• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Indice de performance environnementale : La Suisse, pays le plus écologique (...)

Indice de performance environnementale : La Suisse, pays le plus écologique en 2018

L'Université de Yale aux Etats-Unis publie deux fois par ans son indice de performance environnementale (IPE) qui évalue les différentes actions menées par 180 pays sur leur politique environnementale. En 2018, la Suisse arrive en tête de classement, suivie par la France et le Danemark.

Indice de performance environnemental – Classement 2018

La Suisse, qui est élue le pays le plus écologique en 2018 avec un score de 87,42 sur 100 sur l'indice de performance environnementale, est aujourd'hui une référence en matière de santé publique et de gestion des ressources naturelles. La France, qui se classe 2e, se démarque notamment grâce à son engagement pour la protection des espaces naturels (terrestres et marins) et pour la qualité de l'air. Sans surprise, les pays industrialisés tels que le Danemark, la Suède et le Royaume-Uni obtiennent les meilleurs scores et ont une politique écologique axée en priorité sur la santé publique, la préservation des ressources naturelles et sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Parmi les pays avec le plus faible niveau de performance on retrouve Madagascar, l'Inde ainsi que la République du Congo. La pollution de l'air, la menace sur la biodiversité et les émissions de gaz à effet de serre y sont des problèmes majeurs où peu de moyen sont mis en place pour cause de conflits civils, de pauvreté, d'insécurité ou encore de politique instable.

IPE : Les différents critères

L'indice de performances environnementale est réparti en deux grandes catégories distinctes :

  • L'environnement (40%) : la qualité de l'air, la qualité de l'eau et les métaux lourds ;
  • L'écosystème (60%) : la biodiversité, les habitats, la déforestation, la pêche intensive, le changement climatique, les sources d'énergie, la pollution de l'air, l'accès à l'eau potable et l'agriculture.

Afin de recueillir des données précises et fiables, il est demandé au gouvernement de chaque pays de fournir une preuve des moyens mis en place pour améliorer les contrôles de la qualité de l'air et de la gestion des ressources environnementales.

Les grands problèmes environnementaux

La pollution de l'air reste une problématique importante en matière et de santé publique et serait responsable des deux tiers des décès et maladies de source environnementale. Elle est particulièrement présente dans les pays qui connaissent une urbanisation rapide comme la Chine et l'Inde.

En revanche, dans la majeure partie des pays concerné par l'IPE, on constate une amélioration au niveau de la protection des écosystèmes marins et terrestres. Ces résultats sont prometteurs, même si d'importants progrès restent encore à faire. L'émission de gaz à effets de serre a également baissé : une grande partie des 180 pays sont parvenus à réduire leurs émissions de gaz carbone et d'autres polluants (méthane, monoxyde d'azote et noir de carbone) au cours de ces dix dernières années.

Chaque année depuis maintenant 20 ans, des progrès sont faits afin d'améliorer les analyses de l'IPE. Ces améliorations permettent de cibler au mieux les problèmes environnementaux propres à chaque pays et de déterminer avec précision les actions à mener pour un futur plus propre et durable.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Gwynplaine Gwynplaine 15 septembre 17:47

    La France 2ème après la Suisse ?

    J’ai bien lu ?

    Avec Paris, Lyon, Marseille Toulouse, Bordeaux, les aéroports, les zones industrielles les stations de ski, les autoroutes et le bétonnage du littoral, on fait mieux que le Bhoutan, l’Islande et les Seychelles  ?

    J’en reste pantois !


    • Raymond75 15 septembre 19:22

      @Gwynplaine


      De fait, avec l’énergie nucléaire (à laquelle j’ai toujours été opposé), la France produit très peu de carbone et de particules fines ...


    • bébert 16 septembre 09:18

      @Gwynplaine
      Toi le nez dans le caca , tu diras toujours que çà sent la rose.


    • Gwynplaine Gwynplaine 16 septembre 11:45

      @bébert

      si c’était vrai, même si ça n’a rien à voir avec le sujet, cette caractérisqtique serait le signe d’un inclination à l’optimisme, alors que les pessimistes sentetnet toujours le caca, même s’ils se trorchent avec des pétales de roses

    • Alren Alren 16 septembre 18:19

      @Gwynplaine

      La Suisse comme la Norvège ont beaucoup de « houille blanche » et une faible densité de population. Cela leur permet de ne pas consommer de charbon comme en Pologne ou de lignite comme en Allemagne, les deux combustibles produisant particules fines et CO2.

      La Suisse produit suffisamment d’électricité renouvelable pour obliger les transporteurs routiers à avoir recours au ferroutage.

      La France a une faible densité de population comparativement à d’autres pays comme le Japon.

      Les Japonais qui visitent la France profonde sont tous étonnés des vastes espaces « perdus » de notre pays et sont quasiment incrédules quand on leur parle de jachères volontaires.

      Cela permet aux plantes d’assainir l’air.

      D’autre part quand il n’y a pas de fuites radioactives, qu’on repousse aux générations futures le problème des déchets des centrales à uranium enrichi et le démantèlement des dites centrales et qu’on « oublie » le pillage des pays producteurs de minerai, le nucléaire est une bonne solution énergétique !


    • Raymond75 15 septembre 19:30
      J’ai toujours profondément admiré la Suisse, bien que je sache que sa puissance financière repose sur l’opacité.

      Ce pays est peut être la seule véritable démocratie du monde, la population est très éduquée et respectueuse, la formation professionnelle est considérée comme une filière noble de l’enseignement (très peu de chômage chez les jeunes), partout et en toute saison des trains desservent chaque vallée, et vous pouvez régler votre montre sur l’heure de passage des bus. Les villes sont propres, et le souci de respect de la nature est réel et ancien.

      Wikipedia :
      « La neutralité perpétuelle de la Suisse a été conclue le 20 mars 1815 au Congrès de Vienne, par les puissances signataires du traité de Paris. En conséquence, la Suisse, État souverain, bénéficie du statut de pays neutre, dès le 20 novembre 1815, qui garantit l’intégrité et l’inviolabilité de son territoire. »

      "Pendant le XIXe siècle, la Suisse pratique la neutralité. ll y a quelques crises avec la Prusse au sujet de Neuchâtel en 1856, avec la France au moment de l’annexion de la Savoie en 1860. En 1871, la Suisse recueille les débris vaincus de l’armée française de Bourbaki. Attirées par la neutralité suisse, de nombreuses organisations internationales s’y installent : en 1868, le Bureau de l’Union télégraphique internationale, en 1874 le Bureau de l’Union postale universelle. En 1859, Henri Dunant y fonde la Croix-Rouge et en 1864, une conférence internationale débouche sur la Convention de Genève sur les blessés de guerre.

      Pendant la Première Guerre mondiale, la Confédération, entourée par les deux camps belligérants, reste neutre tout en commerçant et en accueillant divers opposants au conflit (conférence socialiste de Zimmerwald en septembre 1915). Après le conflit, Genève est choisie pour être le siège de la Société des Nations (SDN). La Suisse, membre de l’organisation, fait reconnaître par la Déclaration de Londres du 13 février 1920 sa neutralité et sa non-participation à d’éventuelles sanctions militaires que déciderait la SDN. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Suisse est totalement encerclée par les puissances de l’Axe (Allemagne et Italie). La Suisse accueille de nombreux réfugiés civils et militaires malgré quelques « erreurs »[Lesquelles ?].

      Pendant la guerre froide, la Suisse servit dans des missions diplomatiques entre les deux Corées, entre les États-Unis et l’URSS ou encore entre les États-Unis et l’Iran. Toutefois, sur les plans idéologique et économique, la Suisse faisait partie du Bloc de l’Ouest1.

      Aujourd’hui encore, la Suisse ne fait partie ni de l’Union européenne, ni de l’OTAN."

      Ce pays est neutre, mais parfaitement défendu.

      Éloge de la Suisse !!!


      • Zaza Zaza 15 septembre 23:47

        Une seule éruption du Pinatubo annule l’effet de serre de 2000 ans d’émission de CO2 humain
         
        Brad Pitt vient en jet privé à la grand messe bobo dire : « N’utilisez pas de 4x4 ! »
         
        Écolo = bonniche du NOM
         
        http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/aerosols-pinatubo.xml


        • bob14 bob14 16 septembre 07:39
          La France en seconde position ?
           smiley
          Là on se marre….

          • amiaplacidus amiaplacidus 16 septembre 17:41

            @bob14


            On rit jaune plutôt, surtout lorsque l’on pense aux boues rouges déversées joyeusement dans un parc naturel de Méditerranée, et ce n’est qu’un exemple parmi des milliers.

          • Reiki Reiki 16 septembre 18:31

            L article es interessant, mais comme beaucoup je pense que les standard sont trop bas pour qu on puissent s en orgueir. Un exemple simple, la gestion des forets en France. Nous avons eu la chance de voir nos forets croitre, malheureusement nous importont chaque année pour environs 6 milliard de bois dis resineux . Il serait plus économique et écologique de les produire ici. Il y a encore beaucoup d évideance qui ne sont pas pris en compte par l état et les institution.


            • JPB73 17 septembre 17:14

              En effet, la Suisse, c’est écologique, c’est propre. Ils nettoient tout, même les billets de banque.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Romain Cassan


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès