• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > L’argument fallacieux de la transition énergétique

L’argument fallacieux de la transition énergétique

C’est pour la planète, la santé de nos enfants, le bien-être de notre environnement et comme il faut bien culpabiliser un peu, on ajoute que nos petits-enfants nous reprocheront de n’avoir rien fait pour l’écologie. 

Donc, la bagnole…

Elle est au centre du débat. Elle apparaît comme la seule responsable de ce qui se passe alors qu’elle ne représente que 15.6 % de la pollution. Bizarre, non ? Pour l’agriculture, c’est 17 %, mais où sont les mesures ? Pour les poids lourds, le problème est réglé puisque le gouvernement vient de renoncer à une vignette. Courage, fuyons… Pas le moment de favoriser la convergence des luttes… Comme quoi la politique gouvernementale connaît quelques exceptions opportunistes… Pareil pour les transports aériens ou maritimes ou l’industrie.

La bagnole jackpot

C’est vrai quoi, à part la TVA, quelle est la taxe à laquelle il est difficile de se soustraire ? Réponse, la TICPE lorsqu’il n’existe aucune autre solution que la voiture pour se déplacer.

Donc, on nous culpabilise en nous disant que nous polluons et que nous devons payer et ça commence très tôt, dès l’achat de la bagnole avec la TVA et la carte grise après tout de même avoir payé, cher, un permis de conduire. Et là, la machine à cash tourne à plein : passons sur les petites taxes quasi indolores sur le contrat d’assurance pour arriver direct sur les taxes sur le carburant (60 % en gros par litre, faites le calcul sur 10 ans par exemple), le contrôle technique de plus en plus pointu et de plus en plus cher, dont une des fonctions cachées consiste à retirer de la circulation des véhicules le plus tôt possible pour favoriser de nouveaux « actes d’achat », sans parler des réparations soumises à TVA et les PV divers et variés ainsi que le racket privé des péages.

Pas étonnant que le gouvernement ait annoncé qu’il ne reculerait pas sur l’augmentation des carburants début 2019. L’enjeu fiscal est trop important mais n’est jamais mis en avant. La transition écologique a bon dos.

Les mesures de « transition écologique » ne visent pas à diminuer le parc de véhicules

Ben non, la vache à lait fiscale disparaîtrait. Impensable pour Bercy ! Alors, les mesures consistent à proposer des primes à la transition pour remplacer son véhicule « polluant », sans se poser la question de savoir si le péquin moyen déjà étranglé financièrement avec des fins de mois qui durent quinze jours aura les moyens de le faire. Comble du cynisme, le Ministre de l’économie demande aux banques de proposer aux nécessiteux des prêts à taux minimes sans se poser la question de leur capacité à financer un véhicule plus récent…  

Pour beaucoup de gens, c’est donc l’impasse. Obligés de se déplacer en voiture parce que, horaires atypiques, logement éloigné du travail, absence de transports collectifs, ils sont donc condamnés à devenir des marginaux hors la loi, comme ceux qui roulent sans permis ou sans assurance.

La décision de faire converger les taxes entre l’essence et le diesel ne relève pas non plus d’une volonté de diminuer la pollution mais de convaincre ces automobilistes qui clopent, roulent au diésel et se chauffent au fuel d’acheter des voitures à essence qui consomment davantage que le diesel et qui augmenteront de fait les recettes fiscales pour le gouvernement. Gouverner, c’est prévoir…

Enfin, on nous dit monts et merveille de la voiture électrique, en évitant de parler de ses désagréments écologiques (recyclage des batteries, par exemple).

Bref, la bagnole, toute la bagnole, rien que la bagnole. Le lobby automobile fonctionne bien et si en passant, cela arrange les bidons financiers du gouvernement, c’est tout bénéf…

Un autre lobby silencieux (ou presque)

C’est celui de l’agriculture qui pollue plus que la voiture mais qui sait, le moment venu, lorsqu’il s’agit de défendre son droit à polluer organiser avec ses tracteurs la paralysie de l’économie, plus sûrement et efficacement que les gilets jaunes. L’exemple des algues vertes sur le littoral Breton depuis plus de vingt ans est un très bon exemple du laisser-faire (que l’on retrouve avec le glyphosate) des pouvoirs publics.

Le lobbying de la FNSEA consiste par ailleurs à défendre les terres agricoles (ce qui peut s’entendre) sans se soucier de leur état sanitaire et à défendre ces terres contre les projets d’infrastructures collectives pour les transports.

Cela donne, en zone périurbaine notamment, des embouteillages polluants sur des routes d’accès à la ville du fait du manque de routes, de voies réservées pour les transports en commun ou de piste cyclables dignes de ce nom. Pour les pistes cyclables, c’est la même chose en milieu rural, ce qui dissuade les éventuels cyclistes d’emprunter les routes secondaires avec pour seul salut de se jeter au fossé en cas de danger.

Les décideurs locaux (élus des départements, des métropoles, des intercommunalités et des communes) se sont adaptés à cette situation et ne proposent plus comme alternative à la voiture que le vélo, la trottinette ou bien le covoiturage, jamais des transports en commun performants trop coûteux et consommateurs d’espaces agricoles, fussent-ils pollués à mort par toutes les saloperies dont on asperge le sol. On nous endort bien avec le bio très minoritaire et les fameux circuits courts qui permettrons au citadin bobo de manger des « légumes oubliés », même pas bios.

L’automobiliste, vache à lait

Le principe du pollueur payeur ne concernera donc que le conducteur automobile. C’est ainsi !

Notons, subtilité extrême, que le covoiturage qui semble aujourd’hui l’alpha et l’oméga de la lutte contre la pollution, et la réponse absolue au manque d’infrastructures de transport en commun routier ou ferroviaire, nécessite pour les covoiturés d’avoir tout de même un véhicule pour alterner. L’industrie automobile est sauvée ! Il y aura toujours autant de bagnoles. Elles rouleront moins et on pourra prévoir leur obsolescence programmée, soit en raison de leur âge ou bien parce qu’elles feront moins de kilomètres. Donc, on les renouvellera plus vite. CQFD !

Le gouvernement, petit bricoleur du dimanche

La préoccupation est avant tout de faire rentrer de l’argent dans les caisses en taxant les plus nombreux et en rendant de l’argent aux moins nombreux (les fameux premiers de cordée).

Fort avec les faibles et faibles avec les forts, telles semble être la devise gouvernementale, sauf que dans le premier cas, le prélèvement dans le porte-monnaie est immédiat et que dans le second l’acquis est définitif (ISF, CICE transformé en baisse de l’impôt sur les sociétés,…) et même pas assorti d’une obligation d’investissement ou de création d’emplois.

Pour ceux qui croient encore à la baisse du chômage, notons que des journalistes économiques nous parlent désormais des 9 % de chômage, comme d’un taux « structurel », c’est-à-dire qu’il ne faut plus s’attendre à une baisse significative de ce taux.

En conséquence, puisque l’usine à gaz économique construite par M. Macron pour diminuer le chômage est inefficace, il conviendrait donc de revenir de manière urgente sur ces cadeaux fiscaux devenus sans objet, afin de sortir nos concitoyens dans le besoin ou carrément la misère de leur situation et éviter de leur remettre un coup sur la tête avec la fiscalité pseudo écologique. On pourrait également s’attaquer à la question des 100 milliards d’évasion fiscale…

Longue vie aux gilets jaunes !

Les gilets jaunes sont en train de créer une nouvelle forme d’interpellation qui se joue des modes habituels, policés, qui consiste à dire qu’on peut être en colère, mais qu’il faut le dire gentiment, parqué dans un espace mis à disposition gracieusement par la Préfecture de Police.

Ils sont la traduction du mépris gouvernemental concernant les fameux corps intermédiaires.

Cette nouvelle forme d’interpellation du politique se joue des modes traditionnels de représentation, et c’est bien, vu le discrédit du personnel politique plus pressé de se conformer à la « loi du marché » et des lobbies qu’à l’écoute attentive du peuple qui n’en peut plus de voter pour rien et qui ne se déplace plus pour le faire.

On ne sait pas ce que deviendra ce mouvement des gilets jaunes, tiraillés par des contradictions internes, menacé de récupération par des politicards peu subtils, discrédité parfois par des casseurs que l’on retrouve dans toutes les manifs, noyés par des propos gouvernementaux alternant la carotte ou le bâton.

Ce qui est certain, c’est que ce mouvement, à défaut de perdurer, laissera des traces. Il se traduira peut être par un investissement politique plus fort destiné à revigorer le débat et la vie politique, en un mot la citoyenneté.

C’est tout le mal qu’on lui souhaite. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.41/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

173 réactions à cet article    


  • GASTON7864 27 novembre 12:12

    Le Président a cantonner la colère des gilets jaunes aux prix des carburants.

    Si effectivement la goutte de carburant a fait déborder le coupe, il ne veut pas traiter comment et pourquoi cette coupe était pleine. Donc réduire le robinet de l’écologie qui fuyait ne videra pas la coupe dans laquelle les Français se noient.

    Tout ça pour rien


    • Arogavox 27 novembre 15:25

      @GASTON7864
      Tout ça pour pour rien ?  Non, si le phénix « gilets jaunes » est réduit en fumée par les manœuvres honteuses et malhonnêtes que l’on sait, il renaîtra rapidement et fatalement de ses cendres sous une forme encore plus vigoureuse, originale et imprévue ! 
         
        Les chantres du paraître et des postures (comme dans le conte d’Andersen « Les habits neufs de l’empereur ») n’ont manifestement pas intégré dans leur « pédagogie » qu’il serait vain de se contenter de gommer les symptômes, en voulant superbement ignorer les causes de la colère du peuple (aujourd’hui encore largement contenue, avec un remarquable sang-froid, quoi qu’ils en disent !)


    • nono le simplet nono le simplet 27 novembre 12:57

      bonjour,

      Macron vient de faire son discours sur l’orientation de la PPE et, comme on pouvait le prévoir, vient de taper en touche sur l’énergie en général, reportant les « ambitieux » objectifs de transition énergétique à 2035 c’est à dire « après deux éventuels quinquennats » ...

      du coup, la seule décision courageuse est de continuer à augmenter le prix des carburants ...

      plus faux cul et entêté je connais pas !


      • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 14:58

        @nono le simplet
        Comme d’habitude, il nous fait le coup des lendemains qui chantent alors que la demande porte sur demain.


      • Arogavox 27 novembre 15:28

        @Michel DROUET
         N’était-il pas premier ministre et (donc) caution du dernier gouvernement dont il n’a ni assumé ni même établi le bilan avant d’oser ... tout !!


      • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 17:21

        @nono le simplet
        Dans l’ancien monde les gouvernants augmentaient les clopes et le carburant.
        Dans la start-up nation....rien de nouveau.


      • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 18:17

        @Arogavox
        Ministre de l’économie... C’est pire !


      • generation désenchantée 27 novembre 13:36

        a croire que macron cherche le clash violent

        c’est pas lui qui avait dit « qu’ils viennent me chercher » au lieu de calmer les Français , il balance encore plus d’ huile sur le feu avec son discours de type technocrates complètement déconnectes de la France périphérique et de ses problèmes


        • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 15:01

          @generation désenchantée
          Venant de l’ENA, il y a peu de chance qu’il connaisse les attentes des citoyens du bas de l’échelle. Il n’a même pas la perception d’avoir parlé à côté de la plaque.


        • generation désenchantée 27 novembre 19:16

          @Michel DROUET
          un autre encore qui ne réalise pas sa déconnexion avec les français , c’est Darmanin

          http://www.francesoir.fr/politique-france/darmanin-assume-ses-propos-sur-les-repas-200-euros-sans-le-vin


        • Croa Croa 27 novembre 19:23

          À generation désenchantée,

          Oui « allons le chercher ». Prenons l’Élysée et faisons lui signer de force sa lettre de démmisson !


        • generation désenchantée 27 novembre 20:20

          @Croa
          il réussit un exploit , le macron , être le plus impopulaire des présidents et le plus déconnecté des français
          il provoque et méprise le peuple , voir cette carte

          http://www.wikistrike.com/2018/09/la-nouvelle-carte-de-france-selon-macron.html


        • Nowhere Man 27 novembre 13:39

          C’est pour la planète, la santé de nos enfants, le bien-être de notre environnement et comme il faut bien culpabiliser un peu, on ajoute que nos petits-enfants nous reprocheront de n’avoir rien fait pour l’écologie.

          La fake news planétaire du siècle.


          • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 17:55

            @Nowhere Man
            C’est notable qu’au nom de l’écologie on accélère l’obsolescence de millions de véhicules, on applaudisse le saccage de ressources (lithium et terres rares) venues du bout du monde, on encense l’électricité nucléaire (au moins jusqu’en 2035 !).
            Et aussi qu’on occulte l’inexorable croissance des besoins de déplacements qu’engendre l’abandon d’une moitié du pays et la surpopulation d’un quart du même pays.


          • Eric F Eric F 27 novembre 18:17

            @Pere Plexe
            "’au nom de l’écologie on accélère l’obsolescence de millions de véhicules

            "
            Exact, le gaspillage et la pollution engendrés sont absolument anti-écologiques, même un enfant de six ans peut le comprendre, mais pas les Verts pour qui l’idéologie prime (actuellement c’est haro sur le diésel en France et tout électrique donc de facto majoritairement nucléaire, alors que les Verts allemands se satisfont du charbon pourvu qu’ils sortent du nucléaire). Le gouvernement le sait bien évidemment mais s’en fiche car il veut faire tourner la machine économique et prélever du cash sur les consommateurs, le green washing est une opportunité (en culpabilisant les automobilistes français qui représentent 2 pour 1000 de la pollution mondiale, alors que les Yankees et les Chinois se moquent bien de polluer). Et on refait le cout pour le fioul, alors qu’il y a eu des primes pour pousser à changer pour des chaudières à condensation.


          • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 18:18

            @Pere Plexe
            Tout pour la bagnole, c’est bon pour l’économie !


          • Sozenz 27 novembre 13:53

            j’ ai mis mauvais a votre article , non pas que votre article soit mauvais en lui meme tant sur l ecriture (pour laquelle j aurais bien aimé être douée , mais je n ai pas cette competence ) mais sur le fond , le très fond ; celui de que vous exposez et qui ne devrait pas tenir le pavé de la discussion ; bagnole et carburant  ;

            si comme je l ai dit plusieures fois le mouvement des gilets jaunes se cantonne qu’ à cela ; ce sera voué à l echec ;

            macron a dejà tenu un discours qui et un gros doigt d honneur aux gilets jaunes .

            oui on parle de transition et technologie de temps et de finance qu il faut mettre pour cette transition .bref , tout le discours qui n est pas faux en plus . mais qui permet de faire un grand pied de nez aux gilets jaunes .

             la petite pédagogie pour les neuneux du coin

            ( petite phrase de marcon :« beaucoup ne comprennent pas le cheques energie ... » marcon estime que la plus part des gens sont des cretins , ce qui n est pas totalement faux non plus . ) lui meme veut se faire passer pour un peu con con ( ce dont je doute ) en disant que lui aussi ne comprenait pas bien . 

            il annonce aussi que les riches polluent moins que les pauvres .( il n a pas mis en avant les industries ni la politique sur les sables bitumeux ) ... là j ai trouvé le truc trop fort

            donc apres ce petit tour rapide de passe passe de macron , les gilets jaunes se sont fait berner car il n ont pas attaqué directement la cause du problème . e ne se sont concentré que sur un point « mineur » ( bien que le problème est véritablement réel pour les utilisateurs qui ont obligation d utiliser leur véhicule )

            tous les autres problèmes ont été occultés et cela fait bien l affaire des politiciens qui par ce mouvement sur le carburant fait la une et cache les autres mesures qui se trament . et les mesures qui sont les épines dans les pieds des français , viennent de l UE . de l’ incapacité de flexibiliser notre économie par les taux de change , la concurrence que nous nous faisons entre les etats européens .

            le problème c est la politique commune de l UE .

            temps que nous ne manifesterons pour la sortie de l UE , la reconnaissance du referendum de 2005 et de faire la demande express de refaire au moins un referendum sur la sortie de l UE . nous continuerons à subir les dictats de l UE et allez plus en avant dans l austérité et le démantèlement de la France .

            de plus on ne peut faire une politique écologique correcte , si on continue a faire une politique de concurrence , hyper capitaliste et libérale telle qu ’ elle est menée actuellement .

            c est la raison pour laquelle depuis des décennies , on repousse tout le temps les échéances des transitions .


            • Sozenz 27 novembre 14:10

              @Sozenz
              j avais oublié , pour le nucléaire ce sera 2035 et non 2025 !


            • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 14:56

              @Sozenz
              Il faut écouter les discours très divers des gilets jaunes. Il ne se cantonnent pas à la bagnole et au carburant mais parlent de pouvoir d’achat, d’enclavement territorial, de suppression des services publics, de fermeture des commerces, etc,... etc...
              Ils parlent également du mépris qu’ils ressentent, de leur désamour pour la démocratie représentative qui se résume à un petit scrutin de temps en temps avec un taux d’abstention qui croit de plus en plus.
              Ils parlent aussi de leurs enfants qu’ils ne peuvent plus aider pour cause de retraite minable et qui sont obligés de faire la queue aux restos du coeur.
              On ne peut donc pas résumer cela à la bagnole et au carburant qui sont les révélateurs de situations plus complexes et plus dramatiques.


            • Arogavox 27 novembre 16:05

              @Michel DROUET
              OUI :  situations plus complexes et plus dramatiques 
                  
               Et il est indispensable de comprendre l’irrattrapable sentiment de trahison que peut ressentir la branche maîtresse et principale de l’électorat (minoritaire à environ 20% des électeurs exprimés au 1e tour de la dernière présidentielle) qui a commis l’inconséquente naïveté d’accorder sa confiance à un jupiter auto-décrété !
                
               L’électorat âgé, a cru se la jouer « jeune » et « en même temps » conforter ses statuts de « retraités » en veautant pour un jeunot ’mutant’ qui obligerait leurs enfants et petits-enfants à arrêter de ’fainéanter’ dans un chômage trop ’assisté’ à ses yeux ... ;
              cet électorat âgé, qui se rend compte maintenant que les promesses qui leur plaisaient en masquaient d’autres, va progressivement se rendre compte de bien pire, et plus radical, les concernant :
                 statistiquement, la dure réalité des problèmes de santé d’un vieil âge qui n’apporte pas qu’une augmentation d’espérance de vie, va leur faire découvrir les ’joies’ de la dépendance, mise sous tutelle (de moins en moins de leur famille quand le nombre d’enfants à tendance à décroitre) , difficultés grandissantes de financement des maisons de retraites, y compris pour les privilégiés qui pourront éviter les mouroirs (cf émission « Envoyé Spécial » d’ Elise Lucet) ... 
              et s’il garde la chance de garder un maximun de lucidité, d’autant plus amer leur apparaîtra la conscience d’un intérêt de l’Etat à exploiter « l’or gris » couplé à l’ideologie ambiante d’une exigence drastique de réduction « d’assistanat » ... 


            • Sozenz 27 novembre 16:18

              @Michel DROUET
              je suis d accord avec vous . mais le carburant prend tellement de place que tout le reste passe pratiquement inaperçu. et macron en profite ;
              sur un autre article on faisait l apologie de cette nana qui a pris en plus la tête du mouvement avec un autre .
              http://www.leparisien.fr/economie/consommation/sa-petition-contre-la-hausse-des-carburants-fait-le-plein-21-10-2018-7924635.php
              petition à deux balles de cette nana
              et votre article en remet une couche . toujours dans le même sens .
              c est cela que je critique .
              ne vaut il pas mieux preparer le terrain pour les elections européennes et faire prendre conscience à un maximum de personnes de la politique de l UE .
               combien connaissent vraiment les rouages de l UE ?
              n est ce pas le moment de ce type de mouvement libre et sans contrainte de parole ; parole à ceux qui n ont rien a perdre et donc de parler ouvertement de ce qui se passe réellement , pour informer ?


            • leypanou 27 novembre 16:28

              @Sozenz
              temps que nous ne manifesterons pour la sortie de l UE , la reconnaissance du referendum de 2005 et de faire la demande express de refaire au moins un referendum sur la sortie de l UE 

               : qu’attendait l’UPR pour manifester pour la sortie de l’UE ?
              Complètement hors sol : les gens manifestent pour des choses terre à terre. Faites aussi une manifestation pour une sortie de l’OTAN pendant que vous y êtes.
              Je suis d’accord avec tout ce que vous écrivez mais les gens ne vont pas manifester pour çà.


            • Jason Jason 27 novembre 16:49

              @Sozenz

              Une stratégie de l’occultation.

              Je suis entièrement d’accord avec ce qu vous dites.

              Pour moi, ce n’est pas une stratégie du chaos (voir l’article sur ce site), c’est une stratégie de l’ordre. Penchez-vous sur tout ce qui n’est pas dit et ce qui reste protégé et couvert par un discours qui ignore toute possibilité de changement.

              L’agenda est décrété par le gouvernement : on ne parle que d’environnement, de taxes des carburants, de plans d’assistance à la mobilité, d’énergies renouvelables, voiture nucléaire, etc. Et une promesse de discussions dans les trois mois qui viennent ; avec un agenda qui dissimulera l’essentiel... 

              Le sous-titre de l’article : L’argument fallacieux, etc. :« Le gouvernement, petit bricoleur du dimanche » devrait s’appeler : habile architecte de la dissimulation et du silence.

              Le gouvernement reste bel et bien une courroie de transmission d’asservissement économique des populations.

              Et je le dis et redis : l’abaissement des taxes, la hausse du pouvoir d’achat nourrit les profits et la rente. En attendant, le CAC 40 se porte très bien, et M. Gattaz se frotte les mains : plus d’argent pour la consommation, c’est autant de gagné.

              Si le mouvement des Gilets Jaunes n’accouche pas de revendications très fortes et à longue portée, il s’éteindra.

            • Jason Jason 27 novembre 17:08

              @Arogavox

              Je trouve les émissions d’Elise Lucet absolument détestables. Il n’y a jamais de portes de sortie ou de moindre ébauche de solutions. C’est de l’exhibitionnisme pur. Elle se complaît dans des photos de cours des miracles et à montrer des plaies.

              De véritables émissions « paires de claques ».

            • Sozenz 27 novembre 17:44

              @leypanou
              pourquoi parlez vous de l UPR ?
              L upr est il le seul responsable de la non information ou est ce le seul à denoncer la politique de l UE ?

              l UE est quelque chose de très terre à terre ; quand on vient prendre 23 milliards de votre poche qui viennent de taxes impots ect et qu on vient vous en donner 14 ou 14 et que l on doit dire que c est grâce a l UE qu on a des financements et non pas qu on nous prend 10 milliards .
               que l on a un macron qui nous dit que la populace de france coute un pognon de dingue , mais donc accepte que 10 milliards parte pour une partie aider d aute pays et une bonne partie paye des non élus .
              pour le terre à terre . je pense que c est du concret .
              quand l UE demande de casser le code du travail et précarise de plus en plus de monde , c est du terre à terre . quand la politique de l UE est de privatiser et que les hopitaux se font racheter . c est du concret ...
              bref on ne va pas faire la liste de tout . mais  ; l origine de toute cette merdouille . c est bien l UE qui se donne le droit de racketter si on ne suit pas ses recommandations .
              ce n est certainement pas l unique problème ; mais sans l UE on se porterait certainement beaucoup mieux .


            • Sozenz 27 novembre 17:54

              @Sozenz
              une chose est certaine . soit on reste dans l UE et on accepte les décisions de la commission de l UE . et on ferme sa gueule . car les marges de manoeuvre sont très serrées , et la politique de l UE c est l austérité temps que la dette n est pas payée , et elle ne le sera jamais .
              soit on quitte l UE est on retrouve une monnaie que l on pourra faire dévaluer . ou réévaluer . on décidera des privatisations ou pas , de liens économiques avec qui nous voulons etc ... nous dirigerons notre pays comme nous l entendons , et non pas comme l UE le veut ,


            • leypanou 27 novembre 18:14

              @Sozenz
              j’ai dit que je suis d’accord 100% avec vous, mais les gens ne vont pas manifester pour çà.
              comprendo ? Il y a aussi des tas de pays qui ne sont pas dans l’UE et ce n’est pas mieux.


            • Eric F Eric F 27 novembre 18:21

              @Sozenz
              au contraire, il faut pour être efficace, un mouvement protestataire doit avoir un objectif concret et atteignable, on ne réformera pas la politique de l’UE en bloquant des rond points, ce qui relève de la politique générale se décide dans les urnes -et on peut du reste s’attendre à un vote sanction-


            • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 18:27

              @Arogavox
              Fort heureusement, je n’ai pas fait la connerie de voter pour lui et je m’en félicite chaque jour.


            • waymel bernard waymel bernard 27 novembre 18:27

              @Sozenz
              On peut rester dans l’UE et la transformer. Le groupe de Visegrad montre parfaitement que l’on peut s’opposer aux décisions stupides des eurocrates (clôture hongroise, refus des quotas d’immigrés par les 4 pays du groupe, opposition ferme à la société ouverte de Soros, etc).


            • MAGURA 27 novembre 20:31

              @Jason

              avec moins de 5.000 points, le CAC 40 est loin de bien se porter


            • baldis30 27 novembre 21:49

              @Eric F

              bonsoir,
              « on ne réformera pas la politique de l’UE en bloquant des rond points, »
               le jour où un des commissaires politiques staliniens de la commission européen se trouvera coincé dans un rond-point et reconnu je me demande ce qui se passera ....
              dans sa tête ... tant que ce sera dans sa tête ...


            • Sozenz 29 novembre 17:25

              @waymel bernard
              je l ai chopé au vole
              https://www.sudouest.fr/2018/06/23/migrants-macron-favorable-a-des-sanctions-financieres-contre-les-pays-qui-refusent-l-accueil-5173124-6116.php

              https://www.lemonde.fr/europe/article/2017/09/06/la-justice-europeenne-valide-les-quotas-de-refugies_5181666_3214.html
              L’arrêt des juges de Luxembourg ne clôt pas les contentieux juridiques entre Européens. En juillet, la Commission a envoyé à la Hongrie, à la Pologne et à la République tchèque un « avis motivé » concernant leur refus total de participer à la relocalisation. C’est la deuxième étape d’une « procédure d’infraction » ouverte à l’encontre de ces pays. Cette démarche de la Commission peut aboutir, ensuite, à une saisine de la Cour de justice et à des sanctions financières. Jusque-là, la Commission avait tenté d’éviter un conflit ouvert et prônait l’action « dans un esprit européen ». En vain : les Etats concernés refusent toute nouvelle discussion et semblent résolus à s’acquitter d’amendes éventuelles.

              toujours convaincu de ce que vous dites ?


            • Konyl Konyl 27 novembre 14:22

              Les gens sont tellement cons, pour faire des économies il fallait choisir la plus petite motorisation possible, pas un gros TDI de 2L5, et oui. Mais les gens sont des moutons, à campé devant une boutique Apple, à être hypnotisé par Candy Crush ou encore à fumer puis a se plaindre qu’ils n’ont plus de sous. Certes le gouvernement et les lobby font le forcing, mais il y a de plus en plus de clients.

              Et après c’est tellement simple de tenir le gouvernement pour responsable.


              • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 15:15

                @Konyl
                Ils ne sont pas cons, mais conditionnés par des décennies de conneries télévisées de starification minable et de création artificielle de besoins de parcs d’attraction. Croire que les gouvernements, représentants des lobbies soient étranger à cet abrutissement et à cet endormissement serait commettre une grave erreur d’appréciation.
                Bon, il y en a certains qui commencent à se réveiller.


              • Konyl Konyl 27 novembre 16:27

                @Michel DROUET
                Je ne dis pas qu’ils sont étrangers, je dis que l’homme est une cible facile lorsqu’il ne réfléchis pas. Si personne n’achetait d’iPhone est ce qu’Apple existerait ? Je pense que les gens doivent se réveiller de leur bêtise et commencer a regarder autour d’eux en arrêtant de systématiquement dire que c’est la faute de ce qui nous dirigent.


              • Pere Plexe Pere Plexe 27 novembre 18:07

                @Konyl
                ...ben non.
                La solution c’est d’acheter un cayenne Hybride de 462 Ch à 92000 euros.
                La bête de 2,4T qui grille 12,5 litres d’essence au 100 km échappe au malus
                C’est vrai que comme tous les hybrides elle peut quitter les beaux quartiers sans polluer : c’est là l’essentiel !

                La cohérence en politique c’est important ?


              • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 18:28

                @Konyl
                Vaste programme !


              • Eric F Eric F 27 novembre 18:33

                @Konyl

                & al.
                Les gens de base n’ont pas un gros 4x4 de 2L5, mais une Clio voire une Mégane diésel achetée d’occase. Çà marche bien, ça consomme peu, mais celles d’avant 2011 n’ont pas de filtre à particules -ce qui n’est pas grave en zone rurale à circulation peu dense, mais ça l’est en centre de grande ville où l’interdiction peut se justifier-
                Mais s’ils changent leur ancienne voiture gràce la super-prime pour acheter une Clio diésel récente avec filtre à particules, eh bien le prix du gazole sera néanmoins toujours aussi cher, et pour eux il n’y a absolument aucun retour sur investissement. Pire, s’ils achètent une essence, elle consommera 30% de plus donc leurs dépenses augmenteront (et le dégagement de CO2 aussi, comme quoi les pouvoirs publics s’en fichent).


              • Michel DROUET Michel DROUET 27 novembre 18:36

                @Eric F
                L’objectif est de taxer pas de sauver la planète et il faut que l’assiette de taxation ne diminue pas et si au passage, on peut l’augmenter, c’est tout bénéfice.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès