• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > En cale sèche

En cale sèche

L’Europe est une réalité depuis maintenant cinquante ans. Si elle fait, il est vrai, débat, son existence ne peut pas être remise en cause. Les questions de son fonctionnement, de son rôle, de son implication en politique mondiale sont en revanche les problèmes qui fâchent.

Telle un navire nécessitant une période de réparation, l’Europe se trouve en cale sèche. Si cela évite que l’eau entre dans ses failles, cela risque aussi de provoquer son oubli pendant un temps. Le sujet s’en trouve d’autant plus sensible durant la période électorale française : si l’Europe n’est considérée que comme de simples promesses électorales, alors l’oubli sera certain, en France du moins. Pourtant, il serait nécessaire d’éviter qu’elle rouille. Plus les rouages sont compliqués, plus il faut d’huile pour qu’ils redémarrent. L’échec du traité de la Constitution européenne ne se pose pas tant en problème de contenant que de contenu. Le vote en France s’est avéré être un vote de sanction à l’égard du gouvernement et non un choix raisonné. Dangereuse confusion.

La faute à qui, me direz-vous ? Si l’Europe est réelle de par son implication dans les législations des pays membres, personne dans la rue ne se ressent européen. Les étoiles jaunes sur fond bleu ne brillent pas tant que ça finalement. La question de la construction européenne se pose peut-être trop tardivement. Au lendemain de l’effondrement du communisme, l’Europe de l’Est s’est révélée être catastrophée et l’Ouest tient pour responsables les Staline et autres Brejnev... Et pourtant, qui a accepté que cela se passe ainsi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, si ce n’est les Occidentaux lors de leurs négociations avec le Petit Père des peuples ?

Alors, il a fallu vite faire oublier cet incident, ce dérapage... Et en quinze ans, l’Europe se retrouve aux portes de la Russie. N’aurait-il pas mieux valu aider ces pays quelques années durant, plutôt que de presser à les intégrer, pour finalement ne leur mettre qu’une muselière ? Ils sont dans l’Europe... ils n’ont plus le droit de se plaindre ! A cet égard, l’Europe est en panne, car elle n’a pas su se définir, et se retrouve aujourd’hui à traiter de sujets à vingt-sept, alors qu’il était déjà compliqué de s’entendre à quinze. Les réalisations économiques, sociales, les implications politiques actuelles (Kosovo, Bosnie, question nucléaire) sont des avancées, la paix depuis cinquante ans est une réalité. Cependant, aucune des questions techniques à résoudre n’a avancé. Depuis le plan B inexistant que Valéry Giscard d’Estaing a fait "exploser" aux yeux du monde en plantant son aiguille dans ce fameux ballon de baudruche, personne ne sait comment remettre le navire à l’eau.

Rien ne presse pour la construction européenne. Plus qu’une panne, il semblerait judicieux d’évoquer un ralentissement, comme tout un chacun peut connaître. L’Europe se construit encore et se construira... La période de gestation ne peut être que très longue quand on fait grossir le bébé.

Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (8 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès