• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les allocations doivent-elles être versées directement aux allocaires (...)

Les allocations doivent-elles être versées directement aux allocaires ?

Le but de l’article n’est pas de remettre en cause les allocations dans le but de les supprimer. Les allocations aujourd’hui sont la partie la plus visible du système social français. Si des gens remettent en cause ces allocations (quantité trop nombreuse, découragement au travail), il serait possible de se demander s’il ne faudrait pas revoir le mode de distribution.

Le système de versement

Aujourd"hui, la plupart des allocations ( le terme globalisera toutes les aides de l’Etat, que ce soit du RMI aux allocations familiales) sont versées aux bénéficiaires sur leurs comptes courants.
Généralement, la technique fait que ces versements sont aujourd’hui bien organisés, même si tout n’est pas parfait.
Ainsi, quand on fait aujourd’hui une demande d’allocation logement, une demande de RMI, les sommes arrivent directement sur le compte en banque personnel. C’est celà que j’aimerais amener à reflexion.

L’argent de l’Etat nous appartient-il réellement ?

La logique de ce système de financement est donc la redistribution. On prélève d’un côté pour le reverser de l’autre. Cette solidarité tellement "sanctifiée" par les politiques montre cependant ses limites.
Il y a réellement aujourd’hui un certain besoin de transparence des comptes de l’Etat ou, autrement dit : " Où partent nos impôts ?"
Ce qui gêne, ce qui est légitime pour ceux qui travaillent, est le fait que l’on peut bénéficier de sommes, sans vraiment les "mériter".
C’est sûrement une caricature, mais peut-on justifier le fait qu’un écran plat à 500 euros ( et encore à 500 euros c’est raisonnable) se retrouve dans des familles qui ont du mal à finir le mois ?

Evidemment , cette réflexion peut paraître démagogique. Mais , même si on ne peut nier qu’il existe de véritables difficultés pour une partie de la population, on peut être en droit de se demander si l’ Etat ne devrait-il pas contrôler ses allocations.
Le bienfait des allocations est réel mais ne faudrait-il pas se lancer dans une responsabilisation de cet argent public ?

Une responsabilisation nécessaire à l’utilisation de l’argent public

Je pense, à tort ou à raison, que le mode de distribution entraîne une irresponsabilité des bénéficiaires. En effet, obtenir, tel un salaire, des sommes allouées à la cohésion sociale est-il ressenti comme tel ? Le bénéficiaire en question réflechit-il encore à chaque versement que cet argent est versé grâce à celui des autres ?

Je suis bénéficiaire d’une allocation étudiante mais il m’arrive parfois de me dire que je ne la mérite pas ou que parfois je pourrais faire sans. Cependant, le simple fait d’avoir l’habitude de retrouver cette somme sur mon compte m’incite en fait à prévoir tout mon budget en fonction aussi de cette allocation. Et quand je dis budget , je parle de courses alimentaires comme de cinémas et cafés...

L’allocation est en soit une réponse à un problème précis :

* Logement peu abordable : allocation logement
* Etudes trop chères : bourses
* Situation de chômage difficile : RMI

Mais, concrètement, cet argent est-il réellement utilisé pour répondre à ces besoins ? Est-ce que l’ensemble de la bourse d’étude sert exclusivement à financer celles-ci ?
Je côtoie pas mal d’étudiants qui, en fait, peuvent se permettre des sorties ou des achats grâce à la bourse. Quand on achète la dernière PS3 grâce à sa bourse, je pense que l’Etat est passé à côté de quelque chose.

Je ne suis pas adepte du contrôle azimut : vous avez fauté, vous payez. Je pense cependant que l’on peut responsabiliser les bénéficiaires en faisant en sorte que les allocations soient uniquement utilisées à leurs usages.

Mettre en place un compte en banque d’Etat ?

Par rapport à ces réflexions, j’ai développé l’idée que l’Etat pourrait en fait lui-même devenir une sorte de compte en banque.

Ainsi , on serait bénéficiaire pour une allocation, on en ferait la demande puis, au lieu de faire verser l’allocation sur le compte courant de la personne, on lui donne un moyen de paiement direct sur l’allocation à laquelle il a droit.
Par exemple, pourquoi ne pas imaginer que si l’on est bénéficiaire du RMI, on obtiendrait un moyen de paiement propre (carte à puce, chèque) qui ne débiterait que sur la somme du RMI (Un compte avec les 440,86 euros du RMI). L’assedic en serait gérante, et il faudrait mettre en place des moyens techniques qui sont largement réalisables empêchant en soi de dépenser les allocations dans des buts autres que la nécessité ( ici dans l’exemple, avec le RMI , on ne pourrait payer que des biens de première nécessité, de l’alimentation, le logement) et que si l’on veut obtenir quelque chose en plus , il faudrait pouvoir en faire la demande.

Il n’y aurait pas de discrimination, on n’est pas obligé de faire des chèques "jaunes fluo" avec marqué en grand dessus : RMIste. La carte ou le chèque seraient comme les autres. La différence est que cet argent ne nous "appartient pas".

Le but est donc de faire comprendre aux bénéficiaires que cet argent est vraiment une aide de la société. C’est la société toute entière qui par ses cotisations permet d’obtenir un RMI et qui donc permet de "survivre" ( parce qu’on est loin de la classe moyenne lorsqu’on touche le RMI). L’assistanat est en soi dû à une complaisance bienveillante : "je touche ce à quoi j’ai droit et j’en fais ce que je veux", qu’on changerait donc en " je touche ce à quoi j’ai droit mais j’en fais bon usage".

Cette idée n’est pas d’empêcher les gens qui bénéficient de ces allocations de ne pas profiter de la vie , mais qu’elles le fassent de manière responsable. Le but de l’Etat n’est pas non plus de verser une allocation pour permettre aux gosses d’obtenir une console à 700 euros , non ?

Le système de redistribution est en soi un excellent système, mais il montre ses limites par son utilisation quelque fois détournée. Au lieu de restreindre de plus en plus le nombre des bénéficiaires, au lieu de " fliquer" au moindre écart et donc d’enfoncer un peu plus dans les problèmes des familles. Ne serait-il pas plus facile d’utiliser un moyen qui responsabilise les citoyens dans leurs utilisations de ces sommes ?

Une utopie ?

Techniquement parlant, le système serait possible. Les différentes enseignes ont les infrastructures technologiques ( paiement par carte bancaire , vérification des chèques), il faudrait généraliser le système type Monéo pour les petits achats " boulangerie, epicerie". Enfin, la carte serait du type " à la demande", c’est-à-dire que le paiement ne pourrait se faire sans une demande automatique ( pas de découvert possible évidemment).

Le plus compliqué serait sûrement d’éviter que ces moyens de paiement soient utilisables dans tous les magasins, ou alors que, si l’on pouvait le faire, il y aurait obligation de justifier son achat ( besoin de vêtements pour son enfant ou d’un nouveau micro-ondes). Tout ceci serait à encadrer de manière précise et souple à la fois.

Le point peut-être noir de ce système serait son impact sur l’économie. En effet, de nombreux modèles économiques montrent que les allocations permettent aussi de maintenir un niveau de consommation ou même de relancer la croissance.
Cependant sur cette question, je me dis que la question sociale et l’enjeu d’éducation à la " chance d’avoir un système social" serait bien plus bénéfique qu’une consommation irresponsable et incontrôlée.


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • La mouche du coche La mouche du coche 7 mai 2007 13:33

    Vous n’avez jamais songé à demander une place au nouveau gouvernement ? smiley

    Sinon, demandez quelque chose à M. Le Pen ou à sa fille, ça doit bien se trouver. smiley

    En tout cas il vous faut quelque chose d’ultra-libérale, c’est sûr. smiley


    • tashidelek 8 mai 2007 10:37

      On s’en doutait bien qu’il allait y avoir des réactions démagogiques comme la votre à cet article ! C’est dangereux selon moi. On n’avancera en rien avec cet état d’esprit ! (Etes-vous même un allocataire de longue date ? smiley )

      Bravo à l’auteur pour son idée qui me paraît simple et juste.


    • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 22:43

      Grace aux bobos nantis COMME VOUS, vous qui vous croyez au dessus du lot !! loin des problèmes des pauvres français...

      Grace aux bobos qui se croient généreux, les quartiers populaires disparaissent, les prix montent, les gens en réelle difficulté sont chassés vers la banlieue et des quartiers de bobos se créent de toute pièce, en éliminant le Paris ou les banlieues populaires...


    • dbug 9 mai 2007 10:43

      A vous tous les donneurs de leçons et soi-disant protecteurs des pauvres : qu’y a t’il de plus important pour un « nécessiteux » que de payer son loyer afin d’éviter la rue ???

      Tout de suite après lecture de vos critiques, la colère monte : n’êtes vous pas ces bobos que vous critiquez ? Avez vous déjà passé une nuit dehors sans logement possible ? Savez vous ce qu’est l’ingérance d’un dépressif ?

      Je cotoie ce milieu de caffeux et rmistes depuis des années et je peux vous certifier que ce qui est exposé par l’auteur pourrait être salutaire pour certains de mes amis ... Etre SDF n’est pas anodin ! Celà touche la chair et l’esprit de celui qui n’arrive plus a se battre pour sa propre sauvegarde !

      @l’auteur : votre réflexion est intéressante, ne vous laissez pas impressionné par ceux qui mettent facilement des étiquettes partout sans être concernés par le débat ...

      PS : Je ne vois vraiment pas ce que viennent faire les bobos et lepenistes dans le débat d’ailleurs ... Sans doutes des débats récurrents à la mode en ce moment ...


    • tvargentine.com lerma 7 mai 2007 13:46

      Votre article est très bien car il permet de rechercher des solutions à la lutte contre le détournement d’argent public.

      Peut être conviendrait-il d’obliger les personnes qui touchent le RMI à suivre un stage obligatoire ,35h par semaine dans des formations leur permettant de pouvoir avoir des connaissances correspondant à des nouveaux métiers.


      • LE CHAT LE CHAT 7 mai 2007 14:36

        en tous cas , les inspecteurs de la Caf chargés de dépister les fraudeurs sont inefficaces ou incompétants ou feignants , car avec 3 prises par an , la productivité justifie pas leur paie smiley


        • JL JL 7 mai 2007 18:08

          Les inspecteurs du travail pour contrôler les infraction commises contre le droit du travail, quand ils ne sont pas accueillis à coup de fusil par les employeurs, sont considérés comme des nuisibles par les ultra-libéraux. Et vous voulez contrôler les achats des nécessiteux ? bravo !

          Les artisans qui pouvaient vivre de leur art ne le peuvent plus. Avez-vous essayé de construire un meuble ? De coudre un habit ? Rien que les matériaux coûtent plus cher que le produit tout fait en Chine ou je ne sais où. En conséquence, les gens qui ne travaillent pas, c’est parce qu’on leur a volé leur boulot.

          A ceux qui ne veulent plus payer d’impôts je leur dis : plus d’impôts, plus de services publics, plus de police. Plus que des vigiles pour ’protéger’ les biens des riches. Vous préférez payer des impôts, ou bien être racketté ?

          Question subsidiaire : est-ce qu’un Rmiste aura le droit d’acheter un livre, vous savez, ce truc en papier qui contient souvent des propos subversifs, écrits par des gens comme Victor Hugo, Emile Zola, Thorstein Veblen, avec ses allocations, dans votre société caccarentesque ?

          Continuez, vous êtes bien sur les traces de vos prédécesseurs : étudiant en administration économique et sociale, dites-vous ?


          • JL JL 8 mai 2007 09:13

            Pour contrôler où passe l’argent public, il ne s’agit pas de surveiller les allocataires mais les allocateurs.

            Comment se fait-il que certains puissent en bénéficier s’ils n’en justifient pas les critères ? Et ce n’est pas en réduisant les services publics que l’on va améliorer la justice sociale.

            En réalité, les dirigeants politiques s’en foutent de la justice sociale.


          • Christoff_M Christoff_M 9 mai 2007 03:30

            Pure caricature mal intentionnée de ce qui fut dit plus haut... le problème de notre système, c’est que tout est basé sur un système de confiance de part et d’autre...

            Regardez les français au volant !! Comme disait Pompidou observez les français sur la route, vous comprendrez combien il est difficile de diriger ce peuple impulsif et imprévisible... Il a fallu durement taper sur les doigts pour amener les français à respecter les règles au volant...

            Beaucoup moins de problèmes dans les pays nordiques, ou la transparence est plus grande et les règles acceptées par la plupart des gens, parce que le quidam moyen pense plus à la communauté qu’à lui même, idem en Allemagne ou le redressement est spectaculaire...

            Les français se distinguent de tous temps par une mauvaise foi légendaire et une allergie aux règles et aux contraintes quelles qu’elles soient ; voir leur comportement sur la route... Or dans les aides, les attributions de RMI, il faut une rigueur une transparence saine pour la viabilité du système. Je ne vois pas pourquoi on refuserait un contrôle, à partir du moment ou il est fait dans les règles, et que l’on a rien à se reprocher ...

            Je suis en recherche d’emploi active comme on dit et je ne vois pas pourquoi je refuserais un contrôle tous les mois me demandant des preuves de ma recherche... il ne s’agit pas de supprimer des acquis du systeme français comme certains simplistes reducteurs le font croire ici... il s’agit de dire que des trafics existent et que le silence des gens bien intentionnés ne fait que cautionner ces dérives au détriment des gens vraiment dans le besoin, les premiers lésés dans l’histoire...

            Le silence et l’inertie n’amènent rien !! c’est le système qui fait vivre la mafia et les trafics à tous les niveaux... un peu d’autodiscipline ne ferait pas de mal aux français... il a fallu sévir sur la route pour arriver à un autre type de conduite... il faudra intensifier les controles sur les ecroqueries aux prestations pour revenir par la suite au calme et à une marche tranquille du système basée sur le respect réciproque des règles ! Notre pays va mal dans de nombreux domaines, refuser de clarifier les choses c’est refuser de se remettre en cause ( et se remettre en cause ce n’est pas la fin du monde comme bcp de butés le pensent ici, c’est indispensable pour avancer dans la vie) à l’image d’un PS vieillissant, qui après trois défaites nous parle toujours de modernisation alors que les éléphants de l’ère MITERRAND sont toujours la et refusent de se regarder dans une glace... ce qui explique l’approche obsolète du dossier des aides en France après vingt ans d’une gauche passéiste qui distribua l’argent qu’elle n’avait pas... d’ou les fraudes, d’ou un appel d’air aux infractions et un endettement qui passa de 20% à 60%...

            Il est temps de passer à autre chose d’ou une phase de controle nécessaire pour estimer les erreurs et remettre la machine sociale en route... et pas tout supprimer comme les critiques simplettes le laissent entendre !! Est ce les millions dégagés par ces controle ne seraient pas mieux dans la poche des plus petites retraites ou de gens qui n’ont rien plutot que dans les poches bien garnies des fraudeurs ?? Vous avez le choix entre une inertie complice des traffics et une action qui réoriente l’argent sur les français les plus démunis...


          • Bertin59 7 mai 2007 18:32

            Intéressante piste de réflexion que la responsabilisation des bénéficiaires d’allocations, dont tous ne sont pas, soit dit au passage, forcément dans le besoin. Toutes les allocations ne sont pas, en effet, sous condition de ressources !

            Comme vous l’avez mentionné à juste titre dans votre article, nous sommes bien dans un système redistributif. Autrement dit, on prend à certains (les entreprises pour les allocations familiales) pour donner à d’autres. Mais dans quel but ? La réponse est simple : pour qu’ils consomment. Le principe de la redistribution n’a rien de social. Alors, que les bénéficiaires de ces prestations achétent une console plutôt que des biens de première necessité, quelle importance ? Si ce n’est la portée morale de l’utilisation des fonds et la prise de conscience de ces populations que l’argent qui leur est remis pourrait être utilisé à de meilleures fins.

            Vous n’avez pas parlé de l’allocation de rentrée scolaire, que Mme Ségolène Royal, si elle avait été élue, avait prévue de doubler. Or, même si une part de cette allocation est effectivement utilisée par les familles pour les enfants à l’occasion de la rentrée, il est avéré qu’elle sert aussi à l’achat de TV, consoles et autres biens de consommation qui n’ont pas grand chose à voir avec la scolarité. Faut-il s’en inquièter pour autant . Après tout, il faut bien que nos chères têtes blondes puissent se distraire après leurs devoirs !

            Quoiqu’il en soit, entre la dilapidation de fonds publics et l’urgence de ramener à l’équilibre le budget de l’état, on ne peut pas s’abstenir de se poser la question de la bonne utilisation ou non des deniers publics. Pour qu’au moins les enfants en soit les vrais bénéficiaires !


            • Bertin59 7 mai 2007 18:40

              Concernant le travail des contrôleurs des CAF, je tiens à signaler que si beaucoup reste encore à faire, le nombre des contrôles est en augmentation constante. Mais surtout, le nombre de cas de fraudes décelés progresse lui aussi de façon significative, pour se terminer de plus en plus au tribunal. Mais, de la dénonciation, de la supposition, à la faute avérée, il y a un pas important qui interdit parfois de mener les actions à leur terme.

              Il est souvent simple de critiquer, plus rarement d’être objectif et constructif !


            • Frodon Frodon 7 mai 2007 18:54

              Ais je seulement une seule fois émis l’interdiction de consommer aux RMistes ? non !

              @ La mouche du coche : je ne sais pas si vous avez juste lu le titre ou si vous suivi tout le propos. Mon idée n’est pas du tout de fliqué ou de stigmatiser ceux qui touchent les allocations. Je ne remets nullement en cause l’action sociale . Au contraire, je cherche , dans ma réflexion, à faire qu’elle soit (l’action sociale) plus efficace et plus réactive aux besoins. Je pense que par un système mieux geré , on pourrait récupérait jusqu’à 10 % ( c’est une estimation purement personnelle) de fonds pour mieux les utiliser. Vous me dites qu’il faut ma place dans ce gouvernement ou avec Le pen, c’est dire que vous ne m’avez pas compris. Si cette réflexion permet des économies, ce ne serait pas pour améliorer les comptes de l’Etat mais pour améliorer l’efficacité de l’action de celui-ci.

              @ JL : Et pourquoi ne pourraient-ils pas ? Au contraire ! Ce que je pense aujourd’hui c’est que le système entraine l’illégalité. Vous êtes mal en point financierement , vous avez enormement d’avantages (transport gratuit, réductions , etc...) vous passez le fameux « seuil » et au revoir les avantages... L’argent de l’Etat doit permettre au bénéficiaire de s’en sortir non ? Sinon à quoi bon ? Quand tout est du , et que cela ne sert à rien de faire des efforts on a déjà vu ce que ça faisait, on ne fait plus rien : le communisme. Je ne cherche pas dans ma réfléxion à montrer du doigt le « pauvre » puisque c’est cela qui vous gêne. Mais qu’au moins, l’argent qu’il obtient , car si vous m’avez compris , je veux qu’il l’obtienne, lui permette de vivre par lui même et pas de simplement de se satisfaire des « sous qui tombent au début du mois » Petit ajout par rapport à mon article qui pourrait vous plaire. Peut être par ce système , pourrions nous inciter le bénéficiaire à accéder à la culture par le fait que s’il paie avec sa carte d’allocations , il ne paie pas la TVA sur le livre ou autre ? Qu’en pensez vous ?

              @ Bertin 59 : Faire du social = insérer une personne dans l’économie , non ? La problème aujourd’hui est que j’en pense qu’on ne l’insère que parce qu’il consomme. ALors que s’insérer dans une économie pour moi est bien plus large c’est y participer , y donner de sa force de travail. Je suis entièrement d’accord avec vous , le coté culture doit entrer dans l’éducation de l’enfant , la détente evidemment mais est-ce en jouant pendant des heures à un jeux de shoot qu’il se « développera » ? PEut être , je n’ai pas la réponse.


              • Frodon Frodon 7 mai 2007 19:00

                Petite ouverture : je pense que le contrôle est nécessaire. Mais trop de contrôle tue le contrôle aussi. Il faut un juste milieu Et je pensais , à tort ou à raison, que de responsabiliser les personnes était un moyen de prévention.

                Bien sûr , je sais pertinnement que ma solution n’est pas LA grande idée qui va sauver la société. Mais j’espère trouver des pistes grâces aux idées de chacun et pourquoi pas faire profiter d’un nouvel article avec la considération de celles-ci !


              • La mouche du coche La mouche du coche 7 mai 2007 20:24

                @ l’auteur,

                il ne faut pas être grand clerc pour voir que vous essayez de vous tromper vous-même sur vos intentions profondes qui ne sont pas avouables comme vous allez le lire.

                Lisez ces phrases de vous A L’ENVERS comme nous l’avons fait et vous vous découvrerez :

                « Le but de l’article n’est pas de remettre en cause les allocations dans le but de les supprimer. »

                « Je ne suis pas adepte du contrôle azimut »

                « Cette idée n’est pas d’empêcher les gens qui bénéficient de ces allocations de ne pas profiter de la vie »

                Merci Freud ! smiley


              • Adonis Adonis 9 mai 2007 00:16

                Si j’ai bien compris, vous êtes étudiant en sciences économiques. Je vous conseille vivement de faire aussi des études en psychologie, d’accompagner le RMiste, le chômeur, le demandeur de l’aide sociale dans ses démarches et de lui demander ce qu’il ressent à l’intérieur. Pensez-vous que les allocataires sociaux vont demander leurs allocations comme ils vont acheter un pain ? Savez-vous ce que ressent une personne de 50 ans qui a travaillé 30 ans et se retrouve à se tourner vers les ASSEDIC pour obtenir son allocation de chômage. Dans tout système, il y a des profiteurs mais la plupart des gens qui sont tributaires de l’aide sociale sont mal dans leur peau quand ils doivent se contenter de survivre grâce aux allocations sociales. Je suis certain que votre réflexion part de bons sentiments mais je vous le dit en toute amitié : il est bien plus facile de donner que de recevoir !


              • bouche42 9 mai 2007 13:05

                Deux erreurs :

                1. Vous voulez monter une usine à gaz pour un gain de 10%.

                2. Les changements de modalités auxquels vous penser ne peuvent que réduire les opportunités malheureuses ; s’ils devaient rendre les gens plus responsable, il y a peu de chance que ce soit dans le sens de vous croyances.

                Quant aux responsabilités que chacun peut assumer, elles sont fonction des buts qu’on peut se donner et des ressources dont on dispose pour les atteindre.

                Les parents qui préfèrent s’acheter une belle télé avec les allocations qu’ils perçoivent, ne peuvent pas concevoir que la même somme investi dans l’éducation de leurs enfants soit déterminante pour leur avenir.

                Si vous pensez le contraire et que quelques sacrifices supplémentaires de la part de ces parents rendrait leurs efforts payants vis-à-vis de l’éducation de leurs enfants, donnez-nous quelques pistes... ça permettra de concevoir de bons programmes d’éducation civique pour l’école ou la publicité télevisée, en attendant ces déshérités puissent venir s’exprimer directement sur Agoravox.


              • JL JL 10 mai 2007 10:25

                à l’auteur : «  »Mais trop de contrôle tue le contrôle aussi«  » !!!???

                Vous pouvez donner des exemples concrêts ? Ou c’est seulement une phrase qui vous plaît bien, pour sa sonorité qui rappelle quelque chose ?


              • marie 7 mai 2007 19:25

                L’idée de faire prendre conscience aux bénéficiaires que les allocations sontpossibles parce que d’autres citoyens les financent est intéressante parce que l’Etat c’est souvent abstrait et ne représente personne... les allocations sont nécessaires à beaucoup pour vivre ;sont calculées à partir des ressources mais leur utilisation peut être optimiser...je serai favorable à ce que les allocations de solidarité(RMI,Allocation de solidarité et Allocation de parent isolé)soient versées sous condition de participer à « une école de consommateurs » qui apprendrait à élaborer un budget et donc à prioriser les dépenses et à s’informer sur les effets pervers des crédits à la consommation.lors de l’élaboration du budget,une proportion (à définir) pourrait être réservée pour des achats dits accessoires mais qui permettent à la personne de se sentir « insérée » dans la société. Si cette école de consommateurs s’avérait insuffisante dans le temps,un accompagnement par un service social(de la CAF,du Conseil général)pourrait être une condition à la poursuite du versement de ces allocations.


                • Mira 7 mai 2007 19:39

                  Eh oui, le pauvre doit toujours être méritant. Comment un RMIste peut-il oser fumer, acheter une console à son gosse, etc. Et comment se fait-il que le dit gamin ait des Nike aux pieds et un sweat Adidas ? Oui, vraiment, quelle impudence que de vouloir vivre comme « tout le monde » ! Avec notre rémunération de France qui se lève tôt et qui travaille, en plus ! De l’argent public ! Vous m’ouvrez les yeux ! Mettons les pauvres sous tutelle, ou mieux, sous contrôle. RES-PON-SA-BI-LI-SONS LES. Je croyais être solidaire et il me semblait que consommer, même une PS3 était bon pour le commerçant, donc pour ses salariés, donc pour la croissance, l’emploi, et mon pays. Je n’avais rien compris ! Que notre million d’enfants pauvres baissent les yeux, et que leurs parents prennent garde ! C’est vrai, je l’avoue, à Carre-bip, j’ai entendu la caissière dire à une mère honteuse que les bons d’alimentation ne pouvaient servir à acheter un DVD. Le petit l’accompagnait. Ca ne me gênait pas outre mesure que mes impôts financent cette petite fraude. Je suis maman aussi. Et puis la plupart des pauvres ne peuvent pirater de films sur le net, contrairement à beaucoup... Au fait, le Fouquet’s et les boîtes huppées réservées, hier soir, ça fait partie des frais de campagne ?


                  • un autre 7 mai 2007 21:26

                    oui après tout, surveillons (flicons ?) nos amis pauvres. Par contre, surtout pas touche à tous nos amis riches qui peuvent légalement faire des montages financiers pour payer moins d’impôts... Oserais-je dire : 2poids 2mesures ? Il est évident qu’il y a des abus au niveau des allocations mais cet argument qui est le préféré des soit-disant libéraux (qui pour moi ne sont que purement capitalistes) n’explique absolument rien car n’oubliez tout de même pas que la majorité (voire la quasi totalité) des gens qui touchent des allocations en ont réellement besoin. J’ai souvenir d’il n’y a pas si longtemps que ça ou les 140€ de la CAF me permettait de finir mes mois pas trop dans le rouge et pourtant, je ne suis pas spécialement dépensier. Sans ces allocations que j’ai touché pendant 4ans, je serais certainement interdit bancaire à l’heure actuelle et pourtant, je fait maintenant partie des privilégiés qui travaillent et qui ont la chance de pouvoir en vivre correctement. Donc, je n’oublie pas les fins de mois difficiles et je pense à ceux qui n’ont pas cette chance... après, chacun sa conscience...


                    • dimanchesoir 7 mai 2007 21:33

                      affligeant, pour ne pas dire plus


                      • ARMINIUS ARMINIUS 8 mai 2007 11:27

                        Affligeant et même dangereux ! Surtout concernant les bourses aux étudiants qui devraient être largement revalorisées. J’en sais quelque chose : sur trois enfants étudiants deux seuls ont « bénéficiés » de bourse et encore ! échelon 0 et 1 ! une misère d’où 3 prêts longs et lourds à rembourser payés en partie par les parents quand ils peuvent ! autant dire que si, à l’issue de leurs études, ils ont la chance de trouver un emploi, les premières années vont être dures et la consommation parents et enfants réduite au minimum vital ! et ce n’est pas avec Sarko que ça va s’arranger ! son projet « heures supplémentaires » n’est pas créateur d’emplois ! A propos, Besson a laché hier dans une interview que les socialistes avaient « les meilleurs experts économiques » à réfléchir, même si c’est trop tard !


                      • Frodon Frodon 7 mai 2007 22:12

                        Bon, soit je me trompe vraiment moi même soit j’ai vraiment pas réussi à expliquer mon idée.

                        Peut être qu’en réalité il n’y a pas de problème « allocation » et que tout est beau et que ce système marche à merveille selon certains. ( A moins que je n’ai pas bien compris le votre de point de vue également...)

                        Peut être est ce trop direct ? Je bénéficie d’allocs donc bon je vais me dire que c’est super et on continuera ainsi...


                        • D. 8 mai 2007 02:25

                          Pas trop direct, non, mais peut-être un peu trop tôt par à l’élection survenue avant-hier et étant un signe qu’il est probable qu’une grande partie de français en ont marre de, je les cite (n’étant pas d’accord), « l’assistanat ».
                          Cependant le mot n’existe pas dans ce cadre supposé, au sens où les bénéficiaires des aides sociales ne sont considérés comme assistés que pour les faire culpabiliser et qu’une certaine tendance politique puisse les pointer du doigt et dire « vous voyez, c’est à cause d’eux que vos impots sont mal utilisés ».
                          Je pense également que le rejet du fond de l’article peut venir du fait que vous avez l’air de vous poser là, porté par l’idée selon laquelle bénéficier d’une allocation étudiante permet d’être objectif, alors que sans connaître un seul instant les difficultés auxquelles sont soumises les centaines de milliers de familles bénéficiaires de ces aides, on doit d’abord faire preuve d’humilité.
                          Personne ne devrait avoir le droit de dire si une famille consomme bien ou mal cette ou ces aides, surtout pas au vu de la campagne de culpabilité menée à l’encontre de ces familles. Comme si les rmistes étaient responsables des problèmes d’un état mal géré par ses dirigeants, alors que tout bénéficiaire consomme et donc retourne une taxe, qui elle n’est jamais remboursée, même si on vit à trois avec 600€ par mois.
                          Il y a simplement une petite poignée de personnes qui abusent de leurs droits sociaux, pas dans la manière de l’utiliser mais dans le fait qu’en réalité ils ne devraient pas y avoir droit. Ils sont particulièrement minoritaires en regard de tous les autres étant dans le besoin, contrairement à ce que des reportages de TF1 tiennent à faire croire lors d’une semaine d’élection présidentielle...


                        • dimanchesoir 8 mai 2007 07:48

                          monsieur je vous dis affligeant et j’ajoute : pathétique

                          vous savez pourquoi je vous dis cela, si les autres n’ont pas compris


                        • Sasume 8 mai 2007 00:14

                          J’ai trouvé votre article très intéressant, et j’apprécie votre attitude face aux commentaires des autres lecteurs (vous ne cherchez pas à défendre avec entêtement votre idée, vous essayez surtout de nourrir votre réflexion et celle des autres pour faire émerger des solutions face à des problèmes).

                          Effectivement, responsabiliser les citoyens me semble une très bonne chose, mais malheureusement contrôler ce qu’ils consomment est très lourd et pourrait porter atteinte à leur vie privée. Et puis concrêtement ... comment faire un choix juste et objectif de ce qui serait autorisé pour un RMIste et de ce qui ne le serait pas ? Bon en même temps, la situation de RMIste doit rester exceptionnelle, donc on pourrait dire « s’ils veulent l’aide de l’état ils doivent jouer le jeu de la transparence ».

                          Par contre, pour ce qui est de la diminution de la consommation, ça me semble une très bonne chose contrairement à ce qu’a dit Mira.


                          • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 06:13

                            En tout cas je ne vois pas pourquoi on ne réfléchirait pas et on ne contrôlerait pas sachant qu’il y a une fraude énorme au RMI... je connais des amis RMIstes qui habitent PARIS, les beaux quartiers et qui sont propriétaires

                            Je suis chômeur pas en fin de droit, je vis en banlieue, divorcé donc versant une pension ! et je n’ai droit à rien sur les transports, pas une réduction, ne serait ce que pour aller à un rendez vous sur PARIS pour un entretien ! le billet Meaux Paris est à presque 7 euros... moi je ne pense meme pas au cinéma !! Mes amis RMIstes eux ont des reductions et certains ne payent rien sur le billet et peuvent se permettre le cinéma... N y a t il pas une abérration bien française la dedans !!

                            Je ne me considère pas comme malheureux et je ne dis pas que mes amis sont des cas généraux ; mais comment se fait il que l’on ne tienne pas compte de mon divorce... et que l’on ne tienne pas compte des biens immobiliers de mes amis et des aides données par leur parents avant de leur attribuer le RMI et une reduc sur leur transports que rien ne justifie au détriment de gens vraiment dans le besoin !!


                            • dimanchesoir 8 mai 2007 07:50

                              demandez la carte solidarité transport, vous payerez votre billet 20% de son prix si vous préférez la gratuité, demandez à bénéficer du RMI et non pas de l’ASS


                            • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 10:23

                              je te signale que pour avoir la carte 20%, il faut avoir un minima,moi je suis considéré comme nanti puisque je paye un loyer sans aide et une pension alimentaire entre autre ; l’aberration c’est de considérer qu’il faudrait être au minimum pour toucher l’aide et qu’au dessus à 50 euros près, tu ne touches plus rien ou réduction de billet niet..

                              C est bien le problème de l’Etat et de la réforme !! en France depuis longtemps les calculs sont archaïques et ne correspondent plus à rien, purement administratifs !! c’est blanc ou noir, entre deux rien !! c’est aide ou pas aide et cela d’une manière totalement arbitraire !! quand est ce qu’on arrêtera de se baser sur le salaire et qu’on tiendra compte du net qu’il reste à chacun après ses dépenses et de ses biens immobiliers !!

                              Ah ! là ce serait un peu plus courageux que de nous parler de l’isf d’un coté et du RMI de l’autre coté ! vision binaire et simpliste de la France ; programme de nombreux candidats demagos à l’approche des élections !!


                            • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 10:43

                              Il y a une espece de maladie qui consiste à dire en France que lorsqu’on contrôle, on empêche les gens de vivre !!

                              Comme si la France était un obscur état totalitaire et policier !! Ce que vous ne comprenez pas comme les autruches, c’est que vous favorisez tous les trafics ; exactement comme ce qui se passait sur la route avant !! au détriment de ceux qui sont vraiment dans la merde et qui la plupart du temps, découragés (et mal renseignés) par le parcours du combattant des dossiers de demandes d’aides, sont les premiers a céder leur place aux malins et aux magouilleurs qui eux sont organisés, renseignés et tenaces !

                              Même comportement que les collabos qui fermaient les yeux sur tout ; c’est comme cela que se développent les mafias !! on ne peut pas rester indéfiniment au moyen age administratif qui caractérise la France sous pretexte de : « c’est comme ça et pas autrement ! » et ça je l’ai déja entendu !! ou si tu n’est pas content quitte la France, la bonne mentalité franchouillarde de l’immobilisme face à un problème évident...


                            • Yan Essal 8 mai 2007 09:33

                              L’autre jour , à la caisse du supermarché, me précédait un allocataire du RMI , il bénéficiait en outre de bons d’achat de nourriture avec lesquels il achetait des bouriches d’huitre ...

                              La caissière le connaissait et était écoeurée , elle ne pouvait se payer une douzaine d’huitres ...

                              Je ne fais pas de commentaires , moi aussi j’ai l’estomac fragile vous comprenez ....


                              • Yan Essal 8 mai 2007 09:41

                                Une autre solution consisterait à généraliser et à globaliser toutes les aides sous forme d’un revenu minimum attribué a tous sans contrepartie (revenu minimum ) auquel pourrait s’ajouter le revenu du travail contactualisé directement avec l’employeur .

                                Ce qui me parait aberrant , c’est précisément cette discrimination positive envers les assistés et cette discrimination négative envers les travailleurs ... Il faut en finir avec cette démagogie consummériste .


                              • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:08

                                il apparaît évident aussi qu’il y a une discrimination abstraite et négative envers les « assistés » bien installée dans la mentalité des Français et une discrimination positive qui va bientôt s’installer envers les « travailleurs »

                                la discrimination dont vous parlez (qui s’applique dans le sens inverse) est une discrimination concrète et matérielle qui s’appuie sur des faits précis mais qui peut se contrecarrer par de nombreux autres faits tout aussi valables

                                de façon générale, on pense plus à « assistés » qu’à « salauds de travailleurs », c’est une évidence à mon sens et je ne pense pas que les « assistés » critiquent les « travailleurs » alors que l’inverse est courant

                                il s’agit donc d’état des mentalités actuelles, effectivement pas des réalités matérielles qui me semblent à mon avis bien complexes et bien nombreuses pour pouvoir être analysées de façon globale

                                la conclusion que les « travailleurs » sont défavorisés matériellement face aux « assistés » est une analyse basée sur des cas particuliers et, très largement, l’inverse est une réalité bien plus affirmée


                              • Frodon Frodon 8 mai 2007 09:35

                                LEs derniers commentaires me donnent un nouveau point de vue.

                                Donc, serait-il en fait plus juste de faire bénéficier à ceux qui sont dans le besoin d’une éxonération de TVA sur les produits essentiels ? C’est une idée assez récurrente aussi que je trouve intéressante. Mais cela dit, soit on exonère la TVA pour tout le monde et en soit on ne va pas plus favoriser le plus démuni , soit on la suspend pour des catégories . Seulement , se pose le problème comme bien illustré par Christoff_M , où placer la limite entre ceux qui obtiendraient un grand nombre de privilèges ( que je juge nécessaire) et ceux qui auraient passé le seuil et qui n’en bénéficieraient pas ?

                                Peut être qu’utiliser l’idée de l’article pour faire bénéficier d’une exonération de TVA serait-il plus efficace ? Ce serait un bon moyen technique, non ?

                                @ D. Par rapport à l’humilité , je n’ai pas porté le postulat que , par le fait que je touchais une allocation je connaissais le sujet. Je me servais juste une ou deux fois de ma conviction personnelle pour illustrer un propos. Je ne prétends pas connaitre et comprendre toute la misère du monde, d’ailleurs vous non plus, puisque vous êtes derrière un écran...


                                • zOoO zO 8 mai 2007 14:08

                                  Une des raisons de la défaite de SR, est justement de mon point de vue, cette différence entre la vision de l’utilisation de la fiscalité entre les deux candidats.

                                  Selon NS les impôts doivent servir à équiper le pays, pour lui permettre de fonctionner.

                                  Selon SR les impôts doivent être servir à la solidarité par une répartition des richesses.

                                  Je ne juge pas ici de l’opportunité de tel ou tel point de vue, mais il semble évident que de nombreuses personnes voient d’un mauvais oeil, le fait de travailler et de constater qu’une part de leur rémunération va être redistribué à des « gens qui ne font rien ». Le programme de SR prévoyant d’augmenter ou d’améliorer le sort des chômeurs ne pouvait pas les emballer


                                • tashidelek 8 mai 2007 10:47

                                  Non, je ne pense en rien que vous vous trompez ! Il suffit de regarder autour de soi ! Combien d’amis j’ai moi-même autour de moi et que j’adore qui sont RMIstes depuis des années et qui passent leur vie à voyager (dans les pays où la vie n’est pas chère pour nous, Occidentaux), à mener différentes activités... car bosser du matin au soir, ce n’est pas trop leur truc !!


                                  • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:11

                                    = généraliser des cas particuliers...


                                  • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:16

                                    la notion de Revenu Minimum d’Existence ou Revenu Citoyen n’est pas trop récente mais le problème du financement est assez complexe : le RMI représente 9 Milliards d’euros par an de dépense pour la France (soit un peu plus d’1% de ses recettes) et la généralisation d’un revenu de 400 euros à l’ensemble des citoyens majeurs tout au long de leur vie reviendrait à 215 Milliards d’euros par an.

                                    l’idée est intéressante comme vous dites mais le financement est moins évident...

                                    si l’état désangage certaines dépenses lourdes ou retire certaines allocations en contrepartie de ce RMI universel, il peut y avoir des pistes de financement


                                  • armand armand 8 mai 2007 11:15

                                    Il y a en France un esprit malsain qui fait qu’on attend des aides de l’Etat, qu’on les juge normales, mais qu’on refuse avec indignation que l’Etat se préoccupe de leur utilisation. Peu importe que les APL servent à alimenter la hausse des prix dans l’immobilier, que les allocs des familles polygames servent non pas à payer les fringues et les centres aérés des enfants mais à faire marcher l’économie du village là-bas, ou que certaines familles du quart-monde estiment que l’achat prioritaire, avant la bouffe, c’est un téléviseur nouveau cri. Si les aides prenaient la forme de bons d’achat ciblés sur les produits de première nécessité, on contournerait le problème.


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 11:24

                                      Questions aux adeptes du point Godwin, il n’existe pas une théorie sur l’argument de la « famille polygame » dans un débat ?  smiley


                                    • ARMINIUS ARMINIUS 8 mai 2007 11:35

                                      on le contournerait sans le solutionner, ça aboutirait à une revente en économie parallèle des dits produits de première nécessité, ça existe déja avec les restos du coeur.


                                    • armand armand 8 mai 2007 11:38

                                      Ah bon, car vous niez le problème ? Je vis dans une cité et je peux vous assurer que ces familles existent, qu’elles sont nombreuses, que certaines, pilotées par des femmes admirables sont des modèles d’intégration et que d’autres se comportent en prédateurs, sûrs de leur bon droit ; que le sort des deuxième voire troisième épouses est tragique (obligées de mendier de la bouffe à des voisines car le patriarque, trustant toutes les allocs, ne leur verse pas un centime). Et qu’il est normal, quand on fait partie d’une communaté nationale, de s’interroger sur l’arrivée massive de véritables tribus et de leur intégration dans un pays dont les valeurs et les modes de vie sont aux antipodes.


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 12:13

                                      « Ah bon, car vous niez le problème ? Je vis dans une cité et je peux vous assurer que ces familles existent, qu’elles sont nombreuses, » et oui je suis un angélique soixante-huitard.

                                      Et puis vous vous savez bien puisque vous habitez dans une cité. Et bien donnez moi donc un chiffre sur la polygamie en France, ou même dans votre cité (quelle cité d’ailleurs ?). Je continue à penser que le micro-trottoir n’est pas de l’information.

                                      Il y a surement des familles polygames en France, je crois d’ailleurs que celui que vous devez appeler Mittrand était effectivement polygame. Je pense malgré tout que le phénomène est bien plus marginal que semble le sous-entendre certains et que c’est surtout une de ces vieilles lunes qu’on agite pour récupérer les voix des gogos.


                                    • armand armand 8 mai 2007 14:21

                                      Au risque de vous contredire, le micro-trottoir a son importance car il reflète les conditions de vie d’un lieu donné. Peu importe que les familles polygames soient un micro-phénomène au niveau de la France entière, elles n’en sont pas moins concentrées dans certaines communes. Et c’est de cette concentration que vient le problème. Leur comparer la famille de Mitterrand relève de la plaisanterie ou de la malhonnêteté intellectuelle : le propre de la famille polygame dont on parle c’est la démultiplication d’enfants, souvent livrés à eux-mêmes et non suivis par leurs parents. C’est aussi la concentration entre les mains de patriarques d’allocations conséquentes qui servent le plus souvent à faire marcher l’économie au pays et très peu à faire vivre la famille ici-présente. Pour votre information, ma ’cité’ est située à Paris, pas loin de la gare Montparnasse, où se trouve concentrée effectivement une importante population africaine, dont un foyer de travailleurs.


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 15:07

                                      « le propre de la famille polygame dont on parle c’est la démultiplication d’enfants, souvent livrés à eux-mêmes et non suivis par leurs parents. C’est aussi la concentration entre les mains de patriarques d’allocations conséquentes qui servent le plus souvent à faire marcher l’économie au pays et très peu à faire vivre la famille ici-présente »

                                      « La mort est au bout de la bite des noirs » ajouterait Pascal Sevran


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 16:13

                                      A Frodon

                                      Il n’est peut-être pas abusif de parler « d’allocations pour la pauvreté » ; :)

                                      Le problème de la reditribution me semble très complexe, surtout dans un monde où l’on réfléchit comme des actionnaires du CAC40. Car ne voir les prestations sociales, ou l’impôt, ou les charges salariales uniquement en terme de coût fait montre d’un certain aveuglement.

                                      Prenons par exemple la CMU. Elle a évidemment un coût. Mais elle présente aussi un bénéfice important en terme de santé publique. Les virus, bactéries et autres malfaisants ne sont que moyennement sensibles au fait que vous soyez contribuable ou non, cotisant social ou non.

                                      Les spécialistes aiment à nous répéter qu’actuellement le seulmoteur de la sacro-sainte croissance est la consommation. Or quoique certains semblent penser que l’aide sociale est fort généreuse, je ne pense pas qu’elle permette d’épargner. Donc elle repart entièrement dans le circuit économique, contrairement aux ristournes fiscales faites aux catégories les plus aisés.

                                      Mon frère a récemment eu une conversation avec un de ses collègues à l’usine. Celui-ci lui racontait qu’il connaissait un type qui était polygame et sans emploi. Il vivait avec ses 3 femmes et ses 16 gosses et ses 4500€ d’allocs. Quoiqu’on puisse s’interroger sur la réalité de l’exemple, mon frère lui à quand même fait remarquer que diviser par 19 ça faisait pas lourd par tête de pipe. Et l’autre de lui répondre « mais attends tu comprends rien, ca coute rien le couscous » smiley


                                    • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 16:41

                                      a massue ; visiblement vous confondez tout, vous n’etes pas descendu de votre arbre bobo écolo depuis longtemps... lorsqu’il s’agit de problèmes d’état il ne s’agit pas d’etre cool ou pas cool, il s’agit d’appliquer des règles, de faire respecter des lois, sinon l’état part en vrille et toutes les dérives sont possibles !!

                                      et dans ce cas à qui profite le crime aux plus malins, aux plus magouilleurs, aux plus rusés toujours au détriment des plus démunis... un état sans règles est un état pourri, prompt à favoriser la corruption et tous les traffics... tout le contraire d’une démocratie, la zizanie, à l’image de certains états africains ou les aides atterissent dans les poches de quelques individus bien nourris, qui ont tout intérèt à laisser se développer ce merdier en dessous d’eux pour assoir leur pouvoir...

                                      Rigoler avec des sujets aussi graves, c’est prouver que l’on fait partie de la sphère des bobos bien sous tous rapport, pas racistes en théorie, mais complètement coupés des réalités donc indifférents au problèmes des autres, surtout lorsqu’ils sont seulement matériels ...


                                    • armand armand 8 mai 2007 16:46

                                      Si c’est tout ce que vous avez à répondre, alors ne vous fatiguez pas. J’avance du concret, vous répondez par des amalgames stupides. Résumé de votre ’pensée’, interdiction absolue de formuler la moindre critique sur le mode de vie des immigrés, qui ont, c’est bien entendu, selon l’angélisme gôchiste, le droit absolu de venir vivre en France, d’y amener leurs familles (nombreuses), de se passer des formalités d’usage (papiers, par exemple). Ce n’est pas à eux de s’adapter au pays d’accueil, non, c’est à nous de faire preuve d’hospitalité, débiteurs que nous sommes de siècles de persécutions et d’esclavage. N’est-ce pas ? La figure christique dont la gauche a toujours eu besoin, jadis occupée par le Prolétaire, est désormais l’Immigré.


                                    • masuyer masuyer 8 mai 2007 18:58

                                      Aie je suis démasqué, un bobo (bourgeois bohême) gauchiste angélique. Gauchiste je veux bien, bohême peut-être. Par contre bourgeois ça me fait un peu mal au cul, salaire net de 1114€ mensuel pour 39h hebdo, pour un boulot que j’aime bien mais qui dans le peloton de tête des emplois réputés pour leur dangerosité et leur pénibilité. Selon les statistiques j’ai assez peu de chance de profiter pleinement de mes cotisations retraites. Je vous en fait cadeau.

                                      Quand à l’angélisme vous repasserez je n’ai jamais été adepte du rousseauisme et je ne crois pas en la bonté foncière de l’homme qui qu’il soit ou d’où qu’il soit. La question n’est pas d’être cool ou pas cool, l’Etat doit appliquer des règles et les faire respecter et ce pour protéger les plus faibles et les plus démunis.

                                      Ce qui me met hors de moi c’est les affirmations péremptoires, les déclarations à l’emporte-pièce sur des fraudeurs, sans chiffrer le phénomène, donc en prenant le risque de sous-entendre qu’il est massif ou général.

                                      Vous me parlez de sens des réalités. Mais pourquoi émigre-t-on ? Pour fuir des persécutions, pour des raisons économiques, par pour venir emmerder le bon français qui travaille et lui piquer sa part du gateau social. J’habite dans le Jura, de nombreux français franchissent la frontière tous les jours pour gagner plus. C’est la même raison qui pousse des africains, des européens de l’est, des asiatiques à venir en France. Sauf qu’ils peuvent difficilement passer la frontière tous les jours. Vous pourrez monter des murs (comme sur la frontière américano-mexicaine), faire voler des charters tous les jours, décupler les forces de la Police des airs et des frontières vous ne changerez rien à ça. Et le coût sera exhorbitant. Les travailleurs clandestins n’ont rien à faire dans cette discussion car en tant que clandestins ils ne peuvent prétendre à l’aide sociale (ou alors démontrez moi le contraire mais pas sur « votre expérience » sur « vos témoignages » sur de FAITS). Pour vivre ils doivent mendier ou travailler. Et ils travaillent, dans ces boulots délaissés par les français parce que trop dur ou trop mal rémunéré (dans le BTP, dans l’agriculture, en forêt). Ils apportent donc à l’activité économique, ils créent des richesses dont vous et moi profitons.

                                      Les agriculteurs que vous plaignez parce qu’il est de bon ton d’aimer la ruralité, mais que vous emmerderez quand leur tas de fumier chatouillera vos narines sur la terrasse de votre résidence secondaire, sont bien content de trouver cette main-d’oeuvre flexible et bon marché. Et quand je dis ça ce n’est pas pour dire salauds de paysan, c’est juste que le système est injuste pour les travailleurs du secteur primaire qui doivent assurer les gains des transformateurs et des distributeurs. Ils ne peuvent se rattraper que sur les coûts de main d’oeuvre.

                                      Chirac avait parlé, il y a quelques années, de faire porter les cotisations sociales sur la valeur ajoutée plutôt que sur la main d’oeuvre. En effet le système actuel fait que les secteurs qui ont le plus besoin de main d’oeuvre pour produire sont désavantagés. C’est évidemment resté lettre-morte.

                                      Allez j’arrête de m’énerver.


                                    • armand armand 8 mai 2007 22:14

                                      Alors venez vous énervez plutôt sous mes fenêtres, quand les gentils rejetons du voisin polygame (j’insiste), qui menace de cogner chaque fois que le syndic du HLM ou l’assistante sociale se pointe chez lui avec des réclamations, dealent de la drogue ou font ronfler les moteurs de leurs voitures (volées)à trois heures du mat. Oh, certes, foin de clandestin, le patriarque est éboueur à la ville de Paris. Le calme est revenu car les deux aînés sont en taule.Dans un précédent échange musclé, l’un me donnant du ’NTM’ je me suis fondé à répondre ’plutôt la tienne-ça te fera plus d’allocs’...

                                      Votre raisonnement semble être le suivant : il y a une grande misère dans le monde, alors ces gens-là rentreront de toute façon. Certes, on ne peut pas verrouiller les frontières, mais on peut aussi rendre l’assistance collective moins attrayante. Solidarité ’nationale’ ou pas, ceux qui payent des impôts ont un droit de regard, via leurs représentants, sur leur utilisation, que ce soit pour les aides sociales, ou les aides aux (grandes) entreprises.


                                    • Senatus populusque (Courouve) Courouve 8 mai 2007 22:22

                                      Poussons les murs pour loger l’Afrique !!!


                                    • Jojo2 8 mai 2007 11:18

                                      Il faut que les allocataires de RMI aillent vivre à la campagne et leur interdire l’usage d’une voiture. Le boulanger, le boucher...passeront deux fois par semaine. Un cochon finira les restes. Le père racontera des histoires à la veillée, en ombres chinoises sur le mur chaulé, c’est presque comme un écran plat. Ils ramasseront le bois mort pour se chauffer, ça entretiendra le paysage. Etc... Avec ces mesures, MOI, Jojo2 premier, je me fais fort de ramener le RMI à 200 euros.


                                      • ARMINIUS ARMINIUS 8 mai 2007 11:40

                                        reconstruire les villes à la campagne ( vu le nombre de pauvres concernés) ça c’est une idée ! on pourrait aussi le mettre dans des endroits clos de barbelés afin que les encore plus pauvres ne viennent pas leur chiper leurs boites de cassoulet !


                                      • masuyer masuyer 8 mai 2007 11:21

                                        A l’Auteur,

                                        Vous êtes étudiant en AES et c’est pourquoi il me semble qu’on est en droit attendre de vous d’appuyer votre argumentation sur des fondements un peu plus solides que « l’écran plasma à 500€ » ou « la PS3 à 700€ ». Combien de familles en France ne vivent que grâce à l’aide sociale, quelle est leur budget mensuel moyen par membre de la famille ? ou tout autre fait un minimum étayé. Cela serait un petit peu plus pédagogiques et nous changerait du « t’as vu les arabes y en a pas un qui bosse et ils ont tous des antennes paraboliques ». Salauds de pauvre ! smiley


                                        • melanie 8 mai 2007 11:28

                                          Article assez répugant dans son principe :

                                          Et pourquoi ne pas contrôler l’ utilisation de tous les fonctionnaires d’Etat , hospitaliers, Education nationnale, et surtout...hauts fonctionnaires d’état notament ceux officiant dans la nébuleuse du Sénat - structure de grabataires cummulant tous les « cadeaux » , rentes , etc ...... -.

                                          Derrière une pseudo reflexion « à plat » et à froid - récurrente sur ce site- se cache un individu crevant de jalousie et rongé par l’envie :

                                          Comment un chômeur - qui a peut-être cotisé 15 ans avant - ou un allocataire des « minimas sociaux » - qui rappeleront le sont eccessivement généreux soit 400€ mensuels alors que le seuil de pauvreté est fixé à 780 € , dans la 5 ème puissance mondiale .....- peut se payer un écrant plat !!!!!

                                          Scandaleux.

                                          Cet article sous couvert de « reflexion neutre » est à vomir de dissimilation de petitesse d’esprit.

                                          Hélas , il y aura toujours des « petits », envieux et jalousant tout le Monde surtout les plus faibles : Tellement plus courageux que d’aller « contrôler » les cumuls des « riches » .

                                          Je suis une ex cadre de 40 ans tombée pour raisons de santé dans les minimas sociaux . PS : Je ne possède pas d’écran plat.


                                          • armand armand 8 mai 2007 11:42

                                            Dans mon commentaire, je parlais des aides (APL, allocs familiales, RMI) et nullement de l’allocation-chômage, qui provient d’une assurance souscrite par l’ex-employé(e). S’en prendre à celle-ci serait une rupture de contrat illégale et injuste. Par contre, aider à la recherche d’un emploi plus efficacement qu’à l’heure actuelle relève du bon sens.


                                          • melanie 8 mai 2007 12:13

                                            C’est spécieux cette distinction entre chômeurs- nobles selon toi alors qu’il n’y a aucun plafond en France et que certains chomeurs touchent 7 000 € mensuels payés par l’ Unédic dont le déficit vient bien évidemment des petits chômeurs de longue durée.

                                            Je suis en Allocation Spécifique de Solidarité car avec un temps d’indemnisation de plus en plus réduit, une localisation dans la ville championne de la non-création d’emploi eu égard au nombre de résidents en age de travailler, de la ville championne du chomage en France - Je parle de Montpellier .

                                            Je touche donc ce que tu trouves indu car payé par « tous ». Mais les fonctionnaires de tous types et statuts ne le sont-ils pas ????? Je suis fille d’enseignants, je n’ai jamais travaillé que dans le privé .

                                            Il est facile en démocratie et surtout dans une société gavée au matérialisme de juger de l’attribution « décente » ou non des biens matériels et de l’aide octroyée sur un marché où le chomage de masse est partout- Y compris au Danemark où 20 % de la population est mise à l’écart pour permettre des statitiques conformes ... Pays béni selon Sarkozy de la « Flexisécurité »- .

                                            « TRAVAILLER PLUS POUR GAGNER PLUS », j’aimerais crois moi. Je suis sur Internet tous les jours - c’est beaucoup trop étant donné le nombre dérisoire d’ offres proposées ".

                                            Les slogans ne résolvent jamais les problèmes complexes.

                                            Moi aussi quand je travaillais 60 heures pas semaine comme commerciale - pas 35h ....- les RMIstes m’agaçaient.

                                            J’y suis - Allocation Spécifique de Solidarité c’est idem - et pour moi qui cherche à travailler - non pas à 8 € le mois pour l’employeur comme l’ a conçu Borloo avec ses « contrats aidés » - avec un salaire décent , j’en bave, et je pense à en finir , parfois.


                                          • Jaitun Jaitun 9 mai 2007 02:23

                                            l’article est effectivement étayé d’exemples très peu convaincants

                                            il s’agit de cas particuliers extrapolé à la situation générale et de nombreux commentaires correspondent à cette logique assez peu valable

                                            je comprends aussi que dans votre situation vous trouviez ça choquant et je trouve surtout intéressant de pouvoir constater que le RMI se trouve en dessous du seuil de pauvreté, ce qui représente pour moi un argument valable qui fragilise largement les notions « assistés » et « assistanat » conçues comme des notions péjoratives alors que clairement le sens des mots signifie bien, avec votre argument, une aide apportée par l’ensemble des citoyens actifs et/ou imposables aux citoyens les plus démunis

                                            merci


                                          • al-khwarizmi al-khwarizmi 8 mai 2007 11:59

                                            Quelle lapidation :/

                                            Frodon, vous avez osé sortir de la droite ligne des « biens pensant ». Cela fait de vous un « lepéniste », « idiot » et « merdeux ». Je n’invente rien.

                                            Belle exemple d’ouverture d’esprit !

                                            A écran plat on vous répond : Victor Hugo. Quelle comparaison !

                                            400€ pour suivre Koh Lanta contre 7€ pour lire les misérables.

                                            Faire attention à ce que des parents nourrissent correctement leurs enfants c’est les priver à coup sur de culture ? C’est être lepéniste ?

                                            Que pensez vous donc des conseillers E.S.F. qui vont dans les familles défavorisées pour les aider à gérer leur budget et du coup ont un droit de regard sur l’argent utilisé. Ce sont des lepénistes ultra libéraux ?

                                            Je ne vois pas ce qu’il y a de scandaleux à vérifier que des fonds débloqués dans un but social servent à des fins sociales.

                                            @ Le Sudiste : arrêtez les références douteuses s’il vous plaît. L’étoile jaune n’a rien à faire ici. C’est vous que je trouve dangereux ; de part votre facilitée à utiliser les souffrances d’enfants, de femmes et d’hommes pour donner un peu de consistance à votre votre inutile intervention.


                                            • masuyer masuyer 8 mai 2007 12:15

                                              « L’étoile jaune n’a rien à faire ici. » effectivement pas plus que les « familles polygames » cf plus haut


                                            • armand armand 8 mai 2007 14:29

                                              Analogie stupide qui sert à étouffer toute discussion, comme si toute discussion de l’intégration (ou de la non-intégration) des immigrés nous faisait frôler l’innommable.


                                            • melanie 8 mai 2007 12:31

                                              Et si on controlait l’ usage que font de leur argent mal gagné certains PDG foireux infoutus d’utiliser leurs parachutes dorés volés aux salariés pour améliorer le sort de la Planète où l’état d’urgence est patent ......

                                              Ou s’arrète la dérive du « contrôle » des citoyens - même en aLLocation Spécifique de solidarité on paie la CSG - toujours comme par hasard en bas de l’échelle ???

                                              l’ ex PDG de de VINCI, et l’ ex d’ AIRBUS , ça ne te parait pas plus pertinent de savoir ce qu’il font de l’argent qu’ils ont induement touché ????? Sachant qu’ Airbus ayant été en partie propriété d’Etat, c’est aussi de ton pognon qui part chez Noel Forgeard !!!!!


                                              • armand armand 8 mai 2007 14:36

                                                @Melanie

                                                Tout à fait de votre avis là-dessus. On verra ce que Sarko fera de ses propos durs sur les ’patrons-voyous’. Mais j’ai bien peur qu’en France, comme ailleurs (notamment aux USA)les excès des très-riches ne sert jamais de repoussoir au moment des élections. Comme si les actifs du privé s’imaginaient qu’ils étaient dans le même camp que les milliardaires véreux. Ou bien que ceux-ci, grâce à des années de battage médiatique, étaient protégés par la ’peoplisation’. Ou bien, comme l’a dit Jacques Delors (plus pugnace sur ce point que Ségo)que l’Etat actuel est dur avec les faibles, doux avec les puissants. Ce en quoi il n’a fait que reprendre une phrase de ... J.-M. Le Pen !

                                                Pour le chômage, vous poposez quoi alors pour éviter que les très-gros-salaires au chôme-dû ne touchent des milliers par mois ? Un système comme en GB, avec des allocations fortement plafonnées ? Je veux bien, mais ce sera une telle levée de boucliers...


                                              • Frodon Frodon 8 mai 2007 13:37

                                                Nombre total de bénéficiaire de prestations versées par la CAF :http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_fiche.asp?ref_id=NATSOS04603&tab_id=212

                                                Différents chiffres-clés de l’INSEE sur la situation des plus pauvres : http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_liste.asp?theme=4&soustheme=4&souspop=

                                                Différents chiffres-clés de l’INSEE sur la protection sociale : http://www.insee.fr/fr/ffc/chifcle_liste.asp?theme=4&soustheme=6&souspop=

                                                @ masuyer , qu’importe que je dise , on m’aurait reproché quelque chose. J’utilise le terme « démagogique » pour bien nuancer mon propos par rapport à l’écran plasma et on me dit que c’est donc pas bien. Là je vais donner des chiffres et je vais avoir un commentaire du genre : « Oui mais les chiffres de l’INSEE , on sait tous ce que ça vaut, regardez ceux du chômage ». J’ai beau être étudiant , j’illustre un propos. Si l’illustration ( c’est à dire , imager l’argument) est mauvaise , quelle est la bonne ?

                                                Je suis passé du LePeniste ultralibérale qui catalogue les rmistes comme les juifs...Quel « Honneur » pour un simple propos de réflexion sur la situation des allocations. Ce n’est pas un projet de loi que j’ai proposé là ( heureusement il serait très subjectif) mais je lance une réflexion , ce n’est pas la peine non plus de me taxer de « merdeux » pour m’expliquer que vous n’êtes pas d’accord avec moi....

                                                J’espère avoir au moins convaincu que mon propos n’avait pas pour but de trouver la solution à tout , mais d’au moins montrer qu’il y a un problème . Selon certains , je me suis trompé, peut être !

                                                Je ferais peut etre une réflexion prochaine sur la situation des primes de PDG et des manipulations d’argent impressionantes pour les plus riches. Cependant , je suis certain qu’en fait, je me ferais taxer de « Staline » par ceux ci ( à défaut d’étoile jaune) et que j’empecherais quiconque de vouloir être ambitieux. Alors que d’autres applaudiraient en disant « C’est pas normal qu’ils gagnent autant »... COmme quoi , quand on parle d’argent , il sera très difficile de trouver un consensus.


                                                • Frodon Frodon 8 mai 2007 13:41

                                                  @ melanie

                                                  Le problème d’Airbus me révolte bien plus , dans les faits ,mais il n’aurait pas vraiment eu sa place dans la réflexion d’un système de redistribution social.

                                                  Sincèrement , même si par Freud on me dit que je suis dérangé, mon but n’était pas de tirer sur les pauvres. Encore moins , selon moi, quand on passe le concours d’assistant social et qu’on l’obtient. Ou alors je suis ambivalent dans ma conscience !


                                                • masuyer masuyer 8 mai 2007 13:52

                                                  Merci de votre réponse Frodon.

                                                  J’ai cliqué sur les liens indiqués et je n’ai rien trouvé sur les écrans plasma et les PS3 smiley. Je ne conteste pas les données de l’INSEE. En fait mon problème avec votre article c’est plus ce qu’il sous-entend (même si c’est à votre insu). Il est de bon ton depuis quelques années de porter le soupçon sur les allocataires de l’aide sociale, en dénigrant certains abus, que je ne nie pas mais dont je pense (en attendant qu’on me prouve le contraire) qu’ils sont marginaux.

                                                  C’est comme le « scandale des 500000 emplois non pourvu » qui cherche à nous faire croire que les chômeurs sont des feignasses qui vivent grassement sur le dos des honnêtes travailleurs au lieu de se demander ce que sont ces emplois non pourvus.

                                                  Je pense donc que ce genre de « constatations » ne sont pas si innocentes et visent surtout à nous faire accepter la régression sociale.


                                                • melanie 8 mai 2007 13:37

                                                  Sais-tu seulement - non apparemment ....- que les allocataires de minimas sociaux - RMI, Allocation spécifiques de solidarité - sont soumis aux mêmes pressions de la part de l’ANPE ou de la Région, que les chômeurs ?????

                                                  Je te signale au passage que - ce que manifestement tu ignores - RMIstes et ASS sont des chômeurs à savoir des personnes sans emploi, employables et cherchant un emploi.

                                                  Ta classification arbitraire n’a donc rien à voir avec le statut de chercheur d’emploi, mais avec celui de qui les paie ????? Horreur, nous salariés !!!!!

                                                  Et tu paies aussi pour ceux qui après avoir fumé comme des pompiers pendant 10 ans sont soignés pour un cancer, tu paies pour ceux qui se font opérer alors que tu es toi en bonne santé.....

                                                  Tu paies pour le yacht de Sarkozy à Malte qui commence déjà à croquer dans le déficit que l’on paie tous,et ça , ça te coute plus cher que le RMIste chanceux qui a réussi a acheter en soldes - et fabriqué en chine - un écran plat qui te fait réver.

                                                  Saches choisir tes cibles .


                                                  • Fred 8 mai 2007 22:43

                                                    En l’occurence, je ne pense pas que Sarko paie pour utiliser le yacht d’un ami.


                                                  • Frodon Frodon 8 mai 2007 14:01

                                                    @ Melanie .

                                                    Je suis entièrement d’accord avec toi , ne t’y trompes pas.

                                                    Seulement , le système d’allocations est-il efficace aujourd’hui ? Si oui , alors je comprends que mes propos soient choquants.

                                                    Est ce que l’Etat doit verser des cotisations pour faire plaisir ? Si oui , j’aperçois la justification des insultes.

                                                    Est ce que l’Etat Providence si cher à nous , citoyen français, doit être un état naif ? Je ne sais pas.. peut être.

                                                    Je suis entièrement d’accord avec l’idée du yacht ( même si je n’espère tout de même pas qu’il soit déjà payé par nos fonds personnels , enfin ça ne serait même pas étonnant...). Mon idée n’était pas de fliquer les plus pauvres même si on me le reproche. C’était plutôt de réflechir à savoir si notre système de versement d’allocations est efficace ou non ? Et de proposer une idée personnelle, sur un nouveau mode de fonctionnement qui a été interprété comme « Je veux faire plonger les pauvres »...

                                                    Dans mon idée , j’englobais même des allocations à la rénovation des façades, à l’attraction des entreprises. CEs allocations seraient à utiliser exactement de la même façon. Quand une entreprise obtient une subvention parce qu’elle a planté dix arbres sur son parking et que ça a permis à rajouter une « fleur » dans la notation des « villes fleuries » , elle ne devrait pouvoir l’utiliser exclusivement que pour cela. Alors que , j’imagine très bien que de planter des arbres ne lui aurait rien couté car c’était d’un accord tacite de «  »«  »bonne entente commerciale«  »«  »"(ahem) entre lui et un fournisseur.

                                                    Peut être que cette vision explicite mieux ma pensée ?


                                                    • al-khwarizmi al-khwarizmi 8 mai 2007 14:54

                                                      Pressions ?

                                                      Est ce que c’est subir une pression que d’avoir une fois par mois à faire un bilan de son activité de recherche d’emploi ?

                                                      Quelles sont les pressions dont on parle ?


                                                      • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 8 mai 2007 16:28

                                                        @ l’auteur,

                                                        comme tous droitistes, vous assimilez et confrontez la solidarité nationale à l’assistanat !

                                                        Belle mentalité, pour un jeune qui na pas encore contribué à l’essor économique de son pays.

                                                        Vous voulez dèjà savoir comment vos futurs impôts seront utilisés... C’est votre droit, certes, mais votre état d’esprit résume et confirme le résultat de ce dernier scrutin.

                                                        Pour information, lisez ces quelques lignes.

                                                        Coût global du RMI en 2005 : 5,8 milliards d’€ répartis entre plus d’1 million d’allocataires... Chiffre intéressant à méditer pour tous ceux qui passent leur temps à reprocher aux « assistés » de leur « pomper » leur argent si durement gagné ; c’est vrai qu’il est tellement plus courageux de disputer aux plus faibles les miettes qu’on leur laisse...

                                                        http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070124.OBS8468/reacti ons8d56.html?limit=0

                                                        On le sait tous : les malheurs de ceux ayant des bas salaires et même de tous les salariés, ce sont les RMIstes, ces fainéants qui profitent de notre système social si généreux ! Quand des dirigeants de grandes entreprises se préparent des parachutes dorés de plusieurs centaines de milliers d’euros, quand les actionnaires de ces mêmes entreprises s’octroient d’importants dividendes sur les profits, quand certaines grandes fortunes fuient à l’étranger pour ne pas payer l’ISF, cela ne contribue en rien aux malheurs des salariés et autres travailleurs ayant des bas salaires, c’est sûr ! Effectivement, les RMIstes, il faudrait les mettre au boulot ou leur couper les vivres ! Mais au fond, qui sont ces RMIstes ? Ils sont divers et forment de nombreuses catégories et sous catégories différentes (chômeurs de longue durée ne percevant plus les indemnités chômages, jeunes diplômés de plus de 25 ans et à la recherche d’un premier emploi, SDF, etc.). Pourquoi ne travaillent-ils pas et le veulent-ils vraiment ? Certains ont travaillé, d’autres voudraient le faire, mais l’état actuel du marché du travail ne leur permet pas de pouvoir occuper un emploi en CDI qui soit décemment rémunéré : dans les conditions actuelles du marché du travail, mieux vaut en effet rester chez soi à toucher le RMI plutôt que d’aller travailler en intérim dans le bâtiment ou dans l’agriculture pour un salaire équivalent au SMIC. Bref, si l’on assurait des formes d’emploi non précaires avec des salaires viables dans les secteurs qui peinent à recruter, le nombre de RMIstes baisserait rapidement ! D’ici là, il est beaucoup plus facile pour de nombreux hommes politiques de cracher sur les RMIstes en les traitant de feignants et d’assistés, en généralisant ainsi à l’ensemble de la population des bénéficiaires du RMI la situation d’une partie d’entre eux qui effectivement ne veut pas ou plus travailler (souvent d’ailleurs plus par découragement ou par fatalité que par choix mûrement réfléchi). Le contrat d’insertion que doit signer tout RMIste n’est-il que purement formel ? Dans bien des cas, oui. Le RMIste signe un contrat d’insertion, puis il est accompagné par un référant qui bien souvent est lui-même un ancien chômeur ou même un ancien RMIste : l’objectif est de parvenir ainsi à la réinsertion sociale, voire professionnelle du RMIste, mais il est rarement atteint, faute de moyens et faute de réelle volonté politique ; bref, le RMIste a toutes les chances de rester RMIste : cela n’est pas dû à sa volonté, mais aux réalités économiques et politiques actuelles. Faudrait-il alors mettre les RMIstes au travail et leur couper les vivres en cas de refus ? On peut essayer de réactualiser les fameuses « poorhouses » anglaises du 19ème siècle et faire en sorte que les RMIstes aillent travailler pour « gagner » leur RMI, mais : 1) cela ne réglera nullement le problème du chômage et empêchera même de créer de vrais emplois (les tâches qui pourraient les concerner étant en effet assurées par les RMIstes) ; 2) cela nuira à la paix sociale en générant stigmatisations, frustrations, conflits et violences ; 3) cela ne changera rien au problème des gros profiteurs (voir ci-dessus : dirigeants d’entreprises véreux, gros actionnaires, stars du show-bizz et autres vedettes richissimes) qui profiteront toujours autant qu’avant et seront très heureux de voir les regards inquisiteurs des « travailleurs pauvres » et autres salariés orientés vers les RMIstes. Pour conclure, il faut finalement dire les choses comme elles sont : les hommes politiques ont besoin des RMIstes, car 1) sans le RMI, il y aurait beaucoup plus de pauvres en France, ce qui amènerait inévitablement à des conflits et nuirait à la paix sociale et 2) la population des bénéficiaires des RMI constitue une cible facile qu’on peut accuser de bien des maux lors des périodes électorales ou lorsqu’il faut faire diversion et créer la division dans l’opinion publique face aux problèmes économiques et sociaux majeurs.


                                                      • La mouche du coche La mouche du coche 8 mai 2007 16:36

                                                        Hugh !

                                                        Doctor Feelgood a bien parlé ! smiley


                                                      • Christoff_M Christoff_M 8 mai 2007 19:03

                                                        A docteur malade de la démocratie...

                                                        Quelle belle vision passéiste de bobo gaucho... pourquoi la France s’endette alors que nous cotisons comme des malades il y a bien un problème !! bon d’accord, les grands patrons du cac 40 ne sont pas des saints ; mais pour l’instant on parle de solidarité, entre nous ; j’ai travaillé pendant vingt ans et cotisé, je trouve ça tout à fait normal à condition que tout le monde joue le jeu !!

                                                        Et répétition, la fraude ne profite pas au plus démunis mais au plus malins, et aux plus fraudeurs...


                                                      • Frodon Frodon 8 mai 2007 15:25

                                                        @ masuyer

                                                        On se comprend.

                                                        Mais là où je me suis trompé peut être est dans l’approche que j’ai faite des redistributions, je m’en rends compte.

                                                        Peut être aurais je du , comme dans mon commentaire précédent , exclusivement interpreter cela par des subventions d’entreprise ou d’autres formes d’allocations. Le problème des allocations pour (surtout contre smiley) la pauvreté et qu’elle entraîne un bon nombre d’enjeux divers.

                                                        Je suis entièrement d’accord avec votre approche puisqu’elle est dans la lignée de la pensée « Les jeunes sont des fainéants »... smiley


                                                        • masuyer masuyer 8 mai 2007 16:17

                                                          Désolé j’ai déjà mis ce post mais pas à la bone place, je corrige donc

                                                          A Frodon

                                                          Il n’est peut-être pas abusif de parler « d’allocations pour la pauvreté » smiley

                                                          Le problème de la reditribution me semble très complexe, surtout dans un monde où l’on réfléchit comme des actionnaires du CAC40. Car ne voir les prestations sociales, ou l’impôt, ou les charges salariales uniquement en terme de coût fait montre d’un certain aveuglement.

                                                          Prenons par exemple la CMU. Elle a évidemment un coût. Mais elle présente aussi un bénéfice important en terme de santé publique. Les virus, bactéries et autres malfaisants ne sont que moyennement sensibles au fait que vous soyez contribuable ou non, cotisant social ou non.

                                                          Les spécialistes aiment à nous répéter qu’actuellement le seulmoteur de la sacro-sainte croissance est la consommation. Or quoique certains semblent penser que l’aide sociale est fort généreuse, je ne pense pas qu’elle permette d’épargner. Donc elle repart entièrement dans le circuit économique, contrairement aux ristournes fiscales faites aux catégories les plus aisés.

                                                          Mon frère a récemment eu une conversation avec un de ses collègues à l’usine. Celui-ci lui racontait qu’il connaissait un type qui était polygame et sans emploi. Il vivait avec ses 3 femmes et ses 16 gosses et ses 4500€ d’allocs. Quoiqu’on puisse s’interroger sur la réalité de l’exemple, mon frère lui à quand même fait remarquer que diviser par 19 ça faisait pas lourd par tête de pipe. Et l’autre de lui répondre « mais attends tu comprends rien, ca coute rien le couscous »smiley


                                                        • Frodon Frodon 8 mai 2007 16:30

                                                          Par rapport à ton exemple , là on ne peut pas vraiment comparer parce qu’il y a une économie d’échelle smiley

                                                          Je suis d’accord dans le fait qu’il n’y a pas d’épargne possible. Or l’épargne est aussi un moyen de faire des projets. Il est bien moins risqué de partir avec un petit matelas qu’avec rien du tout... Que l’on revoit aussi les ristournes pour les plus riches , je ne demandrais que cela...mais je pense que ça fait office d’un thème entier smiley


                                                          • Frodon Frodon 8 mai 2007 17:04

                                                            @ Docteur feelgood

                                                            Relisez moi , je n’ai JAMAIS parlé de vouloir supprimer les RMI ! ! ! La seule chose,c’est que j’ai cherché à réfléchir à une meilleure efficacité ( Parce que , selon vous le RMI est efficace ou pas ?)

                                                            Et relisez aussi mes derniers commentaires, ils éclaircissent plus ce que j’ai dit.

                                                            Et arretez de me traiter de droitiste, c’est insultant... Aujourd’hui , dès qu’on remet ne serait-ce en cause une idée acquise on se fait catalogué. J’ai eu le défaut de réfléchir pendant des élections, honte à moi...mais que n’entendrait-on pas ? Même sur le net...


                                                            • masuyer masuyer 8 mai 2007 18:11

                                                              Cher Frodon

                                                              comme je vous comprend, doitiste c’est vraiment insultant, j’aime mieux qu’on me traite de gauchiste. smiley

                                                              « Aujourd’hui , dès qu’on remet ne serait-ce en cause une idée acquise on se fait catalogué. » évitez cet argument il me rappelle quelqu’un qui vient d’accéder à ce qu’il semble considérer comme la première marche du podium smiley

                                                              Merci à DR Feelgood de rappeler le coût du RMI par rapport au nombre d’allocataires, ça devrait normalement permettre à certains de relativiser. C’est un peu comme le plan banlieue (100 millions d’€ sur 5 ans), qui semble disproportionné à bien des français mais qui remis à l’échelle du nombre d’individus concernés est complètement ridicule. D’ailleurs j’aimerais beaucoup connaître la contribution fiscale de ces mêmes individus sur les 5 ans à venir, ce serait éclairant.

                                                              Et puis cher Frodon, je ne doute pas de votre bonne foi, mais vous êtes étudiant en AES, vous auriez du vous douter que votre idée vous vaudrait une volée de bois vert. Ca ressemble beaucoup à ces dames patronnesses qui ne donnent pas d’argent aux clochards parcequ’il va s’acheter à boire avec. Mais l’aide sociale ce n’est pas la charité.

                                                              J’ai un salaire, j’achète ce que je veux avec et je trouve idiot de foutre du fric dans une bagnole, ou dans une télé, ou dans une PS3. Cela vient de mon éducation, de mes goûts. Mais celui qui aurait le « privilège » de toucher des prestations sociales devrait accepter qu’il soit porté un jugement que je qualifierai de « moral » sur ces dépenses. Je travaille, je paie mes cotisations sociales, mes impôts, je ne suis pas jaloux de ceux qui ont le RMI, ou l’ASS, ou des indemnités chômages. Je me fous de savoir de ce qu’il font de l’argent de mes cotisations car ça ne me pose aucun problème de participer à la solidarité nationale. Et d’ailleurs, qui sait si ce n’est pas moi qui aurait besoin de la solidarité nationale demain. Je ne pense pas que vous même soyez jaloux des RMIstes, mais votre article ne pourra que vous attirez les compliments de ces français qui sont si envieux de ces salauds de profiteurs de mimima sociaux. D’ailleurs pour ces français qui en choeur avec Charles Villeneuve ou JP Pernaut crie au scandale, j’ai envie de demander « pourquoi vous ne lachez pas votre boulot ingrat pour vous éclatez royalement grâce au RMI et toutes ces aides sociales qui vous permettront d’acheter cette superbe BM, cet écran plasma de 127cm de diagonale, de vous payer des vacances au soleil des tropiques ? ». C’est juste par conscience civique ? tant mieux je désesperais de l’honnêteté foncière de mes « frères humains ».

                                                              Pour en rajouter une couche sur les allocations familiales qui sont versés en fonction du nombre d’enfants et sans conditions de revenus, je me rappelle qu’il y a quelques années un gouvernement avait envisagé de modifier le système pour que la répartition soit plus équitable. Levier de bouclier de la droite avec l’argument que le système permettait aux plus aisés d’être au même niveau que les plus démunis. Quelle belle leçon d’équité, mais n’est-ce point de l’égalitarisme M. Sarkozy.

                                                              Frodon, vous avez raison le RMI n’est pas efficace. Mais je ne pense pas que ce soit parcequ’il est mal dépensé par les allocataires, seulement parcequ’il ne fait que vous maintenir dans votre état. Il n’est pour l’Etat que la rétribution de la paix sociale. Car à tous ceux qui pensent que les chômeurs (les RMIstes en sont) sont des feignants, je tiens à rappeler qu’il y a quand même 4 millions au moins de chômeurs. Au mieux il y aurait 500000 emplois vacants non pourvus. Donc il manque toujours 3,5 millions d’emplois. Donc si vous foutez ce que vous considérez comme des feignants au boulot, il faudra laisser votre place et devenir à votre tour une feignasse de chômeur. smiley


                                                            • Doctor Feelgood Doctor Feelgood 9 mai 2007 12:18

                                                              Excellent commentaire, Masuyer, je n’ai pas mieux.

                                                              Bien à vous.


                                                            • JL JL 10 mai 2007 10:43

                                                              à Mazuyer, si vous lisez mes commentaires vous verrez que je ne suis pas loin de votre position.

                                                              Néanmoins, je ne puis laisser écrire «  » Pour en rajouter une couche sur les allocations familiales qui sont versés en fonction du nombre d’enfants et sans conditions de revenus, je me rappelle qu’il y a quelques années un gouvernement avait envisagé de modifier le système pour que la répartition soit plus équitable. Levée de bouclier de la droite avec l’argument que le système permettait aux plus aisés d’être au même niveau que les plus démunis. «  »

                                                              sans réagir : en effet, au sujet de cette affaire d’AF, j’avais réagi en présentant une analyse qui prouvait que le bénéfice du quotient familial était une sorte d’allocations familiales des riches. Que ceux-ci ne verraient aucune difficulté à être ’exonérés’ des allocations de pauvres, car c’est ainsi qu’on appellerait bientôt les AF si la mesure proposée ’équitable’ passait. Et qu’il était donc indispensable, pour la survie de cette allocation, qu’elle soit versée à TOUT le monde, sans distinction de revenus.

                                                              Cette allocation a un but nataliste incitatif, c’est pourquoi elle est progressive en fonction du nombre d’enfants. Cela ne me paraît pas juste, car le premier enfant entraîne un bien plus grand changement dans la famille que les suivants. Je trouve que la même somme par enfant, quel que soit le nombre d’enfants et les ressources de la famille est une mesure on ne peut plus juste, et qui a le mérite d’être simple, et peu sujette à tricherie.


                                                            • JL JL 8 mai 2007 18:10

                                                              Une réflexion qui vaut ce qu’on en jugera, au sujet des AF (Bien sûr que l’équipe de Sarkozy n’a pas propsé que des mauvaises solutions).

                                                              Entre la progressivité actuelle des AF (incitation nataliste) et la dégressivité (logique « finance des ménages » souhaitable), il y a un moyen terme qui me paraît juste et simplificateur : le même montant d’AF quel que soit le statut de l’enfant (premier ou énième).

                                                              Avantage collatéral : les familles polygames n’auraient aucun avantage spécifique : AF pour n enfants = n*AF pour un enfant.

                                                              De plus, il faudrait que ces AF soient versées à la mère.

                                                              Un exemple concret parmi tant d’autres, pour simplifier les ’usines à gaz’.

                                                              JL


                                                              • masuyer masuyer 8 mai 2007 18:16

                                                                La question que tout le monde se pose : « la famille polygame » va-t-elle enfin détrôner « le faux-chômeur » dans les hit-parade du préjugé raciste mine de rien ?


                                                              • armand armand 8 mai 2007 21:55

                                                                Toujours la même finesse dans votre analyse. Sortir l’épithète ’raciste’ à tout propos - vous êtes vraiment caricatural !


                                                              • masuyer masuyer 9 mai 2007 07:34

                                                                Armand,

                                                                je suis désolé d’avoir pu vous blesser. Je ne dis pas que vous êtes raciste et pour tout dire je m’en fous. J’ai parlé de « préjugé raciste » d’ailleurs poue tenter d’établir une nuance, puisque le terme « raciste » est pour ma part employé à tort et à travers et ne devrait être utilisé que lorsqu’il y a des propos ou des actes qui sont fondés sur la croyance en l’inégalité des races.

                                                                J’ai par contre trouvé choquant que suite à un article posant des questions sur les aides sociales et les abus qui les concernent, on n’en vienne à parler de la « famille polygame », sur laquelle j’ai déjà dit ce que je pensais. Car cela sous-entend (à votre insu sans doute) que ses abus seraient avant tout le fait d’immigrés.

                                                                A Courouve,

                                                                « Poussons les murs pour loger l’Afrique !!! » écrivez-vous. Je ne suis pas surpris de cette réflexion de votre part. Vous qui seul savez la Vérité qu’on nous cache, c’est à dire ces hordes d’Africains affamés qui affluent à nos frontières pour détruire notre identité nationale. Vous me citerez certainement Boumédiène pour appuyer vos propos. Je pense que la majorité des gens d’où qu’ils soient préfèrent faire leur vie dans le pays où ils ont vu le jour. Hélas, les réalités économiques et sociales poussent certains d’entre eux à émigrer et pas seulement en France. Il semble d’ailleurs qu’en terme d’immigration l’Irlande, l’Espagne ou la Grande-Bretagne soient plus attractives que la France.

                                                                Mais comment convaincre ceux qui ont peur et qui se sentent menacés. C’est ça peut-être la « Lepenisation des esprits ».


                                                              • Frodon Frodon 8 mai 2007 19:08

                                                                Je crois sincèrement être proche de votre réflexion masuyer. Au moins pour un premier article, il reste intéressant d’avoir des articles contradictoires. Même si je regrette de se faire dénommé de certains qualificatifs. Je ne considère vraiment pas les chômeurs comme des foutistes. Moi même en serait surement un à la sortie de la fac...alors bon ! Alors pour tous ceux qui me considèrent jaloux , vu que je m’attends à cette situation, je suis jaloux de moi dans quelques années... smiley


                                                                • masuyer masuyer 8 mai 2007 19:55

                                                                  Un petit lien cadeau pour ceux qui l’ont pas vu encore http://www.dailymotion.com/video/x1q3l2_rmi-smic-stop-hypocrisie


                                                                • La mouche du coche La mouche du coche 8 mai 2007 20:18

                                                                  Elle est culte cette vidéo en effet. Je ne l’a connaissais pas. smiley

                                                                  Mais elle est un peu courte : Patrickdu49 n’a pas expliqué comment il s’était payé son écran plasma, sa PS3 etc. dont parle l’auteur dans son article. smiley

                                                                  Pas de doute, cet article de Frodon avec ses arguments gluants et sa décomplexion inaugure bien les années Sarkozy ! Bravo l’auteur ! smiley


                                                                • herve33 8 mai 2007 21:34

                                                                  L’auteur de cet article est étudiant , mais certainement pas dans le besoin , papa et maman sont sans doute là pour l’aider . Personnellement , j’ai été boursier lors de mes études , et si je n’avais compté que sur cette bourse , cela aurait vraiment la misère , je sais même pas si j’aurais mangé à ma faim . Les Bourses , et autres aides sociales sont faites pour ceux qui en ont besoin . Croyez vous vraiment que l’Etat distribue des aides sans compter , qu’il ne vérifie pas , là vous vous trompez .

                                                                  Maintenant , il y a les fraudeurs et le travail au Noir , là on tombe dans l’illégalité , et c’est certain là que des actions doivent etre entreprises .

                                                                  Les aides sociales sont une nécessité si on ne veut pas voir dans notre pays des gens crevés de faim . et devenir une société ultra-violente .

                                                                  Cette stigmation des pauvres et des précaires me parait particulièrement malsaine .


                                                                  • D. 8 mai 2007 23:41

                                                                    Frodon : Il ne s’agit pas de connaitre et comprendre Toute la mise du monde, mais celle dont est censé parler.

                                                                    En ce qui me concerne plus particulièrement, vous tombez dans le piège du paradoxe argumentaire : à trop vous demander s’il est normal que l’enfant d’rmiste possède une PS3, vous en oubliez que votre interlocteur sur cette même question n’est peut-être simplement qu’un autre rmiste. Encore que je ne puisse être personnellement bénéficiaire, à cause des calculs dont certains se satisfont, quand ceux qui les subissent vivent chaque jour leur fin de mois.

                                                                    A propos d’exonération de la TVA sur les produits essentiels, ce serait évidemment bienvenu, mais je doute que cela soit mis en place un jour...


                                                                    • finael finael 9 mai 2007 14:28

                                                                      Je ne vous enverrai pas d’insultes car je pense que vous cherchez réellement à résoudre un problème.

                                                                      Mais il me semble qu’il y a plusieurs contre-indications à votre solution :

                                                                      La première est : Le problème se situe-t-il bien là. L’argent que nous payons par nos impôts est-il gaspillé par les « assistés » officiels quand on sait que ce sont 70 milliards d’euros qui sont consacrés à l’aide aux entreprises chaque année ?

                                                                      Et cet argent là, qui contrôle comment il est employé ?

                                                                      La deuxième est le coût d’une telle mesure (celle que vous proposez), l’avez vous évalué ?

                                                                      La troisième est que ce que vous proposez n’est rien d’autre que ce que l’on appelle « la mise sous tutelle », appliquée à des personnes jugées mentalement irresponsables ou en faillite personnelle. Ce serait d’après vous une façon de « responsabiliser » les gens ?

                                                                      De plus faut-il vous rappeler que « pauvreté n’est pas vice » ? Vous êtes jeune, vous croyez que les quelques exemples de fraudes montrées à la télévision (toujours les mêms d’ailleurs que l’on nous ressert régulièrement) sont représentatifs de toute une population de plus de 2 millions d’allocataires.

                                                                      Soyons sérieux, une étude de la CAF a montré que les « fraudeurs » représentaient 6% de cette population, et encore, en prenant en compte tous ceux qui n’avaient pas été là lors d’un contrôle ou ceux qui avaient incomplètement rempli les formulaires, etc ... Idem pour une étude de l’ANPE.

                                                                      Ingénieur, cadre encadrant, j’ai perdu mon emploi en 2000 et me suis retrouvé à l’ASS dès 2002 (380 Euros mensuels). Ce n’est que parce que j’ai de vrais amis que je n’ai pas eu à connaître la rue !

                                                                      Il m’a fallu répondre à des convocations de l’ANPE où j’ai été reçu par un « de toutes façons il n’y a rien pour vous ! »

                                                                      J’ai dû postuler à des emplois pour lesquels je n’avais aucune qualification et supplier les employeurs de m’adresser une lettre de refus sous peine de perdre lesdites allocations.

                                                                      J’ai retrouvé du travail au bout de 3 ans, au SMIC pour un travail d’ingénieur, entre 40 et 45h/semaine déclarées et payées 35, 4 CDD d’affilée au même poste pour le même travail. Je vis dans un camping (donc pas d’aide au logement) ce qui est illégal.

                                                                      Je paye donc des impôts (eh oui), entre autre pour ces « salauds de chômeurs »


                                                                      • ploucminus 10 mai 2007 13:12

                                                                        L’article proposé ouvre un débat intéressant qui est aussi abordé dans les partis de gauche (du moins à l’étranger), parce qu’il parle du droit d’aubaine et d’une éventuelle future fiscalisation des aides à cause des effets de seuil qu’engendre le système « d’arrosoir » sur une population donnée.

                                                                        Les aides ont été mises en place à des moments historiques différents, pour des raisons précises et elles se sont accumulées sans remises en perspectives du moment. Si on part de la conservation des acquis nous nous retrouvons dans une situation, où suivant la porte d’entrée prise pour obtenir une aide celle-ci va engendrée d’autres droits automatiques (aubaine) qui a revenu égal feront que la personne autonome financièrement sera pénalisée fiscalement et que la personne pouvant obtenir un petit revenu + les aides sera « plus riche » ou aura plus de disponibilités.

                                                                        La problèmatique ne parle pas de l’aspect psychologiqe de la personne en difficulté.

                                                                        La première difficulté de gérer ce système est son appartenance décisionnelle à plusieurs ministères et à plusieurs administrations qui ont tout intérêt à se protèger d’une perte de leur rôle dans la société.

                                                                        La deuxième est d’avoir une vue globale du système d’aide, nationale, régionale et locale et nous sommes là devant un gros travail de réflexions, mais une source d’égalité, de baisse de coûts et de solidarité passe par ces réflexions.


                                                                        • ploucminus 10 mai 2007 13:14

                                                                          > Les allocations doivent-elles être versées directement aux allocaires ? par ploucminus (IP:xxx.x96.30.40) le 10 mai 2007 à 13H12

                                                                          Ajout (effet de seuil)

                                                                          L’article proposé ouvre un débat intéressant qui est aussi abordé dans les partis de gauche (du moins à l’étranger), parce qu’il parle du droit d’aubaine et d’une éventuelle future fiscalisation des aides à cause des effets de seuil qu’engendre le système « d’arrosoir » sur une population donnée. Les aides ont été mises en place à des moments historiques différents, pour des raisons précises et elles se sont accumulées sans remises en perspectives du moment. Si on part de la conservation des acquis nous nous retrouvons dans une situation, où suivant la porte d’entrée prise pour obtenir une aide celle-ci va engendrée d’autres droits automatiques (aubaine) qui a revenu égal feront que la personne autonome financièrement sera pénalisée fiscalement et que la personne pouvant obtenir un petit revenu + les aides sera « plus riche » ou aura plus de disponibilités (effet de seuil).

                                                                          La problèmatique ne parle pas de l’aspect psychologiqe de la personne en difficulté.

                                                                          La première difficulté de gérer ce système est son appartenance décisionnelle à plusieurs ministères et à plusieurs administrations qui ont tout intérêt à se protèger d’une perte de leur rôle dans la société.

                                                                          La deuxième est d’avoir une vue globale du système d’aide, nationale, régionale et locale et nous sommes là devant un gros travail de réflexions, mais une source d’égalité, de baisse de coûts et de solidarité passe par ces réflexions.


                                                                        • Webes Webes 14 mai 2007 19:31

                                                                          Vraiment, certain sont de pire en pire ! Mettre sous tutelle les gens qui touchent les minimas sociaux. Pourquoi ne pas les marquer aussi, pour que les autorites ou vigiles les reconnaissent s ils echappent sans autorisation vers un Darty ou un Carrefour.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Frodon

Frodon
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès