• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Décembre 2018, début d’un état de siège qui ne dit pas son (...)

 Décembre 2018, début d’un état de siège qui ne dit pas son nom

Suite aux attentats perpétrés à Paris et à Saint-Denis le 13 novembre 2015, l’état d’urgence avait été décrété aussitôt lors d’un Conseil des ministres réuni dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre. Prolongé six fois par le Parlement, l’état d’urgence a pris fin le 1er novembre 2017 alors qu’est entrée en vigueur la loi du 30 octobre 2017 renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.

Ce dispositif de "légalité de crise" qui n’a fait qu’intégrer au droit commun une mesure d’ « exception » constitue une dérive de la répression policière en France sur laquelle s’appuie le gouvernement (provisoire ?) en place pour massacrer son propre peuple. Nous sommes désormais sous « un état de siège permanent » qui ne dit pas son nom, pratiquant des arrestations préventives basées sur des soupçons, sans preuve de délit.

L’état de siège est un régime sous lequel les libertés publiques sont restreintes et les pouvoirs de police sont exercés par les autorités militaires (les gendarmes sont des militaires) avec des compétences accrues. Régi par l’article 36 de la Constitution, l’état de siège, quand il dit son nom, est décrété en conseil des ministres en cas de « péril national ». Au-delà de douze jours, sa prolongation devrait être autorisée par la loi.

Le samedi 8 décembre, 89 000 membres des forces de l’ordre dites « répressives » ont été mobilisés, dont 8 000 à Paris, soutenus par 14 « VBRG » (Véhicules Blindés à Roues de la Gendarmerie). Dans la capitale, 36 stations de métro ont été fermées au public, de nombreux magasins ont baissé leurs rideaux et les portes d'une dizaine de musées et de sites touristiques majeurs sont restés fermés. L’Opéra, la Comédie-Française, le théâtre Marigny et le théâtre des Champs-Élysées ont annulé leurs représentations.

Une vague d'arrestations massive a eu lieu ce même jour, acte IV de la mobilisation du mouvement "gilets jaunes". La police a confisqué des masques de protection contre les gaz lacrymogènes et des casques de moto aux manifestants, ce qui a provoqué l'indignation et a ravivé le feu. Les forces de police ont arrêté 1 723 personnes participant au mouvement, dont 1 082 à Paris. Une jeune mère a lorsqu'elle s'est retrouvée en détention sans avoir été accusée de rien et sans pouvoir allaiter son bébé de quatre mois. 

Mais ce jour-là, cette répression ne s’est pas abattue que sur ce mouvement né des problèmes de fin de mois. Ce même 8 décembre, lors de la marche pour le climat réunissant entre 1 000 et 1 500 personnes à Nancy, Florent Compain, président des Amis de la Terre, et Denys Crolotte, du Mouvement pour une Alternative Non-violente, ont été arrêtés pour avoir organisé une manifestation malgré l'interdiction faite par la préfecture. Ils ont été libérés après avoir plus de 21 heures de détention et risquent une peine de prison de six mois de prison et une amende de 7 500 euros.

A Bordeaux, ce même 8 décembre, Antoine, 26 ans, a été amputé de la main droite après l'explosion d'une grenade explosive GLI-F4, une arme composée de 25 grammes de TNT et de gaz lacrymogène qu'il tentait de renvoyer à l’expéditeur assermenté. En Europe, seule la France utilise ce type d’arme pour des opérations de « maintien de l'ordre public ». 32 autres manifestants ont été blessés. » Ils ne peuvent pas nous envoyer ça dans la gueule, ", a dit Antoine « nous on n'est pas armés, au mieux les gars ils ont des masques à gaz ou des lunettes de plongée, ils se débrouillent comme ils peuvent pour s'armer contre des gens en face qui ont des gilets [pare-balles], des casques et des matraques, des boucliers et des lance-grenades. Je savais qu'ils avaient des flash-ball et des lacrymos mais ça je n'imaginais même pas qu'ils avaient ça. C'est horrible"

Pourtant, dès le 30 novembre, un groupe d'avocats de personnes blessées par ce type de munitions avait adressé une lettre ouverte au ministre de l'Intérieur  : « Alors que depuis 2016, tant le Défenseur des droits que l’Association chrétienne pour l’abolition de la torture (ACAT) tirent le signal d’alarme quant au recours à ces armes à feu, l’Etat persiste à recourir massivement à ces grenades explosives au risque assumé de mutiler voire de tuer. "La seule réponse à cette lettre a été la répression d’un gouvernement déstabilisé.

Le même 8 décembre, une photographe de presse, Yann Foreix, a été la cible d'un tir dans le dos à deux mètres de distance de la part d’un policier. Même scénario pour Boris Kharlamoff, photographe de l'agence A2PRL , également frappé dans le dos par un projectile en caoutchouc tiré par un policier en civil. Eric Dessons, du Journal du Dimanche a été hospitalisé pour une fracture à la main après avoir été frappé à deux reprises par un CRS et un photographe de Reuters a été touché par une balle de LBD à Bordeaux. A Paris, un reporter de « Là-bas si j'y suis », Gaylord Van Wymeersch a été molesté par un agent du BAC, l’escouade anti-crime déployée à grande échelle, vêtue en civil, avec ou sans brassard. Son coéquipier, Dillah Teibi, a enregistré la scène. « Si vous voulez rester en vie, alors rentrez chez vous ! Vous n'avez rien à faire ici ! “, a dit à un journaliste un policier-citoyen de la république (enmarche…).

 Pour Macron, le violence ne serait que d’un côté, des "voyous". Depuis le 8 décembre, grenades et armes réputées « non-létales » continuent le massacre tous les samedis ici ou là.

Il reste au pouvoir un autre recours pour la mise en place d’un régime d’exception qui marquerait un nouveau pas vers une franche dictature, c’est l’application de l’article 16 de la cinquième république : "Lorsque les institutions de la République, l’indépendance de la Nation, l’intégrité de son territoire ou l’exécution de ses engagements internationaux sont menacés d’une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics constitutionnels est interrompu, le Président de la République prend les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des Présidents des Assemblées ainsi que du Conseil constitutionnel". Dans ce cas, le président de la République est doté de pouvoirs exceptionnels, exécutifs et législatifs. Les mesures présidentielles sont soumises à avis du Conseil Constitutionnel mais cet avis reste secret. Les actes du président de la République sont qualifiés de "décisions" et pris sans contreseing.

Encore faudrait-il que le phénomène des gilets jaunes soit assimilable à une « interruption du fonctionnement régulier des pouvoirs publics ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 22 janvier 16:30

    Z’en faîtes pas un peu trop M.Jeussey ?

    Au passage, je vous signale que quand un couillon a la main déchiquetée par une grenade de ce type, c’est généralement parce qu’il a essayé de la ramasser pour la retourner à l’envoyeur ....

    Parlez nous donc aussi un peu des policiers blessés ...


    • Xenozoid Xenozoid 22 janvier 16:33

      @Sharpshooter - Snoopy86

      d’ou l’utilisation des raquette de tennis,retour a l’envoyeur, pas de main arraché par l’explosion d’une charge de tnt envoyé par des forces de l’ordre a 1 contre 1....overkill


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 22 janvier 16:37

      @Xenozoid

      J’ouvre le lien mis par Jeussey et je lis aussi :

      «  Ils ont ainsi pu voir durant ces affrontements que quelque 200 manifestants venus en découdre lançaient des pavés déterrés dans une petite rue adjacente, des fusées d’artifice, des fumigènes, de la peinture, des aérosols, des balles de plomb, des cartouches de fusil, et aussi des bombes artisanales d’acide.  »

      Des manifestants pacifiques ....


    • Arthur S François Pignon 22 janvier 16:37

      @Sharpshooter - Snoopy86

      « parce qu’il a essayé de la ramasser pour la retourner à l’envoyeur .... »

      ah paskeu faut pas ?
      ils devraient donner les règles du jeu, les keufs ou Castaner !

      je vous signale par-dessus le marché que j’avais donné la précision dans l’article et que votre rappel était superflu

      pour ce qui est des policiers blessés, je compatis


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 22 janvier 16:40

      @François Pignon

      Alors faut pas pleurnicher ! smiley


    • Attila Attila 22 janvier 16:47

      @Xenozoid
      Ou ÇA

      .


    • Arthur S François Pignon 22 janvier 17:23

      @Attila

      Il y a aussi l’aïkido

      , avec armes ou à mains nues, qui utilise la force de l’adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. Il ne s’agit pas tant de vaincre l’adversaire, que de réduire sa tentative d’agression à néant. C’est la concrétisation de l’idée de légitime défense : une réaction proportionnée et immédiate à une agression. Le combat se termine au moment même où il commence.

      Si l’agresseur était le mouvement des gilets jaunes, il serait plus utile de former les « forces de l’ordre » à cet art martial que de lui fournir des armes de guerre.

      Mais qui est l’agresseur ?


    • oncle archibald 22 janvier 17:49

      @François Pignon : « ils devraient donner les règles du jeu »

      Parce que les manifestants sont trop cons pour savoir qu’une grenade ça explose ? Ah les pauvres choux, j’aurai pas cru !

      Et ils veulent écrire les règles du jeu d’une nouvelle société ?? Ben dis donc !

      Même que Eric Drouet, chef autoproclamé de ceux qui ne veulent surtout pas de chef tape du pied et exige d’être reçu par Emmanuel Macron.

      Ce qui parait assez incompréhensible et vient renforcer la piètre opinion que j’ai de ce Monsieur vu qu’à moins d’avoir changé d’idée il ne veut pas lui parler mais juste lui dire « dégage ».


    • Arthur S François Pignon 22 janvier 17:56

      @oncle archibald

      Vous devriez expliquer tout ça à Jean-Marc Michaud


    • Sharpshooter - Snoopy86 Sharpshooter - Snoopy86 22 janvier 18:14

      @François Pignon

      Et vous qu’expliquez vous à ce policier ?


    • oncle archibald 22 janvier 19:23

      @François Pignon

      Les règles du jeu sont claires et définies par la loi, donc par écrit. La liberté de manifester sur la voie publique est garantie par la constitution, à condition que la manifestation soit déclarée en préfecture, que ses dates et heures soient précisées et que bien entendu elle se déroule sans violences, notamment sans atteinte aux personnes et aux biens.

      Si la manifestation se déroule dans ce cadre la police et la gendarmerie escortent le cortège des manifestants et le protègent d’éventuelles agressions de « contre manifestants ». Si les manifestants sortent du cadre défini par la loi les « forces de l’ordre » interviennent pour rétablir l’ordre, protéger les biens et les personnes menacés.

      C’est clair me semble-t-il et je n’ai jamais vu des flics déroger à ces règles du jeu. Et oui, pour ce faire ils utilisent les moyens mis à disposition par leur hiérarchie. Et oui, Il se peut qu’éxédés d’être insultés, menacés, bombardés de projectiles aussi divers et variés que boulons, pavés, cocktails Molotoff, bouteilles d’acide, leur riposte aille au delà de ce qui serait strictement nécessaire pour remplir leur mission.

      C’est dommage mais très compréhensible. Si une telle situation est suspectée, il y a une enquête de la police des polices et le cas échéant des sanctions disciplinaires voire des poursuites judiciaires.


    • pipiou 22 janvier 21:02

      @oncle archibald
      La constitution est illégitime ....


    • pipiou 22 janvier 21:00

      Ne pas oublier toutes les terribles répressions qui sévissent en France : des meurtriers sont arrêtés, voire condamnés, par ce pouvoir illégitime, des voleurs, des dealers sont emprisonnés, des violeurs sont privés de leurs droits de circulation.

      Même des chauffards sont poursuivis, vous vous rendez compte de l’indignité ? On ne peut plus griller les feux rouges et bruler des poubelles, quelle atteinte à nos droits les plus élémentaires.

      Stop à la répression, laissez les délinquants s’exprimer bordel de dieu de dictateurs totalitaro-facho-collabo-rototo !


      • Eric F Eric F 23 janvier 15:03

        L’article 16 de la constitution (pouvoirs spéciaux) n’a été utilisé qu’une fois, en réaction au putsch d’Alger. Il ne l’a pas été en 1968 ni lors des attentats. La situation actuelle ne correspond pas à une urgence pour la sauvegarde de la république, et le pouvoir n’a pas intérêt à surdramatiser, ce qui montrerait qu’il a perdu la main.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès