• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > USA : combien la mort (escamotée) d’un général est révélatrice... (...)

USA : combien la mort (escamotée) d’un général est révélatrice... d’un embarras certain

On n'a pas encore tout dit sur l'ère Bush (senior) alors qu'on a failli le déclarer mort la semaine dernière. Mais l'annonce de le décès de son général en chef de l'opération "Desert Storm" apporte une lumière plus crue sur ce qu'a été cette guerre contre l'Irak, arrêtée à un moment où Saddam Hussein pouvait être définitivement vaincu, arrêté et jugé. Le décès de Norman Schwarzkopf, bien entendu célébré au départ comme un héros par une presse qui s'évertue à tresser des légendes (le général Petraeus en étant le plus bel exemple ces derniers temps * !) sans faire de révélations, semble pour autant libérer davantage la langue de bois qui a eu cours durant des années sur ce qui s'est réellement passé durant cette campagne de la meilleure armée du monde contre un pays exsangue, laminé des années auparavant par une guerre atroce de tranchées, digne de 1914-1918, qui avait tué un nombre considérables de ces soldats. Schwarzkopf est mort dans une certaine indifférence... justifiée, à vrai dire. Le célébrer à nouveau, aurait en effet consisté à raviver de sérieux doutes sur une campagne pour le moins condamnable dans sa conduite, malgré les crimes reconnus de Saddam Hussein. Revenons donc ici-même sur les points pour lesquels les américains n'ont pas souhaité trop reparler des "exploits" du général Schwarzkopf... 

1) Saddam Hussein s'était fait piéger :

Les satellites espions et les U2 américains avaient bien vu les chars irakiens se masser devant le Koweit : Saddam devait au Koweit 80 millions de dollars prêtés pour sa guerre contre l'Iran et n'avait pas les moyens de les rembourser. Il avait donc décidé d'attaquer le Koweit et d'aller se servir directement à la pompe, mais il craignait alors que les USA lui barrent la route. C'est là qu'entre en jeu l'ambassadrice April Glaspie, qui lors d'un entretien en date du 25 juillet 1990 se fait très vite sonder par Saddam sur ce qu'en diraientt les USA, s'il envahissait le Koweit. Celle-ci lui répond alors que "nous n'avons pas d'opinion sur les conflits arabo-arabes, comme votre différend frontalier avec le Koweït." ce qu'il prend le soir-même comme un signal de non-ingérence. Une semaine après il envahissait le Koweit, du du 2 au 4 août 1990, ce qu'attendaient les USA pour le faire condamner dès le lendemain à l'ONU, réunir une coalition pour ne pas paraître les seuls à vouloir le contrecarrer. Six mois plus tard, le temps de réunir l'armada américaine, débute Desert Storm. Saddam Hussein s'était fait piéger, et il le sera doublement, une campagne de presse l'attaquant aussitôt aux USA en insistant sur les exactions sur son propre peuple (ce qui n'était pas difficile à démontrer, tant sa dictature était brutale). Triplement piéger, même, car du 9 juin au 4 août 1990, l'armée américaine avait mené en douce une énorme opération de simulation de guerre, "Internal Look 90" conduite à Hurlburt Field, et Duke Field (en Floride) spar l'US Central Command (CENTCOM), dont le théâtre virtuel d'opération se situait... au Koweit. La date où se temrinait l'exercice aux USA coïncidait à la fin de la phase d'invasion réelle par Saddam du Koweit !

2) le presse parle (enfin) de "Blitzkrieg" à la Hitler pour "Tempête du Désert" :

La guerre fut brève (à peine 100 heures de combats au sol) mais terrible. "Dans l'opération Desert Storm, le général Schwarzkopf a orchestré l'une des victoires les plus déséquilibrées dans la guerre moderne, une guerre éclair de six semaines d'une large coalition des forces d'une supériorité aérienne écrasante qui a libéré le minuscule Koweït de l'occupation irakienne, mis en déroute la Garde républicaine de Saddam Hussein et pratiquement détruit l'infrastructure de l'Irak le tout avec des pertes alliées relativement légères" résume parfaitement le New-York Times. En résumé, les troupes de Saddam Hussein on été laminées par une puissance de feu sans précédent, que leur réflexe de s'enterrer hérité du conflit précédent avait accru : l'armement de Saddam était un armement lourd, fait de chars dépassés et de canons tractés difficilement manœuvrables (à part les auto tractés français !) et la vision stratégique de ses généraux bien trop statique pour pouvoir résister à un assaut en mouvements rapides ou l'aviation et les hélicoptères d'attaques (travaillant en liaison étroite avec des Harriers à décollage vertical). Les chars lourds )- dont beaucoup semi-enterrés étant décimés par les Thunderbolt à obus à uranium ou les C-130 Spectre à canon embarqué de 105 mm. Saddam Hussein n'avait pas les moyens de son ambition, tout simplement. Ce ne fut pas une guerre, mais un carnage véritable. Face aux irakiens, l'US Air Force "lévera" à elle seule 251 F-16, 148 A-10 Thunderbolt, 42 F-117, 48 F-15E et 66F-11(un F-117 valant 3 Thunderbolt au point de vue prix ; au bilan final on découvrira que le coût du F-117 était prohibitif -106 millions de dollars à l'achat- par rapport à ses résultats véritables , les avions plus conventionnels faisant mieux que lui !), sans oublier les appareils de la coalition (2250 au total !).

3) à vaincre sans péril...

A partir de là, Schwarzkopf pouvait difficilement après passer pour un "héros", à battre sans coup férir une armée largement inférieure à celle rassemblée par les Etats-Unis (et à laquelle la France à participé, rappelons-le.... l'aviation française ayant failli se confronter aux mêmes avions qu'elle et aux pilotes qu'elle avait formés !!!). On a donc encensé le général, faute de vrai, indique méchamment le NYTimes : "gagner la guerre éclair n'a jamais été mise en doute et en aucun cas comparable aux traumatismes de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée, qui ont fait d'Eisenhower et de MacArthur des héros nationaux et des candidats présidentiels. Mais un conflit comme le Vietnam et la guerre froide n'avaient pas produit pas de tels héros, et Schwarzkopf, un général peu connu, a été couronné de lauriers comme étant le vainqueur dans une guerre populaire contre un dictateur brutal." Le NYT allant plus loin encore dans le rabaissement des qualités du disparu (ou la perfidie !) en rappelant deux lignes plus loin sa pitoyable parade dans la capitale, digne de celle de Lindbergh ou des cosmonautes de retour de la Lune, indique le journal... parade organisée pour les opérations sur la Grenade, souhaitées par Reagan, qui avaient vu une armée monumentale s'emparer d'un ilôt sans aucune résistance... Le pauvre général, glorifié pour s'être battu contre rien, et placé sur orbite par le staff média des neo-cons sera manipulé.... et poussé lui aussi à la candidature présidentielle, pour laquelle il ne montrait aucune appétence, loin de là... "Quelques semaines plus tard, le général quatre étoiles est devenu un phénomène médiatique et marketing. Trois mois après la guerre, il avait signé un contrat de 5 millions de dollars avec Bantam Books pour les droits mondiaux sur ses mémoires, « Il ne se prend pas pour un héros », écrit avec Peter Petre et publié en 1992. Herbert Mitgang, qui avait examiné le livre pour le New York Times, avait qualifié de "projet de service d'abord l'histoire" (en France on ne traduira même pas le titre original, tout un signe !). "Le général Schwarzkopf, » écrivait-il, « se présente comme un soldat professionnel fort, un Patton avec une conscience." Mais tout ne s'est pas noyé dans la vague d'approbation, les critiques ont noté que les forces aériennes énormes du général, maritimes et terrestres avaient accablé un pays ayant l'équivalent du produit national brut au Dakota du Nord, et que, malgré que les ponts, les barrages les centrales électriques de l'Irak, avaient tous été rayés de la carte, et des dizaines de milliers de ses soldats tués (contre quelques centaines de victimes alliées), Saddam Hussein avait été laissé au pouvoir". Le pauvre subissant plus tard une deuxième charette de critiques encore plus virulentes : "des livres d'après-guerre, des reportages et des documentaires - un flot d'informations que le général avait limité pendant la guerre - ont montré que la plupart des gardes d'élite de l'Irak républicain, dont la destruction avait été un objectif des planificateurs de guerre, avait échappé à un assaut mal coordonnés et aux agression armées, et n'avaient pas été poursuivis en raison de la décision du président Bush de mettre fin à la guerre au sol au bout de 100 heures de combat"... Schwarzkopf avait triomphé sans (aucune) gloire...

4) le bouclage des médias pendant le conflit et manipulation :

Cette guerre-éclair inaugurait aussi une autre façon de traiter l'information. Pour les généraux US, la guerre du Viet-Nam avait été perdue... dans l'opinion publique, à force de montrer les exactions commises, comme celle de MyLai, dont la lenteur a être reconnue avait sérieusement plombé la confiance que la population US mettait jusqu'ici dans ses soldats et leurs commandants. Prévenus des retombées catastrophiques que pouvaient avoir certaines images dérangeantes, les généraux US avaient donc décidé de verrouiller toutes les communications pendant leur opération. Pour ne pas se retrouver devant des écrans totalement vides, ils inventèrent donc une nouvelle espèce de journaliste : "l'embedded" (**), le journaliste embarqué qui acceptait de signer un papier ne l'autorisant pas à utiliser ses images autrement qu'avec l'accord des militaires US. Résultat, on n'aura droit qu'à une guerre extérieurement propre, même si les pires crimes de guerre s'y produisaient. Les journalistes deviendront les jouets d'une politique, se faisant piéger dès le départ par la diffusion d'un hoax complet prétexte à l'invasion du Koweit, celui des bébés jetés à terre par les troupes sanginaires de Saddam. Un faux complet, l'infirmière (Nayrirah, âgé de 15 ans !) ayant révélé les faits, éplorée devant les caméras, étant la propre fille d'un émir de la famille royale régnante... (elle avait été particulièrement "brieffée" par Michael Deaver, l'ancien conseiller en communication - ou plutôt en coups tordus- de Ronald Reagan, grand amis des dictateurs d'Amérique du Sud, et très certainement membre lui-même de la CIA ***) : "Trois mois se sont écoulés entre le témoignage Nayirah et le début de la guerre. Au cours de ces mois, l'histoire des bébés arrachés à leurs incubateurs a été répété maintes et maintes fois. Le président Bush a raconté l'histoire.  Il l'a défini comme un fait dans son témoignage au Congrès, à la télévision et à la radio, et au Conseil de sécurité de l'ONU. « De toutes les accusations portées contre le dictateur », MacArthur a observé, « aucun n'a eu plus d'impact sur l'opinion publique américaine que celle sur les soldats irakiens pour retirer 312 bébés de leurs couveuses et les laisser mourir sur le sol froid hôpital de Koweït City." Heureusement qu'il y a aura John Stewart plus tard (pour la campagne du fils Bush) pour nous en dérider.... en moquant les mises en scènes ridicules de l'armée US !

5) L'invention du mythe de la guerre propre :

Parmi les mensonges répétés à l'envi par Georges Bush Senior et son staff militaire, celui du concept de "guerre propre" fera florés et sera repris avec insistance par les médias. En résumé, les bombes guidées au laser larguées par les avions furtifs étaient prétendues tellement "intelligentes" qu'elles ne se trompaient jamais de cible, et tombaient toujours pile au bon endroit. Pour le prouver, on ira même parler d'exploit avec un coup au but assez extraordinaire ; celui de réussir à bombarder un quartier général de Saddam réalisé par un F-117 ; ayant réussi à viser un conduit d'aération... pour atteindre les sous sols du bâtiment, à deux reprises ! L'endroit était situé à Amiryah en banlieue de Bagdad. Une première bombe effectivement réussira à atteindre les sous-sols pour tout dévaster sur son passage en explosant... suivie d'une seconde ayant pris le même chemin (quelle précision !), volatilisant ainsi... des dizaines d'enfants réfugiés dans ce qui était en fait un abri de fortune répertorié et connu contre les bombardements. Les rapports du nombre de civils tués dans le bâtiment - plus de la moitié étant des enfants - varieront atteignant jusque 500 parfois (Wikipedia en recense 408). Il était devenu impossible de les compatbiliser, de toute façon, les corps étaient tellement brûlés et fondus ensemble : on ne saura jamais le chiffre exact de morts sur place. Se rendant compte de l'erreur, les américains feront dans le cynisme le plus complet. Dick Cheney, le secrétaire américain à la Défense, déclarera de façon honteuse devant les micros que : « Saddam pourrait recourir à cette pratique de plaçer délibérément des civils en danger." : le brigadier général Richard I. Neal ajoutant cyniquement que "d'un point de vue personnel, je suis scandalisé que des civils puissent avoir été placés dans une situation dangereuse, et je blâme les dirigeants irakiens de l'avoir fait"... des propos tout aussi honteux !!! Le responsable du tir sur l'abri était Charles E. Allen, de la CIA, alors le responsable du "National Intelligence Officer for Warning", qui n'avait en fait en rien vérifié l'objectif visé. Human Rights Watch l'avait pourtant noté dès 1991 : "Il est désormais bien établi, à travers des entretiens avec les habitants du quartier, que la structure Ameriya a été clairement identifiée comme un abri public et a été utilisé tout au long de la guerre aérienne par un grand nombre de civils". Etrangement, c'est le même Allen qui avertira fort tardivement, en 2008, du danger que représentait Anwar al-Awlaki, alors que ce même al-Awlaki avait déjeûné en 2000 à l'Office of Government Counsel, c'est à dire au Pentagone même .. l'individu avait même été interrogé par le FBI la semaine qui avait suivie les attaques, car il était en relation avec Nawaf al-Hazmi, Khalid al-Mihdhar et Hani Hanjour. Trois des pirates de l'air censés avoir été à bord du vol 77... celui-là même qui avait visé le Pentagone ! Autre étrangeté, dans la liste officielle des corps retrouvés dans le bâtiment ne figurera aucun nom arabe... et donc pas les corps des trois terroristes annoncés. Offiiciellement, Anwar al-Awlaki a été depuis déclaré mort tué par un drone, au Yemen, après avoir été vainement "recherché". Lors du tir du drone serait mort avec lui Samir Khan, l'éditeur du magazine "Inspire", d'Al-Qaida, tiré sur papier glacé... aux Etats-Unis ! Le premier à en parler étant Ben Venzke, d'IntelCenter, soupçonné depuis toujours d'être l'annexe de la CIA : on ne sort pas de la complète manipulation !

6) l'usage de nouvelles armes et de nouvelles tactiques

Une guerre, c'est une aubaine comme terrain d'essais pour les fabricants d'armes. La guerre du golfe reste celle du F-117, avion furtif déjà parti au musée et de ses bombes guidées, pour sûr, mais aussi celle du "tueur de chars", concept emprunté au Henschel 129 allemand, doté d'un réservoir à obus grand comme une Wolswagen et des obus à l'uranium perforant n'importe quel blindage. Mais aussi ce conflit a fait apparaître des véhicules nouveau, tels ces "buggies" des sables appelés FAV (pour Fast Attack Vehicle, devenus des Desert Patrol Vehicle (DPV)), construits par Chenowth, empruntés aux surfers californiens et transformés en véhicules rapides de reconnaissance. Légers car démunis de carrosserie et de blindage, armés d'une mitrailleuse lourde (50 mm) ils ont rendus de fiers services, déposés partout par hélicoptères. Beaucoup serviront à emporter des illuminateurs laser terrestres pour cibler des objectifs aux avions bombardiers (on les retrouvera en Afghanistan en 2003). L'autre "roi" de Desert Storm étant l'hélicoptère d'attaque Apache, déployé pour la première fois en masse, un concept imaginé par les français en Algérie qui seront présents sur place avec leurs "Gazelle".  Les obus "intelligents" guidés par radio type MLRS, à sous-munitions, furent aussi de la partie (on en tirera 17 500 (!) de même que les salves de Tomahawks tirées de sous-marins ou de navires de surface. Les vestiges des obus à l'uranium radioactif jonchent toujours des portions entières de désert, tout n'ayant pas été ramassé depuis. Mais cette guerre aux besoins gigantesques fut aussi celle de l'intendance, avec un appel pressant aux compagnies privées, l'armée US manquant alors de transporteurs lourds (le Galaxy étant alors en pleine refonte et le C-17 trop "court" en allonge). Des sociétés liées à la CIA comme Evergreen avec ces 747 cargos y réaliseront des fortunes (350 opérations seront menées, 1146 heures de vol seront réalisées au Koweit). Le début évident d'une privatisation de la guerre. Les avions d'Evergreen se posant à Sharjah, aéroport géré par le Sheikh Abdullah Bin Mohammed Bin Ali Bin Abdullah Al Thani, membre de la famille royale Al-Thani du Qatar. A Sharjah Les troupes US utiliseront les mêmes pistes que les vieux Antonov d'un certain Victor Bout  : le début d'une autre longue histoire... (les avions de Santa Cruz Airlines et Santa Lucia Airways de Bout ayant beaucoup œuvré durant la guerre Iran-Irak, dont un Boeing 707 aperçu à Lille-Lesquin, en France, le 24 juillet 1985, en allant même jusqu'à transporter de la poudre à canon à bord !). Le dernier point étant en plus du matériel l'apport de troupes de mercenaires, engagés spécialement par exemple pour la protection personnelle des généraux lors de leurs déplacements, comme ici pour le général au sortir d'un hélicoptère (ou ici d'un Gulfstream). Sans oublier les coûteux déplacements en jet, dont ses successeurs abuseront dans des proportions inavouables (pour se faire sacrer chevaliers du Tastevin, par exemple)....

7) les atrocités commises (et cachées), et les batailles inventées

Amiryah n'a pas été la seule bavure pendant cette guerre. Lors des attaques, l'arsenal employé pour vaincre les troupes au sol de Saddam Hussein a comporté du napalm, de retour dans un conflit, aussi bien que des bombes au phosphore, interdits tous deux pourtant par les conventions de Genève. Mais un général particulier va se singulariser, en pratiquant un art de la guerre bien à lui. BarryMcCaffrey, qui, pour attaquer des troupes irakiennes enterrées en tranchées, va réaliser une première, avec une charge de chars munis de socs avant de nivellement (anti-mines), qui vont enterrer vivant les soldats passés sous leurs chenilles. Le même Caffrey s'illustrant plus tard, à la fin de la guerre, en faisant bombarder une colonne de blindés qui venait de se rendre, et ce, deux jours après la fin officielle des combats ! Les témoignages réunis après par Seymour Hersh dans le New Yorker étant accablants : "Après que le cessez-le-feu ait été déclaré, les Irakiens se retirant avait repris la route en toute sécurité. Beaucoup avaient jeté leurs armes. Des chars avaient été chargés sur des camions avec leurs canons tournés vers l'arrière. "Certains des chars étaient en formation de voyage et leurs armes n'étaient pas dirigées en position de combat," a déclaré le Sgt. Stuart Hirstein du bataillon de renseignement militaire 124e. Le 2 mars, au fond de l'Irak, une colonne de cinq miles de long d'Irakiens en retraite a approché le pont jeté sur le lac Hammar, près des champs de pétrole de Rumailah à l'ouest de Bassorah. Droit sur les lignes que les forces américaines avaient déployées, situés juste en face de la ligne de retraite. McCaffrey a ordonné une attaque dévastatrice. Les forces militaires américaines des Marines avec des hélicoptères d'attaque Apache et des tirs d'artillerie, ont attaqué la colonne irakienne sur la route, et les ont pilonné pendant cinq heures avec des vagues successives de bombes, de blindés, d'artillerie et des attaques de missiles. Au moins 400 Irakiens ont été tués. Quelque 700 chars irakiens, des véhicules blindés et des camions ont été détruits. Parmi eux se trouvait un bus de civils et d'enfants qui a été touché par une roquette. Aucun coup de feu n'a été tiré sur les forces américaines, et il n'y a pas eu de blessés de combat américains (...) Le massacre des Irakiens sans résistance et les décès d'enfants profondément troublé de nombreux soldats américains. Un sergent de peloton a fait remarquer : « Nous avons soufflé un bus rempli d'enfants. Un officier du bataillon de renseignement militaire 124e a déclaré qu'un commandant de char irakien capturé a demandé à ses interrogateurs américains à plusieurs reprises : « Pourquoi nous avez-vous tués ? Tout ce que nous faisions, c'était de rentrer à la maison". BarryMcCaffrey, était-il devenu ce jour-là un criminel de guerre ? Sans hésitation !

Un soldat du Scout platoon du 27th Battalion of of the 1st Brigade, James Manchester, résumera ainsi l'acte de guerre en la qualifiant de "rien d'autre qu'un putain d'assassinat". Un crime de guerre toujours impuni à ce jour, dira-t-on. Le photographe Peter Turnley parvenu sur place réussira à faire quelques clichés du massacre, dont les traces furent rapidement nettoyées. Un de ces clichés marquants montrera un soldat US en train de vomir devant le monstueux spectacle, avec au premier plan un cadavre carbonisé. Le lieutenant-général américain Ronald H. Griffith avait déclaré au journaliste d'investigation Seymour Hersh, « C'était juste un tas de chars dans un train de véhicules (transportés par camion semi-remorque), et Barry McCaffrey en a fait une bataille. Il en a fait une bataille alors que ça n'a jamais été le cas". McCaffrey ayant raconté que ses troupes s'étaient faites tirer dessus, ce qui n'avait pas été le cas. Le 26 février qui précédait, c'était la route menant à Bassorah qui avait subi le même sort : là, un amoncellement incroyable de véhicules en majorité civils qui fuyaient le Koweit pour rejoindre l'Irak avait été pareillement attaqué. Des avions Thunderbolts et F-16 avaient d'abord bombardé, les fuyards des véhicules étant tirés comme des lapins par des hélicoptères Apache. Là encore, les photos prises après l'assaut avaient été dantesques. Un carnage gigantesque. L'endroit sera surnommé juste après "l'autoroute de la mort". Pour ajouter encore au tableau, Mc Caffrey sera aussi cité comme ayant fait tuer des soldats irakiens faits prisonniers. "Une autre note a été rédigée par le lieutenant-général à la retraite James Scott, actuellement directeur du programme de l'Université de Harvard pour la sécurité nationale. Scott a dit qu'Hersh a parlé de l'information comme quoi des prisonniers de guerre irakiens avaient été tués à la base aérienne de Tallil par des membres de la 24e division, et que l'armée l'avait couvert. Hersh a également soutenu que McCaffrey "avait détruit la carrière de nombreux officiers » et était « universellement détesté," a dit Scott Remnick dans une lettre." Ce criminel de guerre, car ça en est un véritable, court toujours.... ou pire encore : il est présent partout. 

8) l'arrivée des profiteurs de guerre et des militaires "experts" :

Cette guerre qui ne voyait qu'une seule parole sortir sur les écrans, via les journalistes embarqués, avait aussi amené une nouvelle espèce d'individu sur les plateaux TV : les fameux "conseillers militaires", en réalité la plupart du temps des généraux en retraite venus arrondir leurs fins de mois, malgré leur retraite généreuse. Le 16 janvier, lors des premières attaques sur Bagdad, la TV US avait diffusé les bombardements en direct. Les militaires avaient attendu l'heure des grands journaux TV pour attaquer ! CNN débutera ainsi la première retransmisssion de guerre 24 heures sur 24 ! Etrangement, alors que tous les journalistes seront expulsés, CNN restera seule à émettre du Rashid Hôtel de Bagdad sans être inquiété ; la raison en étant qu'un des présentateurs, Peter Arnett, effectuait des reportages plutôt fûtés, dénonçant les bombardements sur les civils en particulier : il sera accusé d'antipatriotisme (Saddam Hussein avait lui tout compris aux médias US) ! En réaction, pour brieffer les "embedded", le Pentagone ira jusqu'à pondre une procédure appelée Annex Foxtrot, spécifiant ce qui pouvait être dit ou pas sur les écrans ou à la presse. Si pour Desert Storm peu de généraux participeront à des plateaux TV par méfiance, ces mêmes généraux se recycleront tous en 2003 dans le "conseil d'experts". Ainsi le Col. John Warden, ancien "Air Force's deputy director for strategy, doctrine and warfighting" de 1991, qui deviendra expert chez PBS, plus toute une floppée d'anciens étoilés, parmi lesquels on retrouvera le véritable boucher de la Guerre du Golf : BarryMcCaffrey, prônant toujours la même chose : écraser l'adversaire (même quand il se rend, ce qu'il avait fait !). Associé à une firme privée, il en profitera pour faire la publicité pour ses nouveaux employeurs, dont la société de mercenaires Dyncorp : "Defense Solutions, pour obtenir plus facilement des passages à l'antenne, s'était offert en 2007 les services du général en retraite Barry McCaffrey en qualité de "consultant" : or il travaillait déjà lui-même comme "expert" militaire chez NBC et était déjà membre de la table d'administration de DynCorp. A peine entré chez DS, McCaffrey envoyait une proposition à... Petraeus (****), avec qui il avait travaillé jadis et qui était devenu un de ses amis, offrant 5000 véhicules des pays de l'Est pour réarmer l'Irak en ces termes : "Aucune autre proposition est plus rapide, moins coûteuse, ou plus sûre de réussir, disait-il" affirme le New-York Times, prouvant par la même l'implication directe de Petraeus dans cette histoire..."

Le relais étant ainsi passé, d'une guerre à l'autre, en 2003, et d'un père à un fils ayant jusqu'alors vécu dans son ombre. On comprend donc très bien, à la lecture de de résumé atterrant de la Guerre du Golfe, pourquoi la disparition du général en chef de cette guerre "Stormin' Norman" a été escamotée de l'autre côté de l'Atlantique comme ici en Europe. Ce général sans aucune envergure avait installé les germes d'un virus qui mène aujourd'hui l'armée américaine à sa débâcle obligatoire, avec des généraux qui veulent toujours d'avantage d'armes sophistiquées coûtant des milliards, alors que tous les conflits récents sont des guerres de proximité où les armes conventionnelles et individuelles prédominent. L'asymétrie des conflits ils ne l'ont toujours pas comprise, en s'évertuant par exemple à construire une danseuse inappropriée comme le F-35, après avoir créé celle du V-22 Osprey. Il ne savent plus que manipuler les opinions pour arriver à leurs fins, qui se résument à la gloire, grâce à des criminels de guerre devenus consultants TV, à un statut de star médiatique, ou à un enrichissement personnel. Bref, on a enterré sans honneurs particuliers celui qui a estampillé de son cachet tout un système militaire qui est aujourd'hui un échec patent. Schwarzkopf vient de partir direct dans les poubelles de l'histoire, sans tambours, ni trompettes. Sur la fin il avait pourtant eu un éclair de lucidité vis à vis de la guerre décidér par "Junior" : « En dernière analyse, je pense que nous avons sommes en retard.. Je pense que nous n'avons pas compté que cela puisse se transformer en djihad (guerre sainte)", avait-il déclaré dans une interview à NBC... Pas sûr que dans l'opinion américaine, l'idée de guerre puisse avoir désormais le même succès désormais qu'à son époque, après tant d'échecs cumulés depuis le Viet-Nam. 

(*) lui avait trouvé l'astuce : il avait fait rédiger sa bio par sa maîtresse... et employait un duo qui remettait au Pentagone des "rapports" n'allant que dans ses intérêts !

(**) une série de textes sur les embarqués ici :

http://www.journalism.org/print/1707

ici la version officielle

http://www.au.af.mil/au/awc/awcgate/milreview/miracle.pdf

(***) pour ne pas que Carter soit réélu, Deaver aurait fait partie d'un sinistre coup tordu avec les iraniens : "selon Barbara Honegger, une analyste chercheur et politique sur les années 1980, et la campagne Reagan / Bush, William J. Casey et d'autres représentants de la campagne présidentielle de Ronald Reagan ont fait deux séries de réunions en juillet et août à l'Hôtel Ritz à Madrid avec les Iraniens pour retarder la libération des otages américains en Iran jusqu'à la fin des élections présidentielles de novembre 1980. Reagan avait promis qu'ils recevraient une meilleure rançon s'ils attendaient jusqu'à ce que Carter soit défait...."

(****) il est à noter que Schwarzkopf dirigeait la base de McDill, à Tampa, en Floride, celle secouée récemment par le scandale Petraeus...

- ouvrage de référence : "Selling War to America : From the Spanish American War to the Global War on Terror" d'Eugene Segunda &Terence P. Moran, chez Praeger, 2007

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Pyrathome Pyrathome 31 décembre 2012 14:49

    Éloquent... !!!

    Sans déconner, voilà pourquoi je ne souhaite pas un seul instant que les Américains aient pu récupérer un jour un « exo-bidule » et toute la technologie allant avec....malheureusement, je n’ai pas cette certitude !!

    Mais ce qui me fait le plus rager, c’est de savoir que toutes ces ordures vont peut-être mourir tranquillement dans leur lit, alors qu’ils devraient subir au moins le même sort que celui de Saddam....

    Puissent vraiment les Américains ( mais pas qu’eux...) se réveiller un jour et constater l’ampleur des dégâts de ceux qui les prennent en otage depuis bien trop longtemps.....


    • morice morice 31 décembre 2012 15:08

      Pyra, ce n’est PAS le sujet, ce thème de la mort escamotée du général.


      Mais ce qui me fait le plus rager, c’est de savoir que toutes ces ordures vont peut-être mourir tranquillement dans leur lit, alors qu’ils devraient subir au moins le même sort que celui de Saddam....


       pour BarryMcCaffrey le mot « ordure » me paraît faible. C’est un CRIMINEL DE GUERRE qui devrait être jugé au TPI.

      son autre job : « czar drug » avec cet avis 

      logiquement on aurait dû bombarder aussi le Mexique avec lui....

      For now, despite the level of narco terrorism that the people of Mexico live in : « It is impossible to imagine that the federal forces of Mexico can be intimidated by these activities. It is equally impossible to imagine a place where the cartels can confront the Army of Mexico and actually win. »

      ben si, et le problème c’est QUI FAVORISE LA DROGUE A CET ENDROIT

      la réponse est dans des sacs noirs de l’armée d’un avion de la CIA...





      quelle incroyable duplicité de faux-cul intégral !!!!

      • Pyrathome Pyrathome 31 décembre 2012 15:15

        pour BarryMcCaffrey le mot « ordure » me paraît faible. C’est un CRIMINEL DE GUERRE qui devrait être jugé au TPI.

        Oh oui, et s’il n’y avait que lui......mais il y a de quoi faire un Nuremberg II avec au moins ce que l’on sait...


        • morice morice 31 décembre 2012 15:19

          Oh oui, et s’il n’y avait que lui......mais il y a de quoi faire un Nuremberg II avec au moins ce que l’on sait...


          pendre Tony Blair ???

          • Pyrathome Pyrathome 31 décembre 2012 15:27

            Il fait partie de la clique, oui...

            Le pendre ? Par les couilles, sûrement....

            Mais, dans le box du TPI, ils ont d’abord pleins de choses à dire à la face du monde....



            • morice morice 31 décembre 2012 15:36

              La modération : depuis septembre dernier « antikon » m’a harcelé de plus de 150 posts ; la plupart diffamatoires ou injurieux. Cela fait des mois maintenant que je vous signale ce qui est bien un harcèlement de sa part. Dès que je poste, il m’accompagne de sa haine, qui lui fait écrire des amabilités sur ma personne, tel celui-ci :


                28 décembre 2012 22:44:11 


              * « Tu ferais mieux d’aller te payer une pute, ca te rendrais plus calme, refoulé. »

              vous avez une charte de conduite il me semble qui exclut plusieurs choses, dont les injures (j’en compte plus de 100 chez lui) et le harcèlement, sans oublier les attaques en meute dont il est aussi coutumier dès qu’un autre m’accroche.

              Je vous demande donc d’appliquer à son égard VOTRE réglement qui se termine par un acte simple : la suppression de son compte, aux motifs invoqués. J’en ai assez, au bout de 4 mois d’injures sans discontinuer de ses attaques personnelles obscènes pour la plupart.

              • Bobby Bobby 31 décembre 2012 15:40

                Bonjour,

                J’apprécie toujours autant les articles de l’auteur ! Il est évident que la claque qui le suit est dérangée par ses articles bien documentés et un ton sans alégence...


                • morice morice 31 décembre 2012 15:51

                  merci Bobby : la « claque » dont vous parlez est simple à repérer : de l’extrême droite, des islamophobes et des racistes, qui vont bien ensemble, ou carrément des négationnistes ou des petits nazillons comme celui venu ici s’inscrire ici sous le vocable « national socialiste ».


                  Je demande la suppression ici du compte du nazillon. La démocratie a des limites, et les LOIS en France réprimant l’apologie du nazisme sont faites pour être appliquées.


                  • volt volt 31 décembre 2012 17:16

                    Votre septième paragraphe est terrifiant, et édifiant surtout - tout est dit, clair, sans appel...

                    J’ai survolé le Koweit 3 ans(!) plus tard, de mon hublot, j’ai vu le spectacle le plus terrible qui soit : 
                    Des centaines de flambeaux géants sur des kilomètres de désert ; on dit que c’est Saddam qui avait mis le feu à tous ces puits avant son départ... vous qui ne laissez jamais un ganglion de fourmi non disséqué, avez-vous des infos sur ce point ?

                    • morice morice 31 décembre 2012 17:52

                      on dit que c’est Saddam qui avait mis le feu à tous ces puits avant son départ... vous qui ne laissez jamais un ganglion de fourmi non disséqué, avez-vous des infos sur ce point ?


                      il semble bien en effet que ce sont ses troupes qui l’on fait. Pour éteindre tout ça, on a fait venir les équipes de Red Adair, (alors âgé de 75 ans et décédé en 2004) qui avaient expérimenté jadis un drôle de truc pour les « souffler » : deux réacteurs d’avions montés « à l’envers » et disposés au bout d’un treillis de grue.... pour finalement l’abandonner au profit d’une sorte d’éteignoir monté sur Bulldozer après soufflage par explosif, parfois.

                      le témoignage de Red Adair

                      NEWSWEEK : Do you think Saddam Hussein’s troops might try the same fire-setting tactics inside Iraq as they did in Kuwait should the U.S. launch an attack ?
                      Red Adair : Nobody knows what Saddam’s going to do. Iraq has two tremendous oilfields, one in the north and one in the south. The southern field produces a reserve of at least 80 billion barrels of oil—it’s by far the biggest—while the north has about 15 billion barrels. Their natural gas reserves are way up in the trillions [110 trillion cubic feet of natural gas, according to the Energy Information Administration]. Something like that [setting fires] could take in the whole country. But you just can’t guess what Saddam would do. I wouldn’t assume anything. I would not be comfortable around that man. I think he is the world’s greatest liar, don’t you ? 



                      ah j’ai retrouvé le bidule à base de réacteurs de Migs 

                      This unique firefighting tank, which is fondly called « Big Wind » by some and « Windy » by others, has its own multicultural history. The tank is Russian, the owner is the Arab-owned Hungarian company MB Drilling, a division of the MB Group of Oman, and it was created in 1991 in a town 50 miles southeast of Budapest.

                      It is based on a Russian idea. For years, the Soviets had blown out gas- and oil-well fires and cleared snowbound airfields by using a single MiG-15 jet engine bolted onto the bed of a truck. But it wasn’t always powerful enough to defeat big blazes. Enter Windy, with two jet engines fixed to the more stable chassis of a tank.

                      The tank was to be used against well fires in Hungary, but the Gulf War erupted almost at the moment of its creation, and Windy was soon drafted (so to speak) and flown off in a C-130 cargo carrier to the blazing oil fields of Kuwait. Also dispatched with the vehicle were three middle-aged Hungarian firefighters who work for the MB Drilling Company. In 43 days in Kuwait, the Hungarian crew would put out nine fires and recap the wells.

                      étonnant, non ????

                      sur ce cas là, je n’ai jamais eu le temps de bucher en revanche..


                      • volt volt 31 décembre 2012 18:08

                        merci bien, mais à lire ferrayé, on se doute bien que c’est une mine d’or !

                        de plus, les flammes que je voyais faisaient bien dix fois au moins ce qu’il donne sur l’image, et ce qui me fait hésiter quant à penser que ce serait seulement Saddam, c’est l’énormité de l’oeuvre ; je dis bien « centaines », et surtout : éparpillés sur des zones tellement vastes qu’il y faut une intendance considérable.

                      • morice morice 31 décembre 2012 18:13

                        oui, je vois bien où vous voulez me mener, mais je ne puis vous suivre sur ce chemin : je n’ai rien trouvé à ce sujet et suis surtout en train de rédiger autre chose, dans le domaine industriel toujours, remarquez !!! Je ne pense pas qu’il faille une grosse intendance pour faire ça... mais bob, je vous dis, je n’ai rien sur une quelconque implication autre que Saddam !


                        • morice morice 31 décembre 2012 18:14

                          lire « bon, je vous dit » et non pas « bob » !!! 


                          • thierry3468 31 décembre 2012 19:41

                            Quand Morice nous sort un article comme celui ci ,je dis chapeau car il nous dévoile la bien triste réalité d’une guerre qui nous avait été vendue comme propre et juste .....j’attends un jour prochain un article sur la guerre de LIBYE et ses sinistres sires Sarkosy ,BHL .........N’oublions pas que la France a participé à la boucherie .De plus ,les munitions à l’uranium appauvri continuent à tuer des civils encore aujourd’hui.....Cette guerre fut un scandaleux crime contre l’humanité et malheureusement ,peu de responsables seront jugés car seuls les vaincus le sont......


                            • morice morice 1er janvier 2013 01:14

                              Quand Morice nous sort un article comme celui ci ,je dis chapeau car il nous dévoile la bien triste réalité d’une guerre qui nous avait été vendue comme propre et juste .....j’attends un jour prochain un article sur la guerre de LIBYE et ses sinistres sires Sarkosy ,BHL ........



                               ça a déjà été fait en plusieurs exemplaires : sans jouer les prophètes j’avais même dit comment ça se passerait.....


                              ENSUITE, taper morice agoravox kadhafi dans Google... enjoy et bonne année !

                              • rouge sang 1er janvier 2013 12:07

                                et bien .. quelle explosion de pseudos concordants en cette nouvelle année.. de bien belles résolutions


                                • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 15:41

                                  Meilleurs vœux et santé, morice !!

                                  Une petite news pour bien commencer l’an...
                                  Toujours des cachoteries,..ah ah ah !!
                                  http://www.7sur7.be/7s7/fr/1504/Insolite/article/detail/1556052/2013/01/01/ Bombe-tsunami-et-ovni-les-secrets-neo-zelandais-reveles.dhtml
                                  ..


                                  • morice morice 1er janvier 2013 15:51

                                    aucune révélation là....


                                    ça fait 2 ans qu’on le sait


                                    et Tesla n’y est pour rien !!!

                                    repris en 1968

                                    A 1968 research report sponsored by the US Office of Naval Research addressed this hypothesis of coastal damage due to large explosion-generated waves, and found theoretical and experimental evidence showing it to be relatively inefficient in wave-making potential, with most wave energy dissipated by breaking on the continental shelf before reaching the shore

                                    méfiez vous c’est aussi utilisé par les menteurs :


                                    ceci en revanche est FAUX :

                                    First test of an atomic bomb took place at Port Chicago on July 17, 1944

                                    The world’s first atomic explosion took place at Port Chicago just north of San Francisco on July 17, 1944. This was a test of the gun-assembly uranium bomb that was dropped on Hiroshima, Japan on July 6, 1945.


                                    le site est de désinfo totale


                                    A second hydrogen bomb detonation took place off the coast of Russia in 1952


                                    le tremblement de terre des aléoutiennes n’a jamais rien eu à voir avec une bombe atomique !

                                    http://www.monografias.com/trabajos32/desastres-naturales/desastres-naturales2.shtml


                                    • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 16:13

                                      Oh vous savez, les infos, je les prends jamais vraiment pour argent comptant en règle générale.....elles deviennent intéressantes qu’à partir du moment où elles se recoupent pour former des indices même ténus, c’est juste une simple indication.
                                      Évidemment, quand elles s’avèrent fausses et prouvées, c’est in the trash....
                                      Ex : les affaires Roswell, Spitzberg .....etc..ne sont pas encore dans la poubelle, pas assez de preuves convainquantes dans un sens comme dans l’autre....
                                      Par contre, mon intuition me titille sérieusement dans le cas d’un certain 11/03/11, car je pense la saloperie tout à fait plausible et réalisable, puisque déjà imaginé depuis longtemps par les tarés de toute « obédience »....ça ne veut pas dire que j’y crois ! simplement que j’y pense, comme j’ai pensé illico au coup monté le jour même d’un autre certain 11 septembre.....
                                      Que voulez-vous ? on ne se refait pas, le doute est sain.....Descartes et Rousseau n’ont pas dit que des conneries tout de même...


                                    • morice morice 1er janvier 2013 16:18

                                      http://www.ufo.no/index.php?q=metaparser.php&aar=english


                                      décidément vous n’avez RIEN retenu de ce que j’ai écrit ici...


                                      en fait c’était ça ;

                                       le 13 Avril 1959 : ice station zebra en film..

                                    • morice morice 1er janvier 2013 16:21

                                      Par contre, mon intuition me titille sérieusement dans le cas d’un certain 11/03/11, car je pense la saloperie tout à fait plausible et réalisable, puisque déjà imaginé depuis longtemps par les tarés de toute « obédience »....ça ne veut pas dire que j’y crois ! simplement que j’y pense, comme j’ai pensé illico au coup monté le jour même d’un autre certain 11 septembre.....


                                      c’est de la profonde bêtise à ce stade et pas de l’intuition.... ça n’a AUCUN RAPPORT.

                                    • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 16:35

                                      c’est de la profonde bêtise à ce stade et pas de l’intuition.... ça n’a AUCUN RAPPORT.

                                      Aucun rapport entre les ovnis et les tsunami/tremblement de terre.....évidemment !
                                      Je ne parle pas de ça !!
                                      Je parle de la plausibilité pour nous, humains, de déclencher un tremblement de terre à certains endroits....( à des fins délictueux, cela va sans dire...)
                                      Des gens y ont pensé bien avant nous, impossible de le nier.....


                                    • morice morice 1er janvier 2013 16:40

                                      Des gens y ont pensé bien avant nous, impossible de le nier.....


                                      ne raisonnez pas à la Jules Verne : c’est INFAISABLE, point barre !

                                    • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 16:52

                                      ne raisonnez pas à la Jules Verne : c’est INFAISABLE, point barre !

                                      Alors ça, j’adore !!! ah ah ah !!!
                                      Revenez vite en 2012, ils ont déjà marché sur la lune.... ( à part certains qui ne le croient pas encore....), on a fabriqué des sous-marins, on fait le tour du monde en 90 jours....euh non en mn à 27 000 km/h.....
                                      Bon, j’avoue, nous ne sommes pas encore allé au centre de la terre ( quoique certains pensent encore qu’elle est creuse....)  smiley


                                    • morice morice 1er janvier 2013 17:07

                                      infaisable en effet, n’importe quel géologue vous le dirait...


                                      mais bon : avant hier et hier on encore eu en 2012 des zozos venir nous parler de cette théorie de la Terre Creuse. Bizarrement, ils avaient tous professé avant des idées d’extrême droite.

                                      La raison en est simple : la thème hante tous les sites des admirateurs d’Hitler....



                                      «  dans Le Matin des Magiciens (1962), Louis Pauwels et Jacques Bergier prétendent qu’Hitler aurait eu des contacts avec les fameux « gouvernants secrets », chers à la théosophie, originaires d’Hyperborée, mais résidant désormais sous l’Himalaya »

                                      « Le matin des magiciens » ah ah ah : j’ai lu ça à 14 ans, j’avais été étonné avant de m’apercevoir 2 ou 3 ans après que c’était du flan complet, et que derrière il y avait les thèses de droite de Pauwels, dont je ne savais rien.

                                      En somme, j’ai été heureusement vacciné jeune : quand je vois ces idées resurgir en 2012 (13 ?) je suis abasourdi...

                                      Le Greer que nous a ramené Olivier y croit aussi, mais lui il croit à tout ce qui peut lui faire gagner de l’argent en conférences !!!

                                      lui croit aussi à ça comme CONNERIE :

                                      Le Docteur Steven M Greer dans son livre “ Vérités cachées- connaissances interdites ‘’ qui est le livre le plus important de tous ceux que vous pourriez lire, nous confirme que Mars par exemple est bien habité en sous-sol, et que ceci n’est pas un mystère pour la NASA.

                                      ah ah ah : il va TOUT NOUS FAIRE, après les « habitation lunaires » !!!

                                      « Non ces artéfacts et ces civilisations existent bien, et ces civilisations ne sont pas néfastes pour notre humanité, elles le sont 1 000 fois moins que le sont les dirigeants qui nous gouvernent et nous manipulent dans l’ombre. Et qui nous conduisent dans le mur, juste pour conserver leur petit pouvoir, et leur petite richesse accumulée au cours des dizaines et des dizaines d’années de mensonges ».


                                      c’est du Pauwels et Bergier, cinquante ans après....

                                       


                                    • morice morice 1er janvier 2013 15:59

                                      ça va secouer les trons !!!



                                      Un peu plus tôt, dans son homélie, le pape avait déploré la persistance de « foyers de tension et d’opposition causés par des inégalités croissantes entre riches et pauvres, par la prévalence d’une mentalité égoïste et individualiste qui s’exprime également au travers d’un capitalisme financier sans régulation, en plus des différentes formes de terrorisme et de criminalité ».

                                      le capitalisme du Vatican inclus ???


                                      ça s’appelle brûler le veau d’or, ça, non ?

                                      Un bon comptable s’apercevrait vite que, par le jeu des intérêts composés, la rente refusée par le pape Pie IX en 1871 aurait été bien plus avantageuse. Mais un capital de 750 millions de lires est toujours bon à prendre. Pour une fois, le Vatican en confie la gestion à un habile financier, Bernardino Nogara. Résultat : les placements immobiliers et mobiliers dépassent probablement aujourd’hui le milliard d’euros, mais le chiffre exact n’est pas connu. La moitié est affectée à l’immobilier (devenu plus rentable ces dernières années), le reste est placé en actions - avec une règle édictée depuis l’affaire Marcinkus (voir page 28) selon laquelle aucune participation ne doit excéder 7 % du capital d’une société. Enfin, une très faible partie est investie en or. Mais il ne s’agit que d’un chapitre des finances vaticanes.


                                      • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 16:25

                                        Faites ce que je dis !.....vous connaissez la suite...

                                        Toutes ces déclarations d’un pape issu de la jeunesse hitlérienne sont grotesques et absurdes, Benêt XVI ne perd jamais une occasion de la fermer....
                                        Capitalisme régulé ou pas, un bon capitalisme est un capitalisme mort, point final....
                                        Si Jésus a réellement existé, et qu’il revienne, il condamnerait fermement et sans appel cette supercherie et blâmerait sérieusement ceux qui s’y adonnent ainsi que ceux les soutiennent....
                                        là, ils seraient mal, le pape et sa clique englués dans leurs propres mensonges....


                                      • joelim joelim 1er janvier 2013 16:29

                                        Bon article.

                                        Cerise sur le gateau, MacCaffrey se présente comme militaire retraité alors qu’il a d’importantes fonctions dans DynCorp, lorsqu’il défend (10 fois en 1 mois en 2009 dans le réseau câble de NBC) l’importance de rester en Afghanistan et d’entraîner les forces locales... Corruption avérée quoi...

                                        McCaffrey has appeared on the network’s cable subsidiary, MSNBC, no less than 10 times in the past month to talk about the importance of staying in Afghanistan and training local security forces. With each appearance, McCaffrey was identified only as a retired general—and not someone who sits on the board of DynCorp International, a security company currently getting paid by the U.S. government to develop Afghanistan’s police force, build barracks and do the laundry of U.S. troops. According to Forbes, the wars in Iraq and Afghanistan account for 53% of DynCorp’s $3.1 billion in annual revenue. (lien)

                                        Malgré ses crimes et ses escroqueries c’est lui qui prépare mentalement les élites militaires des USA : General Barry McCaffrey Relates Class of 2014 to Class of 1964. Ça promet...

                                        • morice morice 1er janvier 2013 16:33

                                          un criminel de guerre qui en forme d’autres : Fort Bragg ne changera jamais !


                                          • morice morice 1er janvier 2013 16:38

                                            la désinfo continue :


                                            « En six semaines, la coalition avait mis en déroute les forces irakiennes de Saddam Hussein, les repoussant du Koweït et arrivant aux portes de Bagdad.

                                            Des spécialistes estiment que sa stratégie de débordement des troupes irakiennes par une vaste offensive de blindés est l’un des plus grandes réalisations de l’histoire militaire. La guerre terrestre avait duré à peine cent heures. »

                                            à vaincre sans périls on récolte les honneurs ? Ah oui : Petraeus a fait de même...


                                            revirement de 2003

                                            En 2003, tandis que les Etats-Unis s’apprêtaient une nouvelle fois à intervenir en Irak, cette fois sous le commandement de George Bush Jr, il avait émis des doutes sur l’existence des prétendues « armes de destruction massive » de Saddam Hussein dont l’administration républicaine se servait comme d’un prétexte pour justifier la guerre.

                                            Il s’en était également pris à Donald Rumsfeld, qui dirigeait alors le Pentagone, jugeant dans le Washington Post qu’il semblait parfois se réjouir de la guerre.

                                            Il avait également mené campagne pour sensibiliser ses compatriotes au cancer de la prostate, diagnostiqué en 1993 dans son organisme.


                                            son combat ? sa prostate !


                                            • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 16:44

                                              son combat ? sa prostate !

                                              Que le diable le tire par le trou du cul.....( Benêt XVI, pardonnez-moi !!  smiley )


                                            • morice morice 1er janvier 2013 17:10

                                              « photo du »petit être« d’Atacama » !!!


                                              j’ai expliqué la supercherie flagrante chez Olivier, hier !!

                                              ah ah ah : Greer est bien un escroc !

                                              • zomboid zomboid 1er janvier 2013 17:15

                                                « Saddam devait au Koweit 80 millions de dollars »
                                                mais c’est juste le salaire de nico 1.


                                                • morice morice 1er janvier 2013 17:17

                                                  milliards, erreur d’indication.


                                                  • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 17:22

                                                    ah ah ah : Greer est bien un escroc !

                                                    Peut-on passer à travers les écueils sur ce dossier ?
                                                    Non, parce que l’on est inondé de désinformations ( volontaires et involontaires..)
                                                    Est-on un escroc pour autant ?
                                                    Non !!
                                                    Je comprends qu’il ne faut pas être frileux pour se lancer dans une telle synthèse....tout le monde s fait prendre !!
                                                    Ce bonhomme à gros biscotos, j’en ai rien à foutre, mais les témoignages qu’il réuni sont très intéressants mêmes si certains d’entre-eux peuvent s’avérer faux.....


                                                    • morice morice 1er janvier 2013 17:26

                                                      Peut-on passer à travers les écueils sur ce dossier ?
                                                      Non, parce que l’on est inondé de désinformations ( volontaires et involontaires..)
                                                      Est-on un escroc pour autant ?


                                                      vous vous moquez du monde : quand on fait un livre, on ne fait pas un catalogue invérifié.

                                                      Or il n’a RIEN vérifié : c’est donc un ESCROC, car il affirme que ce qui est écrit est VRAI.

                                                      vous écrivez « on est inondé de désinformations » ; NON, c’est LUI qui le fait, ça, d’inonder le monde de désinfo : genre Wikistrike.

                                                    • Pyrathome Pyrathome 1er janvier 2013 18:00

                                                      ’inonder le monde de désinfo : genre Wikistrike.

                                                      Ça c’est un modèle du genre !!
                                                      Mais ça ne veut pas dire non-plus que tout y est faux...
                                                      mais il y a longtemps que je les ai zappé ceux-là...


                                                    • zomboid zomboid 1er janvier 2013 17:22

                                                      Tant que l’on reste dans la puissance de trois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès