• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Economie > Les mini-réacteurs et l’avenir de l’industrie nucléaire (...)

Les mini-réacteurs et l’avenir de l’industrie nucléaire française : en marche vers le désastre ?

Au mois d'octobre 2021, le Chef-Bien-Aimé de notre " start up nation " nous a une nouvelle fois démontré son omnipotence, quittant un moment la microbiologie pour nous annoncer l'avenir de la technologie électronucléaire. En l'occurrence, il s'agit des SMR, qui dans l'acception actuelle signifie « Small Modular Reactor », soit « petit réacteur modulaire », qu'il qualifie de "technologies de rupture". Un terme particulièrement mal choisi, à deux titres. Non seulement les mauvais esprits se souviendront que la "rupture du circuit primaire" est l'accident de réacteur redouté d'entre tous, mais aussi parce que, concernant le projet français en cours, baptisé "Nuward", on ne peut en aucun cas parler de "rupture technologique".
 
Voici comment il nous vend le projet :
"L'objectif numéro un, c'est de faire émerger en France, d'ici 2030, des réacteurs nucléaires de petite taille innovants, avec une meilleure gestion des déchets". [...] Les SMR sont "beaucoup plus modulaires et beaucoup plus sûrs" [...] permettant "améliorer toujours la sûreté en baissant les coûts".
 
On pourrait s'enthousiasmer de cette annonce, malheureusement, le fait qu'elle soit prononcée par un homme qui a livré nombre d'entreprises stratégiques françaises aux capitalistes états-uniens doit nous pousser à la vigilance...
 
Je vois beaucoup de confusions dans le grand public autour des « SMR ». Il existe des réacteurs de petite taille depuis les années 50, conçus pour une variété d'usages, essentiellement des réacteurs de recherche et des réacteurs de propulsion navale. Nous parlons ici de réacteurs électrogènes, destinés à se raccorder à un réseau de distribution.
 
Il existe de nombreux projets SMR dans le monde, à divers niveaux de maturité. Deux en particulier ont une certaine notoriété, l'américain Nuscale et la centrale flottante russe Akademik Lomonosov. Les chances de succès du projet américain sont vraisemblablement faibles. Plusieurs investisseurs et partenaires ont quitté le projet, qui ne parait pas très réaliste. La centrale russe est opérationnelle depuis 2019. Ce n'est en rien une première, de tels systèmes ont existé dans le passé. Il faut garder à l'esprit qu'elle répond à un besoin très spécifique, qui est l'exploitation des ressources en arctique. D'autre part, il s'agit en fait de deux réacteurs de propulsion accolés, générant une puissance totale relativement faible, dans les 70 MWe. Le projet français reprend cette disposition, deux réacteurs inspirés des techniques des réacteurs de propulsion, mais avec une puissance totale de 340 MWe, soit environ 4 fois moins que la moyenne des réacteurs français en exploitation.
 
Il y a un « dilemme » autour du projet français. Si on admet la pertinence du concept SMR, l'offre paraît la plus rationnelle par rapport à ses concurrents. Le problème est bien celui de la pertinence du concept même.
 
Ce qui différencie une centrale Nuward des réacteurs français classiques, outre sa taille, est la disposition du circuit primaire, intégré dans une cuve fermée, disposition classique des réacteurs de propulsion. La filière retenue reste la même, réacteur à eau pressurisé. Elle dispose de systèmes de sécurité passifs (c-à-d ne nécessitant pas d'alimentation électrique), plus aisés à mettre en oeuvre à cette échelle, la classant dans les réacteurs de génération 2+ ou 3, selon les chapelles. Contrairement à certains de ses concurrents, le réacteur utilise du combustible à taux d'enrichissement « standard » (< 5% ), comme les centrales classiques.

 JPEG

Concept du réacteur Nuward (Crédit image : TechnicAtome), la cuve contient le réacteur et le circuit primaire.
PNG
A comparer avec un réacteur classique (en rouge) et son circuit primaire.
 
 
J'ai écouté attentivement un grand nombre de conférences d'ingénieurs du CEA, de TechnicAtome, de la Sfen (Société française d'énergie nucléaire), etc, et compulsé toute la documentation que j'ai pu trouver. J'y ai trouvé surtout un embarras certain lorsqu'il s'agit d'argumenter sur les qualités du concept. C'est une politique officielle, de l'argent a été investi par l'état, ils obéissent aux ordres, mais globalement, il semble que tous cherchent à se convaincre, mais n'y croient pas beaucoup.
 
Et pour cause, dans une perspective purement technologique, le concept est une hérésie, et ses avantages supposés s'écroulent presque tous lorsqu'on les passe au crible. Du point de vue de « l'économie réelle » rien à attendre non plus. Les seuls satisfaits dans l'affaire sont ceux de « l'économie fictive », la nouvelle métastase du capitalisme, la finance. C'est, je pense, la clef de l'affaire. Dans tous les groupes industriels, nous avons vu ces dernières années une prise de pouvoir des financiers aux dépens des ingénieurs. C'est dans ce contexte uniquement que je trouve des arguments en faveur des SMR.
 
Quels sont les bénéfices annoncés de cette nouvelle approche ?
  • Une plus grande sécurité.
  • Une baisse des coûts grâce à la production des réacteurs hors site, en atelier, et une potentielle production en série.
  • Des chantiers plus « maîtrisables » par leur moindre échelle.
  • Les avantages de la « modularité ».
  • Une meilleure gestion des déchets.
  • Des coût d'investissement plus faibles. 
Une plus grande sécurité.
C'est dans ce domaine qu'on trouvera les rares avantages crédibles du concept. La sécurité passive en est un, indéniable. L'architecture très compacte, un meilleur confinement du réacteur est, en partie, un argument. Cependant, l'intégration du circuit primaire dans la cuve ne permet pas de visites d'inspection, ce qui constitue un risque. Reste un argument tautologique, puisque c'est plus petit, même en cas d'accident, les conséquences seront moindres. La potentielle dissémination de réacteurs plus nombreux sur un territoire contrebalance cet avantage. Les risques liés à la logistique du combustible, en aval ou en amont, même s'ils sont très faibles, renforcent encore ce dernier point. La « modularité », concept vaporeux, risque également de complexifier l'exploitation d'une centrale, ce qui est une source d'accident majeure.
 
Une baisse des coûts grâce à la production des réacteurs hors site, en atelier, et une potentielle production en série.
Cet argument serait pertinent s'il était établi qu'il existe un marché pour ces réacteurs, et s'il n'existait pas de concurrence. Qui sont les clients potentiels ?
 
Les zones isolées géographiquement, qui par voie de conséquence sont à priori des zones à faible densité de population. Il est peu probable que l'investissement dans une centrale nucléaire soit une solution de choix, et quand bien même, l'offre russe en particulier serait certainement mieux adaptée.
 
Les pays pauvres, ou ne disposant pas d'un réseau de distribution capable de supporter la charge d'une centrale conventionnelle. A mon sens, ce sont les mêmes, et le recours au nucléaire n'est pas compétitif face aux énergies fossiles. Contrairement à une idée reçue, la rhétorique « réchauffiste » des émissions de CO2 n'intéresse que les opinions publiques occidentales et les conférences de presse des dirigeants du monde. Dans la réalité des faits, le fossile, en particulier le charbon, est et reste la solution économique développée partout, en particulier en Chine.
Peut-on espérer une « production en série » sur un marché concurrentiel pour lequel les estimations les plus optimistes ne dépassent pas quelques dizaines d'unités ?
 
Des chantiers plus « maîtrisables » par leur moindre échelle.
Ici, le spectre des désastres de différents chantiers EPR plane. Certes, une partie des problèmes vient de la complexité du projet. Mais les causes majeures se sont révélé être des malfaçons, par manque de compétence, ce qui n'est pas directement lié à l'échelle du projet.
 
Jean-Martin Folz a imputé les difficultés rencontrées à - je le cite - « une perte de compétences généralisée ». (Commission sénatoriale)
 

Les pratiques de « management » moderne, grand apport de la dictature des financiers sur les ingénieurs, sont certainement aussi à l'oeuvre dans cette incapacité à conduire des projets. Mais il faut encore apprécier l’argument dans le contexte historique. On est en train de nous dire : ce qui a été réalisé dans les décennies 1970 et 1980, la construction en parallèle de dizaines de réacteurs de grande taille, n'est plus à notre porté. Ça en dit long sur l'état du pays. C'est le progrès...

PNG
Chronologie des chantiers du parc nucléaire français
 
Les avantages de la « modularité ».
Sur ce point, nous sombrons dans les abysses du discours marketing. Ce concept est aussi concret qu'un pet de fantôme. L'illusoire effet de série ayant été évacuée plus haut, la seule chose qu'il pourrait signifier est la capacité de rajouter des réacteurs progressivement dans un bâtiment surdimensionné à dessein. Or, ceci fait abstraction du fait que le circuit secondaire, la turbine, est dimensionné selon la capacité du réacteur. Il faudrait donc soit changer le circuit secondaire, soit en ajouter un nouveau, ce qui est absurde, nous le verrons plus tard.
PNG
 
Une meilleure gestion des déchets.
Cette assertion est un pur vœu pieux, je n'ai entendu aucun argument qui la soutient.
A vrai dire, nous le verrons plus loin, on peut parier plutôt sur le contraire.
 
Des coût d'investissement plus faibles.
Nous retrouvons ici les problématiques financières. Je tombe de ma chaise en lisant ce type d'argument. On a construit des dizaines de réacteurs en parallèle il y a des décennies, avec succès. On nous a dit qu'il y avait de la croissance économique presque continue depuis ces époques, le budget de l'état n'a cessé de croître, mais on ne retrouve plus les ressources pour faire ce qui était faisable il y a 50 ans ? Le problème du nucléaire, c'est que les délais entre investissements et bénéfices sont longs, et que les investissements sont lourds. Le parasitisme du marché, lui, exige des bénéfices quasi immédiats. Nos brillants économistes n'auraient-ils pas compris que sans énergie, tous les autres secteurs économiques s'arrêtent ? C'est encore une belle illustration que la loi de la jungle, qui se déguise sous le sobriquet plus avenant de « libéralisme », nous fait effectivement retourner dans la jungle.
 
Mais il y a pire. La génération précédente a construit des séries de réacteurs en « paliers », de 900 MWe à 1450 MWe, et aujourd'hui l'EPR vise 1650 MWe. La raison est très simple : l'écart d'effort et la quantité de matériaux et de systèmes nécessaires entre la construction d'un réacteur 900 Mwe et un réacteur de même technologie à 1450 MWe est faible par rapport au gain de production électrique. L'augmentation de la puissance des réacteurs est la clef de l'objectif poursuivi par tous les opérateurs : la réduction du coût du MW.
Or, de l'aveu même de Bernard Doroszczuk, président de l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) :
 
S'agissant du coût des SMR, le prix du mégawattheure est de cent-vingt euros, contre quatre-vingt pour celui visé par un EPR 2
 
Et ceci est encore très optimiste. Par nature, réduire la taille du réacteur, c'est augmenter le coût de production, y compris du point de vue de la physique, de la neutronique. Il est très probable que le combustible ne sera pas consommé aussi complètement que dans un gros réacteur, créant des déchets contenant encore beaucoup de matière fissile. Or, l'enrichissement de l'uranium est un facteur important dans le coût de production du MW. [Au passage ceci condamne les projets de SMR utilisant des combustibles très enrichis]. Ici, une partie du précieux matériau risque d'être gâchée, en rentrant trop tôt dans le recyclage. La gestion des déchets n'en sera que plus mauvaise. D'autre part, le rendement des turbines croit avec leur taille. Une petite turbine va encore augmenter le coût du MW produit. C'est un clou dans le cercueil de la « modularité », que j'évoquais plus haut.
 
Pour conclure, comme je le disais en préambule, la solution française me semble très pertinente, si on admet que le SMR a un intérêt. Selon moi, le SMR est une promesse d'échec industriel et de gâchis d'investissement. Ça n'a aucun intérêt en France, et sans doute très peu à l'export. Il est très possible qu'il s'agisse d'une nouvelle trahison de la présidence Macron. C'est aussi le constat de la soumission de l'état à la finance, et de la chute du niveau de compétence en France.
 
Ayant jadis travaillé dans l'industrie nucléaire, je vous livre une rumeur qui circule dans le milieu. Il est très possible que le nouveau palier EPR ne soit pas fonctionnel. Les effets d'échelles qui garantissaient la réduction des coûts de production par l'augmentation de la taille des réacteurs pourraient avoir une « limite haute » pour quantité de raisons physiques. Ça ne signifie pas que les EPR ne produiront pas d'électricité, mais qu'ils ne seront pas capables d'atteindre la puissance attendue. La conséquence serait un prix de production du MW beaucoup plus grand que celui du palier précédent. Opérer ces réacteurs risques d'être un cauchemar, pas pour des raisons de sécurité, mais vis-à-vis de la continuité de la production. Il est encore trop tôt pour le dire, je le répète, il ne s'agit que d'une rumeur. Les constructeurs chinois travaillent aujourd'hui à des projets de centrales de génération 2+, soit le palier avant l'EPR, avec quelques systèmes passifs. Il est fort probable que c'est la « bonne solution ».
 
Une explosion des coûts de production de l'électricité en France est le scénario d'avenir le plus probable.
 
NB : Etant donné l’acrimonie que le sujet du nucléaire suscite, merci de ne pas ramener Fukushima et Tchernobyl dans les commentaires, ce n'est pas le sujet. J'ai un article en cours de rédaction sur les risques du nucléaire, qui sera l'occasion d'en débattre.

Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • titi 6 décembre 2021 09:17

    @L’auteur

    « Mais il faut encore apprécier l’argument dans le contexte historique. On est en train de nous dire : ce qui a été réalisé dans les décennies 1970 et 1980, la construction en parallèle de dizaines de réacteurs de grande taille, n’est plus à notre porté. Ça en dit long sur l’état du pays. C’est le progrès... »


    Le problème est tout simple : les normes évoluent trop vite.

    Si vous mettez trop de temps à réaliser un projet, entre vos plans et la mise en route, les normes ont changé et vous devez tout reprendre.

    Et vous ne capitalisez pas votre R&D, puisque vous fabriquez toujours des têtes de série.


    Il faut des cycles courts.



    • pemile pemile 6 décembre 2021 09:29

      @titi « Le problème est tout simple : les normes évoluent trop vite. »

      Et JM Berniolles nous a bien montré que le monde du nucléaire est souvent fâché avec les normes ! smiley


    • titi 6 décembre 2021 10:35

      @pemile

      Il n’est pas fâché : il court après.


    • Trelawney Trelawney 6 décembre 2021 10:36

      @titi
      Dans les années 70 80, il y avait des sociétés comme Fives Cail Badcock, Construction métallique de Provence, Alsthom etc qui avait la main d’oeuvre compétente pour réaliser ce genre de chantier.
      Aujourd’hui toutes les plus grandes entreprise françaises de chaudronnerie ont disparu et nous n’avons plus les compétences pour fabriquer des réacteurs. Les ingénieurs c’est bien, mais il faut aussi des chaudronniers et des soudeurs.
      Sur l’EPR de Flamanville, la main d’oeuvre qualifié vient essentiellement des pays de l’Est (Allemagne Tchéquie, Pologne etc) qui ont eux conservé une industrie métallique.


    • pemile pemile 6 décembre 2021 10:39

      @titi « Il n’est pas fâché : il court après. »

      Il est très fâché et s’est souvent embourbé dans de grossiers mensonges.

      Et sur le fond, on en déduit que le nucléaire est un domaine incapable de réactivité et d’adaptation rapide ?


    • titi 6 décembre 2021 14:17

      @pemile

      « Et sur le fond, on en déduit que le nucléaire est un domaine incapable de réactivité et d’adaptation rapide ? »

      L’adaptabilité quand il y a inflation des normes, c’est faire des projets rapides capables d’aboutir rapidement entre l’étude où les normes prises en compte, et la livraison où elles seront contrôlées.

      => les mini centrales en sont la traduction.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 14:49

      @titi
      Exact. Et les gosses boites de ne plus répondre aux appels d’offres qui sont à un temps donné . Les petites boîtes de couler ..


    • titi 6 décembre 2021 16:25

      @Aita Pea Pea

      Même les particuliers qui rénovent leur maison se font avoir.
      Ils démarrent avec des normes électriques et une fois toutes les gaines en place derrière le placo, joints, peinture et finition faits, le jour du consuel, on vous apprend qu’il fallait en plus passer des câbles réseaux.


    • Jean Keim Jean Keim 8 décembre 2021 18:07

      @titi

      Je crois que les normes applicables sont fixées par la date de dépôt du permis de construire, si de nouvelles normes sortent entre temps, elles n’ont pas d’effets rétroactifs.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 8 décembre 2021 18:10

      @Jean Keim
      Norme 1501 de l’année du début de chantier.


    • Jean Keim Jean Keim 9 décembre 2021 08:36

      @Aita Pea Pea

      @Aita Pea Pea

      Vous citez une norme qui concerne la collecte de déchets, quel est le rapport ?

      J’ai travaillé dans un organisme de contrôle, plus spécialement dans la branche C.T.C. (Contrôle Technique de Construction), je donnai un avis réglementaire sur l’installation électrique, parfois même au niveau d’un avant-projet, d’autres collègues vérifiaient les autres aspects techniques (solidité, incendie, levage, ascenseurs, sécurité du public, etc.) et notre date de référence était bien la date de dépôt du permis de construire, à cette date le projet n’est pas toujours finalisé puisque les avis de conformités des différents dossiers de réalisation ne sont généralement pas encore rédigés.

      De plus la date de parution d’un texte réglementaire ou d’une norme n’est pas la date effective de mise en application. entre les deux un délai est défini, généralement un an.

      Mais peut-être que dans le domaine du nucléaire c’est un peu spécial, néanmoins si à la date du premier coup de pelle, la réglementation a évolué et qu’il faille modifier les études, cela me semble ingérable...


    • Gégène Gégène 6 décembre 2021 09:45

      Il serait intéressant de se pencher sur le nouveau réacteur chinois à sels fondus.

      ce réacteur est expérimental mais le principe est très prometteur. on pourra le faire construire par ces chinois en échange de charentaises made in France . . .


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 10:09

        @Gégène
        Il n’y a aucun mystère sur ce qu’est l’avenir de la filière : thorium, surgénérateurs, incinérateurs. C’est la problématique du combustible qui l’impose.


      • Gégène Gégène 6 décembre 2021 10:38

        @Opposition contrôlée

        Astrid, reviens !


      • Belpère 6 décembre 2021 09:57

        Portrait d’ E.M. Instructif !!!!!!

        https://youtu.be/TCGrCzLpwxc


        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 10:18

          @Belpère
          Vous êtes de Loches ? On a déjà du vous la faire.


        • Trelawney Trelawney 6 décembre 2021 10:26

           L’augmentation de la puissance des réacteurs est la clef de l’objectif poursuivi par tous les opérateurs : la réduction du coût du MW.

          Quelle est la différence du cout de construction d’un SMR par rapport à une EPR ? Je suis certain que le cout du MW est en faveur du SMR. De plus il existe une variable que l’auteur de l’article n’a pas mentionné : A aujourd’hui on ne sait pas construire un EPR en maitrisant les délais et le budget.

          Lorsque l’on regarde le schéma du réacteur nucléaire, il y a un petit croquis dont l’auteur ne parle pas : le catenaire. Et oui, il faut transporter l’électricité vers les zones de consommation. Et avec les gros réacteurs isolés géographiquement, il faut beaucoup de catenaires pour transporter le courant. C’est pour cela que l’on a des zones comme la Provence ou la Bretagne (qui sont ni isolées, ni sous peuplées), sont très mal desservies et un SMR leur serait très utile.


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 10:36

            @Trelawney

            cout de construction d’un SMR

            J’ai répondu à ça : le problème de l’EPR est un problème de maîtrise d’oeuvre, de perte de compétence. Il n’a aucune raison qu’il soit résolu en changeant de réacteur.

            « Isolé géographiquement », ça n’existe pas en France métropolitaine. Le réseau est déjà installé et parfaitement maillé.


          • Trelawney Trelawney 6 décembre 2021 10:41

            @Opposition contrôlée
            Dans le process industriel, il est plus facile de fabriquer un réacteur dans une usine et de le transporter sur une barge que d’amener les pièces sur un chantier et de construire sur place.
            C’est valable pour la qualité de construction et aussi pour son cout.

            Pour ce qui est du réseau : il est maillé avec les importation de courant et comme la consommation d’électricité va en augmentant, il n’est pas certain que ce maillage déjà très obsolète fonction dans l’avenir. Des coupures de courant en Bretagne et dans les Alpes Maritime ca existe lors de période de grand froid ou de sécheresse. Et c’est essentiellement du à la fragilité du réseau.


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 11:02

            @Trelawney

            plus facile de fabriquer un réacteur dans une usine

            Certes, mais c’est marginal. 

            ce maillage déjà très obsolète

            Je vous laisse la responsabilité de cette assertion. La qualité de service passe par le réseau, la décentralisation de la production ne solutionne rien. Les coupures ça existe, on ne peut pas se plaindre en France. Voyez les USA. 


          • Gégène Gégène 6 décembre 2021 11:16

            @Trelawney

            bonne nouvelle : des barges, on n’en manque pas !


          • CN46400 CN46400 6 décembre 2021 14:08

            @Trelawney
            La fragilité d’un réseau dépend de sa longueur. La Bretagne et les Alpes Maritime payent l’absence de chaudières dans la zone, because Plogoff en Bretagne et la prudence des décideurs par rapport à la séismicité des Alpes...


          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 14:19

            @CN46400
            J’avais oublié Plogoff. Merci de ce rappel. 


          • exocet exocet 6 décembre 2021 15:41

            @Trelawney
            Bonjour, j’habite en Provence, la provence est sous-peuplée et sous-consomme, nous avons des chutes d’eau et des barrages hydro-électriques, des centrales thermiques, alors ta cocotte-minute nucléaire à vapeur, conçue et construite par les pistonnés sous-doués d’EdF qui ne savent plus faire un réacteur, tu te la mets dans ton c.. on n’en veut pas.


          • Esprit Critique 6 décembre 2021 10:44

            Le mini réacteur est une propostion de Macron sortie d’un chapeau.

            Apres la culture Française qui n’existe pas, la France coupable de crime contre l’humanité, Le mini Réacteur pourrait paraitre d’une importance toute relative, mais un pervers qui fonce téte baissée dans le quoi qu’il en coute me semble Infiniment dangereux.


            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 11:08

              @Esprit Critique

              Le mini réacteur est une propostion de Macron sortie d’un chapeau.

              Y’a un effet de mode mondial sur le sujet. C’est surtout une nouvelle pompe à subvention, pour des boites bidons (start up) qui ne produiront que des images de synthèse et du marketing. 

            • nono le simplet nono le simplet 6 décembre 2021 10:45

              chez EDF on court partout et dans tous les sens comme un papillon de nuit ébloui par la réalité et poussé par la panique financière ...

              éoliennes off shore énormes d’un côté mais demandant une prise en charge financière obsolète et maintenant les mini centrales nucléaires ... fatalement moins rentables et statistiquement plus dangereuses ...

              en 2050 on aura la fusion ... et on rasera gratis ... aucun doute ...

               


              • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 13:19

                @nono le simplet

                fatalement moins rentables

                Oui.

                et statistiquement plus dangereuses

                Pas dans la catégorie des réacteurs à eau pressurisée électrogène. Les petits réacteurs qui ont mal tourné sont souvent des trucs exotiques.


              • Eric F Eric F 12 décembre 2021 18:50

                @nono le simplet
                « en 2050 on aura la fusion ... et on rasera gratis ... aucun doute ... »
                La maîtrise des réacteurs à fusion nucléaire était annoncée comme imminente dans les années 70, au point que certains préconisaient d’arrêter de construire des centrales classiques. Mais depuis, le délai recule de quinze ans tous les dix ans....


              • pierrot pierrot 6 décembre 2021 11:11

                Il existe une cohérence dans la politique nucléaire en France :

                 1958-1960 environ : réacteur UNGG à uranium naturel graphite/gaz

                 1960 à 2025 : réacteur PWR avec les paliers 900, 1300, 1450 et 1650 MW

                 2025-2040 : réacteurs de troisième génération plus sécurisant type EPR

                 2040 2080 : réacteurs à neutrons rapides (dits surgénérateurs)

                Les réacteur dit SMR dérivent des réacteurs réalisés pour la marine (sous marins et porte avion).

                Ils sont essentiellement destinés aux pays n’ayant pas une infrastructure électrique très insuffisante, ou pour les zones désertiques, ou pour des sites isolés, ou pour produire de l’hydrogène « vert » (électrolyse à haute température, ou plus le chauffage dans les zones froides etc.).

                Bien sur, les SMR seront plus chers par KWH que les EPR (peut être 120 euros au lieu de 60 euros) mais le prix pour ces usages spécifiques n’est pas le facteur principal.

                C’est un produit d’exportation pour la centaine de pays n’ayant pas encore de réacteur nucléaire.

                Le délai de réalisation court par production standard massive.

                Une dizaine de pays se lancent dans cette voie d’avenir.

                Comme tous les projets, tant au CEA, EDF, ORANO il y a des partisans enthousiastes et des opposants.

                Bien évidemment, les écologistes anti nucléaires s’y opposent.


                • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 13:22

                  @pierrot
                  Vous lisez les articles avant d’y faire des commentaires ?

                  C’est un produit d’exportation pour la centaine de pays n’ayant pas encore de réacteur nucléaire.

                  On installe pas du nucléaire comme on installe une machine à laver. Il faut que le pays ai des autorités de sûreté, des techniciens compétents etc. 

                   le prix pour ces usages spécifiques n’est pas le facteur principal

                  Quand le nucléaire est en concurrence avec d’autres moyens de production, ça l’est.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 décembre 2021 14:01

                  @Opposition contrôlée
                  Vous lisez les articles avant d’y faire des commentaires ?

                  à vrai dire c’est pas tellement la peine, tout est expliqué dans l’introduction.


                • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 14:05

                  @Olivier Perriet
                  On se passera de tes contributions.


                • pierrot pierrot 6 décembre 2021 14:31

                  @Opposition contrôlée
                  Bien évidemment, il est indispensable que chaque pays dispose d’une autorité nucléaire qui est une priorité nationale.
                  C’est pourquoi, les petits réacteurs de 170 MW ne seront pas exportés avant 2040 au mieux.

                  Dans les déserts, par exemple l’exploitation des mines de cuivre ou de phosphates dans le nord du Chili il est irréaliste de faire fonctionner des grosses usines chimiques avec de l’éolien etc.
                  C’est pourquoi, de nombreux pays dans le monde sont plus intéressés par les petits réacteurs SMR de 170 MW que par de gros réacteurs de type EPR de 1650 MW.


                • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 14:43

                  @pierrot
                  Ca va être pratique à refroidir, un réacteur au milieu du désert. 

                  Quant au Chili... 

                  Le Chili est un grand habitué des secousses sismiques, c’est le pays où elles sont les plus fréquentes et parmi les plus violentes.

                  Une idée de génie. Vous pourriez être conseillé de Macron.

                • pierrot pierrot 6 décembre 2021 15:34

                  @Opposition contrôlée
                  De nombreux réacteurs fonctionnent dans les pays secs car le refroidissement se fait en circuit fermé avec des aéro refrigerants et les SMR demandent peu de frigories surtout à proximité d’un océan qui est une grande masse d’eau !


                • sylvain sylvain 7 décembre 2021 12:46

                  @pierrot
                  De nombreux réacteurs fonctionnent dans les pays secs

                  jamais entendu parler d’une centrale qui n’ai pas besoin d’un gros fleuve ou d’une mer. Vous auriez des exemples ??


                • Le421... Refuznik !! Le421... Refuznik !! 6 décembre 2021 13:25

                  Comme pour tout, il faudra attendre un accident majeur pour que les gens réagissent.

                  Du moins, tous les idiots convaincus de l’éternité d’une réalisation humaine.

                  Même les pyramides se sont usées. Des tas de pierres inertes.

                  Et pas d’éoliennes, surtout !! Quand à l’uranium, d’où il vient, OSEF !!


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 décembre 2021 14:01

                    @Le421... Refuznik !!

                    Melenchon, au secours !


                  • pierrot pierrot 6 décembre 2021 15:37

                    @Le421... Refuznik !!
                    L’uranium est un élément très rependu dans l’écorce terrestre : Canada, Australie, Kazakhstan etc.


                  • sophie 6 décembre 2021 17:34

                    @pierrot
                    Il y en a même dans le Limousin mais on va le chercher au Nigeria, allez comprendre Charles.


                  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 17:35

                    @sophie
                    Il n’est pas rentable à exploiter en France. Les concentrations sont trop faibles.


                  • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 02:34

                    @Opposition contrôlée
                    ca nous a laissé tout un tas de sites pollués.


                  • sylvain sylvain 7 décembre 2021 12:49

                    @Le421... Refuznik !!
                    Comme pour tout, il faudra attendre un accident majeur pour que les gens réagissent.

                    Pas si sur, il y en a déja eu deux, et il ne me semble pas que le japon ai fermé une seule centrale, a part les réacteurs qui ont explosés bien sur


                  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 12:57

                    @sylvain
                    A proprement parlé, les réacteurs de Fukushima n’ont pas explosé. Si vous êtes surpris par cet assertion, j’imagine que oui, patientez jusqu’au prochain article. Le seul réacteur qui a explosé c’est celui de Tchernobyl.


                  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 13:00

                    @Matlemat
                    Personne ne vaut avoir une mine près de chez soi.


                  • Patrick Samba Patrick Samba 7 décembre 2021 13:38

                    @Opposition contrôlée
                    « A proprement parlé, les réacteurs de Fukushima n’ont pas explosé » :
                    je vous suggère de lire avec beaucoup d’attention ce blog : Fukushima 福島第一 - Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde., avant de vous lancer dans la publication de votre article. Apparemment son auteur ne partage pas votre opinion.


                  • sylvain sylvain 7 décembre 2021 17:23

                    @Opposition contrôlée
                    il a explosé comme une cocotte, pas comme une bombe, mais c’est quand même un peu une explosion non ??


                  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 17:58

                    @sylvain
                    C’est pas les réacteurs qui ont explosé. C’est l’accumulation d’hydrogène entre l’enceinte de confinement et la superstructure légère du toit des bâtiments. Il y a beaucoup de confusions  entretenues  sur l’événement, tout comme les parallèles scabreux, à tout propos, avec Tchernobyl. C’est pour ça que je ferai un article dédié à ces sujets. Le problème c’est qu’il n’y a rien, ou pas grand chose, entre le rapport technique de 800 pages, et les âneries de militants zélés qui mélangent tout. Il n’épargnera pas non plus les zélotes nucléaristes.


                  • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 22:36

                    @Opposition contrôlée
                    Dans ma région il y en a plein, aujourd’hui on pollue ailleurs.


                  • Patrick Samba Patrick Samba 8 décembre 2021 17:52

                    @Opposition contrôlée
                    "C’est pas les réacteurs qui ont explosé. C’est l’accumulation d’hydrogène entre l’enceinte de confinement et la superstructure légère du toit des bâtiments"

                    Ne serait-ce pas du même style que : ce n’est pas la bombe qui a explosé c’est la poudre, ce n’est pas le réservoir qui a explosé ce sont les vapeurs d’essence, etc... ?

                    Qu’est-ce que vous entendez par réacteur ? Parce que le réacteur est un ensemble. Composé de plusieurs éléments. Parmi lesquels cuve, générateur de vapeur, circuits de refroidissement, enceinte de confinement, turbine et condenseur, etc, etc... et aussi le toit du bâtiment...


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 décembre 2021 14:00

                    Donc, pour synthétiser :

                    « Macron : caca » ;

                    « la France tombe »

                    « l’offre russe c’est géniaaaal »

                    Pourquoi se donner autant de mal, quand trois phrases suffisent !


                    • sylvain sylvain 7 décembre 2021 12:53

                      @Olivier Perriet
                      « l’offre russe c’est géniaaaal »

                      je ne crois pas que l’arfticle parle de nationalisme vous savez, c’est plutot votre obsession a vous


                    • zygzornifle zygzornifle 6 décembre 2021 14:53

                      Avec les EPR on n’est pas prêt de recharger son téléphone,

                      le fait d’en parler sans encore en construire on a déjà perdu des milliards.


                      • exocet exocet 6 décembre 2021 15:53

                        Concevoir un modèle de petit réacteur nucléaire fiable, sûr, économique et performant est aussi difficile que de concevoir un gros réacteur fiable, sûr, économique et performant.

                        .

                        Chez EdF on ne sait plus faire depuis 20-30 ans, c’est à dire le départ à la retraite des anciens gestionnaires ingénieurs et techniciens, et leur remplacement, chômage massif oblige, par des pistonnés fils de personnalités qu’il fallait caser.

                        .

                        Ce n’est pas pour rien que, depuis cette époque, EdF est appelé, dans les milieux industriels, « le Pôle Emploi des fils à papa »...

                        .

                        La rigueur, l’intelligence, la technicité, la compétence ne s’inventent pas.

                        .

                        EdF n’a plus beaucoup de personnels possédant ces qualités, et a donc été incapable de concevoir des EPR simples, et de les fabriquer, incapable aussi de prévoir puis respecter un budget.

                        Essayer de faire des petits réacteurs dans un environnement très concurrentiel est tout bonnement impossible pour une entreprise comme l’EdF d’aujourd’hui...


                        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 16:22

                          @exocet
                          C’est pas EDF qui conçoit et construit les réacteurs. Cependant il y a assurément du vrai dans vos propos.


                        • pierrot pierrot 6 décembre 2021 18:25

                          @exocet
                          EDF est un « ensemblier » la conception des réacteurs résulte du CEA et de Framatome, puis d’AREVA NP qui ensuite a été phagocyté par le nouveau Framatome.

                          Mais c’est globalement exact que les compétences des ingénieurs a été en partie perdu par les départs en retraite des meilleurs.
                          C’est identique aux USA (Westinghouse) et aussi au Japon.
                          Les plus performants sont actuellement les Russes et les Chinois. 


                        • BHEL 8 décembre 2021 11:03

                          @pierrot
                          excuses moi mais ensemblier n’existe pas
                          quand au reste de ton texte rien à dire
                          il me parait assez clair


                        • TonyMalt 6 décembre 2021 17:11

                          Tout ce qui ne s’arrête pas tout seul et sans casse quand on « coupe le courant » n’est ni fiable, ni sûr et ce, d’autant plus que les dégâts seraient gigantesques.

                          Hugh !


                          • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 17:36

                            @TonyMalt
                            C’est pour ça que le projet en question a des sécurités passives.


                          • JMBerniolles 6 décembre 2021 17:59

                            Il y a quelques vérités dans cet article, mais il passe totalement à côté des causes véritables qui amènent ces réacteurs nucléaires modulaires sur le devant de la scène. Et quelques méconnaissances comme le fait d’ignorer que le passage de la diffusion gazeuse à l’ultracentrifugation a énormément diminué le coût et les contraintes de l’enrichissement.

                            1. la cause première est le fiasco de la « transition énergétique » que l’on peut qualifier d’idéologique et de financièreAvec la véritable bouffonnerie qu’est la perspective d’une électricité provenant entièrement des éoliennes et du photovoltaïque en 2050. Combiné à l’arrêt de réacteurs nucléaires en Allemagne et en France et aux blocages du chantier de l’EPR de Flamanville c’est une puissance électrique sûre et stable de l’ordre de 10.000 MWe qui manque actuellement aux réseaux électriques interconnectés européens. Ceci ne peut être compensé que par les chaudières à Gaz et à Charbon. L’incompétence de gouvernants a conduit à confier sans contrôle la gestion des approvisionnements et stockages en Gaz naturel à des compagnies privées, d’où le problème actuel renforcé par le choix de l’Allemagne de retarder la mise en service de Nord Stream 2, que ce pays va sûrement compléter par l’arrêt de ses derniers réacteurs nucléaires (qui assurent actuellement encore plus de 15% de sa production d’électricité) l’année prochaine.
                            2. On voit mal dans ces conditions comment éviter un Black out électrique majeur. Que le pouvoir essaiera d’attribuer au nucléaire bien évidemment, sans garantie (contrairement à ce que l’on pense la majorité des français ne sont pas anti nucléaire)

                             Dans ces conditions d’échec à forte résonnance politique, le nucléaire s’impose à nouveau comme la solution dans le contexte actuel qui peut s’étendre sur des dizaines d’années. La référence au SMR provient avant tout du nécessaire retournement de veste d’un monde politique essentiellement anti nucléaire.

                            La véritable solution serait de faire redémarrer les réacteurs nucléaires de Fessenheim et de débloquer le chantier de l’EPR de Flamanville afin qu’il rejoigne ses frères chinois de Taishan pour produire de l’électricité.

                            La référence aux SMR est une pure manœuvre politique. On ne va pas couvrir notre territoire de SMR. Et notre réseau électrique est adapté aux fortes unités de puissance électrique. Les champs éoliens et photovoltaïques ont conduit à des évolutions pour prendre en charge cette production disséminée, mais c’est insuffisant et extrêmement coûteux.

                            Les SMR sont destinés à des applications particulières, lieux isolés et hostiles, préservation de l’environnement visuel....  Ils offrent aussi des avantages au niveau de la sûreté , mais on a fait beaucoup d’efforts et d’investissements pour l’amélioration de la sûreté des réacteurs nucléaires du Parc actuel (qui peut fonctionner jusqu’à 60/80 ans) et l’EPR a été conçu dans l’optique d’une sûreté optimale.


                            Remarque. Depuis des décennies nos gouvernants ont détruit notre Industrie, notre Agriculture et notre Pèche, pas seulement l’Industrie nucléaire qui a plutôt mieux résisté que le reste. Il nous faut un véritable programme de reconstruction de notre pays, particulièrement de sa production, mais aussi de son Enseignement, de sa Recherche. Et des coopérations. Dans le domaine du nucléaire c’est avec la Russie qu’il faut s’associer. 


                            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 18:47

                              @JMBerniolles

                              Et quelques méconnaissances sur le fait d’ignorer que le passage de la diffusion gazeuse à l’ultracentrifugation a énormément diminué le coût et les contraintes de l’enrichissement.

                              J’imagine que vous dites ça en référence à :

                              Or, l’enrichissement de l’uranium est un facteur important dans le coût de production du MW.

                              Je fais référence au fait que le SMR sera probablement moins capable de consumer le combustible complètement. Je suis très conscient de l’économie qu’offre la centrifugation. 

                            • JMBerniolles 6 décembre 2021 19:48

                              @Opposition contrôlée

                              Merci pour votre réponse

                              Oui, suivant la géométrie il peut y avoir un problème de neutronique. On peut être obligé d’utiliser un taux d’enrichissement supérieur....  


                            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 6 décembre 2021 20:00

                              @JMBerniolles
                              Pour vous répondre plus complètement, ce que je j’essaye de dire dans cet article, c’est qu’on écoute plus les ingénieurs.

                              Evidemment, la fumisterie des « moulins à vent » nous condamne à des pénuries d’électricité. 

                              Des financiers nocifs ont accaparé les circuits de décision, ils sont tout puissant, et ne vivent que dans l’immédiat de leur pseudo-science du marché et ses incantations. Ils ruinent les industries, et s’en vont avec de juteuses primes qu’ils se distribuent entre-eux.

                              Il faut que les ingénieurs investissent la question économique et politique, si on veut stopper le massacre.


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 20:09

                              @Opposition contrôlée
                              Exact. Plus de Xmines et autres Arts et métiers...que des sciences molles...on est mal patron , on est mal ...


                            • Jean-Claude BARESCUT 7 décembre 2021 10:23

                              @JMBerniolles
                              Assez d’accord avec toi (je suis un de tes anciens collègues). Il s’agit d’une diversion politique typique. Ces petits réacteurs ne sont en rien la solution si ce n’est celle de botter en touche et de ne rien faire dans l’immédiat. Rien n’interdit bien sûr d’étudier des concepts plus innovants mais pour l’heure les PWR sont une excellent solution. Il est d’ailleurs dommage qu’on ait au lancement de l’EPR pratiqué la fuite en avant politique en voulant franchir un pas supplémentaire par rapport au N4 qui pouvait simplement être amélioré à la marge. Mais les lubies écologistes faisaient déjà rage à l’époque et il fallait mettre l’accent sur la transmutation des MOX qui conduisait à complexifier les réacteurs et le cycle plutôt que au contraire le simplifier.


                            • Patrick Samba Patrick Samba 7 décembre 2021 11:35

                              @Opposition contrôlée
                              « en marche vers le désastre » ?
                              Pourquoi ça ne l’était pas avant ???
                              S’il y avait volonté d’une référence à la start-up présidentielle il fallait écrire : « En Marche vers le désastre », non ?

                              Autre chose : partant du principe qu’une certaine conversation ne vous a sans doute pas échappé sur l’article de Matthieu Stelvio du 15 novembre, vous faites comme si elle n’avait pas eu lieu ? C-a-d que vous consentez à avoir une conversation anodine avec un ancien ingénieur responsable de la sureté nucléaire qui s’avère avoir possiblement trempé dans un probable attentat à propos duquel on ne peut raisonnablement pas affirmé comme il l’a fait qu’il ne pouvait avoir aucune conséquence sur l’environnement, et donc le biologique environnant, humain compris ?
                              Parce que c’est la conclusion à laquelle on peut malheureusement aboutir après cette « conversation ».
                              Berniolles a en effet plus qu’implicitement avoué connaitre les conditions d’un probable attentat sur le 1er PWR de France (1er ou 2è puisqu’il a affirmé qu’il y a un 2è réacteur enterré à Chooz ! Un nouveau mensonge de sa part ou une dissimulation inouïe de la nucléocratie française ??).
                              Cette phrase est plus qu’implicite en effet : « Expliquez vous même ce qui s’est passé de terrible à la centrale nucléaire de Chooz sur le réacteur n°2... ? Précisons qu’il n’y avait absolument aucun risque de rejet de radioactivité dans l’environnement ».
                              Et concernant ce probable attentat donc, pour pouvoir affirmer avec une telle assurance qu’il n’y avait aucun risque il n’est donc pas impossible qu’il y ait participé ou au moins apporté sa caution morale ou son assentiment ultérieur...
                              Bref un aveu d’une très grande gravité énoncé ici en public sur Agoravox.


                            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 12:03

                              @Patrick Samba

                              une certaine conversation ne vous a sans doute pas échappé

                              Si. J’aime pas trainer sur les articles où c’est la foire d’empoigne. ni les attaques ad hominem.

                              une dissimulation inouïe de la nucléocratie française

                              C’est tout l’Etat qui marche comme ça. Les rapports parlementaires sur le diesel cancérigène ont eux aussi été pieusement enterrés pour des raisons économiques et industrielles. Ca marche pour tout : le fluor dans le dentifrice, les médicaments pourris, l’aluminium et le titane dans les cosmétiques. Je vous parle même pas du délire sanitaro-vaccinale contemporain, qui je pense est le paroxysme du phénomène. Dans tous les cas ce n’est pas mon sujet ici, ce sera pour le prochain, comme j’indiquais.

                              Sachez-le, dès qu’on fréquente le milieu du nucléaire, on se constitue un répertoire d’anecdotes plus ou moins glaçantes racontés par les collègues. Tout ce sait, mais tout le monde n’est pas capable d’apprécier l’information, c’est pourquoi ça ne circule pas chez les « profanes ». 


                            • Patrick Samba Patrick Samba 7 décembre 2021 12:30

                              @Opposition contrôlée
                              « ni les attaques ad hominem » ; ah, et vous faites comment pour obtenir des informations des présents aux premières loges qui fanfaronnent sans la moindre réticence, qui affichent une arrogance sans limite, et quand le mensonge est une manière d’être, une seconde nature dans ce monde-là ?


                            • JMBerniolles 7 décembre 2021 14:17

                              @Jean-Claude BARESCUT

                              Je me souviens très bien de toi Jean-Claude et je te retrouve avec plaisir.
                              Si cela te dit d’être sur une liste de diffusion d’informations, de points de vue et d’actions concernant le nucléaire civil, dis le moi.

                              En tant qu’ancien de la Météorologie tu as sûrement une opinion sur la question du Climat  ? 


                            • pierrot pierrot 7 décembre 2021 15:08

                              @Jean-Claude BARESCUT
                              Il est prévue, à terme de 2025, de réaliser en France de 6 à 14 réacteurs EPR de 1650 MW pour les nouveaux besoins et 1 réacteur SMR de démonstration


                            • Patrick Samba Patrick Samba 7 décembre 2021 18:54

                              @Opposition contrôlée
                              "Sachez-le, dès qu’on fréquente le milieu du nucléaire, on se constitue un répertoire d’anecdotes plus ou moins glaçantes racontés par les collègues. Tout ce sait, mais tout le monde n’est pas capable d’apprécier l’information, c’est pourquoi ça ne circule pas chez les « profanes »« 

                              Et qu’est-ce qui vous empêche d’en parler puisque vous intervenez sous pseudo et dans un média »citoyen" ??? Ainsi il y aurait un peu plus de chance que ça circule chez les profanes !!...


                            • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 8 décembre 2021 11:00

                              @Patrick Samba
                              Je n’ai fait que passer, je n’y est pas fait carrière. Les plus « gros trucs » que j’ai entendu sont sortis dans la presse depuis.


                            • Jean-Claude BARESCUT 8 décembre 2021 20:03

                              @JMBerniolles
                              J’essaie de suivre l’actualité du nucléaire. Tu peux me rajouter sur la liste (mon email perso jcb@brinstar.net). Pour le climat, en tant qu’ancien de la meteo et surtout en tant qu’ancien bidouilleur de modèles, j’ai une confiance très limitée dans ceux-ci ! Je n’ai pas l’impression que le climat change sensiblement, je ne suis pas persuadé que nous devions d’urgence arrêter l’usage des fossiles et je crois fermement que nous avons des possibilités d’adaptation « technique » (dont le nucléaire bien sûr) sans revenir à la frugalité. Enfin je crois fermement que la grande peur du changement climatique est largement instrumentalisée par ceux qui y voient un moyen d’aller vers une gouvernance mondiale n’ayant pas à se soucier de la sanction des électeurs nationaux ! Bref je suis un affreux climatosceptique !


                            • JMBerniolles 9 décembre 2021 14:43

                              @Jean-Claude BARESCUT

                              Merci pour ta réponse. Je suis totalement en phase avec toi sur le Climat.
                              Ces derniers temps le Climat planétaire est lié aux phénomènes El Niño et La Niña dont l’occurrence s’accélère.

                              Il est évident qu’il y a une exploitation politique de ce thème du Climat à des fins partisanes.
                              Amicalement
                              JM


                            • Eric F Eric F 12 décembre 2021 19:04

                              @Jean-Claude BARESCUT
                              "Il est d’ailleurs dommage qu’on ait au lancement de l’EPR pratiqué la fuite en avant politique en voulant franchir un pas supplémentaire par rapport au N4 qui pouvait simplement être amélioré à la marge"

                              Si l’on avait effectivement continué sur la lancée de la technologie précédente, on aurait gardé la main au niveau technologique et industriel. Désormais on a perdu le savoir-faire, et on s’embourbe dans un chantier sans fin.
                              On finira par acheter des centrales chinoises....


                            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 décembre 2021 19:56

                              Quid du personnel de cette dissémination ? En sécurité , et surtout en sûreté... Faut des ingénieurs et des techniciens hautement qualifiés pour gérer , et ce h24 , 7/7 .


                              • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 02:38

                                @Aita Pea Pea
                                Pas plus que dans un sous-marin nucléaire.


                              • zygzornifle zygzornifle 7 décembre 2021 08:48

                                @Aita Pea Pea

                                 On mettra un énarque a la tête des réacteurs et on aura rapidement une fusion des réacteurs (Syndrome Chinois) qui s’enfoncera jusqu’au noyau de la terre .... 


                              • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 02:31

                                On nous disait que de faire des réacteurs plus gros comme l’EPR c’était plus sûr et moins cher, on nous aurait menti ?


                                • zygzornifle zygzornifle 7 décembre 2021 08:45

                                  Mini réacteurs = maxi couts de construction = maxi retards de mise en service et de facture qui s’allonge = maxi cout de Kw/h pour les consommateurs .....


                                  • chantecler chantecler 7 décembre 2021 09:00

                                    L’auteur me fait rire en déclarant que le problème des EPR ce sont des « malfaçons » liées à un manque de compétence des fabricants .

                                    Une paille !

                                    La conception d’une centrale nucléaire sur le papier et sa réalisation potentielles sont liées .

                                    Et si on demande à certains matériaux certaines qualités dont une certaine résistance aux radiations et aux pressions/températures , c’est peut être lié au projet lui même et à sa façon de fonctionner .

                                    Sur le papier par exemple la fusion nucléaire contrôlée c’est très attirant .

                                    Mais techniquement ça pose des problèmes aujourd’hui quasi insolubles .

                                    Va t’on raconter que ce sont les fabricants qui ne sont pas à la hauteur ?

                                    Désolé mais la technique compte autant qu’un projet théorique .


                                    • LeMerou 9 décembre 2021 06:12

                                      @chantecler

                                      L’Auteur n’a pas tort tout de même au niveau des malfaçons, elles sont hélas bien réelles.

                                      « La conception d’une centrale nucléaire sur le papier et sa réalisation potentielles sont liées »
                                      J’ai au début de mon parcours professionnel, participé (certes infiniment peu) à la partie papier et bien après à une partie réalisation.
                                      Je n’ai qu’un seul mot à dire à ce sujet ; Edifiant !

                                      Je ne compte plus le nombre de fois, ou j’ai vu des conceptions faisant fi de la réalisation, ce qui à chaque fois se termine par un combat entre les parties, qui peut hélas commencer très tôt. Se résumant globalement à

                                      « J’ai pensé, vous faites !. Oui mais vous avez oublié ça, mal vu ci ! Avec en réponse c’est vous le sachant vous auriez en tenir compte et vous avez signé, vous devez faire point barre. L’ultime étant c’est moi le client....)

                                      Rajoutez à cela, sur la partie conception, la mise à jour des règles, des normes, etc, liées aux »incidents« nucléaires et vous obtenez en partie une difficulté importante de réalisation des matériaux et quand à leur assemblage n’en parlons pas.

                                      Il existe un monde entre la conception et la réalisation. J’ai souvent vu dans ma carrière des évolutions que je qualifie de »laboratoire« . Certes elles étaient innovantes et difficilement critiquables car amenant du progrès.

                                      Mais quand il s’est agit de les mettre en oeuvre »sur le terrain« , la reproduction des conditions de »pressions et températures" comme l’ont dit, se sont révélés pour certaines, difficile, voire impossible.
                                      Dans les difficiles, certaines malgré l’innovation ont été abandonnées soit à cause de leur délai de mise en oeuvre mais plus souvent par le surcoût.

                                      Pour moi, l’EPR est l’exemple d’une brillance d’esprit déphasée de la réalisation.


                                    • alinea alinea 7 décembre 2021 12:11

                                      Comment ? Le fleuron de notre science technologique moderne serait la preuve que le « toujours plus » ne fonctionne pas, et la leçon pourrait être entendue ?

                                      Entre la gloriole et le scientisme, on constate que le but louable est absent des essais...

                                      Et entre le but technologique et la maintenance de l’opération production d’énergie, l’excitation de la motivation disparait...

                                      Prions pour que la science n’ôte pas la conscience de manière pérenne...


                                      • JMBerniolles 7 décembre 2021 14:58

                                        S’il n’est pas niable que le quasi moratoire sur les projets et réalisations de réacteurs nucléaires électrogènes, disons de 1991 à 2006, les initiatives malheureuses comme celle de lancer l’EPR en Finlande, celle d’enlever la maitrise d’œuvre des constructions de réacteurs nucléaires à l’EDF au profit d’Areva, ont affaibli le domaine du nucléaire et posé des problèmes, Recherche, Industrie et réalisations _, il est faux d’affirmer que cela conduise à l’incapacité de l’Industrie nucléaire à construire des réacteurs nucléaires.

                                        La meilleure preuve de la compétence de l’Industrie nucléaire française et de l’EDF pour la maitrise de la construction, est le succès des deux réacteurs nucléaires EPR de Taishan en Chine, frères de l’EPR de Flamanville.

                                        Le Chantier de l’EPR de Flamanville a souvent été bloqué pour des périodes dont la durée était bien au-delà de ce que nécessitait la résolution du problème soulevé, pour des questions qui ne mettaient pas en cause des défauts,  pour les couvercle et fond de cuve primaire ils ont été qualifiés d’anomalies -, et qui ne condamnaient pas la construction.

                                        Le dernier épisode en date concerne des soudures complexes où la perfection de réalisation est inatteignable, sans démonstration du fait que celles-ci ne pourraient soutenir les contraintes du fonctionnement du circuit secondaire vapeur

                                        Il est évident qu’il y a derrière ces blocages administratifs la volonté politique d’allonger au maximum la durée de ce Chantier , d’abord pour faire augmenter son coût qui devient ainsi un repoussoir et pour décrédibiliser notre domaine du nucléaire.

                                        Aujourd’hui le nucléaire électrogène et au-delà (par exemple pour la production d’hydrogène) s’affirme comme étant incontournable.

                                        La prise en compte de cette réalité par le pouvoir (actuel et futur) devrait conduire à accélérer la mise en service de l’EPR de Flamanville ainsi qu’à faire redémarrer les réacteurs nucléaires de Fessenheim en capacité de fonctionner encore 20 ans dans de bonnes conditions de sûreté. 


                                        • joletaxi 7 décembre 2021 15:46

                                          @JMBerniolles

                                          c’est bien, le rêve est essentiel à l’équilibre mental

                                          mais dans la réalité, nous sommes en Europe, et l’acteur principal du « machin » européen est allemand
                                          les allemands viennent d’élire une coalition bien verte, qui s’opposera bec et ongle à toute velléité du petit supplétif français de jouer sa partition
                                          l’avenir est donc au gaz, dont le robinet est ... en Allemagne

                                          échec et mat


                                        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 16:13

                                          @JMBerniolles
                                          Le vrai problème est s’il existe une volonté de sabotage de la part de certains « alliés ». J’ai peur que ce soit le cas. Et que l’appareil d’état en est le premier artisan. 
                                          Voici ce que le sénateur Fabien Gay a prononcé lors de la commission que je cite dans l’article : 

                                          Concernant l’EPR de Flamanville, la question ne porte pas sur l’absence de compétences. Je rencontre de nombreux soudeurs français, lesquels disent que le choix a été fait de faire venir des sous-traitants - y compris polonais avec des contrats chypriotes d’une entreprise irlandaise ! - plutôt que de faire appel à des soudeurs français qui ne trouvent pas de travail en France et qui eux-mêmes sont contraints de partir en Inde pour former les soudeurs indiens.

                                          C’est un peu caricatural, mais intéressant. Le sénateur Pierre Louault :

                                          Les normes de certains pays - comme Chine ou les États-Unis - sont-elles comparables aux normes françaises et l’ASN ne se fait-elle pas manipuler par des lobbies de puissances étrangères ayant tout intérêt à affaiblir la filière nucléaire française ?

                                          Cependant, dans l’article je parle de malfaçons, j’en ai eu des témoignages de première main. Quant à la perte de compétence, je la constate à peu près partout en France. En particulier chez les « élites ».

                                        • nono le simplet nono le simplet 7 décembre 2021 16:39

                                          @Opposition contrôlée
                                          plutôt que de faire appel à des soudeurs français qui ne trouvent pas de travail en France

                                          y doivent pas être très bons les soudeurs qui trouvent pas de boulot smiley
                                          j’ai 3 copains soudeurs .. et des bons ...
                                          hallucinants les mensonges qu’on peut lire sur Agoravox ...


                                        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 7 décembre 2021 16:55

                                          @nono le simplet
                                          Dites ça au sénateur en question, pas à moi. Les « mensonges » viennent du site du sénat : http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20210405/ecos.html
                                          C’est à peu près ce que je dis à la fin du commentaire.


                                        • JMBerniolles 7 décembre 2021 17:34

                                          @joletaxi

                                          Je suis totalement d’accord avec vous à propos du rôle de l’Allemagne.
                                          Fessenheim a été fermée pour satisfaire l’Allemagne également.

                                          Mais là nous sommes en période de crise où chaque pays européen est seul pour gérer son problème énergétique. l’Allemagne rentre dans une phase d’auto destruction avec sa nouvelle coalition. 

                                          Et les peuples européens vont commencer à prendre conscience du problème énergétique avec les délestages et peut-être un Black out électrique sérieux.

                                          Il y a aussi le problème économique qui va exploser un jour ou l’autre.


                                        • JMBerniolles 7 décembre 2021 18:01

                                          @Opposition contrôlée

                                          J’avoue que je ne connais pas les conditions de travail et de réalisation au niveau des soudures.
                                          Ce sont des soudures complexes à multiples passes qui ne peuvent être réalisées que par des soudeurs qualifiés et certifiés.
                                          Lors de mon passage à l’EDF en 1980 j’ai eu à traité un problème de soudure sur les passages de l’instrumentation en fond de cuve. Donc sur le circuit primaire.
                                          C’était un soudage type « socket welding » avec deux natures d’acier. Des études sur la distribution des contraintes ont permis de résoudre le problème sans le cinéma excessif qui se développe aujourd’hui au moindre problème.
                                          L’expérience a montré que ces soudures tenaient bien.

                                          Le soudeur coupable de ne pas avoir respecté un jeu obligatoire était extrêmement qualifié et il officiait en Afrique du Sud au moment où le problème a été révélé. A l’époque malgré le multiplicité des chantiers il n’y avait pas beaucoup de soudeurs habilités. 

                                          Je vois mal confier la réalisation de telles soudures à des soudeurs non habilités.

                                          Pour l’EPR de Flamanville, s’il a été repéré quelques défauts sur les soudures du circuit secondaire vapeur, il n’est pas démontré que cela conduise à un vrai problème de rupture. Et cela ne concerne pas un équipement vital. S’il y avait eu un dispositif anti débattement cela n’aurait sans doute pas provoqué de problème majeur.


                                        • JMBerniolles 7 décembre 2021 18:05

                                          @Opposition contrôlée

                                          L’ASN est depuis le début sous la coupe de ministres de l’écologie qui sont essentiellement des anti nucléaire. C’est d’ailleurs à cela que se limite leur défense de l’environnement.
                                          De plus l’ASN et l’IRSN abritent des mouvances anti nucléaires actives. 


                                        • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 22:40

                                          @JMBerniolles
                                          Pas très efficaces pour des anti-nucléaires.


                                        • JMBerniolles 8 décembre 2021 13:18

                                          @Matlemat

                                          Vous pouvez préciser votre pensée ?

                                          Il y a au moins 6 à 7 années de blocage injustifié du Chantier de l’EPR Flamanville ce qui, compte tenu du mode de financement, a conduit à une augmentation pharamineuse et non réaliste du coût de construction de cet EPR. Et a permis d’alimenter le discours anti nucléaire...  


                                        • Matlemat Matlemat 8 décembre 2021 22:01

                                          @JMBerniolles
                                          Ma pensée c’est que des anti nucléaire interdirait purement et simplement tout réacteur nucléaire.
                                          Si le cout de l’EPR a dérapé c’est la faute des anti nucléaire, la mauvaise foi habituelle...risible.


                                        • JMBerniolles 9 décembre 2021 13:50

                                          @Matlemat

                                          Si vous faisiez preuve d’une connaissance réelle du dossier je prendrais au sérieux votre rire.

                                          Le fait que les anti nucléaire sont au pouvoir depuis des dizaines d’années,  Corine Lepage, D Voynet, C Duflot, Batho, ce charlatan de N Hulot, puis B Pompili que son incompétence n’empêche pas de lancer des contre vérités à tout va, n’est pas niable.

                                          Un réacteur nucléaire ce n’est pas du foie gras, il vous échappe que les 56 REP encore en fonctionnement en France ont quelque utilité.


                                        • Matlemat Matlemat 9 décembre 2021 22:34

                                          @JMBerniolles
                                          Les anti nucléaires au pouvoir, soyez sérieux, vous perdez le peu qu’il vous reste de crédibilité.



                                          • Charly44 7 décembre 2021 22:38

                                            « prise de pouvoir des financiers aux dépens des ingénieurs » la qualité du combustible ne fait que baisser. Les procédés et machine outils ont l’âge des premières centrale et les entreprises de plus en plus opaques, rien cas voir les histoires de cuves EPR en creusant un peu ont hallucine....


                                            • Matlemat Matlemat 7 décembre 2021 23:05
                                              Incident nucléaire à l’EPR de Taishan 1 (Chine)

                                              https://www.youtube.com/watch?v=T1bn5ZKQuM0


                                              • LeMerou 8 décembre 2021 07:04
                                                @Opposition contrôlée

                                                Bonjour,

                                                Bon article et avoir un débat apaisé sur le nucléaire n’est pas une chose évidente, car il ne faut voir que le coté technique uniquement.


                                                L’acte un, le plus visible est que le modèle civilisationnel fait que nous consommons de plus en plus d’énergie, cela ne baisse pas d’un poil.

                                                La proposition du Président en place, de relancer un programme d’équipement nucléaire répond à un besoin important d’une part de décarboner une partie de l’énergie que nous consommons et d’autre part de se désengager d’une production d’énergie à base de produits fossiles, dont ont sait que leur utilisation est hautement polluante et que pour certains produits la baisse d’extraction est inexorable. 


                                                L’électricité, peut progressivement se substituer au pétrôle, attention elle ne le remplacera pas malgré tout.
                                                En résumé est elle produite par :
                                                - 1°) Du charbon (fossile+forte pollution)
                                                - 2°) Du gaz (fossile+forte pollution)
                                                - 4°) Du pétrôle (fossile+forte pollution)
                                                - 3°) Du nucleaire (« dangereux »+ déchets
                                                - 4°) De l’eau (barrage, usine marémotrice, etc..) aucune pollution !
                                                - 5°) Du renouvelable (éolien, solaire) aucune production sinon que celle visuelle, mais erratique.

                                                De 1 à 5 ont sait que l’ont peut aisément réguler ces dernières afin de satisfaire nos besoins en constante augmentation, le 6 ne le peut, il ne peut même pas se substituer véritablement aux 1 à 5.
                                                Donc le choix du nucléaire s’impose. Que choisir, le problème crucial est choisir la bonne technologie de production, la standard que nous connaissons tous, et le SFR (réacteur au sodium) qui apporte un peu de « sécurité » en cas de problème majeur et la troisième balbutiante la fusion.

                                                Toutes trois procurent des déchets, dont la gestion, la pollution reste minime par rapport aux 1 à 3. La masse totale des déchets produits par le nucléaires est insignifiante par rapport aux autres déchets produits par notre civilisation et l’ont sait qu’ils polluent, mais ont « ferme les yeux », car mettre de l’argent dans la production génère des bénéfices alors que mettre de l’argent dans les déchets ne procure rien (pas encore).


                                                Alors gros réacteurs ou petits réacteur situés un peu partout ?
                                                Il faut produire de l’électricité le plus proche possible des points de consommation, pour réduire la problématique du transport de cette dernière, hors les gros réacteurs ont besoin de beaucoup d’eau, cette dernière est certes bien répartie dans notre pays, mais la quantité et sa disponibilité non.
                                                Alors en attendant une évolution technologique majeure des réacteurs, force est de constater que les petits réacteurs ont besoin de moins d’eau.

                                                De ce fait peuvent être placé raisonnablement au plus proche des points de consommation.

                                                Pour ma modeste part ce qui m’inquiète beaucoup pour notre Pays est la construction de ces derniers, si la France a été à une certaine époque le « phare » du nucléaire, depuis il nous reste un peu de savoir, du moins ont sait l’exploiter, mais pour la construction...

                                                Comme dans bien d’autres domaines le savoir faire à disparu et nous en avons hélas le triste exemple dans la dernière construction. Nous vivons sur des lauriers gagnés, mais dont les feuilles tombent.

                                                Il y a quelques dizaines d’années, nos élites ont cru que le savoir faire pouvait s’écrire sur du papier, et tant qu’à faire l’expérience, dans l’idée d’une disparition assumée d’hommes et de femmes ayant le savoir faire. Facilitant ainsi une « désindustrialisation » programmée afin de faire produire les mêmes choses, mais ailleurs là ou ça coûte moins cher.

                                                Et si tant est que nous devrions à nouveau refaire, les « papiers » sont là et pardonnez moi l’expression, mais dans les têtes de nos brillantes « élites » technocratiques, le premier « con » venu lisant le papier doit savoir faire. 
                                                Hélas il n’en estt rien en vérité. Ce n’est pas parce que l’on a su faire que l’ont sait toujours faire, grace à des papiers,

                                                « Ils » pensent, sont convaincus aussi en plus que ce savoir faire est inscrit dans les gènes et n’a pas disparu et que malgré cette destruction progressive, inexorable, qu’il suffit simplement de titiller un peu les neurones et cela revient...Foutaise, ça ne revient pas.

                                                Alors nous sommes face à deux choix, faire faire ou faire nous mêmes.

                                                Le premier coûte, car nous sommes demandeurs, donc un peu aux « abois », faut-il aussi avoir « confiance » aussi et là c’est pas gagné du tout, car ont est sur le sujet du nucléaire quand même...

                                                Le deuxième choix s’avérera très, très coûteux et surtout très long ce qui hélas est incompatible d’une part à nos engagements environnementaux et surtout nos besoins qui vont devenir pressant.

                                                Un mix des deux ? Ben, nous ne sommes pas les seuls, et les « constructeurs externes » iront au plus offrants, c’est la loi du marché.


                                                Alors pour ma part, si je suis favorable à l’idée des mini-réacteurs implantés là ou ils sont nécessaires, je suis beaucoup plus pessimiste quand à leur réalisation dans les temps voulus. Quand aux coûts n’en parlons pas.....

                                                Et je dirais avant de conclure, lors de notre période de « construction nucléaire », il régnait une sorte de ferveur, de fierté de réalisation chez tous, propulsant ainsi le pays vers une indépendance énergétique, vers un avenir normalement radieux, cela a été fait avec soins. Hors aujourd’hui le moteur ne sera pas le même. Le moteur s’appelle « argent » alors certes il produit, mais l’appât du gain peu générer un manque de soins.


                                                Si j’osais, je dirais que notre situation est comparable à la chute de l’empire romain, eux étant tombé pour les raisons que l’ont sait, nous par le modèle économique actuel, pour l’argent en fait, désindustrialisant à outrance pour l’appât du gain.


                                                La principale question qui découle du programme Présidentiel est  : Saurons nous faire à temps ?

                                                • Matlemat Matlemat 8 décembre 2021 12:47

                                                  @LeMerou
                                                   Le nucléaire ne saura pas le climat, la France est le pays le plus nucléarisé au monde et son impact sur le réchauffement est négligeable.

                                                   Même si on nucléarisait toute la planète pour la production d’électricité ça ne suffirait pas à freiner l’augmentation des température pour le siècle a venir.

                                                   Dans cette logique de réduction a tout prix des émissions on va plutôt vers une restriction des libertés individuelles, mais pas pour les ultra riches, l’UE vient de refuser de taxer le carburant des jet privés au prétexte que ce ne serait pas bon pour les affaires.


                                                • LeMerou 8 décembre 2021 13:59

                                                  @Matlemat

                                                   « Le nucléaire ne sauvera pas le climat »
                                                  La n’est pas question, il n’a jamais été dit ou écrit que le nucléaire réglera la question, c’est simplement un moyen de produire une partie de l’énergie dont nous avons besoin.

                                                  « Dans cette logique de réduction a tout prix des émissions on va plutôt vers une restriction des libertés individuelles »
                                                  Absolument pas, hormis le fait que cette réduction est profitable au climat, cette réduction s’impose doucement mais surement par un épuisement des ressources.
                                                  Ce ne sera pas une réduction mais une diminution d’une partie de notre mode de vie, notamment la consommation à outrance dans un premier temps.

                                                  Les plus menacé dans l’histoire, est l’usine du monde.....

                                                  Qu’entendez vous par liberté individuelle ?

                                                  Prendre l’avion pour aller passer un week-end au state est un acte jouissif, mais hautement polluant, demain ont pourra toujours passer ce week-end aux States, sauf que le voyage sera plus long, beaucoup plus long, car en attendant une révolution extraordinaire les moyens de transports ne seront plus les mêmes.

                                                  Quand aux plus riches, il n’y a pas d’inquiétude pour eux, ils seront aussi frappés, mais vraisemblablement un peu moins, comme aujourd’hui en fait.


                                                • Matlemat Matlemat 8 décembre 2021 22:06

                                                  @LeMerou

                                                  ma réponse est ci dessous.


                                                • Matlemat Matlemat 8 décembre 2021 21:58

                                                  « c’est simplement un moyen de produire une partie de l’énergie dont nous avons besoin. »

                                                  Des besoins d’aujourd’hui, de la pollution et une gestion des déchets durable dans le futur.

                                                  « cette réduction est profitable au climat »

                                                  Pratiquement pas

                                                  «  la consommation à outrance dans un premier temps. »

                                                  On ne le fait pas, comme taxer le kérozène des jet privés.

                                                  « Les plus menacé dans l’histoire, est l’usine du monde. »

                                                  Pas vraiment pour le moment.

                                                  « Quand aux plus riches, il n’y a pas d’inquiétude pour eux, ils seront aussi frappés »

                                                  Un voeux pieux. 






                                                  • LeMerou 9 décembre 2021 05:43

                                                    @Matlemat

                                                    Comme l’a écrit l’auteur de l’article dans la conclusion de ce dernier un débat sur le nucléaire est très difficile. Pour ma part je ne suis ni « pro » ni « anti », je fais simplement un constat technique qu’en matière de production d’électricité cela reste la solution la plus raisonnable en attendant une évolution d’un autre moyen de production répondant aux critères.

                                                    Ont ne peut contester que la production d’électricité par éolien ou solaire, faisant abstraction de la construction.déconstruction est une énergie plus « propre » que l’atome.
                                                    Seulement pour substituer l’atome par le vent, (plus simple que le soleil), il faudrait actuellement disposer d’environ 95 000 unités ayant une production constante, ce qui physiquement ne peut être le cas. Le fameux problème de « pilotabilité ».

                                                    Comme l’Auteur j’ai travaillé dans le monde de l’énergie pendant pas mal d’années, les problématiques techniques de distribution sont importantes, totalement inconnues du grand public qui quand il fait froid veut avoir chaud et quand il fait chaud l’inverse et j’en passe.
                                                    Ce dernier ne ce souciant aucunement des problèmes techniques, l’ont doit satisfaire ses exigences un point c’est tout. En plus aujourd’hui se rajoute l’environnement ce qui complique un peu plus l’affaire.

                                                    Mais, le débat soulevé par l’auteur porte sur le « SMR » et sa technologie, pour ma part je pense que les SMR implantés là ou ils se doivent peut être une solution,
                                                    favorisant une meilleure maîtrise de la distribution mais par contre leur technologie ne me semble pas adaptée Je reste toujours dans l’attente d’une solution technique plus évoluée favorable aux réacteur Sodium.
                                                    Je suis comme l’Auteur assez dubitatif quand à la réalisation de l’affirmation présidentielle, je ne dirais pas que l’on courre au désastre, mais à l’encontre de gros soucis, de désillusions surement.

                                                    Restera aussi un problème majeur, à résoudre (il le sera de toute façon par force de loi) l’implantation de ces derniers, nous voyons actuellement les oppositions farouches du monde de la « campagne » concernant l’installation des éoliennes, alors pour le nucléaire nous retrouverons les mêmes plus les « anti ».

                                                    L’autre problème aussi, réel est que nous consommons de plus en plus d’électricité et que si nous ne réduisons pas cette consommation, nous verrons fleurir de plus en plus de points de production quels qu’ils soit.

                                                    Ces derniers finissant par occuper une partie non négligeable du territoire, polluant la vie quotidienne de seulement 20% de la population qui sont très loin d’être les plus gros consommateurs. C’est quand même une donnée à prendre en considération.

                                                    Le débat sur l’énergie est compliqué, car il est d’abord (voir principalement) technique, technologique, d’un niveau que le consommateur ignore ne voyant que son « confort », ce n’est pas critiquable bien sur. Mais avoir un débat serein, dépassionné sur l’énergie et sa production est très, très difficile.

                                                    A mon sens, il n’est pas nécessaire de rajouter à cela, les différences de classes sociales, le problème réel ne se situant hélas pas là. 


                                                  • Matlemat Matlemat 9 décembre 2021 22:52

                                                    @LeMerou
                                                     Raisonnable ? vous ignorez donc tout de la folie de cette industrie, des divers pollutions risques et problèmes sur le très long terme, vous avez une vision angélique des choses, influencée probablement par les promoteurs de l’atome, ou par le fait que les points de vue des opposants sont rarement mis en avant.

                                                     Il ne s’agit pas de remplacer le nucléaire par l’éolien.

                                                     Vous ignorez donc que beaucoup de pays dans le monde se passent du nucléaire et continueront de s’en passer encore longtemps.

                                                     Je vous rejoins sur le point qu’il faut diminuer notre consommation, le problème c’est que la décroissance n’est pas vraiment à la mode, surtout chez les créanciers de notre pays.

                                                     Vous avez raison le débat sur l’énergie est presque philosophique, c’est un débat sur la société que l’on veut, et sur ce qu’on laisse aux générations futures.
                                                     
                                                     Pour les classes sociales, c’est juste par rapport au carbone, taxer ceux qui sur-consomment si on veut diminuer les émissions, ça serait plus efficace que de nucléariser à tout va.

                                                     

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité