• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Communes Citoyennes : à la recherche d’une démocratie renouvelée, (...)

Communes Citoyennes : à la recherche d’une démocratie renouvelée, préalable au progrès économique et social

Parallèlement aux initiatives concrètes de coopération économique locale, d'économie circulaire, de relocalisation d'emplois autour d'activités durables, il est urgent que le citoyen reprenne la parole et que le fonctionnement de nos institutions permette à chaque échelon de la représentation politique un contrôle efficace par le peuple dont elle émane.

La démarche « Communes Citoyennes » qui propose de créer en septembre 2016 des comités locaux dans les communes de France, permet de mettre en place la prise de parole citoyenne.

Le constat d'une crise de la représentation du peuple n'est pas forcément nouveau dans l'histoire de la République française, et ce, depuis sa naissance.

Je ne prétendrai jamais qu'il existerait un fonctionnement idéal ni des personnes infaillibles pour l'incarner, mais force est de constater qu'un certain nombre de faits témoignent d'une crise institutionnelle qui s'aggrave chaque jour devant nos yeux.

Sans en faire l'exhaustif inventaire, plusieurs facteurs causent la crise démocratique en France.

La verticalité des institutions de la Vème République s'est renforcée, depuis sa création autour du Général De Gaulle lors d'un moment historique précis, en passant par la présidentialisation de 1962, puis la modification du calendrier des élections législatives synchronisées avec l'élection présidentielle.

Malgré l'abaissement de l'âge de la majorité, la parité hommes-femmes intégrée par les gouvernements de gauche dans les élections locales, et le mandat parlementaire unique prévu pour 2017, les pratiques politiques se sont structurées dans cette verticalité et les partis ont peu à peu renforcé des castes qui s'accaparent le pouvoir et l'expression politiques en donnant parfois l'illusion d'être à l'écoute des militants ou des citoyens.

La séparation des pouvoirs n'est donc pas assurée. On assiste à une toute puissance de l'exécutif, sur lequel le peuple a perdu le contrôle.

Le déclassement et la dégradation de la sécurité sociale que l'État, au lendemain de la seconde guerre mondiale, s'était donné pour objectif d'apporter à tous, viennent compléter la longue liste des causes d'une véritable crise de régime.

Sur ce dernier processus, il n'est pas certain que cela ne soit qu'un enchaînement de renoncements des gouvernements. Dans le même temps, l'économie est devenue de moins en moins redistributive et l'accumulation de capital exponentielle.

Les oligarchies économiques et financières, à la tête de ce trésor de guerre, bien nommées les 1% par les mouvements internationaux d'indignation, ont bénéficié de l'affaiblissement des marges de manœuvre du pouvoir politique sur le plan monétaire et économique.

Le pouvoir politique se trouve condamné, sauf à modifier les règles du jeu, à suivre les injonctions du pouvoir économique et financier.

Dès lors, les lois et les règlements, les traités économiques, n'ont plus pour objectif de rechercher et servir l'intérêt général, mais de prendre des dispositions favorables à la poursuite du phénomène d'accumulation de capital à l'échelle mondiale.

Évidemment, le fonctionnement de l'Europe doit à ce titre également être interrogé. Mais avant toute chose, nous devons multiplier les initiatives qui permettent aux citoyens de notre pays de relever la tête et de reprendre part à la construction d'un destin commun.

Cette construction a du sens dès le plus petit échelon où nous pouvons produire du commun : le village, le quartier.

Une prise de conscience est naissante parmi les élus locaux, et, parmi eux, ceux qui cherchent à dynamiser leurs territoires et n'ont pas peur de rassembler autour d'une table les bonnes volontés.

À l'échelle des villages, nous avons appris à atténuer les effets délétères produits par la classe politique sur notre démocratie. Nous avons appris à travailler le contenu des projets et à créer les dynamiques qui permettent de les incarner, au-delà des lignes politiques.

Nous participons à réinventer du « commun ».

Bâtir des projets locaux qui associent les citoyens et qui deviennent l'objet de leur jugement, c'est une méthode qui porte ses fruits.

Ainsi, la démocratie locale se réveille et se construit dans un nombre grandissant de communes en France, comme s'il s'agissait de contre-balancer la chape de plomb centralisatrice et normative des institutions supra-communales, nationales et européennes.

Parallèlement aux initiatives concrètes de coopération économique locale, d'économie circulaire, de relocalisation d'emplois autour d'activités durables, il est urgent que le citoyen reprenne la parole et que le fonctionnement de nos institutions permette à chaque échelon de la représentation politique un contrôle efficace par le peuple dont elle émane.

La démarche « Communes Citoyennes » qui propose de créer en septembre 2016 des comités locaux dans les communes de France, permet de mettre en place la prise de parole citoyenne.

Si l'on n'identifie pas d'emblée la capacité de ces nouveaux cercles à recréer de la représentativité dans le monde politique, nous pouvons trouver d'abord heureuse la tentative de rassembler les citoyens dans un nouvel espace de parole et de projet, préalable à l'incarnation de ces projets par des femmes et des hommes.

C'est pourquoi, durant la campagne présidentielle et sans qu'il s'agisse de renoncer à voter, au lieu de céder au présidentialisme, aux stratégies des partis politiques, aux logiques d'hommes qui seraient providentiels dans un système et un régime finissants, je vous encourage à participer aux « Communes Citoyennes » qui libèrent pacifiquement la parole et la mettent exclusivement au service de propositions, si modestes soient-elles et si peu entendues qu'elles puissent l'être, du moins... dans un premier temps...


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 mai 2016 16:33

    « il est urgent que le citoyen reprenne la parole »


    Il ne l’a jamais eue.

    Comme vous le soulignez, le système incriminé est une démocratie représentative.
    Le « peuple » a été utilisé comme avant-garde pour détruire l’ancien régime et comme chair à canons par le mégalomane Napoléon puis par ses successeurs dans des guerres de conquêtes industrielles.
    Si vous regardez de près, les élus de la première république étaient des « gens de robe », avocats, notaires, juges ou curés, des notables prétendant faire le bien des autres malgré eux. Puis les enseignants sont venus renforcer cette armée de métier. Mais les épisodes comme la commune de Paris ou le CNR ont été des parenthèses brèves : quelques semaines, quelques mois.

    Que le contrôle du mandat des élus soit mis en place ne peut être qu’une bonne chose, mais quiconque a participé à la vie associative et à la vie municipale en connait les limites.

    Bon courage, citoyen !

    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 mai 2016 20:51

      @Jeussey de Sourcesûre

      Vie associative ou municipale sont toutes deux fondées sur le modèle pyramidal. Il n’y a qu’à voir les fameux syndicats de propriétaires, pour en comprendre le fonctionnement souvent clanique. Par exemple toujours les mêmes qui tiennent les ficelles et sont reconductibles à merci, employant pour cela les mêmes méthodes que les politiciens. Méthodes parfois ahurissantes pour des citoyens ordinaires.

      Ce qu’il faudrait c’est que la démocratie citoyenne soit horizontalement représentée, c’est-à-dire, qu’aucun individu ne devant émerger au-dessus des participants. Cela étant, il me semble que c’est toute une éducation à refaire, tant l’amour du pouvoir étant chez certains, indécrottable.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 mai 2016 21:19

      @Nicole Cheverney

      Une longue observation des sociétés Bonobos et Chimpanzés m’a amené à réfléchir.
      Etant donné que chacune des deux espèces (qui partagent avec la notre 99 % du patrimoine génétique) créent des structures sociales semblables dans la même espèce même dans des groupes isolés, mais différentes d’une espèce à l’autre (matriarche ou patriarche, partenaires sexuels multiples ou pas, hiérarchie, répartition de la nourriture), il se pourrait que les comportements claniques que vous avez observés soient gravés dans notre ADN, et là, ça serait une mauvaise nouvelle !

    • Lulu31 4 octobre 2016 19:17

      @Jeussey de Sourcesûre

      Vous avez totalement raison et je vous signale l’arrivée d’un nouveau site du style « TripAdvisor » mais destiné à tous les habitants qui souhaitent donner un Avis et Noter sa Commune : avis-communes.fr

      Et en plus, il est même possible de poser un question au Maire… enfin la parole.

      Merci encore pour vos articles


    • JBL1960 JBL1960 24 mai 2016 17:27

      @l’auteur ; « La verticalité des institutions de la Vème République s’est renforcée » oui car c’est le principe fondateur du Système actuel ; La verticalité ! Quand on appelle à un « éveil » c’est réaliser et abattre le plus grand fléau de l’humanité : Le Colonialisme et ce par quoi il arrive ; l’État ! Il me paraît juste de développer et pratiquer 3 choses essentielles au niveau local (les communes) puis en associations libres et volontaires ; 1 l’autosuffisance = Contrôle des ressources pour défier les institutions. 2 la réorganisation ; Canaliser les énergies. 3 le repositionnement ; Comprendre qu’il est vain et futile de coopérer avec toute autorité institutionnelle. L’État et les institutions font parties du problème et non pas de la solution. Prenons exemple sur la démocratie libertaire expliqué par Gaston Leval ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/16/un-souffle-nouveau/ Pourquoi attendre ? Et qu’attendre de 2017 ? Pacifiquement, pour moi, le changement de paradigme, c’est ici et maintenant...


      • Donbar 24 mai 2016 17:33

        Des éléments intéressants, bien sûr, mais se focaliser sur les communes ne peut pas remplacer une vision d’ensemble, c’est-à-dire une vision nationale et mondiale.


        • JBL1960 JBL1960 24 mai 2016 17:37

          Bon autant pour moi, M. le Maire, car je n’ai pas l’intention d’attendre sagement mon tour et de demander poliment la permission de m’éveiller. J’ai relayé, autant que je pouvais l’exemple Saillans dont Agoravox c’était fait l’écho ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/27/langle-saillans/ et qui timidement mais surement fait des émules et démontrent qu’on peut faire les choses autrement et surtout hors institutions, hors la politique actuelle et donc sans vous... Et je vous concède que la Commune a commis l’erreur gravissime d’avoir été un mouvement politique plutôt qu’une révolution sociale. Mais on apprend des erreurs du passé quand on s’éveille librement pour s’organiser en confédération de communes libres, autogérées et autonomes.


          • Yvan Lubraneski Yvan Lubraneski 24 mai 2016 17:44

            @JBL1960 merci pour ces remarques constructives. Oui, au courant de ce qui se fait à Saillans, et aussi à Trémargat. Les Molières c’est pas mal non plus, sans chauvinisme... comités consultatifs nombreux, votation citoyenne organisée sans l’autorisation de l’Etat, projets d’autosuffisance en légumes et aromates... etc A suivre

            Ce qui compte c’est de quitter un peu la télé et de se retrouver humainement pour construire des choses ensemble.
            Le couvercle posé sur notre destin commun peut être plus facilement déplacé en le poussant d’en bas

            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 24 mai 2016 20:56

              @Yvan Lubraneski

              Bonsoir,

              La société de spectacle que dénonçait Guy Debord est solidement assise sur l’acquiescement inconscient du Peuple. Il y a plusieurs fondamentaux à revoir dans notre comportement collectif, effectivement délaisser la télévision, mais aussi les grandes « messes » spectaculaires comme les matches, tous sports confondus, le festival de Cannes, et tout ce qui a trait à l’émotif superficiel, et qui transcende chez l’être humain, son envie d’en découdre avec son semblable. En un mot qui divise. Ce serait déjà un bon début.


            • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 24 mai 2016 21:20

              @Nicole Cheverney

              Bon, ben alors, déjà, faut supprimer CANAL+

            • gimo 24 mai 2016 21:25

              @Nicole Cheverney
              bien vu   je pointe


            • Breizh Atao 25 mai 2016 14:24

              @Yvan Lubraneski
              Bonjour,

              Article intéressant. Pouvez-vous en dire plus sur ce que vous avez réalisé dans votre commune ?


            • LUBRANESKI (---.---.42.149) 25 mai 2016 14:34

              Il n’est pas évident de comprendre la constitution d’espaces démocratiques qui ont vocation à parler des affaires de l’Etat à l’échelle des communes Aussi une présentation plus pédagogique et un appel à signer sont à découvrir là : http://communes-citoyennes.fr Un comité local tel que présenté sera créé dans le village où je m’implique et déjà une cinquantaine de citoyens d’autres villages ou quartiers se sont inscrits


              • hervepasgrave hervepasgrave 26 mai 2016 08:33

                Bonjour,
                C’est en ce moment une grande mode que de promouvoir cela, mais est-ce le bon ordre des choses. Un commentaire fait comprendre qu’il faudrait déjà regarder ce qui nous entoure,une vision global.C’est par la que tout se joue. Et puis je veux bien considérer que c’est louable les communes citoyennes,mais déjà ,elles ne sont construites que sur des particularités étroites, suite a la déconstruction des villes. Qui se ressemblent s’assemblent. Alors l’intérêt commun pour tous dans une nation est-il possible ? fabrications de clivages ? pour réassembler cela après, il faudrait reconstruire les états généraux (le terme est mal choisi) ? Il ne faut pas aller plus vite que la musique. Après tout cela ne sera pas pire qu’en ce moment ? quoique cela participe au redécoupage des régions. Si j’avais fait de la politique je dirais balkanisation . A voir !


                • LUBRANESKI (---.---.210.115) 26 mai 2016 08:43

                  @hervé merci pour ce message
                  - « on peut regarder » : on peut aussi agir, c’est ce qui est proposé et de mon côté c’est ma ligne : juger ceux qui agissent et être jugé sur mes actions
                  - se rassembler dans des comités locaux ce n’est jamais un temps perdu car nous avons besoin d’expression collective et de rechercher l’intérêt général sans avoir la certitude d’être entendus.


                  • hervepasgrave hervepasgrave 26 mai 2016 09:19

                    @LUBRANESKI

                    La critique est toujours utile a qui veux bien faire des efforts de compréhension. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise recette.Je ne peux qu’être qu’observateur. Voila pourquoi, je me permet de dire le fond de ma pensée. Il est vrai que je persiste a croire qu’il faut qu’un ensemble se mette en route,Commencer par la base est évidemment logique.Mais il faut bien voir qu’elle est pollué , certes c’est peut-être involontaire.
                     Par exemple que voyons nous de nouveaux dans les communes depuis pas mal d’années. De plus en plus de maire « apolitique », des cadres, des commerçants .. qui occupent les places.Résultat les actions sont souvent une économie réelle des dépenses sur le fonctionnement des villages et de l’autre une construction d’activité non essentielle a l’activité de la société. Alors si je me risque a émettre une forme de stop commençons par regarder autour de nous, ce n’est pas sans raison.Ici dans ma région a titre d’exemple les champs arrivent en bord des petites routes, bizarrement personnes ne risquerait de dire qu’il faut couper l’herbe sur un mètre pour dégager la vue et laisser une possibilité de se garer pour laisser de la place en cas de gros véhicules tracteurs etc.
                    Pourquoi ,alors que dans d’autres régions cela se fait ? Simple il ne faut pas toucher à la propriété privé ,l’obliger a cela.Et pire encore s’il fallait payer des gens supplémentaires et d’investir dans du matériel. Vouloir créer de l’activité en cercle réduit ne doit pas redevenir insidieusement un retour a une forme de féodalité. Car soit l’individu travaillera à l’extérieur et ne voudra que des choses superficiel, soit il sera indépendant.Mais ne vivrons que d’eux mêmes et le reste n’aura pas beaucoup de choix . J’ai peur que cela ne crée une forme d’autarcie . Le monde ralenti le pied sur la pédale de frein, déjà les infrastructures sont faites pour ralentir et compliquer les déplacements.
                    C’est apparemment simple ,mais dans les faits ,j’en suis moins persuadé.Il y a déjà des redécoupage entre régions ,certaines riches par la nature et les moyens ,d’autres moins riches et simplement industrieuses. S’il faut encore découper , cela me fait flipper comme dirais les jeunes.


                  • LUBRANESKI (---.---.241.206) 26 mai 2016 09:37

                    @hervé je suis d’accord avec vous, et nous devons bien sûr éviter toute forme de féodalité. Loin de moi l’idée de croire à une organisation idyllique dans les villages, d’ailleurs les seuls qui commencent à s’engager dans notre démarche ont des pratiques démocratiques, ce qui n’est pas étonnant.

                    Par contre, il est temps de ne plus « observer » mais d’agir

                    • hervepasgrave hervepasgrave 26 mai 2016 13:10

                      @LUBRANESKI
                      Re,

                      quelque part tu as raisons, mais malheureusement dans la réalité de notre monde quand tu es comme moi désintéressé, cela ne marche pas vraiment ,en fait pas du tout. Il faut quand même faire parti d’un groupe qu’il soit réel (sportif,associatif ...) Humain etc. Car des gens comme moi n’utilise que la raison.(dans la réalité je n’en connais pas,aie M...mais franchement cela serait un plaisir immense) alors je ne peux que faire des choix justes et sans complaisances ni raccrocs. Cela ne coïncide pas avec l’état et les mentalités. Si tu es honnêtes dans ta démarche tu devrais, si ce n’est le comprendre mais le voir de visu.Mais voir n’est pas tout. Encore faut-il comprendre les rouages de notre monde.Pas simple ! pour l’instant je préfère lancer des bouteilles à la mer, c’est bien plus production,car généralement l’on me perçois comme une personne têtu et borné.Et oui ,je ne fais pas de concessions.Blanc c’est blanc un point c’est tout. Et puis sur l’expérience d’une vie les concessions ne sont que des abandons. Mais ont nous inculque la dialogue,belle fumisterie que cela .Alors je me répète c’est « cause toujours »..voila le résultat. C’est un frein de plus en plus employé,se ce n’est tout le temps. Mais bonne chance tout de même.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès