Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > Un trafiquant d’arme, polyglotte émérite, était espérantophone dans (...)

Un trafiquant d’arme, polyglotte émérite, était espérantophone dans sa jeunesse !

L’Express a fait un article très détaillé sur Viktor Bout, trafiquant d’armes présumé (très très présumé..), dont la vie a inspiré le film d’Andrew Niccol « Lord of the war », et qui est détenu en Thaïlande depuis plus d’un an, après avoir été piégé par des agents de la DEA (anti-drogue des États-Unis).

 
1. Article de L’Express en ligne :
 
« Gamin, il manie les langues étrangères comme d’autres assemblent les Lego. A 12 ans, il parle le persan et l’espéranto. Il poursuit ses humanités à l’Institut militaire des langues étrangères, le vivier de l’espionnage soviétique, quand, en 1991, l’empire implose. "Et là, du jour au lendemain, toutes les armes entassées par l’Armée rouge* pour préparer la Troisième Guerre mondiale se sont transformées en de vulgaires marchandises", souligne Vadim Kozuline, professeur au Centre d’études politiques de Moscou. »
(* Le vrai nom est l’Armée soviétique)

« Cette semaine, Alla est partie rejoindre son mari à Bangkok, pour l’épauler avant l’audience décisive du 29 avril. En prison, il a appris deux nouvelles langues : le thaï et le sanskrit. »

Comme à leur habitude en matière de langues étrangères, les journalistes ne font pas dans la nuance : cet homme a vraisemblablement pu apprendre en prison quelques notions de base du thaï et du sanskrit, mais n’a probablement pas « appris deux nouvelles langues », pas plus qu’on apprend le russe en un mois, même si c’est marqué sur la publicité d’un manuel !

Il n’est pas encore fixé sur son sort, suspendu à la demande d’extradition des Étas-Unis, et plaide non coupable.

Loin de nous l’idée de lui chercher des circonstances atténuantes, mais, comme tout trafiquant d’armes, il pourrait plaider qu’il n’a fait que suivre l’exemple des grands pays - États-Unis, Russie, Grande Bretagne, France - exportateurs d’armes et de haute technologie (missiles, nucléaire civil et probablement militaire), qu’il a appliqué les principes sacro-saints de l’économie libérale à sa petite entreprise familiale - florissante et mondialisée... Qu’il a suivi à la lettre le dogme de la concurrence libre et non faussée, cher à notre Commission européenne !

Il pourrait même soutenir que ses ventes ont (peut-être) tué ou mutilé moins d’enfants que les mines antipersonnel dont certains pays refusent toujours de signer l’interdiction (Russie, EUA, Chine, Israël, Pakistan, pour ne citer que les plus industrialisés).

L’amoralité des États trouve toujours à se justifier, mais pas celle des particuliers, c’est bien connu depuis la fameuse formule, de Jean Rostand, sauf erreur :

Tuez un homme - vous êtes un assassin,
Tuez-en dix vous - êtes un monstre,
Tuez-en 1 million - vous êtes un conquérant,
Tuez les tous, et vous êtes Dieu !

De toute façon, il plaide non coupable...
 
2. Dans les forums espérantistes, certains messages semblent juger préférable de ne pas en parler, pour ne pas nuire au mouvement espérantiste, un peu comme on cache un secret de famille un peu honteux.  

Personnellement, je pense exactement le contraire : enfin nous avons un beau pourri qui parle espéranto ou l’a jadis étudié, un authentique criminel, un mafieux qui mène grand train dans le monde entier grâce au trafic d’armes ! De plus, c’est une vedette dans sa branche, une sorte de Robert de Niro du missile premier prix, depuis que Hollywood s’en est inspiré.

Le mouvement espérantiste existe depuis 120 ans et, bien que son soutien demande en général un brin d’idéalisme, doublé d’un solide caractère pour affronter les sarcasmes, il a dû avoir son lot de magouilleurs, voire de voleurs. Mais s’il y en a eu, ce ne furent que des magouilleurs à la petite semaine, des gagne-petit du crime ; et encore le mot "crime" est-il peut-être un peu fort, car nul ne se souvient d’un seul de ces besogneux de la délinquance !

Depuis des décennies que les médias colportent des clichés sur les espérantistes, qu’ils nous décrivent en somme comme des hippies attardés, des végétariens fanatiques, des babas cools qui gardent leurs chèvres, un pétard au coin des lèvres, des zozos un peu dépassés par la mondialisation, voilà enfin un espérantophone totalement moderne qui peut nous aider à nous défaire de cette image ringarde !

A l’heure des révélations en cascade sur les patrons rapaces et le capitalisme de chacals, qu’y a-t-il de plus moderne qu’un trafiquant international, amateur de haute technologie, un homme de son temps, pour qui transmettre un achat de missiles sol-air par téléphone-satellite est un jeu d’enfant ?

Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il nous faudrait dans le mouvement espérantiste d’autres criminels de ce calibre... mais un seul, ça nous place d’emblée dans le 21e siècle !

A la limite, ce serait mieux qu’il plaide coupable, de quoi faire la pige aux autres langues : l’anglais a son Madoff, et la finance dévoile ces temps-ci les noms de tellement de requins et de rapaces qu’on a du mal à suivre l’actualité...
 
De plus, les gens en général n’aiment pas la perfection, car elle est humiliante : face à un être qui serait parfait, on se sent minable, grossier, inachevé. Alors, ces espérantistes qui prétendent avoir la solution à la communication européenne ou mondiale, qui se targuent d’idéalisme et d’humanisme comme s’ils étaient le seuls à posséder ces qualités, qui s’étonnent qu’on ne reconnaisse pas plus vite la l’efficacité et l’élégance de l’espéranto, à leurs yeux évidentes, on comprend que ça puisse agacer.
 
Désormais, c’est fini tout ça, et si quelqu’un nous lance, très agacé :
— Vous avez la grosse tête ! Pour qui vous prenez-vous ? Vous vous croyez supérieurs ?
 
On pourra répondre :
— Mais pas du tout, regardez : Viktor Bout, le marchand d’armes, est espérantophone, je peux vous assurer qu’il n’est pas du tout idéaliste, et que son humanisme est très douteux...
 

3. Par contre, il y aurait beaucoup à dire que le fait que l’Express signale qu’à 12 ans il parlait l’espéranto.

Certes, c’est exact, et c’est dit sans malveillance aucune, sans l’ombre d’une allusion. Certes, cela n’occupe qu’une ligne d’un long article, par ailleurs passionnant et bien écrit, alors de quoi se plaint-on ?

Mais tout simplement que ce journal ne se souvient de l’existence de l’espéranto que lorsqu’un truand le parle !

Ou alors comme métaphore à tout faire pour journaliste en petite forme :
« En revanche, le langage des gestes, cet espéranto planétaire, situe avec éloquence le taux de popularité local du chef de l’Etat. » (du Congo)

« Fantômas lui avait appris, assurait-il, « la troublante éloquence du rêve, l’espéranto du silence. » (au sujet de Prévert)

Par contre, nulle mention dans l’Express en ligne, sauf erreur, des députées européennes espérantistes, des députés français qui soutiennent la demande de l’autoriser à l’école (en option au bac), de la liste EDE aux européennes qui le propose comme langue véhiculaire commune aux Européens (tout en gardant chacun sa langue et sa culture, of course), des chroniques de Jacquard à la radio, du Pr Reinhard Selten, prix Nobel d’économie (prix géré par la fondation Nobel), tête de liste EDE en Allemagne, de l’usage de l’Eo sur le site de la ville de Montpellier, ou pour les bateaux-mouches de Strasbourg, de la réception au siège parisien de l’Unesco, de son succès au festival des langues de Nankin... Bref, jamais aucune mention des progrès actuel et du nouvel élan de l’espéranto.

Jamais non plus aucun article sur la question de la communication dans l’UE. Le dernier que j’aie trouvé, toujours sur l’Express en ligne, c’est cet entretien avec Umberto Eco :

« Aucun pouvoir sur terre ne peut imposer une langue nationale ni une langue véhiculaire. Les langues sont en quelque sorte des forces biologiques. Indépendamment de cela, l’intérêt de l’anglais, c’est que, pour des raisons historiques ou même grammaticales, on peut plus facilement le martyriser que le français ou l’italien. Avec l’anglais, on peut donc parler pidgin et se faire comprendre. Et les anglophones acceptent tout. Peut-être que, dans un demi-siècle, ce sera l’arabe ou le chinois ! Mais, je le répète, comme je l’ai soutenu dans mon livre sur la recherche de la langue, on ne peut pas imposer une langue. La seule possibilité, c’est le polyglottisme sauvage ! »

Mais on a vu avec la crise financière que les experts et les spécialistes se trompaient tout aussi souvent que les autres, et l’intelligence incontestable d’Umberto Eco ne fait de ses déclarations que son avis personnel.

De plus, la démarche scientifique ne consiste pas à suivre un avis, aussi éminent soit-il (travers dans lequel la médecine est longtemps tombée), mais à expérimenter, à prouver. Or, à ce jour, l’UE refuse les malheureux milliers d’euros qui permettraient de vérifier que l’espéranto est très largement plus facile et plus rapide à apprendre que l’anglais ou le français, de tester sa fiabilité comme langue-pivot dans la traduction (tests de traduction et rétro-traduction après passage par la langue pivot).

Bref, peu me chaut qu’un criminel ait appris l’espéranto dans sa jeunesse. À la limite, ça banalise cette langue, ça détruit l’image ringarde que certains médias et certains « intellectuels » peu informés ou pleins de préjugés persistent à propager ; cela montre que l’espéranto existe aujourd’hui et existera demain, qu’il progresse. (Les cassettes pornos avaient soutenu le marché balbutiant des magnétoscopes, quand les appareils étaient très chers.)

Il est naturel que les médias citent incidemment que ce malfaiteur polyglotte fut ou est encore espérantophone, mais à la condition de ne pas boycotter toute autre information à son sujet, d’en parler aussi (et surtout) lorsque des citoyens honnêtes, anonymes ou connus, prennent position en sa faveur.

Les journaux régionaux maintenant rapportent sans manières les activités des associations locales ou les évènements ponctuels, mais le premier cercle des grands médias nationaux conserve un fonds de méfiance et de préjugés.


4. Soyons réalistes : à mesure que l’espéranto élargira son audience, la probabilité que des malfaiteurs l’apprennent augmentera !

A mesure que cette langue approchera de la « fina venko », c’est-à-dire de son usage large comme langue véhiculaire de l’humanité, ce pour quoi elle a été conçue, les locuteurs moins idéalistes se feront de plus en plus nombreux, et certains militants de longue date pourront légitimement regretter l’ambiance fraternelle et chaleureuse de la « movado » (mouvement) d’autrefois, comparable à la solidarité professionnelle que l’on peut ressentir dans de nombreux métiers, ou à la chaleur humaine de la vie associative.
 
Certes, je préfèrerais moi aussi que de grandes ONG réalisent enfin le potentiel de l’espéranto comme langue internationale et se mettent à l’utiliser en interne pour leurs équipes, mais il y a fort à parier que divers criminels se rendent compte eux aussi, un jour, qu’il leur est plus facile de commniquer en Eo qu’en anglais... Rien de ce qui est international ne leur échappe, ils savent utiliser la technologie la plus moderne, et le monde du crime s’est mondialisé bien avant la police et la justice !
 
Et comme l’a fait l’Express avec Viktor Bout et l’espéranto, je vous livre une info : certains trafiquants d’armes parlent anglais !
 
Qu’on se le dise, l’espéranto est une langue vivante, moderne, prometteuse, une langue d’avenir. La preuve : les grands malfaiteurs commencent à s’y intéresser !


Sur le même thème

Deux partis politiques français à découvrir
Qui combattra le tout-à-l'anglais aux élections européennes ?
La première semaine internationale sans anglicismes
800e anniversaire de Bouvine : Actualité d’un évènement fondateur de la France qu’il ne faut abandonner ni aux fascistes, ni aux euro-atlantistes !
Message à Martin Schulz sur le génocide culturel européen


Les réactions les plus appréciées

Réactions à cet article

  • Par Internaute (---.---.---.102) 12 mai 2009 12:55
    Internaute

    Pourquoi traficant ? On dit commercial ou vendeur. Quand le vendeur appartient à une grosse entreprise de ventes d’armes comme Thalès on le qualifie même du pompeux titre d’ingénieur commercial.

  • Par Lisa SION 2 (---.---.---.7) 12 mai 2009 13:06
    Lisa SION 2

    Krocodilo,

    " Loin de nous l’idée de lui chercher des circonstances atténuantes, mais, comme tout trafiquant d’armes, il pourrait plaider qu’il n’a fait que suivre l’exemple des grands pays - États-Unis, Russie, Grande Bretagne, France - exportateurs d’armes et de haute technologie (missiles, nucléaire civil et probablement militaire) « C’est amusant ce » nous ", il déclare le poids de la communauté sur l’individu.

    Tout le problème vient de là, l’espéranto devrait accompagner l’euro dans une loi salutaire pour l’Europe naissante. Mais, comme l’Europe n’est qu’une antenne de Washington, à la trappe cette langue européenne pleine d’espoir jusque dans sa dénomination. Un autre problème, vu l’impunité arbitrale que s’accordent les puissants entre eux, il ne fait pas de doute que c’est un petit parti ou une communauté confidentielle qui va emporter le poids du fardeau judiciaire...

    J’aime particulièrement votre sentence finale !Merci à vous. L.S. ( 2 articles aujourd’hui...)

  • Par eugène wermelinger (---.---.---.137) 12 mai 2009 13:26
    eugène wermelinger

    « traficants de tous poils, unissez-vous »

    1ère recommandation : tapez « lernu » sur Google.

    por Kroko : Vershajne pro la fakto ke mi estas oldulo, mi ne ŝatis tiun prezentadon.
    Kaj kial vi ne citis Tito ? 


    • Par Krokodilo (---.---.---.170) 12 mai 2009 14:11
      Krokodilo

      Tout simplement parce que j’ignorais que Tito avait été sympathisant. 

      Même si j’ai présenté ce sujet sous forme blagueuse, il est inévitable que le succès de l’Eo, lorsqu’il arrivera, son grand développement comme langue internationale, il ne pourra que gâcher la fraternité actuelle et la chaleur de la vie associative qui tu as certainement connue beaucoup plus que moi ; il deviendrait un simple outil commun à l’humanité et non cette aminda lingvo. Je n’ai d’ailleurs pas inventé ce débat, j’ai déjà lu plus ou moins la même chose je ne sais plus où. 
      Ceci dit, ce n’est certainement pas pour demain ni dans les proches années... même si l’UE se décidait à donner un coup de pouce, voire la Chine, tant l’inertie du système est grande en matière de langues étrangères. 
  • Par morice (---.---.---.235) 12 mai 2009 16:40
    morice

    J’ai du mal à vous suivre sur Viktor Bout . Oui, il est polyglotte, et alors ? Manier l’esperanto ne lui est d’aucune utilité : il est l’objet de bien d’autres tractations.... on souhaite l’échanger, comme je l’avais indiqué naguère. Bout ne sera pas extradé vers les Etats-Unis : c’est lui qui livrait leurs armes en Afrique pendant des années.

    • Par Krokodilo (---.---.---.33) 12 mai 2009 19:08
      Krokodilo

      Tout à fait d’accord Morice, je n’empiétais pas sur votre créneau favori, la géopolitique et les aspects militaires. Le vrai sujet, c’est l’espéranto à « banaliser » , et la manie de certains médias de n’en parler que lorsqu’ils cherchent une métaphore ou dans le cas présent dans le CV d’un criminel.

    • Par K (---.---.---.240) 13 mai 2009 10:12
      K

      Peut etre aussi que la capacite de cet homme a apprendre les langues lui vient de cette base en esperanto. Je ne connais pas dutout l’esperanto, mais ’auteur a developpe une fois un article disant que l’apprentissagede l’esperanto permet d’accelerer l’apprentissage des autres langues.
      Je ne suis pas specialiste sur le sujet, tout ce que je sais, je l’ai appris sur Avox...

  • Par Georges Yang (---.---.---.67) 12 mai 2009 17:26

    Disons que l’esperanto n’est pas ma préoccupation principale, j’admets cependant que l’on puisse s’y passionner. Par contre, je considère Viktor Bout comme un personnage captivant. Ce qui ressort de cet article, c’est qu’il n’y a rien d’anormal à s’intéresser à la langue, y compris l’esperanto et être un trafiquant notoire. Cela dit, comme le dit Cage à la fin du film, les pays honorables ont besoin de gens comme lui, pour faire non officiellement certaines opérations. Il y a eu un reportage très documente sur ARTE concernant Bout.

    Et puis on peut très bien concevoir des Nazis philatélistes, des pédophiles connaisseurs en brie et en Chambertin et des sarkozistes qui arrivent à comprendre un texte un peu complexe et sans fautes de français.

     

  • Par Remush (---.---.---.124) 12 mai 2009 17:40
    Remuŝ

    Très amusant, Krokodilo !
    Un militant d’extrême-droite (hé oui... espérantiste) me disait que le meilleur moyen d’avoir plus de membres était d’organiser un entraînement para-militaire dans les Ardennes, soit-disant dans le plus grand secret, mais en s’arrangeant pour en informer la presse.
    Ce serait malgré tout stupide pour un groupe terroriste international de communiquer en espéranto : il ne faudrait que quelques semaine à la police pour se mettre à jour.
    Bien que.. en utilisant la cryptographie, cela serait fort efficace.
    Qui dit que ce n’est pas fait ?

    Remuŝ

  • Par zelectron (---.---.---.64) 12 mai 2009 18:45
    zelectron

    @l’auteur
    Jean Rostand sauf erreur, lien : http://www.aufildemeslectures.net/?P=r&au=304

  • Par Xavier Faureste (---.---.---.30) 12 mai 2009 19:29
    XF

    L’express précise simplement que le marchand d’armes a appris l’espéranto, tout comme Il aurait très bien pu dire qu’il était ceinture noire de judo par exemple. Je ne crois pas qu’il y ait une quelconque arrière-pensée dans cette phrase. C’est simplement pour préciser que le type n’est pas le dernier des crétins puisqu’il est capable d’appendre des langues étrangères très facilement.
    Deuxième chose : Le fait qu’un marchand d’armes parle l’espéranto ne constitue ni un motif de honte ni un motif de fierté. L’espéranto est un simple outil de communication, sans culture et sans littérature. Ne véhiculant aucune valeur (à part le désir de devenir un outil linguistique international), cette langue ne peut pas inciter quelqu’un à devenir marchand d’armes ou bien moine chartreux.

  • Par Jean-paul (---.---.---.235) 12 mai 2009 21:11

    Article del ’Expres : A 12 ans il parle le persan et l’esperanto .
    Et voici que Krokodilo avec son obessession pour l’esperanto nous ecrit de nouveau un article .
    A quand un article de l’Express ou une pute parle l’esperanto ,alors la je serai heureux de lire l’article de Kroko pour bien rigoler .

  • Par L’enfoiré (---.---.---.177) 12 mai 2009 22:36
    L'enfoiré

    Krokodilo,
     Pourquoi avoir repris cet amalgame entre langues et emplois des armes ?
     Qu’est-ce que ça vient foutre dans le jeu de quille.
     On veut démonrer quoi ?
     Là on déconne à plein tube. Avis d’un belge, trilingue mais sans armes.

    • Par L’enfoiré (---.---.---.177) 12 mai 2009 22:38
      L'enfoiré

      Tout à coup, j’y pense. La notice d’entretien ou d’utilisation est en esperanto ?
      Kalachniko, ADMo ?

    • Par Krokodilo (---.---.---.7) 12 mai 2009 22:44
      Krokodilo

      La raison est dans le texte, peut-être pas vraiment apparente, mais elle y est ! 

      Disons qu’une partie du sujet concerne plutôt les espérantistes eux-mêmes, (après tout, personne n’est obligé de lire), tandis qu’une autre concerne un problème plus général d’autocensure : un média digne de ce nom ne doit pas citer l’espéranto uniquement comme repoussoir, ou comme métaphore péjorative, ou lorsqu’il est associé à un criminel, même si ça n’occupe qu’une demi-ligne de l’article.
  • Par Jovitourtiste (---.---.---.55) 13 mai 2009 07:14
    Jovitourtiste

    Ah, enfin un article sur l’espéranto ! Vous commenciez à m’inquiéter, vous savez. Êtes-vous remis de votre maladie ?

  • Par Asp Explorer (---.---.---.169) 13 mai 2009 23:44
    Asp Explorer

    Certes, certes. Néanmoins, du point de vue statistique, on peut tout de même considérer que l’espérantiste typique est un individu d’âge assez avancé, fonctionnaire ou retraité de la fonction publique, d’autant plus bienveillant à l’égard de l’humanité qu’il n’en connaît pas grand chose, et dégageant autant d’attrait sexuel qu’un iguane empaillé.

    • Par Remush (---.---.---.183) 21 mai 2009 18:26
      Remuŝ
      « du point de vue statistique, on peut tout de même considérer que l’espérantiste typique est un... »

      Si je comprends bien,vos statistiques sont basées sur un individu : le seul que vous connaissez. C’est un bon début : je croyais que vous n’en connaissiez aucun.
      Comme on peut se tromper !

      Remuŝ

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires