• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > La TVA sociale : vraie bonne idée, ou véritable arnaque ?

La TVA sociale : vraie bonne idée, ou véritable arnaque ?

Elle est de retour ! Après avoir (probablement) contribué au fait que l’UMP n’aura pas obtenu un véritable tsunami à l’Assemblée, la TVA sociale est remise sur le travail ces derniers jours. Alors, la TVA sociale, kézako ? Est-elle la solution à tous les problèmes de la France, ou encore une fois est-ce un simple effet d’aubaine caché derrière un coup de comm’ comme sait si bien le faire notre nouveau président Nicolas Sarkozy ? A voir...

Ce matin , Eric Besson, le secrétaire d’Etat à la Prospective (note : que ceux qui savent ce que ça signifie me le disent IMMEDIATEMENT) et nouveau symbole du traître depuis Judas, a annoncé qu’il avait fini son étude sur les possibilités de la TVA sociale et que ça allait faire beaucoup de bruit ! C’est lui qui l’a dit ! Après avoir sérieusement grévé l’UMP de nombreux sièges au second tour des législatives, ce sujet est devenu fâcheux. A tel point qu’il est le ver dans la pomme des sondages dithyrambiques à l’attention du chef de l’Etat.

Qu’est-ce donc que cette TVA "sociale" ? La TVA, tout le monde connaît : c’est une taxe sur les produits finis que les consommateurs paient lorsqu’ils achètent n’importe quel produit ou service en France. Lorsqu’on achète un pain, un livre ou des travaux de rénovation de son appartement, on paye la TVA. Son taux est actuellement de 19,6 % pour la majorité des produits, avec parfois un taux abaissé à 5,5 %, comme pour les produits culturels ou les produits de construction.

Donc quand on fixe le prix d’un produit, l’entreprise doit établir un prix "hors taxes" et y rajouter cette fameuse TVA.

Oui, mais me direz-vous ? Et l’autre là ? La "sociale" ? Pourquoi est-elle sociale d’ailleurs ?

Pour schématiser au maximum, on va augmenter le taux de TVA de quelques points et cette différence va être destinée à financer les charges sociales, celles qui pèsent soi-disant depuis 150 ans sur la compétitivité de nos entreprises, puisque inutiles, puisque finançant les caisses d’allocations chômage, de retraite et de maladie de tous ces fainéants de Français ! (Désolé pour ce parti pris peu objectif ma foi, mais ça fait du bien quand ça sort !)

Donc si les consommateurs payent les charges sociales de notre pays à chaque achat, en contrepartie, on va baisser les charges sociales des entreprises, leur permettant - théoriquement - de faire baisser les coûts.

Est-ce clair ? Je répète donc : ce sont les consommateurs qui vont payer les cotisations sociales à la place des entrepreneurs, leur permettant d’avoir un coût du travail plus faible et donc de pouvoir faire baisser leurs prix. En outre, cela taxe les produits importés (surtout ceux venant de Chine) et cela déstabilise un peu les prix bas des pays asiatiques ou de l’Est européen, luttant soi-disant contre le dumping provoqué par le faible coût de la main-d’oeuvre asiatique.

C’est a priori une bonne idée qui a été plutôt efficace dans les pays qui l’ont adoptée, dont le Danemark et plus récemment l’Allemagne d’Angela Merkel, avec pas mal de succès d’ailleurs.

C’est en tout cas le pari que prend le chef de l’Etat en voulant l’imposer en France. Certains hommes politiques étaient pour (par exemple François Bayrou) et personnellement, n’étant pas pourtant un ultralibéral, j’estime que l’idée était à creuser.

Malheureusement, une bonne idée a encore été gâchée par le manque de réalisme et l’enthousiasme de nos gouvernants pour les pays où l’herbe est plus verte que chez nous, c’est-à-dire à peu près partout sauf en Iran et en Afghanistan. En somme, à trop vouloir copier les bonnes idées de nos voisins, on oublie de l’adapter aux spécificités culturelles et locales de la France.

Ainsi, si l’Allemagne a réussi à imposer sa TVA sociale, c’est d’abord parce que son taux de TVA antérieur était bien plus faible que le nôtre : il était de 16 % et fut augmenté à 19 % une fois la TVA sociale appliquée. Ce qui reste raisonnable dans un pays où le pouvoir d’achat est plus important que le nôtre et le salaire moyen de l’ordre de 1 500 € alors qu’en France il est plus proche des 1 200 €.

Or que proposait François Fillon ? D’augmenter notre TVA de 5 points ! Passer de 19,6 à 24,6 %, soit une augmentation de 25 % ! (Si si, calculez.) Dans un pays où la préoccupation principale est la baisse du pouvoir d’achat, il est évident que ça serait gonflé, surtout de la part d’un président qui a été élu sur ce thème-là.

En plus, peut-on imaginer que de l’autre côté, c’est-à-dire celui des entreprises, l’effort de baisser les prix va se produire ? Rien de moins sûr ! Dans la plupart des PME françaises qui sont suffisamment étouffées par le manque de bénéfices, on va sûrement préférer augmenter ses marges en laissant les prix au même tarif, mais en profitant de la baisse du coût du travail. Peut-être quelques entreprises pourront-elles baisser leurs prix, mais qui pourra se le permettre, à part des entreprises aux bénéfices stabilisés, donc des grosses entreprises, dont les actionnaires souhaitent des taux de rentabilité immédiats et maximum ? (Donc personne...)
Le risque est donc de voir les prix de nos produits augmenter de façon substantielles pour que nos entreprises ne paient plus (ou presque) de charges et se déresponsabilisent totalement de l’organisation de la société française.

En ce qui concerne l’argument sur les produits importés, cela aurait pu avoir son effet si, derrière, les importations ne représentaient pas la grande majorité des produits de consommation en France. Donc les prix vont forcément augmenter pour ces produits qui ne seront pas concernés par des "baisses". Et oui, votre lecteur MP3 made in China va voir son prix augmenter naturellement ! Ce qui va réduire un peu plus le pouvoir d’achat des Français et accroître un peu plus la grogne des plus démunis. En Allemagne, la part de la production nationale dans la consommation est bien plus importante, ce qui compensait l’augmentation des prix.

Entre le paquet fiscal qui va permettre aux plus riches de payer moins d’impôts (et bientôt moins d’impôts que la classe moyenne) et la TVA sociale qui va mettre sur le dos des consommateurs le coût de notre système social et surtout son déficit colossal, c’est le "Français d’en bas" ou du moins le "Français de pas très haut" qui va devoir boucher le déficit causé par des années de cadeaux fiscaux aux entreprises (la totalité des exonérations patronales depuis 10 ans est supérieure au trou de la Sécurité sociale, environ 65 milliards d’euros par an !). S’il n’y a pas de véritable politique de hausse salariale en France, on risque de voir l’inflation tellement honnie par J. C. Trichet à la BCE flamber de 5 ou 10 % par an, ce qui serait inconcevable dans l’UE. Et si les salaires augmentent en masse, les prix vont augmenter de plus belle, apportant la preuve d’un beau cercle vicieux qui s’emballe... Donc cette idée de TVA sociale va provoquer plus de dégâts qu’elle ne va en résoudre !

Ce qui risque d’apporter un problème à ce doux rêve sarkozyen, c’est que l’Europe interdit formellement d’augmenter la TVA au-delà de 22 % (ce qui est quand même pas mal !) et surtout un véritable accroc dans la France parfaite qui chante à l’unisson (pour l’instant...) le nom de Sarkozy. La cote de popularité du président de la République pourrait être alors profondément écornée, et quitte à choisir entre réduire les déficits publics et garder son image de grand homme de la Nation, je pense que Nicolas Sarkozy a fait son choix. Donc, on va faire du vent médiatique pendant quelques semaines, et puis pffiut, comme aurait dit l’ancien président Chirac, on laissera ça de côté, comme le CPE à son époque.

Il est juste dommage une fois encore de n’avoir pas réfléchi un tout petit peu et d’avoir une fois de plus voulu entrer de force de peur d’avoir à subir les foudres des syndicats, car la TVA sociale aurait pu être une bonne idée. En augmentant la TVA à 21 %, mais en prélevant dessus 5 %, on baissait juste la valeur de la TVA "normale", mais finalement les prix n’auraient pas trop soufferts et tout le monde aurait été "content". Or, là, ce à quoi on va avoir droit, c’est une levée de boucliers des syndicats, de la grande distribution (qui sera pénalisée par une telle méthode, perdant eux de la marge), des Français de la classe moyenne et même des Français "d’en bas" qui se vengeront aux prochaines élections... Et j’espère de la presse politique et économique qu’elle ne va pas cette fois louer une idée, certes médiocre, mais venant de la bouche du divin président...


Moyenne des avis sur cet article :  3.72/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 6 septembre 2007 10:32

    Pour ma part, je penche très nettement pour l’arnaque.

    Sarko est décidément l’anti Robin des Bois, ce dernier prenait aux riches pour donner aux pauvres, Sarko fait le contraire, il prend aux pauvres pour donner davantage aux riches. Le pire, c’est qu’économiquement, rien ne justifie cette bascule. C’est une décision uniquement politique.

    Et le plus extraordinaire, c’est qu’une large partie de l’opinion reste « en transe » devant l’agitation de notre président, ses multiples prises de position, son activisme à tout va ...

    Rappelons nous comment font les « magiciens » ou prestidigitateurs, ils détournent notre attention ...


    • Ingrid du Midi 6 septembre 2007 18:22

      Mais, comme le disait cet article du 2 juillet :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=26454

      « ... le »magicien de Sarkoz" a une bonne baguette et sait faire de jolis tours. Après les remous générés par son voyage à Malte avec des moyens très coûteux, appartenant d’après les médias à Vincent Bolloré ou à son groupe, Nicolas Sarkozy a réussi à faire passer comme une lettre à la poste la nomination de Valérie Pécresse à la fonction stratégique de ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Mariée à Jérôme Pecresse, directeur général adjoint d’Imerys, numéro un mondial des minéraux de spécialité, Valérie Pécresse est également fille de Dominique Roux, professeur à l’université Paris Dauphine devenu président de Bolloré Télécom en janvier dernier. Dans ces conditions, il paraît légitime de soulever la question de l’apparence d’impartialité, par rapport aux intérêts des lobbies industriels, d’une ministre chargée de la « réforme des universités » avec un projet de loi aux conséquences très importantes pour la recherche scientifique et technologique. Il n’y a là aucune attaque personnelle. Pourtant, qui en a parlé ?

      Non seulement le silence sur les circonstances de la nomination de Valérie Pécresse semble avoir été général, mais au même moment où l’opposition de monsieur le Président était officialisée par l’accès de Didier Migaud à la présidence de la Commission des Finances, de l’Economie générale et du Plan de l’Assemblée nationale, Jack Lang apportait publiquement son soutien à la deuxième mouture du projet de loi de la nouvelle ministre."

      (fin de l’extrait)

      Pas mal, tout de même. Et, depuis, on en a vu plein d’autres. Lire ces deux articles plus récents du même auteur :

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

      http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235


    • tvargentine.com lerma 6 septembre 2007 11:30

      Un lien http://www.tva-sociale.org/questions.htm

      Le débat est lancé mais dans la mesure ou nous avons de plus en plus de produit chinois,il est normal que ces produits soient taxés.

      Il est faux de dire que les prix vont exploser car la concurrence aménera les enseignes qui veulent attirer des clients de proposer des prix

      La peur de la TVA sociale est à l’image du TSS durant la campagne présidentielle et il est dommage de pourrir un véritable débat de société et d’avenir qui nous concerne tous


      • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 11:54

        Je pense justement contribuer au débat en annonçant les risques inhérents à cette proposition (et je ne suis pas le seul ; Pierre Méhaignerie, qui n’est pourtant pas un gauchiste, a peur lui aussi d’un tel système). D’ailleurs a priori j’étais plutôt pour la TVA sociale telle que proposée par les économistes centristes (Jean Arthuis par exemple) et elle était dans le programme de François Bayrou , pour qui j’ai voté au 1er tour.

        Je reconnais aussi très explicitement que je ne suis pas très copain avec le Président Sarkozy, mais élu démocratiquement par 20 millions de Français, je respecte le vote des Français et j’attend donc de voir. Je ne demande qu’une chose : qu’il montre à la France son engagement vis-à-vis de l’intérêt général. D’ailleurs tout n’est pas à jeter dans son programme. Je suis impatient qu’il mette en place ce qu’il a promis sur la réforme de l’ANPE et de la recherche d’emploi.

        Or, sur le point que j’aborde dans ce sujet, la TVA sociale proposée par le Gouvernement de Nicolas Sarkozy, je pense que c’est non pas une arnaque (mon titre est plus une accroche un peu racoleuse qu’un véritable point de vue), mais une vision un peu réductrice d’un système qui, parce qu’il a marché au Danemark (le nouvel Eldorado de nos dirigeants), va forcément marcher en France. Or, pour avoir étudié le commerce international, la première chose qu’on nous enseigne c’est : « penser global, agir local ». Et là, on n’agit pas local, puisqu’on veut transposer tel quel une proposition qui fonctionne au Danemark dans une configuration destinée aux Danois ! On oublie que notre pays a 10 fois plus d’habitants, que les disparités culturelles sont plus nombreuses, que le marché du travail est moins tonique, que nos PME pèsent moins qu’au Danemark, que notre modèle économique tourne plus sur la consommation que sur la production et que notre modèle social et fiscal est moins poussé que chez eux. Les Danois ne sont pas les Français, qui ne sont pas les Allemands, qui ne sont pas les Espagnols. Ce que je reproche juste d’ailleurs, c’est qu’on a l’impression en France que l’herbe est toujours plus verte ailleurs. C’est dommage parce que notre pays est un véritable vivier d’idées (ce qui n’empêche pas d’aller piocher une bonne idée ailleurs si elle peut valoir le coup)

        En plus, je pense que tu es trop optimiste sur la concurrence. Nous ne sommes malheureusement pas aux USA sur ce plan-là ! Il existe de trop nombreuses preuves que la concurrence ne fait pas baisser les prix, entre petits arrangements entre amis et limitations sur les prix provoqués par une marge déjà rognée au maximum. Des exemples : la « concurrence » de la téléphonie mobile a provoqué non pas une baisse, mais une augmentation des prix. Et attendons de voir pour l’énergie, mais je suis de nouveau sceptique, surtout avec l’annonce de la fusion Suez-GDF (on privatise sous prétexte d’ouverture à la concurrence et, à peine fait, on rapproche 2 des plus gros candidats !), alors que le prix du gaz est indexé sur le prix du baril d’essence. Le gain obtenu par les sociétés comme Poweo sur l’achat de gros de l’énergie va être grevé par l’augmentation des prix sur les cours boursiers.

        Il y a bien longtemps que les préceptes idéologiques de concurrence = baisse des prix a disparu, quand parfois plusieurs marques appartiennent au même groupe (Cf dans le secteurs des couches ou de la lessive)


      • Universitaire 1995 6 septembre 2007 15:15

        Lorsque Borloo a parlé de TVA sociale entre deux tours des législatives, ça a coûté un certain nombre de sièges à l’UMP, et pour cause. Mais la TVA sociale n’est qu’un ingrédient dans l’avalanche de mesures antisociales « internes », « européennes » et « internationales » dont Sarkozy participe à l’élaboration. Deux liens récents :

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=228

        http://blog.360.yahoo.com/quicalt?p=235


      • Universitaire 1995 6 septembre 2007 15:19

        A propos des produits chinois, la seule mesure effective serait d’interdire les délocalisations financières et de limiter sérieusement les importations. Mais pour cela, il faudrait quitter l’Organisation Mondiale du Commerce, voir même l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe. Ce que ni la « droite » ni la « gauche », ni même les « extrêmes », ne veulent faire car le système les mène tous par le bout du nez.


      • Ingrid du Midi 6 septembre 2007 19:58

        Ma foi, les commentaires d’Universitaire peuvent ne pas plaire. Mais où sont les arguments de ceux qui votent contre pour les cacher ? C’est évident que la mondialisation, c’est le nivellement par le bas des salaires effectifs, des avantages sociaux... et rien d’autre.


      • Rage Rage 6 septembre 2007 21:37

        Bonsoir,

        Pour résumer et ne pas délayer : 1. Arnaque 2. Quelle légitimité de ce cher M.Besson ? 3. TVA « sociale » en quoi ? 4. TVA sociale imputé sur les charges patronales et pourquoi pas les charges salariales ? 5. Que vont faire les pays importateurs si leurs produits sont attaqués (réponse : faire de même et se défendre) 6. Quelles conséquences sur les prix et le pouvoir d’achat ? C’est une TVA, donc une taxe, et donc une hausse mécanique des prix.

        L’allemagne a pensé une TVA sociale avec une grande différence par rapport à la France : l’Allemagne INNOVE et est capable de produire à l’étranger des produits reconnus que la France n’est pas capable de produire dans un tel volume.

        La balance commerciale devrait pourtant être claire : sans retour dans le positif, non seulement la TVA « sociale » est contre-productive, mais en plus elle pénalisera les exportations françaises et les consommateurs !

        Une stratégie 100% loose pour le meilleur des pires.


      • Eloi Eloi 6 septembre 2007 22:20

        @ l’auteur

        merci pour cet article ! Pourriez-vous cependant préciser ce que vous entendez, dans votre commentaire, par TVA-sociale « à la centriste » par opposition à la TVA-sociale "à la Sarkozy ???

        Je souhaite juste saisir la nuance que l’on peut envisager sur cette mesure...


      • jean-christophe 6 septembre 2007 12:18

        Décidemment, je vais finir par croire que ce site est miné de gauchots-mauvais-perdants-à-la-dent-dure.

        Pourquoi serait-il catastrophique qu’une entreprise augmente ses marges ? Si c’est un grand groupe côté en bourse, alors c’est vrai que les actionnaires vont passer à la caisse. Mais si c’est une PME ? ce n’est pas pareil !

        L’augmentation des marges des PME, d’une manière ou d’une autre, est nécessaires pour que ces dernières puissent investir pour étoffer leurs offres de produits ou de services, en particulier à l’export. Dans le contexte actuel, il n’y a pas d’autre alternative que de baisser les charges sur le travail.

        « les importations ne représentaient pas la grande majorité des produits de consommation en France »
        - > Hein ??? Il faut revenir à un des fondamentaux de base qui est le fameux « manier moyen de la ménagère ». Qu’est-ce que nous consommons le plus ? des produits alimentaires et une prestation de logement !

        Contrairement aux USA, où Wal Mart s’approvisionnent à 70% en Chine, nos importations de produits alimentaires sont très faibles. Les importations ne représentent donc pas la grande majorité des produits consommés.

        En revanche, et si vous faisiez par là référence aux déficits commerciaux, nos EXPORTATIONS sont inférieures à nos importations.

        Enfin, je ne suis pas contre devoir payer plus cher mon lecteur MP3, dans la mesure où sa durabilité est aujourd’hui beaucoup trop faible.

        La sur-taxe des produits électroniques permettra au moins d’obliger les fabricants à améliorer la qualité de leurs produits.

        Nous revenons là au développement durable, qui n’est finalement qu’une forme de protectionnisme supplémentaire contre les pays asiatiques économiquement « déloyaux ».


        • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 13:46

          C’est marrant : on critique une idée du Président et tout de suite on est taxé de « gaucho ». Personnellement, je ne suis pas « gaucho » comme tu le dis, mais il y a beaucoup de personnes à l’UMP (Méhaignerie donc) qui pensent que cette TVA sociale va faire plus de mal que de bien à l’économie française.

          Je ne pense pas que « faire de la marge » soit mal, bien au contraire. Si les PME françaises pouvaient se maintenir un peu mieux, ça serait une bonne nouvelle. Ce que je crains, c’est que le maintien de ces marges fassent, suite à l’augmentation de la TVA, une augmentation des prix, qui ne sera nullement compensée par la baisse des charges. Dans la mesure où la politique actuelle du gouvernement est de ne pas revaloriser les salaires, on va droit dans le mur, puisque les consommateurs vont devoir se serrer la ceinture un peu plus. Bref, on n’y est pas encore aux 3% de croissance par an !


        • Rage Rage 6 septembre 2007 21:43

          Et même 3% de croissance... quand on sait comment l’indice est calculé, 2% sont mécaniquement liés aux énergies et à l’immobilier...

          Quant à l’utopie de croire que les marges dégagées par les entreprises profiteront à l’économie française... les aides ont déjà démontré que le problème n’était pas là. Le problème c’est que trop de gens ont des salaires de merdes alors que peu de gens ont des revenus (salaires/rentes) démesurés.

          Voilà la grande différence entre PME et major, et voilà pourquoi il n’y a pas de « moyenne entreprise » : en France, soit t’es « over riche », soit t’es dans la masse des « moyens/bas ». Une fois les dés jetés, rares sont ceux qui passent de l’un à l’autre.

          Quant à la classe moyenne... son niveau de vie n’a cessé de se détériorer : au mieux il a stagné... surtout pour les jeunes et les vieux peu qualifiés.


        • Chichile Chichile 6 septembre 2007 13:21

          La TVA sociale est fondamentalement une bonne idée, mais comme le craint l’auteur, je pense également que si les charges des entreprises diminuent de 4%, les prix eux ne diminueront pas pour autant, certains trouvant là une opportunité de se créer de la croissance artificiellement. Donc pas certain que le consommateur final s’y retrouve. Faudrait que les prix soient indiqués HT en magasin, comme aux USA, pour se rendre compte de la baisse réelle, si elle a lieu.

          Je pense du coup que ce projet ne verra jamais le jour, beaucoup trop casse-gueule.


          • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 14:42

            Faudrait que les prix soient indiqués HT en magasin, comme aux USA, pour se rendre compte de la baisse réelle, si elle a lieu.

            — >

            Si les prix sont indiqués HT aux Etats-Unis, c’est uniquement parce que les taxes sont fixées indépendamment par chaque état.


          • Chichile Chichile 6 septembre 2007 14:54

            Oui, et ? Je ne vois pas l’intérêt de votre commentaire, si l’on ramène un état US à la France, que ce soit en termes de superficie ou de population.


          • wawa wawa 6 septembre 2007 19:39

            le prix ht on s’en fout, ce qui compte vraiement pour le consommateur, c’est combien on débite sur son compte en banque !

            mais pourquoi passer tou de suite à 5% ? rien n’empeche de commencer à 0,5% et réequilibrer par la suite en fonction de l’inflation et des comptes de la sécu ?


          • Le gros Le gros 6 septembre 2007 13:31

            La TVA sociale va s’appliquer mais comme c’est une très bonne mesure, que les français sont très intelligents et donc comprendre immédiatement tout le bien qui va en découler, de nouvelles rumeurs nous annonce son instauration après les municipales de 2008. Il faut éviter de perdre trop de villes.

            Il est clair que ce n’est pas 5% de plus sur un produit chinois qui va permettre au produit français de devenir moins cher ! (de mémoire le salaire moyen d’un ouvrier chinois est d’environ 50 euros pour 1200 euros pour le français). Même sans les charges, on est très loin du compte.

            On voit bien qu’il s’agit de prendre un peu plus aux « petits » pour redistribuer à « ceux qui se lèvent tôt ».

            « Ceux qui se lèvent tôt » est une nouvelle catégorie de personnes qui fêtent les grandes occasions au Fouquet’s, partent se reposer du côté de Malte (car elles n’ont pas les moyens d’aller jusqu’en Tunisie) et prennent des vacances au bord de petits lacs aux US (la Côte d’Azur étant désormais beaucoup trop chère pour le commun des mortels). Accessoirement, on leur rend de l’argent après qu’ils aient payés leur ISF.


            • Tescontent 6 septembre 2007 13:34

              Si la tva passe de 20% A 25%, les prix augmentent de 5% . Si l’etat baisse non seulement les charges patronales (de 5% du salaire) mais AUSSI LES CHARGES DES SALARIES(de 5% du salaire sur environ 15% aujourd’hui) , alors le pouvoir d’achat est maintenu si les francais achetent civiquement en France , ce qui restreindra les delocalisations et le chomage . Cela permet aux importations et non seulement a notre production interieure de participer a nos charges sociales . Les prix de l’importation augmenteront de 5% mais les francais sont intelligents . Par exemple, ils traitent avec succes le probleme de l’augmentation de 100 %des produits petroliers en isolant le logement en construisant des chaudieres qui consommment 30% de moins et en roulant et consommant moins , toutes mesures qui augmentent l’emploi et la preservation de l’environnement . On peut transposer la sobriete dans d’autres domaines . Un dernier point : SEPARER CE PRELEVEMENT DE LA TVA, afin qu’il soit affecte UNIQUEMENT AU SOCIAL . Amities non taxables .


              • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 14:02

                Ca veut dire quoi « acheter civiquement en France » ? Comme si on pouvait choisir ? On va faire de la consommation nationaliste ? Du protectionnisme anti-européen ? Dans la mondialisation telle qu’elle est actuellement, on va avoir du mal à vivre en autarcie, à moins de dire stop à tout ce qui est non-alimentaire (TV, hi-fi, électroménager, etc...), et même alimentaire, puisque nos tomates sont majoritairement « importées » d’Espagne. Le pétrole et le gaz sont forcément importés, donc on peut dire stop à toute activité économique. Même les écrans LCD tellement à la mode actuellement devraient être mis de côté, puisque si certains fabricants sont européens, la totalité des dalles est fabriquée en Asie (Japon, Corée).

                En plus, je ne suis pas convaincu par l’idée que faire baisser les charges des entreprises va faire augmenter par effet de levier les salaires. Si les salaires n’augmentent pas, ça va faire baisser la consommation, donc la demande, donc la croissance, puisque la nôtre est basée essentiellement sur le maintien de la consommation. Donc, les entreprises vont devoir licencier pour compenser les pertes.

                Et puis, cette histoire de TVA « anti-délocalisation » est aussi ridicule que de prétendre que le licenciement est une entrave à l’embauche. Même si on baissait les charges de nos entreprises, je crois qu’il n’y a pas photo entre les conditions de travail en Chine et en France. Ce n’est pas qu’une question de coût si on délocalise, c’est aussi parce que les politiques de travail dans ce pays (ou au Vietnam, en Malaysie,etc...) sont beaucoup moins RESTRICTIVES que chez nous : pas de syndicats, pas d’inspecteurs du travail, pas de problème avec le travail des enfants, pas de salaire minimum important, pas de contraintes horaires,etc... Quoi qu’il arrive, si une entreprise française veut délocaliser pour d’autres raisons, elle le fera. A moins de remettre l’esclavage légal, je ne vois pas comment faire face au dumping social asiatique...

                Enfin dernier point, ton idée de faire du « développement durable » pour compenser l’augmentation du pétrole : voeu pieux, car déjà si la TVA augmente, les propriétaires vont rechigner à faire des travaux, et vu le coût des équipements « durables », ça risque de casquer encore plus.

                Bref, la TVA sociale est une bonne idée, mais ce n’est pas la solution miracle pour remettre la France sur les rails (France qui, soit dit en passant, a été classée 2e des pays les plus productifs par heure travaillée, ex aequo avec les USA, par le Bureau International du Travail, source : Le Monde du lundi 3 septembre si ma mémoire est bonne)


              • Espairavoirtor 6 septembre 2007 14:21

                Tescontent, si tu baisses les charges sociales payées par les salaries de 5% du salaire, cela compense l’augmentation de tva de 5% ! Mieux meme, si les produits importe participent pour 5% a nos charges sociales, on peut alors baisser nos prelevements patronaux et des salaries non pas de 5% du salaire mais de 8% du salaire !. Cela augmente donc notre pouvoir d’achat de 8-5= 3% POUR LES PRODUITS FRANCAIS et il est maintenu pour les produits d’importation . La polemique n’est-elle pas politicienne ? Amities non politisees .


              • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 14:53

                Et l’autre bien heureux qui pense avoir trouvé en 5 lignes la recette miracle qui aurait échappée au économistes les plus éclairés. Pitoyable.


              • Tescontent 6 septembre 2007 15:44

                Resper95 « « acheter civiquement en France » ? Comme si on pouvait choisir ? » Tescontent : Oui, j’ai le choix et acheter d’occasion en fait partie . Resper : « puisque nos tomates sont majoritairement « importées » d’Espagne«  Tescontent : Je les achete francaises et bio de surcroît , source de sante (donc moins de charges sociales) Resper : « Le pétrole et le gaz sont forcément importés, donc on peut dire stop à toute activité économique« . Tescontent : Tu ne m’a pas lu : cela a developpe les chaudières économiques , les activites d’isolation et notre création d’energie , les panneaux pour l’eau chaude et l’électricité , toutes activites creant de l’emploi et de l’energie . Resper : « Même les écrans LCD tellement à la mode actuellement devraient être mis de côté !«  Tescontent : Meuh non ! et meme s’ils augmentent de 5% , n’as tu pas remarque que leur prix a baissé de 50 % depuis 5 ans et cela continue . Resper : « l’idée que faire baisser les charges des entreprises ne va pas faire augmenter les salaires« . Tescontent : Oui , j’ai écrit qu’il faut baisser aussi les cotisations payées par les salariés (d’environ 15% du salaire aujourd’hui a 10% ) d’ou le maintien certain du pouvoir d’achat Resper : « La TVA « anti-délocalisation » est aussi ridicule .......si une entreprise française veut délocaliser pour d’autres raisons, elle le fera. Tescontent : C’est une mesure parmi d’autres , je ne la prétend pas tout resoudre . Resper : « A moins de remettre l’esclavage légal, je ne vois pas comment faire face au dumping social asiatique... » Tescontent : Leurs charges augmentent rapidement, les transports aussi, ils paieront les tgv et airbus 5% moins chers.....en attendant qu’on mette au point de nouvelles piles a combustible ....etc Resper : « si la TVA augmente, les propriétaires vont rechigner à faire des travaux«  Tescontent : Non, puisque leur baisse de cotisation sociale compensera l’augmentation ! Resper : « Bref, la TVA sociale est une bonne idée, mais ce n’est pas la solution miracle » Tescontent : La, je suis d’accord, il y a encore du pain sur la planche . Amities espérantes .


              • Angelus 6 septembre 2007 17:31

                « Si la tva passe de 20% A 25%, les prix augmentent de 5% . »

                Perdu, si la TVA passe de 20% à 25%, les prix augmentent de 4,16%. Je sais je suis un peu tatillon... smiley


              • ARMINIUS ARMINIUS 7 septembre 2007 10:15

                Tescontent : Merci d’évoquer ces mesures intelligentes , génératrices de véritables économies, créatrices d’emploi et respectueuses de l’environnement, qui figuraient au programme de Ségolène Royal.


              • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 14:26

                + 10% sur la matière première, + 10% de TVA ... Va faloir réimprimer tous les bouquins de cuisine qui proposent des gratins de nouilles en plat économique.


                • IP115 6 septembre 2007 15:02

                  « Eric Besson, le secrétaire d’Etat à la Prospective (note : que ceux qui savent ce que ça signifie me le disent IMMEDIATEMENT) »

                  Je ne comprend pas ce que tu ne comprends pas, tu ne sais pas ce qu’est la propective ?

                  Voia une définition de prospective à laquelle j’adhère à 100% : « une démarche indépendante, dialectique et rigoureuse, menée de manière transdisciplinaire et collective. Elle est destinée à éclairer les questions du présent et de l’avenir, d’une part en les considérant dans leur cadre systémique et complexe et, d’autre part, en les inscrivant, dans la temporalité. Exploratoire, la prospective permet de déceler les tendances et contre-tendances d’évolution, d’identifier les continuités, les ruptures et les bifurcations des variables (acteurs et facteurs) de l’environnement, ainsi que de déterminer l’éventail des futurs possibles. Normative, la prospective permet de construire des visions de futurs souhaitables, d’élaborer des stratégies collectives et des logiques d’intervention possibles et, dès lors, d’améliorer la qualité des décisions à prendre. » ...

                  Pour info, toutes les grandes entreprises qui font de la R&D disposent d’un département prospectve qui fait le lien entre la R&D et les services cormerciaux !

                  Ce qui est intéressant avec la TVA sociale, c’est que l’on ne peut la comprendre qu’en se plaçant dans une approche SYSTEMIQUE (les approches basiques de type arithmétiques ne fonctionnent bien entendu pas, pas plus que les recettes de cuisine) et c’est en cela que confier cette tâche à E. Besson (qui en était déjà en charge au sein du PS) était ce qu’il y avait de mieux à faire ...


                  • wawa wawa 6 septembre 2007 19:46

                    prospective toi meme !!

                    j’ai toujours rien compris mais je suis content j’ai appris un mot. alors eric besson serai la « madame soleil » du gouvernement ?


                  • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 15:21

                    Je ne vois vraiment pas comment il pourrait y avoir une augmentation du pouvoir d’achat ? Et surtout pas des plus bas revenus ( ne parlons même pas des sans emplois ). Ce n’est de toute façon pas le but de cette mesure. Car vous oubliez un détail il me semble : les pays émergeants consommant de plus en plus de matières premières ; il faut s’attendre à une forte aumentation du prix de celle ci dans les années à venir. Celle du prix du blé en cette rentrés et ses répercussions n’est que le début d’un phénomène qui va certainement aller en s’amplifiant.

                    Bref, surtaxer les produits alimentaires de base et avoir la culot d’appeller ça une TVA sociale, est une vraie arnaque. Et le fait d’avoir confié la sale besogne à un « socialiste » ne fait qu’en percer d’avantage la véritable nature. Non il s’agit bien d’une TVA anti-sociale au contraire.


                    • IP115 6 septembre 2007 15:38

                      « Bref, surtaxer les produits alimentaires de base et avoir la culot d’appeller ça une TVA sociale, est une vraie arnaque. »

                      encore une fois s’il suffisait de faire : Ancien prix + TVA sociale - allègement de charges sociales = ancien prix, la TVA sociale (qui est à l’étude à gauche comme à droite et au centre depuis des années) serait en place depuis longtemps . Encore une fois, il faut se placer dans approche systémique et alors on se retrouve à la tête de centaines de paramètre à régler pour retrouver un équilibre proche du précédent. C’est la dessus que travaillent des centaines d’économistes.

                      Alors quand j’entend des « journalistes citoyens » venir nous dire que ça ne peut pas fonctionner fort de leurs démonstration à base d’une soustraction, ça me gonfle sérieusement !

                      « Et surtout pas des plus bas revenus ( ne parlons même pas des sans emplois ).  »

                      Il faudrait savoir, la gauche se plaint du fait que la TVA est anti-sociale parce qu’elle touche plus les petits revenus que les gros (ce qui est vrai). Si l’on admet (encore faut il le faire) que la TVA sociale a un effet positif alors de la même manière elle devrait toucher plus les petits que les gros salaires ... Soyons cohérents !


                    • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 15:51

                      encore une fois s’il suffisait de faire : Ancien prix + TVA sociale - allègement de charges sociales = ancien prix, la TVA sociale

                      — >

                      IP115, pour être honnete, je n’ai pas étudié le dossier plus que ça, mais il me semble toutefois que le but de cette mesure n’est pas d’arriver à un équilibre des comptes et encore moins à une augmentation du pouvoir d’achat des Français mais bien de financer notre système de retraites confronté notamment au vieillissement de notre population. L’escroquerie se situerait donc à ce niveau, c’est à dire de nous faire croire à une augmentation de notre pouvoir d’achat.


                    • IP115 6 septembre 2007 16:11

                      "le but de cette mesure n’est pas d’arriver à un équilibre des comptes et encore moins à une augmentation du pouvoir d’achat des Français mais bien de financer notre système de retraites

                      mais le but de cette mesure n’a JAMAIS été « d’arriver à un équilibre des comptes et encore moins à une augmentation du pouvoir d’achat des Français » ... Son objectif est de trouver un mécanisme de protectionisme sans passer par les taxes de douane, qui permettrait de compenser les distortions de concurence entre les entreprises françaises qui paient des charges sociales importantes pour financer un système social performant et des entreprises qui pratiquent le dumping social (c’est pour cela qu’elle s’appelle TVA Sociale). Le tout sans diminution du pouvoir d’achat des français.

                      Peut être que l’objectif est ambitieux, peut être que 5% ne suffisent pas face des pays comme la Chine (mais pour d’autres ?), mais c’est un premier pas, une alternative à la délocalisation pour des entreprises qui ne peuvent plus s’aligner.

                      Effectivement une autre solution complémentaire pourrait être d’encourager le « acheter civiquement en France » (comme le propose Tescontent), comme on le fait pour les achats bio et le commerce équitable.

                      En tout cas ne rien faire reviendrait à aller au casse pipe, et si la gauche était un peu plus responsable elle participerait à la réflexion (la reflexion devrait même être européenne d’ailleurs car elle concerne TOUS les pays de la zone euro) au lieu de l’utiliser pour faire de la démagogie et des coups électoralistes (comme l’a fait Fabius aux législatives) !


                    • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 17:38

                      En tout cas ne rien faire reviendrait à aller au casse pipe

                      — >

                      Nous y allons de toute façon. Je précise que je ne suis pas de gauche.


                    • Barbathoustra Barbathoustra 6 septembre 2007 15:27

                      M’enfin moi je m’en fiche, je suis rentier. J’aurai vite fait de répercuter le surcout occasionné par une augmentation de TVA en le répartissant sur mon parc locatif.


                      • caramico 6 septembre 2007 16:15

                        recette :

                        - prenez un traître chez vos adversaires

                        - Faites lui pondre quelque chose de bien pourri

                        - Dites : Quelle horreur, je ne vais pas appliquer ça !

                        - Et hop, la TVA sociale est à mettre sur le dos des socialistes


                        • Chichile Chichile 6 septembre 2007 17:07

                          Caramico, pas très constructif comme commentaire, d’autant que je ne partage pas votre point de vue, surtout sur le fait de faire endosser la mesure par une personne qui a été vilipendée comme Besson l’a été. Je pense que personne ne sera jamais dupe de cela, et bien imbécile serait celui qui aurait les cojones de se défausser de cette façon du sujet.


                        • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 22:01

                          Merci d’essayer d’apporter argumentation et réflexion.

                          Si vous ne voulez pas être constructif, merci de vous abstenir de poster dans les commentaires de mon article.

                          (Et c’est valable pour tout le monde).


                        • brieli67 6 septembre 2007 17:05

                          Plus de buralistes pour vendre vignettes et timbres fiscaux. Les produits tabac-allumettes de sécurité fort concurrencés par la contrebande. Plus de ventes de loteries gueule-cassées Plus d’écoliers-mendiants affublés de carnets « tuberculose » ou « hygiène de santé » ou « Institut Pasteur » ou « Croix Rouges ». Les engueulades qu’on prenait comme gosse tout en découvrant les vices et les vertus de la République.

                          « La charité a toujours soulagé la conscience des riches, bien avant de soulager l’estomac du pauvre. » [Alfred Sauvy]


                          • Lucrezia 6 septembre 2007 18:35

                            Tout est parfait en France, ne changeons RIEN, le mûr approche mais ce n’est pas grave, la méthode COUE et notre Intelligence remarquable et unique sur la Planète nous sauverons !

                            Continuons à distribuer l’argent des générations futures, dispendons des aides sociales à tout va et particulièrement aux non-contibuteurs des impôts et prélèvements sociaux ...

                            Que l’état Français et particulièrement les fonctionnaires continuent à vivre au dessus de nos moyens et de son bufget de recettes ...

                            Franchement quel discours de « merde » ...qui sclérose toute initiative sous prétexte que c’est le parti adverse qui le propose ...Jusqu’à présent REIN n’a marché, alors que faire ? RIEN ? ATTENDRE ?

                            En tous les cas « Repear95 », il est clair qu’avec ce discours et ce positionnement je comprends que vous êtes passionné de polémiques et d’affrontements ...Mais à part remuer le bâton de merde, qu’apportez-vous ? Rien de constructif ...Mais il est vrai que VOUS, vous avez du longuement réfléchir à ce sujet ...


                            • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 21:17

                              Je n’apporte peut-être pas grand chose, mais je constate que toi tu n’apportes que rancoeur, haine et vulgarité.

                              On peut ne pas être d’accord avec mes propos (c’est d’ailleurs le but de ce genre de site), mais ce que je demande, c’est de la politesse, de l’argumentation et du calme. Tu ne fais que critiquer mon article. Tu n’apportes absolument rien au débat et je te prierai de ne pas intervenir de cette façon pour la prochaine fois.

                              Justifie ton désaccord avec moi et on en reparlera.


                            • reaper95 reaper95 6 septembre 2007 21:59

                              @ Lucrezia.

                              Je n’apporte peut-être pas de solution au problème, il n’empêche que j’essaye de proposer un DEBAT, puisque ce site est un espace de débat. Ce que tu proposes n’est qu’injures, haine (envers je ne sais trop quoi d’ailleurs) et agression. J’ai d’ailleurs proposé (dans un des commentaires) de réduire l’augmentation de TVA en réduisant la part de TVA « normale » afin de ne pas trop grever les prix à la consommation. Contrairement à toi, je ne fais pas de la critique pour le plaisir de critiquer, et je ne souhaite pas que tout se « sclérose ». BIEN AU CONTRAIRE ! Mais il ne faut pas agir sans réfléchir, et agir pour le bien commun. S’il faut se coltiner pendant des années des erreurs de jugement(pour être poli) comme le sont les 35 heures, ça ne sert à rien ! Le débat est nécessaire pour que le mal puisse être évité au maximum. Je n’agis pas par idéologie pure et dure, comme tu sembles le faire. Je réfléchis aux conséquences a posteriori d’une telle proposition.

                              Tu joues le réactionnaire qui ne supporte pas qu’on puisse critiquer son « maître à penser ». Tu te comportes comme un vulgaire Doc Gynéco qui a agressé tous les journalistes qui ont voulu « comprendre » (et juste comprendre !) pourquoi il le trouvait si « génial »

                              D’ailleurs je ne fais pas de l’opposition systématique, puisque je suis A PRIORI FAVORABLE à la TVA sociale. Je pense juste que ce que propose M. Sarkozy n’apportera rien de bon à l’intérêt général du pays. Je le soutiens en général dans sa réforme des universités, que je trouve plutôt bonne et j’attend avec impatience qu’il mette en place ses propositions intéressantes sur la réforme du contrat de travail.

                              Donc je ne sais pas qui « remue le bâton de merde », mais en tout cas, je ne pense pas que ce soit moi. Et si l’ironie de mon article est trop subtile pour toi, retourne sur les Skyblog, le niveau sera peut-être moins prise de tête.


                            • Lucrezia 7 septembre 2007 11:13

                              CQFD !!!!!!!!!!!!!!!!!


                            • Fred 10 septembre 2007 12:18

                              « la politesse des Français. »

                               smiley c’est un joli oxymore


                            • notregeneration ales 6 septembre 2007 20:04

                              Vous savez tous (en tout cas vous devriez savoir) que la dette de l’Etat est énorme, mais savez vous que la dette des collectivités locale (mairie, région etc...) est tout aussi importante ? Pire la dette de la Sécu connait une très grave augmentation explosant toutes les limites légale - pour info c’est l’assurance-vieillesse avec prés de 5 milliards d’euro qui en est la cause.

                              http://notregeneration.com


                              • Eloi Eloi 6 septembre 2007 22:11

                                Bonjour à tous

                                A propos de la TVA sociale, suivons le raisonnement suivant

                                Si 100% du coût d’un produit est uniquement dû à la main-d’oeuvre (sans machine, sans électricité pour les ouvriers, sans réseau de distribution, sans frais de R&D et marketing, ce qui est impossible, bien sûr...), alors, une réduction de 5% des charges sociales permettra de compenser une hausse de 5% du prix dû à la TVA sociale

                                Si 50% du coût d’un produit est dû à la main-d’oeuvre, alors il faudra une baisse des charges sociales de 10% pour compenser la hausse de 5% de la TVA

                                Si 33% ==> 15 % ; Si 20% ==> 25% ; Si 10% ==> 50%

                                ...

                                Si 2% du prix ==> 250% de réduction des charges sociales... Autrement dit, pour compenser la hausse des taxes dans ce cas de figure, l’état devrait « payer » les entreprises

                                Le raisonnement est ici fait « à la louche » (faute de temps pour être rigoureux), mais le principe est là !

                                Les biens industriels sont ceux où la main d’oeuvre humaine est le budget le moins important, dans un pays industrialisé, comparé aux millions que coûtent les machines, les installation, les réseaux de distribution et les campagnes de pub. L’état devra donc abaisser les charges à des taux impossible (-50% ou même -100%.)En conclusion, la TVA sociale, arme anti-délocalisation ne changera que très peu le coût des biens industriels en France, lesquels sont justement les plus concurrencés par les pays émergents. La TVA sociale ne peut donc PAS ETRE UNE ARME ANTI-DELOCALISATION

                                De plus, les entreprises où les salaires sont la plus grosse charge de coût sont les entreprises de services. C’est le point fort de nos économies européennes. Si l’on imagine que l’état abaisse les charges salariales de 10% pour compenser la hausse de TVA, mécaniquement, les produits qui pourront réajuster leur prix sont les serviceS. La TVA sociale est donc une arme de PROMOTION DES SERVICES FRANCAIS

                                Malheureusement, nous entrons alors directement en concurrence envers nos voisins européens. La TVA sociale ne nous aidera pas à concurrencer les CHINOIS, mais bien les EUROPEENS(voire quelques informaticiens indiens)

                                Où est l’erreur ?


                                • Christoff_M Christoff_M 7 septembre 2007 00:43

                                  je pense qu’il faudrait une nouvelle révolution... lorsqu’on voit les cas Forgeard, Messier, Tapie, le Floch, Falcone et j’en oublie, et que l’on a le culot de nous dire que notre pays est endetté et qu’il faut faire des efforts !!

                                  c’est sur si la loi et l’état français protègent des voleurs millionnaires, ce genre de personnes qui touchent les aides dans les grosses structures et qui n’embauchent pas, nous ne risquons pas d’avancer en France !! je fais bien la différence avec les petites entreprises qui n’ont pas les moyens de payer des avocats d’affaires et des experts comptables payés grassement pour faire dire au bilans ce que le patron de grosse société leur demande d’obtenir...


                                  • Claude Simon Tzecoatl 7 septembre 2007 10:53

                                    C’est clair, dès qu’ils sont au pouvoir, ils oublient la Raison, et ne sont plus là que pour se faire sucer la b...


                                  • brieli67 7 septembre 2007 04:08

                                    Faudrait peut-être commencer à diminuer le nombre des fossoyeurs de la République.Toute cette armada d’élus qui ne servent strictement à rien. Le Sénat 1oo sénateurs suffisent aux Usa L’Assemblée Nationale n’est plus que chambre d’enregistrement des directives européennes. L’exception française.... que de débats stériles et nombre de rappels à l’ordre voire sanctions Département ou Region un niveau administration/politiques en trop Conseils municipaux seuls les maires ont droit aux chapitres...

                                    Zantrop ces élus de pacotille si ce n’est que qqs uns de corrompus et délinquants ; chacun veut son collège sa crêche sa maison de vieux sa piscine son stade son hopital son scanner sa maternité sa gendarmerie son cente commercial

                                    C’est de l’amateurisme marron qui coûte très cher.

                                    Cette tva comme tout impôt indirect sera inéquitable Il vaudrait mieux voir du côté d’une taxe d’habitation indéxée sur les revenus. La grande distribution devrait de leurs taxes et impôts sur les benéfices laisser une plus grande quote part au niveau local au lieu de continuer d’affluer vers leurs sièges. Oui c’est de l arnaque au détriment du pauvre sans aucune traçabilité. C’est honteux et anachronique.


                                    • tj 7 septembre 2007 07:22

                                      Avec les millions de touristes qui visitent la France, c’est encore une fois une belle façon de faire payer l’addition aux étrangers (comme quand vos motards font la chasse aux touristes qui roulent sans la ceinture).

                                      Vous ne changerez jamais .


                                      • forum123 7 septembre 2007 08:44

                                        Pendant que l’agité fait son show dans la lucarne magique avec la complicité des médias, par derrière il remercie sa grande famille sans laquelle il ne serait pas, à savoir :

                                        - Le milieu affairiste : smig+2%, transfert cotisation patro=>TVA, visite MEDEF ...
                                        - les pro USA-Israel : écran fumée Darfour * , Bush, ONU en IRAK
                                        - Médias : lois p2p ...


                                        • forum123 7 septembre 2007 09:09

                                          .TVA sociale/antidélocalisation pour lutter contre la mondialisation, est une fumisterie de plus du maire de Neuilly, il est impossible de lutter avec des pays comme la Chine ou l’Inde, ou même d’Europe central. Aujourdhui tous se délocalise dentistes, journalistes, bureaux d’études, des millions d’ingénieurs, d’informaticiens compétent sont prêt à travailler pour 10 fois moins qu’en Europe. La main d’oeuvre est maintenant globale, ce n’est pas un tout petit président Français qui y changera qulqhchs.

                                          .La TVA sociale n’a qu’une finalité, faire payer les charges sociales par les salariés.

                                          La richesse s’accroit de jour en jour, mais la répartition elle se réduit comme une peau de chagrin .


                                        • Claude Simon Tzecoatl 7 septembre 2007 10:25

                                          Sarkozy étant un ultra-conservateur à la Française, une réforme de sa part est équivalente à déshabiller le gueux pour nipper le riche (on s’est compris).

                                          Donc, il est préférable de gentiment lui rappeler qu’être réformiste pour un conservateur est un non-sens, un échec, et un outil d’accroissement par la loi de la sélection naturelle, que les libéraux entre autres ont objectivés (culturalisés) comme un devoir de l’humanité, l’appliquant aux sphères politiques, économiques, scientifiques, etc.

                                          Cette définition étant faite, la paix sociale a un prix.


                                          • Claude Simon Tzecoatl 7 septembre 2007 10:38

                                            Augmenter de 5% un produit chinois ne rendra pas compétitif un produit français.

                                            Bref, cette mesure ne servira qu’a pressurer le pouvoir d’achat français au profit des patrons, puisque une entreprise ne paye pas de TVA, c’est bel et bien le consommateur final qui la paye.

                                            J’aurai préféré voir une TVA sociale de gauche (ou du centre), où le salarié perçoit en salaire le montant des charges sociales, mais la paye lorsqu’il consomme. L’entrepreneur ne payant pas de TVA, si on allège ses charges, on lui fait cadeau de trop.


                                          • Rage Rage 7 septembre 2007 12:49

                                            Tout à fait exact : La grande nuance - qui change tout- c’est à QUOI on applique la TVA « Sociale » en contre partie :

                                            - PS et Modem dis(ai)ent : Aux charges salariales, qui lèveront les salaires mais paieront sur une partie des produits : ce qui est déjà nettement moins con.

                                            - UMP dit : Aux charges patronales, qui permettront aux entreprises de dégager plus de marges et... et on ne sait toujours pas la suite.

                                            D’un côté on aide les salaires, de l’autre les entreprises... au détriments des salaires (car pouvoir d’achat en baisse).

                                            Tout dépend ce que l’on fait avec la pioche/outil TVA social en fin de compte... comme avec les péages urbains et comme avec un paquet d’autres choses...

                                            L’essentiel ce n’est pas les titres, mais les modalités.

                                            Pas de bol pour M.Besson, il n’avait pas dû rester à la fin des congrès PS pour comprendre les modalités...


                                          • Claude Simon Tzecoatl 8 septembre 2007 20:59

                                            @ Rage,

                                            Je plussoie.

                                            La TVA sociale devait se borner à réduire un peu l’écart des prix entre produits chinois et français dû aux manipulations monétaires sur le yuan, à l’absence de droit du travail en Chine.

                                            Elle risque en fait d’être un instrument de plus pour aligner encore un peu plus le droit du travail français sur celui de l’Empire du Milieu, du fait de la promiscuité malsaine entre pouvoir en place et milieux d’affaires français.

                                            Par ailleurs, si le protectionisme est facteur de tensions (voire de guerres), le dumping social et monétaire aussi.


                                          • moebius 7 septembre 2007 11:18

                                            La TVA sociale à 25% qui va augmenter la compétivité de nos entreprises, accroitre notre pouvoir d’achat tout en luttant contre les délocations, permettra aussi de lutter contre la fonte de la banquise en préservant la couche d’ozone. Cet argument écologique n’est pas a négliger


                                            • desperado 7 septembre 2007 12:17

                                              En vrac :

                                              - Assimiler ce pauvre M. besson à Judas est peut-être un brin excessif. Je crois qu’en l’occurence il colle plus à la figure du connétable de Bourbon...

                                              - Sur le fonds de la question il ne faut pas être naïf et être bien certain que pour sortir de la situation actuelle il faudra payer plus et orchestrer une révision générale des prestations à la baisse. Alors qui paie ?

                                              - La méthode la plus équitable serait d’asseoir le systême de santé sur le niveau de revenus. Autant dire que cette hypothèse équitable n’a aucune chance de succès. En effet, à droite celà revient à taxer les revenus du capital (impensable pour ces Messieurs de l’UMP), et à gauche aligner les taux de cotisations personnelles des fonctionnaires sur ceux du privé (obscène pour ces Messieurs du PS).

                                              - Continuer sur le systême actuel ou le secteur privé et ses salariés financent la majeure partie du systême n’est plus tenable (pour mémoire les taux de cotisations sociales ont presque doublé en 30 ans...). Celà se traduit en effet par une perte sèche de pouvoir d’achat pour les salariés, et une perte de marge pour les entreprises, qui comme l’auteur de l’article le mentionne sont essentiellement constituées de PME qui sont très loin de réaliser les résultats des entreprises du CAC 40

                                              - Dans ces conditions rejeter a priori l’idée de la TVA sociale me semble bien inconsidéré , pour ne pas dire léger.

                                              - D’autant que beaucoup de choses sont possibles, comme par exemple : Ne pas relever le taux sur les produits de première nécéssité (Tx à 5,5) Créer un super taux pour les produits de luxe ou somptuaires Imposer un partage des bénéfices d’une baisse des charges sociales des entreprises entre leur marge et les salaires, Ou faire porter la réduction des charges sur les seules cotisations salariales, ce qui mécaniquement le reconvertit en pouvoir d’achat.

                                              En tous cas essayons de rester ouverts, et si possible positifs, et ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain...

                                              Cdt


                                              • reaper95 reaper95 7 septembre 2007 13:54

                                                D’une chose l’une :

                                                je compare Eric Besson à Judas sur le ton de la boutade, bien entendu. C’est le sentiment qui est ressorti des médias lorsqu’on l’a vu partir du PS pour rejoindre Nicolas Sarkozy. Mais, il n’est pas si traître que ça, tout comme ses « amis » Bernard Kouchner ou encore Jean-Marie Bockel (autres PS qui ont rejoint le Gouvernement) : ces gens sont idéologiquement plus proche de Sarkozy que de Royal, et il était inévitable que ça arrive. Entre parenthèses, je pense que le véritable traître au Gouvernement s’appelle Hervé Morin, qui a lui trahi ses convictions pour un maroquin ministériel.

                                                Revenons ensuite à nos moutons : je trouve ton argumentation intéressante mais incomplète. S’il est vrai que le secteur privé a été pas mal « enquiquiné » ces 30 dernières années, il ne faut pas oublier les « cadeaux » qu’ils ont récupéré en contrepartie des déductions, voire exonérations de charges sociales sur tous les salaires inférieurs à 1,6 Smic, soit 80% des salariés. Donc, l’Etat contribue à maintenir le niveau d’emploi en France. Sans ces différents dispositifs, le taux de chômage serait colossal. Et ça ne remplit pas les caisses de la Sécurité Sociale pour autant. Les études diverses effectuées par les services de santé ont remarqué que ce sont ces décharges aux entreprises qui contribuent à ne pas remplir les caisses publiques, et non pas les 1% de brebis galeuses qui abusent du système (tant à la S.S. qu’au niveau des Assedic et de la CAF). On a fait un cadeau de 4 Milliards d’euros à Vivendi au niveau des charges sociales sur 4 ans (1 Milliard par an !) pour la remettre à flot, mais rien que le succès de World of Warcraft par la branche multimédia du groupe a permis de refaire les bénéfices. Et cela en 1 an ! Alors, ce cadeau était il si nécessaire ? Surtout que l’investissement de Vivendi n’est pas forcément si important et que le cours de l’action n’en a pas profité.

                                                Si le Public n’apporte pas forcément de valeur ajoutée a court terme à ce qu’elle propose, elle est quand même le ciment de la société, et vouloir privatiser la Poste ou EDF / GDF (ou la SNCF à terme) ne contribuent pas à améliorer la vie des gens. Et n’oublions pas que la majorité des employés du secteur public est la classe qui finance le plus l’impôt sur le revenu (la classe dite « moyenne »).

                                                Le seul problème de l’économie française, c’est qu’elle ne produit plus grand chose, et surtout qu’elle n’INNOVE pas ! La part d’investissement en R & D est risible, et il est sûr que réduire les charges permettrait de renforcer les marges, qui permettraient d’investir (enfin j’espère). Il vaudrait mieux obliger les entreprises (surtout les grosses) à investir un pourcentage minimum des bénéfices dans la R&D.

                                                Il faudrait aussi remanier la taxe sur les bénéfices, qui oblige les entreprises à en faire le moins possible pour ne pas payer d’impôts.

                                                Une TVA de luxe à 33% (si ma mémoire est bonne) existait il y a encore peu, mais cette TVA a été supprimée pour favoriser les « riches » à mieux consommer (comme si les acheteurs d’une Ferrari étaient à 25.000 € près...). Et puis d’ailleurs, qu’est ce qu’un produit de luxe ? Dans les années 1970, on appliquait ce taux « luxe » aux voitures, car c’était un produit de luxe, mais un écran plasma n’est-il pas un produit de luxe, puisqu’on peut acheter une TV pour beaucoup moins cher ?

                                                Je le dis et je le répète : je ne rejette PAS a priori la TVA sociale. Je suis même plutôt partisan de cette mesure, à condition qu’elle favorise les baisses de cotisations SALARIALES (comme le proposait F.Bayrou) et non pas les cotisations SOCIALES (qui coûteraient plus cher que ça ne rapporterait).

                                                A trop faire de cadeaux, on en oublie que la croissance française est maintenue artificiellement par tous ces dispositifs à l’emploi, à la réduction des charges et aux aides au financement, alors qu’il aurait fallu aider à l’investissement et à la production (comme le prônait le rapport Bébéar sous Chirac en 2004). Une sorte de « New Deal » Rooseveltien qui aurait contribué à relancer l’industrie et le développement innovatif français. Au lieu de ça, on favorise le rachat d’entreprises et la fusion de groupes, ainsi que la vente de bijoux de famille très rentables (genre les autoroutes) afin de remettre un peu d’argent dans les caisses. On est en train de dépouiller petit à petit le patrimoine français, sans chercher à pallier des moyens de financement. On favorise aussi le patrimoine d’une toute petite catégorie de personnes, qui n’apporte ni valeur ajoutée, ni croissance, puisqu’ils sont rentiers, et que leur argent est « virtuel ». Et encore une fois, aucun moyen pour compenser les pertes. Le seul moyen -inévitable- était d’augmenter les impôts de ceux qui en payent déjà le plus, à savoir les classes moyennes, puisqu’en plus on va liquider dans les emplois publics. Et là dessus,on n’investit pas, puisque le plus gros poste de non-remplacements dans la fonction publique sera les professeurs, qui ne produisent rien à court terme, puisqu’il faut 25 ans pour voir les fruits de leur travail. Sans formation (la base de la connaissance et du savoir-faire), on forme une armée de « fourmis » qui seront prêtes à faire tout sans réfléchir, et sans transmission possible du savoir aux plus jeunes.

                                                Bref, je ne pense que la TVA sociale était une bonne idée, mais bâclée par un gouvernement qui a un besoin urgent de combler les dépenses liées au bouclier fiscal et aux défiscalisations des heures supplémentaires, a dû traficoter une technique d’urgence qui serait bien passée, puisque proposée par Royal et Bayrou (ce qui représente plus de 50% des électeurs français à eux 2). Et je pense aussi qu’il y avait plus urgent, comme un plan de redressement de la formation en entreprise et une optimisation de l’Education Nationale qui ne passe pas par des dégraissages simplistes.


                                              • desperado 7 septembre 2007 15:20

                                                MDR : Ainsi olivier Morin aurait des convictions ? C’est le scoop du mois mais je suis sans doute méchant...

                                                Sur le reste :

                                                - On ne peut effectivement que déplorer que les exonérations de charges sociales n’aient jamais bénéficié aux salariés. Ce simple constat en dit long sur les méthodes et conceptions de l’économie et de la nation de la part de la droite et de la gauche confondue.

                                                - Relancer l’investissement en France est théoriquement très simple : Comme aux Etats Unis, ou parait-il également en Belgique, il suffit d’autoriser la déduction immédiate des investissements réalisés des résultats annuels des entreprises. Ce que l’on perd en IS immédiat (à 33 %)est compensé en partie par de la TVA (à 19,6 %) sur les achats effectués en France. Mais ceci implique que l’on puisse résoudre des problèmes budgétaires à court terme, et surtout que l’on torde le cou aux caciques de l’administration fiscale française (cf sa doctrine sur les amortissements), ce qui a fait reculer plus d’un ministre des finances.

                                                - Idem en ce qui concerne les R & D. La timide mesure esquissée dernièrement (augmentation du plafond déductible des R & d par rapoort au chiffre d’affaires)est sans doute encourageante en terme de tendance, mais effectivement totalement insuffisante eu égard aux enjeux réels.

                                                - Tout ceci peut grossièrement se résumer à des questions d’équilibre budgétaire, au sein desquels la seule marge de manoeuvre significative demeure tragiquement la dépense publique. Est-on mieux soigné, vit-on mieux et plus vieux en France par rapport à la moyenne de nos voisins immédiats ? je crains que la réponse ne soit non, et pourtant le poids de nos services publics est supérieur d’environ 30% à ces derniers. La question d’ailleurs réside beaucoup moins dans le bien fondé des services publics que dans leur performances. Je suis convaincu que si ceux-ci étaient gérés avec les mêmes critères de sujétion et de performance que les PME françaises, notre nation deviendrait le moteur économique de la CEE. Dans ces conditions le problème des effectifs de l’administration nationale et des collectivités territoriales est crucial (en laissant de côté celui du personnel de santé, à qui nous devrions édifier une statue à chaque carrefour, et qui constitue un sujet en soi). Les réductions d’effectif sont peut-etre simplistes mais en tous cas inéluctables, la situation financière actuelle étant intenables sur la durée. Un des tropismes majeurs de notre pays est de ne pouvoir réagir qu’en cas crise majeure, avérée ou imminente. Je crois qu’une attitude positive devrait tirer parti de ce constat pour réformer en profondeur notre état :
                                                - Sur les prélèvements sociaux objet du présent article
                                                - Sur la fiscalité (cet épouvantable fatras fondamentalement inégalitaire)
                                                - Sur le service public, ses atributions et ses moyens
                                                - Sur le droit du tavail (400 pages de réglementation en moyenne de plus par an depuis 30 ans...)
                                                - Sur l’éducation et la formation
                                                - Sur l’économie et le dynamisme des entreprises (PME en tête. au fait à quand le small business act promis par les uns et les autres ?) Tous ces sujets sont d’ailleurs en corrélation objective.

                                                Je crois fondamentalement que nous mésestimons gravement l’ampleur de nos difficultés auxquelles nous sommes confrontés, et encore plus l’ampleur de l’effort à accomplir (et qui ne laissera personne intact).

                                                J’avoue, à lire les uns et les autres, que j’ai parfois le sentiment d’être un peu seul...

                                                Cdt


                                              • moebius 7 septembre 2007 12:29

                                                ... notre protection sociale coute cher aux salarié comme aux entreprises et nous sommes engagé dans un rapport de force politique pour en répartir le cout. C’est la droite qui est au pouvoir.


                                                • Fred 7 septembre 2007 13:33

                                                  @l’auteur, une petite precision

                                                  Le salaire median francais est a 1500€ et le salaire moyen a 1900€ a peu pret.


                                                  • Fred 7 septembre 2007 13:40

                                                    Je me demande comment fait la Suede cette sociale democratie.

                                                    Elle a :
                                                    - une TVA de 25% (12% sur l’alimentation)
                                                    - une franchise medicale de 150€/personne/an
                                                    - un impot sur le revenu qui commence a partir de 1850€ de salaire annuel et qui ne depend pas du status marital ou du nombre d’enfant
                                                    - un impot sur les societes de 28% (France 34%)


                                                  • reaper95 reaper95 7 septembre 2007 22:02

                                                    @ Fred

                                                    Merci de corriger mon erreur (qui doit tenir d’anciens chiffres ou de données erronnées !).

                                                    Mea Culpa


                                                  • moebius 8 septembre 2007 22:31

                                                    ..la TVA social..aprés les municipales... en attendant c’est vraiment pas une bonne idée


                                                    • zelectron zelectron 9 septembre 2007 13:27

                                                      SYNTHESE DE LA DEFINITION DE LA TVA SOCIALE : prélèvement pour assurer le risque du travail non par le salaire mais par le profit (c’est à dire la plus-value : donc la taxe à la valeur ajoutée )

                                                      1- Les industries et services à forte main d’oeuvre sont en principe plus gagnants que les commerçants et financiers purs (ce mot est presque inconvenant)

                                                      2- La vente des produits français à l’export s’exonère du taux de la nouvelle TVA, notre prix aux clients etrangers est moins cher donc plus compétitif

                                                      3- A l’inverse nous taxons les produits etrangers en les augmentant du nouveau taux

                                                      Ces considérations intempestives faisaient déja partie de mes préoccupations dès les années 79-81 et ce avant l’avenement « Mitterand »

                                                      En résumé aujourdhui les cotisations sociales sont basées sur le travail dans la peine, la sueur et le sang et c’est immoral : c’est à ceux qui profitent de payer le risque de mort du mineur de fond, ou du pêcheur de perle, c’est une évidence ! Cette opinion n’appartient surtout pas plus à une gauche d’essence renégate qu’à une droite aveugle et veule.

                                                      Je précise que je suis plutôt favorable à un système transpartisan avec un epsilon à droite (mais pas toujours...)


                                                      • Captain Cap 9 septembre 2007 13:29

                                                        « Pourquoi est-elle sociale d’ailleurs ? » demande l’auteur.

                                                        Pour la même raison que le mouvement est social et le plan aussi.

                                                        Mouvement social = grève qui emmerde le monde

                                                        Plan social = licenciements en masse

                                                        « Social » c’est pour faire passer la pilule amère. C’est l’étiquette passe-partout

                                                        Tenez, je viens d’en inventer une autre, d’étiquette : préservation sociale.

                                                        Devinez-vous ce que c’est ?


                                                        • reaper95 reaper95 9 septembre 2007 16:12

                                                          @Captain Cap

                                                          Tout à fait exact. Mais là on entre dans un autre débat, celui de la « rhétorique de la politique » et plus largement de ce qu’on appelle communément la « langue de bois ».

                                                          John Kenneth Galbraith, grand économiste américain du XXe Siècle, a établi une excellente analyse de ces choses, qui se rapproche de la « Novlangue » chère à Georges Orwell.

                                                          Ainsi, explique-t-il que quand on appelle ’travail« n’importe quelle tache ingrate destinée à subvenir à ses besoins (au lieu d’un emploi dont le but personnel est l’accomplissement de soi et la plus-value de la société dans laquelle on travaille), on finit par dénaturer la valeur »travail" au profit du sens littéral du terme travail, du latin tripalium= torture.

                                                          Ainsi, quand on appelle « réforme » toute tentative de démanteler les acquis sociaux obtenus de haute lutte pendant des dizaines d’années au nom du « progrès » (encore un mot galvaudé par la novlangue neolibérale), on continue à dénaturer le sens premier de termes économiques au profit d’une idéologie dogmatique.

                                                          Et ainsi, on parle de « développement durable » quand il s’agit de justifier le fait d’user d’infrastructures dont on ne sait pas ce qu’elles apporteront à terme, ou encore de « plans sociaux » lorsque l’aspect social de la chose est aussi traumatisant que le sentiment de ne plus servir, justement, à la société.

                                                          D’ailleurs cette TVA « sociale » a connu un autre nom, celui de TVA « anti-délocalisation », terme passe-partout et compréhensible par tous, sur lequel des dizaines de responsables marketing se sont penchés pour compenser auprès de la « France d’en bas » le fait que les prix vont augmenter. C’est pour la bonne cause si votre pouvoir d’achat va baisser !

                                                          Le marketing politique, inventé aux USA dans les années 1970 a été dévastateur pour l’économie et le social, et pourtant c’est aussi simple qu’un slogan tel que « qui ne peut pas se permettre de donner 4 € de franchise par moi pour une cause telle qu’Alzheimer ? »

                                                          Et le pire, c’est que cette méthode de donner un autre sens aux mots est née avec le communisme stalinien. Quand on dit que le neolibéralisme est un communisme sur des base de production privée, les béni oui-oui de ce dogme devraient méditer là-dessus....


                                                        • Mulder 9 septembre 2007 21:43

                                                          Face à la crise des subprimes, le triplement de l’impôt de bourse chinois au mois de mai était factice. smiley


                                                        • marcIV marcIV 10 septembre 2007 06:29

                                                          Encore une fois on peut constater qu’agoravox est le deversoir de la frustration de nombreuses personnes n’ayant pas voté pour SARKOZY.

                                                          citation :

                                                          « une fumisterie de plus du maire de Neuilly »

                                                          « la TVA sociale n’est qu’un ingrédient dans l’avalanche de mesures antisociales »internes« , »européennes« et »internationales«  » (sic)

                                                          « Elle risque en fait d’être un instrument de plus pour aligner encore un peu plus le droit du travail français sur celui de l’Empire du Milieu » ?????

                                                          Bref que de hautes contributions....

                                                          Pour ma part je me bornerai à remarquer que l’entreprise payant la majeur partie des cotisations sociales, il est normale que si celle-ci venait à subir une augmentation considérable de sa TVA c’est elle qui devrait aussi voir le poids des charges sociales baisser.

                                                          Mais ce n’est pas tout si la france pouvait avoir une petite inflation grace à cette mesure, cela nous permettrait d’avoir des taux d’emprunt nul ou négatifs (comme ce qui s’est produit au japon) ce qui serait une excellente nouvelle pour les ménages qui souhaitent s’endetter.

                                                          Je ne rappelerait pas non plus les excellents arguments développés sur la nécessité d’élargir la base des cotisations qui tombe sous le sens ni la possiblité de faire participer les importations au système de santé.

                                                          Enfin en contrepartie on pourrait augmenter un peu plus fortement le SMIC et les minimas sociaux.

                                                          Bref y en à marre des biens pensant qui nous sortent leur NOVLANGUE à eux « antidémocratique »,« ultraconservateur »,« faschiste »etc... etc... cherchez bien il y en à des tonnes.

                                                          Notament quand l’auteur croyant avoir séduit son auditoire lache « Le marketing politique, inventé aux USA dans les années 1970 a été dévastateur pour l’économie et le social, et pourtant c’est aussi simple qu’un slogan tel que »qui ne peut pas se permettre de donner 4 € de franchise par moi pour une cause telle qu’Alzheimer ?«  »

                                                          Ne faites vous pas l’amalguame en laissant supposer que cette phrase est(ou sera) dévastatrice pour l’économie et le social de la France ?

                                                          Ne croyez-vous pas ça un poil exagéré ?

                                                          Au fait que l’on soit riche ou pauvre je trouve normal que l’on conserve au moins 50% de son revenu.

                                                          Je trouve cela antidémocratique (tiens je me lache aussi) que seulement 20% des français paient l’impôt. C’est un symbole de payer l’impôt même le gueux devrait donner 50 cents d’euros.

                                                          C’est en assumant la charge de la cité en fonction de ses moyens que l’on est réponsable et non pas en jouant avec l’argent des autres comme pour la prime de noël des chommeurs (ps : je suis au chômage)

                                                          Bref que du bonheur sur AGORAVOX ! Je vous souhaite la faillite financière de la FRANCE (La faillite morale étant déjà la).


                                                          • Gilles Gilles 10 septembre 2007 08:49

                                                            « Je trouve cela antidémocratique (tiens je me lache aussi) que seulement 20% des français paient l’impôt. C’est un symbole de payer l’impôt même le gueux devrait donner 50 cents d’euros. »

                                                            En effet..... et même les hauts revenus devraient payer des impôts tant qu’on y est. Beaucoup y échappent grâces aux niches fiscales. Ex, l’intervention d’Emmanuelli à l’assemblée déclarant qu’avec un impôts à payer de 11 000 euros, à coup de déductions, finalement c’est l’état qui lui a fait un chèque de retour.... incroyable, non ?

                                                            Combien de personne sont dans ce cas ? mystère, on préfère vous balancer les petits revenus qui ne paient rien plutôt que els gros qui ne paient rien et pourtant la masse monétaire de ceux là doit être bien plus importante.


                                                          • Gilles Gilles 10 septembre 2007 09:10

                                                            A ce poropos lire,

                                                            « La Fabrication du Consentement » de Noam Chomsky, ou comment faire croire que chacun est doté de sa propre liberté de pensée... tout en lui disant quoi penser.

                                                            http://www.k-films.fr/distribution/films/chomsky/chomsky.html


                                                          • reaper95 reaper95 10 septembre 2007 10:47

                                                            @ MarcIV

                                                            Puisque apparemment je suis « frustré de ne pas avoir voté pour Sarkozy », j’aimerais apporter un droit de réponse :

                                                            D’abord, je n’ai jamais cherché à « satisfaire mon auditoire » : j’ai posé une question sur laquelle j’ai réfléchi, avec le peu de connaissances dont je dispose. J’ai fait part de mes réflexions, avec un brin d’ironie, de sarcasmes et de provocation. J’ai profité de cet espace libre pour exprimer mes pensées. C’est plus la frustration de n’avoir pas pu être ce que je voulais faire (journaliste) qui apparaît dans cet article. Je ne cherche pas à m’auto-satisfaire, au contraire je cherche le débat et la polémique, quitte à froisser certains pisse-froids.

                                                            Ensuite, on voit que le discours sarkozyste a imprimé comme un buvard sur de nombreuses personnes, puisque je vois que tu utilises ce terme « novlangue » (soyons sarcastique aussi hein ?) de « bien-pensant ». Aujourd’hui, être contre Sarkozy, c’est être bien pensant, comme être opposé à l’islamisme se fait appeler « islamophobie » ou être opposé à la politique d’Israël d’« antisémitisme ».

                                                            Bref, ce que je dénonce, c’est l’utilisation de mots dans le but de manipuler un peu plus l’opinion, qui finit par parler comme un robot. Peut-être avez-vous déjà eu l’occasion de voir les cours de l’ENA, en tout cas, j’ai vu un livre qui explique comment user de la « langue de bois »... Des cours de langue de bois, c’est sûrement plus passionnant que la géométrie, non ?

                                                            Je suis d’accord avec toi sur le fait que les mots « fachisme », « libéralisme » ou « démocratie » ont été galvaudés. Mais faute à qui ? sûrement pas aux gens qui pensent, peut-être naïvement, qu’il existe encore une conscience politique dans ce pays ! Je connais le sens de ces mots, et c’est pour ça que je les utilise à bon escient ! Il a été utilisé par ces hommes et femmes, de gauche et de droite qui, pour faire taire le débat, ont utiliser ces mots pour ne pas avoir à argumenter. Pour les curieux, intéressez-vous 2 minutes au théorème de Godwin, qui dit que dans tout forum ou discussion internet, plus le débat s’allonge et plus les chances de voir apparaître le mot « Hitler » ou « fachisme » apparaît.

                                                            Quant à ce qu’a dit Roselyne Bachelot, ce n’est pas la phrase qui va détruire la France bien entendu, mais cette utilisation insidieuse de petites phrases qui finissent par entrer dans la tête des gens et finissent par les culpabiliser : écoutez les gens, on en arrive à aujourd’hui culpabiliser d’avoir un travail, de gagner de l’argent et d’avoir des avantages ou une retraite. Alors, puisqu’on est « bien avantagé », allons-y gaiement ! On n’est plus à 4 € près ! Et puis, c’est pour la bonne cause ! C’est un peu comme donner au Téléthon en fait ! Et puis allez-y sur mon salaire, mon emploi et mes avantages sociaux ! De toutes façons, je suis un « privilégié » ! Vous pensez sérieusement que nos députés, qui cotisent double à la retraite (si, si !),ont droit à des avantages en nature et ont la possibilité de s’augmenter eux-même par le biais d’un texte, ont une conception judéo-chrétienne aussi poussée de leurs avantages ?

                                                            On nous a fait tout un pataquès sur le retour de Guy Roux à 68 ans, Nicolas Sarkozy l’a soutenu lui-même (Il n’y avait d’ailleurs rien de mal à ce qu’il revienne à l’entraînement de club). On a remis le débat sur l’âge de la retraite sur le métier. On a même fait un sondage sous-entendant que 68% des Français étaient pour travailler plus tard. Or, la question posée aux sondée était : « si l’un de vos proches souhaitait travailler après l’âge légal de la retraite, l’approuveriez-vous ? » Or, ce n’est pas la même chose ! Si on avait posé la question : « souhaiteriez-vous travailler après l’âge de la retraite ? », je ne pense pas que le pourcentage de sondés répondrait aussi positivement à cette question ! Et après, on ne manipule pas l’opinion ? En plus de ça, Guy Roux aura tenu 4 matches avant de démissionner, incapable de se motiver un peu plus, et détruit par les médicaments de son traitement cardiaque (comme tous les vieux quoi !). Tout ça pour ça !

                                                            Enfin, pour parler de ce sujet sur les impôts, bien sûr que ce n’est pas normal qu’une minorité seulement paye l’impôt, mais pose-toi juste une question : est-ce vrai ? La TVA touche toutes les couches de la population, quelles qu’elles soient. Alors on pourrait revenir sur l’équité de l’impôt sur le revenu, mais ce qui n’est pas normal non plus, c’est que quelqu’un qui gagne énormément d’argent paye moins d’impôts que quelqu’un qui en gagne beaucoup moins, grâce à tous les dispositifs fiscaux mis en place.Aux Etats-Unis, un club de milliardaires (dont Bill Gates) s’est réuni pour critiquer la politique fiscale de Bush sous le thème « Ce n’est pas normal que je paye moins d’impôts que ma femme de ménage ! ». Serait-ce imaginable en France ?

                                                            Pour que tout le monde soit mis sur un pied d’égalité, il faudrait prélever le revenu à la source, mais que faut-il faire pour tous ces gens dont le revenu principal est un produit de la rente (Sicav,actions, stock-option,etc...) ?

                                                            Je suis prêt à faire beaucoup de sacrifices sur certains acquis (les retraites,la sécurité sociale,etc...), je suis d’accord pour qu’on fasse un paquet de réformes sur des points sur lesquels la France cale depuis trop longtemps (le travail,l’éducation,l’Université,le pouvoir d’achat,etc...) mais ce que je ne veux pas, c’est me sacrifier pour une minorité de petits notables richissimes, qui refusent EUX de participer à l’effort de guerre, et à qui en plus on fait des cadeaux divers, pendant que le péquin moyen continue de se serrer un peu plus la ceinture.

                                                            Si je n’ai pas voté Nicolas Sarkozy, c’est principalement parce que je savais à quoi m’attendre s’il était élu. Et franchement, je ne suis pas déçu ! Il est même encore plus fort que ce que je croyais ! Donc, ne soyez donc pas surpris si je me rebelle. Et ne me faites pas le coup de la « légitimité » : Nicolas Sarkozy n’a jamais été élu sur la TVA sociale, la dégradation des acquis sociaux et le paquet fiscal. Il a été élu sur l’identité nationale, la sécurité et la rénovation des valeurs. Et là-dessus, pour l’instant, j’attends...


                                                          • Captain Cap 10 septembre 2007 20:51

                                                            Ah oui, les acquis sociaux bien sûr, j’avais oublié les acquis sociaux, ces machins qui, lorsqu’ils s’appelaient par leur nom, avaient été abolis une certaine nuit du 4 août.


                                                            • reaper95 reaper95 10 septembre 2007 23:51

                                                              @Captain Cap

                                                              Non, justement pas ceux-là : la nuit du 4 août était censée abolir les privilèges des nobles et du clergé, afin de tout remettre à plat. On pe peut pas à proprement parler d’« acquis sociaux », vu qu’ils étaient hérités d’un droit divin, et que seuls les « élus » avaient le droit d’en disposer.

                                                              Les acquis sociaux dont je parle sont ceux pour lesquels nos grands-parents se sont battu de dure lutte pendant environ 1 siècle pour améliorer les conditions de travail : fin du travail des enfants, droit à la santé, droit à la retraite, droit à un salaire décent, droit à des congés payés et j’en passe. Si aujourd’hui on est un pays « riche », avec la possibilité de se divertir, c’est quand même fortement grâce à ces hommes et ces femmes, qui parfois sont morts pour donner un meilleur avenir à leurs enfants.

                                                              Aujourd’hui, « acquis social » signifie « privilège qu’une petite minorité d’emmerdeurs du public cherche à tout prix à garder, pendant que nous, pauvres travailleurs du privé sommes obligés de nous serrer la ceinture ». Et c’est un peu dommage, parce que c’est un raccourci un peu caricatural. Presque toute ma famille travaille dans la fonction publique, et pourtant ce ne sont pas de riches nantis qui se vautrent dans la luxure. Mon père qui travaille dans la banque a peut-être plus d’avantages qu’eux. Pourtant,c’est un employé du privé !

                                                              Mais entre syndicats du public qui s’enlisent dans leur corporatisme digne des caricatures communistes des années 1970 et un syndicalisme privé qui a abandonné toute lutte, et à rendu les armes au patronat, les partisans de l’allègement de ces acquis ont toute voie pour s’exprimer.

                                                              Alors bien sûr je ne dis pas que certains avantages se méritent toujours (la fameuse « prime de charbon » de la SNCF), mais croyez-vous qu’il est normal pour un employé de la Banque de France (organisme qui, comme chacun sait, est inutile depuis la création de la BCE) de toucher une « prime sandwich » de quelques centaines d’euros par mois, ou que les députés français cotisent double à la retraite, leur permettant de partir à la retraite à 55 ans, alors qu’on est en train de remettre en cause les régimes de retraite « spéciaux » (ce qui n’est d’ailleurs pas forcément une aberration). Trouvez-vous normal qu’on demande toujours aux mêmes les sacrifices pour la Nation tandis que les vrais privilégiés continuent de se vautrer dans leurs avantages qui sont plus des cadeaux que des « acquis ». Peut-on parler de plan de « rigueur » pour certains et laisser-aller et laisser-faire pour d’autres (eux aussi fonctionnaires, mais dits « hauts », comme ceux qui surplombent la « France d’en Bas ») ?

                                                              Et si ces derniers acceptaient de sacrifier leurs avantages pour le bien commun ? Plus de voitures de fonction, de régimes spéciaux de retraites, plus de primes bidons, plus de possibilités de travailler, quand on est employé du public, dans une entreprise avec laquelle on a fait affaire, ou tous ces avantages qui n’ont rien à voir avec les quelques primes, les vacances en plus des profs et autres petits avantages qui font qu’il est encore bon de travailler dans le service public ? Et si ils osaient refaire une nouvelle nuit du 4 août ? Chiche ?


                                                            • marcIV marcIV 11 septembre 2007 00:32

                                                              Mon post est essentiellement destiné aux commentaires « téléguidés » entourant cet article de qualité malgrès quelques désaccord smiley notament sur le marketing politique et sur le concept d’avantage acquis.

                                                              Dans le monde global « l’avantage acquis » est une fiction. Cet avantage ne peut se concevoir sur le long terme que si il répond à la capacité d’un système à le maintenir,à savoir l’économie française.

                                                              Quand l’Etat emprunte 30% de ses dépenses annuelles pensez vous qu’il n’est pas temps de revoir tout ça.

                                                              Voyons notament l’exemple du canada qui était dans la même configuration que la France aujourd’hui.

                                                              Ce pays « Ultracapitalistefaschisant » à tout simplement diminué de 20% le nombre de ses fontionnaires.

                                                              Voyez le résultat ! aujourd’hui il refuse des migrants Français ! Heureusement la honte ne tue pas.

                                                              http://www.mediasetdemocratie.net/Politique/Canada-Fonctionnaires.htm


                                                              • Jeanderen 14 septembre 2007 15:35

                                                                Je ne vois pas comment les prix de vente peuvent rester identiques avec une hausse de la TVA compensée par une diminution des charges sociales. En effet la composition des prix de revient d’une entreprise à une autre est différente et il n’est donc pas possible d’appliquer un taux de diminution de charges permettant à toutes les entreprises de ne pas modifier leurs prix de vente.


                                                                • moebius 15 septembre 2007 22:41

                                                                  Puisque l’avantage acquis est une pure « fiction » nous allons opuvrir nos yeux et les sacrifier sur l’autel de l’efficacité économique sans la moindre compensation et sans vaseline


                                                                  • Naturel 30 septembre 2007 15:12

                                                                    Une arnaque, bien sûr. Monsieur Sarkozy doit avoir aussi des amis dans l’industrie pharmaceutique, qui devient une grosse machine à fric, au même niveau que le lobby de l’alcool ou du tabac.

                                                                    Quand on pense qu’elle refuse de vendre les MEDICAMENTS A L’UNITE, comme cela se fait dans dans de nombreux pays (hollande, etc.) pour des raisons de rentabilité... Si cela se faisait, additionné aux autres mesures (remboursement de ce que doit l’Etat à la Sécu, fin des exonérations fiscales, extinction de la CADES, etc.) le trou n’existerait plus ! Et les malades n’auraient pas à payer.  smiley


                                                                    • Ceri Ceri 2 octobre 2007 13:25

                                                                      il sait très bien ce qu’il fait, comme d’hab il balance une idée, pour tester l’opinion, après il se rétracte , et un an après la réforme est votée. Sarkoléon l’a dit lui mm « Pour qu’une idée passe dans ce pays, il faut qu’elle infuse les esprits pendant au moins un an ».

                                                                      Sur les détournements linguistiques, la grande tendance du moment :

                                                                      http://www.dossiersdunet.com/spip.php?article1012


                                                                      • avdepar 8 novembre 2007 17:43

                                                                        Je rejoins l’auteur, c’est aussi le Français d’un peu plus haut qui va payer avec le Français d’en bas.

                                                                        Le petit patron de TPE, qui a créé dans l’espoir de gagner un peu sa vie, se voit très vite à entretenir une horde de services collecteurs, dont il est le percepteur direct.

                                                                        60 % de mon temps est perdu en déclarations, gestion et paiement des charges et autres délices administratifs.

                                                                        Pensez-vous vous organiser pour travailler mieux ? Que nenni ! Vous devez être à la disposition des Organismes qui sauront vous rappeler un retard d’un jour.

                                                                        On promet monts et merveilles aux Très Petites Entreprises, mais en fait c’est les très grosses entreprises qu’on vise, à coup d’effets de seuils.

                                                                        Je comprends la volonté de nos gouvernants de nous inciter à créer une entreprise, à peine vous commencez, déjà il faut sortir le chéquier.

                                                                        Je vous assure qu’il existe aussi des Patrons qui sont comme les salariés, dans la précarité la plus absolue.

                                                                        Qu’on nous montre un peu plus les vrais entrepreneurs, leurs problèmes, et non pas les dilemmes de nantis plein aux as, qui se disent patrons des patrons.

                                                                        Je n’ai aucun patron, mon vrai patron c’est le client.


                                                                        • vincent84 24 novembre 2007 11:29

                                                                          Je tiens juste à rappeler que les consommateurs se composent :
                                                                          - de ceux qui bossent et sur qui reposent actuellement tout le financement de notre système social
                                                                          - de ceux qui ne peuvent bosser (chômage, rmi, allocations diverses ...) et je ne dois pas trop me tromper en disant qu’ils ne doivent pas beaucoup consommer
                                                                          - de ceux qui ne bossent pas et qui vivent de leurs rentes et qui consomment bien plus que tout le monde.

                                                                          La TVA Sociale permet de répartir les cotisations sur ces 3 catégories et l’intelligence serait d’appliquer des taux différenciés pour que la catégorie 2 ne soit pas trop touchée et que pour la catégorie 3 participe enfin à la hauteur à laquelle elle le devrait.

                                                                          Autre argument, aujourd’hui dans notre société de consommation (surconsommation) qui nous mène droit dans le mur et surtout ne va laisser aucun avenir aux générations futures, l’idée d’une taxation forte de la consommation me parait aller tout simplement dans le bon sens pour la planète, en dehors de l’éternel archaïque débat patron-employé dans lequel les syndicats nous enferment.

                                                                          Il me semble que la mise en place de réformes ou pas doit s’attacher à l’essentiel et ensuite trouver des arrangements pour que la réforme soit équilibrée pour tout le monde si elle doit s’appliquer. Sur ce sujet si on s’attache à l’essentiel, la TVA Sociale est une vraie bonne idée, ensuite il faut trouver des modalités d’application pour que tout le monde s’y retrouve.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès