• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Devenir frugaliste : mode d’emploi
#69 des Tendances

Devenir frugaliste : mode d’emploi

Devenir frugaliste vous intéresse ? Si ce n’est pas encore le cas, ça ne saurait tarder. Car les frugalistes ont ceci de particulier : ils partent à la retraite vers 30 ou 40 ans. Vous avez bien lu. Ils disent adieu au job usant qui les stresse et profitent de la vie pour poursuivre leurs rêves. Certains voyagent, d’autres font de l’alpinisme. Ce qu’ils ont en commun ? L’indépendance financière. Ils l’ont acquise très tôt dans leurs vies et ne dépendent plus d’un système de retraite qui voudrait les faire travailler jusqu’à 64 ans. Si prendre une retraite anticipée vous intéresse, continuez à lire.

Partez à la retraite plus tôt en devenant frugaliste

Un frugaliste, par définition, est quelqu’un qui mène une vie simple. Mais il le fait dans un but bien précis : pour acquérir son indépendance financière. Il est donc prêt à faire des sacrifices. Réduire ses dépenses et adopter un style de vie différent en font partie.

Devenir frugaliste : des efforts financiers à faire pendant toute une vie

« L’homme est riche des choses dont il peut se passer », disait David Thoreau. Les frugalistes approuvent, eux qui, plutôt fourmi que cigale par nature, vivent volontairement en dessous de leurs moyens. Voiture d’occasion, sorties au restaurant réduites au strict minimum, garde-robe « minimaliste » : voilà en quoi consiste le mode de vie des adeptes du frugalisme. Cela vous semble un brin austère ? Mais c’est à ce prix-là que l’indépendance financière s’acquiert. Les frugalistes l’ont compris, eux qui traquent leurs dépenses et se privent de tout ce qui vous paraît peut-être indispensable : Netflick, le dernier gadget high tech, une montre de luxe, etc. En contrepartie de tous ces sacrifices, ils vivent une vie plus épanouie, loin des contraintes stressantes d’un emploi qui ne les rendait pas heureux. Alors : folie douce ou lucidité visionnaire ? Si vous voulez devenir frugaliste, ce qui va suivre risque de vous intéresser !

Être frugaliste pour gagner son indépendance financière

Tanja et Mark, du blog « Our Next Life  » ont pris leur retraite en 2017, à respectivement 38 et 42 ans. Ces 2 Américains ne voulaient plus vivre le « rat race » (« métro-boulot-dodo ») que la plupart des gens subissent. Ils se sont donc donné les moyens de devenir indépendants financièrement en réduisant leurs dépenses drastiquement. Au final, leur épargne leur a permis de réaliser leur rêve de toujours : faire de l’alpinisme. Plus important encore, économiser leur a permis de reprendre le contrôle de ce qu’ils appellent leur « brain space », c’est-à-dire leur « temps d’attention de cerveau ». Ce brain space appartenait, avant leur retraite anticipée, à leur seul patron. Ce n’est plus le cas maintenant : Tanja et Mark sont libres et mènent la vie qu’ils souhaitent. Comment s’y sont-ils pris pour en arriver à un tel niveau de liberté financière si tôt dans leurs jeunes vies ? La réponse est simple : ils ont suivi à la lettre les recommandations du mouvement frugaliste auquel ils appartiennent, le mouvement FIRE (Financial Independance, Retire Early). Si Tanja et Mark l’ont fait, pourquoi pas vous ?

Prendre sa retraite à 45 ans grâce au mouvement FIRE

Si l’on en croit les frugalistes du mouvement FIRE, il est plus simple qu’on ne le croit de devenir financièrement indépendant. D’après eux, il serait même possible de partir à la retraite dès 45 ans. Comment ? En se donnant des objectifs d’épargne très stricts et en s’y tenant au fil du temps. Car la fondation FIRE préconise d’épargner une somme importante pour devenir frugaliste : celle que vous obtiendrez en multipliant par 25 le montant de vos dépenses annuelles. Cela représente 600 000 euros si vous dépensez 2 000 euros par mois. Judicieusement placé en Bourse, cet argent vous permettra de vivre sur les intérêts (4 % environ), de façon à ne jamais toucher le capital.

Prendre sa retraite à 30 ans comme Peter Adeley

Pour mieux comprendre le phénomène, il suffit d’aller sur le site de « Mr. Money Mustache  », alias Peter Adeley. L’Américain a pris sa retraite à 30 ans sans avoir un salaire exceptionnel. Il a simplement épargné judicieusement et avoue considérer l’épargne comme le seul véritable moyen de devenir riche. Les chiffres sont édifiants : d’après lui, vous n’avez qu’à consacrer 7 courtes années de votre vie au marché du travail si vous arrivez à épargner 75 % de votre salaire tous les mois. Lui-même s’est forcé à économiser 66 % de son salaire pendant 10 ans dans l’unique but de pouvoir partir à la retraite à 30 ans. Êtes-vous prêt à comprendre les sacrifices qu’il a fait pour réduire ses dépenses et aller au bout de son rêve ?

Les conseils de Peter Adeley pour atteindre la liberté financière

Quels sont les conseils de Peter Adeley pour vous aider à devenir frugaliste ? Ils sont simples et efficaces : habitez près de votre lieu de travail. Ne vous endettez pas pour l’achat d’une voiture. Déplacez-vous à vélo plutôt qu’en voiture. Et diminuez le plus possible la note hebdomadaire des courses au supermarché. Ce qui assure à Peter Adeley une retraite confortable après ça ? Les 4 % de rendement sur la somme qu’il a épargnée pendant 10 ans. Judicieusement placée en Bourse dans des index funds, elle lui assure un niveau de vie très satisfaisant. Prévoyant, il a aussi investi dans l’immobilier et touche 9 760 dollars de loyer sur une maison louée à l’année. Ces 2 sources de revenu lui permettent de payer toutes ses factures courantes et de mener une vie libre, explique-t-il, loin des contraintes d’un emploi qui l’auraient usé prématurément. Sa conclusion est simple : il faut réduire ses dépenses, mener une vie simple et économiser pour espérer un jour devenir indépendant financièrement.

Les index funds sur lesquels tout le système frugaliste repose

Les index funds (fonds indiciels) sont des fonds de placement que l’on appelle en France des « Trackers ». Inventés par John Bogle, ils seraient l’un des moyens les plus sûrs d’investir, même sans grande connaissance de la Bourse. Le but n’est pas d’acheter des actions en espérant les revendre aussitôt à prix d’or. Il s’agit plutôt d’acquérir un portefeuille boursier diversifié qui vous fera vivre sur les intérêts. L’atout principal des index funds est d’être moins hasardeux que d’autres fonds classiques, car ils vous permettent de placer votre argent dans les entreprises les plus grandes et les plus rentables du monde. Le Dow Jones, par exemple, est un fonds indiciel. À titre d’information, le rendement du S & P 500 (un fonds indiciel) serait même de 9,99 % sur 50 ans !

Alors, tenté par l’aventure frugaliste et l’idée alléchante d’une retraite anticipée ? Vous savez maintenant ce qu’il vous reste à faire : économisez votre argent pour pouvoir le placer en Bourse. Cela vous permettra peut-être de prendre votre retraite dès vos 40 ans. Vous ferez ainsi saliver d’envie vos ex collègues de bureau !

Sources :

blog Our Next Life

blog Mr. Money Mustache

article : https://twocents.lifehacker.com/the-basics-of-fire-financial-independence-and-early-re-1820129768

article : https://www.lucbrialy.com/le-sp-500.html


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • Aff le loup 11 février 11:53

    Tant mieux... Seul problème à venir pour eux dans 20/25 ans, identique à celui des 68tards qui partaient à Katmandou, Ibiza, ou allaient élever des chèvres en Ardèche et qu’on retrouve ici sur Ax à bêler sur leur retraite non cotisée ! Enfin chacun sa merde...


    • pemile pemile 11 février 12:36

      @Aff le loup « et qu’on retrouve ici sur Ax à bêler sur leur retraite non cotisée !  »

      Meuuh non, l’article vous explique qu’il suffit de placer 1 million d’euros dès l’enfance sur un fond indiciel à 9.90% et que votre seul problème sera de rouler en voiture d’occasion.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 février 13:19

      @Aff le loup

      article recommandé (rédigé, ssponsorisé et diffusé) par BlackRock


    • devphil30 devphil30 11 février 13:38

      @Aff le loup

      Ils sont à la retraite à 35-40 ans donc pourquoi parler de la retraite qu’ils n’auront puisqu’ils sont déjà à la retraite cela ùme semble simple à lire et à comprendre.

      Sauf que cela sort du schéma et du stéréotype inculqué dans l’enfance donc cela donne au cerveau de certain une forme de vertige de l’incompréhension.

      Je pourrais en dire beaucoup sur ce sujet.
      Le frugalisme est très à la mode actuellement mais sans passer par là , il est totalement possible d’acquérir une indépendance financière en 15 ou 20 ans
      Cela demande du travail mais après c’est beaucoup plus tranquille sans salariat


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 février 13:54

      @devphil30

      Il n’y a même plus besoin d’avoir une production et des producteurs pour créer de la richesse. Il faut et il suffit que tout le monde place judicieusement les économies qu’ils ont fait dans leur enfance au lieu d’acheter des sucettes et que tout le monde soit boursicoteur et rentier en faisant fructifier un capital qui rapportera des intérêts garantis par le grand manitou 
      une mode de rentiers
      surtout, ne vous demandez pas ce qui, in fine, génère le profit.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 18:23

      @Aff le loup

      J’ai vécu toute ma vie en frugaliste, comprenant jeune que je pouvais, avec un minimum d’efforts, avoir tout ce que je voulais, juste en fuyant comme la peste tout ce que la société s’acharnait à me faire croire que je DEVRAIS vouloir... Ce faisant, je tire bien sûr profit de ce que cette société donne à tous pour faciliter son exploitation de sa victime préférée : le citoyen moyen, salarié, consommant toute ce qu’on lui dit de consommer pour satisfaire des envies qu’il n’aurait pas si on ne lui avait pas menti en lui disant que c’était ça, le bonheur....

      Je vis dans des pays où il fait toujours beau quand on choisit sa saison... et où manger et boire tout son saoul un mois ne coute pas le prix d’un seul petit 4-heure au Fouquet’s...


    • foufouille foufouille 11 février 18:36

      @Pierre JC Allard

      facile pour un canadien planqué au mexique.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 18:46

      @foufouille

      Vous avez compris. Assurez vous seulement de bien comprendre les mécanismes ...

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 18:58

      @Séraphin Lampion

      « Ne vous demandez pas ce qui, in fine, génère le profit... : »

      Mais les classes laborieuses, pardi ! Il n’y a que le travail qui produit de la richesse. On travaillesurtout dans le tiers-monde, mais il y a aussi des ambitieux, congénitalement ineptes au bonheur, des êtres d’exception qui ne pensent qu’au plaisir des autres et une grande masse de désinformés.... contribution des médias.

      PJCA


    • eric 11 février 20:17

      @Pierre JC Allard
      En d’autres termes, vous avez, jeune, gagné du fric dans des pays riches et vous vieillissez en exploitant le travail et les ressources pas cher des pays pauvres sans participer ou que ce soit à la vie de la collectivité en créant des richesse ou en payant des impôts...Ambassadeur de Sparte à Byzance quoi ? L’étape suivante, c’est les maladies du grand âge. Là, il faut que quelqu’un finance. C’est l’essentiel du déficit de la sec soc ; et si on ajoute les retraite, l’essentiel des dépenses publiques….Là, on peut être aussi frugaliste que l’on veut, mais au prix de la chimio, les 600 000 euros, même bien placés….Il va falloir que des hommes blancs de plus de 50 ans hétérosexuels payent….
      En réalité, cela ne se nomme pas du frugalisme, mais du socialisme : l’exploitation de l’homme par l’homme… Vous savez que vous êtes un révolutionnaire ? Quelqu’un qui passe son temps à tourner autour de son axe ? En français, et compte tenu du nombre de vrais pauvres dans le monde, que cela aiderai tellement que vous soyez productif à a hauteur de vos talents ( au sens biblique du terme) on peut aussi dire parasite….


    • foufouille foufouille 11 février 20:32

      @eric

      non car il y a quelques temps il prétendait vivre dans une cabane au canada et super facilement.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 21:53

      @eric

      J’ai fait jeune quelques bonnes affaires... et j’ai eu ce que je voulais de ce que largent peut offrir, mais j’ai surtout appris à me contenter de beaucoup moins. La grande et heureuse surprise de ma vie a été de découvrir à quel point au déla d’une minimum facilement accessible à presque tous  un surplus de fric n’apporte pas vraiment de plaisir... Je vis pratiquement sur ma pension de vieillesse du Canada et n’ai ni le besoin ni le gout d’arrondir mes fins de mois... Je frémis a la pensée d’un Américain qui doit prévoir un problème médical !

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 22:00

      @eric

      J’aime bien votre définition d’’un vrai révolutionnaire : celui qui sait tourner autour de son axe ... smiley Vous devriez la signer, je crois qu’elle a un brillant avenir...

      PJCA


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 22:05

      @foufouille

      Ce n’était pas une cabane, mais un modeste appartement. Et je parle de l’été, bien sûr...

      PJCA


    • foufouille foufouille 12 février 09:45

      @Pierre JC Allard

      pas à l’époque et certainement proprio aussi.


    • eric 12 février 12:10

      @Pierre JC Allard
      Bien sur que ce n’est pas de moi, cela vient du dictionnaire de la langue française. L’outil le plus redoutable dans la lutte contre les progressistes.
      Comme ils se veulent lettrés, ils abondent en grands mots. Comme ils sont convaincus d’avoir raison, ils expriment souvent sans détour leur propre vérité ( même si pour le réel, ils ont une approche lénino-maoiste de la vérité). avec l’aide d’un dico, ils sont assez transparents.

      Au Québec, c’est encore plus vrai. Il y a longtemps que Dégénération a réglé son compte à la simplicité volontaire...




    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 12 février 23:57

      @foufouille

      NON. PAS PROPRIETAIRE MAIS LOCATAIRE Le proprio est le cas archétypal de l’investisseur a long terme. Mon objectif est de ne pas investir, mais de pouvoir vivre de la vente de mes services et de ne pas posséder plus que pour mes besoins a court terme. Les programmes sociaux actuels permettent cette approche qui ne vise pas a enrichir l’ndividu, mais à lui donner joie et plaisir... et la satisfaction de ne pas être un élément destructeur de notre societe.

      PJCA


    • HELIOS HELIOS 16 février 16:58

      @Séraphin Lampion

      ... la génération des ’68 a bien été frugaliste jusque dans les années 80 !!! pourquoi ?

      ... parce que, sans portable, sans péages divers, sans limitation de vitesse, sans Nike ni Canal +... le reste a vivre etait suffisant pour investir, le plus frequement dans des credits pour acheter un bien immobilier (ou réparer un bien de famille) et se retrouvent maintenant pratiquement libres de toutes depenses contraintes.

      Le jeunes cons qui veulent tout tout de suite (relisez la liste ci-dessus) ne finissent pas le mois ou pire, ont des dettes, n’investiront jamais rien et gardent leur difficultés de jeunesse pour leur vieillesse... et ils se plaignent et considèrent que les « vieux » leur ont tout pris avant ! hélas, pour eux, les vieux n’etant pas stressé s’en vont tardivement, s’installent au Maroc, au Portugal ou bien consomment tout ce qu’ils ont, et il ne leur recupereront rien... juste parce que l’avidité de la societe de l’immédiateté éponge ce qui reste de leurs économies avant l’héritage ....


    • HELIOS HELIOS 16 février 17:12

      @HELIOS

      ... petite note sur un detail oublié :

      Les frugalistes de ’68, ont continué de bosser jusqu’a la retraite mais n’ont pas voulus etre calife a la place du calife.
      Ils n’ont jamais echangé leur RTT contre du fric, ils ont cotisé pour leur retraite et leur santé...

      Ils ont offert a leurs enfants, le respect et ne leur foutant pas de coup de pied au cul, ont payé le cheval le jeudi apres midi (le mercredi de nos jours) et les séjours en Angleterre) pour améliorer les colonies de vacances qu’ils avaient eux-mêmes connu...

      Hélas, les ’68, avec toutes ces considérations humanistes et respectueuses de l’identité humaine et de son développement personnel, ils ont fait des enfants qui ont pris le relais de la société aujourd’hui... et Macron en est le parfait exemple... qui va reussir a pourrir tout un pays en le vendant a des requins encore plus avides.

      Quand je pense que ce sont ceux qui sont aux commandes aujourd’hui et qui ont profité de tout, dont le respect, qui se permettent de contester leur propre éducation et qui vont balayer tout ce qui leur a permis d’être ce qu’ils sont :

      Les ’68 se sont évidement trompés, ils ont engendré des cons, il aurait fallu etre chinois, peut-etre, pour avoir une descendance responsable et reconnaissante !


    • San Jose 11 février 11:58

      Je suis semi-frugaliste. Voitures d’occasion, voyages en dormant dedans, habillement au moins cher, buveur d’eau, non fumeur, pas de loto, pas de téléphone portatif, électricité nucléaire, peu de viande (je reviens quand même sur ce point depuis que les végétariens nous emmerdent, mais nous emmerdent... !).

      .

      « semi » seulement, une passion fatale pour l’aviation m’ayant contraint à ne partir en retraite qu’à 55 ans (les dernières à temps partiel). 

      D’un autre côté l’aviation tend à faire fuir les femmes : colossales économies. 

      .

      On notera toutefois que dans la mesure où le frugaliste, s’il se contente d’une maigre retraite, a quand même les mêmes besoins médicaux qu’un autre alors qu’il ne cotise plus depuis un bien jeune âge. 


      • Aimable 11 février 12:23

        @San Jose
        Je suis d’accord avec vous , avec la non cotisation médicale, je doute fort qu’en cas de maladie ou d’accident , il puisse se soigner ou se faire soigner sans faire appel a la solidarité, soit de ceux qui ont cotisé , ou de nos impôts .


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 22:28

        @San Jose

        J’ai deja avoué qu’un frugaliste heureux est souvent un profiteur.... et que c’est mon cas. Mais je n’ai profité que de ce qu’un systeme a INSISTÉ pour me donner... et il ne l’a fait que pour ses propres fins. J’ai été le « veinard collateral », le pendant positif de ce qu’on appelle une « victime collatérale ». Né au bon moment dans le bon pays,...etc. Mais je souligne qu’il y a plein de gens qui ont la meme veine et ne font que se plaindre du matin au soir en attendant leur cauchemar quotidien...

        PJCA


      • pemile pemile 11 février 12:05

        @Mullor Sabrina "Voiture d’occasion, sorties au restaurant réduites au strict minimum, garde-robe « minimaliste » : voilà en quoi consiste le mode de vie des adeptes du frugalisme.« 

        Une majorité des français serait frugaliste à l’insu de leur plein gré ?

         »Car la fondation FIRE préconise d’épargner une somme importante pour devenir frugaliste : celle que vous obtiendrez en multipliant par 25 le montant de vos dépenses annuelles. Cela représente 600 000 euros si vous dépensez 2 000 euros par mois. Judicieusement placé en Bourse"

        Ah non, faut lire jusqu’au bout ! smiley


        • dimitrius 11 février 12:49

          @pemile

          Toi tu es frugaliste parce que t’as un poil dans la main qui te sers de cane.


        • pemile pemile 11 février 12:57

          @dimitrius « Toi tu es frugaliste parce que t’as un poil dans la main qui te sers de cane. »

          Oui, ce poil est indispensable pour polliniser les millions d’euros et qu’ils fructifient smiley


        • Aff le loup 11 février 13:24

          @dimitrius

          Ceci expliquant cela, voili voiça l’explication de la touche «  ? » qui colle au doigt !


        • pemile pemile 11 février 14:08

          @Aff le loup « voili voiça l’explication de la touche « ? » qui colle au doigt ! »

          Aff le chien opticien a trouvé mon poil d’interrogation !!


        • kalagan75 11 février 12:35

          un peu simpliste cet article qui ne prend pas en compte la couverture médicale par exemple. L’auteur préconise le placement en bourse avec un taux de rémunération à 4% alors que la majorité des placements sont ultra-risqués . ( les vrais frugalistes ne jouent pas aux dés c’est ce qui fait leur force ! ils privilégieront un rendement moindre mais sécurisé). Le frugaliste habite à la campagne, fait lui même son jardin , a des passions qui ne lui coûtent rien car ce qui est important, ce n’est pas ce que l’on gagne, mais ce que l’on dépense. 


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 février 13:29

            @kalagan75

            Mais qu’est-ce que vous allez chercher, là ? 
            Les frugalistes sont les bétas (des sortes d’alfas qui dosent leurs besoins). Ils ne pas sur terre pour devenir vieux ni assurer un avenir à des enfants, laissez ça aux Gamma, Delta et Epsilons (ou aux sauvages).
            De toutes façons, dans l’état mondial, la reproduction sexuée doit disparaître : les êtres humains seront créés en laboratoire, et conditionnés durant leur enfance.


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 14 février 02:13

            @kalagan75

            Enfin, quelqu’un qui a tout bon...
            PJCA


          • Radix Radix 11 février 13:38

            Bonjour

            « Frugaliste » : un nouveau mot pour radin ?

            Radix


            • McGurk McGurk 11 février 13:43

              Judicieusement placé en Bourse, cet argent vous permettra de vivre sur les intérêts

              Le monde rêvé de Macron, rempli d’épargnants boursicotant et perdant toute leur épargne durement gagnée causée par la folie des grandeurs de « devenir riche » en devenant un rentier du capital. Engraisser les multinationales et le secteur financier via les pigeons-contribuables jusqu’à ce qu’ils tombent dans la pauvreté.

              Même en étant un boursicoteur du dimanche, il est impossible à moins d’être un professionnel chevronné de prévoir le comportement de la bourse et donc des marchés financiers. Seul les personnes capables de payer un pro peuvent garder leurs économies relativement intactes, mais il faut en payer le prix...

              Vivre avec ce poids sur la conscience tous les jours qu’on peut tout perdre le lendemain est bien pire que de bosser pour un maigre salaire. Parce qu’au moins, dans le dernier cas, on peut tabler sur un avenir probable alors que dans la première situation chaque lendemain devient une hantise.

              Dès lors, critiquer « le quotidien » (métro/boulot) est d’un ridicule sans nom. Surtout que plus de trois millions de Français (sans compter à l’étranger) n’ont pas le loisir de pouvoir gagner leur vie.

              Devenir frugaliste : des efforts financiers à faire pendant toute une vie

              Avec les charges lourdes à payer pendant toute sa vie, faire encore plus d’efforts relève du masochisme poussé pour la plupart des gens ...sauf pour les bobos qui souhaiteraient devenir moine bouddhiste.

              Et au fond, pourquoi échapper à la réalité ? Qui peut, aujourd’hui, avoir une situation stable tout en étant détaché du marché de l’emploi ? Avec tous les aléas qui peuvent survenir, ce genre de doctrine ne me paraît pas crédible. On est plus au Moyen-âge...


              • Albert123 11 février 14:30

                « Les frugalistes approuvent, eux qui, plutôt fourmi que cigale par nature, vivent volontairement en dessous de leurs moyens. Voiture d’occasion, sorties au restaurant réduites au strict minimum, garde-robe « minimaliste » : voilà en quoi consiste le mode de vie des adeptes du frugalisme. »


                ok


                « Cela vous semble un brin austère ? »


                non c’est déjà ma vie, celle d’un homme aussi libre qu’il peut l’être et à son compte, 


                bref pas celle d’un individualiste parasite, juste bon à de devenir un salarié pleurnichard qui dès qu’il le peut devient le négrier qu’il dénoncait alors qu’ il était lui même un esclave.


                « Alors, tenté par l’aventure frugaliste et l’idée alléchante d’une retraite anticipée ? »


                non car derrière ces fameux 4 % de rente (qui disparaîtront au moindre gadin financier) il y a des gens qui sont mis au chômage, des familles ruinés, ...

                bref votre « frugalisme » est surtout du pur « parasitisme » ou du « fils de putisme ». 


                • taketheeffinbus 11 février 15:03

                  @Albert123

                  Complètement d’accord... Ils seront beau quand l’économie va se casser la figure, eux... Les vrais frugaux n’investissent pas en bourse, mais dans un terrain, un habitat, pour regagner en autonomie alimentaire, eautarcie, énergétique...


                • ZenZoe ZenZoe 11 février 15:07

                  Tout le monde ou presque a réalisé aujourd’hui que le travail ne libère personne, n’épanouit pas souvent, ne rend pas riche en général, et ne permet même pas de vivre décemment dans de nombreux cas.

                  L’idée de trouver des alternatives pour satisfaire à ses besoins et à ses envies, au moins dans sa deuxième partie de vie, a du sens.

                  L’auteur propose le boursicotage. Pourquoi pas ? Mais pour placer son argent en bourse, il faut bien en avoir épargné suffisamment dans sa première partie de vie on est d’accord ? Et là, on sait bien que se priver de tout ne suffit absolument pas, il faut avoir assez de billes pour jouer ensuite. Or j’ai relu plusieurs fois l’article, je n’ai pas vu comment se construire un petit pactole . Et c’est cette partie-là qui m’intéresse.


                  • foufouille foufouille 11 février 15:46

                    @ZenZoe

                    c’est bien dans l’article : tout le monde a 2000 par mois de rab.

                    ou économiser 75% de ses revenus.


                  • Aff le loup 11 février 16:06

                    @ZenZoe

                    C’est étonnant ! Sur ma tablette, je n’ai pas verrouillé le mouchardage publicitaire ou alors Ax reset le truc à mon insu ! Bref, ce papier aurait du réveiller leur AI...Donc cette méthode captée hier : https://pages.investisseur-sans-costume.com/le-dernier-coup-de-warren-buffett-ext/?pcode=XGGLC101&gclid=EAIaIQobChMI5ZyfqprH5wIVhGYbCh2CtwcQEAEYASAAEgIq1fD_BwE

                    On peut commencer avec 100 €...c’est toujours ça de perdu ! Qui peut jouer à battre des ordinateurs ? Elle est la question...Je n’ai jamais joué à la loterie, sur une vie c’est un sacré gain assuré !


                  • McGurk McGurk 11 février 16:09

                    @ZenZoe

                    En fait, l’article cache une connerie « essentielle ». Ce n’est pas le manuel de « l’autarciste » mais d’une espèce de mort prématurée qui n’a pas de sens.

                    Qui peut se permettre d’économiser à mort aujourd’hui ? Est-ce là réellement vivre lorsqu’on ne veut plus rien se permettre ? Moi je pense fortement que non.

                    Alors, au pire, si on souhaite faire ça à 60 piges pourquoi pas, afin de léguer un patrimoine à ses descendants. Mais à moins de 60, là, je ne saisis absolument pas...

                    Le travail a du sens si on trouve un équilibre avec sa vie personnelle (pas facile). Bien sûr, il en a plus si on a un job intéressant c’est mieux.

                    Le « job qui libère » est un argument très bête. A moins d’être totalement exploité, le travail est une activité qui demande du temps et des efforts. Ca comble nos journées et leur donne un minimum de sens compte tenu que je n’arrive pas à en trouver je peux certifier que ma vie n’a absolument aucun intérêt.

                    S’en échapper pour faire quoi au final ? Il faut avoir une sacrée motivation et un but extrêmement précis pour tout lâcher et s’en remettre à cette doctrine absurde.

                    Si vous attendez un « tuyau » financier, vous l’aurez dans l’os. Il n’y a aucune « solution miracle ».


                  • sls0 sls0 11 février 15:48

                    J’avais un boulot hyper intéressant avec beaucoup de libertés. Pourquoi le quitter ?

                    J’ai une retraite potable, avec une carrière en présence d’amiante on part plus tôt, c’est bien tant qu’on suit les enterrements des collègues et non le sien.

                    Mes biens entrent dans mon vieux sac à dos de 44 ans.

                    Etre libre c’est ne rien détenir, du coup on est automatiquement frugal. Se priver de l’inutile n’est pas franchement se priver.

                    Se passer du superflu est un bon principe mais prendre un principe US comme base j’ai quelques doutes. Se préparer financièrement en comptant sur de la bulle financière c’est pas trop rustique. C’est la rusticité qui fait la force.


                    • dimitrius 11 février 16:26

                      @sls0

                      Ben ouais faut faire comme toi , aller exploiter la misère humaine en Amérique du Sud , là bas avec ta retraite t’es un seigneur , tu as autant de moralité que les fonds de pension US , sauf qu’eux ne font pas de morale gogochonne à deux balles.


                    • foufouille foufouille 11 février 16:50

                      @sls0

                      pas trop difficile vu le salaire minimum chez toi et tes nombreuses putes pas cher.


                    • sls0 sls0 11 février 19:07

                      @dimitrius
                      Bien sûr que je suis un seigneur, je peux me permettre de payer le collège et l’université pour 18 personnes avec l’équivalent de 4 SMIC locaux.
                      J’ai même un fille qui fait mon ménage, ça lui prend une heure et je lui paie la demie journée.
                      Le ménage je pourrai le faire mais je préfère le système salaire que le « régalo » local qui a un coté mendicité.
                      Si je suis ici c’est parce que c’est sismique et cyclonique, j’ai horreur de la plage et des cocotiers.
                      Par contre j’en connais des plages car j’ai fait des relevés bathymétriques pour les ondes de tempêtes et tsunamis. La lancha c’est pas des plus confortable mais ça sert à relever les pièges à langouses.
                      J’ai les moyens pour assouvir mes caprices, un de mes caprices était de connaitre la hauteur et l’heure d’arrivée de la crue de la rivière chez moi, pour valider mes calculs avec HEC-HMS, j’ai installé des mini stations météo dans des écoles dans la sierra, oui j’ai les moyens.
                      Autre caprice, savoir combien de sacs à viande il faudrait en cas de fort séisme chez moi, le logiciel c’est ISIBAT mais j’ai fourni théodolite et télémètres aux étudiants en géologie qui étaient intéressés par le sujet.
                      Autre caprice, construire un ROV, maintenant il est employé par la plus vieille université d’Amérique.
                      Mon bon dimitrius, si je suis dans un pays c’est parce que je peux être utile. Pourquoi l’Amérique latine ? Manque de connaissances locales de la part d’une ONG où j’était bénévole et un continent que je ne connaissait pas. Haïti juste à coté, c’est chaud en ce moment, j’y vais moi depuis la mort de mon interlocuteur sur place.
                      Et foufouille qui revient avec ses putes. Ca en dit long sur ses relations avec l’autre. Très gros producteur de putes ce pays. Avec ce que je dépense par mois pour le scolaire je pourrai m’en payer 120.
                      J’ai de bonnes relations avec le monde féminin dont les putes. Du respect elles en ont mais pas d’argent. Une de mes filleules scolaires, sa mère est pute mais c’est pour la fille.
                      Foufouille je suis d’un âge où l’on apprécie la tranquilité ce qui inclus le cul. Pas besoin de putes, les étudiantes sont déjà assez pénibles. C’est un pays très porté sur le cul.


                    • HELIOS HELIOS 16 février 17:28

                      @sls0

                      .... moi, je vous comprends... mais il y a beaucoup d’autres options en Am du Sud !

                      Nous avons récupéré pas mal d’Haïtiens, ici, ils ne brillent pas par leur boulot mais ils ont une excuse, ce sont des jouisseurs !... impossible de les faires bosser ou alors, il faut payer a la fin du chantier (par exemple)... mais pas avant, car ils ne reviennent pas de sitôt en tout cas pas avant d’avoir tout dépensé.

                      Votre réalité me parait raisonnable, helas tout le monde n’a pas trouvé sa voie, n’a pas de passion ou même d’interet et des personnes incapables de planter un clou, c’est beaucoup plus commun que ceux qui bossent et encore moins ceux qui bosse par plaisir.

                      Vous êtes surement un de ces dinosaures qui va disparaitre, etouffé par des « communistes » (j’ai mis des guillemets, vous comprendrez) qui ne se bougeront pas le cul, même lorsque la tempete est annoncée alors que la moisson est encore sur pied !

                      Bon dimanche


                    • zygzornifle zygzornifle 11 février 16:46

                      Et le viandgaliste ?


                      • Initiativedharman Initiativedharman 11 février 18:08

                        « Un homme est riche de tout ce dont il peut se passer » Henry David Thoreau


                        • Traroth Traroth 11 février 18:09

                          Les SDF sont vraiment des frugalistes, en somme...

                          Je me moque un peu, mais en réalité, cette idée éveille chez moi des sentiments ambivalents. D’un côté, je me dis que se priver de tout, c’est juste une autre manière d’être malheureux. Ne jamais sortir, ne jamais rien se permettre, ça veut dire in fine réduire ses relations sociales à un minimum aussi (ne fréquenter que d’autres frugalistes, en somme). Réduire la vie à la survie, est-ce une bonne idée ?

                          Mais d’un autre côté, sans aller jusqu’à l’extrême décrit dans l’article, nous pourrions sûrement tous profiter d’un peu plus de frugalité, consommer moins, réparer, faire soi-même, acheter de l’occase plutôt que du neuf, faire durer. En profiter pour s’attacher plus aux gens et aux expériences de vie qu’aux objets.

                          Mais ma plus grosse objection, c’est la partie sur « le capital judicieusement placé en Bourse ». Là, on est dans le domaine de l’illusion. La Bourse n’est pas un placement sûr. Par définition. C’est un placement qu’il faut surveiller comme le lait sur le feu, et même là, on n’est jamais sûr de rien. Un petit krach, et tous vos rêves d’indépendance financière s’envolent. Et si vous avez déjà arrêté de travailler depuis plusieurs années à ce moment là, la reprise de contact avec le monde réel risque d’être... brutale. C’est très clairement la plus grosse faiblesse dans l’idée exposée dans cet article.


                          • sleeping-zombie 11 février 20:07

                            @Traroth
                            Ca, et tous les chiffres qui sont donnés...


                          • prong prong 11 février 18:14

                            Par refus de l’ opulence , certain se rue dans les bras de l’anorexie .

                            un juste milieux en toute chose c’ est certainement ca l’ equilibre

                            , le frugalisme « outrancier » ne sert qu’ une philosophie privative de refus de l’ existence .

                            Ne pas gacher c’ est aussi tout consommer , l’ anorexie c’ est consommer en gachant et en jetant a la poubelle une nourriture utile a d’ autre .


                            • Xenozoid Xenozoid 11 février 18:17

                              Le papillon veut une étoile
                              La nuit veut demain
                              Le roi veut ce qui est loin
                              En dehors de sa sphère de chagrin


                              • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 19:12

                                @Xenozoid

                                JOLI. Auteur ?


                              • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:18

                                @Pierre JC Allard

                                voir ci dessous


                              • Xenozoid Xenozoid 11 février 19:17

                                un scenario de jeu de role d&d...liang tao

                                ,écrit par moi en 1992 pour un weekend entre amis


                                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 11 février 19:32

                                  Ah ouais !? o_O smiley


                                  • jef88 jef88 11 février 19:55

                                    BOOOOOOOOFFFFFFFF ! ! ! ! !

                                    Aucun intérêt !

                                    J’ai 75 ans ................


                                    • sleeping-zombie 11 février 20:05

                                      Hello,

                                      Pour ceux qui ont du mal a lire l’article jusqu’au bout, je résume en une phrase :

                                      « raclez tout ce qui est possible, et placez tout en bourse. »

                                      ...

                                      S’il fallait rajouter une 2eme phrase :

                                      « surtout, ne sachez pas compter ».

                                      ...

                                      S’il fallait rajouter une 3eme phrase :

                                      « c’est plus facile à faire quand vous avez un revenu tellement élevé que vous pouvez vous en passer à 80% ».

                                      ... et là, cher auteur, ça coince.

                                      Parce que, d’expérience, les gens qui gagne 6000 balles par mois, ils savent compter.

                                      cordialement,


                                      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 22:38

                                        C’est un mensonge  une fourberie du Systme  que de vous dire qu’en travaiilant fort vous accèderez à l’aisance qui vous permettra ensuite de relaxer... Ca rappelle Guizot, au temps de Louis-Philippe, qui conseillait aux pauvres de s’enrichir « par le travail et l’épargne » smiley 


                                        • Pas convaincu par ce concept de frugalisme

                                          Surveiller la Bourse d’un oeil pendant que j’me les gratte ... faut être économiste smiley

                                          Déjà que je ne dors plus que d’un oeil ,ne parle qu’à demi mot , ne bois que des demis-pression à tel point que ma moitié pense que je mène une double vie...

                                           Alors le frugalosisme ...hein !!


                                          • molloy molloy 11 février 23:59

                                            En cas de krach boursier, on pourra vraiment dire qu’ils sont frugalistes effectivemment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mullor Sabrina


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès