Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Tribune Libre > VIH : un espoir du côté des chercheurs français

VIH : un espoir du côté des chercheurs français

Déjà découvert par un chercheur français, le virus devrait être vaincu par une équipe de chercheurs de l'Hôpital de la Timone à Marseille. Un vaccin, dit curatif du sida est en cours de test sur l’homme. Mis au point par le laboratoire de biologie structurale à l’hôpital de la Timone (Marseille), il sera injecté à 48 patients volontaires. « Ce n’est pas la fin du sida, même pas le commencement de la fin, mais peut être la fin du commencement » a déclaré le docteur Erwann Loret

C’est un espoir tangible pour les malades du sida qui se profile. Ce vaccin a été mis au point par le Docteur Erwann Loret et son équipe, après un programme de 15 années de recherche. On appelle déjà celui-ci l’inventeur de la « molécule anti sida ». Testé sur des animaux (des macaques pour être plus précis), il va être injecté dans un premier temps sur 48 volontaires séropositifs au centre d’investigation clinique de l’hôpital de la Conception (service des maladies infectieuses).

Ces volontaires seront répartis en quatre groupe, dont un ne sera pourvu qu’en molécule placebo (sans effet). Puis quatre mois après, ils arrêteront tous leur trithérapie pendant deux mois, ceci afin de mesurer les effets du vaccin sur leur charge virale.

Inoculé à trois reprises, le protocole prévoit un essai sur une année et la mesure de la dose la plus efficace. C’est le docteur Isabelle Ravaux qui sera chargée de suivre cet essai.

Une seconde campagne de test est prévue à l’issue de cet essai. Elle concernera alors 80 patients à l’horizon de janvier 2014. Afin de répondre aux normes fixées par l’Onusida, c’est au moins 30 % des volontaires qui devront à l’issue du test présenter une charge virale dans le sang dite indétectable.

Les résultats définitifs de l’étude, financée par la start-up Biosantech, devraient être connus et publiés en juin 2015.

C’est l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui a donné son feu vert pour l’expérimentation humaine. Il s’agit de cibler la protéine Tat (laquelle joue un rôle déterminant dans la prolifération des cellules infectées par le VIH-1), le vaccin est censé inciter le système immunitaire pour qu’il produise des anticorps qui neutraliseront cette protéine.

Ce vaccin a pour objectif de se substituer aux traitements actuels à base de trithérapie. S’il se révèle efficace, il remplacera avantageusement des traitements plutôt lourds et aux effets secondaires nombreux, tout en gardant sous contrôle le virus.

Aujourd’hui la recherche a permis, grâce à la découverte de traitements antirétroviraux, de soigner 85 à 90 % des patients atteints par le VIH, tout au moins de contrôler leur charge virale. Mais ces traitements doivent être pris à vie avec des risques liés aux effets secondaires et l’apparition de souche de virus résistants aux traitements. La recherche doit donc encore trouver d’autres moyens de contrôler le VIH, voir l’éradiquer.

Rien n'est encore joué, pas de faux espoirs… ce sont actuellement 25 à 26 essais de vaccin qui sont menés dans le monde entier.



Sur le même thème

Les virus résistent à la science
Fièvre hémorragique liée au virus Ebola : des espoirs de thérapies réels
Ebola menace globale ?
Ebola l'incontrôlable
Lettre ouverte au professeur Goudeau


Les réactions les plus appréciées

  • Par doctorix (---.---.---.12) 1er février 2013 16:59
    doctorix

    shakka, après mes nombreuses et longues études contradictoires, je pense que c’est votre version qui est la bonne, même si je dois faire de la peine aux familles (fabb54). Le meilleur service à rendre aux patients n’est-il pas de parler vrai ?

    Je vous donne ce que je sais avec toutes les réserves possibles, mais je vous le donne quand même. Le virus VIH ne serait pas l’agent du Sida. Les tests Elisa et Western Blott seraient de coûteuses fumisteries, absolument pas fiables, et vous pouvez être positif d’un côté d’une frontière et négatif de l’autre.
     Les tri-thérapies sont moins dangereuses, un peu, mais l’AZT était au départ une molécule abandonnée pour ses catastrophiques effets secondaires et qui traînait dans un tiroir. Sa propriété principale était de provoquer un déficit immunitaire et de tuer en trois ans. Exactement les signes du Sida : étrange, non ?
    Le Sida, qui n’est pas une maladie en soi, comme le dit Shakkra, viendrait de l’affaiblissement du système immunitaire par différentes causes, dont le nitrite d’amyle, très en usage dans la communauté homosexuelle US et ailleurs, appelé « Popppers », mais aussi toutes sortes d’atteintes toxiques, ou liées à une mauvaise alimentation, une eau de mauvaise qualité et une hygiène déplorable.
    Etre VIH+, c’est à dire avoir rencontré par malheur un virus sans doute pas plus dangereux que la grippe, vous condamnait au traitement et à ses effets secondaires.
    C’est une hypothèse qu’il faut connaitre et étudier, et non crier au scandale.
    Elle est lourde de conséquence. 
    J’ai dit depuis longtemps que dès que le Sida serait en voie de disparition (et il semble que ce soit le cas actuellement, en partie grâce à l’arrêt de l’AZT), on ne manquerait pas de proposer un vaccin aussi coûteux qu’inutile, et c’est ce qu’on observe sans doute.
    A titre d’exemple, il y avait 800.000 rougeoles aux USA en 1958, 3.000 en 1962, et le vaccin est apparu en 1963, s’attribuant toute la gloire.
    En France, 4000 décès par rougeole en 1900, 20 en 1982, juste au moment où on a introduit le vaccin.
    Et c’est vrai que Montagnier n’a plus l’air d’y croire beaucoup, à son virus : il dit en gros que le Sida se soigne avec du pain et de l’eau potable...
    Bon, je dis ça, j’ai rien dit. Cherchez un peu avant de hurler à l’assassin !
  • Par doctorix (---.---.---.12) 1er février 2013 17:38
    doctorix

    Je précise qu’on n’a jamais trouvé un virus VIH chez un malade du Sida. Or dans toute maladie virale en période chaude on en trouve par millions. Curieux virus qui brille par son absence, qu’on ne soupçonne que par ses anticorps. Il semble bien qu’être VIH+ veut seulement dire qu’on a rencontré ce virus et qu’on s’en est débarrassé grâce aux anticorps, d’où sa disparition de l’organisme.

    Ensuite, le VIH est un rétrovirus, et les rétrovirus ne tuent jamais leur hôte (Voir Peter Duesberg, le plus grand spécialiste mondial des rétrovirus).
    Enfin, songez au pactole dépensé en trente ans, pour finalement ne rien trouver du tout.
    Tout ça devrait faire réfléchir.
    Ainsi que cette lecture.
  • Par Shakka (---.---.---.246) 1er février 2013 10:46

    quelle bétise !

    Déjà découvert par un chercheur français : luc montagnier

    allez taper dans google : « luc montagnier retourne sa veste » et vous verrez que votre éminent découvreur du « virus » a bien changé d’avis depuis !

    un vaccin, quelle ineptie, ce que l’ondétecte avec le test western blot ce sont les anticoprs au soi disant vih ! or un vaccin a pour but de faire construire par le corps des ...antic orps qui sont dans ce cas déjà présent bref du grand n’importe quoi

    le SIDA est un terme économique qui regroupe aujpord’hui 26 réelles maladies, en 84 il n’y en avait que 4, voilà pq on parle d’épidémie
    et en 2016 pour obtenir plsu de subsides il suiffira de rajouter 2-3 maladies et ainsi les gens qui en souffrent seront rajoutés aux victimes du sida... et on lira partout que l’épidémie s’aggrave

    PRENEZ LA PEINE D’ECOUTER L’INTERVIEUW DE ETIENNE DE HARVEN

    sans avoir écouté cela il est inutile de discuter du sida
    http://www.youtube.com/watch?v=Wnov1ydBQFA

    @aux malades, on vous traite pour un vih inutile au lieu de traiter votre réelle maladie !

  • Par Vincent Verschoore (---.---.---.117) 2 février 2013 01:22
    Vincent Verschoore

    C’est encourageant de voir que de plus en plus de monde se met à douter de la causalité VIH -> Sida, il n’y a pas si longtemps on se faisait traiter de fasciste en osant s’attaquer ainsi à la pompe à fric et énorme machinerie marketing qu’est le business du Sida. Le doute fait son chemin, peut être que dans 10 ans ca arrivera au niveau des responsables de la santé publique... enfin, ceux qui ne sont pas vendu à Big Pharma du moins. Aller, on peut toujours rêver. Juste pour info, en juin dernier j’ai réalisé un petit reportage sur la conférence « dissidente » (ceux qui disent que le VIH ne cause pas le Sida) dans le sud de la France, avec article sur AV : http://www.agoravox.fr/actualites/s...


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires