservé leur liaisons de nuit. Tenter l'expérience de voyager de nuit entre Bordeaux et Barcelone en train couchette ou en wagon lit. Vous m'en direz des nouvelles.

Que dire des dessertes de marchandises de détail d'un point à un autre du territoire. Plus rien, je dis bien plus rien, n'est assuré par trains de marchandise. La quasi totalité est transporté par remorques routières. Ainsi 334 machines FRET (transport de marchandises) pourrissent à Sotteville-lès-Rouen. Alors que certaines régions on un besoin chronique d'engins y compris pour assurer des trains de voyageurs. Mais pas touche ce sont des machines FRET et non des machines voyageurs alors qu'elles sont pour la majorité mixte.

Il est plus rentable de gaspiller du carburant en constante augmentation de prix. Les taxes tombent dans l'escarcelle de l'état et améliore la performance des vendeurs de pétrole pour les actionnaires. Il est plus rentable pour l'état de construire des autoroutes à péages et d'encaisser les multiples contraventions infligées au automobilistes. Ne parlons pas des performances, toujours très surveillées, de la vente de véhicules neufs ni du bénéfice reversé aux actionnaires.


Les réactions les plus appréciées


Réagissez à l'article

42 réactions à cet article

  • rocla (haddock) (---.---.---.203) 11 mars 2011 09:27
    rocla (haddock)

    dixit toi-même ...

  • Roger Cageot (---.---.---.231) 11 mars 2011 09:56
  • ROBERT GIL (---.---.---.152) 11 mars 2011 10:20
    Robert GIL

    C’est tout simplement le demantelement du service public qui continu dans l’indifference general. ..tout doit passer au privé, tout doit finir dans la poche des actionnaires et des speculateurs, voir comment ceci a commencé :

    http://2ccr.unblog.fr/2010/10/19/la-liquidation-des-biens-publics-en-france/

  • bnosec (---.---.---.109) 11 mars 2011 11:34
    bnosec

    Ce sont les cheminots qui ont tué la SNCF à force de trop tirer sur la ficelle.

  • rocla (haddock) (---.---.---.203) 11 mars 2011 13:49
    rocla (haddock)

    les gréves incessantes de la sneufeu , des dockers , des transports vers la Corse , donnent le résultat actuel . 


    La culture de l’ arrêt de travail profite aux transports sur route ( les sneufeu s’ en battent les oeils ) ports étrangers ( les grévistes s’ en battent l’ oeil ) aux transports Italiens ( les grévistes s’ en battent .
  • ZEN (---.---.---.35) 11 mars 2011 14:01
    ZEN

    rocla radote
    Déjà dit et redit...
    Sois inventif, mon vieux ! smiley

  • rocla (haddock) (---.---.---.203) 11 mars 2011 14:05
    rocla (haddock)

    la pédagogie enseigne de répéter sans arrêt les mêmes phrases de façon  à mémoriser les dangers qui nous guettent ....


    à l’ image des grévistes qui répètent leurs mouvements grève après grève . 
    • Gasty (---.---.---.127) 11 mars 2011 14:26
      Gasty

      Rocla guette et dénonce les dangereux grévistes qui viennent harcelé JPPernot en exil dans son salon tous les jours de 13h à 13h45.

  • rocla (haddock) (---.---.---.203) 11 mars 2011 14:45
    rocla (haddock)

    J’ ai beaucoup aimé l’ épisode où on a vu les emmerdeurs de la SNCM 

     grévistes  qui bouchaient le port de Marseille emmenés par les CRS 
     hier pendant le journal télévisé , j’ ai repris trois fois des nouilles ..... smiley
  • yvanstanislas (---.---.---.70) 11 mars 2011 17:26

    Les syndicats sont-ils responsables ou irresponsable !!! de tout façon ce qui compte c’est leurs privilèges ,n’est pas ?

    Mais une chose est sûr ; ils ne sont pas responsables du choix politique qu’a fait la SNCF dans les années 70.
    Ia SNCF a favoriser le réseau routier en investissant dans des sociétés privées de transport routiers.
    Et depuis elle est devenu la première société française de transport routier !!!

    Ceci est une des raisons cachées, parmi bien d’autres, qui explique cette politique de sal..d.
    L’usagé trinque et le contribuable paye...
  • kitamissa (---.---.---.71) 11 mars 2011 18:11
    kitamissa

    primo la Sncf ne respecte pas le contrat qui la lie avec le client qui achète un titre de transport en ne respectant pas les horaires des trains !


    si j’achète un billet je suis un client !..et pas un usager !.....et le client à partir du moment où il achète un titre de transport,il y a obligation de la part de la SNCF d’honorer ce contrat ! il y a obligation de résultat .....heure de départ>>>>>>heure d’arrivée ...dans les conditions de sécurité et confort compatible avec le prix du titre de transport !

    et pas des retards quotidiens sur les dessertes de banlieue,et des retards de plusieurs heures sur les grandes lignes ! exceptionnellement, ça peut se comprendre ,il peut y avoir un évènement imprévu ! mais là,il ne se passe pas une semaine sans qu’il y ait un grave problème sur telle ou telle ligne avec des excuses faciles et jamais de la faute de la SNCF comme par hasard !

    il y a bien entendu les grèves à répétition ...

    alors comment s’étonner qu’une entreprise qui a du fret à transporter évite de la confier à la SNCF vu tous les risques encourus ?

    au moins par la route,on charge un camion au départ,et il arrive chez le destinataire directement ! alors que par le fer,il faut qu’un camion fasse l’enlèvement,l’apporte à la gare,décharge la marchandise pour la mettre au wagon,puis arrivé à destination,il faut qu’un camion fasse la manoeuvre inverse ! 

    alors oui,c’est plus rentable de prendre la voiture pour ses déplacements,on va de la porte du départ,à celle de l’arrivée et en sécurité ! et sans mauvaise surprise d’une grève quelconque !

    idem pour un commanditaire qui veut expédier du fret à bon port !


  • spartacus (---.---.---.78) 11 mars 2011 22:51
    spartacus

    SNCF : le déficit de productivité de l’opérateur historique explique que la concurrence se soit si vite imposée. Ce qu’a confirmé le rapport Grignon d’octobre 2010 sur l’avenir du fret ferroviaire :

     « S’agissant du positionnement de la SNCF vis-à-vis des acteurs privés, le rapport Bain indique que les coûts salariaux de la SNCF, pour l’exploitation, sont quasiment le double de ceux observés chez VFLI, filiale privée de la SNCF, en 2009 : 300 euros par journée de service productive, contre 167 euros pour VLFI. Par ailleurs, un tractionnaire Fret SNCF conduit en moyenne 160 jours par an contre 210 jours chez VFLI. (…) » 
     Comme le précise le rapport, « la durée et l’aménagement du temps de travail des cheminots sont fixés par un décret spécifique à la SNCF. Quant aux salariés des entreprises privées, leur temps de travail relève du code du travail complété par l’accord collectif de branche de 2007, élément de la future convention collective en cours de négociation, et qui ne s’applique pas à la SNCF. Cette différence réglementaire de régime de travail ne doit pas être confondue avec l’existence du statut des cheminots, qui porte, lui, sur des éléments du cadre social autres que le temps de travail : garantie de l’emploi, régime de retraite, évolution salariale… (…) » 
     Et le rapport de citer des observateurs qui « estiment que le statut de cheminot de la SNCF demeure globalement plus attractif que celui de salariés dans les entreprises concurrentes pour les raisons suivantes : l’emploi est de facto garanti à vie, la progression de carrière est assurée, le taux de la pension de retraite est avantageux, les cotisations sociales sont moindres que dans le secteur privé, et les avantages en nature liés à la carte de circulation sur le réseau SNCF ne sont pas assujettis à l’URSSAF. En revanche, la comparaison est plus difficile à établir entre les deux régimes s’agissant de la durée du travail et du salaire. » 
     Ce qui fait conclure au rapport Grignon que « la réforme du statut des cheminots constitue un problème de fond, car il existe un écart de coût entre la SNCF et les autres entreprises de transport ferroviaire, lié aux différences en matière de réglementation du travail, écart qui a un impact décisif sur la compétitivité de l’activité fret de la SNCF. »

  • loco (---.---.---.59) 12 mars 2011 00:54

     Bonsoir,

     selon un rapport........ 
    mais selon la règle en vigueur, un conducteur SNCF bénéficie de 110 jours de repos annuels auxquels s’ajoutent 10 jours fériés, et 28 jours de congés. Ce qui lui permet 217 jours de travail dont il convient de déduire au titre de la formation continue et de la surveillance médicale de son aptitude à la conduite 5 journées par an. Soit 212 jours de conduite.

    je ne parle pas de VFLI que je ne connais pas... mais si vous aimez prendre le service à 6h00 le premier jour, à quatre heures le lendemain, à 3h, puis 2, puis 23h30, (ah , c’est dimanche), les jours suivants, postulez, on cherche en permanence des idiots pour se taper ça et être traînés dans la boue.

    • spartacus (---.---.---.78) 12 mars 2011 08:46
      spartacus

      Un petit mot à propos de la CGT. Majoritaire au comité d’entreprise, elle bloque l’évolution du fret qui perd chaque année plusieurs centaines de millions d’euros s’acharnant à défendre la circulation de wagons isolés, et même à faire intervenir dans ce sens les parlementaires de gauche clientélisés à la fonction publique. 

      Question écrite n° 09925 de M. Michel Teston, socialiste de l’Ardèche le 6 août 2009… :  »si le trafic ferroviaire de wagons isolés semble en effet être structurellement déficitaire, il s’agit d’une activité essentielle pour le développement du fret ferroviaire dans une optique d’aménagement du territoire et de développement durable.">span>

  • rocla (haddock) (---.---.---.203) 12 mars 2011 07:57
    rocla (haddock)

    Ce qui fait conclure au rapport Grignon que « la réforme du statut des cheminots constitue un problème de fond, car il existe un écart de coût entre la SNCF et les autres entreprises de transport ferroviaire, lié aux différences en matière de réglementation du travail, écart qui a un impact décisif sur la compétitivité de l’activité fret de la SNCF. »



    Ecart de coût  que nos vigoureux ZEN et Gasty  viendront pédagogiquement  démontrer la pertinence .

    Merci par avance . 
  • spartacus (---.---.---.78) 12 mars 2011 08:47
    spartacus

    Il faut aussi enlever au temps de travail les jours de « mouvements sociaux » et de « grève réveillon ».

    Une vingtaine de jours par an....

  • kitamissa (---.---.---.71) 12 mars 2011 09:08
    kitamissa

    SNCF : Sur Neuf Cinq Fainéants !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !






Palmarès