• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Une expulsion locative, ce sont des enfants dont les droits sont bafoués (...)

Une expulsion locative, ce sont des enfants dont les droits sont bafoués !

Il existe des familles maltraitantes et l’obligation pour la protection de l’enfance d’agir assez vite pour que les enfants puissent vivre dans la sécurité physique et affective.

Rien à redire là-dessus si ce n’est que bien souvent la loi n’est pas respectée et que des fratries sont séparées au mépris des textes alors que des solutions pourraient être recherchées.

Malheureusement il y a des placements censés protéger des enfants qui ne sont portant pas maltraités par leurs parents mais par la société.

C’est le cas des expulsions locatives….

Le tort des familles étant celui d’être pauvre ou de connaître des difficultés économiques graves.

Tous les jours et les cadences vont s’accélérer car les huissiers sont diligentés pour faire vite avant le début de la trêve hivernale, des familles sont expulsées.

Parfois ces opérations se passent dans la violence « légale » comme celle-ci :

« La famille DIASSIGUY avec 9 enfants, vivait cité GAGARINE, bât J, à ROMAINVILLE depuis 25 ans. Il y a eu un jugement fin 2014, mais ils ont réglé leur dette depuis. L’office HLM de Romainville a alors refusé de rétablir l’APL et a demandé l’expulsion ...
Pourquoi cet acharnement ? Pour faire peur aux locataires qui ont du mal à payer à la fin du mois, et faire passer en force le projet de démolition de 400 logements sur 730 ? Et reconstruire 800 logements privés pour faire un quartier “bobo” grâce à l’arrivée du métro ?
 
Mardi 13 octobre à 9h30, le commissaire et 40 gendarmes lourdement équipés ont chargé les habitants et les militant(e)s installé(e)s devant la porte, et qui se relayaient depuis 10 jours tous les matins. Ils ont blessé Mohamed BOUGHANMI Vice Président de SPOUTNIK (2 phalanges fracturées), l’association des locataires, matraqué et brutalisé tout le monde. Puis ils ont cassé les vitres de la porte d’entrée, ont enfoncé la porte du logement et les ont jeté sur le trottoir.
 
Cette violence qui s’est déchainée sur des personnes non violentes, des mères de familles, des responsables associatifs, des locataires, des enfants, sur ordre de l’office HLM de Romainville, et donc de la Mairie, est intolérable !! »

Que va-t-il se passer pour cette famille ?

Les pouvoirs publics, au lieu d’intervenir pour faire rétablir l’APL peuvent très bien demain demander aux travailleurs sociaux d’intervenir…. Avec un placement à la clé, placement qui coûterait cher humainement, socialement et financièrement.

IL FAUT METTRE FIN AUX EXPULSIONS SANS RELOGEMENT !

AEDE, Agir Ensemble pour les Droits de l’Enfant, collectif regroupant 56 associations a élaboré un document complet avec des préconisations, dont celles-ci :

– que la France considère réellement la corrélation entre précarité et protection de l’enfance, ceci en diligentant des enquêtes nationales à même de dresser un panorama le plus exhaustif possible de cette réalité ;

– que ces enquêtes permettent, en premier lieu, la construction d’une réflexion collective sur l’accompagnement et le respect des enfants vivant au sein de familles précaires ou dans la grande pauvreté ;

– que, en second lieu, les professionnels concernés, sensibilisés à cette réalité, bénéficient de formations leur permettant d’ajuster leurs pratiques en vue d’une meilleure prise en compte de ces publics ;

– que cette prise en compte soit à même de permettre de dispenser des aides matérielles appropriées aux familles accompagnées par les services de la protection de l’enfance afin que chaque famille concernée reçoive, en amont ou en parallèle de toutes mesures de protection ou de « placement », les prestations leur permettant de bénéficier d’un niveau de vie suffisant pour permettre l’épanouissement de leur enfant ;

– qu’elle permette aussi d’accompagner ces familles et de construire avec elles, en s’appuyant sur leurs ressources propres, les réponses à leurs difficultés éducatives ;

– que des programmes de médiation permettant de faire le lien entre ces familles éloignées de l’accès à leurs droits et les professionnels susceptibles de les aider soient également développés pour améliorer à terme l’accès autonome des plus précaires à leurs droits.

Pour avoir le texte entier de la conférence dont est tiré cet extrait, il vous suffit de cliquer sur le lien suivant

http://www.cnafal.org/wp-content/uploads/2015/10/Texte-pour-le-CNAFAL-droits-enfant-liens-familiaux.pdf

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 19 octobre 2015 10:37

    Jean François

    Le droit des enfants ?

    Leur défenseur n’existe plus preuve que tout le monde s’en fiche dans ce merveilleux pays


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 20 octobre 2015 10:10

      @C’est Nabum

      les marchands de sommeil ou de biens ou de locations insalubres SONT SOUVENT DES MARCHANDS DE BIENS ET AVOCATS D AFFAIRES ..................AUSSI ELUS NATIONAUX
      quand cessera ce jeu qui rapportent aux gros et doivent faire choisir les familles monoparentales entre LOGEMENT ET NOURRITURE !!!!!!!!!!!!!!!!!

      NOS EXPATRIES PARTANT VIVRE AILLEURS LE PROUVENT : LA FRANCE EST Le PAYS DES DEMIS SALAIRES ET DES DOUBLES LOYERS

      INDIGNONS NOUS !!!!!!!!!!!!!!!REVOLTONS NOUS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • aimable 19 octobre 2015 10:57

      pour beaucoup la pauvreté les met dans une situation de sable mouvant, si une perche ne leurs est pas tendue, tout le monde connais la suite .
      la perche seule ne suffit pas, car tout autour il y a encore d’autres sables mouvants , il faut donc leurs apprendre a les reconnaitre et a les éviter


      • Pauperes mundi Pauperes mundi 19 octobre 2015 13:11

        @aimable

        « il faut donc leur apprendre à les reconnaitre et à les éviter »

        Prendriez vous les gens en difficulté pour ânes ou des incultes ? Vous ne semblez pas être passé(e) par là pour dire ça avec autant d’aplomb.

        Si vous êtes de la France d’en bas, comme disait un certain gros con sous Chirac en parlant des pauvres (quel mépris !), dès que vous avez une difficulté, vous faîtes avec votre famille l’objet d’un vrai acharnement et vous ne pouvez quasiment rien y faire.
        On est bien loin de l’idée de pièges que l’on pourrait éviter, il existe depuis des années (et ça va crescendo) une chasse aux pauvres, aux chômeurs, aux sans-dents (encore du mépris) comme dit indignement notre carpette de président. La France se bouge pour remplacer la chemise perdue d’un salopard esclavagiste d’Air France, mais jette des familles entières à la rue.

        L’exemple cité dans cet article est clair : ces gens ont apuré leur dette et on les a tout de même expulsé de leur foyer ! C’est comme ça que ça marche, circulez rien à voir !  :

        https://www.facebook.com/sareem.bade/videos/10208354856414689/

        Vous disiez éviter ?
        Ou alors j’ai mal compris le sens de votre commentaire...


      • aimable 19 octobre 2015 13:56

        @Pauperes mundi
        a mon époque, pour les pauvres les paillettes n’existaient pas, ce qui évitait toutes tentations et nous étions conscients de notre situation et même si nous ne l’avions pas été , on nous le rappelait souvent pour être sur que l’on oublie pas , cela nous a donnée la niak ( nous nous sommes tous sortis de cette situation )
        je suis le 10éme de la fratrie et l’école était a 3 km a parcourir a pied 4 fois par jour et jusques mes 10ans il n’y avait pas de cantine .


      • aimable 19 octobre 2015 14:30

        @Pauperes mundi
        j’ ajouterai que les allocations familiales ne sont arrivées qu’en 1946


      • Pauperes mundi Pauperes mundi 19 octobre 2015 18:17

        @aimable
        Oui je vous l’accorde. Sauf que c’était un autre temps, presque la préhistoire, un temps où vous pouviez quitter un job et vous faire embaucher chez le voisin dans l’heure. Un temps où la télévision ne balbutiait que dans très peu de foyers, sans pubs agressives et sans incitations permanentes à consommer. Un temps où l’éducation nationale était encore de qualité, car ça compte aussi, voyez ce qu’elle est devenue.
        Vous ne pouvez reprochez aux gens le conditionnement dont ils sont les victimes. Un conditionnement d’ailleurs dont ne semblez pas être sorti totalement indemne non plus, car le conditionnement sévit à tout les niveaux, sur tous les aspects de la vie, jusqu’à ce que vous devez penser.
        Comparer votre expérience à ce que vivent les pauvres de nos jours est malhonnête car cela n’a rien à voir. Vous ne pouvez vous poser en étalon de référence, chaque cas étant particulier et aucun exemplaire, pour juger comme vous le faîtes. L’état aujourd’hui prend ses ordres à Bruxelles, vous savez cette entité monstrueuse qu’on appelle l’Europe, cette mafia, avec à sa tête actuellement le champion toutes catégories de l’évasion fiscale, Junker pour ne pas le nommer, une Europe qui prend elle ses directives à Washington et à Berlin, dont le seul baromètre et le seul moteur est le pognon des puissants. L’écart entre riches et pauvres n’a jamais été aussi important, et la moitié des richesses ne sont détenues aujourd’hui que par 1% de la population, ouvrez les yeux, s’il vous plaît. Depuis QU’ON NOUS IMPOSE CETTE EUROPE ULTRA LIBERALE, les gouvernements successifs, qui n’en sont plus que des sous-préfectures, n’ont de cesse de rogner les droits, droits civiques, du travail et de s’exprimer, et les libertés sauf celle de consommer, bien sûr, et ils y parviennent haut la main, merci Macron, merci la loi sur le renseignement aussi. À côté de çà Orwell fait figure de petit joueur.
        Et puis, de quelles paillettes parlez vous ? Encore un cliché qui veut que les pauvres sont pauvres parce qu’ils dilapident. C’est méprisant et malveillant de dire cela.



      • aimable 19 octobre 2015 20:00

        @aimable

        Pauperes mundi

        vous m’avez ouvert les yeux, parce que moi le dinosaure , par rapport aux enfant et aux ados de maintenant j’ai vécu une enfance et une adolescence confortable, j’avais une vie de riche sans le savoir
        maintenant je me sens beaucoup mieux, je ne peux que vous remercier .

        malgré tout , un pauvre reste un pauvre quelque soit l’époque , moi c’était la pauvreté presque dans la misère de la campagne et ceux d’aujourd’hui c’est la pauvreté dans l’opulence des villes


      • Pauperes mundi Pauperes mundi 20 octobre 2015 12:19

        @aimable
        Moi moi moi ! Vous n’avez que ça à la bouche. Vous ramenez sans cesse tout à votre personne, c’est indécent.
        Je vois le genre.


      • aimable 20 octobre 2015 13:13

        @Pauperes mundi
        oui monsieur , j’existe et cela vous dérange a priori 
         tout autre avis que le votre est indécent , vous n’êtes pas le centre du monde  !
        quant au genre pardonnez moi monsieur mais je ne voudrais être du vôtre


      • Pauperes mundi Pauperes mundi 20 octobre 2015 14:10

        @aimable
        Vous êtes peut-être âgé, vous n’en êtes pas moins un sombre crétin. C’est l’hôpital qui se fout de la charité là ! Votre aveuglement volontaire et votre mauvaise foi sont inouïs. Vos méthodes pour « débattre »et vos arguments sont ceux d’un facho.
        Et inutile maintenant de tenter de rameuter les loups d’AV, je n’ai pas dit que les autres avis que le miens sont indécents, mais juste LE VÔTRE et VOS arguments, ce qui devrait vous réjouir, vu votre nombrilisme, car il ne s’agit là que de vous.
        Allez, je vous laisse à vos gesticulations, et bises à Marine.


      • aimable 21 octobre 2015 08:17

        @Pauperes mundi
        je suis un vieux con ça je le sais et vous , vous êtes encore dans la jeunesse !


      • Pauperes mundi Pauperes mundi 21 octobre 2015 12:00

        @aimable
        Hou qu’il est chou ! Il y a pas mal de temps qu’on ne m’a pas traité de jeune !
        Encore une preuve que vous bavez sans rien savoir, avec des certitudes en carton, ça fait quand même 50 ans que je suis jeune, pauvre névropathe.
        Et encore plus que con, vous êtes surtout un petit fasciste frustré, le genre à dormir avec un flingue sous l’oreiller. N’est ce pas, Cher Adolphe ?


      • Garance 19 octobre 2015 11:17

        La recette imparable pour promouvoir sa cause ? 


        Prenez des mômes (même si ce ne sont pas les vôtres ) et mettez-les en têtes de gondoles

        Pour qu’ils pleurent et que cela fasse plus vrai : n’hésitez pas de les pincer ( vous leur expliquerez aprés que vous l’avez fait pour leur bien ( et aussi pour le vôtre )

        Chalot , encore admiratif du buzz fait avec le petit Elyan et des bénéfices que cela à généré

        1 million de migrants sur 3 ans....chapeau les artistes

        Chalot voyant que sa cause stagne a décidé de frapper un grand coup : 

        Lui aussi il va parler des mômes dont les droits sont bafoués....merde....y a pas de raison

        Ils se gênent pas ?

        Moi non plus j’vais pas me gêner d’en parler

        " Bon...alors voilà....c’était un pauvre gosse qui s’appelait Armand....l’avait pas de papa...l’avait pas de maman....C’ pauv’ gosse naquit dans la misère

        Aussitôt on lui demanda
        S’il voulait vivre avec sa mère
        Puisqu’il n’avait plus de papa

        C’était un pauv’ gars
        Qui s’appelait Armand
        Y n’avait pas d’papa
        Y n’avait pas d’maman

        Mais un jour pendant la têtée
        Trouvant la nounou un peu plate
        Il lui souffla dans les nénés
        Jusqu’à c’que la nounou éclate

        C’était un pauv’ gars
        Qui s’appelait Armand
        Y n’avait pas d’papa
        Y n’avait pas d’maman

        Son père disparut à treize ans
        Un soir dans la cour de l’école
        Alors qu’il jouait gentiment
        A la balle et à pigeon vole

        C’était un pauv’ gars
        Qui s’appelait Armand
        Y n’avait pas d’papa
        Y n’avait pas d’maman

        Sa mère qui avait la jaunisse
        L’avait r’filée à son amant
        Qui attendait l’moment propice
        Pour la repasser à Armand

        C’était un pauv’ gars
        Qui s’appelait Armand
        Y n’avait pas d’papa
        Y n’avait pas d’maman

        La seule fille qui en fut amoureuse
        Ne savait que garder ses moutons
        Elle lui r’fila la fièvre aphteuse
        Et c’est lui qui garda ses bo


        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 19 octobre 2015 11:42

          @ Môssieu Garance

          Comment pouvez-vous avoir le cœur à commenter chez Chalot alors que en ce jour de deuil national votre devoir d’ancien pilier serait d’aller dans les écoles pour apprendre aux jeunes à faire une passe sur un joueur lancé et à plaquer aux jambes ...

          Honte à vous :->


        • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter 19 octobre 2015 13:05

          @jesuispascontent

          Garance et moi préférons les bars aux mosquées et vous ?


        • rocla+ rocla+ 19 octobre 2015 12:16

          Il faudrait expliquer à ces parents de neuf , douze ou 15 enfants  et plus de faire le 

          nombre de petits qu’ ils seraient aptes à nourrir et éduquer sans compter 
          sur l’ Etat Français pour subvenir à leurs besoins . 

           



          • Henry Canant Henry Canant 19 octobre 2015 12:28

            @rocla+
            A la louche, c’est plus 1200 Euros d’allocs plus toutes les autres aides qui se rajoutent. Ils avaient largement de quoi payer leur cotisation à la CNAFAL.


          • mmbbb 19 octobre 2015 20:40

            @rocla+

            Les pauvres reviennent regulierement dans ce media et c’est le fond commerce de Chalot Il vit de subventions. Il est vrai il y a plusieurs decennies les pauvres arrivaient peut etre à mieux a vivre puisque la France avait une forte population rurale et que la vie etait plus simple  Quoi qu il en soit les pauvres font des gosses en surnombre et on une inclination a remettre l’education de leurs mioches a la societe C’est un peu facile est irresponsable Dans ce cas de cette femme qui a 9 gosses Chalot devrait lui dire a cette idiote qu il existe des moyens de contraception. Je deteste les pauvres ils n’ont pas grand chose dans le ciboulo Je le dis avec autant d’aisance que je suis issu d’une famille de pauvre la pauvrete materiel et surtout morale ne sont pas des vertus Qu ils fassent  moins de mioches le monde s’en porterait mieux.

             


          • armand 20 octobre 2015 11:57

            @rocla+
            "Il faudrait expliquer à ces parents de neuf , douze ou 15 enfants et plus de faire le  nombre de petits qu’ ils seraient aptes à nourrir et éduquer sans compter sur l’ Etat Français pour subvenir à leurs besoins .
            on ne parle pas spécialement de versailles.


          • Henry Canant Henry Canant 19 octobre 2015 12:17

            Chalot,

            Vous avez oublié d’écrire que s’ils avaient payé leur cotisation à la CNAFAL, ça ne serait pas arrivé.
            Vous auriez du également mettre un bordereau d’adhésion.

            • soi même 19 octobre 2015 16:00

              Au lieux de nous bassinez avec tes propos de vieux débris marxiste , va court breveté ton intellectualisme, il est en passe d’être doublé !


              • Qaspard Delanuit Qaspard Delanuit 19 octobre 2015 19:27

                Au-delà de 3 enfants, toutes les aides devraient être supprimées ou bien le cas du couple de lapins humains doit être considéré comme relavant de la psychiatrie. Si tout le monde se reproduit comme dans cette famille (en plus sans être capable de se payer un domicile), vous imaginez la catastrophe dans 30 ans ?? Avoir 1 ou à la limite 2 enfants est encore raisonnable ; 3, c’est déjà irresponsable par rapport à la démographie mondiale. 4 enfants c’est aujourd’hui un début de crime contre l’humanité.


                • mmbbb 19 octobre 2015 20:43

                  @Qaspard Delanuit C est l’evidence mais souvent les evidences sont difficiles à admettre 


                • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 19 octobre 2015 21:50

                  Malheureusement, il fut un temps où la France était un état de Droit et même de Droit écrit. J’ai l’impression que c’est de moins en moins le cas. Le pouvoir exécutif ne respecte les lois que lorsque cela l’arrange. Il diminue les droits d’intervention des juges prudhommaux. Il ne poursuit que rarement les patrons-voyous. Il détruit les camps des Rroms sans attendre l’ordre des juges. La justice de classe s’étale de plus en plus dans les médias. Oui, ce sont toujours les plus faibles qui paient pour les autres, alors pensez, les enfants...surtout les enfants de pauvres...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires