• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > Brexit à J-10 : Boris Johnson large maillot jaune

Brexit à J-10 : Boris Johnson large maillot jaune

La semaine dernière a été encore riche en rebondissements avec l’accord trouvé par le gouvernement avec l’UE, puis le vote du parlement refusant de se prononcer sur l’accord, à moins de deux semaines de la date théorique de départ de l’UE. Mais à date, malgré la couverture partielle et partiale de bien des médias, c’est bien Boris Johnson le grand vainqueur des derniers mois, comme le note David Cayla.

 

L’UE avale son chapeau, la bulle Corbyn dégonfle
 
Bien sûr, bien des médias français ne retiennent que le vote d’opposition au gouvernement du parlement, et la manifestation des bobos londoniens. Pourtant, Boris Johnson, est, à date, le vainqueur des dernières semaines, tant d’un point de vue européen, que d’un point de vue intérieur, pour qui regarde de manière objective la situation. Un simple retour en arrière le confirme de manière implacable. Au début de l’été, les travaillistes étaient en si bonne position dans les sondages que Jérémy Corbyn ne cessait de demander une élection anticipée, et apparaissait partout comme le futur premier Ministre. L’UE, de son côté, se disait inflexible sur le backstop, position tenue jusqu’en septembre...
 
Bref, même s’il n’a pas encore gagné, Boris Johnson est le large vainqueur de la séquence des dernières semaines. L’UE s’est ridiculisée en cédant sur des points a priori non négociables. Il est particulièrement piquant de reprendre les déclarations de Michel Barnier début septembre : « le backstop représente la flexibilité maximale que l’UE puisse offrir à un Etat non membre. Ce dispositif est nécessaire pour préserver l’intégrité du marché unique européen et maintenir ouverte la frontière entre l’Irlande du Nord britannique et la république d’Irlande après le Brexit (…) d’eventuelles alternatives au filet de sécurité irlandais ne pourront être discutées qu’après la ratification de l’accord de retrait ».
 
Avec un premier Ministre prêt au « no deal  », c’est l’UE, qui a cédé sur tout – le backstop, la primauté du droit européen, qui pourra être révoqué unilatéralement, et le calendrier -, comme Tsipras en 2015, dans un jeu de miroir inversé. Les considérations commerciales ont probablement pesé lourd dans le renversement de la dynamique de négociation en faveur de Londres, qui a mis Bruxelles échec et mat. Et d’un point de vue intérieur, même si le parlement continue à s’opposer à lui, Boris Johnson a considérablement renforcé sa position, comme l’indiquent les sondages, qui lui donnent une large majorité, avec des conservateurs qui pèsent autant que les travaillistes et les libéraux-démocrates réunis, poussant Corbyn à refuser l’élection qu’il demandait il y a peu, se décrédibilisant plus encore.
 
La dynamique est extrêmement favorable au locataire de Downing Street. En effet, il a fait reculer l’UE sur le point clé qui avait choqué et montré une capacité de négociateur efficace. Sa ligne conjugue la fermeté à l’égard de l’UE et le pragmatisme minimum pour essayer de sortir avec un accord le plus vite possible. Et les britanniques, passablement lassés par ces négociations, lui donnent de plus en plus crédit d’être parvenu à sortir les négociations de l’ornière et de proposer une fin à ce psychodrame. En refusant de coopérer, c’est le parlement qui aura probablement le mauvais rôle et risque d’en sortir discrédité. Toute la question est de savoir qui pourra avoir le dernier mot dans les prochains jours.
 
Bien sûr, l’issue est encore incertaine, même si Boris Johnson a très bien manœuvré. Nous ne sommes pas à l’abri d’un mauvais rebondissement de denière minute, comme en Grèce en juillet 2015. Voilà pourquoi, depuis 2012, je persiste à penser qu’une sortie de l’UE ne se négocie pas a priori, mais doit être unilatérale et immédiate, les rebondissements du Brexit me confirmant dans cette voie.

Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 10:40

    Merci pour le billet, mais ce n’est pas l’article 50 qui ouvre les négociations, qui est en cause. C’est d’une part l’obstination de la Commission européenne a vouloir garder la GB dans l’ UE par le back stop.

    Et ensuite l’obstination des Députés britanniques à refuser d’avoir perdu le référendum, et à utiliser toutes les ficelles imaginables, pour que le Brexit n’ait jamais lieu. Ils ont même déterré un amendement de 1604 !

    Ils viennent finalement de voter le texte proposé par Johnson, enfin pas vraiment le texte, mais les modalités d’application, mais ils s’opposent au calendrier.

    Ils veulent avoir le temps de lire le projet, ils ne doivent pas disposer d’assistants parlementaires, les pauvres ! Déjà que Johnson les a fait travailler un samedi, après n’avoir rien fait pendant 3 ans, ils ont perdu l’habitude de bosser ! 

    Le nouveau délai est dans le camp européen, il suffit qu’un seul pays dise non.

    Tusk demande aux 27 pays de voter pour un nouveau délai.

    On va bien voir la suite du feuilleton...


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 octobre 14:01

      @Fifi Brind_acier

      t’as pas compris qu’il n’y aura pas de nouveau délai ?

      que c’est pas l’UE qui bloque mais le parlement britannique ?


    • Kapimo Kapimo 23 octobre 16:11

      @Fifi Brind_acier

      « Et ensuite l’obstination des Députés britanniques à refuser d’avoir perdu le référendum, »

      Ils ont été élus sur la base d’un programme qui prévoyait l’application du Brexit, avec sortie de l’union douanière, donc ils avaient accepté les résultats du référendum.
      On peut penser que c’est principalement l’UE et ses réseaux mondialistes (Blair, Mandelson & Cie) qui sont venu interférer dans le processus, en utilisant le bâton et la carotte.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 19:58

      @Kapimo
      Bien sûr qu’ils avaient promis pendant la campagne des législatives de mettre en oeuvre le Brexit, Thérésa May en tête ! Mais les intérêts financiers en jeu sont tels, que la corruption de certains ne peut pas être exclue...


    • CLOJAC CLOJAC 23 octobre 21:44

      @Fifi Brind_acier
      « les intérêts financiers en jeu sont tels, que la corruption de certains ne peut pas être exclue... »

      Sinon comment expliquer cette obstination des élus à aller contre la volonté du peuple, avec pour certains le risque de perdre leur siège de député... Qu’un fauteuil au conseil d’administration d’une grande banque remplacera avantageusement.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:46

      @Olivier Perriet

      t’as pas compris qu’il n’y aura pas de nouveau délai ?

      que c’est pas l’UE qui bloque mais le parlement britannique ?

      Et quand Donald Tusk recommande aux 27 pays d’accorder un nouveau délai, il parle de quoi, de la tournée du Père Noël ??

      Je crois que le Brexit est en train de rendre malades les européistes, ils sont d’un agressivité !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:55

      @CLOJAC
      La corruption expliquerait bien des choses, dans un pays qui pourtant, a inventé les libertés publiques avec la Magna carta, et le parlementarisme, les réactions des Députés depuis 3 ans sont tellement irrationnelles, qu’on en vient à se poser des questions...

      Mais quand on écoute Ségolène Royal parler de référendum, on se dit quand même qu’ils ont une case en moins, celle de la démocratie !


    • CLOJAC CLOJAC 23 octobre 21:56

      @Olivier Perriet
      Le pontifiant Barnier (un mec né à La Tronche, ça ne s’invente pas !) a bloqué toute négociation de l’Eurocrature avec Teresa May pendant des années, s’arc boutant sur le caprice : à prendre ou à laisser na !
      Le terrain était ainsi dégagé pour les chevaux de Troie des eurotocrates au sein du parlement bitannique.
      Boris Johnson a eu l’intelligence de démontrer aux psychorigides de Bruxelles qu’un hard brexit pourrait leur être plus dommageable qu’au royaume désuni.


    • JC_Lavau JC_Lavau 23 octobre 22:02

      @CLOJAC. Barnier ? Oui, c’est le brillant scientifique qui a diagnostiqué que les tremblements de Terre venaient du réchauffement climatique. Remarquez que là il est en désaccord scientifique avec les mollahs d’Iran : selon eux, les tremblements de Terre sont dus à la violence des orgasmes des iraniennes.


    • doctorix doctorix 24 octobre 13:56

      @JC_Lavau
      En attendant, Barnier ne sera pas commissaire européen.
      C’est Thierry Breton qui s’y colle.
      Si du moins Bruxelles accepte...
      Invraisembablle que là encore, ce soit Bruxelles qui décide de notre candidat...


    • CLOJAC CLOJAC 24 octobre 21:38

      @doctorix
      Encore que Breton traîne une belle casserole... Là je ne serais pas mécontent que les eurotocrates remontent les bretelles du macrounet.
      https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/thierry-breton-indirectement-vise-par-une-plainte-d-anticor-pour-prise-illegale-d-interets-et-delit-de-favoritisme_3673707.html


    • Traroth Traroth 23 octobre 13:41

      D’après Corbyn, le nouveau accord est à peu près le même que l’ancien. C’est un accord de libre-échange dans la veine des CETA, TAFTA, JEFTA. Pour l’instant, le texte n’a pas été rendu public, mais ça finira bien par arriver. Et là Johnson ne sera plus du tout gagnant...


      • Odin Odin 23 octobre 13:51

        @Traroth

        Bonjour,

        « Et là Johnson ne sera plus du tout gagnant.. »

        Vous oubliez que si cet accord ne passe pas, il faudra demander un nouveau délai à l’UE Pensez-vous que les 27 accepteront ?

        Johnson a une carte maîtresse « Orban »..


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 13:53

        @Traroth
        Et là Johnson ne sera plus du tout gagnant...

        C’est possible, mais les partisans du Brexit veulent une sortie par tous les moyens.Ils règleront leurs comptes après, lors des élections. Je crois que le dégagisme a de l’avenir !

        Je n’arrive pas à trouver le contenu de l’accord, sauf sur les droits de douanes dans Libération, sinon cette déclaration de Johnson, sur le back stop, sur le site Boursorama. Le secret est bien gardé et personne ne semble s’en étonner...


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 13:55

        @Odin
        Justement, j’attends de voir qui va s’opposer au délai de 3 mois que semblent demander les opposants au Brexit...


      • Traroth Traroth 23 octobre 16:23

        @Odin
        Ce qui se passera si cet accord ne passe pas, personne ne le sait.


      • Trelawney Trelawney 23 octobre 17:37

        @Fifi Brind_acier
        D’après les infos que j’ai et il faut employer le conditionnel car comme vous dites, il n’y a pas grand chose qui transpire de cet accord, Johnson aurait obtenu un délai de 4 ans pour l’Irlande du Nord et ça se résumerait à cela :
        A la sortie de l’UE, le RU déplace sa frontière avec l’Irlande du Nord et impose un contrôle douanier avec les produits de l’UE entrant sur le sol britannique à l’exception de l’Eire.
        Il y a une libre circulation des produits et des personnes entre les deux irlandes (comme avant)
        Au bout de 4 ans l’Irlande du Nord et seulement l’Irlande du Nord aurait le choix par référendum de :
        1 conserver cette situation
        2 rejoindre l’Irlande du sud pour ne former qu’un pays et rester dans l’UE
        3 créer une frontière avec les deux irlandes et sortir de l’UE pour rejoindre le RU

        Si c’est cela, c’est plutôt pas mal joué de la part de Johnson, comme cela l’Eire ne sert plus d’alibi aux parlementaires pour reculer la sortie de l’UE


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 20:03

        @Trelawney
        Si vous aviez regardé l’analyse d’ Asselineau, vous le sauriez depuis 5 jours.

        Le délai dont on parle, n’est pas celui des 4 ans pour l’Irlande du nord, mais le nouveau délai demandé par les Députés pour lire le nouvel accord.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 20:04

        @Traroth
        Regardez la vidéo d’Asselineau, il explique les divers scénarios possibles.


      • Alcyon 23 octobre 21:06

        @Trelawney
        L’accord est disponible. En anglais, mais bon c’est le RU.

        https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/revised_withdrawal_agreement_including_protocol_on_ire land_and_nothern_ireland.pdf

        Il fait souvent référence à celui conclu avec May

        https://ec.europa.eu/commission/sites/beta-political/files/draft_withdrawal_agreement_0.pdf

        Et bon, si vous voulez tous est dispo sur le site di gouvernement anglais

        https://www.gov.uk/government/publications/new-protocol-on-irelandnorthern-ireland-and-political-declaration

        Et « pas mal joué » ? Il a accepté la proposition initiale de l’UE, avec même quelques concessions en plus. Les problèmes commencent à être mis en lumière

        1. Contrôles entre l’Ulster et l’Angleterre. Une frontière interne dans une nation. Vu la démographie en Ulster et les résultats des dernières élections, il a juste ouvert la porte en grand à la réunification de l’Irlande, sans en tirer autre chose que des éclats de rire.
        2. Pendant la période de « transition », il devra y avoir des contrôles d’identité entre l’Ulster et l’Angleterre. C’est quand même assez clair, sinon n’importe qui peut aller en Irlande, passer en Ulster puis en Angleterre.

        Faut éviter d’écouter les propagandistes de l’upr. Johnson aurait accepté la réunification de l’Irlande dés demain qu’ils expliqueraient que c’est une victoire de Johnson.


      • Alcyon 23 octobre 21:08

        @Traroth
        Les infos sont disponibles sur le site du gouvernement anglais ....

        https://www.gov.uk/government/publications/new-protocol-on-irelandnorthern-ireland-and-political-declaration

        Et ce n’est pas un accord commercial comme le CETA, les négociations commerciales ne peuvent débuter qu’après la sortie de l’UE.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:38

        @Alcyon
        Merci pour vos critiques permanentes, mais Asselineau parle 7 ou 8 langues étrangères, il se sert des journaux britanniques, allemands et américains pour s’informer.

        Sinon, quelles erreurs avez vous trouvé dans son analyse du dernier accord ?


      • Alcyon 23 octobre 23:24

        @Fifi Brind_acier
        Je te l’ai faite sur un autre topic.

        1. Il n’y a pas de concession de l’UE sur son premier point, ce plan était le plan proposé à la base (frontière dans la Mer d’Irlande). Son accord est même un poil plus restrictif que celui que May avait sorti fin 2018. (avant le backstop complet sur le RU). 
        2. La remise en cause du backstop n’était pas « presque inimaginable ». En août, Tusk maintenait encore la position de l’UE : https://www.lecho.be/dossier/brexit/donald-tusk-repond-a-boris-johnson-sur-le-backstop/10154787.html
        3. Johnson aurait obtenu que Stormont ait son mot à dire. Mouais, difficile à dire, mais allez je ne vais même pas discuter, sur les 3 concessions 2 sont de gros mensonges.

        Donc bon, si tu n’as même pas le courage d’aller vérifier ce qu’il raconte, comment ne pas te considérer comme un perroquet ?


      • Clad 24 octobre 02:32

        @Odin : ben si, 24h après vos certitudes, elles s’avèrent infondées... délai accordé par l’UE ce jour. Votre carte maitresse a fait pschhiiit smiley


      • Trelawney Trelawney 24 octobre 06:50

        @Alcyon
        Pendant la période de « transition », il devra y avoir des contrôles d’identité entre l’Ulster et l’Angleterre. 
        L’accord stipule des contrôles de marchandises en provenance d’Irlande du sud, mais vous avez raison, s’il n’y a pas de contrôle d’identité, sera une porte ouverte aux migrants depuis l’Irlande du sud. Ca va déplacer le problème de Calais à la Bretagne


      • Trelawney Trelawney 24 octobre 06:55

        @Traroth
        Ce qui se passera si cet accord ne passe pas, personne ne le sait.
        C’est pourtant facile à deviner. Si ça se passe bien, les établissements financiers vont se gaver et si ça se passe mal, c’est l’anglais moyen qui paiera la note.
        C’est presque une loi universelle !


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 08:11

        @Clad
        Les 27 se sont mis d’accord sur un délai, mais pas sur la durée de ce délai.







      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 08:17

        @Trelawney
        Vous en savez des choses... Le Ministre des Finances britannique explique « que personne ne sait vraiment le prix d’une sortie sans accord ».

        Ce qui n’empêche pas les médias d’annoncer depuis des mois, qu’un no deal serait un cataclysme...

        Sauf le Monde qui commence à retourner sa veste.
        « En cas de no deal, l’apocalypse n’aura pas lieu. »


      • izarn izarn 24 octobre 21:11

        @Alcyon
        Je crois que ces histoires de controle économique c’est de la foutaise. Pourquoi un libre marché avec le Canada et pas avec la GB ?
         smiley
        Il s’agit de la perte de pouvoir de l’UE sur un pays. C’est idéologique.
        L’UE est une union idéologique dont l’économique est secondaire. Ou plutôt l’économie doit etre soumise au dollar : Plan Marshall, Breton Wood au départ. L’idéologie c’était la lutte contre l’URSS avec l’OTAN.
        Désormais c’est contre la Russie.
        Et tout ceci depuis les années 50...
        Quand aux irlandais avant de faire des supputations invraisemblables, le mieux serait de leur demander...Mais on se rappelle qu’ils avaient dit non aux referendum sur l’UE...Obligés de revoter !


      • Alcyon 25 octobre 07:32

        @izarn
        ce qui est absolument fou sur gogovox, c’est que parfois on a des questions pas trop stupides, mais que vous vous sentez obligés d’y aller avec os théories fumeuses.

        Rien que sur le CETA, on entend n’importe quoi. On entend des choses réelles, comme le risque de voir un nivellement par le bas des normes sanitaires sur la viande bovine même si cet accord ne remet pas du tout en question les normes européennes, qui restent inchangées mais c’est surtout le système de résolution de différents qui inquiète et pourrait amener ce nivellement. Mais actuellement, ce n’est pas le cas, le Canada n’exportant qu’une infime part du quota alloué à la viande bovine car justement la majorité des fermes ne respectent pas ces normes.

        Alors pourquoi pas un accord avec le RU ?

        1. Pour discuter et signer un accord, faudrait déjà savoir comment ils sortent.
        2. Pour discuter et signer un accord, faudrait déjà connaître leurs politiques au niveau environnemental, des travailleurs, au niveau de l’agriculture, etc
        3. C’est déjà assez compliqué de signer un accord de sortie, alors un accord commercial, ce qui prend en général des années, la période de transition ne suffit pas.
        4. Ne pas m’expliquer que le RU est « déjà aligné » avec l’UE, l’une des raison de la sortie st justement pour ne plus l’être.

        A un moment, faudrait vraiment apprendre ce qu’est l’UE. Non mais à un moment il faudrait réaliser que les pays ont un droit de veto. Mais surtout, à un moment faudrait réaliser que les accords de May ou Johnson renforcent le pouvoir de l’UE sur le RU.

        Ben oui, si le RU sort sans accord, il faudra du temps pour réguler le bordel que ça causera. Johnson et cie le savent très bien, et sont dans une position de faiblesse. Actuellement, le RU a trois choix :

        1. Rester
        2. Sortir sans accord, l’UE se fera un plaisir à bloquer les exportations britanniques (c’est le principe de sortir sans accord). Les britanniques peuvent faire de même, mais je doute que ses citoyens soient heureux de trouver des rayons vides dans leurs supermarchés.
        3. Sortir avec un accord, mais au vu des deux autres possibilités, ils sont dans une position de faiblesse extrême.

        Posez-vous tous la question : pourquoi personne côté 27, quelque soit le bord politique, ne décrie l’accord de sortie comme étant défavorable à l’UE ? Poser la question est déjà y répondre.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 octobre 13:59

        Juste un petit détail :

        l’histoire du backstop a été amenée pour contenter les unionistes d’Ulster et éviter une frontière douanière entre Grande Bretagne et Irlande du Nord.

        Du coup ils ne sont pas très contents du nouveau projet.

        C’est vrai que vu de France, il n’y a pas de sujet, puisqu’on n’est pas concerné, etc etc etc...

        Les brexiteurs parisiens sont impayables.


        • CLOJAC CLOJAC 23 octobre 21:40

          @Olivier Perriet
          « Les brexiteurs parisiens sont impayables. »

          Peut-être... Mais il y a fort à parier que nombre d’anti-brexit britanniques ont déjà été payés par l’Eurocrature. Et grassement.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 octobre 08:19

          @Olivier Perriet
          backstop a été amenée pour contenter les unionistes d’Ulster


          Et l’idée enchantait l’UE, car il maintenait toute la GB dans l’ UE.


        • Alcyon 23 octobre 21:15

          "Bien sûr, bien des médias français ne retiennent que le vote d’opposition au gouvernement du parlement, et la manifestation des bobos londoniens. Pourtant, Boris Johnson, est, à date, le vainqueur des dernières semaines, tant d’un point de vue européen, que d’un point de vue intérieur, pour qui regarde de manière objective la situation. Un simple retour en arrière le confirme de manière implacable. Au début de l’été, les travaillistes étaient en si bonne position dans les sondages que Jérémy Corbyn ne cessait de demander une élection anticipée, et apparaissait partout comme le futur premier Ministre. L’UE, de son côté, se disait inflexible sur le backstop, position tenue jusqu’en septembre...

          « 

          Se déclarer objectif quand on ment aussi fort, c’est ajouter un mensonge de plus.

          1. Au début de l’été, les travaillistes étaient au plus bas.
          2. Il n’y a pas grand chose à dire côté UE dans cet accord, tout ce qui était demandé s’y trouve et rien n’a été offert.
          3. Johnson est le vainqueur de la tranche de rire de l’année, à égalité avec Trump.
          4. Cobryn n’a jamais semblé être en position de bringuer la place de premier ministre depuis le début de l’année. Quand May a fait voter son accord, personne ne sait pourquoi il était contre alors que l’ERG et le Brexit Party ont fait entendre leur voix
          5. L’UE n’a jamais été inflexible sur le backstop, elle disait qu’il fallait quelque chose qui atteigne le même objectif, cad pas de frontière en Ulster. Quand tu acceptes de la mettre dans la mer d’Irlande, ce qui était la proposition initiale de l’UE, forcément ....

          Alors ton »objectivité" tu te la gardes.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 21:41

            @Alcyon
            Vous êtes tellement énervé que vous ne dites pas à qui vous répondez.


          • Alcyon 23 octobre 22:55

            @Fifi Brind_acier

            J’ai cité un passage de l’auteur, tu ne sais pas lire ?


          • Alcyon 23 octobre 22:55

            Rien que le titre montre que son auteur ne connait pas le sujet. Donc on a un droit à un torchon.

            Au RU, les élections générales se font au « First Past The Post », c’est-à-dire que le candidat avec le plus de voix est élu. Il y a 650 circonscriptions, et donc il y a 650 élus.

            Vu ce système, le résultat ne se joue pas sur les sondages de la population de manière globale. Par exemple, aux dernières élections, les Conservateurs ont gagné plus de 5% et perdu 13 sièges. En 2010, les Travaillistes avec 29% ont récolté 258 sièges là où les Libéraux Démocrates, avec 23% n’ont gagné que 57 sièges.

            En 2017 les sondages étaient désastreux pour les Travaillistes

            https://en.wikipedia.org/wiki/Opinion_polling_for_the_2017_United_Kingdom_ge neral_election

            Résultat 7 semaines après l’annonce des élections anticipées, un écart très réduit et aucune majorité. Ca reste à voir, mais il y a de fortes chances de ne pas voir de majorité se dégager :

            1. En Ecosse on peut s’attendre à un gros score (en terme de sièges) du SNP.
            2. En Irlande du Nord, c’est de toute façon mal barré pour récolter des sièges qui voteront avec le gouvernement. A moins que le DUP accepte l’humiliation après la trahison.
            3. Le vote anglais est très condensé. Donc les écarts n’ont finalement que peu d’importance, voir aucun selon la provenance des voix.
            4. On risque de voir fleurir dans quelques endroits des coalition du « Remain », couplé à une division des votes du « Leave », comme pour Brecon and Radnoshire le 1er août. Je dout que Johnson laisse tomber son « Deal » et que Farage l’accepte, je vois difficilement une coalition entre les deux. Les Travaillistes ne s’allieront à personne.

            Donc il a peut-être le maillot jaune mais la victoire se joue à l’addition des places de chaque étape.


            • Désintox Désintox 24 octobre 10:24

              L’Europe a tout à craindre ce cet accord. En effet, l’Irlande du nord va devenir la « backdoor » pour tous les produits illicites dont les européens ne veulent pas. C’est l’objectif de Johnson.

              La France peut réagir en offrant un billet de ferry pour l’Irlande à tous les migrants qui veulent aller au Royaume Uni. Une fois ceux-ci arrivés en Irlande du Nord, Boris Johnson se débrouillera avec son opinion publique.


              • Alcyon 24 octobre 17:06

                @Désintox
                encore un qui n’a pas lu le draft. L’UE s’occupera de vérifier où iront les produits et c’est au RU deprouver qu’ils sont là pour rester en Ulster. C’est pour ça qu’il y aura des déclarations à remplir pour les marchandises allant du RU en Ulster (dans l’autre sens c’est au RU de décider ce qu’ils veulent).


              • Désintox Désintox 27 octobre 17:41

                « bobos londoniens »

                Les « bobos » ? Encore ce mot débile qui n’a pas de sens !

                Je note l’article « mauvais » et j’arrête ma lecture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès