• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Politiques & citoyens > Evacuation des enfants en cours d’adoption en Haïti : c’est la (...)

Evacuation des enfants en cours d’adoption en Haïti : c’est la honte…

Il y a assez de souffrance dans ce monde pour que la générosité, lorsqu’elle se manifeste sincèrement et massivement, ne soit pas entravée. Pourtant, la France, patrie des droits de l’Homme, 15 jours après le séisme, refuse toujours d’organiser le rapatriement massif des enfants haïtiens en cours d’adoption par des familles françaises.

Prés de 1200 enfants, toujours à Haïti pour la plupart, vivent dans des conditions inhumaines, le plus souvent dans la rue où ils dorment à même le sol. Les orphelinats qui élèvent ces enfants ne peuvent faire face. C’est pour cette raison que le Président Haïtien a depuis plusieurs jours autorisé les pays « adoptants » à organiser le départ des enfants.

La Hollande, les USA, la Belgique, le Luxembourg et le Canada ont pris la décision de rapatrier les enfants. Plusieurs centaines d’entre eux ont déjà retrouvé leur famille.

Mais en France, aucune décision massive n’a été prise. Le Ministère des Affaires Etrangères parle d’examiner « au cas par cas » les 1200 dossiers (…) afin de respecter le droit de l’adoption internationale et minimiser les risques de trafic d’enfants.

Cette réponse est infondée juridiquement pour deux raisons : d’une part, le Président Haïtien a autorisé les rapatriements exceptionnels compte tenu de la situation de son pays, d’autre part, les pièces justificatives manquantes pour certaines familles ne peuvent plus être produites. Il faut donc inventer une procédure exceptionnelle qui ne relève pas du droit international ordinaire.

Invoquer le trafic d’enfants relève de la mauvaise foi. Alors que le pays est dans un état de fragilité palpable, qui peut sérieusement croire que des trafiquants d’enfants utiliseraient la procédure très complexe de l’adoption internationale ?

Sans compter que pour les familles concernées, qui en temps normal attendent leur enfant pendant 18 mois, un tel amalgame relève de la provocation.

Enfin, cette réponse est inhumaine et irresponsable. Inhumaine car elle balaye d’un revers de main toutes les règles de la solidarité internationale au moment même où 5 autres pays ont pris la mesure de l’urgence. Irresponsable car beaucoup de ces enfants sont malades et risquent de mourir.

Alain JUPPE a appelé solennellement Bernard Kouchner ministre des affaires étrangères, à faciliter le rapatriement rapide des enfants déjà apparentés à des familles françaises.

Samedi, alors que je participais pour la 2ème fois au rassemblement organisé par les familles devant l’hôtel de ville, une maman m’interpellait : « Je ne dors plus. J’ai été à Haïti à 2 reprises pour voir mon enfant, il porte mon nom et fait déjà parti de la famille. Si il meurt alors que je suis prête à l’accueillir, c’est le gouvernement français qui sera responsable ».

Espérons, chère Madame, que cela n’arrivera pas et que notre gouvernement reviendra à la raison pour que nous sortions de cette situation indigne.

Pour signer la pétition en ligne : cliquez ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • 2fre 26 janvier 2010 14:16

    Chirac, bcp plus humaniste, aurai bien mieux réagit depuis le début
    Mais le petit complexé est bien trop busy à trafiquer les sondages et « à faire le cake » à la télé que de se soucier de ces enfants (en plus des noirs !! -réf.identité nationale-)
    Quant à l’adoption, quoi qu’on en dise, sera au final meilleur pour les enfants que de rester au milieu des gravats, des corps en putréfaction, au milieu d’une jungle et population sans contrôle !

    Des opportunistes, il y en aura toujours ! (Voyez notre président)

    Mais entre mourir de faim sous les caméras, écorchés et mutilés (pour ceux sans famille ou déjà en processus d’adoption) ou partir tenter sa chance ? 
    Si une réelle motivation du gouvernement existait... on pourrai même créer quelques emplois pour suivre toute cette opération... il y a toujours des solutions.
    Mais elles ne font pas partis des priorités du gouvernement actuel !

    Comment se débarrasser du boulet ??? 
    2012 !!
    VOTEZ !
    (si les résultats ne sont pas truqués...)
    hum... (souvenez vous du 2ème mandat de Bush !!!)

  • furio furio 26 janvier 2010 12:54

    Alors là parler de générosité pour l’adoption des enfants !!!! laissez moi rire !!! Ces « pauvres gens » qui ne peuvent avoir d’enfant et qui faute de raison se lance dans l’adoption sont tout SAUF généreux !!! Ils sont surtout TRES EGOISTES. Et c’est pas les évênements d’enlèvements de gamins dans un hopital à Haïti qui va me prouver le contraire, ni les enfants enlevés au Tchad d’ailleurs !!! Ce marché car il y a un marché avec des gens peu scrupuleux qui monnaient les enfants comme on achetait jadis à Nantes ou ailleurs dans le « triangle de la honte » les « ouvriers »* noirs ( * entendez esclaves). Au fait a t’on une statistique sur le nombre d’enfants « venus de l’Etranger » qui restent sans histoires dans le giron de la famille d’adoption !! Quand on songe aux problèmes que les enfants ont à vivre avec leurs vrais parents, ce ne doit pas être triste avec des parents qui ont « payé » !


    • furio furio 26 janvier 2010 13:00

       J’ai entendu sur les ondes une femme « adopteuse » dire sans honte devant les cameras que des gamins vivants après la catastrophe commencent à mourir maintenant !!! Pour justifier de « griller » des étapes en rapatriant tous les gamins sans à aucun moment se dire il se pourrait que la famille de « sang » se manifeste. Quant arrêtera t’on ce commerce indigne. Aider un enfant c’est d’abord lui permettre de vivre avec les siens !!!


      • JL JL 26 janvier 2010 13:10

        @ furio, comme vois avez raison ! Dans les cas de catastrophes naturelles, il est de coutume d’exécuter sur place les pillards ! Mais ceux qui volent des enfants dans les mêmes circonstances, ne sont-ils pas plus repréhensibles ? Où l’on voit que la force publique protège davantage les biens que la vie !


      • furio furio 26 janvier 2010 21:17

        Il y a des fois des coups de gueule qui méritent d’être poussés. Ces gens me répugnent. Le spectacle ignoble donné par l’association « l’arche de Zoé » est certainement pour beaucoup dans cette répulsion. D’ailleurs cette association est elle aussi sur Haïti ? Car leur « traite » continue à n’en point douter !!


      • JL JL 27 janvier 2010 09:41

        @ furio : ce qui me dégoutte le plus c’est que la force publique protège les biens des possédants au mépris de la vie humaine du peuple. Exemple :

        Depuis Port-au-Prince, frappée par le séisme, l’écrivain haïtien Lyonel Trouillot nous envoie chaque jour sa chronique de l’après


      • koanzench koanzench 26 janvier 2010 13:43
        - Séïsme Haïti : Positions et Déclarations des Adoptés Adultes.
        Via United Adoptees International - News.

        - Le point sur l’adoption avec La Voix de l’enfant
        Martine Brousse. Directrice de La Voix de l’Enfant.
        aufeminin.be


        • Nho 26 janvier 2010 14:32

          Votre lien est intéressant. Voici un passage choisi :

          This statement reflects the position of an international community of adoptees of color who wish to pose a critical intervention in the discourse and actions affecting the child victims of the recent earthquake in Haiti

          [...]

          For more than fifty years “orphaned children” have been shipped from areas of war, natural disasters, and poverty to supposedly better lives in Europe and North America. Our adoptions from Vietnam, South Korea, Guatemala and many other countries are no different from what is happening to the children of Haiti today. Like us, these “disaster orphans” will grow into adulthood and begin to grasp the magnitude of the abuse, fraud, negligence, suffering, and deprivation of human rights involved in their displacements.

          We uphold that Haitian children have a right to a family and a history that is their own and that Haitians themselves have a right to determine what happens to their own children. We resist the racist, colonialist mentality that positions the Western nuclear family as superior to other conceptions of family, and we seek to challenge those who abuse the phrase “Every child deserves a family” to rethink how this phrase is used to justify the removal of children from Haiti for the fulfillment of their own needs and desires. Western and Northern desire for ownership of Haitian children directly contributes to the destruction of existing family and community structures in Haiti. This individualistic desire is supported by the historical and global anti-African sentiment which negates the validity of black mothers and fathers and condones the separation of black children from their families, cultures, and countries of origin.

          En résumé pour les anglophobes :

          Comme nous, ces « enfants du désastre » vont grandir et commencer à saisir l’ampleur de l’abus, la fraude, la négligence, la souffrance et la privation des droits de l’homme impliqués dans leur déplacement.

          Nous soutenons que les enfants Haïtiens ont droit à une famille et une histoire qui leur est propre et que les Haïtiens eux même ont le droit de déterminer ce qu’il advient de leurs propres enfants. Nous résistons à la mentalité colonialiste raciste qui positionne la famille nucléaire occidentale comme supérieure aux autres conceptions de la famille, et nous cherchons à inviter ceux qui abusent de l’expression « Chaque enfant mérite d’avoir une famille" de repenser la façon dont cette expression est utilisée pour justifier la suppression des les enfants de Haïti de la réalisation de leurs propres besoins et désirs. etc...

          Une communauté internationale d’adoptés de couleur


        • Pascain Pascain 26 janvier 2010 14:11

          La patrie des droits de l’Homme n’a jamais été la patrie des droits de l’enfant...


          • Nho 26 janvier 2010 14:14

            Mais en France, aucune décision massive n’a été prise. Le Ministère des Affaires Etrangères parle d’examiner « au cas par cas » les 1200 dossiers (…) afin de respecter le droit de l’adoption internationale et minimiser les risques de trafic d’enfants.

            Invoquer le trafic d’enfants relève de la mauvaise foi. Alors que le pays est dans un état de fragilité palpable, qui peut sérieusement croire que des trafiquants d’enfants utiliseraient la procédure très complexe de l’adoption internationale ?

            J’avoue que je ne comprend pas très bien vos propos. Il existe une procédure internationale pour l’adoption d’enfants, vous affirmez que les trafiquant d’enfants ne passent pas par elle, et vous demandez à la France de faire de même.


            • koanzench koanzench 26 janvier 2010 15:26

              - Europe. Pas de plan de l’Union Européenne pour accélérer les adoptions d’enfants d’Haiti.
              No EU plan foreseen to fast-track adoptions of Haiti children

              - Preventing further trauma in Haiti ! 
              International community call for use of International Guidelines to ensure maximum protection of children

              SOS-Children’s Villages International

               


              • cmoy patou 26 janvier 2010 17:44

                D’un côté ce pays adopte de l’autre il expulse.

                Va comprendre Charles.

                 


                • furio furio 26 janvier 2010 21:21

                  Merci de noter que ..ce pays c’est justement pas ça !! ça c’est la politique des sarkosy et autres besson, le marcel déat collabo. C’est aussi le fait d’association de salopards qui monnaient les gosses comme on vendait les esclaves noirs il y a peu ! Non la France c’est autre chose..du moins je l’espère.


                • Shaytan666 Shaytan666 26 janvier 2010 18:23

                  En Belgique seul les enfants dont la procédure d’adoption était terminée et dont la date de départ d’Haïti était déjà fixée on été rapatrié chez les parents adoptants.
                  Seul exception, un bébé de 5 mois pesant 2,5 kg, oui vous avez bien lu, a lui été transféré en Belgique par mesure médicale mais rien ne dit que dans le futur il restera ici.
                  Des familles complètes, donc les parents + les enfants ont également été transféré en Belgique, mais ce n’est qu’une mesure temporaire, elles devraient rejoindre Haïti quand la situation sera meilleure.
                  Lors du Tsunami, énormément d’enfants qui au début étaient considérés comme orphelins ont retrouvé leurs parents biologiques dans les semaines qui ont suivi.


                  • ousuisje 26 janvier 2010 18:37

                    De quel droit, alors que Haïti n’a plus d’administration, pourrions nous nous servir et prendre les enfants comme ça  !!!!
                    Il y a un mélange des genres....
                    Le message sur la Belgique semble être le bon sens : Si tout est bien OK, pas de problème, dans le cas contraire, il faut que l’administration haïtienne se réorganise et donne son accord officiel.


                    • furio furio 26 janvier 2010 21:24

                      « Je ne dors plus. J’ai été à Haïti à 2 reprises pour voir mon enfant, il porte mon nom et fait déjà parti de la famille. Si il meurt alors que je suis prête à l’accueillir, c’est le gouvernement français qui sera responsable ». »
                      Elle dort plus..la pauvre !!! Ruinée par le fric qu’elle a engagé ?
                      A t’on une statistique sur les enfants rejetés par les parents adoptifs ?


                      • Serpico Serpico 27 janvier 2010 09:52

                        "Invoquer le trafic d’enfants relève de la mauvaise foi. Alors que le pays est dans un état de fragilité palpable, qui peut sérieusement croire que des trafiquants d’enfants utiliseraient la procédure très complexe de l’adoption internationale ?« 

                        ***************

                        Ils n’oseraient pas...

                        Mais vous êtes bouché ou vous faites exprès ? dans le boxon qu’il y a actuellement en Haïti quel trafiquant hésiterait ? des milliers d’enfants vont être déclarés »orphelins" alors que leurs parents sont encore vivants.

                        Des zozos l’ont déjà fait. Les fumiers de l’arche de zoé.


                        • Serpico Serpico 27 janvier 2010 09:56

                          L’auteur : " la France, patrie des droits de l’Homme"

                          ***************

                          D’où tenez-vous ça ?


                          • balthasar1er 27 janvier 2010 10:01

                            @Serpico
                            Allons allons Serpico, comment osez vous remettre en cause « l’héritage des lumières » et la déclaration universelle des hypocrites à plein temps, la France patrie des droits de l’homme blanc bien entendu,les précisions ne sont pas nécessaires.


                          • Fantômette Fantômette 27 janvier 2010 11:25

                            @ Furio et aux autres furieux :

                            Votre réaction est nauséabonde, Monsieur.

                            Vous véhiculez haine et préjugés sans connaître rien de ce qu’est réellement l’adoption, et sans connaître ce dont il est question aujourd’hui : ces enfants n’ont plus de famille pouvant s’occuper d’eux en Haïti et ont DEJA des parents en France, et ce depuis avant le séisme.
                             
                            Si VOTRE enfant crevait de faim et de soif, ne voudriez vous pas le voir en sécurité auprès de vous ?

                            Je ne vous salue pas.


                            • Serpico Serpico 27 janvier 2010 16:49

                              « Si VOTRE enfant crevait de faim et de soif, ne voudriez vous pas le voir en sécurité auprès de vous ? »

                              *********

                              Si.

                              Et pas dans les bagages d’un zozo de l’arche perdue qui voudrait l’adopter de force.


                            • Fantômette Fantômette 27 janvier 2010 11:27

                              @ l’auteur :

                              Merci Monsieur de prendre courageusement position. Beaucoup de parents dans la détresse apprécient votre soutien.

                              Les réaction à votre article sont parfois à vomir, n’en tenez pas compte, de grâce !

                              Merci encore.


                              • koanzench koanzench 28 janvier 2010 08:03
                                Quitter Haïti en catastrophe ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer.
                                Le point de vue de Bernard Golse, pédopsychiatre.Quitter Haïti... oui, mais comment ? (ou d’un tremblement de terre à l’autre).
                                Une fois de plus, hélas, l’amour risque de faire ses ravages, ou plutôt l’amour mal compris ! Quitter Haïti en catastrophe, ne peut être qu’un traumatisme surajouté pour des enfants qui ont vu leur pays s’effondrer
                                - dans toutes les acceptions du terme.
                                ... ...
                                Via Osi Bouaké

                                • Fantômette Fantômette 28 janvier 2010 21:35

                                  @koanzench

                                  Relativisons.
                                  Le traumatisme subi par ces enfants est celui qu’ils ont vécu quand leur monde est tombé en ruine, quand leurs parents sont morts, quand ils ont entendu leurs petits copains huler de douleur et de peur...
                                  Quitter Haïti détruite pour un nouveau pays qui saura les nourrir, les aimer, est sans doute un trauma, mais moindre que d’être mort sous les décombres il y a 15 jours ou de faim dans quelques jours !


                                • koanzench koanzench 1er février 2010 12:31

                                  Un article pertinent de Sandrine Dekens, ethnopsychologue clinicienne et psychothérapeute sur Osi Bouaké.

                                  Traumatisme et adoption, un regard clinique.


                                • Betti 19 mars 2010 17:59

                                  Ce qui me saisit le plus, dans cette farce de bons sentiments, c’est la propension effrayante de tout un chacun à surfer sur la vague du drame médiatisé.
                                  A vous en croire, bonnes gens, et loin de moi l’idée de mettre en doute la pureté de vos intentions, la nouvelle daterai d’hier, et l’urgence, exacerbée par l’actualité du drame, ne s’en ferait que plus cruellement ressentir.
                                  « Ils meurent maintenant, aidons les maintenant »...A croire que les enfants ne meurent qu’en Haïti...
                                  Il me semblait, corrigez moi si je me trompe, que les enfants mourraient ailleurs, et en nombre autrement important, dans de nombreux autres pays, depuis quelques temps déjà.
                                  Leur sort est il scellé par faute de possibilités juridiques, à ceux là ?? Ou bien serait ce que, dans la nébuleuse que constitue le centre d’intérêt « bien pensant » de Mr et Mme Untel, personne n’a su rappeler à grand renfort d’images chocs, et ce depuis quelques années, que la situation n’a pas changée ?
                                  Pousser des cris d’orfraie, il n’y a vraiment que dans ce domaine que l’on excelle....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès